Hunter Hunt-Hendrix

Un manifeste pour le black metal : quand les musiques populaires se théorisent


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Mots-clés: Arts et lettres,États-Unis,Musique,Espace public

2 Messages de forum

  • Je crains que ce que Hunter Hunt-Hendrix appelle la première période du black metal, "atrophié", "lunaire", soit musicalement largement plus aboutie que la période du black metal américain, dans laquelle hormis quelques rares groupes (Wolves in the throne room entra autres), ce n’est pas d’une grande force musicale, esthétique.

    Avant la théorisation du genre, il y a une musique qui parle au coeur de l’humain. Et ce musicien de liturgy n’est pas le premier à tenter de théoriser le black metal. De nombreuses thèses de sociologie ont étudié le mouvement, qui fascine encore aujourd’hui.
    Esthétiquement, les groupes américains ressemblent à des patchworks sans âmes. Ce n’est pas un crime de lèse majesté que de mélanger du black metal à d’autres genres, puisque déjà lors de la première vague un ensemble de groupes expérimentaient, transcendaient les barrières. Je pense tout particulièrement à Arcturus, Ved Buens Ende, Ulver. Non, ce qui est critiquable ici, c’est simplement l’absence de souffle et d’inspiration dans la scène du black metal américain, si un tel genre existe (car en vérité je ne vois pas le lien entre les grands groupes américains du moment, ni en terme d’idéologie ni en terme de musique).
    Mélanger le black metal avec d’autres influences, cela n’a jamais dérangé, du moment que c’est fait avec talent. Mais la musique de Liturgy, elle ne me touche pas. Elle ne me touche en rien. Liturgy, c’est une coquille vide, un groupe qui capitalise sur la réussite de quelques groupes appartenant à une époque révolue.

    Que fait Hunt-Hendrix de la vague du black metal venant de l’Europe de l’Est, qui a été d’une réelle importance pour le mouvement, et se différencie très largement de la scène scandinave, dans son son, son approche à la musique, son image ?
    Et la scène française ?

    Les américains n’ont pas le monopole du black metal moderne, c’est un fait. Hunter Hunt-Hendrix n’est pas le premier qui théorise ce sous-genre du métal extrême. Hormis la passion du black metal, ce qui le relie avec la scène scandinave, c’est qu’il est issu de la classe moyenne supérieure, comme les individus qui jouaient du black metal dans les années 1990 (globalement).

    Pour faire un parallèle avec la musique classique, la musique de Mozart est belle indépendamment de toute intellectualisation, théorisation. Elle berce l’âme. La dissection intellectuelle de l’oeuvre de Mozart est intervenue à posteriori, mais elle ne l’a pas rendue plus belle encore. Elle l’a rendue plus compréhensible, et même ça c’est discutable.

    Qu’il écrive ce qu’il veut, il en a le droit dans une démocratie. Mais derrière ce brouillard de mots, il n’y a que le vide. La musique de Liturgy ne résonne pas comme celle sortie de Norvège il y a près de 20 ans.
    Le Black metal n’existe plus aujourd’hui, car les facteurs qui faisaient sa puissance et sa beauté lors de son avènement n’existent plus aujourd’hui. Jamais de grands albums comme Hvis Lyset Tar Oss ne seront composés à nouveau. Ces albums furent des exploits, de véritables miracles. En une dizaine d’albums, tout a été dit.

    Répondre à ce message

    • Des références à Nietzsche à tout bout de champ 21 août 2013 11:56, par Lucien Biroute

      A propos de votre soit-disant "négation nietzschéenne du nihilisme", je suppose qu’il s’agit d’une erreur involontaire et que vous vouliez dire "négation hegelienne" puisque vous cité également Hegel au début de l’article (je suppose) ?
      En effet, pour votre gouverne (et celle de tout ceux qui se revendique de Nietzsche en l’associant bien facilement à toutes sortes de conneries pseudo underground sans en avoir lu plus d’une d’une ligne au hasard sur un profil facebook) sachez
      - qu’il n’est pas dans les habitudes de Nietzsche de "nier", au contraire, Nietzsche se proclame le philosophe du grand OUI.
      - plus précisément Nietzsche ne nie jamais le nihilisme, au contraire il entrevoit toute la difficulté que l’homme a et aura à vivre désormais AVEC le nihilisme.
      - Nietzsche s’oppose clairement, distinctement, violemment et à plusieurs reprises tout au long de ses écrits à Hegel. Placer les deux philosophes dans le même sac est donc un peu gros.
      - Nietzsche est imbibé de culture chrétienne et le black-métal est un anti-nietzschéisme par de nombreux aspects, néanmoins le black-métal illustre bien cette idée de Nietzsche selon laquelle même si Dieu est mort, sa lumière continue de nous éclairer encore pendant longtemps (en effet, sans le christianisme, que reste t il du black métal ?)
      - Nietzsche adore le soleil, le sud, préfère la France à l’Allemagne et l’Italie au reste du monde. La nourriture allemande étant selon lui à l’origine de toute la lourdeur de l’idéalisme allemand (là il vise entre autre Hegel)
      - pour Nietzsche l’Europe doit être dépassée et non pas sauvée.
      - Nieztsche est plutôt admirateur des Juifs et des Musulmans.

      Alors qu’on m’explique en quoi les black-métaleux sont-ils nietzschéens ?

      Répondre à ce message



|