Hippolyte Flandrin, "Jeune homme nu assis au bord de la mer", 1836, Musée du Louvre, Paris.

L’intériorité : espace imaginaire ou duperie ?


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ? (optionnel)

Mots-clés: Philosophie,Sartre, Jean-Paul,Lacan, Jacques,Psychanalyse,Imaginaire

2 Messages de forum

  • Contre le scientisme et le freudisme : distinguer réalité et existence.

    Le fait que l’existence précède l’essence serait un argument contre la réalité de l’intériorité ?
    La réalité n’est qu’intériorité et l’existence n’est qu’extériorité.
    L’essence de la transcendance est dans l’immanence est une autre façon de dire que le tout n’existe pas hors de ses parties. Chaque être exprime le tout à sa façon.
    Pour le dire religieusement, Dieu est en nous et nulle part ailleurs.
    L’unité intérieure vivante et réelle en chacun de nous mais sans existence prend vie dans le monde grâce au moteur des contraires qu’elle alimente en énergie.
    Libre à nous de rouler doucement, d’emballer le moteur ou de l’arrêter, pour voir...

    Répondre à ce message

    • A-t-on bien compris que l’intériorité et l’inconscient sont deux mots pour la même réalité (non substantielle). La question n’est donc pas de discuter la réalité de l’intériorité mais de distinguer les multiples intériorités. La richesse des distinctions étant bien plus grande dans les religions que dans les théories psychanalytiques. Les sciences humaines peuvent prétendre avoir l’avantage de l’objectivité quand elles ne se rendent pas compte des mythes qui les sous-tendent nécessairement. Les religions, en tout cas les plus intelligentes, ont l’avantage de rechercher le mythe derrière le mythe, à l’infini.

      Mais peut-être que dans cet article on parle d’intériorité au sens le plus profond, c’est à dire au fondement de l’être, là où elle ne se distingue presque plus du néant ? Dans ce cas on ne peut plus vraiment en parler et en tout cas pas scientifiquement ou objectivement. Ne pas pouvoir en parler ne signifie pas que cette intériorité soit imaginaire au sens d’irréelle. Bien au contraire, l’intériorité est ce qu’il y a de plus réel et même c’est l’unique réalité. Ce n’est pas démontable mais c’est la seule théorie de la condition humaine qui soit cohérente à ma connaissance.

      Répondre à ce message



|