Revue Web - Rubrique

CRÉATIONS

Cet espace présente des textes d’écrivains, ainsi que des travaux d’artistes engagés dans les évolutions créatives produites par les nouveaux outils numérique.

A l'intérieur des articles, la colonne de droite opère un croisement thématique avec d’autres publications du site, donnant des éclairages différents, selon divers modes d’expression et de réflexion, sur un même sujet.   

Échonomie (création vidéo)

Norbert Godon


Réalisée pour Sens Public, cette vidéo de Norbert Godon propose un voyage au sein d’images produites par la vibration d’une courbe, activée par la voix même du commentaire. Renversant l’ordre habituel du montage en voix off, l’image suit la voix et tente de lui correspondre. Cette voix, une voix de bande annonce, nous raconte une version de la Genèse revue et corrigée à l’aire des grands mythes économiques. Relatant l’histoire de la disparition des lettres au profit des chiffres, ses interventions sont entrecoupées de formules chantées à la manière des polyphonies grégoriennes sur une composition originale de Benoît Gaspard. Réalisation : Norbert Godon Musique : Benoît Gaspard Voix : Jean-Louis Cassarino Chant : Anne Bissières, Valérie Lavallart, Phuong Mai Tran, Nicolas et Vincent (...)

Urco, el perro del mar / Urco, chien de mer

Antón Castro


Resumen : Urco, el perro del mar tiene algo de cuento de terror. Aborda una figura compleja de la mitología popular gallega que ha sido observado de mil formas posibles. El texto ha sido presentado en forma de reportaje o de investigación, en una suerte de inventario de casos que se acercan mucho a los documentados por los estudiosos. En Galicia se perciben los aparecidos, los fantasmas, estos perros al acecho, y el mar es como un arsenal de misterios. El relato tiene algo de historia de terror. Debía formar parte de mi último libro,” Golpes de mar” (Destino, 2006), pero al final me pareció que, en realidad, debe figurar en un libro diferente, en uno de zoología fantástica, que escribiré algún día. Résumé : Urco, chien de mer a quelque chose du récit d’épouvante. Il traite d’un personnage complexe de la mythologie populaire de Gallicie, personnage qui a déjà été étudié de mille façons. Le récit se présente sous forme de reportage, d’investigation, d’une espèce d’inventaire des faits qui se rapproche (...)

pures données

Norbert Godon


Consacrés aux rapports entre écriture et compilation de données, les textes de ce recueil ont pour objet commun d’investir la forme de la liste en résonance avec les pratiques computationnelles. Au-delà des questions purement formelles que soulèvent les rapports de l’écriture à la constitution d’inventaires, l’enjeu est ici de rassembler différents gestes littéraires qui rendent compte d’un certain état de la langue, travaillée de l’intérieur par les pratiques du traitement ou de la compulsion de données.

Censure / Censorship

Ali Abdolrezaei


Au massacre de mes mots On arracha la tête de la dernière ligne Et le sang comme l’encre prit la feuille à la gorge C’est la mort qui se couche sur la page Et la vie une fenêtre restée ouverte une pierre la tua Un nouveau fusil a tourmenté le monde Et moi telle une marchandise je suis exporté aux portes de cette rue Je suis toujours cette petite chambre qui quitta la maison /// In the massacre of my words they’ve beheaded my last line and blood ink like is hitting on paper there’s death stretched over the page and life like a window ajar shattered by a rock a new gun has finished off the world and I imported goods like through this alley’s doors am still the very meagre room that emigrated

El huérfano/ L’orphelin

Carlos Castán Andolz


Relato extraído de "Frío de vivir", Barcelona, Salamandra, 1997, reedición 2004. Fragmento traducido por Odile Bouchet. Récit extrait de "Frío de vivir", Barcelone, Salamandra, 1997, réédition 2004. Fragment traduit par Odile Bouchet.

La Cité des normaliens

Yann Kilborne


L’installation à Lyon de la prestigieuse Ecole Normale Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud n’est pas encore achevée lorsque débute la rentrée. Au milieu des pelleteuses et dans la boue, élèves, professeurs, et personnel, affrontent un désordre inhabituel. Se faufilant partout, la caméra surprend, discrète et attentive, les espoirs et les enthousiasmes, les angoisses et les doutes, d’une communauté en quête de nouveaux repères. Ce film raconte, sur le ton de la comédie, le démarrage de la vie sociale de l’Ecole, et les modes d’adaptation au nouvel environnement.

Lycanthropie (Itinéraire pour un roman) / Licantropía (Itinerario para una novela)

José Giménez Corbatón


Résumé : Lycanthropie (Itinéraire pour un roman) est une longue histoire faite de vrais et de faux documents. De voix de personnages dont celle du romancier lui-même. D’itinéraires réels et d’itinéraires littéraires. De vrais manuscrits et de manuscrits inventés. De lettres authentiques et de fictions en forme de lettres. De contes, de confessions, d’invectives, de pamphlets, de vaudevilles, de photographies faites de mots et de vraies photographies. L’ensemble est un puzzle, un artéfact complexe qui appelle la complicité du lecteur et que l’auteur a conçu pour recréer la vie et l’œuvre d’un auteur maudit, Petrus Borel, une époque, une ville et une situation. Lycanthropie (Itinéraire pour un roman) a quelque chose d’un manifeste intellectuel. Dans le fragment choisi, Petrus, entouré d’amis –Liszt, Victor Hugo, Théophile Gautier et Jean-Louis (personnage sorti de l’œuvre de Petrus, que l’auteur du roman fait passer pour réel)-, évoque, alors que la peste dévaste Paris, le supplice de Damiens. L’énumération (...)

Kes-ce... (Kon-di) ?

Anne Kawala


Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’. Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias. Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène... Polémoscope 2 – "Si certains mots, certaines expressions, que nous pourrions pourtant aimer, sont devenus impraticables par leur surcharge médiatique, socio-historique etc., qui les piège, au point de les déposséder de tout contenu, (...)

Enrique Vila-Matas pierde pie / Enrique Vila-Matas perd pied

David Mayor


Resumen : En el artículo que remito, reflexiono sobre la evolución de la carrera literaria del escritor catalán Enrique Vila-Matas. Su compromiso con la literatura como artefacto ficcional que incide en los límites de la representación de la realidad, que son también los límites de la imaginación, me sirve para enmarcar a Vila-Matas en un horizonte postmoderno e indicar cómo ha pasado de la impostura necesaria del estilo - “Historia de la literatura portáti” - a un ensimismamiento literario proclive a modas y mercantilismos - “Bartleby y compañía”-. También adjunto dos poemas, independientes del artículo, que pertenecen al libro “En otra parte”. Résumé : Dans cet article, je réfléchis sur l’évolution de la carrière littéraire de l’écrivain Enrique Vila-Matas. Son engagement dans la littérature comme artéfact fictionnel qui touche aux limites de la représentation de la réalité, qui sont également les limites de l’imagination, me sert pour positionner Vila-Matas dans un horizon post-moderne et montrer comment il (...)

"Something is wrong" dijo el Indio Huenchuyán

Roberto Gac


Esta novela de Roberto Gac cuenta la historia del indio Huenchuyán, de la región austral de Chile.

Les Saules pleureurs

Gwen Garcia


Résumé : À partir du mois d’octobre 2003, j’ai commencé un petit carnet dans lequel je consignais impressions et sensations suscitées par mon état de profond désespoir, ma grosse dépression - je ne vois pas pourquoi je m’interdirais d’user du terme médical -, ou le(s) caractérisant. Ce qui a motivé le commencement de ce carnet était notamment le texte de Clément Rosset, Route de nuit. Route de nuit est considéré, d’après ce que j’ai pu lire çà et là, comme remarquable en ce qu’il retranscrirait avec une acuité particulière l’état dépressif, en ce que Rosset y ferait montre d’une qualité d’auto-observation qui ne serait pas évidente au cœur de la dépression. Or je ne me suis pas du tout reconnu dans le texte de Rosset.

Somontano 36

Ramón Acin Fanlo


Resumen : Somontano del 36 forma parte del volumen Hermanos de sangre, Madrid, Páginas de espuma, 2006. Una botella de vino Lalanne (la más antigua bodega del Somontano oscense), cosecha de 1936, aparece en la casa de un ruso que participó como camillero en la contienda civil española, formando parte de las Brigadas internacionales. Irina, nieta del ya fallecido combatiente, enseña con orgullo y fervor los recuerdos de su abuelo a unos españoles que viajan hasta Goristy, a orillas del Volga. Los viajeros se sienten fascinados por la reliquia, hermana gemela del ejemplar que hasta entonces se creía único, y que forma parte de la colección de los bodegueros de Barbastro. Llegan a insinuar la compra de la botella. Pero la fuerza del recuerdo apasionado de Irina acaba por imponer la cordura. Résumé : Somontano 36 fait partie de Hermanos de sangre, Madrid, Páginas de espuma, 2006. Une bouteille de vin Lalanne (la plus ancienne cave du Somontano de Huesca), récolte 1936, surgit dans la maison d’un (...)

Toujours en ligne sur Facebook

Peppe Cavallari


Aujourd'hui, Facebook est vraiment ennuyeux. Il n'y a rien, rien de rien, rien du tout. Une amie voyage seule en Écosse et publie les photos de ses repas : hier elle a pris du bacon au petit-déjeuner, aujourd'hui aussi. Un ami se marie après dix ans de fiançailles, les invités le congratulent en écrivant presque tous la même chose : félicitations, vous êtes merveilleux ! Il y a l'ami qui s'inquiète pour son chien malade, celui qui a acheté une nouvelle voiture et celui qui craint (...)

Diez escritores españoles reunidos por José Giménez Corbaton

Roberto Gac


« Liminaris » : en latín popular, « relativo al umbral ». Este es uno de los términos que designan al grupo de diez escritores españoles reunidos por José Giménez Corbatón en el momento de franquear el umbral de Sens Public. Todos ellos, venidos de diversas regiones de España, pero con vínculos privilegiados con Aragón y su capital, Zaragoza, son ya conocidos o reconocidos, criticados y celebrados. Pero, más allá de sus carreras individuales, de sus éxitos personales, tienen una característica que les es (...)

El veneno de la risa / Le venin du rire

Félix Teira Cubel


Resumen : Arturo, un joven informático aficionado al teatro, regresa al domicilio familiar turbado por la muerte de su abuelo. Pronto descubre un inquietante parecido físico y gestual con el difunto. Las revelaciones del viejo y la sensualidad de su prima Carla, con quien ha compartido el viaje, chocan con la vulgaridad cotidiana. El veneno de la herencia y la posibilidad de imitar a los protagonistas de “Ada o el ardor” viajando por el mundo aceleran la trasformación del joven. Arturo descubre asombrado que desprecia a sus padres y aborrece su pasado mediocre. El poderío de las ensoñaciones y el fuego frío de la ambición sacuden como un temblor su vida anodina. Résumé : Arthur, jeune informaticien amateur de théâtre, revient à son domicile familial, perturbé par la mort de son grand-père. Soudain il remarque une ressemblance physique et gestuelle inquiétante avec le défunt. Les révélations du vieillard et la sensualité de sa cousine Carla, avec laquelle il voyage, se heurtent à la vulgarité (...)

Maths

Andrew Sutcliffe


Arnaud essuie du doigt la fine couche de poussière de craie qui s’est déposée sur la vitre de sa montre. Le cadrant est carré, sans chiffres, ni repères conventionnels. Un bijou simple, le premier achat qui trahisse sa préférence pour tout ce qu’il y a d’élégant. L’élégance, c'est la raison pour laquelle il a toujours aimé les mathématiques. Depuis son plus jeune âge, sa facilité à manipuler les chiffres l'a poussé à y chercher un outil par lequel mesurer le monde. C'est par le biais de la logique, (...)

En guise de machine à continuer le temps

Daniel Pozner


Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’. Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias. Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène... Polémoscope 1 – "Si l’on pose que certaines innovations techniques et/ou formelles ont pu modifier au 20e siècle l’écriture du poème (de la typographie mallarméenne du Coup de dés aux mots en liberté des futuristes italiens, de (...)

Risquer la Poésie

Parham Shahrjerdi


Risquer la poésie est un texte qui se tisse dans le poème. Se voulant écriture, il met en danger la science de la littérature ainsi que la littérature scientifique. Ici aucune formule du passé ou dépassée ne s’écrit ni ne fait loi. Ce texte, ne s’épuise pas dans l’immédiateté d’une interprétation, dans la passion ou le bavardage d’une explication de texte, au contraire, il donne à patienter (dans) le poème, il s’ouvre au poème, ouvre le poème et enfin, il reste ouvert, et laisse ouvert le poème ouvert en soi. Il se montre ouvrant ouvertement, se rendant oreille, s’avance ouïement. Risquer la poésie tente de parler sans parler en trois langues (français, anglais, persan). Ici chaque langue cherche sa propre langue : absente, perdue, mutilée. Aucune langue ne cherche à traduire l’autre. Trois textes donc, déliés, affranchis. Un texte s’écrit maintes fois. On en garde quelques traces. Leur ressemblance ? Une absence de ressemblance les rassemble. Et tout cela accompagnant une littérature qui vient. Que cette (...)

Green Trilogy

Abol Froushan


Resurrection : Angel of Freedom Bloodstains : Nedas Forehead beaten in : Shooting Stars

Uruguay, la nostalgie a de l’avenir

Eric Sarner


Résumé : Le Rio de La Plata, c’est de là que je pars, de ce fleuve aux teintes jaune terre et bleue, déguisé en mer. C’est ainsi que commencerait l’Uruguay, tandis que le regard glisse tout au long de la Rambla. De ce pays, le plus petit du continent, que sait-on ailleurs ? Pas grand chose, une prairie serrée entre deux colosses, l’Argentine et le Brésil, généralement rien. « Et encore un peu moins ! » lance Mirtha, en m’accueillant. Je suis à Montevideo au cœur de la ville basse, souvent étale que j’ai traversée il y a des années. En retrouvant Mirtha, une amie du premier voyage, je reconnais ce qui me touche ici, un mélange de lucidité et de dérision. Un proverbe dit « Il y en a qui ont de la chance et d’autres qui naissent en Uruguay ! ».

Une nouvelle de Normandie

Mounia Mostefaoui

Retour de Kiev

Emmanuel Ruben

L’Œ

Gladys Brégeon

CLASSER CALCULER

Marcello Vitali Rosati

COMPTE TENU DES DONNÉES

Norbert Godon

Ombre e luci - Chet en noir et blanc


L’appel des Syrts

Emmanuel Ruben

Derushage mortel

David Christoffel

A Gypsy Future

James Tanabe

L’avenir du saltimbanque

James Tanabe

’Le Conte de deux cités’ – La transition du secteur de l’électricité

Ralph Sims

(Kes-ce...) Kon-di ?

Christophe Marchand-Kiss

Risk of Poetry

Parham Shahrjerdi

Rue Velarde

Sergio Del Molino

Calle Velarde

Sergio Del Molino

Terror and Other Poems

Ali Abdolrezaei

Pour un bol de nouilles au boeuf

Li Ang

A la recherche de 68

Júlia Lángh

牛肉面 / Nouilles au boeuf

Li Ang

Polémoscope

Olivier Apert, Carole Dely

Sous bénéfice d’inventaire et d’invention...

Michel Deguy

Le numérique c’est pas sorcier

Patrick Beurard-Valdoye

Baptême

François Rannou

On ne lit jamais deux fois le même poème, suivi de ’poésies’

Pascale Auger

Neun Gedichte von neun zeitgenössischen Iranischen Dichtern

Parham Shahrjerdi

Somontano 36

Ramón Acin Fanlo

"Something is wrong" dit l’Indien Huenchuyán

Roberto Gac

De Raíces y Fugas/ Des racines et des fugues

Pilar Nasarre

Poemas / Poèmes

Manuel Vilas

Nembrot

José María Pérez Álavrez

Relatos / Récits

José Luis Rodríguez García

Licantropía (Itinerario para una novela) / Lycanthropie (Itinéraire pour un roman)

José Giménez Corbatón

Poemas / Poèmes

Antonio Ansón

La poésie fait mal ?

Michel Deguy

La parole au commencement

Carole Dely



|