Revue Web

ESSAIS

A l’école, la laïcité, la diversité culturelle et la question identitaire

14 septembre 2004

Résumé : À l’école de nos ancêtres... Je suis devenu instituteur en 1973 cinq ans après Mai 1968. Il était alors de bon ton de railler l’ethnocentrisme de l’école française, d’ironiser sur « nos ancêtres les Gaulois » que plus personne n’enseignait pourtant depuis belle lurette. - Uderzo et Goscinny aidant ? -, il m’a fallu bien des années pour retrouver quelque tendresse - pour ce vieux Vercingétorix et ses chers Gaulois, pour mesurer aussi le rôle que, consciemment ou non, l’école de la République française et ses hussards avaient pu jouer auprès d’autres peuples, notamment en Algérie, dans l’avènement du processus de libération nationale qu’ils engagèrent.






  • Texte en PDF





Masquez la colonne info

A l'école de nos ancêtres...

Je suis devenu instituteur en 1973 cinq ans après Mai 1968. Il était alors de bon ton de railler l'ethnocentrisme de l'école française, d'ironiser sur « nos ancêtres les Gaulois » que plus personne n'enseignait pourtant depuis belle lurette. - Uderzo et Goscinny aidant ? -, il m'a fallu bien des années pour retrouver quelque tendresse - pour ce vieux Vercingétorix et ses chers Gaulois, pour mesurer aussi le rôle que, consciemment ou non, l'école de la République française et ses hussards avaient pu jouer auprès d'autres peuples, notamment en Algérie, dans l'avènement du processus de libération nationale qu'ils engagèrent.

Certains ne s'étaient manifestement jamais départis de cet attachement depuis l'enfance, donnant par la suite de profondes justifications à l'attrait stimulant qu'exerçait sur eux ce peuple magnifié en résistant. « Nos ancêtres les Gaulois, au moins c'était l'affirmation du droit du sol ! » dit ainsi l'historien Philippe Dewitte, rédacteur en chef de la revue Hommes et Migrations.

Ainsi également, Edgar Morin s'en explique t-il en ces termes dans un article paru en 1991 dans Le Monde :

« Fils d'immigré, c'est à l'école et à travers l'histoire de France que s'est effectué en moi un processus d'identification mentale. Je me suis identifié à la personne France, j'ai souffert de ses souffrances historiques, j'ai joui de ses victoires, j'ai adoré ses héros, j'ai assimilé cette substance qui me permettait d'être en elle, à elle, parce qu'elle intégrait à soi non seulement ce qui est divers et étranger, mais ce qui est universel. Dans ce sens, le « nos ancêtres les Gaulois » que l'on a fait ânonner aux petits Africains ne doit pas être vu seulement dans sa stupidité. Ces Gaulois mythiques sont des hommes libres qui résistent à l'invasion romaine, mais qui acceptent la culturisation dans un Empire devenu universaliste après l'édit de Caracalla. Dans la francisation, les enfants reçoivent de bons ancêtres, qui leur parlent de liberté et d'intégration, c'est-à-dire de leur devenir de citoyens français. »

Plus récemment, le 13 octobre 2001, lors d'un débat en Sorbonne dans le cadre des Entretiens Nathan, M. Souleymane Bachir N'Diaye, professeur de philosophie à l'université de Dakar, déclarait de son côté :

« Il est certain que depuis quarante ans, nous n'appartenons plus à la République française. Pourtant, d'une certaine manière, il s'agit toujours de la même école et de la même conception de la République : la France s'est reproduite sur le territoire sénégalais, surtout par son école. Nous ne disons plus « nos ancêtres les Gaulois », mais vous non plus, et je me demande d'ailleurs si quelqu'un l'a jamais véritablement dit. C'est parce que l'école de la République exige que tout le monde reçoive le même enseignement que les Gaulois sont, non pas vos ancêtres, encore moins les miens, mais avant tout les ancêtres des écoliers. »

Zaïr Kedadouche que j'ai connu voici près de vingt ans jeune professeur de collège en Seine-Saint-Denis, a décrit son itinéraire depuis son enfance au bidonville d'Aubervilliers jusqu'aux lambris de la République - il est à présent inspecteur général de l'éducation nationale et membre du Haut Conseil à l'Intégration - dans un livre émouvant au titre évocateur : Zaïr le Gaulois.

... et de la Marseillaise

Dans les années 1970, j'exerçais en qualité d'instituteur suppléant dans les écoles de Belleville, quartier populaire que je n'ai guère quitté durant plus de vingt-cinq ans. En fin d'année scolaire, il m'arrivait de surveiller les épreuves écrites des dernières sessions du certificat d'études. Preuve ultime de ce que nous tenions pour l'irréductible ethnocentrisme de notre culture scolaire, nous continuions à faire chanter La Marseillaise lors d'une épreuve orale. J'eus ainsi à la faire passer à une trentaine de candidats, en juin 1974, dans un grand groupe scolaire de Belleville.

J'avais 21 ans, les candidats entre 14 et 18. Je pratiquais alors plus volontiers d'autres chants que l'hymne national et n'imaginais pas qu'il put en être autrement pour les jeunes gens que j'avais en face de moi. A tour de rôle je les invitais à interpréter une chanson de leur choix, dans la langue qu'ils souhaitaient. A une candidate, de toute évidence d'origine portugaise, je suggérais de chanter un fado ; à un autre, d'origine maghrébine, je soufflais le nom d'un chanteur kabyle puis d'une grande dame de la chanson arabe. De chacun et chacune d'entre eux, j'étais prêt à entendre un morceau choisi de Johnny, voire des Charlots ou de Sheila...Tous, absolument tous, d'abord surpris, gênés, déstabilisés même, finissaient par me proposer d'interpréter...la Marseillaise, le chant qu'ils avaient à présenter et qu'ils avaient préparé pour l'épreuve que visiblement je ne prenais pas au sérieux.

Ce jour là, je pris une leçon et commençais à réaliser que la générosité et l'ouverture n'étaient pas nécessairement là où je l'imaginais a priori.

Bien des années plus tard, conseiller au cabinet de Jack Lang, j'eus à rédiger des réponses à des lettres adressées au ministre, contestant sa décision de réactiver dans nos écoles l'apprentissage de l'hymne national. Certains lui recommandaient de lancer un concours auprès des élèves pour en modifier les paroles jugées par trop guerrières. D'autres, plus radicaux, brandissaient le risque d'exacerber le « sentiment d'humiliation » des enfants de travailleurs immigrés en les obligeant à apprendre l'hymne de l'ancienne puissance coloniale, à jamais coupable, à leurs yeux, d'avoir exploité leurs pères.

Dans les réponses signées du ministre, je rappelai le contexte particulier dans lequel ce chant révolutionnaire fut composé, son très large impact, de par le monde et à travers le temps, auprès des peuples en quête de liberté - à quel point, en un mot, l'hymne national n'était en rien réductible aux accents nationalistes voire xénophobes que certains s'acharnaient à y déceler.

Mais cela faisait des années déjà que la mauvaise conscience néo-coloniale avait faussé la réflexion et l'action de nombreux responsables, aussi bien dans la sphère politique que dans le domaine pédagogique ou associatif. Ainsi, en 1989, lorsque survint l'affaire dite des foulards.

Du foulard et des signes religieux et politico-religieux dans l'espace scolaire

Dans un dossier de la revue Hommes et Migrations, « Laïcité-Diversité », paru en 1990, je plaidais pour la fermeté sur les principes. Dans un article intitulé « A l'école, l'intégration : rassembler ou différencier ? », je relevai l'extraordinaire distorsion entre la qualité - et la quantité - la fiabilité des informations disponibles d'une part et, d'autre part, les hésitations, les oscillations, l'incertitude voire l'égarement des responsables politiques de l'heure comme de l'opposition d'alors :

« Plusieurs dizaines d'ouvrages récents, fruits de travaux conséquents sur l'islam en France n'y ont rien fait, non plus que toute la littérature sur "l'école et l'immigration", les centaines de colloques, de stages et volumes divers sur "la pédagogie interculturelle" ou "la rencontre des cultures à l'école". On a parlé, à tort, de déficit de connaissance alors qu'il s'est agi bel est bien d'un déficit de réflexion. Le ministère de l'Éducation nationale s'est trouvé comme tétanisé, empêtré dans ses réponses ; et celles-ci, d'atermoiements en vain recours, ont d'abord révélé un paradoxal manque de confiance dans les principes fondateurs de l'école publique et dans la capacité des enseignants à les faire respecter. On était pourtant en droit d'attendre des héritiers de la "force tranquille" de 1981 qu'ils fussent tranquillement fermes en 1989 et se tiennent résolument aux côtés des enseignants qui, à Creil comme à Montfermeil, entendent assumer leur mission. »

Près de dix ans plus tard, dans un texte intitulé « Clarté, fermeté, laïcité », publié dans Libération le 12 novembre 1999, Gaye Petek-Salom, et moi écrivions :

« Tout serait beaucoup plus clair, beaucoup plus simple, si une loi venait préciser la laïcité scolaire, ses exigences et ses modalités d'application. A fortiori à l'heure où tout le monde se réclame de la laïcité mais sans toujours lui donner le même sens ».

Est-il besoin de préciser qu'alors, voici près de quatre ans, pour entendue qu'elle était par une large fraction du monde enseignant, cette position demeurait minoritaire dans le monde politique.

Depuis il y a eu le vote, à une écrasante majorité des députés, le 10 février 2004, et des sénateurs, le 3 mars 2004, de la « loi encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics ».Il y a eu surtout, depuis près d'un an, une intense réflexion, une large discussion dans notre pays, suivies, poursuivies, commentées bien au delà même de nos frontières.

A l'évidence le débat n'est pas clos avec le vote de la loi. Et c'est heureux. Nombre de ceux qui s'y étaient opposé continuent à contester la nécessité d'une loi. Ils le font avec des arguments discutables, au sens propre pour certains - ils appellent discussion - figuré pour d'autres qui nous semblent allier la mauvaise conscience à la mauvaise foi.

Ainsi nous dit-on, l'application intégrale de la loi de 1905 devait suffire à contrecarrer l'offensive actuelle des communautarismes ; nul besoin de loi supplémentaire. On aurait aimé le croire. Le propos, en tout cas, mérite examen. Mais, ajoute-t-on aussi parfois, il faut refuser cette loi en ce qu'elle ne vise en réalité qu'un seul culte : le culte musulman.

Ce dernier argument est à plus d'un titre fallacieux. D'abord parce qu'à procéder par euphémisme, on ne risque pas de résoudre les problèmes. S'il est en effet beaucoup plus question du voile que des signes relatifs à d'autres religions, c'est qu'actuellement le problème se pose essentiellement là. Essentiellement - la simple observation, la vérité obligent à le reconnaître - ce qui ne veut pas dire exclusivement. Ainsi, à l'instar de la commission Stasi, ceux qui réclamaient une loi l'on fait non seulement sans désigner spécifiquement une religion seule, mais souvent en élargissant leur propos aux signes d'appartenance politique.

Enfin, cet argument procède également d'un amalgame des plus sournois. On a souvent dit, notamment après le 11 septembre 2001, qu'il ne fallait pas assimiler l'islam à sa version intégriste, les musulmans au terrorisme. On a eu raison de le dire, de l'écrire. On a raison de vouloir prévenir ce toujours possible amalgame. Mais force est de constater, d'abord, que dans leur immense majorité, nos concitoyens n'ont pas fait cet amalgame ; ensuite qu'on n'a guère prêté attention à l'effectivité de deux autres amalgames, insidieusement ou ouvertement à l'œuvre, ceux-ci.

Insidieux en effet, l'amalgame qui consiste à faire passer une profession de foi intégriste pour un acte de piété musulmane. Il en est ainsi du port du voile islamiste à l'école, du « foulardisme politique, cet intégrisme » ainsi que le qualifie lui même, en une formule incisive, M. Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris. Une littérature abondante a été publiée sur cette question. De l'ensemble des textes disponibles, je voudrais extraire quelques propos récents d'une grande avocate algérienne d'une part et d'autres, plus anciens, de l'un des meilleurs historiens français. La première, Wassila Tamzali, explique :

« Le voile signifie beaucoup de choses, mais ce qu'il signifie le moins, c'est un acte de foi spirituel. La première des raisons pour lesquelles des jeunes femmes le portent aujourd'hui en France est politique, et c'est la plus dangereuse. Ce voile ostentatoire cache des positions idéologiques réactionnaires : contre l'émancipation des femmes, contre la libération des individus, contre les autres cultures. »

Pour sa part, en 1995, l'un de nos grands historiens de l'idée républicaine, Maurice Agulhon, avançait :.

« On ne peut guère contester que le foulard islamique soit devenu aujourd'hui en France l'emblème et le drapeau du système qui sévit à Téhéran et dans quelques autres capitales, ainsi que dans les maquis islamistes d'Égypte et d'Algérie : système à base théocratique intolérante, à procédés violents, et à morale sociale oppressive pour les femmes. En bonne logique républicaine, ce système devrait inspirer le même degré de répulsion qu'inspiraient aux meilleurs éléments de notre peuple, il y a un demi-siècle, les variétés diverses du fascisme. »

En réalité - et ce doit être clair - la République n'a pas de difficulté particulière, à l'école notamment, avec l'Islam. Depuis des décennies, des jeunes gens, singulièrement des jeunes filles, de confession musulmane, sont scolarisés sans que cela pose le moindre problème. Comme pour les autres religions, l'école laïque a toujours eu des égards vis à vis de l'Islam et élèves comme enseignants ou toute autre personne exerçant dans le cadre scolaire sont parfaitement autorisés, par exemple, à s'absenter au moment des principales fêtes religieuses.

A l'inverse, tout oppose la République et son école à l'islamisme comme à tout obscurantisme religieux ou politico-religieux qui prétend ordonner la règle et l'ordre social sur la base d'intérêts particuliers au mépris des valeurs républicaines fondées sur l'intérêt général.

Fallait-il toutefois promulguer une nouvelle loi pour promouvoir ces valeurs, les renforcer, les refonder, les illustrer ? Je le crois en effet. Sans doute avions-nous le choix, voici près de quatorze ans lorsqu'éclata la première affaire de foulards. Nous ne l'avons plus je crois, aujourd'hui.

Sur fond de progression de l'islamisme, la confusion est telle à présent qu'elle appelle fermeté et clarté dans la définition des principes. Seule la fermeté sur les principes - qui n'est précisément pas la fermeture mais au contraire la condition même de l'ouverture et du dialogue - peut permettre la souplesse dans leur application. Au lieu de quoi, au cours de ces quatorze dernières années, nous avons souvent eu à nous plaindre, en matière de laïcité, d'une approche rigoureusement inverse : flou sur les principes, oscillation entre laxisme et autoritarisme dans la pratique.

Clarté et fermeté : tel est, en effet, selon moi, le sens de cette loi au demeurant, non exclusive d'autres initiatives.

Autre amalgame singulièrement odieux et tellement inattendu qu'il n'a pas toujours suscité, à son avènement surtout, la riposte qu'il méritait, celui qui consiste à transposer ici même, en France, les termes - sous forme de slogans vengeurs et d'actes violents - du conflit israëlo-palestinien.

De nombreuses agressions à caractère anti-juif ont eu lieu ces dernières années dans et aux abords d'établissements scolaires. On y a souvent opposé l'incrédulité pour la simple raison que cette poussée antisémite n'était pas, comme nous y étions habitués, estampillée à l'extrême droite.

Parmi les premiers à réagir, le ministre de l'éducation nationale auprès duquel je travaillais adressait, le 13 octobre 2000, puis le 2 avril 2002, deux lettres à l'ensemble des enseignants, des lycéens, collégiens et écoliers de France condamnant fermement ces actes antisémites comme tout autre acte raciste. Ces lettres devaient être lues et commentées dans de nombreuses classes. La seconde de ces deux lettres est reproduite dans « Les Territoires perdus de la République », ouvrage collectif paru en janvier 2003 aux Éditions des Mille et une nuits, livre-témoignage et constat alarmé de professeurs de l'enseignement secondaire de la région parisienne qui ont vu s'installer une oppression violente, archaïque et raciste parmi leurs élèves.

Il y a peu, dans Libération, Hélène Ahrweiler, ancien Recteur de l'Académie de Paris et cinq prix Nobel français, lançaient à leur tour un appel ou plutôt, comme le surtitrait le quotidien, « un cri d'alarme contre les incidents antisémites qui se multiplient dans les collèges » :

« La portée historique et morale de ces événements récents, qui sont, hélas, symboliques, ne doit pas être atténuée : depuis l'époque de Vichy, nous ne pensions pas qu'en France des enfants juifs puissent être harcelés, de faits interdits d'école et en danger dans l'espace public. Ni le conflit israélo-palestinien, ni les blocages de l'intégration sociale des jeunes issus de l'immigration ambiant ne peuvent expliquer cette terrible régression. Par une vigilance alertée, constante, infaillible, regardons l'antisémitisme bien en face quand il se manifeste. Par une action intransigeante, sanctionnons fermement ces auteurs, et non leurs victimes, qu'il est de notre devoir de protéger.  »

Dans le même esprit, il faut saluer et faire largement connaître le « manifeste de femmes et d'hommes de culture musulmane croyants, agnostiques ou athées, contre la misogynie, l'homophobie et l'antisémitisme » également paru dans Libération sous l'intitulé : « Retrouver la force d'une laïcité vivante ».

« Mais comment se fait-il que nous en soyons-là, que nos éducateurs ne réagissent plus au quart de tour face à de telle situations ? » ne lasse de s'interroger l'ancien recteur de Paris.

Aujourd'hui, alors que plus personne ne peut s'abriter derrière l'excuse de l'ignorance - « Nous ne savions pas ! » - tandis qu'on invoque en permanence la citoyenneté au point d'avoir transmué le substantif « citoyen » en adjectif, sans doute pour mieux le mettre à toutes les sauces et en modifier ainsi la saveur initiale, tandis que « vigilants » et « intelligents » tiennent le haut du pavé, il semble que dans les faits, on ait baissé la garde. De quoi justifier ce vieux proverbe russe qui veut qu'« on ne parle jamais autant de vodka que quand il n'y en a pas ».

Aux temps où la formation des enseignants incluait naturellement une instruction et une réflexion sur la laïcité, celle-ci n'occupait pas la place qu'elle a prise, aujourd'hui, dans le discours et le débat publics.

Sans doute ma génération a-t-elle sa part de responsabilité dans l'état de confusion qui a dominé ces dernières années. Au temps de notre jeunesse folle, nous avons eu tendance, en effet, à tenir les valeurs républicaines pour désuètes, ringardes. A ceux - dont nous étions alors - qui estimeraient la laïcité datée, n'ayons crainte à présent d'affirmer qu'en effet elle fait date.

Aujourd'hui, je ne doute pas de la nécessité d'engager sur ces questions une action de formation d'envergure à l'éducation nationale et sans doute, au-delà, dans l'ensemble de la fonction publique, d'état aussi bien que territoriale. J'appelle de mes vœux une action de formation ambitieuse en la matière et m'efforce, d'ores et déjà, dans la mesure de mes moyens d'y contribuer.

C'était déjà le sens de l'installation, en janvier 2002, du « comité national de réflexion et de propositions sur la laïcité à l'école » que j'avais suggéré à Jack Lang de créer au ministère de l'éducation nationale. Composé d'enseignants, de cadres du ministère ou d'autres institutions et de responsables associatifs, ce comité devait donner des avis au ministre de nature à l'éclairer dans ses décisions.

Nous ajoutions :

 « Portant sur l'éthique scolaire républicaine, la réflexion de ce comité inspirera l'élaboration de repères utiles à la formation initiale et continue des enseignants. En installant ce comité, le ministre de l'Éducation nationale réaffirme sa volonté de redonner toute sa valeur à la laïcité, principe intégrateur et de concorde qui permet une approche universelle des différences ».

C'est que nous savions - il ne fallait pas être grand clerc - les problèmes encore devant nous.

En janvier 2002, comme en grande partie présentement, il nous apparaissait nécessaire de redonner force et vigueur à la laïcité, tant il était manifeste qu'on n'avait plus les idées très claires, qu'on ne savait plus toujours très bien à quel saint laïque se vouer. A l'école publique, particulièrement.

Refonder la laïcité, ou le retour aux sources

En plus d'un endroit, il arrive, encore aujourd'hui, qu'on ne sache tout simplement plus quand on peut dire « oui », quand on doit dire « non », tel ce proviseur d'un lycée d'Île de France interrogeant benoîtement, voici quelques années, l'un de ses collègues - un de mes amis personnels - pour qu'il l'aide à apporter la bonne réponse à la question que venait de lui poser une de ses élèves, voilée : « Monsieur le proviseur, pouvez-vous, s'il vous plaît, m'indiquer la direction de la Mecque ? Je dois faire ma prière !... ». Il a fallu que mon ami (il se nomme Ali Arabi et m'a autorisé à rendre publique cette histoire) administre à son collègue un rappel de leur cours d'antan sur la laïcité !

On a également observé, ces dernières années, que des enseignants, heureusement très minoritaires, n'hésitaient plus à sortir de la juste réserve qu'ils se doivent d'observer dans l'espace laïque de la classe et de l'école : l'un d'eux porte kippa dans une école publique ? L'administration est indisposée mais finit par accepter qu'il porte une casquette, plus neutre. Ici, une enseignante, là, une surveillante se présentent dans leur établissement, voilées ; ailleurs un surveillant ne cache pas ses penchants islamistes et dispense insidieusement ses « conseils » à ceux des élèves qu'il ne peut considérer autrement que comme ses « frères » et ses « sœurs ».

Ces dernières années, au nom de la « liberté religieuse » et de la « lutte contre l'intolérance », on a assisté à une véritable surenchère de passages à l'acte et de revendications. Ici, constitution de réfectoires séparés pour élèves de confession musulmane ne mangeant pas de porc, là, demandes d'autorisation permanente d'absence le samedi matin pour élèves de confession juive ou adventistes du septième jour - exigences, il faut bien le dire, parfois satisfaites par manque de courage et de lucidité, quand ce n'est pas par démagogie ou calcul cynique ou, à l'inverse, demandes radicalement et d'entrée de jeu refusées sans une once de dialogue... - ; là encore, interruption de cours pour cause de prière et, à cet effet, demande d'ouverture de salles dans les établissements scolaires...

Il n'est pas rare que la rupture du jeûne du Ramadan se fasse à présent de façon bruyante, délibérément provocatrice, en plein cours ou encore dans une salle de classe attenante à celle où se déroule - on n'ose dire « normalement » - le cours. Il arrive que la liste des enfants ne mangeant pas de porc soit affichée dans le réfectoire d'écoles maternelles et élémentaires ou encore que, voulant bien faire, les cantinières prêtent leur concours à ce repérage au faciès d'un type particulier : « Attends, tu ne manges pas de porc, toi, non ?...Comment t'appelles-tu ? Bensaïd ? C'est bien ce que je dis, tu ne manges pas de porc ! » ou encore : « La table des « musul », c'est là bas ! » (propos authentiques).

En plus d'un établissement scolaire chemine la demande de voir de la viande hallal servie à la cantine. Là où il domine, le courant islamiste s'évertue d'autant plus à organiser la pression auprès des chefs d'établissements et des responsables académiques, qu'il lui arrive de détenir le monopole de l'abattage rituel et de la distribution de viande. A plus d'un titre donc, économique autant qu'idéologique, le marché peut s'avérer juteux ! La réponse qui devrait s'imposer ne fuse pas toujours immédiatement. Ici ou là on se montre prêt à composer.

Dans l'école même que j'ai dirigée six années durant, j'ai vu augmenter sensiblement, au fil des années, les demandes d'absence pour cause de jeûne du ramadan, même pour de très jeunes élèves, jusqu'au jour où nous avons fixé des règles claires, vite admises par tous, notamment les parents d'élèves concernés :

- Nul ne peut-être contraint d'observer ou de ne pas observer les règles de la religion transmise par ses parents.
- Au-dessus des règles religieuses particulières, l'obligation scolaire s'impose à tous.
- Les parents doivent veiller à ne pas ajouter à la fatigabilité des enfants, déjà bien réelle en temps ordinaire de scolarité.
- S'il n'est évidemment pas interdit de parler des fêtes religieuses avec ses camarades, nul ne doit se vanter de ce qu'il fait en la matière, ni contraindre de camarades à pratiquer de même.

Au cours de l'année scolaire 1995-1996, à Paris, dans le vingtième arrondissement, une institutrice faisant le tour du quartier avec ses élèves, souhaite notamment leur faire visiter l'église de Ménilmontant. Des élèves de confession musulmane refusent d'y entrer sous prétexte qu'il s'agit d'un lieu de culte catholique. Dans un collège voisin, la même année, un professeur d'histoire d'histoire géographie et un professeur d'allemand organisent un séjour à Cologne, en Allemagne, pour des élèves de 5e. En cohérence avec le programme officiel de la classe de 5e qui prévoit l'étude de l'art roman et de l'art gothique, une visite de la cathédrale est annoncée. Des parents de confession juive viennent, juste avant le départ, à même le quai de la gare de l'Est, spécifier aux professeurs qu'en aucun cas leur enfant ne devra entrer dans la cathédrale de Cologne, qu'ils lui interdisent de commettre un tel « péché ».

Dans les deux cas, les enseignants ont dû expliquer qu'ils ne proposaient pas la visite d'une église pour que les élèves y prient, mais pour qu'ils apprécient un aspect non négligeable de la vie des hommes à travers les siècles, et leur capacité, parfois, à bâtir du beau, à côtoyer le sublime.

La question du port de signes religieux ou politico-religieux à l'intérieur des établissements continue, quant à elle, à diviser. Dans la pratique, les réponses peuvent radicalement diverger d'un établissement à un autre, parfois voisins de quelques centaines de mètres. Comment peut-on admettre ces disparités ? Et d'abord, une fois encore, comment en est-on arrivé là ?

La montée des revendications « identitaires » à l'école : comment ? pourquoi ?

La fausse bonne idée de s'en remettre, en 1989, à l'avis du Conseil d'Etat en lieu et place de la décision politique, qui, ici, s'imposait, pour inconséquente qu'elle fut - ou plutôt ravageuse dans ses conséquences - n'est pas seule en cause.

De longue date, à l'Education Nationale, on recommandait tout à la fois de « partir du vécu de l'enfant » et de valoriser les différences culturelles.

Ces orientations, rapidement qualifiées d'interculturelles, ont en l'occurrence brouillé, aux yeux de nombreux enseignants, la salubre distinction entre ce qui se peut dire et travailler dans l'espace public et ce qui ressortit à la sphère privée.

Ainsi, ce qui était jadis proprement inimaginable devient à présent monnaie courante : à l'école élémentaire même, des enseignants, sous couvert d'aborder en classe l'histoire des religions et soucieux de partir du « vécu » de l'enfant, n'hésitent pas à demander à leurs élèves : « Qui, dans la classe est catholique, protestant, juif, musulman ?... levez le doigt ! ». Et de décliner à leur tour, c'est le cas de le dire, leur profession de foi.

A un professeur d'un lycée de banlieue parisienne qui me disait l'année dernière : « Mais si mes élèves me demandent ce que je suis, si je crois en Dieu, quelle est ma religion, je suis bien obligé de leur répondre, je ne peux pas rester indifférent sur mon estrade », j'ai répondu qu'il me semblait que non, rien n'obligeait un professeur à répondre à une telle interpellation, encore moins à descendre de son estrade. Mieux, que son devoir était précisément de réserve, de retenue, de neutralité, d'indifférenciation, de distance, ce qui évidemment n'exclut nullement l'engagement professionnel et la bienveillance envers ses élèves.

Voici quelques années, une institutrice du 18e arrondissement travaillait sur l'identité des élèves, leur demandant d'établir leur arbre généalogique, de renseigner leur propre carte d'identité. Elle comprit la limite de ce type d'exercice en étant confrontée de manière imprévue pour elle, au récit de terribles voire terrifiantes tranches de vie. Avaient-ils envie d'évoquer leur origine, ces enfants cambodgiens ayant fui l'horreur des khmers rouges, se terrant dans la forêt, se nourrissant de racines et de baies qu'ils disputaient aux animaux ? Fallait-il leur demander de se raconter ainsi devant leurs camarades ?

Sans parler des enfants de parents divorcés, de familles mono-parentales et autres situations dont la simple pudeur commande qu'on évite d'en faire mention publiquement et dont la révélation - surtout quand elle est conçue comme un exercice scolaire obligé - indispose tout le monde, à commencer par son narrateur.

Vain et sot projet, celui qui consiste à demander systématiquement aux élèves de se raconter, de définir leur identité.

Ce qu'on appelle communément l'identité d'un individu ne saurait d'ailleurs résider toute entière dans le lieu et les conditions de sa naissance.

Pour importants, pour déterminants sans doute, que soient ces facteurs - et il ne s'agit en aucun cas, ici, de combattre ni même d'ignorer le beau sentiment d'appartenance - on ne saurait résumer ou réduire à eux seuls, la réalité d'un individu tout entier. A fortiori, à l'école où, par définition, la personnalité des individus, leur identité, est en formation, en élaboration.

Langue maternelle, langue nationale, langue de l'école

En 1973, on crée cette disposition singulière entre toutes, les enseignements de langues et cultures d'origine (ELCO). Pris en charge par huit pays d'origine des immigrés dans le cadre d'accord bilatéraux avec la France, initialement conçus dans la perspective du retour des familles immigrées, ces enseignements illustrent à eux seuls toutes les ambiguïtés et contradictions d'une politique spécifique.

Réservés aux seuls enfants ressortissants desdits pays, souvent organisés pendant le temps scolaire et privant ainsi ces élèves d'une partie des activités de leur classe, les ELCO marginalisent ceux à qui ils s'adressent. De même, ils dévalorisent l'étude et la pratique des langues concernées en les maintenant dans un statut de « langues d'immigrés pour immigrés », au lieu de leur reconnaître celui de langue de communication internationale, qui est celui d'au moins trois d'entre elles : l'arabe, l'espagnol et le portugais.

Depuis plus de vingt ans, les ELCO font l'objet de nombreuses critiques : de la part d'enseignants, de parents, de syndicats, d'associations, parfois même de professeurs de LCO eux-mêmes. Plusieurs rapports de l'inspection générale de l'éducation nationale mentionnent les difficultés et contradictions éprouvées, même s'ils ne vont pas tous jusqu'à remettre la disposition en question. L'un d'entre eux toutefois ira jusqu'à proposer leur suppression : celui de l'inspecteur général André Hussenet, remis en 1990 au Premier ministre, Michel Rocard, dans le cadre du comité interministériel à l'intégration institué par celui-ci à la suite de l'affaire des foulards de Creil.

Au cours des quatre années qui l'avaient précédé, pas moins de trois rapports officiels avaient ponctué le débat sur l'intégration des immigrés en France et les problèmes de discrimination : les rapports Berque, Hannoun, Hessel ont tous évoqué les ELCO, s'interrogeant sur leur bien fondé, leur contenu et leurs conditions concrètes d'exercice.

En 1990, dans une tribune publiée dans Le Monde avec Gérard Chauveau et Adil Jazouli, je demandais que l'on revoie cette disposition car, expliquions-nous, « que signifierait sa reconduction, sinon que, tournant le dos à l'objectif d'intégration, nous ferions pour les enfants de familles immigrées en France, le choix de l'« assignation à résidence culturelle ? Il faut réviser les accords bilatéraux et les directives européennes qui ont fondé les ELCO dans un contexte très différent de celui que nous connaissons actuellement. A l'opposé de la philosophie des enseignements de langue et culture d'origine, l'étude des principales langues du bassin méditerranéen doit être développée dans les collèges et lycées en première, deuxième, troisième langue vivante et à l'Université. Les postes d'enseignants doivent être augmentés, dans le cadre institutionnel français. ».

C'est la nouvelle perspective que nous avons voulu tracer en 2001, tandis que je travaillais au cabinet du Ministre de l'éducation Nationale. Les représentants des différents pays concernés, à quelques nuances près -notamment du côté du Maroc- affichaient globalement leur accord avec cette perspective. Il devait donc être possible d'avancer ensemble, « de façon progressive, maîtrisée, concertée » disions-nous. Mais nous nous sommes heurtés à la résistance de notre propre administration... et puis le ministère est passé en de nouvelles mains qui n'ont pas su (voulu ?) tenir ce dossier ouvert.

Dans les années 1960-70, encore pétris de l'idéal intégrateur de l'école, encore dans l'ignorance de l'idéologie multiculturaliste alors en gestation, les enseignants disaient aux parents de nationalité étrangère scolarisant leurs enfants à l'école française : « Si vous voulez que votre enfant maîtrise bien la langue française et réussisse à l'école, à la maison, parlez-leur français ». Résultat, les parents parlaient un français approximatif dont bien souvent les enfants se moquaient quand ils n'en avaient pas honte.

Avec le développement des ELCO puis dans les années 1980-90, changement de discours. On a alors dit à ces mêmes parents : « Si vous voulez que votre enfant se sente à l'aise dans ses baskets et qu'ainsi il s'épanouisse à l'école sans entrave, à la maison, parlez-leur votre langue d'origine ».

Dans les deux cas on est tenté de demander « De quoi je me mêle ? ». Il appartient en effet aux seuls parents de décider en quelle langue ils entendent, chez eux, entre eux, parler avec leurs enfants. A l'école de savoir qu'elle a, elle, à tout faire, pour que ces enfants comme tous les élèves qu'elle accueille, se sentent chez eux dans la langue française.

 C'est d'ailleurs un petit d'étranger, un petit « rital », l'écrivain Cavanna, qui prétend dans une belle et forte affirmation, tout à l'honneur de l'école qu'il s'obstine à nommer « communale », que « la langue maternelle, au fond, c'est la langue de l'école ».

Le même Cavanna raconte au cours d'un entretien présenté dans le film « Buon giorno dalla Francia », consacré à l'immigration italienne en France, qu'enfant, il habitait le quartier de la petite Italie à Nogent-sur-Marne, ainsi nommé pour les raisons que l'on devine. Le matin, il se rendait à pied à l'école avec son cousin. Dans la rue, tous deux conversaient en français ; à l'école, bien sûr, ils ne s'exprimaient qu'en français. Le soir venu, au foyer familial, ils retournaient naturellement à l'usage du piémontais. Le lendemain, une nouvelle fois franchie la porte de la maison, le français, « la langue de tout le monde », reprenait ses droits.

Cavanna va même jusqu'à évoquer des disputes familiales commencées autour de la table en piémontais, poursuivies en français depuis la rue par celui des protagonistes qui avait pris la porte. Peut-être force-t-il ici un peu le trait, mais que nous dit-il à travers cette anecdote : que l'enfant de famille immigrée en France qui parle une langue à la maison et celle du pays d'accueil partout ailleurs, s'y retrouve très bien ; il fait parfaitement le départ entre la langue du dedans et celle du dehors - celle de tout le monde - pour peu qu'on ne s'acharne pas à brouiller ses repères, à introduire la confusion dans son esprit, au nom de présupposés jamais étayés où la naïveté le dispute à la condescendance qui n'est rien d'autre, au final, que le pire des racismes.

Est-ce à dire qu'il ne faille rien différencier ni personne à l'école ? Non bien sûr ; encore faut-il le faire à bon escient et savoir distinguer ce qui, à l'école de la République, mérite d'être relevé comme une différence appelant une attitude voire une action pédagogique spécifique de ce qui n'y a pas droit de cité.

Ainsi, en ce qui concerne les croyances et le port d'insignes religieux au sein des écoles, doit-on pouvoir simplement expliquer, même à de jeunes élèves, que la religion, ça se porte dans sa tête et dans son cœur, ça ne s'affiche pas sur la tête ou ostensiblement sur son cœur. Une petite croix, une étoile de David, un Coran portés entre peau et vêtement, sont précisément la marque de l'intimité de la foi. Personne ne trouvera à y redire. Personne, depuis fort longtemps, n'y contredit. Tout juste - et c'est bien ainsi qu'il faut procéder - est-on parfois conduit à demander qu'on rentre l'insigne en question sous le pull quand manifestement il y plastronne.

Arborer, au sein de l'école, une croix en bois aux dimensions imposantes, bien en évidence sur son pull, une calotte ou un voile sur la tête, relève d'une autre logique. Encore dois-je préciser que ces signes n'ont pas une signification équivalente ; elle est plus problématique encore dans le cas du voile en ce qu'elle traduit une volonté d'infériorisation, de soumission voire d'asservissement de la femme.

Au fil des années, le soin mis à permettre l'expression des différences s'est progressivement transformé en une véritable obsession de la question identitaire, le droit à la différence devenant quasiment, à l'usage, un impérieux devoir de différence. Logiquement, pourtant, le droit à la différence ne se devrait comprendre qu'incluant celui d'être différent de sa différence.

De l'indifférenciation laïque...

Dans un ouvrage récemment paru, Alain Pierrot, professeur de philosophie, note :

« Ceux dont l'expérience sociale et scolaire est postérieure aux années 1980 pourraient tenir pour évidente la perception "ethnique" des élèves entre eux, mais si je repense à l'école qui était la mienne il y a un peu plus d'une quarantaine d'années, je me souviens très précisément de tel ou tel camarade marocain, polonais, hongrois ou cambodgien mais il me semble que ni mes camarades ni moi n'avions la notion d'élève étranger ou immigré. Les étrangers existaient certes, mais justement à l'étranger. Nos camarades, eux, n'étaient qu'accidentellement étrangers, individuellement, ils étaient tout ce que nous étions, c'est-à-dire des élèves de cette école et de ce quartier (...). Je ne crois pas être un cas isolé en ce qui concerne un autre aspect de l'évidence de cette indifférenciation laïque comme catégorie perceptive : reconnaître plus tard au lycée comme juifs des patronymes aussi familiers que Lévy ou Cohen, ne me venait pas à l'esprit spontanément et c'est fort tard que j'ai appris à le faire ».

Inimaginable pour l'écolier Alain Pierrot, inconcevable dans l'école publique qu'il fréquentait, problématique et lourde d'effets pervers pour le philosophe qu'il est devenu, il nous faut bien constater, avec lui, cette propension à mettre en avant, à faire primer les différences à l'école. Cette prégnance de l'idéologie différencialiste à l'école, d'autres universitaires et chercheurs ne la mesurent pas. Ainsi, dans un entretien paru dans le Monde de l'éducation en mai 2003, le sociologue Michel Wieviorka impute-t-il - je le cite - « l'exacerbation des tendances qui vont fabriquer du communautarisme [à] l'impuissance des enseignants à traiter les grandes questions qui taraudent la société et les élèves - conflit israëlo-palestinien, islam, monde arabo-musulman - ».

Outre que ces grandes questions - pour certaines on en conviendra, singulièrement délicates à aborder - figurent naturellement et de longtemps dans nos programmes d'enseignement, on peut légitimement se demander si, à rebours des propos du sociologue, ce n'est pas plutôt la volonté de traiter, à l'école, les grandes questions qui taraudent la société qui engendre (je reprends ses propres mots) « l'exacerbation des tendances qui vont fabriquer du communautarisme » ?

Sans doute est-il illusoire d'imaginer une école délibérément coupée de la marche du monde, mais doit-on pour autant la vouloir en prise directe avec l'actualité, branchée sur l'agitation permanente du monde et vibrant à chacun de ses soubresauts ? Certes, on ne saurait s'interdire catégoriquement d'aborder en classe les questions d'actualité ; surtout quand elles sont portées de manière quotidienne, souvent violente, traumatisante, à la connaissance de tous et, partant, des enfants. Non bien sûr. Mais il y a une manière d'en parler à l'école, une manière mesurée dans le temps et le ton, distanciée également, par le truchement notamment de l'histoire et de la littérature.

A certaines heures tragiques du siècle écoulé, des professeurs n'hésitaient pas à aborder avec leurs élèves, les grands problèmes du moment. Mais ils savaient le faire avec tact, délicatesse, retenue autant qu'avec courage, et sans jamais se départir de leur rôle d'enseignant. Ainsi nous le rapporte le professeur Ady Steg, dans un témoignage donné en 1987, lors d'une audition devant la commission des sages pour le code de la nationalité :

« [...] Je suis né en Slovaquie, dans les fins fonds de la Slovaquie, peut-on dire, dans ce qu'on appelait la Ruthénie subcarpatique, au bout du monde en quelque sorte. Je suis arrivé en France en 1932, gamin. J'avais tout pour plaire à l'époque ! J'étais juif, métèque, classé globalement dans la catégorie des Moldovalaques, dans Gringoire ou dans je suis partout. Par conséquent, j'avais tous les facteurs de rejet, si vous voulez. »

Eh bien, je suis entré à l'école communale et la notion qui m'apparaît maintenant en vous parlant, c'est que très rapidement à l'école communale je me suis senti français. J'ai appris à lire et à écrire comme mes camarades, j'ai joué aux billes comme eux, j'ai reçu les « témoignages de satisfaction » qu'on donnait à l'époque. J'ai collectionné les images de Jeanne d'Arc et de Vercingétorix (encore un !) ou d'Henri IV. Non seulement je me sentais français, mais j'ai le sentiment que j'étais considéré comme français par mes camarades. J'en ai non seulement le sentiment, mais j'en ai la certitude qui, elle, alors, s'illustre par un épisode plus tardif pendant la guerre et sous l'occupation allemande, le jour précis où je suis arrivé au lycée Voltaire porteur de l'étoile jaune le premier matin.

Cela a suscité l'émotion dans la classe, la consternation. Consternation car la plupart de mes camarades ignoraient que j'étais juif ou que j'étais étranger. Et j'étais à la fois désigné comme juif et étranger.

Dans un silence très impressionnant, le professeur de lettres, de français, M. Binon dont j'évoque la mémoire ici, a dit : « Mes enfants - il ne s'adressait pas toujours à la classe en disant « mes enfants », mais là il a dit « mes enfants » -, ouvrez votre livre de textes à la page X et nous allons étudier un texte de Montesquieu qui s'intitule « De la tolérance ».

J'ai le souvenir de cette heure où, vraiment, dans un silence absolu, nous avons parlé de la tolérance pendant une heure et, quand nous sommes descendus à la récréation dans la cour, mes camarades de classe se sont véritablement agglutinés autour de moi et certains d'entre eux, cela ne se faisait pas du tout à l'époque, m'ont embrassé. J'ai eu là l'émotion la plus profonde et l'illustration de mon intégration totale. »

... à l'obsedante question identitaire

Dans l'entretien cité plus haut, Michel Wieviorka conclut : « L'incapacité de l'école à remplir ses missions et à tenir compte des différences nourrit donc le communautarisme qu'elle est aujourd'hui obligée de combattre ».

Et si, en réalité, c'était, non pas l'occultation des différences par l'école et les enseignants qui expliquaient les problèmes, les tensions même que nous connaissons en plus d'un endroit, mais au contraire qu'on en parle trop, trop souvent, trop directement, sans médiation, sans recul, sans distance, légitimant de fait l'idée qu'on est à l'école aussi, sinon avant tout, pour en parler. En outre, on en parle bien souvent aussi de manière indifférenciée quelque soit l'âge, la maturité et le niveau de connaissance des élèves.

On est loin, bien loin souvent, de l'esprit et de la lettre de cette circulaire du Ministère de l'Education Nationale datée du 28 avril 1925, judicieusement rapportée par Henri Pena-Ruiz dans son ouvrage Dieu et Marianne, philosophie de la laïcité, et qui invite « à ne tolérer parmi les effectifs scolaires aucune caricature de nos querelles civiques auxquelles les adultes suffisent ».

Contrairement à ce que prétend Michel Wieviorka, il ne me semble pas que ce soit « L'incapacité de l'école à remplir ses missions et à tenir compte des différences [qui] nourrit le communautarisme » mais bien le fait qu'elle ait pris en compte cette question de manière excessive, indistincte et à bien des égards irréfléchie.

Ce n'est pas tant qu'on ne sache pas ou qu'on n'ait pas su tenir compte des différences mais bien plutôt qu'aujourd'hui, il semble n'y avoir plus que çà qui compte. De manière paradoxale, l'un des mots du vocabulaire pédagogique les plus en vogue depuis quelques décennies est celui d'« autonomie individuelle » quand, dans les faits on n'a jamais autant flatté l'appartenance communautaire. Cette flatterie va d'ailleurs bien au delà de l'école, ce qui fait dire à Dominique Schnapper que « l'Etat participe au communautarisme » .

Un élève est de plus en plus considéré, se présente et perçoit l'autre - son co-disciple aussi bien que les adultes qui l'entourent - bien souvent comme un individu identifiable à son origine plutôt qu'à sa fonction. C'est pourtant bien la perception inverse qui devrait constituer la raison d'être et la ligne de conduite de tout un chacun dans l'école républicaine.

Voici, à titre d'exemple - mais on pourrait les multiplier - une très courte anecdote racontée par la principale du collège Joachim du Bellay de Cholet, le 26 septembre 2002, lors d'un colloque auquel je participais sur le thème Maîtrise de la langue française, condition de l'intégration aux valeurs de notre pays : « Un jour, deux élèves ont eu une altercation dans la cour de récréation où je me trouvais. Je les reprends, je les sépare. L'un d'eux me dit : « C'est pas moi, c'est le Français qui a commencé !... ».

Dans la commune de Seine-Saint-Denis où j'exerce à présent mes fonctions d'inspecteur de l'éducation nationale, un incident a retenu particulièrement mon attention, justifiant, dans les jours suivants, l'organisation - largement appréciée - d'une réunion d'information et de réflexion rassemblant enseignants, parents d'élèves et élus municipaux. Voici les faits :

Un après-midi d'octobre, dans la cour d'une école élémentaire, la récréation battait son plein. Soudain, au signal de l'un d'entre eux parmi les plus « durs » de l'établissement, près d'une centaine d'élèves, grands et petits, garçons et filles, ont littéralement fondu sur un seul élève. Il a fallu que les enseignants de service de surveillance et la directrice jouent des coudes pour parvenir à extraire la victime du centre de la mêlée. La raison d'une si soudaine, si violente, si exceptionnelle agression ? L'un des quinze petits « meneurs » réunis séance tenante par la directrice, devait l'exprimer ainsi : « Il a traité les musulmans, on doit faire la charia ! ».

Cet incident s'est produit quelques jours après mon audition à la Commission Stasi. Je n'ai donc pu en faire part mais j'en ai relaté d'autres, rapportés plus haut, qui, au fil des années, ont aiguillonné ma réflexion et forgé mes convictions.

Au cours de l'échange qui a suivi mon intervention, un des membres de la commission, Jean Baubérot, le seul à s'être abstenu lors du vote final sur la proposition d'une loi sur la laïcité scolaire a rapporté l'histoire suivante : Un de ses amis, professeur d'histoire en lycée, avait vu le contenu de son cours sur l'islam contesté par deux de ses élèves de confession musulmane. A l'appui de leur discours, l'enseignement, à leurs yeux indiscutable, de l'iman de leur quartier. Devant l'ampleur prise par la discussion, ce dernier invita le professeur à venir le rencontrer. Celui-ci accepta et cette démarche lui valut les critiques de nombre de ses collègues en ce qu'elle contrevenait, selon eux, à l'esprit laïque.

A ce stade de son récit, se tournant vers moi, Jean Baubérot m'a demandé si je pourrais, moi aussi, aller dialoguer avec un imam ou un curé de la laïcité à l'école et de ses implications. J'ai répondu que je ne confondais pas fermeté et fermeture et que je le ferais sans difficulté si l'occasion se présentait. D'autant que je ne considère nullement comme taboue l'approche de la question religieuse à l'école. Elle a, au contraire, toute sa place dans les programmes d'enseignement, non, bien sûr, sous forme de cours de religion dispensés par des religieux, mais abordés comme faits de culture par les professeurs eux-mêmes dans le cadre de leur enseignement disciplinaire.

Ce n'est qu'une fois dans le métro, mon audition terminée, que je complétais, en mon for intérieur, ma réponse :

D'abord, je ne me rendrais pas, de moi-même, auprès d'une autorité religieuse dans le but - illusoire, au demeurant - de ramener quelque paix sociale. Mais j'accepterais, si elle le souhaitait, qu'elle vienne me rencontrer...sauf - et je m'en voulais de n'avoir pas eu le réflexe de mentionner cette restriction, à mes yeux rédhibitoire - sauf si j'apprenais que, dans le cas de l'imam, il s'agissait d'un fanatique adepte de la lapidation des femmes adultères ou sympathisant de l'ex-FIS ou des GIA en Algérie, par exemple. 22

« Mon indéfectible solidarité avec les démocrates algériens, avec les femmes algériennes, le souvenir à jamais gravé dans ma mémoire de l'assassinat par des commandos islamistes du poète Tahar Djaout, du professeur de médecine Boucebsi, du directeur des Beaux-arts d'Alger et de son fils accouru à sa rescousse, Ahmed et Rabah Asselah, de Katia Bengana, égorgée en 1992, à l'âge de quinze ans, devant son lycée en banlieue d'Alger parce qu'elle refusait de porter le voile, de dizaines d'intellectuels, d'enseignants au premier rang desquels des institutrices de village qui se rendaient courageusement, tous les jours, à l'école, malgré les menaces, le souvenir du meurtre de centaines et de centaines d'enfants du peuple algérien m'interdirait, par-dessus tout, de rendre visite à ce monsieur ».

Voilà, j'en ai fini, aujourd'hui, de répondre à M. Baubérot.

Réaffirmer l'identité... de l'école

Un autre sociologue, le regretté Abdelmalek Sayad, auteur de nombreux ouvrages sur l'émigration et l'immigration écrivait dans une contribution au rapport du professeur Jacques Berque, « L'immigration à l'école de la République », remis en 1985 à Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l'éducation nationale : [Ces enfants de l'immigration sont] « enfants d'étrangers, peut-être, enfants étrangers à la société française, assurément non, et plus assurément encore, élèves français en tant qu'élèves de l'école française ».

Quelques années plus tard, au moment de la première affaire des foulards à Creil, le même Sayad devait, en une formule éblouissante de concision et de profondeur, nous expliquer que : « Le foulard était déjà dans l'ELCO ».

C'est qu'en effet, l'objectif d'une nation et de son école ne saurait être de produire des identités communautaires sûres d'elles-mêmes et dominatrices, mais des citoyens aptes à penser par eux-mêmes, formés à la connaissance du monde, de son histoire, de sa géographie et ses paysages, de ses œuvres littéraires, picturales, musicales, architecturales, des hommes libres, ouverts sur le monde et solidaires. Permettre à l'enfant de s'affranchir de sa condition originelle, telle est la vocation de l'école, bien plus que de l'encourager à s'affirmer dans sa culture d'origine. Sans doute, cet enracinement pourrait-il également lui être, en partie, apporté par l'école, mais « de surcroît ».

Ainsi, il ne me semble pas qu'il y ait aujourd'hui, pour l'école, de tâche plus urgente que de la conduire à se défaire de l'emprise de « la question identitaire », à se déprendre de la véritable obsession identitaire qui s'y exerce à tous niveaux et dans laquelle se dissout petit à petit, depuis nombre d'années déjà, sa propre identité. Pas de tâche plus urgente que d'œuvrer à construire, à refonder une école au cœur de laquelle la transmission de la langue nationale, son bon usage partagé, doit occuper la place centrale.

A l'approche de la célébration du centenaire de la loi de 1905, pas de tâche plus urgente, envers et contre tous les signes et facteurs de discorde, que de revenir aux sources de la laïcité républicaine, principe de concorde qui unit et permet de vivre ensemble au delà des différences.


 

Juin 2003 / Mars 2004

Répondre à cet article



|
# robots.txt # @url: http://sens-public.org # @generator: SPIP 2.1.26 [21262] # @template: squelettes-dist/robots.txt.html User-agent: * Disallow: /local/ Disallow: /ecrire/ Disallow: /extensions/ Disallow: /lib/ Disallow: /plugins/ Disallow: /prive/ Disallow: /squelettes-dist/ Disallow: /squelettes/ Sitemap: http://sens-public.org/sitemap.xml %PDF-1.4 %äüöß 2 0 obj <> stream xY͊$7 SyW%P5 9 ݅&\mYve%>j{1jpiAsbwX|QPieId(tUAmnjW"*ip Ս>ߞIۋ+r7{}y&_P?0~+jvɸuq^tvD%޸,yA$ߋ/ qLnͱ:Q#)FSm0FZ % 0@1_i' 渮嬼74Aq4dG618#z7K䂑|ْ/rVnI#Pw C1{~d@ZjhQAΟ 55) Jy$cFiG&uT uByr0Wm2wZYJX3e HT5i63$`+EEo8 $ JW *#ДX Ѩ:.G~)J"D[uBn yKw^qx {a@+@EsFB)G;wv!<7b:Rnu7BmU.ґ-5\0Z?Ԁ'7zc u])n@ۦԔ;Y֞ܙpP$A>%qyCO_yyM* \#UKɚIeJ QSaPx}VilL(b_J @#ola:ݲ-OL\4oM0}w5(zYF,-vUfB')% Lq`ηwe:Kd }̤o҃0\'fAB;_իl˜ ҭ73,G{KΠ<{,GYׅaƟ!> stream xOgGVJa0NCvAWA34 '<\$ L6 .xd`$@VV@@C O4L "0E.wSNsZt~nT B!B!B!B!B!$/ŧ??:O?~xs/[@m9ћҋƟn/]"l{_|Iɑ&vqN֯K0u I9ZL'gA/wjւ-BȘ~4jnh` sg)Z!Ug5W!MYE~ SjHuBqV> ў'g n]mz@r"0-+++ LAv NP3HUN!]a)z/.sb%d0MqAWR3oXor&S!5cVT 9JU|5>ۧӉ'4 9JuC !UT|@BΓTGD,Bv:>9XBT+BHQR%S !!0'Qn|tw-yOxCIJV[ol](53W+2g˵.!z '`.Iƭ;g[k@??PK wǐP{٦XQ6Bt:9w?޺PhjCĺx0fyНlgYCWFUx#zPa^x?^Aa <Qյ-IW"1TMPoȳq)՗_9͇A7,kF+ҽ ժIVj) RP?j,IB5&U]?9DB=@{}Բި}'}^J{OӮB/2!>M+5Pվ:lAR*UȰ3N0}JCt\9VT?ha5'XVh/JSF[E!OE{:i[&7uJ*̓ XGFXS*Ce:jU7` ыWrU[y J$)A49SC@|D+ieJS-_ɮ>/#hz^ILÇ/շ KwɈfTMkenpj+$r2gtpBX0ɯ:e*_&| TBWDN R sR=>4Tв~iZA6KAJM +(%ui? C[¸3pnpZ 9ӆ^wdTx廠 o[Vz1EIݦewhWʩAC 'wbu[!Jم|"iw?G?[XcQ)]6v]sE%VA(FR>Z9 TUlRB˖f7ڛ` O-%x0Ь7n/ UG@1Elg9檛jsVji PT4 X-aElM+R"Ňuܝ7ik:s 2QtL9QbؗWnb~Q c:&6KPc+rAtC||= y!!9N/TEhIzTX^97x` w%j1Js'}bpsJsor&U9IBoԉ캎MTҡrQcUHLu>Iy r)C*>װ !DpJvu~qsl:nx^B9UR(^K1l&hiZ38wC!IW+T9B^ęKGUAQڸSw*a4Aj%hxm| M?^s/^g*)];@7z\o J:4lfՆlɥ3 ̺r)Iyy!½*G8ZCM.JU."OdKN02~9 }0n|tÍV=x4˩BrYيRe{m0 ߓRmokԃRUD5SS&|Ko>mP{ >ߙ8_Ÿ^A ߄hH dAaTV :[gmR8=tKM˹"T%IA8 oN8VRcEJ`4nT(:$PplE2'}N`W9Q+])C2uc*z~"<*o4/{6Nq`и/>@'+URC2織-E9OFRm庴|2몚ѡR]8]G;[TNCꪹ}*UwQroVp *]9߲JuѱXu lWI%xO&'T^B8>pQ=$RU(':Lo$F!ޙ2rβgTeh+p15_ DϷcp7ҕC q~~s|͵kJ<%Gћo}}ԕ+WB/_ YU髜 P P~O}q 8hԄ7T<@߷h8=X36NMӹFuT&eS5Z)z㍏6\L=/6OM|zz&S͕}<#kKz(H)p%?ٮR +0lxqzhy$ ǫ+8B/_o}t+) jjLejdE ԾWtjxmTR ̈́/rxx;Tc*7G4䃥}87z6KR^꥗N0wC%Ra Mt=sԪvhD͛7~b>yȣWGF~)J$3<_B\pGH!7M*ioA.liSzB2̥_tI3]?p9rnPɟ4]aAx\VQ6r'+W󽿤gi[īJf[L+ZE! P? 5fe)ͪRsrrr4q*_ٮ^QU!չFhO+͕>T>#m-Ju6d[z bRo={G@nJʙĈƟzJ%/,s٪y$6h)?:gP4d*˚#fY9v2Iݮ%S*+l<_$RZⱫ+r)ܗ;jztíJ|JʔX5#^=*lLu[,4R&e:z0h*cSFV7єP'DR)joHE\7~w%Ԙ9Wz?Ka?-uH8SkM% z`SXJR)CJ4~aތ7ZFxM?y$٭Raxd' ޒ\*Y~p Lz]jH6zעFA&;T\X a^-Tx_!QE<`/>a Nsz4Q|xqtM } :8zaĿE/\J(IiQ*ɱNJIO k|J`dk?u<$ޤ4QvnY?a8ђRC(Db[lYE!1G+jkw~)CMxj1Bt+Mq)'k6٤DiB5V,UBOQ++U֬)h,thB.h?=Xz1BՕ7\0sNCUE~5J(&e%<@ 7JЦTkrRj[}yj23/a#ϴ^ S9gRt|4g~_ԛ}Jvj`z)U~2!!C#]W)*Y~ˆAX2k(vMC@9j Z&xw} gY\4hve L)=/ Iamo޺) [5KHRGjb5:TdxZ&J&߲zz?~>yVp ܚOlʐ'*`i-'c` (C3ӱKC?q7nK]6(ֈ@RM["?vq!ϤIċFš7Еөu6,Į't-X7|R(T**5.J5AwIYeTloJ 9ѝ gT)j4t0JYxoJ%TĽ>.tT.TrjRVeޔJfQv )UԵlTk~/-9|:P|ِRE3R-ؖRE٤R-C֩TD*fڕRuR-;9jRm+JAs~cRy AeIeRz*]S(U҆BP|%~Tr 5j*U(zBTRe:nWIm-Ju||͡7_$T*_Tzݕ7&DEK917ljT*_6TYCψS)UVTlH^KKea1l_\6Tʳ5g]!Ig P|qOy) S²x{a Tޔ*9| cJ{}:#:-J)@-d/IvT C&]`Q|T6Ke;H́*I (xFwj:T*j~V T*_*+fM|`P W*W &og3{&5nJ  F> stream x\ˮ# ߯zU l   2~H(DQ {`I){3_=n_n2hnkuwKrs WntwӰWF|-=Һۏmo~~՚~ jY5ɬf7q';ZB'+ al&4m,vlb[{^;!(:uG2P&+FX3ъA% I M( YarWA2XnL=,ꫂLyV؞mͣ IdK`  WҁF8K셪lp2?7 Y(Δ+U}roAfBmeh1)8)Y w1P4)uRcꁂB@&!VָI0VruS .{ Y>HY/Wir2sa#U݋f+ i9-?3IЇuͶAj<¾ Nmub ],]A?3GȒjW),xFAlDxdSICDkZXȪfAOP' hT"Tĕtw#N5, 0"WW}^jQi"CXݚ>RY*oOaT"1: !ۭ_I=?E.I&g SꄆmicK#JgGT{Ҫ. LuDcQ)W [)iv~e$ŮuvvtH&%m4r-m+@[TXE[C;=Bf+(i;_!m",7ȆaUJDŽkDCa} E.k*^Զ0~6K."ANp ӥBP8(Ǜi=K9崛 HS~bjP{+O14I+ E)gQ 9zOSfZ>1؀Cz{% z+xd R:o$ꁔ~F55^ML{1jڻk q.Wt׉] F{q6!V/6,4 -wI; =仵+zyVkg ML} Ay60]*)hП#OY8uT+hJp"+թ ?/29v\_0|8J71UR?FTdN5)"NcE7>K/t4mZf\zbF#Iy-O1hKy:/RڍTYE]n z1䅮3Nϴ,S/mr!$P{$ծ^VQ.0K=au9f\gю-K4K=NeT](Fn\gXQF;q@mVX [O[_!Oy:~(#oՔV|RͤQ㰑^/6х9Y]j&38:8UMyLLOXƁd]J& BɟY޵E[CgQX EDYegOYXkTdͨnF)~U'ݺB'@琓<>1:ԯNHWfKLMX?{̟{]zP6Y' אx粙xU:5z~nl:ZW歺9afb{!}RS')>Xħ9wnZmn l~ž@z;3qRSl[ %e%I9%Gǩ;$[y.9]"B<̋'WBAyqE; `rǭN8%Gk(5&nj`]*iѦGTlwYvvͿd^yipr҆,XoȎEj80G%v4wCd~Z.rL݁?]WOꁠખ!|G %dPԠr>I=Y8q$uW{1#C?[^VND Ck0V9" s:\,bC/tZ݂9F.3I#nG['O,o\]2 endstream endobj 8 0 obj 3970 endobj 10 0 obj <> stream x\Ɏ ݿ,*%O@No@ M~?$6% Fwmro# q۟nic-K?~gx/!__Yc?|RÑc} m})$}mJa eP`GQt5fp/c<.g1gLq;8w 1'ߟu3> )Ë5QWdztOxwm[5B uFa#GYI8;^ c-a㝙n15ۋb%c",{B]ajS dUz'ą>kU#?E(/*&5%6ltByMMUE<ފlSIJ7Z3DP ,v BHc=0w3YocPG pINěU1bPYy@/F-hp9O\8w x^Gy'O1уEBmۢX\T#G"Øg;)M!]NmrQS!|VuqeVi'\.hM*|#^禎mՎ.txLAL%T5WwmFdž 3n.s6rF;t-y{]xXf ujtSW`g7~H5pczdvfJ8yT ns$L|yTM=r0z|F4N[`BSSjxI@ZN:,{֭"*h4;}wtNrL\n pu%{?E ,B~NlR`yI'/^uxRwVc+5ldǘA S-h~LcYq{ff$sU8Aq Ǘ \ʳô:Je$R6"ϽL2*G^@& "|y!ґt>aFOCUpF| !ipd,O,= FyNp)nce_o` +~vU~TU)2q;vqmF,F%gr\OY79ֽc;\rSz3͍MѶ˦JݬSʔf1S'aF!''h]Yk8Yvno*n-ZQ. ilmr"`Z"6yo*ȧ9|mcm a ֞=k\P98W'⻹暌# %|o=f兿o^&.B紁xҖCP5JXJ :UU%K v݃˕S fbcŭQ[kjTu`m| wVa%M7cĻ~D}`\'̌jf-+W)do/=-஀ֹ#ᐔD=KȻU'7beE8 y{oLԈ Cj\ ^z'!VNj:zuhG26 EGi +`s !q+ gw:r;tJgܬ)*d?.̰cSWf8-\A]̐jrC;iI|w=&G_$.av+&o8h Y!|gYJ :sY.r[<"ZfY4)`L̏pMs=윝vPiwuT!|ze{reT987^d Y!˒>v2 X:&Qv:-t2T8>ɧOŽ>8*Q'?hF$I VzٳS̷&Ͷ fԴۢ:4\Sf#g;;6~6Pgo4|?CAٸC=ܛ84pïFMƬ6sx:d5)]o>%Bԑvt\ JVG b9zrRnwط(W-em?`1+ gkzZ(۴Ivw`1A2.4}[VƊӖb;bioy,ѢSȞzk#fQ{ĩ2ݩcŃZ[-sr;e;O:bwe6׋R u&v<"/Pg\8`6[ؕ*Y _ej۝ˇi>-bw5K_aHt܍9`~^s\?0Y ;1)h,X:v`*b> m̢9vt9k\ٚO IkӿnS I-}Voƶ rKܗkBh`_NQ5B;7aGpaOCh>N.7Vfx)G&`"mlJ VXJ:tō}+btN&g,n /eM%_X}' 378ssieXQ[ljЍ8 gPy TTc,_x #b-0Q!hxrٞQbE5C1vԮIEHU_ƶ3sۉzޟ;+wH(ЏșCM9Pnsi(~,.쟱 A|Rf)=|xݝ[L!tJńdb'k08?aF:PQYȏ|KSjt)OMwSrCn|f+TzdLw*>3e_7n;hZՓ%E?΃z*'To!˚2|O4~0z{-d=v J (5V1/ gH1*YG]P<9`=V֛i!2á|rt4`89*Xg魑UQ?[r]P;`sS?>~+>b'ӝ=U~X=z.f(iYI v mהc591rь)g6s։GY&G|ZMP>X>/I]IM6.xY:僑HIN]r:2s  (}/DL~:P睁iKH1$>?@]WH@(3Ūĭ%f jJdWkZɹD-N> g#['Fr o ?P0M0!T,ڶvL%~4$p*nb6 #2 endstream endobj 11 0 obj 4758 endobj 13 0 obj <> stream x]# SmA*}@ K^?"%R,Q`1VE{ǿ.;mWz)<~/x~G,1믏?~},_t )u]Ȇk>- vy:ZGY<}f Bx,Ӗ ֓"/g_} v#ů@?4=}kة]xٽ=,u!{A  ]5S%~eMplS++rSN|+wtq<_cq S&{'r2` ~&z=μkK"Wo.`c-nY6:'UZʙ8, вd(Һ9|;r(53!|!nBQڂCݿyVX:xUy-#2ޝ0b^[.[y?w`Y Fir vDqP{#n·U^63ԃ?KYO󼷔l#cY0ka{RF6")Mh4%d9f.nۓ"n:GK1O@h,);8'LhYB+5 "ʎ@(}J$_ї2$qUnRx$bUE̠d . %>gkVC5o}m`!-֐o K[ (Sk Aw+a̿p\֏ %|DȏYwt*oU=;JI8Jeze|P١[F"ӯ׬ ER$kg{ٛMGfO s>6" uBz|N%>.pSveHLo<82۴]Hi;.T-:$O|rsߴ~7x׉Rx9'h^ ?Զ8gGS4/ =ˁ֯ղheu'6L 8sR / :v]Žrr~p9'WB:jJ*0*+T_\i+ؕr6wBQnjdNN,;Yث 7d:iIhQzwezCֿ.n.e% GCkvdZ>.d`Kt0F{ 1ޙeLz u4d@`amj5fʧʞo]t&Uq-*:3̀sI> ;<BLA $ر0Cf GG9@V`FoYW*ieD’Fb}1ƚ332Ri̟f--cr=fWJA LT6eԝkh6+~%;:V5g 0}헛@2$uw|(YtpUW]tvJ6"Pl[PMd=/VvK(ۂZ^HЬS\W)O- 57+skeg o1y*:J/K|n*ǃݠsqlBW'Wu;|tJQu%*-=.| /9]a_T33rNWyeilOI Bpx~srz) {s =]Mfc3jJVlfId'%w ",68f`_%wI"bWsI{gx5"oS Uޒ96&(¬*8bH*/V6WJضl{' _W4vlϋZ P[KN!,Ti){@ W,jSiF$V؁n'iAZEyO)h*}5ʪbN7pK4ԥL93}P"-YZlɚ`dG >kϚ>Lamvatqf5d|~s_o4)&ucV/ChxQ+ѿ۷.E^^oMk3:& 7|p"<2!L&e~)CJO_Uk鲸9c'n:u^h*(+nzb;RA,Ritʤg^%f[e,|gc#i77?ş *Ȋ} XwOx~`a|aWOFIXV`;<W>ma2>%r&:}7Zvv# n Ǽ/+b;άt?G%XAV3;*L0 _fŊ\nY'R#xÀ6pdL~d*=G>1>HF~,ؿ1tqfv$Mu'/\VHr[:8J&|m_f,]x= 4? endstream endobj 14 0 obj 5226 endobj 16 0 obj <> stream x]ɎWه2W-a@̺Ѐ `< c!Uxʤ(.xdy鱤o{ϟ?Ҕ?<_?~z|fߕ^\ti?۳̧x g{Y><~juBxy- v^2-~)$wؠ?[Zg >G ۅO흏n/}{Tߞ ѽݫkOC>^"e˽ۘ궵O}ֳTFGϔmuG~nŝ`A)O2oW9bvmBGH qU8?T&{^p,V^tsߏ=|1p5%KH 7Cݦ⨛}ٵf{Bei.]ŷbojϠjYoz@=9֥pa(ϮEn cŝʰEBSFχ]ogy0ycm\,cpUq}w^0ڪXE;尦Xl.}{ =Z|ey^gi,k\ayMn>kUR*G>t!ݝᤳU.U$N?w_:ƓC8xSba6٦s `*^;8ٞzYM{a!JרKPW6`/W'XK2KJ*dV|zCwyBi1VU`Ph;" ;T측4 ,; lC跘3VOo+XKXٿTa*k m!b&%[cw`}ٽzetH"${?VųگN#߄UO}:LrWB}K !UJ|\, b:/DN2,8T+ Zǁ܈>r)p'wrw?[D8 ->r-T!tPMU"Ͱ٘i.}0@Og:BlElס ȣ٨%3#CeG݌%;5|6W=s1Ч3X`Ǒ61_k\VT: "i= a"gRC67pVRy/ V-Nu ɓyϢTdd PBRCG(3 2 TMYZed w/'71`)QlB&;_+SrYv0}" :9pPʜ!/ٰ8E tH)HCeh0$ `I/sID 4֘y6(SeSy#b1x=ta^:~";55q^"qpNΦ}j)$An Lg8LӸ$T=izW_DۦT>: IF{6N0EU0,p!AȦ7g&֎j)E`c^jj( ұDȵ^ &aX J () PtӨ@HLtdI3p3Xds>RT!b Yj ~qrSqLpƝ[JgtFg + qċ3f4IN2(~q.m/ )Y"?-.np;S_Dn e18)ֵX$d:y1d*pfѓ adWOKsE4Fr!Qc/Udm/+ЙzZ1OܹY0RQ*{53GaL8]*H u^T IȫF(:6+X›bt"S3jٰaVE޾)m:əod*7K$la4F@NNNyz/U͂Q'YOd™hhϚ C.9#1p~}<%| MGpkC zt^C`B՝>9 aQm{|G-x`.ۥO#/dXv'!}vl#1#ᗤ4T;G\5x`-wnkE:=]mK3۹^=RYNPH_{7$TAIu1uuFGF.3 >"*ӡ*NO^Sa<4%n(>77̓y$^|MLT5rc|MCq2{Hk )RFe\1xb.9+p!>LOV z$bW AF㉊t\P݉BZ>;Tf?RZ#S!࣯oe{T}` I,GXE"S#svI<ۡrY* hN8ЃrA-C4=\END~Xހs %c}~N2o>C+u֊iw8THf!>~,rY\ t(J|p%[,Ѓo8Ptȃ("n}8 4s6ҳaTйƗW+Els9]~.z;^vᶇmFQ{ZuwaHRfBsҋw )k]6Jǡ w#PsTӳl6ljZ8޼4?wG! ?Y#δN)W4zdchaFg\5I|M5 { A8z'? endstream endobj 17 0 obj 5197 endobj 19 0 obj <> stream x\$+ʖ  u"#̞5|q+?cKs??Ғ?ǺϿ=?~'?2Y~~)@P~u2.#m2=쵯+te>G><~n Bxy/IQ | =;@B倜E鴄)O(NR^M˲Ǭ-DQmG N(ɕEo`/44´@ ,Ŧ* mYemJ4 Ʀ!PY mL<d#x; jڀ@ĉ!H4 `yOTVҍPEJ#D J҈"e2M%x:oE{9Nm'#OiAf4ˇ8x6&/([$GU(NDvDoU=%64ob;pI a| UήO J!Usjyd*-dӫ:xlQ3|4>'2Ǘgkhvm (M \D͎r4ru/j *fxh]*Q@TBǃ`+=0hm uҥ1L܃P%mv/57\Otq7LXa7S6ywȶR@&p4]af+%+{ur3aM fYnYl7GfݑTD {P[JR_L PQ(:7ȟ ̟*Sv3yjs@Nr TAEQ!Z*s\j|쯦 qR۟#VzTtOQ+]B3 U_j]Y}Dl>vb9,TҜJUzS@ֻB#/i tn'1`Fup#gpէu%L\WM"4ƈ煮&q`RQ{OlC3B.p&taڪU:2.Tt.KX'"(fB*_fo[UR~ImLY4(]Җ S>u(W%_䷡d [(2ͩ.2T|wX7] Qv臍 ͹Iʼn*Z䫛;6P.ʥ@+4TPѱ`Og[.Xlsޘ nWE CH?"w=SyK[Bb&'ɧF"#=HJJ^ PU;94*4!_K yu-" ?(ܢm{Y7SĞ i-=~uNZ8'Vd=^$C0 .3+},T߽aq-[Zdzm%Dxp.)"*XL*h8)oo0RИ_읬h! zB<+v]V)gI#z*W@5vwF _/Fаi$=k{6 ,UOp#&,sR {qPXӚgȌO q-Y21j( npD~(52!wd#īKeW+!.J7dwWםbj&V)w[lƩXFLG֬4!{@ĒPME3Vk(z@\zڹ ZN:&v@7W,2c`m3XT w߷Oԓۺ@.?& W1"w'hXe9&т3{S@@V,Rp u{(Ҍ!{5I h0곛'OJa)k-uՆIhoaW[`47#ń=E5$N2HٝX> stream x]I%8(k䩪-Wn[w"̞VSY~Y)_{[ۗXݎ;5& uG;-- {/$lV?WTXvW ӊ|?`+ľrK\ະ%(,ۣc5*ա\A + ZfyXB]G oMrB ~(^ #?aCǾ6x;zZ0%GXT"? ۾{WqD*-ENk$WwJMQSE(Ś,\LªK/u.FU ݋[]`wZFӯ"w@k&$jbu}Vےؔye0 0:h۴nD*ͣ/+[ݟGf2Sewk* ~ΚIRlwb.1jTq MPr! a}jfEcu´`7R^hp!6+(,::>fBD.dU$GՑ0=(٢~jedݦV&|yU/6JQfdaaK{ݡ[λ'=u۱Nbׂ_%pz (W <>hv~,WGdmP#Nl|ށ;[Աi =w7k Wj*hm <'q &*HI,kb?M?[n"MF$a|1ǹ[L=аW3?gY2$+=-^k:(+. <$(Q< f$ZãoW\ES`CJUR뢸-1bU&UBذ `'1T7䫯 lezjl@&ـ앧Xu@a4l154PN&d:Tan1e+מn7®m2^O5= ]Z|ŚFN*%_d&spNqJ0p8MNb>4iX5nKffk9(|q; De]ʀ%,9(5ڍ<`garU6'fwUՠəJ-=EYΐ-!O 1Vx֬CgÊJ,-!sVhLoԠhyQ7;^U>B ph-(_jl7#^_.Gp3p:rԿZKU EՅEեrrۛ6xj VF7RPo""LO ]^,ѓ)FdF^PkXStH[0jAZT` xgpQ@ u -MP|EW![` dr>XxP2ynn [5eFPK@%b5`~.tZKnfZV ZMkX}MDPJFj ԇ{X4swjVA?Yް{_GbW+U!ގ͵RԶf=A T\y (VWk$&LI^`,Ef랪ĶONSV1N<3/]Ih4p;&A u*!CFn6Ic!^{3$/.}͕TP{{w5Om.ڰǰ@j@&pLɛRTbkDﴠ(ZBx易7)F Vvv2.e.iTx}b݆moW5+>! vfepТ! Q(+KfCpc@zF [̥԰_G ʽ aj~(b#2B8bnsrP@ߨPܣ zEy6JFK\7M5-v/2ۃr9G|N4Ha3T#և o-!ӓh+m'؍!"$ 7celcJz5/$_VC $] :=ۻ Cdoѻ}3yn6'쭿2 ;('6J ૹM o7gb @oo ݇YoD_|zt)MDpW&*tu!jN9{LNB!j.q[LbfYECn r24)tc3t "4~jT{NBᑴԢ6HG9.{`J#obL:!i}y j&g>k$ݻ[2AUZh[/&B~.Z}9JlZ{RP,obJh~ۋA2ފ&a}kRC#5熢I..sE a+6 2N2{{f̿3ZlMTa-qYh!۪ }7'NZM6hSKR]GGT}*bD[*@Z?mx`4W)"qq2!͙,N1W7vαOT]jX1{{_xìy:Dë#v78YgS{z_~}񟵧ogנ`&vp<Skb;hR/1xPwby#/YYUVG`CUoFD%I<{ Ȯ"֓l a733YB@qǥ!t "-vr!`~ :pZށO5^k<: 7-\|fS# 7邒3sqܚ[0}~gwiQz>#w5aiLu[] ׬G) _AQN(]# DhUI8Xo=,ߨ!yz P =g3mBkH*L,;Rؔj)Mm%-cWG.b:wW3י4 g OQ$_dc{&'zћmZҡ!' Y?&ʄqQ5Mws4tWcEqPįK.XSOۅ\l5͞K5! v(֞N=}?"-J)EzXj}KqC߹[^E&/Q񔐸 MQe֢MS $<;?)'" {0)=z!5rZ8ǀX(m ؘWWp]./pq,igz}Pup_Y^Z N uOR}D$ n‚߀a"w K¹LJ^ﶅx>Yi =L ~xT,UZyךN 1`> stream x\Ɋ$SهLe1TV ~/`-Kf(ݶaf,XX$>\oٗRxϏ?=ǯi]>GαOۏc?u )u2.#mcϾgc ]bϾQۭC`WR<7BrOO#ŏ/>3 p^>-<]xսѽʘ-u-!-|ltMb5ߗ2JQ[~_ӽۚ걵>xV6TV,5G}lϺ{~[Nw-~q+}T YzZm)ǂv`K/ӭ6MjL#eB%ENueک6ʿ럍sc \'oU~<.]'k&[& Eåv ľsȺv$mt_e<3 +h 4*q޺OQօ "]?zr\@$!If&[iCvGeZb\Rm%[B"Ԇl _WPgܛ4 ̖Wh2FnfYیݛ,HSi3lYb-gV4~IjgUbT3еQ%:ob>[p=BqD?V׆ۮb։ uZ<`\Cљg$+潊W .]uZYWf^CfDQeVxc.V2ҧKxUBYӌEŅWhG`VCJXJRխre1ӫC 4jB֣)s\I.,M[$[ Aע*^a u܆Ca׈Wnثt)k}wi++e]`g0r;u2rkWѝ&j AG BaI_a݁iF GX#yO14W|·|J:9ϼ/*IcBwgA=ҎuCp uI`$ FtƓx}t{:(bM.WL]|EffB$zkMu=u]> (!YƺdQH\o+;@PhH 14"P>!LcvBuJHCvw;)k^BPh&$ w/{h%&7x x2q `~°KRYT@B%4(A>sZXy'{9U+msPuaV[?O,$[%7+?Al0TFMɜV9]n#tݡ(*uqe/IhXڈbJV&` nEjhAо9QwO>La?/RkA44ڊT 1Ɯ%qI ݊lיPȓ31;pwTq`+^B5][F}# aUAS Sg=vm>eCg-qs8{L"*{cdf@ YVQ0}aH*Y 1Y8Ɖl69#~.Q'1e#']VLMzԁ8eY$Nݦq^_Pa+IDɮ+)چHlpd8 Dz7& H>.g^1' oeRK.H&iɢ?y< s֫pWb-)[mj[y X7v]&]:$Z'D1R`I7|,5)14 ݄EpbkҰw٥jAVsԝQ~$< ZCL ɩBYO!FЪZE' %yMM;;Qy६5L"- g[x I"VBodX~eV& ""--)`ur4fAŕzXkEԌ차%oiYU\& > ID=զJdr23#QeyaQX vl1TEU ^AC,jYtX+5]qWDqi~bhI<ɖ2^2p.oA X؞ߴ '  g Le񡁞]I}BSTۿ D|۳6i;/.7 Q/.|W)f-c[~[DdIS7hd#֚$#CNuX\dT7@m^9oǀ8^&K [C`K9E]$Py<;- RVjIpI /pCrz#06t,:1+v|@*>sjN6U1J3$n$>78>D_`+nvFKKj ⴁ@UFX+d`h]ke]!"xmm٠-n/שBȥS8ч"Ď1(,2$bOvQOV] .3H/u`xīݘ]D(J! !N~9@io& sՉ-ȥTP@ϼԧөdTxJ)wvP> uR$MJ#1S~ ʶGH{#=erYk ߧ"\ÏX`٨5!Y ġ>AQ^1 ;9KfV]"Ҁ Gofl^0 =+4 _#:oϨ%H=_R\^9vG{%Jhjʷ<^U'F?5 "Q]I]TZ'q` (*Qj+:Co `Yj)';]6oNWKϮrԼgAY|10K\X-h 𝺨2|5/q.Pzp9ȷSY&^8a^Ըg ҮGbŸI^c"ɥ|U j!e۰ N֠5[7~FHI&t-!u;ɕK go0  +5KPx[-Es<5f݇dS*+KeH!QaF}*Ⱥ@Kyɟo7@{!',~M-'}%5t ۝@`r8A}EmVBhp2pHt&ý^V5~@܍c_z$٨}A p=y'FZɸ 8Vz]o\~o9ZALeg)йX}J^\] Y&7Cd[rnO0S/U6zKD^/!mwo"ζ2Uc_3{8=޹QxPV3yJ5 zLg ]iaQ^Zvȷ"ֆj>s,hS/ޞtB endstream endobj 26 0 obj 4753 endobj 28 0 obj <> stream x]Ɏ#WCk.a@R4`s 2d02Un==Ib!n+=ۖۿ?~<~HKn˟?zWy۟?~m|f #<]E̙c=|j_H,so}G!ۚBe9ͧݽH#e{?2 {pqG,s~ϟmKy{2DruIZ> \f4k>ݫ}wmE.=ħ{.8z^woϗnN|n&0 wW[v/qG|g0~#Px>揌S0bU켌lK3߶].:-e,,΃i"T߇*"FM>Vf;˴~DSj.4諸L[a{ۣmeI­@ -;o搭S:W͞/6XF*٘zF| f}=5 י",Uxsigc%idLIҪku=P8mo6+qr!J7u(,ʤ/"+8wwf՗ug&VVg&yZY V|Q۪7-Q] WBR30H ی!i$bu~Ray%rB.U-o?kdAg.VsjbRhֶ3Spa=hnj RP5?0iQ;:U FQJVi8hkϊ7}uV `Hr fnƳCYRo/F-'E]ldlSOӈH\i%tИ*[#x_yGo q괍AHDD8*̠B@DWˑ/6yBurwAAyc ٸ2;0J2' K>hl9޲$$3fxXw·(嘭/ `obEʪ(V%C2x2NPYsU-cCCf0*5㛈^qꙔ8RRv^W;Zi;56f,!zbe;) 23oF\X05&|fqm3`塧*BcEbf6Wzt'IMzMI(blDfP$a aS^GRjIUj.0)^e-==I(4} N 1w`=аul0W:*T~=q?xP왏ꀝD a{3Q6Cx8˓z;D8&0RFz'4O'HmZt)j'II1nRN$Z {=lgĉǺ8"X4%*4X%w)ƪQ1sX2?ahmvXuK7KcX\JMůjjbxSKjp!+/SGlʘ8fxP0Q6Ath٢>+agSwBRlj3m =YXgmekm&y>3JYls;GД1+jeVݾ)C o͛v<)}R|z2%ߨba`&C?dTq Z]O'L[e]|r<cNdF;+u^dcDygDfm pI[.ɤ3gȇ ?IRM 볔߲p"7EU=Gy0& ,>*ZҰE7-z:vQMqN⏕(tQyKHn<+P-D2E˹T"K'dׯm,7Ȏ8g61O}kBjFLC;eh5ML/LJXT9*1ݽf_O Ohx`0)VPBėZῗLjgSA;96Ʉl w:9 .@2NlW[VLj̢@vȂ7M~#_J6❔ie1 }|Bξ[!Ac uXݜU&r Ojꃵ057"k5.ZOvdHDCnO^ZZӓO0v-vlDždBwգ]; Z[-QUpxhVzXQ/o=ɕF-o܌QctmRf *Bl+ʙ_ $E;`/T?IJOj8E-1JЂmI`{} wB^*jJUIГR&dȗvz,9@a/ 0>V`HZ;}|q7Nvߝ_>\~`J STdNXsnSQ˻8fsr~w`Um' "hv, jU ]U|ccI3Y;,Z1 I9)%T|k<^."#yj0GvҒ}"8tiN\O w,ïwLtf}})@}Zt`V,1| S(N7ڙo¼,7v+k`F$1&5kz㕄uUQMkNz= D@:ڪIH58&fī.IkŅ-;GJ$ 3=>b{;=|#K+S)"1H%zde3CuHEL@V?#8>j~[xaqr!7x1~U> dwU{TS.+Mn9 `GD~䈠FpH|Ģ-tヾGqK{uyu,ˢ > ԐE)c3"Z'풻͜솉O"LW Fv2/_3'];` !]F&pdL!"QDWnn !%Xnّ5S+&wQkfАUAC2dWM =;"܄:bg:7n[0OPnS':2 Nmگ1CRa4u͵[q yV39W+~~~gr˯gпh͞|&l/QYAk:N #10bWoxC?i~ i>B,'n[@@`?#'WZ *i_rxD ύo&zΗ0pɫ gʋ|p˛ːRsD1Ec#W> stream x\ǎ- ݿk/ڥT0 p0-Qb"Y`n+PaPMm|ۚxޖ%ϟ?o_o?o9Ks'ENou)M]i]>f{2mqv_`Jkױ4m1Rʰ#+*95䘧wX#ӣf#>B!5q\|yz)Y|ߟԹg4WRk_c{$Z+_ӻԮb:ES+:Iȕ{[g]hNNo>m6r Sg`L':|!mϩѸ^ΎaFԕ7Jp»cØ\o .iy>LSX4o| l:.@:hF 癲KWWVÊ4lcſ*uU*oWE. mjJPaQÑycuqW 0a PWor Oɿ!Imе蠸.z? a%*꺐mm^f-4SU'4L!ׁ3!b Ub?qſ-E|HF멮q#ؤᖃ: 넞ʧ27 ,wP?8iش{ר2 Ȣ`ET <Z3R&a?oGR9a$;H?j؉qe d&Yt0Qh VTxhT{ GqIx tӋ&sـu(]\(&}˔Iupq ہά)c1Btb-p@'v%mW ?:8_4|Jw4t\q[*ٿP-*()lS;W1/UeO.z3VitCOahsʪР@vj/Ed<1 p l.t4:x 1{kt9"`$*Z -`%L(*={䓏ve2Zi__#2wEH&X'Vr+QU[78...# q+=SAv JbQYP꣱.` z$d  $5w*#l F"j J\ G-bnDշO>]ا ⼖FT43$\_OGYKÀ}x?rF(؅|EZYjU2l ` oqje.!)ZR_ }R\t8F&AKc=N:A2RnKr( [dcE%lOJ 9if-rY; _]h=Pic֗Ak"sőFxݢgp"${^Q>_|(=md# .|WAoFaΣ5մSC@+b8z iffluҢ̹:[3ٚŁ$Kf*MW8@AT\"g3<ܖyk}P2RZȩnN:QyV3fƳ2r[q0Pc.+K sAҞ3.ݘ^F;+ʉl#EG¼@Ic\RQt<H\C˃v~g’~ht ]_(O^?t%jԚ.yg VL~7HR) P8Nk)(b[h0vXH݄Z[ˡml@`\YGfWOq,k5J995b;nYB%5[7t [h2UJi|\EYXU&~"n'ﱌPOFf^񍕁EwciAz .è6_%T2 ŝIg*anIדTY1ю}K4/o<>"퓞'|4`eQA_p5/BA _A aT9y rVVTrhx~؋E.I -WPDܰSTC6*KD"= N CN4>=m*KKީ%URpS0b /nW 1i-UG>| J;2^xTUCx/2 )jɣ$znԭ[,G!L;rwqꈮTP}cdOJW_.*1VJyiࢰ`HDZZ W NytgVqU9b{btBup-Ɓ-+i6s@ƍ =kT7ᮢpǖ]\5ln@!v3^gHPHqPb#:R96qxr!yFLK9z\(Գ%_ wEZYvܓ{Ζ htٷJEeTF^c -JWXeskMׁ2XgEܥ5b?]TE.N;6(ɸ)-ߏV'EP!ZOENWt]k' Pׇ=Nەh׉1LrW,Eҭ頭J?uܰ-x-/Z?I$8u)֮ .IBS_q{nʉj_RTD:{:xO2(.7F ËɘB-|U~;bрrlCNe}?n+bxYIJ~"s('c"W_p;mj0:hgl&pw[7rW-]cw.^ %;]i*Pr9dfWR陳Pޭ }zZ LzzշHn'}Q W?RhxJeٕh_{w;أ 4^vx+['"Ő+uf0;g `GK8߶3_H(^tB3Hx7<g p[w\~5<&Űa_1Qi:Zs_kй 5-?C`s2>R,a{'C&Yo7wb]dT/@imnh/ËOFK7ߑDstw|R%'kLnkdo$o_EkP%Fk,wNVSZVQY# #?į t`e1=T,2# >4XeA 6gJ,/#SoZ)3|{J\PnEE[MMEIXu{@bHv?%/ endstream endobj 32 0 obj 4775 endobj 34 0 obj <> stream x\ɪ%Wܵsc{E{߷BR PdޢLUT^I pbPy鶥p{nGZv[X_8|~m8gmRB*.d-}5޾)߾UۭC5a#+ 9ͧ}{]#ŏ_,xODž_ܧw>gYU?Kyt/ck*Vm>}6SkV e[c]p4O&߼k L};S(,ȣiXIli9m,VBWDnO]~E|r.5eSk+ B 4ira2ͭu ؖ{vrpwnRi=M"Ys0kUe圎Sbϲgʆc O2t)H{=Ke6wvRacc,a|ugP"EB6JKJ&ǛCR!zr$ޅ̕0?†g’V%2}Rpұv,sHL5hcPr6^f] ( O2Zuc,qcʾЊ^Bv) 56%߆^W&d>-HzGBuS/O})8b{MM.+Z_Oΐ|vS̠' MJj]b } ,P:k# 0 rn[ 4Աh|,%Ppn BBTx B"hC 轜rWxlPP-_ipИ T䱌xLY\'dAlE,K=l.{>(.@OA#.~'Au!Il ڈ5z tаZ8p P J@lnBmAZDmcDhm ë^*n>*D4V"Uv%>XTayA0` ~B)9F T6Y6 1 DLK*,#gf-X ;QP`g*1jK#1F5 HM&Υ|*R죝/(N +FH 9>JMD"2|>igKϪ_O4V;x LlQZXPs!su ([djIUhjyI샎8NFw;E<횦o~i}]\$P4L`%jea>. ²XdUV|ՊKBz^b]*?Nfп:˙xSv@v&"/)){kqrur>gKsz,*+㣆9+J+UpU|Tb!PW՟'l-@@z Jh_um '51~ȇW\F0R{5t+:VTV 2,++;C:"WypKb']_' `H9LFNDvvīܮncsKIU#]Ju^va|Ghn$qBj`t1Cw y|(V0a=)m 38D3LD>Z{Q5hhѬQO8>:]V]PxHʂҝ(sl( HܝƖm $BWY*IVscM),v$rp3:9ꚳ~7*j*ccÂi{'?3R{hJՃ ̬@R:u jn2 .3PԸ sTM&J#; R hs06Bú;s V]^We67rTk.b IyUj{pT%HL =lɬUe7d+9CdUgsGtk KSВjGqgɮ hm9{d'3 :Ǽ)yuA¢f!C6l媹|"yBܼepc\5ԩ}nՔ3vA=C?"ZhQ.9OZ.YI{o1)I]uq{2CnZ؁qowM&^քCbFݫ-fd"Wfv\ńH.St>ɢD5J$PDdEZk ? *ib E*JEDNUZke(NOG *nK[PK؃Tcc>x]>-s4z/HkT&ï~d{vhAcrogժm6&%덳\'csAPrfqZRvEa -DAe7;SN[Ue\4c$jN.|(d$ٷ隨˕LpݲzE?0PXCwV&&Q7*XAؤk[sLGo3JD/fg"hjN)x^IkI6 I*ר @R"Т@\r/D?n3H/amhBۥ I o\Isd6D8xz(JׁREgLRc;OJhnOjY\ǩVlj'1TOjd@{{B |j!qʙ=ϤBS|%s *'{0-I_)`OG )OrAٌt;8TC~CepPd+Ejo2*/":{kJX fP|f\^),||Zad͓LQ\̪f!g@į'mJ (d+Z_i?FǢRL {CDw.@+K\4B{Llw~5v6ܿj^oOr,|Zg9WWo:(W\_lv @:@^3*P;(fpBm x t {3^9'xc8Ahe[qi\x}O.Y/V:VB$Y|nTd.Y?,׫IOoap sf2ž2$KgSdrXQnwOQ=l&jU:-7{ FZH endstream endobj 35 0 obj 4887 endobj 37 0 obj <> stream x\Ɋ-ݿk/scy־xapoB!3z6MWugi GrÕ?cK_{ic]c?~Ň??~߮}u )uoe]2G֏e<{vk_W˘}}xn Bxy/,v{wx)~pG +Oۅ_;ݫYR2{F$F-_C{.Dˎ T}"ȞvSYٳ.8Sf{[[Xݎ'o P?Hx?ėNOGڌW G?}rndx\Wrd/BEQrjp1QF^|[{ܘaoHRVfڸ%v_n/wߕ:YڗruAK:!.B#]I4^)Ai3ZܞRe YPNܥ۫Enr}"";KI _P횫dm>+VAufb aҔFʌ4gX ya/^6l4MWqR_ĮcAQhڽ!TC o<8/һOy86!sQ&U:WK;N%ftG~6g$ w³ŋ +$!d ETJףvRXU[gpOCQ;e+,N'Z:M ?M )夿8jAtXI`|܇RK2 F.d*ӌQ'ʠS:5ӄ]BÄZM㣩է.#n^; /+jS|o"~yT4Q)_%ܛMP F2pza0s_ a@\67.;fvڨ4 Ytl1Ӣ,xD`abpEpd^3 FԖҡPC305oѤoƵ9(t2'Hz:r _͟l5P$#X! r$Y_EF Z zQJ'B'8@PFlֲ(qܽ!L*O(z]պL/A曚]X8m)}#as*e%jN@c Z;D#=f"K˅D8zHy 1ۤs@:glUvإr E'nZV힉*ǵ6{GmC-TQI՜nN'*3P9gP {kIl6mTnu N u@v[wk,v#iߴa3@.FEU6sY(JQtOɟC,wf NBKfvj/GJֳ2cm܌΁ńԲ(BHlRyj_an]y@ P`œC앖KPԤ18@1 Z,uq7Sx_EIm,:J89`CyZʔ_/Q*xǚz H **Lݴt0 (sU,G t.J aOr;(Tqss6?]j|4?d P;T 25^u]$b]1yeh wR-yT|pL0v&A-lP'k-6:#+w >meTGe/ ^:a:9S0+h!̾ȵ"F뜩8'×=DJg:HFVb8wE&bL:WijהذEo$G7Qcɳ+#Ȇ=UϝY{ *w֪U %Jjg bd[qZA;$< /޷T/Fvʑb&<˽Bq\ϵJ&]ս FꠟZ Fh=: gjd*P3!C5A|(씭 _V_ LUAxHa%t &DŽr.Ԛq)>PC%Zqžs7⊡,NZ,iĹ lMbD8b}Hm?`;V2oذOH!p/O&PŰ7H/-S'ݜ.])AWJ@sANN"{dpr<0 P"Sۦ d7Iy"t#zWKxJؚCBF8Do7MHbt6SFweUg[<2U20aCbjS=JdbG]6m8@ 䴂&nCpey|&& |S-s[U.'BpY]e2Z͞ B:znaIvw,t3O 3s&{A>f;ÅY4ւV\Aaw*Paʂ:eS9=H$= lmYns?xhĠw 0$qK7%P: DGXwlx2U&&K KlYZ8ǎXO6ǘ@G1Z~ 2q5h8%UĮ} PsP\Pb ֤׷P FbV)vsQ'QU\w&" n4ڐdh$U9ɎEhTI5.эw7b^- A¢' ~B=*{(KS*fhjlԚ{uq6k uL**dK@tͯU4ؑTF2iI, ˫>J;8Y5/M `\h8{,qAHɴ;v F|o 2QIg5/eN֠4"ݷ7A$=^:]\j*`D? b݀fZXԾ7_rcQ"G2Ai`iյ}b~$rge PRifFoR}xMpJ_'mBH"ڟ,BB1؂&W]C}hb]`!@}bUFHc_emzѾ2o~Ipp ,Ё#='*t̪@^$Оٴa LfWDq0wjծN>pua龽 $i4Sξ&7^{9-(0r&ʮ*>"T:MpF Nh`T\Bv57sΛ1GE_uteo^0\4"Mܻ/yc!2HCa/= \GHN|gyU-dl w0aɍ!V=3s'(CFИ> K3o1tmTTizIt0^D3 *)\kd8R~trL!u eEErT6,A|P⫯4=R'no .lRŮUZxwZ% /~ .l }(*`Թ"/ Es4Ux85&AvQuZ*þmJ9=y vݲ;$][b"HjzvU.tw2 `lI\h%X~G^$wP }r'TOZm~)Tq~b+ ΕoT0PEI 9>'ɳˉڊ0e|)& ֐OĔE|_޶7rhiWoc\s;Rch/E*:WsZ‡xT۽a6Oخd Z=AV\4P&&13)U(rd~7WtqRި/UV[G[gJ2xcuY>h ~{T'/ endstream endobj 38 0 obj 4722 endobj 40 0 obj <> stream x]$ Sهߊ@~ދ_"%R,Q17TT ǿon[ vnjx5orϷq+A~+9Ӷ~-gCb}}kl_E[nk FR7Brww#ů@7>~ wz/"̞wSYٽVI)_-Wn'wmYZ{{4<мK5POWx(2N_I}@ej[ˋH6]*EvO˞1oKSrq_wi"2ojw+ޞÃ`< ˿2vsd-gUv7e\aH/dr%ˍQN}0B@vgo.t [X|ihĘK. c_ԱeO?hU:ø^HhsE1&u8z6pY^$-w!KmZet>{)Hn3_mTv|mL/x{WH]U!ZOJ|im_*KƊ`nmfvcGֿ؈mL7i=BQqe"&| .1I \[}ii%|2.ϰbYC2Oאj wt[Ew?Tv =XPKY.![S~_<#T&sSRnv%b4uRtu Ȩ)s->ˠ:!duG A%)Q\Ά< le =YZ$5!6]; M+Rptz,+ů0p:[:ĈQ% JT'`hLIt$jjw2q<X!2"n6_#0PVLDLD$(p'3!,>SOM.ZL(>b|YfhpV)03ROcLw_j(\<-gn˧ ^#QҖ5׎>%8ʼ[dȥS3 b u)Yc"NB3T2|$_I &z *R!xfU],vgxT2ߴ8scmiĨ#;yeܥ5B0zUq!):Mႈ=g֤܌ ať9~%wH/vsLLd"h eRr{KQJNvXFO\t0\ۼzʁxU[Dۻ5V\VC벒Uwds46* =4ւB5)N*`)j!o/Zux"Ϯ#^9I"loږb*Z|B*ĉoK[:ѕV~1wh#fY_ID/>5V %B.]^Ѭ6 Wj~pF6Բ&O bTpG$YYuP PTLn#U{ u#m&SYC965n"̆qo&Rl5nPL n~ ezG3rw,nI\řEo,D*#Ul~Z2V71(-BK \z H)^pӚ&=ޗB~&XԚ?"H־7\ ] <$Ih0cJ $~,&qLy@S2zw| (?qb&{܂ZY A)XK'PܡF}I47IOé-p`ZGL߻`MFѳc"W3WK֋^NRC+s3#DֲUkW$Vwݽ6.irr@7yЄoٛ܀5щ7dA͝cFjѓLZI#GXl(2[ܽ|$ o_#AjCb^@KҪs}38APWEн\n$ wM}NeiDv7I#^5ph*MPg/{ˮQ:Y4$;4!I{n.*PI-#b=dW/dZ DYwcznUi[6 7Q4ڎDr͟A]}%ufC+`Z K> y^G8lPlTO\$&$l,SjÈUHtbJM%,}b['z%yG60"Gkfb ii4"D?W$SHO.R\1N a đ/.TEMVuƻ(Iu!$`pI2=xm&Pbox,a1~Oa${k9z"Wb>GWug8C'(3/tQdI9=-=1#hjo\XH+g dEKN[ċ"'W=:z0nƩ꟯C_E@\;,O*gI ;MXޘl10XhM8⌚>xr4Yg-RcMi/>?rNǮÆÉ.ꡬp?JT/޲>GZdzl҅2M4J\f3>+o S}Ku@6!Ǯ4"T"7ƣ<όmU12ըg'HKRB1kYHUK=礙/)ݽ>~|g ẔX0BAD\DY$ľF8''^Z {҄j`&-:ܦΤBqâ/f4NJs87$ 4?Ģv{rDƒj/juJaGģCUTyh@4tlčCV%^,HNbO$q4%oy_nl&zSy"W'7# <:$ߤI8roM4a8aW ܡ_%=MJ'&gl5.͢щ-!MhX%sG YND6sjq`l.'YSއ|MuB}%D|TRLmh NO|;48q"rTm4G](?i3˅DEkɥԻNԲ:~m-pD$>xr+v(8B۶F) Fce`nѧ_eR#XR}Z9H4G}UKy!m QFiW59<@'\puݡq=3 LH#o60>#uMB͚QKhu5`OP[&Vw~AARvʱ˜$1ۆ>Dn0X^~9 ْ̦0s)g]՚+U35^Nn~'&_ռ֬DΫodT \)2"XXV~0솬=d$Mtl+gDH7e=_^ gg7bms!m{L+S{h4d2)dQo([T8 ONk#2jE3Ll˹ݿZ/L8랾XEmJ\s5$4걎%ѼyQ`*4؏Z7> ;F\xKh<:E<4ȅ[$2bemV֋+aÒmAY@9<P̩톲irG䃭IRO*je~vEpU;^_T' ԣd-=u;!x;^?UD0:oAf $ čIvx᭍Ni,rp~"m!Ϸ|56PBiQaU@)Z@lJT5N۟' 7 3BYLFdWQxN^z޼;?GH,BC;bSdlȂԀsBc;ʭi%OP{f/ ^2 #R endstream endobj 41 0 obj 5076 endobj 43 0 obj <> stream x]Ɏ-9ݿk$tVI82ptN?py鱥?O{ic]cϿ<~?~_?>;Gl/R(we]2G֏e}5Wb(ۇE[kދ(yo>+<)~<g_EG8|r/\x}y{1?_mK~{3D> \42JQsz_}9]md+Y~DS[ۗXN;UƽabD ]-wZj ,[L Oec/T]Pu/=Ms%fWic$q}!4QM z]/vSȁ` 88Zq0 .dzha=֕϶soGtτbSHۋE3n*Dgh䡋6 7C˵\v0+e9|ዲM^IF:bTEU ζԎ-b>GʷG6R*`maW[LuE4ѥ0ߴds-xvٸvRocq2~}IqqԍY~;2 _=ju&h=R;^A/|ue{MD\wU5@׽Jp,-y~uQ8,J3:O/HGJYJ]LK۳{eDʿj4\ )@l詬 q GL/M9dokho#WW>)TC[VV몼ٗǿp}x7X|5L; XKyɆmpx*M-?sԷCU< 2.12+1yEO8bvjrpzwɛ'H-B-~2aG~e]*u^FJhb,ޙ.*x3qT?01 24Kg3_s76;SsC#-HN@&kƨj䅩AJU1(0? ^ H@:A1T'͗/b\ ?(KyV-pԳ:NP6Ynn /}i%e0O-|][ 1xqdLG1Gj* UAuVF]tPJ* M^q@RR$pHmjJy)0`LԌ1eSFTF 儜Īo{QmTS<-CBEKju-Un30El3v81ejr=Qw)bCv.8K^Bξ$oKtKo*YY]8^&Uوw· :6| i*eFaVnX.duēeܲ!eqif7;Ëlb^' C"8莄QB&uHc||bp)1>4+Z$.R L"}e * rg'L$1DU#E! .x3ak`[4/=k=NN(X ~JYٗM"$]SۼN" '6He jk[z*Hxk[jkpHl Ð7g7Ϝ w,{VY_8]?k#2N*e|csܤҾuv&iA(ӨxjrvR<.﫻Z v yP,J7te2ByF@t;g;oqd4vƈ9|ѽ0 '莠d*35qw1jdw RCX4Ԝ確0BY[@b[=" \`PKU{jzYTQZ⨄3`p&A6pw9K7nkPZY S5^XE&e|fB֪ߋ^K?nZ#kWjF (Edԡgn'W ͧNf7fIګA*ۍC{g)Ӕk bSTy"f5duW.-.TBuS8͏ŀxnX*;-i. ]%7M LJLwPZD Q)nNm~e/n  } eHP$2uilu:ȔTZsmX삔Ah g9"4AP"*'N =N\:l$ǀ,@J⫀[1En1rQy7+0\dӗUtCF>'gh\Pcɔb\A'LyT#A~OZEzbc!58`dȻXIr}v&Iԝ4P9!˓wP:h1'm dv~qožfPK ٷKQyaZc%i^Be!.U~֍мF a)Q[i ר?i[9ԼR˝4ch궨6P$^&1n3<#N@E[sZre9MNcm+"f^OoM!%,D˗,; =c+bu.]9AA?u; [_p &6=top\Ui޹ &O^s=9qqk%ni|.uX 3 !Dtj:LŒ?E5C ö-+$U[XBD RE"Uw<'[H(ۊBCԙ5&@s!tN`OI˴aP TL6]Z.KxqWwwB_Ьm!cpPJhfm̿^GОήؕ}Ku1HN]z}D6oFU:'[+s#LBr\+T}u@AZ?nw &Jvr`(NKLwí\Z_M[b X#4̈n{1e#7ߞuۻ=JmTwop0N88|>7P beԥNLkG q'i`#&,xLvLAs -BQKW"W p2t#k zG&ww٧pqc笚]r/C5?i3oWө4׎(CgOZn&7bW-0(Pܟ>*Zxv]UQ5MTnU}q`Ps {'EUœ}3}va}_˼>bVُLS T'0eߎ)=h=IלP]wK׶5zʸx3)S%F8(#b4k۳N'ʰ&ES;k{7I Φ ?]?iӲ@6wu9j{bPM?!׮u5,ݭX nC#9t% =.RJn}MR|'2yivǠOB@j^tv>Ek[$nhc{?ܚ'nLR(<3iGG!v ASdpR8`Ng PL0vpCnd| I$5սv ֠pfiͿ= ΞRӉfr_h E_zJcq٘"ֺx j dEoCrBփ@QLRaKWٺvH_/Z+Xם$X@FUw LnϚY\`-4N7gja]lwimFܙ\AWVeѫ:bUq(sռX ZT›o(oݮk+hU;ⲅ[uW-fDlTI$e-IpKj5}\v 4%MN`}"bm\sr >(oF߽ ,"ӯzbXcsJJ_#8:yOI*7FyXcQ݅p9I|{B<@ GcK_̥(5eJJ*EAݯok_7pb \dpU7ueTƃM-ajJ?% ^[S> stream x\ɪ$Wڋk91Tֽw?0mVH!GC7]1ÉArÕ?y鱥{ic]c?}?~c?Y?bjP[ȆcϞbWcve>G><n Bxy/IQ | =Wx1R8ni~+Oۅ_ܗw>WjK]g}B ]\F4jk>W[[ڊ\n#{ډOee.8Sf{-G~nǓ*dma𩯫1EXSᥱ}$)Վ<|Wբ{" BswլSQuz> +-!i9F(^`c`nw菾:Em够epҳ`S2<=V~eQ4'vzI.p,k;R^EHM^qkj ]KqV`%G|8\XO%UX1tY Z7/VYh'|Y.|SľN֑f* k?\ ,uÅk*LӃzX ,oCu FTAK" ̫:௽+ $P @aH>Թg Y,˜p9hHR-Rv,fk~Zr褋He;D 7$S$5.qm9 &Oۀ}8jۉa@#hBU%4jX+  54Y:-6Nn,7BND#bҔqx*/8BdBVvܽf.kg5]D`їxKT5z|%՟V-/ uH&HRK+iJh1 /zG:O߱)鉋 mڈ 0Oj ?QH@DJ8FH׮ PCcNȡlNE0. aSi/B;PitFcR*4|&:C)\$8a_>6BEab"b7Sqx|T¨-(ByF-MڈJ™Mh OЬ81 1X%7gm',x˶q%q^zʁcUnBS72JoP0O3N/>8Xgo 40ͅ>Szj]8=HTJ;Oᖔtx/B|72^SU5A0WX娒̓gn1,' ι@30xx 5UVO&UZDžB4v=N0ho?u JʰjWNg)ŐpV8k@4{+(N)!JwAd17g+έ0h4N gcL7 6JZJJL^2!]0=ԁփN=L"sAa9(b:`WGpL :"vJO;&0 oDT?vJoD 0.\mo465l4 L!%,NouK٠I )C3yUg1n:v[I WQaY\SDO`$ƒeR>h䩀OR EdxY '$ "BeyOT sȰmJvsVhlL(.[&|+K֮%G1isGYVa@u$$Vٴ$L% XTz=-C(2do خ \%"9 ʵԄBrsj~m1~Cf}!u x.hC1t b2p`@O@a+UbF^">S&IՓ\N> DNvc'!|RwG$uɡ ˬF.D]% &{9d_oy<*e~\v1<:H/JxZ(_"mξQ|_#KlU8D'CZl-xWJ fB50p @Ǖ\f=zUTb#QF4Ԩ~*͓ pJɱz.Pt\s6.({1G_:S2KO'ӯjqh` UTζЋ^4,ʕy( DPVGҪcO[kmOVzv&xFnne.SA,[7n_D+XHe,PާA)Ջ#"&HlR&%LSVxXpp-E! 2TmFv 7W54ț5YR=@ެHkOh|mIw>B;ݼsZeO裁5GECx{&wT*qrcu%? ]P ^%7Zt.Zd%/Q$cu svD؜)e]2덕hKxW /WJjܸDtC-%2'eLǻ+շkghNכ;Ҿs}fS)$% kp"xұ)Ij!Ra8Qkĸ,IXyؐШ~|Lٛ0 kbU] @YfID:OzVpzauwV%kPM,׽:de3^:dɩgX:@}5Yuܹ|f xOvŚZmk>?xC7D8O 4Lz'>dHTOК^oGJ'P걁FM-R~nb2ML2]æ&bnE]on]>35fHʿ"Y0]=ik\_S.,{*Ukf^1h GMU݈e8俹"JDFdhE%Fs{9G._|?ݶ%RB+# ^A'Xm+F1.r[K9oadr_0)ì΄5EXAx˛7jLGët.S>w7Rpe;;ȿ\2^f.狷gx6 ' endstream endobj 47 0 obj 4974 endobj 49 0 obj <> stream x\Ɏ4O9 ȭ~/>[%"6DQ\?Rr7Wn[ ?no7o?y+A :[E̙kbWceξgپ<nMBy/ ;s| ;)~|2 {p/흏Y|ߟԥF_ĬP,fme}{7گ>x(ri'>ouјvooݿmu;Ly5¼g|?,-젬Q.g;陏H#O_+M^.̩6ݿǫ5@:w&l2M"d:|ZʡJZ޾}n]*tBGY~M%.<^+qQT29&,sezfym?VZv p\9",wVZb]|9K1"w5 0֥MR1k[izW~kYUe1ur<3?ݦTL'z<m-t59 ͊dL&V!^ɷK*_a L V/Ð_-UEA'v E {P2͖ˁn2В]YcлzA 0\I%֐&M|󡻈?cd0D)Q^΢3rZ.ރL^I{)hSYEM Im)2PLK9|$C}hm*=HGFYr"shE~gϰ>G$1r$Ef 'ogZǥtDx(%Bg 7fYbf8?`s k;v0vZf( tzT8#kO3*GI:hJҎA{y$R$ L*:`Tt:RW56S4'I"KbSaAI{!TiXb -t3(` "~BkIuJA B+YVx7Ǩň`xI2yo^aT1X}6rы$!( #L$ ;Nݾ M I ĞOvL.YVs$o{`y%eU6fzS}$9No W]S$+Lアp1CIU Qv;H[9Bb/LDDY5* 1*p6(7#%>j@.5!Gg=tfYՔBX  J6 ԊRKo).TB{ҾhkVܣ^9^Iu" 5a`8 H&F-)LЉW,r D# 9h8{8la-vl$LRcae8v3i3ro`A>3 ؼRA YhBbw|)4^%{ԵeZՄJgnXN>B ..Fluu{''T#vB^~EM|O^#Q؅$Ш<ALPZ^k6VQԶh P% h:Vν6{_GQ$UgERgY.3 xƷa!8H1P5&2H[Z({5ڷfuU)iSh. R*! 0wsE:C'!8Kc@w/f|´\Ƙ#Tڗs[t*8r(ʶDVݡ%%]߹0AgoX'T$Hw{2nTpvNBv)*eશ-#QO64&a S"!"H֗_6(̬E1WWԳc>0: AbC,(۰DC))BѡRw1]Og[G2{!拾Ld 8Z:DQX$jJ B\,xwu/v6Pޑ l`I?P,`=|ccWnI7$8=! &S5sCdIln`p38.9rJ=_QN J&N4#Lbi25Q9ŬN?ڮw;vn-Q[2uRvh϶eH6{ddWݬ. &N,CǁL &ݦY }sIU}w9DG=pҟxk3I=tRC{{}0,>T1$/V 8a0ƃ]!z:؄žaӗ]/n-ǓF#=H?\ۖRlrKclzO~71{-Oq~^m/PW?ۂ,y&>Me_ǰ̝M0bSG}Yߟ@;|XD6xdb':g]-=M'.]CrGDqo&;|ZoI<ۛMs#m:e'OԾT=yZAmA+::`>r [qDQÅ;H8[n`}Pw0Wi[Vldkޗ7lk+֯nzJ`hq8_q{4$l @NB}a5_!Xxhvʬ@v `?G]O@K = 2&>OǘEZ.Ÿ""^zQ-|KgSt,O>gм!,U˄V&spG Qjtl4h"<请¹ endstream endobj 50 0 obj 4717 endobj 52 0 obj <> stream x\ɪ,=rߧ5PYUwp_xapoVH1e"i,_6}Z?= W,󯏿Ώ!s%}m>WR?VG 9wudzOav{m3Һ:&ξ(WO9l)2m`gR<XR I6F_ƭ-/qi%bkzRssx1/u)OxC;]~Myn WzO_[S }Ea#GI,ue['] ܧ{鱄NfzyC>HhԮ&x %'J ӢePӥ_I$*-&`#7[(a:ڳT w/vs9*sD@Y󺦸.+/O}eI&R=A3vYůW%dfFE- qU}HrUs~!*pP`i-.Mid'IIdaRIB[Ӛ5WݕHV{-$O‹cHHRֆSAvt'΂/H9b;\J.)R,KSMyY6yZ7kRd0>s7]FfTo1Y.P*ج쮼]pbs 7CfqmITV.:f_RuUP}uqTĴ_ZK.x NZi~c+>"0(A#ļ0@@Ĵ:Tf(~ -H`pr^dYUI+kzTfVuR9b, fYɳٸV f-odw8u@UW-H<8||Х*E84aN XLwB"hP~(7dH^Ge5Ujͷ:컒U-?idxDF1o@wNB;XM(b3~bOuw*抇'dv]GQy uJpaiȆP4_&bX#C Dov_+SмlP4LȄ?@(k:ZXXAilG44nH\b*&`s_\l~/VVg2, eTsXx-j%T) k(y 0Ge @VeԞL7l0]9P:S5O -}J1(Zb@}pJ!CoaWCn\H*oWg[p ި7+)4}I6[*tg bS\FgYiZ PRv v` 9>Y 7}J߆ :B:sSݕТp.5R6/D'A~܂}A5cQU '* -eҰS P xUGUK͟>cuVa20.#ͩ%Ee,fթT%m!2$A5:S"v>y7 $.FLgA6jG _*F,~#-Li * m76Ձ7>"z eStVJ8)er{ _iךas5.* NUGAfPs失 Lϫj> b'2Goc7‘ll+j`tWK{ j&lPUaƟVKԆKdhFNEKƁS!݁sDgafYMJ xb4?JfGdxLGvUF( Ww,u^X^')TXXFCFb!kC􊙰q(` ŅhJ>ͧPs,=rv7RhZ+K XdLܹݫg+J!Al۳y@߯OdpSwl8?0IAAHuJ!f_*a/R fh%sYUT\ rW9nn]J0}ӫ4*s Lr{h}4 oƿ]R LQ,0vsa-EuwADߎ[dҍd 1bBLUԯx`AEc+#wX) (V ^BtU2S2)[ߩ2P5uK1DC bte2(Ru ԬsPkxW_ёZ 7A2/uֆ&";9sǍ2+kq*ʃh#jo+@dd1wTsG;*3gP~;΍@5#AXs-hF5<s\"!= 8lJ#&QX!5U7^jvgժ,Q-BIpC!*Eړ ݵ;N'-:W:Ai:yEG\ Q kO=m`\NZ pMhR=S݅v߮t,m ,! ßfV@58אqs ޲ NpnM02N-os3H1)iFG^z:/-:^|$6h*.8LaZsX:P:lHR^%?+_qp-ǂXŽ?lGJ" @P.\BlPă}o|p\".3v _q(򛧤Ny zqᢏE֟M f&](ۦ, a"4[ VuIutVZ ǒ! 7('\U! x;acDeʇ|#w H (c/EIN{GQӋ4\6n C6FRr'XyLG>Ϯ98<8NF]72"9Ss̨iO\rOfBxJ| LU M&3`\ YaBAHOT -9qpCAk*ijy搛zB%==AO!S٤z: w(3Ipgzoߠm5kh:$,:2ʍX@*ZPĂ&?ܙ\d*];r/^Tn+?|0(H?*?F!T '9۪(&SE~ _,5祧I.W 7E=ܟQߵ?DX_Յ;·*.8ٿ{/Y"oĶU/YoqwtY&Ĕ^Pu-AzA]8lysvhƺZק"eU 4/[[1<0raQEd"U3Jac<-@,cC_?׷3Az&ӈD=Ab :ó3CБ Ifv4qmo$,W5g6&>δ|~MfFu|cd_<৅xgKu(^e$pb}o7 1Ҭt&W .[ɆD8э a|tk4+}x<$ӠR:R%`W쑔;nn%> stream x]ɎWه2W-a 3+>@/x.}sM F==*"X'#ݶn?~ǿ~<~HKn?~Wy_~<>n&!ּIQs| +)~2 {p/坏Y,ϟ}K~{IZ\f4k/;3|W_S=\3{ډOeeNhLڽޢ߾|v<|U ϟ?'\wE ?VDqB6zla6\e=q?сŭ2oN61墽:v+_qz>Yʖx;:pz_: V}z觐䟰FڟɎ`jS+U$WW*L]Rd^lCq,.oj?؄v$qBcp'Km*,N5-,+6Wv9~(&,P{$q@MTǵb%o앍'ŠRlR '~#&ʷY弗P7*LȕTl$UDܣó5rֽ)JeRW_mBQ6_[5&X|Eza܋" !,h*[.ro1-'vO ﳔ؇T|Q($̘MR0uC 5 %ޠ l~0<`Ƹ̴"*O &R,iDk<b.JY 9mU@gY.H3Ky+t Rg%7`"ztIMڬ Q!2kCy@,3{LF\qAjtb؂MJ g3^1ۺG+GQmhZ3jAqy\jWو;'x>\ ڋ"uW#eXPާu|NϪ|XaA3qI "JVA= _5o:24gq{);f%#au 3Ŷ(XdI#ꞕ/ GmnI:.ڑEjORi7—R(h+" .qpdLQbYɀ|-Q(X9OE5VEhS YDI,6, lW^1(lGP~ d^rr3/};LpRLuBɎ m6R #%$!uqiA\m> A lٙ(bLr똞A6-B&OO0e!YI$HytMނQ TmHf= B;`+%uҭ9-Vhҝ_=e 3絚C юथ#Шp*G@zg橸k(r) Q}hM،Î{w"{Κ}MP0o , iJ;bqu MAg퍪iN^ӯ"^`ˡx-eQo.63Jd I:+P#[JBZ,a~% "jİW< D6\CHSQ"|,(̧`W0Z}||J(>N*i99VRn8O{©;+up ФUX%(Y\9Tϊ-(U t͊is @(}#zT JҜF{/uN棈zz&$8[mEG@?٭k1g>y~?HGZ6ӫ2`+iT9Txy 'jP!BkN/f.C*B'gk.Q8*$pTXMSU0z{?jYMS;pz4ߒ,~װ(p ݚ+1N6ѷjLIu&{0n.b-vͫv "`+&WdZ$EG_1yЌA pfkn1ј a.|:$congXWen*ϘԃppkziJArF\-]2\1% bb Zpˣ9?{a%arZy\I iE&=f&*˃Rl!f8"wK (n/_vgڻ&6څ=&f^b3=Š] eE3n2sv'P[]^D=j/=$fAjiքq; ҠUn;eA[Vq$$1ku=Fm[x yaC)DW {㰦-#HP (U`+AoD5K׻/tNV\4'Ū.> zqvÆ;IV @ f$Wk\h[PRj=m-J4`ErD3^URh:3X Km'Vzeg()Ӡ&:5^mD/gYќ W]ҹmRT 'bc˪A47s]9hlI͕( ZV%| / ԡEaI5eMCB*4v;AZiU0ڛ ٻOђ/fIkmbX<[GЮAV뺪JυBpAU Lh(+,jE0>[ "1)&Mv=JkqS7^L|@fGʷV [U4 }2vLf_ @:ʟ/.wjjJ&A@:3gmT9PN>. wU>5Ty־#Fƭu]섅h*j[tS|G/Xy8 jrռ/""&4*VxT,a]ImՓ( R˒V[sb7_z 9oY*vkW{+#k.kHZe`gwzU|o 3輀<6(W .t;lEm9WA]RYU/ŔEV[{Z\zfAh)!s0#u7>l'g-oEGQAƷ*mdVޭp 9d;xpgbuYW~$"Wu\$e\ݽK5Ҧ{\),U7H>ǴEQpO04cfoГ˹+۳940 `,b~xv hrˮ?]a|^cl@%._[u'|U7d $8*s^((\)n yqE} B;}ybFUf!3%|䲋C~R"ƅo2 zʤĄH&3d %XDW*ȗWkԻ8Bpi)wHN]IH 2oZ!y{KuZ3*nkٳpZP2ٞrLhT|H,=/IL9C *(~UO>ІI. ⱭTT 4AH.l\WZ ?:8`H/#r)ONUzyީ7%KcWw)ZQUpqzE/"%1YwT!ѐz"caEe־V[hӰxWH~c endstream endobj 56 0 obj 5397 endobj 58 0 obj <> stream x\I, _,N<!}>p! dG ,\^xpvҧY.<[ n8~HKϿ=?~'?e)mX$ioRB=‚05%tm&աWAZ,5cF$IhR*|!V݊MkAVX&,dk+4 `|tFCs QfE풺z6*Fgy1\v}; x6LY'YY1A-ıl8Hdۑ2VD7`&4};+FT]w>CLWɝ$Fx:jNh4ia0,Og]<ΥE;{t_D^ /]wc4Pw js';&gvv~nS\~mG!pwcq{ˆx["!RSw0ŮT;uXulPrzM n%#,aϦ1 ? GX9PPG=K$ԘulLHڍ,`JX ZԚ^+xaN΢WjTnnKy.ġ(4۽ #w<,}eD RI%0rQPl{aE-Vט*+vtQ )|2](T\@=BToǛWgBxAMjEvRU ňCI')!3[P)b`(iT*AE5RyWpAvVs)lb?3Z&,7ŸNK)cPu g)[ѻe.4oҙQ[QUt&q6,@60Qg1x ]́Hs"uPx1'hz]% -3F_pwjͦYʅMEMR(ch"De( ;Eݰh&VPރ?_eR*ٹ~E_Mb+ {c1Hz4#iKD\$/:pKȩ׎YTMFuĻfV?(yId={?I%:]nY53yMGJ 52*JX%+çldŃk#sBzo'X=h,r)ԄPIk -'a%oٚiTRY Oc,(;˰Cݥ(?@C?_0Ӛة]O58Mc"'Jꇃ<1ś2 ?VKʇ^ctJȆV)uPz^Cod}`ujF r8#HT8rTd/pS꿪aLa2cϱu"W׬9ōZ#%]uFdr{A%ʂakJ {3HCSٷyƉiVYSTlE*HŐWN6ߋTijmNx߄9ZݚN9($LR,).Ջ;^ _D0)U㎠0Sk; Bc<+,.֖bZ!Ȟ#Q3A-jv:RM.aR@G㶽YL$ *y;-AvQ%!~Xb{@RW՗$gPaKajת+UCQ{׮IaomSzfoz g@_Qs0Nm-uJF6fUk";)<})V͓fj;W ]gO[Z)O"ak j'N0zv f{ ( vN> r`##Po=^8oIN0yHNkU?{/FMvO ,#Ťd'Z9"Tg f }wSENj'!)}W3I+"T ’ O٨zqlA 7ȍX O"^0^*_rUHbm E_ YB3īrfUl};]RD0vdҠ!v)KJCǼ Vs* Wy̐uUфxQ _^Z<7E}C*sAcJk-oթg/UY ߃20K|Sxr]ړ_•2gɷ2tja3;bt߄=֨eJK"]$ZRٽ^ I{ʳݶbwdg/3sKb^\R%~$\!f%*ûmOxuҠ]}U-Rmۄ{ I*,eaUBO" 7Hq&+GM)&jokZyJZI~n% IFs']:^s)׏(|)"P\zVs.m*N+sam-6+1^ZCu iaKqȫBGZ"D7[N䂉Χ]ϰM"t٪k;oӮ/+V+]{>ʫpN=}ÃVm32̆nElVsXUݕJbo2bj#. jވ7Oc&!hw `cL>xHv~csꑸ0˲ bh@ FuP[OWI.wRGP=2(\6󦜓A{Vb3Jʉu?\hոSj0L%8~E"꛽.[b)L]+&l& I B38B_vT#/Хe I0~ՔI͚3k~jC96=3L:v𕩓?6,#F'ueuu\xKMHjt;·]şQGk7r29Lj9>7"ec'{_5IRFY޴D+Z,u Jr6,eeNON'N.SSDFEs^ݡ|E^{t |̮|B s] o/,~/໌ . 򽳁gDK uѯ 盺8s#@xjZOQ1l;~ ]J]ķpY,#hu G͑_cO`6x[]=rC՟y=d*yu?%Ċtg@/EfgRFMY  5ڱ/${켦_{KZ%+"h endstream endobj 59 0 obj 4497 endobj 61 0 obj <> stream x[ɊOQgʹ)%1H@_ `\\bQfTm0T?0ioy_g_a??s=lry4op&'-3oLTwrx8޾SşYsyZa-+ͭv? +̞bgfva]܆ay[c9~R#_v:oVX_ĩ𫃿OpS˺{2BS[:k Ef*'[z @+sm[zƿ5>lV&3p*LWn݁bP*ՙ Yjw$\D֚%9*:C'5}T,L&WhIbrp׎.BD^XG}T-u*:(v32;Pt_Et,oV4gHO0ݽ9{PitTpD!|)] sZ>27 K(71HL{U{Wky/m 6]Շ 3sV+V`&L\@B|Y5d17P?%E*Ԥe}Ϭr`D)W=-N)Z՞0bj-vo;sWk<2;B"X٪3B8- Ձo:JS!XUip $.<5ȇ@n/.zA*ՈTZ ّe*5hm;S)л^J&M WP}>=n-C}eWA*z܏x/I :]t{ӍuS5Dw] v\]5~jm4g>̑j8~`Le Զ<=bP,}n3jp3\I2ԾKac˔GE. %FY`፬ۚyO`ٱwn88tNFB>(\ J Bjp}*-VD`8lb|,I̛+zUz!K_ !jљyU]NsZYVm((067Y,]{Yjg+_ ~ -ܝԹ\vj> ,Kշr],@oS6kG;U¾A fF.z=Ղc^ym>#Hy.#|JڏzbQXeruœY_(r҂~#-uN|GVN?) QWO!X:Py380'7\(BeszKe1-:ե^֎hC31k-kxC(|G_D#giEkc+oNy8?n8<)QAmMizᶝe܀/\'7@gs,MlpPB#po”26.̠~YzvW-yEvo(w~ʽ5XII_νenJ#X!I9\CaBrӪ QD"-ߚst)gK^Y쳎8Bhd6=A; SC ^{RBbM7#`cf.` OFa|>/ )liS+5OI[ZS U-19 QoU&Uc~Dɔ K^oͫ{ b= cbfo endstream endobj 62 0 obj 3332 endobj 85 0 obj <> stream xy|S8:3JWdYe.c/;1fs 2e$8 KF6k!$_hBҖ4$i)$͂̽^_xg̙lsf=}!d@C`׭ݭ֦5ҏ{SWvj7X!UmWv{!񗵄^5#T1 ڇo - !T5mM/^9A>\׵Mw/7!/uC3?ۮH(;_Pס=3ax ǫԂF&h˝ILB!q=34zyH BO0zF/j:ѯMC?AЏFKb(=: W!d_hڄ(Uݎe$*AWԅcu;bwE?C_."=r&xCOh1wi?E=~DZU/`h-́GsQ|; zy$XԀZ.3HjYlN(:zأȅr,X > _aJ:}SePkbo"lu\ϽOME&(/؍\ 犹rYmó{wй@ujjI jpi^ꑋF[⁇nۃg) r܊:~36gs@s0g#9b2̃j"d; 93es3.r빻(:.gS+xb)|:g>A##2k:uzzHOa0E/,;›F~:Oq7p~t)]77 Q37]x+وIj2r@)k"J&ʽm/s@|96H)K.sI,wxvqn>HUJ~FTRs\؅Z\GpA7,VtnW;P!ހ>BVd:x HD +ũS͸_}c=?FU q hFun@Uu*%(?mW'Cz=Xe`v;Ṕ'H BϽ`'x0`~յdR0X׆}U#v`Kl }DkQJy_N&mdRӰ} 3zmm@3އV40L*KƦs]ޓhAPK Cϡ *ŵ)_VV:`b~^vVfFzZ/%Y&%z.oZDhA9QNozMo龙3'м/qQ _t)f0W~ 3 cF1( 9RO擆u>W/E2x3pr24-Ӥ(n״ln|U!݄WPPڋS0l/A#L*M| \Zu9:A] 9Q\[EQ*6LT]0R*9!h}euQ.XOǰaiQ5cYZUe|mhv۶-Rt為4>-I޸m: }fMuQ J|մUj}S}-Z5mQp}8;Ҷ:_r"WkC HKk&-2a `0Bu bY8JYLg$I4Fh[d@O=VfH8j&r>J}ҶOH/- *%4DA*'#pfgS0),_AG5fWRPkj,5*$'OSh\U@$pr(2|P7 JVQq뒓FCKƚ)ӌ/_vIq0akjnۦDMpģںd*fPd YE% \*r۶mOq[p(ֿ'm m]Ս#3;tkBtm@\JAԽ>u޺hiA8I[k&USB]A NXRZH3͠  p0P?Y7 a4#e5 L)#PeVF?T֍@ fγ 7'dK% " Ww䫀 }$=Ns8XĽvyYc,4F, 4HȠIdGyX^g025VuHg4 `<3f,C-y~ѣG7GQX҉>BBnl>KGf[a,Ѩ385H~n"ѓQ{SxANк*jVoXE&AhJEiBo*BB24n: 3,WZW ͚Uk^A!'/zK&4f2JCY:Iz"h$bUML4f44ٯؠ9R+aLU`2YF#`l6hč.c3:iwYγNb9.US~iܧ+ל ΋ v]CTQ.#3J[l|iK H`i0 5QAdsycAo x򩯉-Ď1+H^T- \j$V 0KoPO{@!yG9X;K>KVOǰ<`-E9@ƕŠ5t@Lկ7'8Ǥ8!>.5]>{ݝ{>-vٰc`iقMJ 8I9ґpN?t/~pU_X\ѣJUp{)(sSl)eiKRB)whoN},ɜ8v:krvbBs.,.-/3,3jZV}8>aHOH͚TWoNoP]8Qn#fKe=s(v7 `Pp(RGġ{kRRMFAǻx^"OR\9z=YuU湖f:⽮;]<xP'G6.&" "&l>d)8wYb["I <m 燁8 OTW YTLLrLmNMK-]m\v~j@H͆=dzq6 lƂ#TD"ECLet$THWef4O_$:D4iM9prM,*a{y9 AguUj)B'g`0/D6X޻|*[NEq"N1J H)$`lM6PhdpfV +&&`P@jl 7܀FgЍzJ‚IEhRɤIvCHOm;|ϒ_YvϙV0놹3gz3]\laϓK-ܰl+D53|iXHD3T}aO&z*sܕeS||{=N" 萬 dTR4821I#ׂFR=JK/i2W^{*RB0Ob'xd L+W"h s.+vvj.6+΂P5_.W!0 @=A,"*,@̘3(_a۟&. ܲa7^xd{1 8sEiϡU-=;Sq8K}w4NS?\o,Z/{SΘ46nuF P;,L m&C˞ҧ0 zJ0 hzkRRbz NwѤt9w:#Nɑx;jb&I:FG:::ȬBGCxfnV<=I8:.\Qݣ/X~Nʂ{QQqR=-ZF'8nQR-ξ7t#PBKaxR$ke}6>4_ fyOgOuל#dsG{]_|xvgs.ő9x8S>Dܪ.@p]SQ< ~V'W,<?-a>dqxX#RT"^)K,/H%m4eَ Z5 aݱ:]7NN'bǃ}/lqoâbEyLzdraQ5uĤI (gzjuN%atT)?ut{ӊT׋ I!u`Q|^\B ž $R"?6l`>5(* N;1RY.'pم*#^X(zY&T$V=;8^|9dK1~w|~Տj_2^}سwŞn5)Z5OoSC?sޝF S|ŷ}Gw9It%*KL.biQOӔ4@C*jꤊyeg٘MHG8_X\#<&56lcKƦgcRQ.(]Q4DS!x`Ĩ_ΈrӠޱ^.l۵;QIy^m_C):iu^|,Ӫ0RԼN-G#)^}?KqJg+JyRzwAgxHY#?WsWe. t=88r֭ߎ2O~[{K7^*ߣLכYh>ZV^pMNT`.ȶ!/S)=+P@ {=UqUEqqGGѥk%aUg$k vf_gJYn4_o̘1#:Fv<"Y聩4:*%֗{1pSƙLLgyS :DquI`01%̠2z ̃_\|bN4Ol8 TMCqt=PM&{g=?y_GonorNĺ0aC ^|nr: ,p̈\xx']F=C""D*eY׬R5"Zf/vV5{sjv`m/tڵb\j*VUƅT!]AţRM`.J]Qz`!*e;QPB0SsV/`$G'p-E/R#+;V3Cfϐ3 vfХU&!10 6w7eu"" -ٹ5N,!(9`ك[6۴e; nIk R 2pЂ^ \E"_į{y֢j8ֈ8 3鴙5X"8b zwPPl ,Ƞb@/[R3z1As3^ԬPCls^GA+[L_bރ W(")ካ2ueWےg=1T/>*$lhU} }MMt%m9R$ltNߢBI)ח17%㊌9;sIɓ*r'Wg&f䦬Ɯg;aqCd`'N`DP>$M@Cdc@u)_VKs:;8>':0wX{IȤޡfQ]K^54M=l>f>iy<L;2(]yhO]9E`sGs^8;1ВrOaG8{OӴ~`^dR3)fQ ^!g/+ z7nu;;~{s<zg||c7zu Doދmc{/"kV>RQHk";3cSHB&`Kob?9q;_$3An+qt:JD.[iH%+㗸ZTjtg~첼eC6m'C2KʄRь0dxn%&^GZ7+i59;,2zS>u%ߏKIL-,+OmVJJ~ˇ_؃^ιp ?en~τL

zmλ>gSc"٪ ҁK/bJ]:!upf1`5̀cZ[(t vG`aw Qp\P T4$ ò m~%f/IȶdR+&\}Cmɳ/P$-+T$4;[| %`K|=}Eo޷?3ä6, ~qSk2vEXLTB&rFm2fg'ŗ$en06dٍی?m *. =z"̗\2nf'1]˵2@Ŏp,usJҜY̜%zJMؿưs~KI b^j \ՙE Vo~}bqO</u.+h3ljkAoydr@UH-h10Hyn$i; 5xvU|C8xQѯ?z~I8X84cqQUl+\Iju m07)} [WpmL9 cgsC*w-Ŋ/HLT_ Ow\PJ-)T 95K(d{([tƋ)1D[*ZP+ȿz|4e%=~z +{7|j[{Cbq~c 3ݭGjj ;pΫ͜q|lq;ë>d'Ͽs]lk<{ᅳWroͯzw = ";x"n?L\5wȳ2ȡ,6N٣lz!M^Eh-3 R-+ղѷʍKgZvc1ղʜkAJ˾켝ؾ:4_{aǕ߂k5SRRPѷ&IH3 ب1+o3n@H {5&4ȚgjVϿ\ujx'\莍k}DJТVJπd+ÄaE <w3xޏ'}g ? t0 JoWwodwa=!W3iF CƼEiN㈐|wc*bzC6^|&v N.N@˾]E$ % H\h)Z_O$ix*iU@:ftTZ^}領9 y31'7Bsx ,߲h_*,*rr ɯD7*îwF^',jP Nn!r{_;e.\蛝Ŋ5ѹx <$vk0ZvJb b_]A̋G>J\%(_'5~ņ!/R^BfGsP-DPlHB0YWL*w+gj/s-LX-7ŵův5&'kkט_q oֿcvN7eDkn(%W#ƅcKw} ʼnm[E4#=N"Rˢ^kzЛpp w_avy~{:|Ϲ# o͢5g?$hدCKF/E@d!HN2<\<4Vr'I E_!5)Ex*<*i &M|OMN+m* xƋ:Y?PKH})IOf\V';/ڃ{o3%_r5h/ns\-)[wL yh gŀ^t:7W|Y1*XcLXG:ܫ*)V`U` J'- E _ G+ l@+5 lTjV`Zf^2ʧ l'*0A8I9'^<) nVF f֠802E #A֣q;Fm[w\R&h`Rต*= V,} 0Ek)o(0[9Q` yE!MM$AB5@o6ꇰNQjh6yڼ uo|!hfHꭴߐ_!(5K_'/5KiRڈAb_@/y* ̃0IhZgѫ,} =AVo dLQzACڑNwYq@4J6h~ (m @4JonFKDyA4Dyjdj,UZZZZēAtn dgps!pu_~I?œ80xI4q4ܟ%\" YR͒}T |J MN? 11 "#h/BtV$/B /x`Ћ F/B'f+ ,p91jNb3y* ,p=sl: ԩLqX2y4G^8$9(zD8ӃIx^R, ;yբ aό̈Zr%#+'zz+=(å(A:EXy44-B$%<=M޿zgjM!Ъ *i2Gr^wYr!K⛊}>O">Jp9Gu@pZhhłu{J钢e#ez}P\ eFiY9-joOIٿYO݇INu\4)UC.!R `?وw$)B^%[A9F?JF1 endstream endobj 86 0 obj 15744 endobj 87 0 obj <> endobj 88 0 obj <> stream x]Mn0FtacB !$H,!E*Vlc?y年T0i; *MguDcjfKio~m"6fC\gobW~\ zAZS=>=T-֗ޗDDc*fh`k7R)3Emi%|GJg#肬y^#yLg=%GG'3YgPm$qy(dG>!g2?BbM#f_kIXo[oܝmEv~8XE7J, endstream endobj 89 0 obj <> endobj 90 0 obj <> stream xYyx[Օ?'ڬ&'~OD}Jd9 N 6$DJlX:d.`LmZZhok;g:BKBh i{ν7#{}WIr`pDF 3F)q J*O#~@|c~v+:}-Hd4 SE qqt8yW⸍!X-Бtı2}+Ϡx"$fJB9HF6</fDloI6g_.\!:b'. rK2-d0d 8AZpxH8C|Dpz/L؈Ow.%2VI2Nx~W1Ds"\D In w +d׏;zdI(eY4a+ܺ^!檆!%nb w3ۄwOH%#3O>8ߗA8I^ {n" ܉m"?/d>-%?B$|gSpZz?g}k֖Ɔښj_UewҒb "-_V*qf;6kl223:IT5?;Y-t}|Z_:v%P(c BQl]ug___><BTܿ]UVh>5]fП=p(VP=z>Nȑϭk[o ujis iB-؀ TePQa[E# ͬxxZVtmJle~ϥ)!Nїvz:;=JxxhzGy'G^5={BsOGI+ƞV@B/=ܒQ (CO[@+8R܃Xi!a6cyh"s pvk8POn b>)|rN9s=ʷ,G,rV~;@X(iH()2zqy^qLUu O힮7**(SZXPto%ZצvmOV,n0'c_h?qy]{JOjӞ'\xT"LÕ6b^32? ]slܱuO~SY)w"M#oFttݓ2$Jƃ-3M#08-h43+f^EzAl-HK?>jvxRWh@[ ƆDkax6ruS( 2\fQEes"X,6f &wԅ嫵:} /9(rTOخ'aM12x)?tfA).L4xw7x0IA {J,5fie{qB8Ze5Lzt&䣿SY& | xk\h) nۻ|Ўw7¥jnvΥk.7 >ðB!xG3Ĕ,t蚫*PwC^w-GބT}j^'0 dN Ɋ Ξ$fÇ}`'[]JMiraĤ_?!f+XiBΠ#I\'Fa$vnZSr{;,ZGnw^YQڀə#[Wn|G v[$%{n۸#bY\F8gJ1f ~^ї(9eRF6`IL B<\4͢f4͕J_R,߽Zkdoyw?Zr/ͻz b=1vczjLfﶲ=;?˾/L 5NJOm  ޶a@hOG.kMryTe z own[cܨJf' /;܇{V<` bmj_92a7Ÿ2L߂d C&tOygm!j 3SPo7YC^V 3MhŵV~ eϱ1@=^=Q˱4s,Bq, r_ϻ8#=q DW˂p,2P!?X|%zM%u.H$KKl g"LJ9Ej6ac2*T9aycMu/U !WXq3Hc,ؘ$&4ϰxcMHw8@1) &?hi=Y4=KPdaLpLhfx~1Ӥ~1cz;02K&?1?p!ͯc~Z ,q3,38f|c̯EmeK1ÕTcc8߲c߲aǔ͚1Y^,/p,X^R[]]l I%HfhH&X$; WPx~FS(qK^#W.% #áJ|}0$[0#y^ /jN#ǩc#\,5Q G b04*I({R{cF 9k` cQy 6`jkBVZGZԝlF:\}X(]>:bN-ԧ0ꢜ184j_RW98t$ZvQIpm 9(ZclV!aUbf [1VOr 4)p#rF0Fq'X kPT6J 1?f_PzQYAX\l8 WFي؇XEP>OMmı1ª#̼e6e,mBl+(,69}ǵ5ώp~گaAi yifkH{cQ"l`RR ☶'䆖DwiH0/!V #b5b'kAVkI1mk퓥 KftcUxUE 5`b\`a&I6vQG6ۡ9cȡ9eZ GAV & [zoUϜu,Vcqb֧;Ĥ{.«,<|^b1V4#sՓǘG-(G̣;r+b 3}lVץ6eL&eĊLlcQ9m&1`|g=Rì⚮v*l3րV:eQΗ͝Q1;Z~/|$؍a[%ɽ Nk5-1>38g:9wu{y#ܗwv֏0[b,It^ȭ<n:s~jڻk/,в]SAI܊|Mb'YϧWA qۈ=C_,^:~j/KS;92x=wG<'C4zV#ةTb1o Ag=XZ EePBTg'S%er`s`43"UVAQFfŔL{T^T^StT́@v 瞝!MmAfAVTq)]!7UPVMr`s`QTETݜnc ՠ#u9㠤#y9e2q`IS*02BR2.O9!ʵa Þ,Ns`5>L c\tSii ץ}`dR:PR:nAS7QY_`bL\ RlU`E1,gTq1e2g7Zd:hv 6d܏؈o2-25 )quY~w.wuK~M~\_gO/̍Kt$>8z"G?ڜ_[l\k .+/w'A~] O>J~''? N΋{FN'z&:DQt.ǰ#~alvBۈs%4hK[]:mϑ`#no˵uN)7;z40K &/JOq⏣O0j{{E>ku gYB-O-(%OHO|fKv8?E&133G~iMl4pf_]eGW,iW,+6[bˮ\誕ONsxz9铳\;8qHÙ/۱lq;Gbu=v''Cy|Ў x-$[(<%<% D)U[% blQh!вEGQ肮j6~ICK o[{w/W?GLUJ>٧f fH_"AUT#AYtEYAJVOQDjMz4ͣm >t@ I$VB5xكP:#x %)a endstream endobj 91 0 obj 5568 endobj 92 0 obj <> endobj 93 0 obj <> stream x]j >b0IJ!\ ^h0zcyɴ.ة=F Aa@{!yApEo i{9@ثWE-}&ЌpN γp/b}bXu- ZηQU0;! 3iz7G?ț13YV> endobj 95 0 obj <> stream xZ{xTյ_L&3I&$B3< 9-[❹ӛ[ֻ"_R~ +״6e~@R{V5,]~w! t # Y[6Rq?el?fu؎a{AҍPVb{Ɔ'໨G"?OjFVyPEI7MfՖdwR<L_Vv gLXp={$>&A .3=qYL^dL.l+{x1^z,^;V1 l32P q=x{V|)wuc9;h ϱ!t35˻kxXYEkpM3<|6[ͥul:W_wo-3*O]j /hbBɮ l=D\ ӱ"Lk i(;?78ԥh]ΧfQI2D2Qe/>!R׭Wmhd4x'8{[Ǎ_(mLGsuyIZiNߡCߡ_o]okOޯ{FZ$G2'~ߚf@storIbD)w_$/7oP2n` o9͡4(M٤OAsR9&[ZJ0MfA4M;V/f9/C#`)TJs=m&oufWOQy(kp/ʚEj8tż!pCUi \f:A9MdJK8lK{=hf?Mc:3D"3qC;g]s]wwW$C}D RuA j-NUcaAeL)MdSAs-N 2{鏹 9 \et} z)&IS *oF韆v3KPͨq.VX+;`ȡiȆ6j#nßpjT4;풝0CpbYY%Q&J1j5Iլb݁ }7OYܴ(y~ʤ }w?p*=LZ*>34ju E]VBN[nY;Y%n/>e([IҼ#Nyy2(DrJ9UA8es™bB/2auEU>XS!@{uaL}ZL&Qy .X(\F"Zr$tx7_Ce_†)` $*Mld_/٪Yfgfڪm>R~O>T<'j$ ߉܂JY,Eu#Y`L#Y~GD(exa8Qo'cIt8UFٿNF쿶˶I=令 agP%76Nq7h!d B%d BI!{(99 dl**$.'Y%j ]CĨMFl=qDx(F͖y͛HNȏ3&NƞYեks6>\$v{Pi~+9BTFY\~e Xi>אg5c\cc,_vh-dfs:kev;.eK -eci9ߕϞj*{;{:\b}{]~r/B/ez^c6^b94_Z)$q9zL'̹lɘGjY|S<y?p.>sn#WzʩTv,E,TV.1Td\輄a4 i%N{'w#eRm[LYn7f9wLxnt6# Ҝӱ9MǒIȌ̱A/[h$-GAǏ'?1WfL5|PE/J4s^J/%m//a<PhWid6&'y9lܨG (vu h-.,L tVWG0*C6u֭sz==?ZEG{ޗv}vw͟1p4)wP r<9& 7W}(R|Cur>.fF]c+WVeeW\ms6i+Lh4Xy{qVs7Ki;Oxy+Jgw͚s/y7lnHĊe&iXbL`}O%̯c*}e9)c&0BXn!bUz@rE*T I@ґvrrkE*ʻ$L%=%^Mr-J/*3p)Dt>,6/1&d#8*P 4Iguy1OWRwkum:fl&_[C^ގE]ck1c{:L-tFh׾ 쓄[*?T=h;5N%J}'Uo|Ts7󤿀SBߑO_L:|v茐+/I"śΌ5?y)X.c(;/.\iunb\& ;렀 F{f(Vnfq, ._{kp pg(R;t~؂jǣSkSЈ-:|u) 6H{NsR[ɆcF[_kZX@EJPY0R{Mp\#dNΠoL)Y}΂u;:Ñ utpR3` u D7ٕsPH^Hy҇cz5^[>WBi[[6YYrmy۽Mk[#ފ5k]ަ憦 Z[Zzg/ݰ|ukHSk{664^ }qȲ%%K,c c0,CPtX R ZZk%/Lhƣ `)4B+98{gݎjZqD!*p<_~WRhz^#<^fk=ZU{76E{2F}-X p%8mRqSPmL(Ը6l[.7-4@ nl7 :?<^^׹Ξ^vVBnv:k[W: Кv:sVЪ:C ^G)TNUܔj:A ?@)L/W- .4@۹ zBwvZ-p@f4ov.ocs빱Ml[OsevLdVp9i {; @/beoٛ,˪Y2Pm[A3ҷs4}; 4LMn\uP4=@B]gV*b&gRq^zک P1;1QM*([#y endstream endobj 96 0 obj 6242 endobj 97 0 obj <> endobj 98 0 obj <> stream x]n0E|)BʃHY1!}}gh+u:gf1~};zW߰9s%v8ߜ!Cvs~ⷰv-Q[;>a3$QYS=v_՟`O V X3?˼/W`_ b/Rnbh?'IwzE<3}Ls>4 sC? KoS endstream endobj 99 0 obj <> endobj 100 0 obj <> stream xW[p#!l ,.bv5\EM!^d."\dC$^[e"BtRŎ$\2 @i&&eL@C%-L SN!mh 1}ooGD@ZA-ړP_ME;^<GS(<io=;:ڞ0ǭ?A{Q3 LmKUAFhvS덖8E0JެE{8c9YcU7oDѿ"G@3b0/4;LwLw^#wkw<8$,. xp~74 ıR032ǟ U8 ?c}ށ`F2rp7씸nx e y^'qrJ`xau]%ې[Ndc /!\>!PpKm ˏp:ʎi=C] fB mί*+-ns_;B?>Ԣ kv\{yo1#]BŃs&|s hܘ0cO))53MΤԵ̱ԝ5 <{O G 7]Y~e[Xݖ5lӖ 疪jYqښR&6TqTUAUU6ʪZ;R&w{\fO&wsݍj\f3<0 /p"ϰc3{nE#^j{/zjCyNNwzea[|X>"]yocǞ=6hSW`br ['Q嗤gW-jg4jY͖9X-u%Lv,d.)uW%>VĜ%XŸb;QfTdžZh fRx/[/c~i/ ~Ye:I/y|RyRg%d]Kt>,skvk|jj/Kmw̖^ӹeff-)Q;M$Cr/X")c?~i-zB9D<^>%n5ƹQč"P,6mno9@"> endobj 103 0 obj <> stream x]AO 96О&f&=?´؁L)VM<@x7kQ13.qe0HU5fߖsGcl_[2opzqwȁ&8_{'Hj[8=O6=u.;"_mKuw=.:dKƘۭUHw>,K1)t~ڀ[ITߓbک}Ymu endstream endobj 104 0 obj <> endobj 105 0 obj <> stream x̽ xǵ(\UL٤I3>FH PEff@  ljq=Ɖ$8-c +6z6xK/ v}1G&y}~I}SgSumCR{c~KCu5B%KWuwu !9Ć+7-9L^,Ym>&]+u5BMp /1(shdl4M3PN87/8RRZ-Տ0jt2u&NΝDv>z?qu+݋ tC/':aǍh@/^Tu.\=~+NKt %z EгcS_Y,qaAfrǷ@;QKyFz_!2k$K{d Wfwut2_7C^? Я/w=Cgkvt+Qq?(GL'n@3#'[w\9L(v:? M|<κ=|3pt Y ?B_#P~UhZ<]i4~{4~O2Q3GTWUVGJK"EyP0e{=n3aY-fQ sܟ@kvkzMaO)"2#ד"ݢ9v!Gȑ; o6<9r_`^*7g0948\f2Y, T1HdđZ $zI 5DUшs6>+g+%s jaǠ _zuggd|CgOd$*Ք.浥8b7X}ަ톽|4`[br0Yh^YGiaGUv\bUnQ43? ??CaY"hٮjZTkCK'M>\؁ K}98[ L6;ݤ%W>VWZ|F BP,MtX)yh7&J v9LiVQQ }<-3>-+i}09Q(izJuu Ů1]|CQPn#vҞ>30-Cݥw {2\"WwkWty"eHlCMe\Qm!U.HsACʞXeJ ]SWiׅ~eL;Ke|iCK|jw,0Mv8N{n-XEkhCٛՔ-௦;̘E('(*1G.&s*y*~X1=/m[57,nͻw#e뛦L1۶JmCs(WsIU\e4 fK^j^̘2&1.հ.xO}VӁ*=&ߧ$ 1XQhD~ G%,]+m<_ܠS`?13QKɇTI[%U@ST2&2IL}8 m qu5"@DGåQ:&\W^^sNmko-WW߿~;J"S&[?P=##I%GhOq)O T4WO0Cix$F,6kd:J%Yő1؏E֜g$|-+8 7*1/0P BEF=beexfē F>ЛwT5UxÖ_y3 e|\a%JGM.KMQڻ>̔5NC!++cu12hZX0G8-> MntTUTQ2A8?5ؒ)#rJhUNnBFX{Maoe X}*{ӛ!hKU '\MJ],gsg(W[k<х3>sN;L%5Ⱦ#Ou# }X`a'POsP(9 0A23; v8lҁMnEyį^}_X}ґ+D=a,b*d=F<㘨3uElCHI&PZ# 8yqCn;i0˜2q/ ^ĕ8ǿSn΍ ;[5޵RXHtH^*7k7ϘJbYw$XҽhHk<[_I9ɹ=nnaEbiX wUq7nb2$寅I +k!eWeH*aƆFj~_[VnƲn6w?w!ew &6\8ǷLGP&)&I~ ld7MIǯ)L,lҏ,zC~Y|'rԱ©N73cLxH4bo`F! Uъr#`S8@P Czx^!4lTSd}xLΚ__7a\?-AK76o1ƴ6Չq `OSی2D $L jfwSGԾ6 +l4qR{ɛFw44Çp|VVw5ʉGwFudF(y~Q9wKQx|[q"N,h, @Yt}Uu6R_p-P8!pDrؚbl: ?ptLQ cWW7jLD4;7o^ݕ+Vo&9J`MMxO"ce 0uOʮЮby,ˡ^6.w{nfsSbuiywTSEXةTǪ5l%'"R=޴8d^5wwĔb&w_L>̭%]hEwa!}~x;r^;mG@k0lv,ڣTyߓG.$_[;;b Rac͗ɕi#ե5#Z喴pKiˈY<ϼ3F,;m]= rumS89QB&2C!cH&G. 5OyROe9E~/u\:MX.h5l: R;YXp5ENe.f RPq1vwӵee#ZljSG]STX-.^Z(R~ʰ%_i[ẐW\,;жuW\CqWl4mmh'vdC!`)*iTp,!f2q?QwEb479Ck~q PTZGfT'g(v2(Pqj:=vP1=˰:bvMeXCunf.,>LAG*2SPd[ꖳHiУU͓ZUniA G5HIS~vM҂w=RL3s'e?w Ss^sx]pI Yd. X;NDRrM<+M͜+MpA|ȧWPPV@!D}(Lk%fH _Ñ%%fKR&䡕H𙲒zC5Rah42tGo[x1&sq]mzwx& l흉_ |G_ ߩ[f-L/6Q!S ; 0v71Zi Zf(,Sjkb 3ELw 'ҠWA,2G *#Yw-~;J{=2z xTEl̖X ,Ziw}2|Lj|55YSA ;X"c teƴAENSZH?^a3*zZ!"=aUƉV.k;92>uKvU,6oĵ]8c.Ǩ4_fulľGBM^ FiD_#Ў(M:L"jW8Y2;zG֟T@kн:$$됤@בFء4PRp#*4%kmMI#扼sJ:V&0$j2ODbĮK,$Nz"zL(,4iqժ_@7i?hnidR/' %ohx5O6np{u44śI-f 7'3H <~f(TvC6@eA5N!SĹDH,3T 5daJ Fz+X-%63qe, '>/k~&7AC7dDpT#+"Y>֙:sW2ki哚4])k. IkORy9f\ÕCɈC>qӧX^[zwBFF: l; [hzږUֆkFqSHE4tmO`( nH ^VT2,P\*gTV*bU2*Sn"7\q[4gsvͷI|f8kV/O<VnzIے"Gk篬sd~t{ĩ ?Qg1qc{:?BQSd68஗sZì[1Q0)x 3  gB?4Y+EUb0Ʀ0)0ٙwEfNiӘs?j+L.캍s T DŽfQ,,َCw.JS̤L)#׀[-8<-Aqw8&`xsbh흓JPwE)lj@dsb:}Ì$~g) fd.^hm&zXˠFILtp^bRf2px2̬{5wVׁgnѨSۈT@I|gHYq< q:M^{[gv&lN3t{[28݈,:-i֛pRwK ;Nd t' M734ݺvSCSk6-&S_-O)3'NqLaT±P·deȍ)Ҭ\ߜ| vctQEÿ5s7f.ôX a:=;d gt/|ːU6TiJ&RNTژ~emLؘ6[OqH '(\}ˣJa1 p,i)gQ!,p~q}`-6x RFR_Ԝ$(@;>=FehR1ژhR>_5X4Ђ~E~6;n n<,ZN*_U lz'e^vQXDr3^ሁt58fn}KJ+ +C٤lryK.*g`J0)14^ d`dYMȆlJk.+gU 4|vƔ8X̩j027HzIE-jثvkY8 pʕƚgiIgQrP66v)0^t)cƂq,[yH+nοB#^8i2rEG(oqlxJǑbu4|i>hhHRVV[\h+D4n!C+5EG-E)6x5ޤtbHZ}}C>mꦊÑf!x? pO1=PNR`.i!4wSeʯm[SQqԠzҊƓYt>d6>BA+"<8kp-.KOy'Ȃ*vHxlNZJ M1 }B fM@ZbR4RVEٔQ}Ey4 y~V3?N5HdF LLʼG>NɮD(X^4⨊D#izX8Xe8P P*q[rE2~U.m 2&.v D3"X/W|Or FQc 4gO(}r0[X"ptP>'8+xzճ8q#Y;0tJP&cBy,Azii|4ϛ { ~q&K%+p9?o' FR qpe WncNo2Lw7O_ieIV1asI;)ZmYĈ3p FI5ڳVM*5.fs._5Q*!DH9$H͂-f-gq"6caU`U:9tzNJep.AXPu]#t5ӠRtƝJhpV(t>32CmNrC.)+/qY7Gȴ~DfUc ~hLw0;rv09PT@m`-sK0L0D eȠjxf214*h=it"^Q,pq7vS&gInkJ"uſVVsxѽxԕ^Ѹ7jv7WkBl9M Ň90wTZ/af>v 9Nհt `E#$q /fOIIv>.Q{yQ=HGq8mqf,V#1Fb:TgFVff"jY ć@e;a.%g_~<}?}xWL G7k&oz78tqG<#K-DMh_o,MflxB$:yB^|2cgj=z2^>cdFM+[ DDHqT\}g9PJo y 4#g #\B.e&OGfS;~Ijv ș3N8d:P/Gbg3ql!ap:"iY *e]RKOjU.d|a5fXͭ&7c5knBIS/(rG *K@)fm)<6H62tsKӑp梆d&ښ;u,%R KҖ[-0UC**.AP/fvzatāʅ߽Zʋ~_@$݌jv;NWk'Nd3 Ԃ'p$67H) -&ݾ4,0ȆzR'd(> 8e ,3Ft?uVu]EjӁ$PᲑF(&?vnW0b RTG -x0 sL=h ^NeB\20m!fϸT8;W:8 ԣ"ulf XV^2VMW5J6;PE=Lp2cs<8}wXc\]BI7MvJ3^p c\p{Bru9j,$u<_Ձ2K5 jb0%NП=ljp;Ó540K2q!QmC$Ոό.3 )jnGWR)HW 8v'{BUФXOS} z |Yy#HAև' c3BWt{;}ޫ8]. Ba~F |)Ԙ95dp'ϓE  hyziDNKztB(TS9 =g> 'j%<߼lQ8Ssjm?ҏ$QF(nVfFkBm9gLB9-dG[=/[uMr]PJTCŗYRoDED2 8bc2t'{ZUe9|tBY=3gd{g II| ߈ߺ~xz⤩SLNΘrz7Ͻ%^eiէyyg4Ҝ07:*K: U+¾9^)mmڟ˺>{G:iYT$i߇RTn_l^7ś{M<0aZۚE߽#ˎ-[>!f?u5Ěb wA=EܧvoNLrfg-U W|j6Wid``̖2bK YE@-a5ZEڷQQ3^yme_IQ|_($o?Ȝ8,x<ބ7ʴ0pl1{#[dj5I89-%l;f0: V HK|N[؄2|, O$UqJzZv}``f?@84ȭfYWba_5?>Q*.o&J IبkqsRSժZ5'S1Π}{Đ̑7Lٺ*Zu6W鲥8`j,Lw0*챋E?'asZ8| Qʘ37irP(/O%ߟ CX4(3ȣKi|}KɂD )h-1yq fY1 JXRE+Q]\L7qIJ1^ū# Q6m68ڏ2;\ 90=0ĭ #A hI2t2vm-$W۔D(5T# ,~a7AOfKԆyJTW\f<յ4Wl2u s`7 *j_P8$[]m).7Β%dE4쬺H ƞl{륗Oۻa(?bkhZ0T7KKFAMESZvksgk;2lrL+ .rmhujViaխ$b 4< Y?0 B_ط_!QY+0 :9ʲT1Tm/a3D* jDMMfIP_RSN ey,]&ղ1t}s)K$ambj[mE-?+} XuXLB.-Xۖ^Y=SQ)3Ղgf=oւs쎝Ι=?>{gwy2b/葍_Bğ=et/9OƙK/]>3'O8u҇'xǀ,2 a`#PЋPހ Ob6L!G ݧTK#ZW}Fj˘'tX.m`B1P3Dc8 5借\-i_ odiE(ء~`kl@5$iE,)6ee_R)7gӷIVꑋF5++E|Ń\mc?m*~{))/8mP~ DO|~aD^Fj#]ɼV5iVɊLdXҤ[MIiD#}50QIow޴aC5 v~ QSMʩnra!ZX;_ .r)0[y`d v%V.sbC]]iUel*}>1do ]`i3,1{(Wʰ"|#EBV1,~?t GcS%K 1˹+Nٴ@qޑ"-V=#`1Gh8Y;EWAl }fHY$\4aFq0[b;mw;nSrk~Ə_b럯Ei~7>0 Տ׾;|WS>ӵtnuW'ǒ߾Jdz!C[Imٵ'z~gi\Vp[~ #u8ld6B/ Ls2TAn0~$|$/SIDNh$[\ \(mh"nZE0MdEtBj4FU/rtSD8mhJIҧ096Ki1d%v8x/\<.t?upbzds'9*J4ftnf{g+6" ؅x{EU{k ΅7CEgRǤvдU4H핉.r 4MPj tgBPύ\2Kl; t-l.PJA rw\qgc ~49 ~'<ě*qf5r߻ȃe"' so (DNt93s|8<}|ŜysZ#ƛ@0F˲n.n.DզTTF<1zBۨQ?-' %[t8˖cWeu uW +6)D#'JPwhC+,̭L٢,ˢ;Cn1 J*N"f6_7[fi!5R̖T#%xI3p-N1[F^j|ojmY6MnԴ*rr—IE\}îV^5'tygY Nͅ+]l$Z?tqAMĻ} #"9\ұl9YH/fӋejdD0hgyM +~#KĘFE90Hu!̃=äp56ow(ZN%Zv }Њ 10/h%lmZ`[ImcG~ n&50O; C\I3e|¸tyyNh6޶l?x2myw{~5Sg+Hd}?+  :z'$gtΓᙹ"ywD n.-\^xGQ}Ѵ3-ȻOK\%K^.ytoe|ٯ^f\ ~?AvYcb\YJrXKJ & 4CQy(3GdFq G (So3,<`]?`~_g 5u5ڦYl P9`ܥJǻ4X4؀,l ((l4"5؄lm6ndm;le_;mQ4+ݬv]o{Sibp-c38LB3 no`. LL,/NYn5KkY׳fuYpʕu=K^߽ncwWekVuN^aeAz6{z'XUVQ^Jvuvu\"f?iܵBh%@&lAh9Z:Z#n74lCܯ/Q~ ʭAa[Q3;J@Q:-{Y7]Pr&< -ז mޗZ:xI{;k *xS"uQ jX]0һl]7V_]юVjVzF fX p'ᢓi+E9/z{ֳr+/jV޿Ttw&;t2R)؝>6#-Z1}'rW=IiſQ{Ȯ2e8SyjCAWG=HLfGlƇ~ۘoܡ4elpo`Ԩ=x">g$09I9iܽ"[u +YqI>MN1׭qYT^ŤJvedIyױsi_4h=Vc%_+=գz 㮗jp&MbaΰBk0P FqݧXϯJiL >Y@z~c#q%]cpWqcpq-BVZ G+p{@9mN۟&9'h /p{/<_x鹖h?ʎک'gU({ݳmϮ={^O5O@-6;0Lp{8iӏ?Mb݁o#SG<#ON?Xx`elk QCƬ@Sk*U]@M@uMv?bᄐ{{õ4OB2Zց*ro0?Vi?Rxwɶ%/~O]Ԛ;I܆{o[o~fmF-X)~eۮ䖹VrJ\y>Pr-[ϵ:pzzb'p 6 -պn@Qп;hC2?}vf,fj 0nM V`hKU D5ѺV endstream endobj 106 0 obj 19824 endobj 107 0 obj <> endobj 108 0 obj <> stream x]͎0=OrHQEL"5ۗsJ]\kYy:~ɾc{KzncnCz ~HN]o͔dc p$XgKd_.pK_~1M= K']څ:fC&o~y+xN!Hi.< s3B]]6\f^KZ:߭YK{d#;d+0ȎY=k6E~cGpBs\jlY欘 sNxW%_`] ~{D7RCYoQJ52RkAaWk|Kӿ? _a4V?H ^-N<XZ4wpk죡a&s-o_&/&gCz˷ 6Cź }3~ o$o]KFgK }[o72εxwRCw;KԸ]> endobj 110 0 obj <> stream x{y`ǙoUW_sw3:f-qh8$K$0x $ad.;2H :qXKz7>q[&Y;*R_@`gTtUwuWw֎HG6lY}qE!B^vBDЌwl\w Gpڿv-,O*@{ݰGо{@!,ZRrb cSatV`7 AȽh#ymtEkѻNmg^ͅ~"NjVGP ePǩ`cs祯xf8Zq9}[i7LqAEV9\8ֺõ/ Uz"1IGob6p󌉢Qdl$\85^1h4F8ʆB뤐lXXQ@戆ZykC(2wbbL P!0f>5D[ IL.…BYUM tܼk i@PbUbeWb42_IÚWF"3:Nwm'a{'^)?9Kң?]hx ;^T^L~rN  B~l1-m̈Zb_dl,\X~|T~@g1-\T0R̯_}0:}m84/&2A͚)„WuEf%Y8H`/beb@2_e"e1 P, .VZ]6#U Nc6B3G~1c%i?HNQ)rFp֒)GY|jNuqvw:M[Ǩ~I GIǰI@^᷄s?Ӏ_o9P*{/_pWo;oSʏɛ) ?{''ɗ.j>j%,UzcLC@KE--statiͮ],fDOǀ13QڨfU-@.XYgۅwP]$A}fLvH]愹ۚrtns'#Ұ(5l7Mh.se'tf1DEoB4ˍTyey)yLJ%yKK쟷<5>wwNn^5j-BhiB \@Mi0ey'@b=bTq'cx=bRlKRƔIHP LMp >Ih>aHRe " H:b1%3U˓168?F}UO;JS3bl_(QzoK fCjQ-jI-]TZVT l3jT3ifS,6KJʄu AjӃ 3rfP;AaPʐX@kDz8XTX%K=V[f|6+Yٲeii)Բ=\MN<(rExe,dԹ9"6f$?&9YsTN+nn|rj`Ž)B,G(Ys@0x>S@֖ S0YFm%By=f_\nvO#jV\5666!!tք-aO8΄+>A}dI~T1;c~7M~afʌ2k,slsfԄrj)-4 1CT]bn4K1RwðjOa> zmOٟrsYÐi2bvQPUc}Zm b<{=Y~^hs*|t76~_J]`Yo` ]Qk*g[:N]{>ф;q7wiqɊ=U1L}"wM--8M/q'ߢ cO%%!3 ~$̃f\ B̕J̥SzK|T+UXjw@1!UBPrw-x_ 60 |iP'58U%*M%7O O}G(-LiXpF*<]uLh- ZRۺy&#;| ~1L.Wy8?~8ʷu͆]pkIʽu-k[ۿvua[l#_wE5U=KYW&cN} kl6d*s@،$rκ?qW&A1 ijgIԚbXe^JyžM@1Ê"LcBx@:`>`9G}Qz|:740u\1)a-]y]as3%nXxYj>gnJR_or?_O?<گ|p#]D1+1m&xBIhUJ&Td-60LFa:$uHHʺNj7ΰm]㌐_NDNkzY pLײ|1b8|!̅GcyCxЄV'y^wzE7+UCʄ<#ZCJ2݋ p*GZvn -HjO ^Pىs dw!d] ѰbT8sw0I֤%iU|Hʊ7Ù)2* prA,+H*/CTYtZ${`ٷ,x!oN}lo~P/EAOY1duil&7[\PZE%*Ʀ֚jTj0pu95wKTI׫MI$zszK#MUi&zy\s/?Pggf^KK)P'˯J}tgm{>-"'@)f1iXmDdBGXɧSخ~ ەikuZC֤,343VMch*P3~8BHܼ{ƽ^sFgP 꺡B?-w>[/ N͜(AU%yc뼴7?Ҫ,#y`ex^Oc Mƺ~:3{=È[ >. zș<<kiig>|޹e6dOܾatjo2;! 3Jte%8CXfvB1?&4mH)zm(@'P4BaR`X2B<1O ;3f0Y5Dz$`d^^ ^P_ꀒ5>{PQۣ $M4|Z6%mud]w[Ӄ}e@YY X6u^,-UV`GcsaƜ<iUh+Da$b`CgrOkb 엓R:DrQMTՕ裆 R=bx!#:.41mL 1cl1{'&]].q]!|:K?=o~^#=qJj^+̷[]f1=e͈cÍe߉taiªgIJY[N/Ʒ2Gh\Od@1Gsc#dsykɘ<ۚšFMat8 R4*'|ݻjѵMj{xLWpIvWkƬFw7~uz1쒺lG$%>oo;ؗ~JAV1AKu搖FFe5p(lT)lT5UJQ&,P\A$ TAM?в]];= 5[~G+7n᥂d]r_c9fSM1ol&Jl-,E\%}>ĺ!VUS8$|2\2%8??Ɇ|ȋ#$B3&BaMD4# 9bXömQF"O GfDfFfE"őH2\H_l#ư)b kΰUF|Q( qcb\=qo`ue%PZ .D55ƩȦ9'SkKfj6m- ΦE`}¦MccAߠ00_fٕ|6 02j֨~R4'F}Q4 6l\6ktfS4_f^ni4[9͹͹My<^(3g557MCܞP YS?(&gΠ _iCxiGڙvt^:?I{Ӿ?H33ӳEUiڜ 7%My > qw캸?lx/7k/Q8+מۙt5l.-PYSO_)ӟTvB; ȌVXQԳ\7hlnlSTgj"lZ%j͍V6^^jUvn+`^( 䘉Eլ^%R`{+V||n<)b l-cyUNQయmƁbeڵ2+$IEyZ߉L_iZJy/CA%1`C:5":gFQ^ԄP]J&"?E^@x&F` O0ĬWlZ|u?_,a.j2Z]̙bLd)W 7Q/HJܲ25!yJnJU7l}·96jS6KՍ7[ʮJCA(3= -/yb+Vڡ뻢\wEw 8 J,kxo&,Ja//ۆmghSP<*x&oT>/*ޜ}pF[Zj~4|I*`I^-ڌ!#'&8ar\ʗ/pZY" 50[0xhLM=\O`gj5VImerݺ]mmm>>_/x8jJCp^o4cNNNNw`15/W2噓8l~BP|Ю7=S³{>hY|K!|_?٣O@eomok'34墳mX-on 9nq8j6`dfCfa. -% .0͐ 33`n&OuJ\'q:kQc??w՝r!] }9e9F0,lG~K԰% BZqTC7l')2{^ 7>\z~ѿwtϩ['7O%TnO?^ogZ-y 1ӱt5Bs?fvxZ} >>%{'.i<2D_;J*yjhn%;XUg6w*&tc`V>sohƃ]Ι]E-`6j١Nku qeu+?ˣl u(Q5')3"d&R PqpD<;}$##x9ˍRSRʜC7KST0JT:t7rMXf3~r=(ɟ>vݽy׮GGF(ٺgv>yrrɫ zmoђԼmigΫpo>%ًpWL^0F7&Ƌ$ 4P}#Dh~ V@OQ ~=A~ڂV~Pm>ɫ_9+/D -cݥ| ?k{0}z) )j/vs$c%~0ZLЗlE<jAw|9(oPƈ_.H^ endstream endobj 111 0 obj 9451 endobj 112 0 obj <> endobj 113 0 obj <> stream x]͎0y /QkAB$Q>@H TȄo_{V9uǾoqhNa2ocs׮Ϭkyͭ<)܎el{ڻOi^pklCy;1-)2m\^mkjW][4Cc݄Xאm2áBX|i~1TZ [%k/KYW7[Rzg=Y3ddB\K^ 0KGmwZC9wzKa wp;܃_V`Ȕ2?2[e/#gYNf߫} ՙpWnGW:lTa.i1Qǣ3}È. endstream endobj 114 0 obj <> endobj 115 0 obj << /F1 99 0 R /F2 89 0 R /F3 114 0 R /F4 94 0 R /F5 109 0 R /F6 104 0 R >> endobj 116 0 obj <> endobj 117 0 obj <> endobj 1 0 obj <>/Contents 2 0 R>> endobj 6 0 obj <>/Contents 7 0 R>> endobj 9 0 obj <>/Contents 10 0 R>> endobj 12 0 obj <>/Contents 13 0 R>> endobj 15 0 obj <>/Contents 16 0 R>> endobj 18 0 obj <>/Contents 19 0 R>> endobj 21 0 obj <>/Contents 22 0 R>> endobj 24 0 obj <>/Contents 25 0 R>> endobj 27 0 obj <>/Contents 28 0 R>> endobj 30 0 obj <>/Contents 31 0 R>> endobj 33 0 obj <>/Contents 34 0 R>> endobj 36 0 obj <>/Contents 37 0 R>> endobj 39 0 obj <>/Contents 40 0 R>> endobj 42 0 obj <>/Contents 43 0 R>> endobj 45 0 obj <>/Contents 46 0 R>> endobj 48 0 obj <>/Contents 49 0 R>> endobj 51 0 obj <>/Contents 52 0 R>> endobj 54 0 obj <>/Contents 55 0 R>> endobj 57 0 obj <>/Contents 58 0 R>> endobj 60 0 obj <>/Contents 61 0 R>> endobj 84 0 obj <> endobj 63 0 obj <> >> endobj 64 0 obj <> >> endobj 65 0 obj <> >> endobj 66 0 obj <> >> endobj 67 0 obj <> >> endobj 68 0 obj <> >> endobj 69 0 obj <> >> endobj 70 0 obj <> >> endobj 71 0 obj <> >> endobj 72 0 obj <> >> endobj 73 0 obj <> >> endobj 74 0 obj <> >> endobj 75 0 obj <> >> endobj 76 0 obj <> >> endobj 77 0 obj <> >> endobj 78 0 obj <> >> endobj 79 0 obj <> >> endobj 80 0 obj <> >> endobj 81 0 obj <> >> endobj 82 0 obj <> >> endobj 83 0 obj <> >> endobj 118 0 obj <> >> endobj 119 0 obj < /Subject /Creator /Producer /CreationDate(D:20071216174711+01'00')>> endobj xref 0 120 0000000000 65535 f 0000168394 00000 n 0000000019 00000 n 0000001810 00000 n 0000001831 00000 n 0000009316 00000 n 0000168564 00000 n 0000009337 00000 n 0000013378 00000 n 0000168727 00000 n 0000013399 00000 n 0000018230 00000 n 0000168891 00000 n 0000018252 00000 n 0000023551 00000 n 0000169056 00000 n 0000023573 00000 n 0000028843 00000 n 0000169221 00000 n 0000028865 00000 n 0000033688 00000 n 0000169386 00000 n 0000033710 00000 n 0000038967 00000 n 0000169551 00000 n 0000038989 00000 n 0000043815 00000 n 0000169716 00000 n 0000043837 00000 n 0000049108 00000 n 0000169881 00000 n 0000049130 00000 n 0000053978 00000 n 0000170046 00000 n 0000054000 00000 n 0000058960 00000 n 0000170211 00000 n 0000058982 00000 n 0000063777 00000 n 0000170376 00000 n 0000063799 00000 n 0000068948 00000 n 0000170541 00000 n 0000068970 00000 n 0000074358 00000 n 0000170706 00000 n 0000074380 00000 n 0000079427 00000 n 0000170871 00000 n 0000079449 00000 n 0000084239 00000 n 0000171036 00000 n 0000084261 00000 n 0000089354 00000 n 0000171201 00000 n 0000089376 00000 n 0000094846 00000 n 0000171366 00000 n 0000094868 00000 n 0000099438 00000 n 0000171531 00000 n 0000099460 00000 n 0000102865 00000 n 0000171929 00000 n 0000172099 00000 n 0000172269 00000 n 0000172439 00000 n 0000172609 00000 n 0000172779 00000 n 0000172949 00000 n 0000173119 00000 n 0000173289 00000 n 0000173459 00000 n 0000173629 00000 n 0000173799 00000 n 0000173969 00000 n 0000174139 00000 n 0000174309 00000 n 0000174479 00000 n 0000174649 00000 n 0000174819 00000 n 0000174989 00000 n 0000175135 00000 n 0000175305 00000 n 0000171696 00000 n 0000102887 00000 n 0000118718 00000 n 0000118741 00000 n 0000118930 00000 n 0000119353 00000 n 0000119629 00000 n 0000125284 00000 n 0000125306 00000 n 0000125500 00000 n 0000125821 00000 n 0000126004 00000 n 0000132332 00000 n 0000132354 00000 n 0000132550 00000 n 0000133009 00000 n 0000133319 00000 n 0000135522 00000 n 0000135545 00000 n 0000135736 00000 n 0000136028 00000 n 0000136190 00000 n 0000156103 00000 n 0000156127 00000 n 0000156318 00000 n 0000157012 00000 n 0000157546 00000 n 0000167086 00000 n 0000167109 00000 n 0000167306 00000 n 0000167814 00000 n 0000168173 00000 n 0000168266 00000 n 0000168300 00000 n 0000175456 00000 n 0000175551 00000 n trailer < ] >> startxref 176067 %%EOF