Tous les auteurs de Sens Public

Abdelrahim Abdelrahim

L’avenir de la pensée dans le monde arabo-musulman passe-t-il par les réseaux sociaux ? (13 mai 2016)

Résumé : Cet échange évoque les courants d’idées actifs dans l’islam contemporain, et établit la nécessité d’un changement radical des pratiques sociales et culturelles du monde arabo-musulman. Après l’échec de toutes ses tentatives de transformation depuis le milieu du siècle dernier, les impasses du Printemps Arabe, l’effondrement du projet salafiste et les conflits identitaires qui épuisent les populations poussent certains intellectuels à utiliser la communication numérique pour rallier la jeunesse musulmane à une transformation culturelle radicale, vue comme le préalable indispensable à toute mutation politique progressiste.

Mots-clés : existentialisme musulman, intellectuels arabes, intellectuels musulmans, islam politique, penseurs musulmans, printemps arabe, réforme islamique, révolutions arabes, réformateurs musulmans, rupture.

 

مستقبل الفكر في العالم العربي والإسلامي، هل سَيُحَدّد عن طريق مواقع التواصل الاجتماعي، مقابلة مع الباحث أحمد سعد زايد (5 mai 2016)

ملخص : تتناول هذه المقابلة التيارات الرئيسية الحالية النشطة في العالم العربي والإسلامي وتشير إلى الحاجة الماسة لإحداث تغيير جذري في الفكر والممارسات الثقافية والاجتماعية فيه. فبعد فشل كل مشاريع النهوض بالمنطقة منذ بداية القرن العشرين والمرور بتجربة الربيع العربي القاسية وبداية انهيار المشروع السلفي وانتهائه بحروب طائفية أنهكت المنطقة، فإن هناك عدد من المفكرين والمثقفين الذين بدأوا بالنظر للحالة القائمة بطريقة نقدية مختلفة بهدف الخروج من هذه الأزمة. وبفضل وسائل الاتصال الرقمي أصبح بإمكانهم الوصول إلى لشباب بطريقة لم تكن متاحة لهم في السابق من أجل توعيتهم ودعوتهم للمشاركة في تحول ثقافي جذري من أجل إنجاح الثورات العربية السياسية وإحداث تقدم حقيقي على مستوى التنمية والنهوض بالمنطقة.

 

Ali Abdolrezaei

He was born 10 April 1969 in Northern Iran. He completed his primary and secondary education at his city of birth and after receiving his Diploma in mathematics passed the nationwide university entrance exams. He graduated with a Masters degree in Mechanical Engineering from Tehran Technical and Engineering University. He started his professional poetic career in 1986 and became one of the most serious and contentious poets of the new generation of Persian poetry. Ali has had an undeniable effect on many poets of his generation by his artistic concepts of proposals through the medium of his poetry as well as speeches and interviews. And he is one of the few poets who succeeded to express his independent poetic individuality. Publication of eight varied books of poetry : “from Riskdom,” “Shinema”, ”So Sermon of Society”, “Improvisation”, “This dear crying”, “Paris in Renault”, “You Name this Book”, “Only Iron Men live in the rain”, endorse his poetic creativity and power. Currently he has in publication a poetry collection “La Elaha Ella Love” and a multi-textual “Hermaphrodite” that have been followed by varied critical reviews. Nearly all well known poets and critics of Persian poetry have written about Abdolrezaei’s poems. In September 2002 after his protest against heavy censorship of his latest books such as Society and Shinema, he was banned from teaching and public speaking. He left Iran and after a few months stay in Germany, and two years in France, he’s been living in London for the last four years.

Censure / Censorship (1er juillet 2009)


Au massacre de mes mots
On arracha la tête de la dernière ligne
Et le sang comme l’encre prit la feuille à la gorge
C’est la mort qui se couche sur la page
Et la vie une fenêtre restée ouverte une pierre la tua
Un nouveau fusil a tourmenté le monde
Et moi telle une marchandise je suis exporté aux portes de cette rue
Je suis toujours cette petite chambre qui quitta la maison
///
In the massacre of my words
they’ve beheaded my last line
and blood ink like is hitting on paper
there’s death stretched over the page
and life like a window ajar shattered by a rock
a new gun has finished off the world
and I imported goods like through this alley’s doors
am still the very meagre room that emigrated

 

Terror and Other Poems (1er juillet 2009)

Terror
Death to the Dictator
So sermon of Society

 

Idriss Aberkane

Né en 1986, Idriss Aberkane est jeune chercheur, conférencier, entrepreneur social. Ancien normalien, diplômé de l’EHESS, ancien pensionnaire du Wolfson College, Cambridge University, visiting scholar 2006-2007 Stanford University, il est chargé de cours à l’Ecole Centrale d’Electronique. Président Eirin International (microfinance agricole).

Botcrafting and Botbreeding : A Simplified Economics of Evolutionary Algorithms (16 mai 2016)

Abstract :Let us consider the industrial and economic impact of genetic programming and its generic availability to the masses. Is the interaction between genetic programming and the so-called “cognitariat” the beginning of a “genetic revolution” in the industrial sense ? Can we theorise a genetic marketplace, based on the dynamic of bids and asks for genetic algorithms to be made-to-order and leverage any daily routine, thus trading value ? Can genetic algorithms be crossbred to achieve a phenomenon similar to animal domestication, with a transition from wild to domestic type and heterosis, and can such a pressure for domestication percolate to macroeconomic value ? Which economic marketplace would allow such an economic phenomenon to happen and percolate least impeded ? Here I consider the economic implication of evolving genetic algorithms to address any repetitive human task, within a grand genetic marketplace composed of bidders and askers that would be using, evolving and breeding genetic programs (“bots”) and manipulating them as “bot breeders” to leverage their own economic output. I define a cryptocurrency on the buyer’s side, conceived to represent a unit of genetic purchasing power, which I call a “botcoin”.

Keywords :Knowledge Economy, bitcoin, botcoin, evolutionary algorithms, self-organisation, theory of value.

Résumé :Considérons l’impact économique et industriel de la programmation génétique et de sa disponibilité générique auprès des masses. L’interaction entre la programmation génétique et le “cognitariat” est-elle le début d’une “révolution génétique” dans le sens industriel ? Pouvons-nous théoriser un marché génétique, basé sur la dynamique de l’offre et de la demande, dans lequel des algorithmes génétiques seraient assemblés à la commande pour démultiplier n’importe quelle routine quotidienne, et ainsi représenter une valeur commerciale ? Les algorithmes génétiques peuvent-ils être croisés dans une dynamique comparable à la domestication, avec une transition du sauvage au domestique, et des phénomènes d’hétérosis ? Une telle pression de domestication peut-elle percoler en une valeur macroéconomique remarquable ? Quel modèle de marché pourrait permettre un tel phénomène économique d’exister le plus facilement possible ? Je considère ici les implications économiques du métier consistant à évoluer des algorithmes pour automatiser n’importe quelle tâche humaine répétitive, dans le cadre d’un marché génétique composé d’acheteurs et de vendeurs qui élèveraient et sélectionneraient des programmes (“bots”) et les manipuleraient comme des “éleveurs” pour maximiser leur productivité économique. Je définis également une cryptodevise côté acheteur, conçue pour représenter une unité de pouvoir d’achat génétique, le “botcoin”.

Mots-clés :Economie de la Connaissance, bitcoin, botcoin, algorithme évolutionnaire, auto-organisation, théorie de la valeur.

 

De la guerre à la guerre dans la géopolitique moderne (12 février 2010)

Résumé : Jusqu’ici les moyens de prendre l’ascendant dans un conflit ont été orientés dans le sens de la domination totale de l’adversaire et, notamment, de la prise d’initiative sur lui. En combinant les travaux d’Idries Shah et de Francisco Varela, nous proposons d’ajouter à cette dimension classique de la stratégie, une dimension nouvelle consistant à modéliser les conflits comme des entités autonomes que l’on peut cibler et détruire. La domination et la prise d’initiative stratégique tiennent alors non plus seulement à la destruction des forces de l’adversaire, mais, également, à la capacité à détruire n’importe quel conflit déjà déclaré. Cette approche est étudiée dans le cas d’un conflit armé ou économique. Nous concluons en proposant que cette capacité de guerre à la guerre, fédérée par l’« équivalent moral de la guerre » de William James, soit appuyée par la psychologie d’une « résistance totale » au sens de Hans von Bach.
Mots-clés : Stratégie – Intelligence Économique – systèmes de systèmes (SdS) – Aide à la décision – Knowledge Management – Théorie des jeux – Dissuasion – Résistance totale – Guerre asymétrique – Sciences de la Paix
Abstract : So far most of the means for the domination of a conflict have been directed towards the total domination of the enemy and in particular towards taking the initiative over him. By combining the works of Idries Shah and Francisco Varela we suggest here to add to this conventional dimension of strategy a rather non conventional one consisting in the modeling of conflicts as autonomous entities which can be targeted and destroyed. Domination and the taking of strategic initiative then require not only the capacity to destroy enemy forces but also the unconditional capacity to destroy any declared conflict. In conclusion we suggest that such a war against war be federated by William Jame’s “moral equivalent of war” along with the psychology of a total resistance in the sense of Hans von Bach.

 

Grandeur d’âme et désagrégation du moi (18 mars 2015)

Résumé : À travers un paysage culturel populaire où les scènes d’action entraînent le spectateur dans la conscience de sa petitesse d’âme, nous suivons dans Kill Bill (vol. 2) le personnage de La Mariée (Uma Thurman), de son passé avec Bill (David Carradine) à son retour à la vie. En deux mots, Kill Bill amène une double conscience du dédoublement : à l’écran (celui des personnages) et en dehors (celui des spectateurs). Autour de cette représentation du dédoublement, nous voudrions étudier le thème de la grandeur d’âme face à son antithèse : la désagrégation du moi. Nous recourrons à la technique de l’intelligence pour relier de grands auteurs parmi les modernes comme Yeats, Eliot, Perse, Pirandello et avant eux Poe et Burton dans la continuité des Humanités occidentales. En particulier Poe et Burton, décisivement influencés par le soufisme, nous fournissent un lien entre expression de l’âme en Occident et spiritualité d’Orient.

Mots-clés : Quentin Tarantino, dédoublement, cinéma, âme, intelligence

Abstract : Through a popular cultural landscape where action scenes involve the viewer in the consciousness of his own soul smallness, we follow in Kill Bill (Vol. 2) the caracter of The Bride (Uma Thurman), from her past with Bill (David Carradine) to her return to life. In short, Kill Bill brings a double consciousness of duplication : on the screen (caracters’ one) and on the outside (viewers’ one). Around the representation of the duplication, we would study the theme of generosity of spirit facing its antithesis : the self-disintegration. We will resort to the intelligence technique to connect great authors among modern ones such as Yeats, Eliot, Perse, Pirandello and, before them, Poe and Burton in the continuity of Westurn humanities. In particular Poe and Burton, decisively influenced by Sufism, provide us a link between soul expression in the West and spirituality of the East.

Keywords : Quentin Tarantino, duplication, cinema, soul, intelligence

 

Hyperwriting, a multiscale writing with the method of loci (19 janvier 2016)

Résumé : Supposons que tout média soit l’externalisation d’une fonction mentale ; l’écriture, alors, externalise la mémoire de travail. Pour Dehaene et d’autres l’écriture est un recyclage neuronal par lequel des populations spécialisées dans la reconnaissance de forme sont associées à des sons, formant ainsi une association graphème-phonème simple. Pourrait-il y avoir d’autres formes d’écritures en ce cas, des “néoécritures” ou “écritures de novo” ? et pourraient-elles externaliser d’autres fonctions mentales, par exemple la mémoire épisodique ? Je propose ici une forme d’écriture symbolique multi-échelle basée sur la méthode des loci, consistant en une association locème-graphème dotée d’une proto-grammaire, dont l’objectif est d’externaliser la mémoire épisodique, et de permettre la représentation de noèmes dans l’espace. Ce prototype n’est pas la seule forme possible de néoécriture, ce qui pose le problème de l’optimalité neuroergonomique des média existants selon leur contenu et leur objectif cognitif, dont je discute la continuité épistémologique avec l’hypertexte.

Mots-clés : neuroergonomie, écriture, recyclage neuronal, méthode des loci, mémoire épisodique, cartes mentales, cartes de connaissance, hypertexte

Abstract : Let us suppose that any media is the outsourcing of a mental function ; writing, then, is the outsourcing of working memory. For Dehaene and others, writing is a neural recycling by which populations specialized in form recognition are associated with sounds, thus forming a simple grapheme-phoneme association. Could there be other forms of writing then, or “neowriting”, and could they externalize other mental functions, such as say, episodic memory ? Here I propose a multiscale form of symbolic writing based on the method of loci, consisting of a loceme-noeme association endowed with a proto-grammar, which purpose is to externalize episodic memory, and allow for the mapping of noems onto space. I add that hyperwriting is not the only possible form of neowriting, thus posing the problem of the neuroergonomic optimality of existing media depending on their contents and cognitive purpose, and discuss its epistemological continuity with hypertext.

Keywords : neuroergonomics, writing, neural recycling, method of loci, episodic memory, mind maps, knowledge maps, hypertext

 

L’Homme dans la révolution et la révolution dans l’Homme au 20e siècle (5 mai 2008)

Résumé : "Révolutions cinématographiques" : Trois relevés dans l’histoire du cinéma au 20e siècle nous révèlent trois révolutions cinématographiques, trois traitements de la révolution, et trois portraits de l’Homme dans la révolution. Du "Cuirassé Potemkine" à "Porco Rosso" en passant par "Il était une fois la révolution", le cinéma va de pathos à poésie, et l’Homme de l’idéal à l’Humain.
Abstract : "Cinematographic Revolutions" : Three graspings of the history of cinema in the 20th century reveal three cinematographic revolutions, three treatments of the revolution and three portraits of Man in revolution. From "The Battleship Potemkin" to "Porco Rosso" via "A fistful of dynamite", cinema goes from pathos to poetry, and Man from ideal to Humanity
Abstract : "Rivoluzione cinematografiche" : Tre rilevamenti nella storia del cinema nel novecento rivelano tre rivoluzione cinematografiche, tre trattamenti della rivoluzione e tre ritratti del’Uomo nella rivoluzione. Da "La corazzata Potemkin" a "Porco Rosso" passando per "Giù la testa" il cinema va da pathos a poesia, e l’Uomo di l’ideale a l’Umano.

 

Marina Abramovic

Le corps, aucune identité. Entretien avec Marina Abramovic (17 octobre 2014)

Résumé : Marina Abramovic est une battante. Née à Belgrade en 1946, elle a longtemps vécu en Hollande et en Allemagne et vit maintenant à New York. Elle se rend souvent en Italie et, dès qu’elle le peut, en Orient ou dans des lieux où la nature régénère, là où se trouvent les volcans, les cascades, les, forêts.
Elle connaît le monde et le raconte avec son corps. Elle explore les limites de la résistance physique et les différents visages de la peur. Pour elle, la performance est l’art de l’ineffable et il n’existe aucune distance avec le public, ni aucune possibilité de fausseté, ni de répétition : elle est là, présente, et l’œuvre opère à un moment précis et ne peut se répéter. Avec le temps, elle est passée du défi des limites du corps à celui des limites de l’esprit, pour arriver au silence, à l’immobilité, à l’écoute.

 

Ramón Acin Fanlo

Nacido en Piedrafita de Jaca, Huesca, 1952, Ramón Acin Fanlo. es Doctor en Filosofía y Letras (Universidad de Zaragoza), Catedrático de Instituto (Lengua y Literatura). Cofundador y codirector de la revista de letras El Bosque (Zaragoza, 1992-1996). Forma parte del Consejo de Redacción de la revista Alacet y es miembro del Instituto de Estudios Altoaragoneses (IEA). Ha dirigido las colecciones “Crónicas del Alba” (Gobierno de Aragón), “Alba Joven” (Editorial Alba, Barcelona) y “Las Tres Sorores” (Editorial Prames, Zaragoza). Desde la década de los 80 ejerce la crítica literaria en “Artes y Letras”, suplemento de Heraldo de Aragón. Como crítico, entrevistador o articulista, sus textos han aparecido en revistas (Quimera, Letra Internacional, La Página, Turia, El Urogallo, Leer, Revista de Libros, Lucanor, Insula, Letra Internacional, Tropelías, Barcarola, Urc, Alazet, Folklore, Temas de Antropología Aragonesa...) y prensa diaria (Heraldo de Aragón, El Día, Andalán, Diario 16, Diario del Altoaragón, El Periódico de Aragón...). Creador y director de “Invitación a la lectura”, programa didáctico-lector de la Comunidad Autónoma de Aragón (1985-2007).
Né à Piedrafita de Jaca, Huesca, 1952, Ramón Acin Fanlo est Docteur en Philosophie et en Lettres (Université de Zaragoza), Professeur Universitaire (Langue et Littérature). Cofondateur et codirecteur de la revue littéraire El Bosque (Zaragoza, 1992-1996). Il fait partie du Comité de Rédaction de la revue Alacet et est membre de l’Institut des Etudes Altoaragoneses (IEA). Il a dirigé les collections “Crónicas del Alba” (Gobierno de Aragón), “Alba Joven” (Editorial Alba, Barcelona) et “Las Tres Sorores” (Editorial Prames, Zaragoza). Depuis les années 80, il est critique littéraire dans “Artes y Letras”, supplément de Heraldo de Aragón. En tant que critique et journaliste ses textes ont été publiés dans Quimera, Letra Internacional, La Página, Turia, El Urogallo, Leer, Revista de Libros, Lucanor, Insula, Letra Internacional, Tropelías, Barcarola, Urc, Alazet, Folklore, Temas de Antropología Aragonesa... et dans la presse quotidienne, Heraldo de Aragón, El Día, Andalán, Diario 16, Diario del Altoaragón, El Periódico de Aragón.... Créateur et directeur de “Invitación a la lectura”, programme didactique de lecture de la Comunidad Autónoma de Aragón (1985-2007).

Somontano 36 (14 juillet 2007)

Resumen : Somontano del 36 forma parte del volumen Hermanos de sangre, Madrid, Páginas de espuma, 2006. Una botella de vino Lalanne (la más antigua bodega del Somontano oscense), cosecha de 1936, aparece en la casa de un ruso que participó como camillero en la contienda civil española, formando parte de las Brigadas internacionales. Irina, nieta del ya fallecido combatiente, enseña con orgullo y fervor los recuerdos de su abuelo a unos españoles que viajan hasta Goristy, a orillas del Volga. Los viajeros se sienten fascinados por la reliquia, hermana gemela del ejemplar que hasta entonces se creía único, y que forma parte de la colección de los bodegueros de Barbastro. Llegan a insinuar la compra de la botella. Pero la fuerza del recuerdo apasionado de Irina acaba por imponer la cordura.
Résumé : Somontano 36 fait partie de Hermanos de sangre, Madrid, Páginas de espuma, 2006. Une bouteille de vin Lalanne (la plus ancienne cave du Somontano de Huesca), récolte 1936, surgit dans la maison d’un Russe qui, ayant fait partie des Brigades internationales, a participé en qualité de brancardier à la guerre civile espagnole. Irina, nièce du combattant défunt, raconte avec fierté et ferveur les souvenirs de son grand-père à des Espagnols qui voyagent vers Goristy, au bord de la Volga. Les voyageurs sont fascinés par la relique, sœur jumelle de l’exemplaire que l’on croyait jusqu’à présent unique de la collection des sommeliers de Barbastro. Ils aimeraient acheter la bouteille. Mais la force des souvenirs passionnés de Irina les incitent à la prudence.

 

Somontano 36 (27 novembre 2007)

Résumé : Une bouteille de vin Lalanne (la plus ancienne cave du Somontano de Huesca), récolte 1936, surgit dans la maison d’un Russe qui, ayant fait partie des Brigades internationales, a participé en qualité de brancardier à la guerre civile espagnole. Irina, nièce du combattant défunt, raconte avec fierté et ferveur les souvenirs de son grand-père à des Espagnols qui voyagent vers Goristy, au bord de la Volga. Les voyageurs sont fascinés par la relique, sœur jumelle de l’exemplaire que l’on croyait jusqu’à présent unique de la collection des sommeliers de Barbastro. Ils aimeraient acheter la bouteille. Mais la force des souvenirs passionnés de Irina les incitent à la prudence.
Somontano 36 fait partie de Hermanos de sangre, Madrid, Páginas de espuma, 2006.
Resumen : Una botella de vino Lalanne (la más antigua bodega del Somontano oscense), cosecha de 1936, aparece en la casa de un ruso que participó como camillero en la contienda civil española, formando parte de las Brigadas internacionales. Irina, nieta del ya fallecido combatiente, enseña con orgullo y fervor los recuerdos de su abuelo a unos españoles que viajan hasta Goristy, a orillas del Volga. Los viajeros se sienten fascinados por la reliquia, hermana gemela del ejemplar que hasta entonces se creía único, y que forma parte de la colección de los bodegueros de Barbastro. Llegan a insinuar la compra de la botella. Pero la fuerza del recuerdo apasionado de Irina acaba por imponer la cordura.
Somontano del 36 forma parte del volumen Hermanos de sangre, Madrid, Páginas de espuma, 2006.

 

Céline Acker

La « scène » de la guerre ou la monstration des mécanismes chez Eschyle et Kant (25 février 2005)

Résumé : Il s’agit d’analyser les mécanismes guerriers du point de vue des spectateurs, voilà pourquoi il nous a semblé intéressant de rapprocher le théâtre d’Eschyle à travers la pièce Les Perses et la philosophie de Kant. En effet, Kant analyse le sens de la guerre et de la paix depuis la scène de l’histoire. Faire cela, c’est rendre possible la monstration des mécanismes guerriers, c’est en donner les causes et les motifs, c’est attirer l’attention sur le fait que la guerre est rendue possible par un certain ordre politique tyrannique ou despotique qui a lieu même en temps de paix. Dès lors, mettre au jour les mécanismes guerriers c’est porter à la scène – non pas l’événement de la guerre lui-même – mais les rouages et les éléments nécessaires au basculement dans la guerre. Le spectateur s’interroge alors non plus seulement sur ce qui entraîne la guerre mais aussi sur ce qui peut venir la contrôler ou l’empêcher. En cela, le théâtre des mécanismes guerriers espère par la distanciation qu’il rend possible donner à voir une issue morale, politique et juridique à un état de guerre perpétuelle.

 

Enrico Agostini-Marchese

Les structures spatiales de l’éditorialisation (10 mars 2017)

Résumé : Comment penser l’espace à l’ère du numérique ? En nous inscrivant dans le sillage du « tournant spatial », nous nous proposons de conjuguer la théorie de l’éditorialisation et la réflexion sur l’espace à l’aide d’une confrontation avec l’ouvrage Terre et mer du théoricien de la géopolitique Carl Schmitt.

Mots-clés : Espace, imaginaire spatial, tournant spatial, Carl Schmitt, Terre et mer, éditorialisation.

Abstract : How to think space in a digital era ? In the wake of the « spatial turn », we propose to combine the theory of editorialization and the reflection on space by means of a confrontation with Land and Sea, by the theoretician of geopolitics Carl Schmitt.

Keywords : Space, spatial imaginary, spatial turn, Carl Schmitt, Land and Sea, editorialization.

 

Laureline Amanieux

Née en 1977, elle est écrivain et docteur en Lettres Modernes. Elle enseigne la littérature et la langue française au Cours de Civilisation Française de la Sorbonne. Elle a publié la première thèse consacrée à la romancière belge Amélie Nothomb.

Elle écrit régulièrement dans le magazine MUZE et le Magazine des Livres. Elle produit également la Web TV www.savoirchanger.org qui diffuse gratuitement des entretiens-vidéos culturels.

Elle a découvert les ouvrages du mythologue américain Joseph Campbell (1904-1987) au cours de trois années vécues en Californie aux USA, alors qu’elle collaborait avec l’université de Berkeley.

Elle a écrit, entre autres, Ce héros qui en chacun de nous. La puissance des mythes, éditions Albin Michel, collection Clés, mai 2011.

Psychanalyse, mythes et contes : la sagesse ne jaillit pas d’elle-même ? (23 janvier 2012)

Résumé : Le Théâtre de la Renaissance d’Oullins organise pour la troisième saison un cycle de débats de société, « Consonances », en partenariat avec le musée des Confluences. En lien avec le spectacle Orfeo et Cendrillon, des questions se posent. Mythes et contes appartiennent à un patrimoine sans âge et sans pays. En traitant des mystères de la vie humaine en termes cosmologiques pour les mythes ou de la psyché individuelle ; pour les contes, ils nous laissent entrevoir un scénario commun universel : celui de la quête du héros qui ouvre un espace d’expression aux angoisses humaines.

 

Etienne Armand Amato

Etienne Armand Amato Laboratoire Paragraphe (EA 349) LAIMA/Département Hypermédia Université Paris 8, Vincennes à Saint-Denis, 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis Cedex. E-mail : ea.amato@univ-paris8.fr

Quelle ethnométhodologie appliquer aux jeux vidéo multijoueurs persistants ? (25 mars 2008)

Face aux pratiques sociales d’un univers de jeu numérique, une approche sociologique très impliquante et participative a été retenue. L’article justifie ce choix, tout en soulevant des questions plus classiques sur la position du chercheur engagé et en tentant de clarifier plusieurs notions ethnométhodologiques. Dans une perspective critique de retour sur la discipline, les deux premières phases du travail de terrain sont abordées. D’abord les préparatifs avant l’enquête. Puis l’initiation, avec ses contraintes et marges de liberté expérimentales. La réflexion, centrée sur des enjeux de méthodes, s’efforce d’éclairer plusieurs fondamentaux : qu’est-ce que réussir son initiation et devenir membre ? L’indifférence scientifique est-elle possible ? Les techniques de déstabilisation sociale sont-elles utilisables ? Comment tirer profit des interactions humaines ? Ne faut-il pas les susciter ?

 

Samir Amin

Samir Amin est un éminent professeur d’économie politique du développement. Il enseigne l’économie à l’Université de Poitiers, Paris et Dakar. Il a beaucoup publié sur le droit, la société civile, le socialisme, le colonialisme et le développement, particulièrement en Afrique et dans le monde arabe et islamique. Parmi ses nombreuses publications figurent Eurocentrisme (1988), L’empire du chaos (1991) et Au-delà du capitalisme (1998). Il est le directeur du Forum du Tiers-Monde.

Le Forum Social Mondial est-il utile pour les luttes populaires ? (28 février 2007)

1. Le succès indiscutable des forums sociaux mondiaux (et des forums nationaux et régionaux), depuis leur première édition (Porto Alegre 2001) à leur septième (Nairobi, 2007) démontre que la formule répondait à un besoin objectif effectif, ressenti par beaucoup de militants et de mouvements engagés dans leurs combats contre le néo-libéralisme et les agressions (jusqu'à militaires) de l'impérialisme. Dans ces combats mouvements et militants ont beaucoup rénové leurs formes d'organisation et (...)

 

Jean-Christophe Angaut

Marx, Bakounine et la guerre franco-allemande (25 février 2005)

Résumé : L’objet de cette intervention est de confronter les textes écrits par Marx et par Bakounine à l’occasion de la guerre franco-allemande de 1870-71 et de la Commune de Paris. Ce choix n’est celui d’une période que pour autant que celle-ci est apparue aux deux auteurs comme un moment de crise à la fois politique et géopolitique. Avec la guerre franco-allemande et la Commune de Paris se superposent en effet ces deux dimensions belliqueuses que sont la guerre internationale et la guerre civile, la guerre entre États et la guerre entre classes sociales pour la conquête de l’État ou pour sa destruction. Les textes suscités par cet épisode historique permettent d’analyser à nouveaux frais le différend entre Marx et Bakounine sur la question de l’État : dans l’opposition bakouninienne, à propos de la défense nationale, entre les moyens ordinaires (ceux de l’État) et les moyens extraordinaires (ceux de la guerre révolutionnaire), mais aussi dans l’analyse marxienne de la Commune de Paris comme destruction immédiate de l’État, s’esquissent à la fois une exigence pratique, celle de l’invention de nouvelles formes politiques, et une exigence théorique, celle de comprendre le statut de ces formes dans l’histoire.

 

David Annoussamy

David Annoussamy a fait toute une carrière de magistrat, ce qui a cultivé en lui la rigueur de la pensée et la précision de style. Il s’est intéressé à divers titres à l’enseignement. Depuis sa retraite, il se consacre entièrement à l’écriture et cela en trois langues : la langue tamoule qui est sa langue maternelle, le français, sa langue d’instruction et l’anglais, sa langue de profession. Il touche des sujets divers : droit, littérature, pédagogie, histoire de Pondichéry. En toute matière il a le culte de la clarté.

Le Cambaramayanam et la religion (10 septembre 2009)

Après avoir écrit à Sens Public sur le Tirou-koural, David Annoussamy nous parle cette fois de la littérature indienne du Cambaramayanam. Dans le pays tamoul on découvre des récits relatifs à Rama qui n’existent pas chez le grand poète Valmiki. On trouve des références à Rama dans les hymnes mystiques des saints vishnouites (les Ajvars). Plusieurs poètes ont composé des Ramayanas entiers, mais il ne reste plus rien de leurs œuvres ou simplement quelques bribes. De cette épopée déjà connue de son public, le poète tamoul, Cambar, a voulu faire son ouvrage majeur et y a parfaitement réussi. Son chef d’œuvre a éclipsé tout ce qui l’avait précédé.

 

Le Tirou-koural, bréviaire des Tamouls (6 mai 2008)

Dans cet article, David Annoussamy, d’origine indienne, donne une présentation du Tirou-koural. Cette œuvre majeure immensément traduite – elle vient immédiatement après la Bible – est l’oeuvre tamoule qui a fait l’objet du plus grand nombre de commentaires. Elle a inspiré tous les poètes postérieurs qui lui ont emprunté, jusqu’aux Européens qui l’ont étudiée et ont été conquis.

 

Les étapes de la littérature tamoule (13 juin 2007)

Dans cet article, David Annoussamy analyse les étapes et les évolutions de la littérature tamoule, considérée dans ses différents genres, de la période antique à nos jours.

 

Antonio Ansón

Nacido en Villanueva de Huerva, España, 1960, Antonio Ansón es autor de diversos libros de poemas como La misiva (1990), Este mensaje es para ti que tienes mucha soledad como yo (2000), Don’t disturb (Filigranes, 2001) y Nada más que piedra, ortigas y alacranes (2003), estos dos últimos en colaboración con el fotógrafo Rafael Navarro. Cuenta igualmente con ensayos, entre los que cabe destacar El istmo de las luces. Poesía e imagen de la vanguardia (1994), Novelas como álbumes. Fotografía y literatura (2000) y Relatos de fotografía (2007), una selección de obras de escritores españoles que comparten el hilo conductor de la imagen fotográfica. Escribe en revistas como Clarín, La Ortiga, Quimera o Riff Raff, para la que coordina la sección Contactos, que incluye colaboraciones de artistas visuales con fragmentos de escritura. Dirige también la colección de libros de fotografía Cuarto Oscuro. Entre sus últimos trabajos hay que señalar el ensayo El limpiabotas de Daguerre (2007), con prólogo de Ferdinando Scianna, y la novela Llamando a las puertas del cielo (2007), una crónica sobre la transición cultural y política en España.
Né à Villanueva de Huerva, Espagne, en 1960, Antonio Ansón est l’auteur de nombreux livres de poèmes comme La misiva (1990), Este mensaje es para ti que tienes mucha soledad como yo (2000), Don’t disturb (Filigranes, 2001) y Nada más que piedra, ortigas y alacranes (2003), ces deux derniers en collaboration avec le photographe Rafael Navarro. Il est également l’auteur de nombreux essais parmi lesquels El istmo de las luces. Poesía e imagen de la vanguardia (1994), Novelas como álbumes. Fotografía et literatura (2000) et Relatos de fotografía (2007), une sélection d’œuvres d’écrivains espagnols qui partagent le fil conducteur de l’image photographique. Il écrit dans des revues comme Clarín, La Ortiga, Quimera o Riff Raff, pour laquelle il coordonne la section Contactos, qui propose des images d’artistes photographes en rapport avec des textes littéraires. Il dirige également la collection de livres de photographies Cuarto Oscuro. Dans ces derniers travaux, nous devons signaler l’essai El limpiabotas de Daguerre (2007), avec un prologue de Ferdinando Scianna, et le roman Llamando a las puertas del cielo (2007), une chronique sur la transition culturelle et politique en Espagne.

Poemas / Poèmes (14 juillet 2007)

Pertenecientes al volumen Este mensaje es para ti que tienes mucha soledad como yo, Madrid, Huerga y Fierro, 2000. Próximamente aparecerá la edición francesa en edición bilingüe en esta misma editorial de Toulouse, Le Grand Os, en traducción de Aurelio Diaz-Ronda.
Ces poèmes appartiennent au volume "Ce message est pour toi dont la solitude est aussi grande que la mienne", Madrid, Huerga y Fierro, 2000. L’édition française bilingue paraîtra chez "Le Grand Os" (Toulouse). Traduction Aurelio Diaz-Ronda.

 

Olivier Apert

Olivier Apert est poète, essayiste, dramaturge, librettiste et traducteur. Membre du comité de la revue Po&sie. Il a, par ailleurs, travaillé en créations avec les chorégraphes Sylvain Groud et Muriel Piqué. Ses lectures sont musicalisés par David Tuil. A bénéficié pour ses divers projets du soutien du Ministère de la Culture (CNL), des Affaires étrangères (Mission Stendhal), de la Région Ile-de-France, des DRAC Ile-de-France et Languedoc-Roussillon.

Polémoscope (18 juin 2008)

Une invitation d’Olivier Apert et Carole Dely.
Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’.
’Polémoscope’ : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias. ’Polémoscope’ : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène...

 

Jordane Arlettaz

La notion de pluri-officalité dans les Constitutions nationales. Les exemples espagnol, italien, suisse et belge (2 mars 2015)

Résumé : Le concept de co-officialité, ou encore de pluri-officialité, est au cœur du droit linguistique des États plurilingues. Reposant sur la reconnaissance officielle de plusieurs langues sur un même territoire, il semble répondre à un besoin de coexistence pacifique des langues, à rebours du monolinguisme imposé. En réalité, la pluri-officialité soulève de multiples questions consécutives à la mise en œuvre de ses exigences. Les exemples italien, espagnol, suisse et belge sont là pour le montrer. La pluri-officialité repose généralement sur un principe de territorialité, qui confine la langue minoritaire à un territoire donné, ou chaque langue égale à un territoire propre, et non sur un principe de personnalité qui réserverait le cours officiel de la langue à chaque locuteur de celle-ci quelle que soit sa situation géographique. Mais ce principe de territorialité a pour effet de générer consécutivement un nécessaire transfert de compétences au profit de la province où la langue est officialisée, car pour mettre en œuvre l’usage officiel de cette dernière, il est techniquement nécessaire de mobiliser des moyens administratifs, techniques et humains ; et ce, quel que soit le domaine d’intervention matériel de ladite langue. En conséquence à cela, la pluri-officialité est intimement liée à un processus de juste répartition des compétences et moyens entre l’État et la province où la langue considérée aura cours. On aperçoit ici à quel point la pluri-officialité amène par contrecoup un travail de surveillance, de contrôle et d’adaptation des compétences respectives de chaque province, et constitue donc non seulement un problème linguistique, mais aussi un problème juridique et politique.

 

Clifford Armion

Shakespeare et Pinter : la maison victorienne comme scène de théâtre (4 septembre 2007)

Résumé : Shakespeare, monument de la littérature anglaise, inspire les dramaturges modernes et nourrit la créativité des metteurs en scène. Harold Pinter et Joseph Losey ne font pas exception à la règle : dans le film The Servant, ils développent et exploitent une symbolique des espaces héritée de la structure en étages des théâtres à ciel ouvert de l’Angleterre élisabéthaine. Par le truchement d’une référence culturelle partagée avec leur public, ils dressent le portrait d’une société britannique socialement hiérarchisée, figée par des rapports de pouvoir qui sont les vestiges de l’impérialisme et de l’aristocratie dominante du 19e siècle.
Abstract : Shakespeare, the greatest landmark in English literature, still inspires modern playwrights and enriches the work of stage and film directors alike. Harold Pinter and Joseph Losey are no exception to the rule : in The Servant, they develop and use a symbolism of space that is inherited from the multi-layered structure of the Elizabethan open-air playhouse. Through this cultural reference they share with their audiences, they draw the portrait of a socially stratified British society that is paralysed by the remnants of Victorian imperialism and aristocracy.

 

Sophie Astier Vezon

Agrégée de philosophie, enseignante à Clermont-Ferrand, Sophie Astier-Vezon travaille actuellement sur la relation entre Sartre et la peinture dans le cadre d’un doctorat à la Sorbonne, sous la direction de Renaud Barbaras, et vient de publier la traduction du livre de G.H. Bauer intitulé « Sartre and the Artist » (disponible sur http://www.numilog.com).

Sartre et la peinture (8 janvier 2009)

Résumé : Quelle place occupe la peinture dans la vie et la philosophie de Sartre ? A-t-il jamais rencontré des peintres qui puissent corroborer ses thèses ? Existe-t-il seulement une esthétique constituée chez ce philosophe qui semblait préférer les mots aux images ? Il semblerait plus juste, dans un premier temps, de parler d’une esthétique « par la négative », dans la mesure où les textes de Sartre à propos de la peinture sont rares, fragmentaires voire inédits ; qui plus est, son rejet de la peinture officielle et des musées semble dominer tout autant ses œuvres littéraires que philosophiques ; et quand il s’agira de définir la peinture, elle sera reléguée au rang d’ « art non-signifiant » au même titre que la sculpture, la poésie ou la musique, dans cette œuvre liminaire que représente en 1947 Qu’est-ce que la littérature ? : ce arts ne sont pas engagés « de la même manière » que la littérature. N’est-ce pas alors l’ambivalence de la notion d’analogon, mais aussi celle d’engagement, qui constitue la clé de cette esthétique picturale ? S’il en est une, elle s’affirme en effet surtout à partir de 1947 comme « esthétique de la Présence », puisque la matière analogique va progressivement devenir la première préoccupation sartrienne. Sartre persiste à rejeter l’immobilisme pictural pour lui préférer le matiérisme d’un Tintoret, qui peint en sculpteur et devient le réalisateur de ses toiles, dans tous les sens du terme, annonçant tous les autres peintres « existentialistes ». C’est pourquoi Sartre semble avoir trouvé dans la peinture non seulement un moyen de totaliser le réel, mais aussi, par voie de conséquence, sa propre pensée.
Mots-clés : Peinture – Esthétique – Analogon – Imaginaire – Matière – Le Tintoret
Abstract : What’s the place of painting in Sartre’s life and philosophy ? Did he find painters who corroborate his philosophical arguments ? Is there a pictorial esthetics by Sartre ? We could first talk about a pictorial esthetics which would be "in the negative" : indeed the Sartrian texts about painting are rare, fragmentary, in a disorganised manner, or even unpublished ; there is also a very strong reject of official painting through official galeries and portraits ; and the painter, the musician, the sculptor or the poet are not involved “in the same way” as the writer : they are only “non-significant arts”. If there is a pictorial esthetics by Sartre, it would be therefore an “esthetics of the Presence”, where the role of matter will be more and more important, after 1947 : it is the ambivalent status of analogon and involvment in Sartre’s philosophy which seems to be the key of his esthetics. The irreducible materiality is going to have more and more importance : he insists progressively on the matter whose things are made, on the real action of the painter, on the canva in itself. Sartre rejects immobility in painting and proposes a constant apology of movement. That’s why he chooses Le Tintoret : the Venitian paints as if he was a film-maker. Therefore the painter will be really involved in his own work of art : he lives a creative situation. Finally we could say that Sartre has found in painting a good way to reach absolute and to totalize the reality, but also to totalize his own thought.
Keywords : Painting – Esthetics – Analogon –Imaginary – Matter – Tintoretto

 

Jacques Attali

Conseiller politique, économiste, intellectuel, engagé depuis 1998 dans le combat pour la microfinance au travers de l’ONG PlaNet Finance, Jacques Attali s’est également illustré par la publication d’une volumineuse littérature sur une variété de sujets et dans une grande diversité de genres, de la biographie au roman en passant par l’essai ou le témoignage historique.

"Les chefs d’État sont persuadés qu’ils ne feront jamais faillite". Entretien sur le futur de la dette avec Jacques Attali (21 octobre 2010)

Résumé : Doit-on encore présenter celui qui, à partir de 1981, travailla au quotidien dans le bureau jouxtant celui du président François Mitterrand ? Conseiller du prince, économiste, intellectuel, engagé depuis 1998 dans le combat pour la microfinance au travers de l’ONG PlaNet Finance, Jacques Attali s’est également illustré par la publication d’une volumineuse littérature sur une variété de sujets et dans une grande diversité de genres, de la biographie au roman en passant par l’essai ou le témoignage historique. A la demande, en 2007, du président Nicolas Sarkozy, il a également présidé une "Commission pour la libération de la croissance française". En janvier 2008, elle émet 316 propositions qui sont comme autant de pistes de réformes recommandées par les experts du groupe de travail. Dans le sillage de la crise financière et à la veille du départ à la retraite de la génération du baby-boom, la "Commission Attali" est de nouveau convoquée et préconise, dans son rapport remis au président le 15 octobre 2010, une cure d’austérité pour faire face à ces temps difficiles. Dans cet entretien avec Sens Public, l’auteur de "Tous ruinés dans dix ans ?" (Fayard, 2010) revient sur l’enjeu de la dette publique et l’avenir des pays développés.
Abstract : Is there still a need to introduce the man who worked daily in the office next to President François Mitterrand’s one, starting in 1981 ? An adviser to the president, an economist and an intellectual known for supporting microfinance since 1998 through his NGO, PlaNet Finance, Jacques Attali is also famous for his long and diverse list of publications, from biographies to novels, from essays to his historic accounts on French politics. At the request of President Sarkozy in 2007, Jacques Attali also headed a “commission for the liberation of French growth” ; in January of 2008, the panel of experts he was leading released a set of 316 proposals which were used by the French government to advance its program of reforms. In the wake of the financial crisis and as the baby boomers are starting to retire en masse, the “Attali commission” was summoned again and suggested a set of austerity measures to deal with deficit and debt issues in its report given to the French president on October 15th, 2010. In an interview with Sens Public, the author of “All Bankrupted in 10 years ?” (Fayard publishing, 2010) offers his views on public debt and the future of developed countries.

 

Pascale Auger

On ne lit jamais deux fois le même poème, suivi de ’poésies’ (18 juin 2008)

Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’.

Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias.
Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène...

Polémoscope 1 – "Si l’on pose que certaines innovations techniques et/ou formelles ont pu modifier au 20e siècle l’écriture du poème (de la typographie mallarméenne du Coup de dés aux mots en liberté des futuristes italiens, de l’enregistrement de la Ursonate de Schwitters au montage cut-up de W.S. Burroughs, des symphonies lettristes à la poésie concrète et sonore, etc.), envisagez-vous que l’outil informatique puisse à sa manière influencer, sinon votre conception, du moins le devenir de l’écriture du poème ?"

Nous avons invité cinq auteurs à répondre - Michel Deguy, Patrick Beurard-Valdoye, François Rannou, Pascale Auger, Daniel Pozner - en deux temps, par une réflexion d’une part et une création ouverte d’autre part.

Olivier Apert et Carole Dely

 

Gauthier Autin

Gabriel Tarde ou les ressorts psychologiques de la guerre (25 février 2005)

Résumé : Là où l’historien rend toujours compte de la guerre par une conjoncture particulière, la psychologie sociale de Gabriel Tarde prétend au contraire mettre en évidence ses causes générales ou structurelles. Pour qu’un conflit éclate entre deux nations, il faut que les passions belliqueuses se répandent au sein de chaque camp et emportent l’adhésion des futurs protagonistes, car l’affrontement physique ne se produit que si les populations concernées le croient inévitable ou souhaitable. En ce sens, la guerre met d’abord en jeu des forces psychologiques, elle suppose une croyance et une volonté collectives dont il faut élucider la formation. Or, pour Tarde, la genèse de ce consensus met en jeu l’action combinée de trois institutions qui contribuent ordinairement à maintenir la concorde sociale : les médias, la coutume et l’armée. Nous analysons ici le rôle ambigu de ces trois mécanismes qui produisent la cohésion interne de la société et suscitent le conflit à l’extérieur.

 

Edem Awumey

Edem Awumey, est né au Togo. Il est auteur d’une thèse sur la littérature de l’exil, titulaire d’un DESS en développement culturel. Son premier roman, "Port-Mélo" (Gallimard, 2006) a obtenu le Grand prix littéraire de l’Afrique noire. "Les pieds sales", sélectionné pour le Prix Goncourt, paraît en 2009 chez Seuil. Edem Awumey vit aujourd’hui au Québec.

Les espaces anonymes, entre voyage et exil. Entretien avec l’écrivain Edem Awumey (6 juin 2011)

Résumé : A l’occasion de la Foire du Livre 2010 consacrée à la littérature africaine, l’Institut français de Stockholm avait le privilège d’accueillir le 25 septembre l’écrivain togolais Edem Awumey. Edem Awumey, qui réside actuellement au Québec, est né au Togo et a fait ses études en France, notamment à l’Université de Cergy-Pontoise, où il a soutenu, en 2005, un doctorat de littérature francophone. Il est l’auteur d’un grand nombre de nouvelles et de deux romans : "Les Pieds Sales", 2009, Seuil, sélectionné pour le prix Goncourt de la même année et "Port-Mélo", 2006, Gallimard, Grand Prix Littéraire de l’Afrique Noire 2006.

Écoutez l’entretien ci-dessous (mp3).

 

Daphné B

Le selfie : sur la phraséologie québécoise la bêtise mémétique et la poésie (22 décembre 2016)

Résumé : Cet article traite du néologisme "égoportrait", inventé par le journaliste Fabien Deglise, et montre en quoi ce dernier reconduit un discours sexiste et une conception étroite de la pratique culturelle. En effet, la traduction francophone du terme anglais "selfie" consolide des stéréotypes sexistes, associés à la pratique du selfie. Cet article tente ensuite de brosser un portrait plus rigoureux du selfie, une pratique culturelle qui peut être saine et valorisante. Finalement, cet article examine le selfie dans un contexte littéraire. En analysant le travail de deux poètes contemporains, il montre en quoi le selfie peut être un procédé littéraire.

Mots-clés : égoportrait, selfie, identité fluide, néologisme, langage technologique, mème internet, égo, narcissisme, sexisme, slut shaming, poésie.

Abstract : This paper aims to show how the neologism "égoportrait" coined by the journalist Fabien Deglise perpetuates gender-based violence. In an attempt to translate the English word "selfie" into French, the journalist reinforces sexist stereotypes associated with the selfie. Subsequently, this paper tries to get a broader understanding of the selfie, which could be seen as an empowering and a healthy cultural practice. It then shows how the selfie is also used as a literary device, and analyzes the work of two contemporary poets that make use of the selfie in their work.

Keywords : selfie, fluid self, neologism, techno-language, Internet meme, ego, narcissism, sexism, slut shaming, poetry.

 

Roland Bacon

Membre du comité scientifique du Musée des Confluences et directeur de recherches au CNRS.

L’espace, une quête philosophique ? (28 janvier 2013)

Résumé : Exploit technologique et médiatique, la première expédition humaine sur la Lune stupéfia l’humanité. Cette aventure avait beau être un épisode de guerre froide, elle capta l’attention universelle, inspirant le sentiment d’un progrès qui prolongeait les rêves mythologiques comme en témoigne le mot d’Armstrong « Un petit pas pour l’Homme, un grand pas pour l’humanité ». Parce qu’elle s’enracine au plus profond du désir humain, la conquête spatiale n’est pas seulement une prouesse technique, mais comporte une part d’imaginaire. Au moment où l’espace est saturé de satellites en tous genres, que reste-t-il aujourd’hui de nos rêves ? Comment comprendre ce besoin d’espace qui nous attire vers l’horizon ? Quelle expérience cherche-t-on lorsque nous partons à la conquête de l’espace ? Pourquoi nous tourner vers un ailleurs ?

 

Émilie Balayn

Vers une européanisation du secteur des politiques publiques mémorielles (6 février 2013)

Ce travail s’intéresse à un secteur de politique publique méconnu : les politiques publiques mémorielles, de plus, il l’étudie à un niveau qui n’est historiquement pas le sien : l’échelle européenne. Après avoir défini ce qu’est une politique publique de la mémoire, il s’agit de décrire les politiques publiques mémorielles (directes ou indirectes) menées par les principales institutions européennes, internationales (Conseil de l’Europe, Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) ou (...)

 

Melina Balcázar Moreno

Née en 1978 à Mexico, Mélina Balcázar Moreno est doctorante en quatrième année de thèse sous la direction de Mireille Calle-Gruber, à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle. Elle travaille actuellement sur les « politiques de la mémoire » dans l’ensemble de l’œuvre de Jean Genet. Elle est également traductrice et a publié des traductions dans la revue Acta Poetica (Université Nationale Autonome du Mexique) et dans la revue Intermédialités (Université de Montréal). Depuis 2007, elle dirige avec Esther Cohen Dabah la section de Littérature de l’Amérique Latine du Dictionnaire des Créatrices en cours d’élaboration chez les Éditions des femmes. Elle a publié « Des traces et des spectres : une lecture de Pompes funèbres de Jean Genet », Études françaises, Montréal, 2008 ; « Huellas en el agua o las políticas de la memoria en Un cautivo enamorado de Jean Genet », Acta poetica, numéro consacré à Walter Benjamin, sous la direction d’Esther Cohen Dabah, Mexico, Presses de l’Instituto de Investigaciones Filológicas de l’Université Nationale Autonome du Mexique, 2008 ; « Mater dolorosa ou l’écriture de l’événement dans Un Captif amoureux de Jean Genet » dans Gisela Febel et al. (dir.) Écritures transculturelles. Kulturelle Differenz und Geschlechterdifferenz im französischsprachigen Gegenwartsroman, Tübingen, Narr, 200 ; « Persona –Tentativas en torno a un recuerdo », Jacques Derrida. Pasiones institucionales, Presses de l’Instituto de Investigaciones Filológicas de l’Université Nationale Autonome du Mexique, 2007. 

Sang : le texte et ses règles (3 octobre 2008)

Résumé : Dans l’œuvre de Jean Genet, la question de l’écriture qui est celle de la littérarité est indissociable d’une réflexion sur le politique et l’éthique. Un des aspects les plus remarquables de l’écriture de Genet est justement la façon dont il montre leur imbrication. C’est cette double dimension de son œuvre qui sera prise en compte ici, dans une perspective philosophico-littéraire. Il s’agira de s’interroger sur les rapports du littéraire au politique et à l’éthique à partir de l’inscription de l’Histoire dans Pompes funèbres de Jean Genet. Cette interrogation concerne évidemment les relations de l’écriture de Genet à la mémoire et à l’Histoire, les articulations ou désarticulations qu’elle met en œuvre.
Mots-clés : Rose ; Sang ; Histoire ; Genre ; Michelet/Genet.
Abstract : In this work by Jean Genet, the matter of writing is one of literariness, which is inextricably linked to political and ethical considerations. Indeed, one of the most remarkable aspects of Genet’s writing is the way he shows their oneness. It is this twin-dimension of his work which shall be explored here, from a philosophical and literary viewpoint. The aim is to examine the relationship between the literary, the political and the ethical on the basis of the way History is relayed in Funeral Rites by Jean Genet. The initial question is obviously the relationship between Genet’s writing and memory and History, and the dynamics that this relationship creates and destroys.

 

Sandy Baldwin

Beckett Spams Counter-Strike (21 juillet 2016)

Résumé : Ce qui suit décrit une « intervention » dans le jeu Counter-Strike : Global Offensive, intitulée Beckett Spams Counter-Strike - par « intervention », nous entendons une forme de performance artistique et d’action politique qui entre et occupe, ou « intervient » dans un environnement, une institution déjà existante, un espace ordonné. La description est interrompue ou fragmentée par des remarques « signées » des « joueurs » – les acteurs, les « gamers », les écrivains et les artistes qui participent au projet – alors que nous tentons de comprendre notre échec ou notre succès à mettre en scène la pièce de Beckett et (ou ?) à jouer à Counter-Strike, un échec que l’on pourrait décrire comme une faillite du théâtre et du jeu. En outre, la description est suspendue ou reléguée au second plan par des extraits de nos performances. Développée pendant plusieurs années par une équipe de la West Virginia University, l’intervention dans le jeu a mené à plusieurs performances traitant le jeu comme un site d’investigation philosophique et pédagogique sur l’intentionnalité et la violence. Nous utilisons le terme « intervention » d’une façon singulière pour qualifier des actions qui recoupent le « gameplay », le théâtre politique d’agitprop et la performance artistique.

Mots-clés : Samuel Beckett ; Fin de partie ; Counter-Strike : Global Offensive ; performance ; théâtre-guérilla ; « hacktivisme » ; absurde.

Abstract : The following describes an intervention in the game Counter-Strike : Global Offensive, entitled Beckett Spams Counter-Strike - by intervention we mean a form of artistic performance and political action that enters and occupies, or “intervenes,” in an already existing environment, institution, and ordered space. The description is interrupted or broken by “signed” remarks from the “players” – the actors, gamers, writers, and artists participating in the project – as we try to make sense of our failure or success at staging Beckett’s play and (or ?) playing Counter-Strike, a failure best described as the collapse of theater and game. Furthermore, the description is interrupted or upstaged by excerpts from our performances. Developed over multiple years by a team at West Virginia University, the intervention into the game led to several performances, treating the game as a site of philosophical and pedagogical investigation into purpose and violence. We use the term “intervention” in a particular way to classify actions that cross between gameplay, agitprop political theater, and artistic performance.

Keywords : Samuel Beckett ; Endgame ; Counter-Strike : Global Offensive ; performance ; guerilla theater ; hacktivism ; absurd.

 

Laëtitia Baltz

Doctorante en Science Politique à l’IEP de Bordeaux et auprès du Centre d’Etudes d’Afrique Noire (CEAN). Thèse en cours portant sur « Les Noirs Américains et leur cinéma : représentation et construction des processus identitaires dans les Etats-Unis contemporains. » Collaboration à Politique Africaine, à l’Encyclopedia of Black Diaspora (éditée par Eric Martone) et pour le Dictionary of American History (dirigé par Gary Cross, Robert Maddox et William Pencak). Article paru : « Aminata Dramane Traoré : une femme et une voix au service d’une autre Afrique », Enjeux, n° 30, janvier - mars 2007.

Sous les pavés de la capitale, la plage de la Croisette (16 février 2009)

Résumé : Les évènements de Mai 1968 ont non seulement bouleversé Paris, ils ont aussi perturbé le Festival de Cannes, au point de provoquer sa cessation. Suite à l’affaire Langlois et aux manifestations parisiennes, les réalisateurs rassemblés à Cannes ont protesté contre le maintien du festival dans un tel contexte. Après débats et projections annulés, le Festival de Cannes est finalement interrompu le 19 mai. Parce qu’elles ont impliqué étudiants, réalisateurs de la Nouvelle Vague et intellectuels, les convulsions de Mai 1968 qui ont transformé les festival cannois indiquent que les mouvements ont été à la fois politique et culturel. Le Festival de Cannes est ressorti profondément marqué de 1968 et il en porte encore la trace aujourd’hui. Depuis 2001, un vent révolutionnaire souffle à nouveau sur la Croisette, se faisant l’écho d’une nouvelle conscience politique à travers un nouveau cinéma. Mai 1968 a ainsi permis au Festival de passer d’un évènement mondain encadré par le politique à un festival mondial, souvent engagé, qui donne le "la" en matière cinématographique.
Mots-clés : Festival de Cannes interrompu – mai 68 – culture – politique – identité – cinéma politique – cinéma contemporain – nouvelle vague – affaire Langlois.
Summary : In addition to disrupting life in Paris, the events of May 1968 also interrupted the Festival of Cannes. Following the Langlois case and Paris upheavals, many directors gathered in Cannes to protest against the festival being upheld in this context. After debates and films deletions, the Festival of Cannes is eventually cancelled on May 19. Because they included students, New Wave directors, and intellectuals, the demonstrations at Cannes indicate that the convulsions of May 1968 were cultural as well as political. The events that transformed Cannes in 1968 aroused a political consciousness that is still apparent today. Since 2001, a revolutionary wind has again shaken the Croisette, reflecting a new commitment in contemporary cinema. May 1968 thus helped transform the festival from a jet setter event to a forum for politically conscious cinema.
Keywords : interrupted Festival of Cannes – May 68 – culture – politics – identity – political cinema – contemporary cinema – New Wave – the Langlois case.

 

Viola Bao

Il n’existe pas de paysage sans ombres - De la philosophie de la relation d’Édouard Glissant (2 février 2013)

Le congrès des écrivains et artistes noirs eut lieu pour la première fois à Paris en 1956 à l'initiative du journaliste sénégalais Alioune Diop et de sa revue culturelle panafricaine Présence Africaine, qui fut fondée neuf années auparavant afin de donner une visibilité aux voix noires en France et de mettre en lumière la culture africaine considérée comme marginalisée dans l'Europe de l'époque. Plusieurs sommités intellectuelles noires telles qu'Aimé Césaire, Frantz Fanon, Richard Wright, (...)

 

Violaine Baraduc

Le rôle des femmes dans les situations de conflit (13 novembre 2011)

Résumé : Dans les situations de conflit, de guerre ou de reconstruction, pourquoi les hommes et les femmes vivent-ils des expériences différentes dans l’accès aux ressources, au pouvoir et à la prise de décision ? Ce sujet a donné lieu à un débat dans le cadre du cycle de conférences publiques entrepris par le Musée des Confluences du département du Rhône, avec la participation de Sens Public, en partenariat avec le Théâtre de la Renaissance d’Oullins. En voici la retranscription.

 

Léa Barbisan

Vivre la transparence (11 novembre 2017)

Résumé : Au début du XXe siècle, la maison de verre fascine nombre d’artistes et d’écrivains de l’avant-garde européenne. Dans le contexte de la densification urbaine, l’idéal d’un habitat aux cloisons transparentes interroge la valeur de l’intime et l’attachement au foyer. Le rêve d’un espace entièrement ouvert, où s’aboliraient les frontières entre l’intérieur et l’extérieur, le local et l’universel, le privé et le commun, traverse les textes de Paul Scheerbart, d’André Breton et de Walter Benjamin. D’utopie esthétique, la maison de verre, devint, au gré de ses évolutions, utopie politique, pour finalement basculer dans le cauchemar de la surveillance totalitaire. Cet article met au jour les fantasmes qui se cristallisèrent autour de cette utopie insolite, et tente d’élucider les raisons de son déclin.

Abstract : At the beginning of the 20th century, the idea of the glass house fascinated many artists and writers of the European avant-garde. Against the background of urban densification, the ideal of a house with transparent walls questioned the value of intimacy and the attachement to the feeling of homeliness. The dream of an open space where the borders between the inside and the outside, locality and universality, the private and the public sphere would vanish, pervades the writings of Paul Scheerbart, André Breton and Walter Benjamin. First an aesthetic utopia, then a political utopia, the dream of the glass house eventually transformed into the nightmare of totalitarian surveillance. This article highlights the fantasies that crystallised around this unsettling utopia and explains the reasons for its decline.

Mots-clés : maison de verre, architecture, transparence, utopie, Paul Scheerbart, Walter Benjamin

Keywords : glass house, architecture, transparency, utopia, Paul Scheerbart, Walter Benjamin

 

Emmanuel Barot

Remarques sur l’essence réaliste-politique du cinéma (5 mai 2008)

Résumé : Le film politique n’est pas un genre authentifiable immédiatement : distinguer entre cinéma civique et pédagogique, cinéma militant et cinéma de propagande permet d’y voir plus clair. Mais au-delà, la vocation réaliste au sens large du cinéma politique impose une conceptualisation plus aboutie. Sa politicité intrinsèque tient à ce qu’il est totalisation, c’est-à-dire production dialectique d’un signifiant universel, à l’occasion d’un singulier représenté, faisant résonner la tension « du » réel, qui ne se réduit pas à une collection de faits, en le hantant de ses ambiguïtés et de ses possibles, donc en le défatalisant. Ce qui affirme sa vocation libératrice.
Abstract : Political cinema is not a clearly identifiable film type, even if one can differentiate between three kinds of films : civil and educational, activist, and propaganda. Moreover, one must provide a real conceptual account of its realistic vocation in the broad sense. It is intrinsically political insofar as it entails “totalization”, that is to say dialectical production of a universal meaning emerging from the particular situations that are represented. This gap between particular and universal aspects shows the tension within this “reality” which does not consist merely of facts. It is always more, always ambiguous, haunted by multiple possibilities. This cinema is therefore liberating, since it provides the opportunity to struggle against fatality : the “given” reality can always be other than it “is”.

 

James Barrett

James Barrett is an adjunct and PhD candidate in the Department of Language Studies at Umeå University in Sweden. Much of his work is conducted in HUMlab, a digital humanities lab and studio, where teaching, research and creation are delivered under the umbrella of a multidisciplinary and high-tech meeting space. Barrett’s PhD thesis (to be defended in the Fall 2013) is entitled "The Ergodic Revisited : Spatiality as Governing Principle of Reading Digital Narrative", which examines how reading is governed by the spatial in four works of digital literature. Barrett has published on narrative in trans-cultural and digital media contexts, with a particular interest in the concepts of reading and performance. Barrett also works with networks in digital art, virtual worlds, pedagogy that involves digital media, and digital culture. Barrett also teaches cultural studies, literature, and narrative design in 2D and 3D media.

Virtual Worlds, Machinima and Cooperation over Borders (17 avril 2013)

Cooperation over borders between individuals and groups is possible using online three-dimensional virtual worlds.1 This cooperation occurs in the production of art, research, teaching and learning, and performance as well as in building social, professional and personal contexts. The borders that are crossed can be geopolitical, generational, spatial and embodied. In order to maintain coherence for people to meet, talk, build, write, perform and exchange in virtual worlds, a sense and (...)

 

Jean-François Battail

Språklig mångfald och enhetssträvan – om svensk språkpolitik i tidsperspektiv (4 octobre 2010)

Résumé : La Suède, qui s’est ouverte plus que tout autre pays nordique à l’immigration après la Seconde Guerre mondiale, compte aujourd’hui plus d’un million de personnes d’origine étrangère. Ce multilinguisme et multiculturalisme de date récente tend à occulter le fait que par le passé, le royaume suédois a été moins homogène qu’on ne le prétend souvent. Une grande variété dialectale a été source de particularismes qui ont subsisté longtemps et n’ont pas totalement disparu. De plus, la présence de minorités historiques parlant des langues finno-ougriennes constitue un élément marquant de différenciation, qu’il s’agisse des autochtones du Grand Nord, les Sâmes, ou de la majorité fennophone de Finlande — qui fut la province orientale de la Suède du début du 14e siècle jusqu’en 1809. À quoi se sont ajoutées des vagues d’immigration successives qui, sans avoir l’ampleur de celles que le pays a connues dans la seconde moitié du 20e siècle, ont laissé des traces durables.

 

Sara Bédard-Goulet

Corps contemporain et espace vécu (11 novembre 2017)

Résumé : L’époque contemporaine, annoncée comme celle de la redondance du corps par le posthumanisme, est toujours aussi préoccupée par celui-ci et par son expérience de l’espace qui, lui, se distend par les moyens de transport et de communication, autant qu’il se rétrécit sous l’effet de la finitude retrouvée de notre planète. Ces changements d’échelle du monde tel qu’il nous apparaît et l’importance accordée à notre manière de le pratiquer relancent les interrogations sur le corps et l’espace, sur leur co-construction respective. La question autour de laquelle se déploient les textes de ce dossier est donc la suivante : comment s’articulent les rapports entre le corps et l’espace aujourd’hui, et que peut-on dire des interactions qui découlent de leurs agencements  ? Il s’agit d’interroger les formes et phénomènes constitutifs de l’imaginaire corporel, dans l’expérience que fait le sujet des lieux qu’il occupe, qu’il s’approprie ou qu’il subit, et qui lui servent à aménager son monde. C’est pour alimenter la réflexion sur le corps contemporain et l’espace vécu qu’ont été rassemblés les huit articles de ce dossier, qui abordent la question dans les sciences humaines, les arts et la littérature.

Mots-clés : corps, espace et lieu, spatialité, pratiques corporelles, représentations artistiques et littéraires du corps et de l’espace.

Abstract : While post humanism announced the redundancy of the human body in the contemporary era, we are still concerned with it and its experience of space. In the meantime, space stretches out through improved communication and transportation, as much as it becomes narrower with the newly found finiteness of our planet. These changes of scale of our world and the importance attached to how we occupy it revive the interrogations on body and space, on their respective co-construction. The articles of this journal issue thus focus on the following question : how do the body and space relations work today, and what can we tell about the interactions that result from their arrangements ? This issue questions the forms and phenomena constitutive of the bodily imaginary, in the subject’s experience of places that he occupies, that he takes over or that he is subjected to, and which allow him to develop his world. Eight articles have been collected herein to fuel the reflection on the contemporary body and lived space, through the perspective of human sciences, arts and literature.

Keywords : body, space and place, spatiality, body techniques, artistic and literary depictions of body and space.

 

« Avec l’espace, il y a le trou. Il y eut le trou » (19 juin 2017)

Résumé : L’Occupation des sols (1988) de Jean Echenoz présente des personnages qui pratiquent et investissent les lieux de manière étroitement liée au processus de deuil qu’ils traversent. Nous voudrions montrer que ce récit rejoint les considérations de Lacan sur l’habitat langagier et en prolonge la portée par l’intermédiaire de procédés littéraires propres à l’esthétique postmoderne. En effet, la spatialisation du deuil qu’il présente souligne le rôle du manque et de l’image dans l’habiter, rendu sensible par une logique de trous et de pleins qui fait ressortir le non-dit du texte. L’omniprésence de l’image maternelle, sous la forme d’une fresque publicitaire montrant la mère décédée, semble révéler, en creux, un féminin qui rappelle la nécessité d’un Autre désirant dans l’élaboration de l’habiter. La superposition ironique du féminin et de l’image maternelle, en jouant sur la représentation, permet à la fois de mettre à distance et de se délecter d’un motif convenu, qui associe le maternel et le bâti, dont la qualité enveloppante reposerait sur la situation initiale de l’humain dans la matrice. Or l’image de la mère, trouée par un soupirail, laisse la possibilité aux personnages, quoique légèrement, d’habiter et de cheminer dans leur deuil.

Mots clés : habiter, deuil, langage, imaginaire, maternel, féminin.

Abstract : L’Occupation des sols (1988) by Jean Echenoz presents characters that interact with and move into places is a way closely linked to the mourning they are going through. In this paper, we wish to show that this narrative meets Lacan’s considerations on the language habitat and take it further through postmodern narrative aesthetics. It presents a spatialization of mourning that stresses the role of lack and image in the way we inhabit the world, made evident by a gap/filled dynamic which indicates the unspoken of the text. The pervasiveness of the maternal image, materialized as an advertisement showing the deceased mother, seems to reveal a feminine reminescent of the need for a desiring Other in the inhabiting process. The ironic superposition of the feminine and the maternal image, by playing with representation, allows both pleasure in and distance from a common trope that associates the maternal with the built environment, which gets its enveloping quality from the initial situation of the human in the womb. Yet, the maternal image, pierced by a window, makes inhabiting possible for the characters, although lightly, and to progress in their mourning.

Keywords : inhabiting, bereavement, language, imaginary, maternal, feminine.

 

Pantea Beigi

Born and raised during the 1980s revolution and war in Iran, Pantea Beigi is now director of communications and spokeswoman for The PeaceJam Foundation based in Denver, Colorado, where she works with Nobel Peace Laureates to educate and inspire youth around the world in subjects of human rights and non-violent conflict resolution. She serves as laureate liaison for Dr. Shirin Ebadi in the international community and helped protect Ebadi and her clients during December 2008’s attacks on human rights workers in Iran. Beigi speaks on issues of human rights in Iran and youth movements around the world. She has been interviewed on CNN, MSNBC, BBC, NPR, KIRN and many other news and media outlets. She holds a Bachelors Degree in Speech Communications with a Journalism minor and is completing her Masters/PhD in International Studies with an emphasis on International Public Policy and Human Rights.

Iranian youth : A story of perseverance and hope (12 juillet 2009)

Abstract : After the controversial re-election of Iranian President Ahmadinejad, Sens public asked Pantea Beigi to contribute with her point of view about the Iranian present situation. As a young Iranian woman living in the US, she actually works for the The PeaceJam Foundation based in Denver, Colorado. She is particularly concerned with the fate of younger generation.
Résumé : Après la réélection controversée du président iranien, Sens Public a demandé à Pantea Beigi, jeune iranienne vivant aux États-Unis, de donner son point de vue sur la situation en Iran. Elle travaille actuellement dans le cadre d’une Fondation avec Shirin Ebadi et d’autres prix Nobel au service de la paix et des droits humains, et se sent particulièrement inquiète pour le devenir de la jeune génération iranienne.

 

Ingela Bel Habib

Ingela Bel Habib has studied modern languages ( French, English) at the university of Karlstad and at the university of Göteborg. She has also carried out interdisciplinary studies on the communication theory, the information theory, cognitive and behavioural sciences and she obtained a Ph D in psychology at the University of Paris XII in 1997. She has done interdisciplinary research on the collaboration between actors in the innovation system at a national and regional level. She has also evaluated the educational system in Sweden facing the demands of the labour market and its effect on integration.

Multilingual Skills provide Export Benefits and Better Access to New Emerging Markets (17 octobre 2011)

Abstract : The author analyses in a study the effects of linguistic skills on the export performance of German, French and Swedish SMEs. Contrary to popular belief, English does not suffice in economic relations as many tenders are lost through lack of skills in local languages. Small and medium sized enterprises (SMEs) increasingly use the specific language of the country to which they export so as to gain ground in emerging markets. The study shows that multilingualism and economic competitiveness are closely linked. Swedish, French and German SMEs all use multilingualism as a strategy for exportations to varying degrees. However, only 27% of Swedish SMEs present a multilingual export strategy, compared to 68% of Danish SMEs, 63% of German SMEs and 40% of French SMEs. It would appear that this has an effect on export performance. The percentage of companies that declare they have missed out on exportation contracts due to language barriers were much higher in Sweden (20%) than in Denmark (4%), Germany (8%) and France (13%).
Résumé : Dans cette étude l’auteur montre que, contrairement aux idées courantes, l’anglais ne suffit pas comme langue des échanges économiques car de nombreux marchés sont perdus faute de compétences dans les langues locales. Les petites et moyennes entreprises (PME) utilisent de plus en plus la langue spécifique du marché d’exportation afin de s’établir dans les marchés émergents. Se basant sur les petites et moyennes entreprises suédoises, allemandes et françaises, l’auteur montre qu’il existe un lien étroit entre multilinguisme et compétitivité économique. Les PME suédoises, françaises et allemandes pratiquent le multilinguisme comme stratégie d’exportation. Cependant, seulement 27% des PME suédoises ont une stratégie d’exportation multilingue, comparé à 68% parmi les PME danoises, 63% parmi les PME allemandes et 40% parmi les PME françaises. Cela paraît avoir un effet sur la performance à l’exportation. Le pourcentage d’entreprises qui disent avoir raté des contrats d’exportation en raison de barrières linguistiques est beaucoup plus élevé en Suède, 20%, contre 4% pour le Danemark, 8% pour l’Allemagne et 13% pour la France.

 

Mokhtar Belarbi

Mokhtar Belarbi est professeur de l’enseignement supérieur à l’Université Moulay Ismaïl au Maroc. Il a soutenu deux thèses de doctorat sur l’oeuvre de Claude Simon. Il enseigne la littérature française et francophone à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès. Il a publié notamment "Pour une autobiographie moderne. Cas des Géorgiques de Claude Simon" (dans "Le Nouveau roman en questions : la Nouvelle Autobiographie ?", Minard, Paris, 2004) "Le Ghazal et le Zadjal dans le Fou d’Elsa de Louis Aragon" (dans "Aragon et la méditerranée", éditions du laboratoire Babel, mars 2006), "La Ville de Tanger dans la littérature coloniale" (dans "Poétique de la ville marocaine", publications de la Faculté des Lettres de Meknès, 2009). Il a traduit du français à l’arabe "Discours de Stockholm" de Claude Simon paru dans Alamat n°20, septembre 2003, et la préface manuscrite d’"Orion aveugle" parue dans Maknasat n°19/20, 2010.

Métamorphoses du corps féminin dans la littérature marocaine et japonaise (3 mars 2011)

Résumé : Le corps de la femme dans le récit au féminin marocain porte la marque de la dépendance, montre l’inégalité de la lutte, trahit le malaise et le mal-être des personnages féminins. La métamorphose du corps féminin est intimement liée à la question identitaire, si présente dans la littérature féminine marocaine. Dans le récit au féminin japonais, la métamorphose du corps féminin est, elle aussi, un langage, mais c’est un langage qui dit autre chose. Elle est un moyen, antre autres, pour se poser de nouvelles questions sur la vie, le plaisir, l’amitié, etc., pour découvrir des choses nouvelles de l’existence, pour s’ouvrir sur de nouveaux horizons.
Abstract : Women’s body in the Moroccan female narrative bears the mark of dependency, points out the inequality of the struggle, betrays the uneasiness and ill-being of female characters. The metamorphosis of the female body is intimately linked to the issue of identity, so pregnant in the feminin Moroccan literature. In the Japanese female narrative, the metamorphosis of the female body is also a language, but a language that says something else. It is a mean, notably, to ponder over new questions about life, pleasure, friendship, etc., to discover new things in life, to open up on new possibilities.

 

Aurélie Belleville

Conférences Consonances (10 mai 2012)

La Renaissance et le Musée des Confluences organisent chaque année un cycle de débats de société.

Dérangeants, accessibles, gratuits, troisième saison des Débats Consonances. Les conférenciers et artistes invités confrontent leurs idées avant de laisser place à la discussion avec la salle. Une rencontre entre penseurs et gens de la scène qui partagent avec le public leur désir d’aller au-delà des clichés pour démonter les mécanismes, situer les contextes et les enjeux de la pensée dans l’évolution de la société.

Conviviaux, nous vous proposons de prolonger les échanges autour d’un repas commun, au théâtre (sur réservation, 12€).

Débats organisés par le Théâtre de la Renaissance, le Musée des Confluences, Sens Public et animés par le philosophe Gérard Wormser.

Théâtre de la Renaissance - 6 rue d’Orsel - 69600 OULLINS

http://www.theatrelarenaissance.com

Les conférences sont retranscrites par Aurélie Belleville.

 

Javiera Belmar

La Patagonia sin represas. Entrevista con Hernán Sandoval, cofundador de « Patagonia Sin Represas » (11 février 2014)

Resumen : Tras la fundación de Patagonia sin Represas en 2007, asociación creada por Hernán Sandoval (ex embajador en Francia, Presidente de la ONG Chile Ambiente y decano de la Universidad de las Américas) para oponerse a la devastación de la Patagonia chilena por las multinacionales de la electricidad, una verdadera conciencia ecológica se ha desarrollado en Chile. Gracias también al apoyo internacional, en el cual ha participado Sens Public, los chilenos han conseguido detener el proyecto HydroAysén, que implicaba la construcción de inmensas represas destinadas a rapiñar una de las reservas de agua dulce más importantes del planeta. El nuevo gobierno de Michelle Bachelet, quien acaba de derrotar por segunda vez a los neo-pinochetistas del ahora ex-presidente Piñera, afirma que el proyecto no es realizable en su estado actual ni viable políticamente. Sin embargo la lucha de los ecologistas continúa pues, como Hernán Sandoval previene, « el capital está preparado para esperar durante años para imponerse… ».
Résumé : Depuis la fondation de Patagonia sin Represas (Patagonie sans barrages) en 2007, association créée par Hernán Sandoval, Président de l’ONG Chile Ambiente, ancien Ambassadeur en France et actuel Doyen de l’Universidad de las Américas à Santiago, afin de s’opposer à la dévastation de la Patagonie par les multinationales de l’électricité, une véritable conscience écologiste s’est développée au Chili. Grâce aussi à l’appui international -dont celui de Sens Public- les Chiliens ont réussi à arrêter le projet HydroAysén qui prévoyait la construction d’immenses barrages destinés à piller l’un des réservoirs d’eau douce le plus important de la planète. Le nouveau gouvernement de Michelle Bachelet, récemment élue en battant pour la deuxième fois les néo-pinochétistes de l’ex-président Piñera, affirme que le projet HydroAysén n’est pas viable en l’état. La lutte des écologistes continue car, comme Hernán Sandoval le souligne dans notre entretien, « le capital est prêt à patienter pendant des années pour arriver à ses fins... ».

 

La Patagonie sans barrages. Entretien avec Hernán Sandoval, co-fondateur de « Patagonia sin Represas » (12 février 2014)

Résumé : Depuis la fondation de Patagonia sin Represas (Patagonie sans barrages) en 2007, association créée par Hernán Sandoval, Président de l’ONG Chile Ambiente, ancien Ambassadeur en France et actuel Doyen de l’Universidad de las Américas à Santiago, afin de s’opposer à la dévastation de la Patagonie par les multinationales de l’électricité, une véritable conscience écologiste s’est développée au Chili. Grâce aussi à l’appui international -dont celui de Sens Public- les Chiliens ont réussi à arrêter le projet HydroAysén qui prévoyait la construction d’immenses barrages destinés à piller l’un des réservoirs d’eau douce le plus important de la planète. Le nouveau gouvernement de Michelle Bachelet, récemment élue en battant pour la deuxième fois les néo-pinochétistes de l’ex-président Piñera, affirme que le projet HydroAysén n’est pas viable en l’état. La lutte des écologistes continue car, comme Hernán Sandoval le souligne dans notre entretien, « le capital est prêt à patienter pendant des années pour arriver à ses fins... ».
Resumen : Tras la fundación de Patagonia sin Represas en 2007, asociación creada por Hernán Sandoval (ex embajador en Francia, Presidente de la ONG Chile Ambiente y decano de la Universidad de las Américas) para oponerse a la devastación de la Patagonia chilena por las multinacionales de la electricidad, una verdadera conciencia ecológica se ha desarrollado en Chile. Gracias también al apoyo internacional, en el cual ha participado Sens Public, los chilenos han conseguido detener el proyecto HydroAysén, que implicaba la construcción de inmensas represas destinadas a rapiñar una de las reservas de agua dulce más importantes del planeta. El nuevo gobierno de Michelle Bachelet, quien acaba de derrotar por segunda vez a los neo-pinochetistas del ahora ex-presidente Piñera, afirma que el proyecto no es realizable en su estado actual ni viable políticamente. Sin embargo la lucha de los ecologistas continúa pues, como Hernán Sandoval previene, « el capital está preparado para esperar durante años para imponerse… ».

 

Carlos Benguigui

La peur de la démocratie (4 juin 2014)

L’abdication du roi d’Espagne crée une ouverture de possibles dans le jeu institutionnel espagnol. Les résultats des dernières élections européennes en Espagne ont mis en évidence la fin du régime de 19781, un système épuisé depuis l’éclatement de la bulle immobilière en Espagne. Malgré une abstention élevée, quoique inférieure aux attentes, ce sont les premières élections où les partis politiques au pouvoir depuis la Transition ont obtenu moins du 50% des suffrages. Ceci met en échec potentiel un système (...)

 

Le 15M n’a pas eu lieu : mouvements sociaux et démocratie à venir en Espagne (22 mai 2013)

Puerta del Sol, Madrid 15 mai 2011 « Ce sont les renégats qui disent : c’est dépassé. Mais l’événement lui-même a beau être ancien, il ne se laisse pas dépasser : il est ouverture de possible. Il passe à l’intérieur des individus autant que dans l’épaisseur d’une société. »1 Le 15 mai 2011 restera gravé dans les esprits des jeunes générations. Ce fut le réveil collectif d'un peuple ensommeillé par presque trente ans de rêves : le rêve démocratique, celui de la Transition exemplaire, du progrès culturel et (...)

 

Le silence brisé, l’oubli et la droite espagnole (8 février 2014)

Cette chronique est une réponse à l’appel lancé par Astrid Menasanch Tobieson1. L’Espagne vit actuellement l’un des moments les plus incertains de son histoire. Le système hérité de la Constitution de 1978 s’épuise et montre son vrai visage. Suite aux scandales de corruption qui entourent la famille royal, le compte du roi sauvant la patrie d’un nouveau conflit civil ne fait plus le consensus comme jadis. L’Espagne s’est enfin réveillée de son sommeil démocratique et les fantômes du franquisme la (...)

 

Alban Bensa

Anthropologue, directeur d’études EHESS. Auteur de « Histoire d’une chefferie kanak. Le pays de Koohne, Nouvelle Calédonie » en 2005, il mène une réflexion continue sur les fondements épistémologiques d’une anthropologie de l’action, de l’événement et des transformations sociales. Il développe ainsi à partir de ses expériences de terrain dans le Pacifique sud, une anthropologie de la politique.

Le pouvoir, sa folie et sa théâtralisation (2 janvier 2012)

Résumé : Le Théâtre de la Renaissance d’Oullins organise depuis deux ans un cycle de débats de société, « Consonances », en partenariat avec le musée des Confluences. Ils reposent sur des thématiques traitées dans certaines de leurs productions ou coproductions. Ces rencontres répondent aussi à la vocation ancestrale du théâtre. Depuis Socrate, le théâtre est pensé comme un lieu d’expression et de confrontation d’idées centrées sur des thématiques contemporaines. Nous donnons ici la retranscription de la rencontre du 4 février 2010.

 

Eva Berankova

Quelle littérature pour le Quebec ? (20 mai 2007)

Résumé : La tolérance et la différence se manifestant dans de nombreux domaines (politique, religieux, culturel), je voudrais restreindre notre sujet en abordant un problème très concret relevant de ce que l’on pourrait appeler « tolérance et différence linguistiques ». Dans ma contribution, il sera toutefois bien davantage question de littérature que de linguistique à proprement parler.

 

Gisèle Berkman

Gisèle Berkman est membre du comité de la revue Po&sie, directrice de programme et vice-présidente au Collège International de philosophie. Elle travaille sur les représentations de l’activité de pensée, des Lumières à l’extrême contemporain. Spécialiste des Lumières, elle a consacré sa thèse à l’autobiographie de Rétif de la Bretonne ("Filiation, origine, fantasme, les voies de l’individuation dans Monsieur Nicolas de Rétif de la Bretonne", Champion, 2006). Elle travaille également sur le rapport entre littérature et philosophie, et a consacré un certain nombre d’articles à Jacques Derrida, Michel Deguy, Maurice Blanchot.

Donner parole à l’infini (15 décembre 2010)

Résumé : Ni déploration, ni prédication, le livre de Michel Deguy est avant tout une méditation sur l’entrelacs de finitude et d’infini qui fait notre condition, ou, si l’on préfère, qui compose notre structure existentiale. Le fil de trame serait ici le propos fameux de Pascal : « L’homme passe infiniment l’homme », relu, en mode heideggérien, comme ce qui figure la torsion même du Dasein, ou tressage existential de l’infini et du fini. Deguy nous mène à envisager l’infinition au cœur du fini, la distention ou disjonction interne d’une finitude comme transie d’infini. Analyse avec fin, analyse sans fin…

 

Aurélien Berlan

Structures sociales et mécanismes guerriers : la guerre dans la sociologie wébérienne (2 mars 2005)

Résumé : Lorsqu’on se situe dans une perspective historique et empirique, on est souvent paralysé par l’impression de ne rien pouvoir dire de général sur les causes de la guerre : chaque guerre aurait des causes spécifiques, et toute généralisation serait simplificatrice. La guerre se présente en effet comme un « phénomène social total » : c’est un phénomène qui mêle et combine toutes les dimensions constitutives de la vie sociale, politique bien sûr, mais aussi économique, juridique, religieuse, technique, scientifique... Il est donc complexe, polymorphe, et, semble-t-il, irréductiblement singulier. Par conséquent, la guerre « en général » n’existe pas : le concept de guerre se résorbe entièrement dans la multiplicité de ses manifestations singulières, et il en va de même pour ses causes, au point que certains sont tentés de considérer comme « des légendes et des histoires de vieilles femmes » l’idée que la guerre en général a des causes identifiables, ou qu’il y a des causes générales de guerre.

 

Etienne Besnault

Etienne Besnault est né en 1978. Il est docteur en études germaniques, sa thèse soutenue en 2011 portait sur « Les représentations de la Prusse orientale dans l’Allemagne réunifiée, enjeux politiques et identitaires » (sous le direction de Brigitte Krulic, Université Paris-Ouest la Défense).

Born in 1978, Etienne Besnault is PhD in German Studies at the University Paris-Ouest la Défense, under direction of Prof. Brigitte Krulic : « Representing East Prussia in reunified Germany – Political and identity aspects », 5th of july 2011.

La Prusse orientale, invitée inattendue de l’extrême-droite aux commémorations de Dresde (28 février 2006)

Les récentes célébrations du soixantième anniversaire du grand bombardement de Dresde devaient être un nouveau signe de la réconciliation entre l’Allemagne et ses anciennes puissances occupantes : les pays sortis vainqueurs de la seconde guerre mondiale qui, il y a encore quinze ans, étaient les puissances tutélaires des deux Etats allemands de l’époque. En effet, aux célébrations officielles étaient présents les ambassadeurs des Etats-Unis, de France et de Grande-Bretagne ainsi qu’un représentant diplomatique de la République de Russie.

 

Raphaël Bessis

Tex Avery visionnaire (28 janvier 2008)

Résumé : Tex Avery serait-il un visionnaire de nos « mondes contemporains » (Marc Augé), de ce télescopage de cultures, d’espaces et de temps que nous rencontrons de plus en plus au travers des télé-technologies ? Nous en ferons l’hypothèse. Ce génie de l’imaginaire ne cesse de mettre en scène les visages de nos folies : les terreurs de n’être nulle part, les abîmes d’illusion qui ne nous séparent plus des autres fantomales, et ce sentiment, mélancolique, de devoir décider de son destin dans un contexte multi-situationnel : le multivers. C’est ainsi qu’il donne à penser la condition même de l’homme au contact de ce monde du spectacle qui se veut de plus en plus une fête planétaire.
Mots-clés : Tex Avery ; Psychopathologie ; Mondialisation ; Télé-technologie.

 

Rémy Besson

La mise en scène du passé (28 janvier 2013)

Articulé autour d'une vingtaine d'études de cas et adoptant une approche résolument culturaliste, Le spectacle de l'histoire1 est un ouvrage collectif portant sur la manière dont le passé a été mis en scène entre le début du dix-neuvième et la fin du vingtième siècle. Plus précisément, les auteurs se sont intéressés au rôle des héros (partie 1), à la place des femmes (partie 2) et au spectaculaire (partie 3)2, principalement au théâtre (huit articles), aux films (six articles), aux commémorations (...)

 

Rémy Besson

Les MOOC tutorés, vers une articulation généralisée entre présentielle et en ligne ? (15 avril 2015)

Les MOOC (Massive Open Online Courses), aussi désignés par les acronymes CLOM (Cours en Ligne Ouverts et Massifs) et FLOT (Formation en Ligne Ouverte à Tous) sont, à l’heure actuelle, perçus tout à la fois comme un format renouvelant l’enseignement à distance et comme un objet de polémique. En effet, leurs thuriféraires les considèrent comme une véritable révolution institutionnelle et pédagogique, alors que leurs détracteurs voient dans leur essor un énième symptôme du triomphe (plus ou moins en (...)

 

Précis de photographie à l’usage des sociologues de Sylvain Maresca et Michaël Meyer (24 juillet 2015)

Aux États-Unis, depuis la fin des années 1990, la sociologie visuelle (Visual Sociology) constitue un champ de recherche à part entière1. Celui-ci possède ses institutions : revue universitaire, association, conférence annuelle et parcours universitaire2. De plus, comme le rappellent Sylvain Maresca et Michaël Meyer, six manuels universitaires ont été publiés sur le sujet entre 1998 et 20013. L’objet du Précis de photographie à l’usage des sociologues4 – sous-entendu francophones – est donc, avant tout, (...)

 

Révolution numérique, révolution culturelle ? de Rémy Rieffel (12 novembre 2014)

Le dernier ouvrage de Rémy Rieffel, au titre accrocheur Révolution numérique, révolution culturelle ?1, relève un défi qui consiste à penser l’avènement de l’ère du numérique à l’aune d’un double paradigme, celui de la technique et celui des études culturelles. L’idée à la base de ce choix est que le numérique est un milieu au sein duquel les productions culturelles les plus diverses (des jeux vidéo au net art ou encore des réseaux sociaux aux livres électroniques) et des technologies coexistent. Il s’agit de (...)

 

S’amuser avec les images (4 décembre 2014)

Début 2014, la revue du réseau d’action culturelle cinématographique Passeurs d’images intitulée Projections a consacré son trente-cinquième numéro au fait de s’amuser avec les images1. Il rend ainsi compte d’une tendance actuelle, qui, des usages créatifs des réseaux sociaux à l’émergence d’un art audiovisuel en ligne en passant par le mouvement Do it yourself et la multiplication des Fablabs, replace les individus au centre de la fabrique des images et des imaginaires. Ce choix est, en soi, intéressant (...)

 

Patrick Beurard-Valdoye

Le numérique c’est pas sorcier (18 juin 2008)

Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’.

Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias.
Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène...

Polémoscope 1 – "Si l’on pose que certaines innovations techniques et/ou formelles ont pu modifier au 20e siècle l’écriture du poème (de la typographie mallarméenne du Coup de dés aux mots en liberté des futuristes italiens, de l’enregistrement de la Ursonate de Schwitters au montage cut-up de W.S. Burroughs, des symphonies lettristes à la poésie concrète et sonore, etc.), envisagez-vous que l’outil informatique puisse à sa manière influencer, sinon votre conception, du moins le devenir de l’écriture du poème ?"

Nous avons invité cinq auteurs à répondre - Michel Deguy, Patrick Beurard-Valdoye, François Rannou, Pascale Auger, Daniel Pozner - en deux temps, par une réflexion d’une part et une création ouverte d’autre part.

Olivier Apert et Carole Dely

 

Ariane Bilheran

Clinique de l’Image : Schizophrénie et Paranoïa (18 mars 2015)

Résumé : Composée à la manière d’un diptyque hybride théorique et plastique, cet article se compose ainsi en diptyque, en deux phases. D’abord un volet théorique où je souligne la notion d’improvisation, d’expérimentation dans les pratiques artistiques immersives contemporaines. Ensuite un second volet, plastique, où j’utilise les images d’un vidéo-haïku qui reflète de façon sonore et visuelle les problématiques soulevées dans la partie théorique, à savoir ce sentiment de mobilité comme expérimentation du réel, l’utilisation directe du mouvement, du sens kinesthésique dans les pratiques artistiques contemporaines, et non pas son illustration allégorique, sa représentation.

Mots clés : improvisation, art contemporain, pratiques immersives, mouvement, double.

Abstract : Written like a hybrid diptych, part theoretical, part practical, this article is thus a diptych, unfolding in two phases. Starting with the theoretical moment, I underscore the notions of improvisation and experimentation in contemporary immersive art practices. The second half of the argument considers images taken from a video-haiku to reflect in aural and visual ways the theoretical issues raised in the first section, namely the feeling of mobility as a manner of experiencing reality, straightforward use of movement and kinesthetic senses in contemporary art practice, excluding its allegorical illustration or representation.

Keywords : improvisation, contemporary art, immersives practices, movement, duplication.

 

Marie-Laure Binzoni

L’originaire en psychanalyse (16 février 2008)

Résumé : La psychanalyse s’est construite comme modèle théorique et clinique spécifique, distinct des orientations psychiatriques et neurologiques de l’époque, en se donnant comme science des origines. La question de la relation que le temps entretient avec la vie psychique est donc fondamentale, et c’est elle que nous interrogeons, d’un point de vue épistémologique. Or, au moment de la formation de la psychanalyse (1886-1896), Freud pose les termes de cette relation de façon paradoxale. D’une part, il cherche à fonder une « psychologie scientifique », à laquelle il assigne la tâche d’être une science de la nature. Mais, d’autre part, Freud confère au concept d’originaire une extension mythologique, si on entend par mythe : une histoire racontée sans avoir été vécue de faits n’appartenant pas à la réalité objective et se rapportant à un temps originaire, d’avant toute chronologie. Par là, le concept d’originaire infléchit le postulat épistémologique défini initialement, en excluant définitivement la psychanalyse du paradigme des sciences de la nature.

 

Nathalie Blanc-Noël

Multicultural Sweden, assimilationist France : how and why national identity narratives evolve (4 octobre 2010)

Abstract : This paper examines the differences between Sweden’s and France’s immigration policies the first one beeing multicultural, the other assimilationnist. The hypothesis that will be developed is that such differences can be explained by the political cultures of each country. National identities are based on socially constructed narratives whose contents somehow determine immigration policies basic contents. But a closer examination of Swedish and French immigration policies shows that they are not purely multicultural or assimilationnist. Some adaptations have been made in practice, and the two models tend to become closer.

 

George Blecher

George Blecher is a journalist and writer for many publications in the US and Europe, and a frequent contributor to Eurozine. Translations of his book, Other People Exist, have appeared in Danish, Czech, Turkish and Bulgarian.

One Cheer For Obama (25 janvier 2015)

In the midst of international news that’s looking more and more like lurid local news—vide the shootings in Missouri, New York City, and the Charlie Hebdo and kosher supermarket massacres in Paris—can we raise one small cheer for President Barack Obama, who in the last few months seems to have discovered a new side of himself, and metamorphosed from a cautious Intellectual into a gutsy Politician who is enjoying his power ? In his State of the Union speech a couple of days ago, he came out (...)

 

Two or three things I don’t know about them (6 novembre 2014)

Recently I invited a young black artist, the assistant of a successful painter, to use my apartment in New York while I was away. This guy is very talented. He makes hiphop-influenced videos of artists, himself and others, black and white, painting graffiti all over the city, and films the process so magically that he turns the city into one big canvas. A few weeks into his stay, he wrote me an email : “The plants are doing fine. Everything quiet in the building. The rug that I’m sleeping on (...)

 

BM Lyon

La Revue Esprit à Lyon (20 septembre 2006)

Table ronde du cycle "L’intelligence d’une ville" de la Bibliothèque municipale de Lyon (20 janvier 2006) : Patrick Bazin et Catherine Goffaux-Hoepffner ont réuni Bernard Comte, Robert Jourdan, Goulven Boudic, Denise Lallich-Domenach et Guy Coq ; transcription par Anne Mouyart

 

Noberto Bobbio

Les nouvelles frontières de la gauche. Entretien avec l’écrivain Norberto Bobbio (27 juin 2014)

Résumé : Cette conversation avec Norberto Bobbio, publié en italien en 1991, prend source dans le cataclysme politique qui a bouleversé et déterminé l’effondrement du « communisme réel » ainsi que le processus de dissolution d’un grand empire multinational. Traduite dans nos colonnes un peu plus de vingt ans après sa parution en italien, elle permet de considérer avec le recul nécessaire les transformations intervenues depuis lors en Europe. Cette rétrospective sur un phénomène comme le mouvement communiste, qui a profondément marqué l’histoire du siècle dernier, s’inscrit dans le cadre de nos réflexions concernant les « gauches du monde ». Près de soixante-dix ans après la victoire de l’Armée rouge sur la Wehrmacht, il nous semble particulièrement utile de nous remémorer une époque dont les cadres mentaux structurent encore certains rapports de force internationaux, en revenant aux termes dans lesquels la transformation de ceux-ci pouvaient se présenter en 1991.
Nous remercions Biancamaria Bruno et la revue Lettera Internazionale de nous avoir autorisé à publier ce texte dans une traduction due à Vittoria Cavazzoni.

 

Remo Bodei

Penser le futur (14 octobre 2011)

La capacité de penser un futur collectif et de l’imaginer en dehors de ses propres attentes privées est en train de diminuer drastiquement. L’Histoire semble désormais privée de la logique intrinsèque qui – croyait-on – la conduisait vers un objectif déterminé : que ce soit le progrès, le royaume de la liberté, ou la société sans classes. Une culture disparaît qui – aux 18e et au 19e siècle – avait porté des milliards de personnes à croire que les événements allaient de façon inéluctable dans une direction (...)

 

Catherine Bodet

Catherine Bodet est responsable du cycle de débats publics pour le Musée des Confluences, où elle est attachée de conservation.

Crise durable ou développement soutenable ? À propos de "The Tender Land" d’Aaron Copland (1er décembre 2010)

Résumé : Le Musée des Confluences du département du Rhône a entrepris en 2009 un cycle de conférences publiques, avec la participation de Sens Public, en partenariat avec le Théâtre de la Renaissance d’Oullins, dont le directeur Jean Lacornerie développe un programme centré sur l’expression musicale. La création en mars 2010 d’un opéra d’Aaron Copland, "The Tender Land", fut l’occasion d’un débat centré sur notre entrée dans une crise durable. Nous en proposons ici la retranscription.
Abstract : The Lyons’ Musée des Confluences successfully launched in 2009 a series of public debates in association with Oullins’ Théâtre de la Renaissance and Sens Public. As the theater’s director, Jean Lacornerie focuses his creation on a musical program. Aaron Copland’s opera The tender land emphasises the social distress of the Thirties, challenging our understanding of the current long term crisis we are facing.

 

Thomas Bolmain

Licencié en philosophie de l’Université de Liège (Belgique), Thomas Bolmain est détenteur d’un Diplôme d’Études Approfondies de cette même université. Il est Aspirant FRS-FNRS, attaché au Service de Philosophie Morale et Politique de l’ULg. Il rédige actuellement une thèse de doctorat intitulée « Les kantismes de Foucault : une expérience critique de la pensée » sous la direction de Florence Caeymaex. Il a notamment publié : Pierre Bourdieu philosophe. Une critique socio-philosophique de la « condition étudiante » (Bibliothèque sociale et politique, consultable en ligne sur le site www.EuroPhilosophie.fr) ; « Aux sources d’un refus. Foucault, avec Heidegger, contre l’anthropologie kantienne » (à paraître dans les actes du colloque international « Question anthropologique et phénoménologie », ULg 08-10/10/08) ; « Entre arrachement et déprise. Sartre, Foucault et la création du soi » (à paraître dans Études sartriennes n°14).

Pratique archéologique, esthétique picturale et temporalité historique chez Foucault (8 janvier 2010)

Résumé : L’analyse des principaux textes de Michel Foucault consacrés à l’esthétique picturale durant les années soixante ne prend son sens que si elle est rapportée aux questions proprement épistémologiques soulevées par l’archéologie, cette pratique méthodique de description des discours qu’il élaborait au même moment. L’usage de la peinture en tant qu’archive, d’une part, l’esquisse d’une archéologie de la peinture, d’autre part, permettent de mettre en évidence, autour de la notion de représentation, une tension entre les enseignements de l’archéologie des discours et les réflexions inspirées par la peinture. Cette discontinuité foncière du discursif au visuel touche au postulat le plus essentiel de l’histoire (archéologique) de la pensée selon Foucault : le fait que celle-ci, loin de postuler l’unité continue du temps de l’histoire, a pour tâche de décrire l’émiettement de la temporalité historique et l’entrelacement complexe d’« historicités diverses ». La mise en rapport de la pensée foucaldienne de la peinture et de l’archéologie fait ainsi apparaître l’une des voies par lesquelles cet auteur en est finalement venu à proposer une philosophie originale du temps historique. On tiendrait alors l’indispensable préalable d’une éventuelle reconstruction du livre, malheureusement perdu, que Foucault avait consacré à l’œuvre de Manet, Le noir et la couleur.
Mots-clés : Foucault ; Manet ; archéologie ; représentation ; discursif/visuel ; temporalité historique
Abstract : Analysis of key texts of Michel Foucault devoted to the pictorial aesthetic during the sixties only makes sense if it is properly reported to the epistemological issues raised by archeology, i.e. the methodical description of speeches he was developing at the same time. The use of painting as an archive, on the first hand, and the outline of an archeology of painting, on the other hand, can highlight a tension between teachings of archeology of speeches and reflections inspired by painting. The symptom of this tension consists in the different meanings – archeological or pictural – of the notion of representation. This essential discontinuity between visibilities and discourses concerns the most basic premise of Foucaldian history of thought : instead of positing the continuity of one historical time, history of thought calls for a description of a crumbled temporality of history and for a complex interweaving of « various historicities ». The confrontation of Foucault’s archeology to his thought on painting thus shows one of the ways by which he finally came to propose an original philosophy of historical time. We would then hold the necessary preliminary to a possible reconstruction of the book, unfortunately lost, that Foucault devoted to the work of Manet, Le noir et la couleur.
Keywords : Foucault ; Manet archeology representation, discursive / visual, historical temporality

 

Jean-Philippe Bonan

secrétaire de Sens Public, diplômé de l’IEP de Lyon, DESS de Politique Comparée en Europe

Trafic d’organes en Chine (28 septembre 2006)

Le 6 juillet 2006 David Matas et David Kilgour rendaient public le rapport concernant « les allégations de prélèvement d’organes de pratiquants de Falun Gong en Chine ». Ils constatent que ni les prélèvements d’organes sur les condamnés à mort « volontaires » ni le nombre de donateurs volontaires ne suffisent à expliquer le nombre croissant de transplantation d’organes effectués en Chine. Ces opération très lucratives à destination de riches patients chinois ou d’étrangers à la recherche d’organes disponibles cachent un commerce pour le moins « non-équitable ». De fortes présomptions poussent à croire que des prisonniers politiques du Falun Gong sont utilisés comme « donneurs volontaires ». Les conclusions du rapport forcent à réfléchir sur l’évolution dangereuse de la société mondiale. Face à la gravité des accusations, le silence et l’apathie deviennent criminels.

 

James Bond

James Bond is an independent financial advisor specializing in emerging economies. He holds several positions in this field including non-executive director of the Latin America Infrastructure Company PLC and Senior Advisor to the French arm of Lazard Frères. He is also Distinguished Research Associate of the think tank Results for Development (R4D) and of the North South Institute. Prior to that, James spent 25 years at the World Bank where he served in numerous managerial positions, most recently as Chief Operating Officer of MIGA.

Debt and Taxes (19 février 2012)

Over the past two years there has been an orgy of finger-pointing about who’s to blame for the Great Recession. It was the nefarious bankers who piled up excessive leverage on their balance-sheets. It was irresponsible mortgage lenders in the United States who lent to borrowers clearly unable to repay their loans (sub-prime mortgages) – or to the irresponsible borrowers themselves. Regulators have come in for a lashing because they were seen to be asleep at the switch ; and politicians for (...)

 

French Elections and the Euro (23 avril 2012)

France’s heart beats on the left, but the country’s wallet is on the right. This may be a cliché, it has an element of truth. The first round of Presidential elections in France takes place on April 22, with a run-off vote on May 6 if there is no clear winner in the first round. Much is at stake not only for France, but for Europe as well. France has the second largest economy in the zone after Germany and its economic policy has a big impact in the region. The election outcome will define (...)

 

Going for Growth (20 mars 2012)

Policy makers on both sides of the Atlantic are wracking their brains about what to do with their historically high debt mountains. The Europeans are taking an approach to reduce their debt that involves a Germanic dose of financial rigor and austerity, first applied in Greece and now in the other Southern European countries as well. Germany has been nagging the other Europeans to get their houses in order : cut spending and entitlements, and raise taxes. But some of its Southern neighbors, (...)

 

It Ain’t Over Till the Fat lady Sings (19 juin 2012)

If anyone tells you they know how the Eurozone crisis will play out, you tell them they’re lying. The horrifying slow-motion railroad wreck that has been unfolding since late 2010, described in these pages since September 2011, is far from over. And no-one knows how it will end. The Pain in Spain We all know about the €100 billion bailout of Spain’s banks in the first half of June. After initially denying that he would ever ask the EU for a bailout, Prime Minister Rajoy flip-flopped over (...)

 

The Eurozone Crisis (25 octobre 2011)

Abstract : As the G20 leaders prepare to meet in Cannes to try to find a solution to the complex Eurozone crisis, which could unleash a global financial storm if no major initiative is taken, James Bond dives into the ramifications and the intricacies of a problem that now threatens the very existence of the European Union.
Résumé : Alors que les leaders du G20 se préparent à se rencontrer à Cannes pour tenter de trouver une solution à la crise complexe de l’Eurozone, celle-là même qui pourrait déclencher une crise financière mondiale si aucune action majeure n’était prise, James Bond expose ici les ramifications et les subtilités d’un problème qui menace aujourd’hui l’existence même de l’Union européenne.

 

The Flaw in the Merkozy Plan (16 décembre 2011)

You’ve got to pity the Germans ; no-one ever seems to feel sorry for them. After all, the reintegration of East Germany after the collapse of the Berlin Wall twenty-two years ago cost the country €1.3 trillion. Uniquely in Europe, Germany then spent a decade diligently and laboriously working on increasing its labor productivity and reducing labor costs, reforming public finances, and getting its financial house in order, unlike many of the other Eurozone countries that splurged on pay raises (...)

 

The Future of the Euro (28 novembre 2011)

The Greek bride was sick and tired of being bossed around by the domineering northern Europeans and is considering going home to Mama Drachma. It’s true that she was not very good at keeping to her budget, but enough’s enough. Now the Italian marriage has fallen apart and the markets were able to do what the democratic process couldn’t – get rid of the Great Seducer. While the Italian bride has been better at keeping to her budget overall than Greece has, she is considerably weightier in debt (...)

 

The Future will be better tomorrow (17 janvier 2012)

[Title : Quotation attributed to Dan Quayle, US Vice-President to President George H.E. Bush.] “It is difficult to make predictions, especially about the future.” No-one can agree who said that first. It has been variously attributed to the American baseball player-philosopher Yogi Berra, the Danish physicist Niels Bohr, and the movie producer Sam Goldwyn. How true it is, though. At the start of this New Year it is especially difficult to make predictions for the global economy because (...)

 

Niall Bond

Démocratie et opposition extraparlementaire en Allemagne sous la Grande Coalition (16 février 2009)

Résumé : La culture politique de la République fédérale d’Allemagne présente, en 1968, un souci répandu de l’effondrement du régime démocratique parlementaire. L’effritement de l’autorité des partis de l’Union CDU et CSU, l’exclusion d’une partie du spectrum de l’opinion à l’assemblée, l’interdiction de certains partis politiques et l’impression chez une partie de la population d’une compromission et complicité entre les partis de la Grande Coalition alimentent une opposition violente au gouvernement à l’extérieur du Bundestag. Cette opposition extraparlementaire ou APO multiplie des manifestations de son mécontentement.
Mots-clés : opposition extraparlementaire – Weltanschaungspartei – interdiction de partis – wehrhafte Demokratie – lois d’urgence
Abstract : The political culture of the Federal Republic of Germany in 1968 is marked by the specificity of widespread concern that parliamentary democracy was on the verge of collapse. The erosion of authority of the Union parties (CDU and CSU), the exclusion of part of the spectrum of public opinion from Germany’s elected assembly, the prohibition of certain political parties and part of the population’s impression that the parties were compromised and engaged in complicity under a Grand Coalition fueled a vociferous opposition to the government outside the Bundestag, referred to as the extraparliamentary opposition or APO, producing profuse expressions of its discontent.
Keywords : extraparliamentary opposition – Weltanschauungspartei – party bans – wehrhafte Demokratie – emergency legislation

 

L’heure zéro : un mythe fondateur de l’Allemagne de l’après-guerre (15 février 2012)

Résumé : L’expression Stunde Null ou « heure zéro » dénote l’aube d’un nouvel âge politique, économique et moral, un renouveau venant de l’anéantissement du Troisième Reich. Ici, nous proposons de situer l’Allemagne à l’heure zéro sur les plans matériel, démographique, économique, commercial, politique, social et culturel. L’heure zéro en Allemagne inaugure une époque de division mondiale en blocs utilitaristes, dont un aspect est un esprit post-national émanant de l’Allemagne.
Abstract : The expression, Stunde Null or zero hour points to the dawn of a new political, economic and moral age, a renewal following the annihilation of the Third Reich. In this article, we situate Germany at zero hour in material, demographic, economic, commercial, political, social and cultural terms. Zero hour in Germany inaugurates a period of the division of the world into two utilitarian blocks, of which one aspect is a post-national spirit, originating in Germany.

 

Jean-Marc Bonnet-Bidaud

Astrophysicien au CEA.

L’espace, une quête philosophique ? (28 janvier 2013)

Résumé : Exploit technologique et médiatique, la première expédition humaine sur la Lune stupéfia l’humanité. Cette aventure avait beau être un épisode de guerre froide, elle capta l’attention universelle, inspirant le sentiment d’un progrès qui prolongeait les rêves mythologiques comme en témoigne le mot d’Armstrong « Un petit pas pour l’Homme, un grand pas pour l’humanité ». Parce qu’elle s’enracine au plus profond du désir humain, la conquête spatiale n’est pas seulement une prouesse technique, mais comporte une part d’imaginaire. Au moment où l’espace est saturé de satellites en tous genres, que reste-t-il aujourd’hui de nos rêves ? Comment comprendre ce besoin d’espace qui nous attire vers l’horizon ? Quelle expérience cherche-t-on lorsque nous partons à la conquête de l’espace ? Pourquoi nous tourner vers un ailleurs ?

 

Laurent Bonzon

La double vie des écrivains (11 octobre 2006)

On connaît mal les écrivains, qui ils sont, comment ils travaillent et comment ils vivent. C’est ce constat qui a précédé la commande passée en 2003 par la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes, à l’initiative de l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation, au sociologue Bernard Lahire : réaliser une enquête sur cette population singulière qui se distingue par sa « double vie » - professionnelle et littéraire. Trois ans plus tard, et après la remise des résultats de l’étude de Bernard Lahire, le sociologue lyonnais publie aux éditions La Découverte un livre qui fait grand bruit : "La Condition littéraire - la double vie des écrivains". Il y étudie, à partir d’une enquête réalisée auprès d’environ cinq cents auteurs vivant en Rhône-Alpes ou ayant de fortes attaches dans cette région, les conditions matérielles d’existence de celles et ceux qui, entre jeu littéraire et vie professionnelle, entre élan créateur et second métier, s’inscrivent dans un monde souvent fait d’incertitudes et parfois de précarité.

 

Thierry Borde

Médias citoyens : un enjeu social et démocratique majeur (12 décembre 2012)

La même passion qui guidait les pas des pionniers des radios pirates ou des premières télévisions participatives à la fin des années 1970 caractérise aujourd'hui les créateurs de médias web 2.0. Une même quête les anime. Celle de l'émancipation citoyenne à travers la mise en place d'une autre information, qui ne soit pas celle du « système » dominant, et par le développement de médias de communication sociale considérés comme outils d'éducation populaire. Le vingtième siècle a vu la (...)

 

Yannick Bosc

Mécanisme de la Terreur (14 novembre 2012)

Résumé : Dans le cadre des conférences Consonances au Théâtre de la Renaissance à Oullins et en lien avec le spectacle Quatrevingt-Treize de Victor Hugo, mis en scène par Godefroy Ségal, des questions se posent : Quelles distorsions peuvent se produire entre la volonté issue des organes du pouvoir et l’exécution des mesures sur le terrain ? Qui sont les intermédiaires dans les conflits et quels rôles jouent-ils dans l’évolution de ceux-ci vers des formes d’organisation ? Nous proposons ici la retranscription des débats autour de ce thème de la Terreur.

 

Alain Botta

Réflexions sur l’utilisation des tests génétiques en Santé au Travail (2 mars 2006)

Table Ronde « éthique et décret CMR » le 27 Mai 2005, aux 28èmes Journées Nationales de Santé au Travail dans le BTP.

 

Sophie Boudet-Dalbin

Doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas, je travaille sur la distribution numérique des films. Ma recherche pluridisciplinaire, vise à trouver des solutions concrètes en mesure de dépasser les stéréotypes et de réconcilier les motivations et contraintes des divers acteurs économiques, créateurs, publics internautes et entités nationales

Doctoral student in Information and Communication Sciences at the University Paris 2 Panthéon-Assas, I’m focused on digital film distribution. My multidisciplinary study aims at finding concrete solutions that would outreach stereotypes as well as reconcile the motivations and constraints of the various economic actors, creators, audience, Internet users and national entities

La distribution des films par Internet : un défi pour la politique audiovisuelle européenne (18 octobre 2006)

Depuis sa création voilà 100 ans, la technique du cinéma a connu une remarquable longévité. Si des avancées majeures comme l’apparition du son ou de la couleur ont révolutionné ce média, la bobine de film argentique a toujours été son support de base. Avec l’arrivée d’Internet, le support filmique se dématérialise et les films s’échangent via le réseau. Le marché cinématographique européen acquiert ainsi plus d’importance que jamais en tant qu’élément déterminant d’une chaîne d’exploitation plus diversifiée. L’article fait le point sur les nouvelles pratiques de consommation audiovisuelle, mais aussi sur les tentatives de régulations juridique et politique. L’auteur adopte un angle analytique.

 

Patrice Bougon

Patrice Bougon est Maître de conférences à l’Université d’Iwate, Japon. Il est responsable de trois sites Internet consacrés à trois écrivains : Jean Genet, Michel Deguy, Henri Thomas

Sartre, Sarah Kofman et Jacques Derrida (8 mai 2007)

Résumé : Jacques Derrida et Sarah Kofman ont hérité de Jean Paul Sartre, mais la pratique de la déconstruction a mis en question la démarche du fondateur des Temps Modernes, notamment en ce qui concerne la relation entre la philosophie et la littérature. Il est intéressant d’analyser comment, après avoir écrit une bonne partie de leurs œuvres, ces deux philosophes ont pris la peine de remarquer les traces de l’œuvre de Sartre dans leur autobiographie intellectuelle. L’héritage est pour une part de l’ordre de l’inconnu. La temporalité du sujet lecteur, la dette, le rapport entre théorie et autobiographie, le rapport au suicide (S.K.) sont aussi ici analysés.

 

Henri Boyer

Le catalan, entre linguistique et politique (2 mars 2015)

Résumé : Langue romane parlée par plus de 7 millions de personnes dans le monde, le catalan est un idiome historiquement issu de la continuation autochtone du latin vernaculaire en usage en Roussillon et en Catalogne. De par sa relative stabilité, ainsi que la toponymie et la phonétique le démontrent, il est le support d’une littérature très ancienne qui remonte au XIème siècle et prolifère aujourd’hui. Son aire locutoire contemporaine s’étend, au-delà de la Catalogne proprement dite, à une partie de l’Aragon, à la région de Valence et aux Baléares. Langue officielle jusqu’en 1716 sur ce territoire, et co-officielle entre 1931 et 1939, le catalan a été interdit en 1939 par une ordonnance du Général Franco. Sous le régime franquiste, le matériel d’impression des éditeurs catalanistes fut ainsi confisqué, le dictionnaire de référence saisi, la censure instaurée, et nombre de livres détruits. Mais avec le retour de la démocratie, la Catalogne a obtenu un statut de co-officialité pour le catalan, et a engagé un programme de revitalisation, fondé notamment sur l’enseignement primaire immersif dans la langue. Depuis une dizaine d’années, le statut de la langue fait l’objet d’un contentieux devant les tribunaux, et alimente une partie du discours politique, et notamment du discours nationaliste, lequel occupe aujourd’hui en Catalogne une place importante. La langue est ici liée aux revendications institutionnelles, même si ce lien n’est pas en soi consubstantiel à la simple expression linguistique.

Mots-clés : Catalogne, Catalan, Diglossie, Revitalisation, Conflit, Co-officialité, Politique , Nationalisme, Minorité

Abstract : The Catalan tongue is a Roman language coming from the popular Latin previously spoken in the land of Roussillon and Catalonia. It is the day to day language of about 7 million people today, and it is the center of a very ancient and huge literature which first texts dated from the XIth century. An official language of Catalonia since 1716, Catalan has been forbidden by General Franco in 1939 and remained privately or secretly spoken until the democratic transition in Spain, when it came back to official use. For the last few years, the Catalan language has become the center of the Catalan nationalism, which could lead Catalonia to independence. Language, law and politics are tightly connected in this matter, even if the link between them is not easy to understand precisely.

Keywords : Catalonia, Catalan, Diglossia, Language shift reverse, Conflict, Official language , Politics, Nationalism, Minority

 

Léonore Brassard

L’(in)cohérence identitaire (19 juin 2017)

Résumé : Nelly Arcan et Kathy Acker, deux auteures ayant marqué leur milieu littéraire — celui québécois contemporain pour l’une, celui punk américain des années 80 pour l’autre — partagent entre autres thématiques similaires, une réflexion sur l’identité, et plus spécifiquement sur l’identité de genre, telle qu’elle est créée par le langage. Et si cha-cune se constate pareillement faite par le discours, leur œuvre n’en est pas moins, de l’une à l’autre, singulière. Ce texte s’interroge sur la construction d’une identité fluide, variable, toujours réinterprétée, telle qu’elle peut se lire dans les romans de Kathy Acker, en la comparant à l’identité figée dans les mots et leur cohérence écrasante des récits de Nelly Arcan. Comment penser le rapport à l’identité chez chacune, telle que mise en scène dans des personnages à la fois vidés et saturés par le langage ?

Mots-clés : Nelly Arcan, Putain, Kathy Acker, Sang et Stupres au lycée, Théories du genre, Théories queer, Féminisme, Identité, Identité discursive, Nelly, Anne Émond.

Abstract : Nelly Arcan and Kathy Acker, two major writers of their own literary community — present day’s Quebec for one, eighties’ american punk scene for the other — share, in addition to many similar thematics, a reflexion on identity, and more specifically on gender identity, such as it is created by the language. If both are postulating an « I » made by the discourse, each one shows a quite singular way to translate it in words. This essay is an interrogation on the construction of a fluid and always reinterpreted identity in Kathy Acker’s work, comparing it to a fixed identity, stuck in the coherence of its own discourses, as it can be found in the writings of Nelly Arcan. How can we think the relation to « I » in the texts of each author, who are both staging characters emptied and paradoxically saturated by the language ?

Keywords : Nelly Arcan, Whore, Kathy Acker, Blood and Guts in High School, Gender studies, Queer studies, Feminism, Identity, Discursive Identity, Nelly, Anne Émond

 

Martin Breaugh

À quoi ressemble l’espace public plébéien ? (5 juin 2014)

« C’est la cité, l’espace des exploits libres de l’Homme et de ses paroles vivantes qui donne sa splendeur à la vie. » Sophocle, Œdipe à Colone Depuis quelques années, la tendance à théoriser la démocratie sans dèmos semble bien s’estomper. On s’en souvient, le retour bruyant en France à la philosophie politique s’est accompagné d’un formidable oubli de la « politique du peuple » ou, pire encore, d’une déconsidération, voire d’un mépris (Finkielkraut, 2002), pour l’action politique populaire. En effet, (...)

 

Gladys Brégeon

Gladys Brégeon, artiste plasticienne diplômée des Beaux-Arts de Paris et de l’Université Paris 8, est auteur de textes poétiques, d’œuvres graphiques et photographiques. Elle s’intéresse principalement aux espaces de formation de l’image, qu’elle sonde tant en substance qu’en essence, afin de saisir la matérialité, les origines et les fins de ce qu’elle nomme "l’image organe". Son travail a été présenté en France et en Europe depuis 2001.

L’Œ (29 mars 2013)

L’Œ est un texte poétique. Il met en scène un personnage fictionnel habitant le globe oculaire.
L’Œ repose sur une mise en doute de la matérialité de l’image et de la réalité des corps présents devant et dans l’image. Surface d’apparition et de disparition, la rétine constitue l’écran devant lequel le personnage de L’Œ sonde l’origine et l’issue des images qui s’incarnent furtivement dans la chair.
Depuis le récit poétique dont il procède, traité comme image vectorielle, L’Œ poursuit ses méditations dans l’espace numérique pour se mettre à l’épreuve de lui-même, pris au piège de ce qu’il questionne, se métamorphosant au gré de son introspection. Le texte se décline en différentes variations de mise en page et de typographies allant du texte brut à la composition purement graphique. Entre matière et représentation, objet et sujet, le texte devient image, matière en mouvement.
« L’Œ » se prononce [lø], il est la combinaison du « L » — l’un des noms donné au personnage du récit — et du digramme soudé des lettres e et o. Si le mot n’existe pas dans la langue française il est présent dans certains mots comme œil, œuf, œuvre.
Mots-clés : Poésie - Calligramme - Typographie - Vectoriel - Image - Virtualité - Présence - Vision - Hallucination - Rétroaction
.
L’Œ is a poetic text featuring a fictional character who lives in an eye. It raises doubts about the materiality of the image, and the reality of the bodies that are present in front of and within it. As a surface of appearance and disappearance, the retina constitutes the screen before which the protagonist of L’Œ probes the origin and evolution of images furtively embodied in living tissue.
Starting with the poetic entity from which it derives, treated as a vectorial image, L’Œ pursues its meditations in digital space as a way of putting itself to the test. It is trapped by what it questions, metamorphosing as its introspection proceeds.
The text runs through different variations in layout and typography, from a conventional format to pure graphics. Between matter and representation, object and subject, the text becomes image – material in motion.
The title is a combination of "L’" (one of the central character’s names) and the schema comprised of the letters "O" and "E". Œ is a grapheme of the Latin alphabet. Though now obsolete in English, it is still used in French, "e in the o" being its usual designation. "L’œ" does not exist as such in the French lexicon, but it can be found, for example, in l’œil (the eye), l’œuf (the egg) and l’œuvre (the work [of art]). Traduction de John Doherty.

 

Mireille Brioude

Née en 1962, Mireille Brioude est professeure agrégée de lettres modernes et titulaire d’un doctorat sur Violette Leduc. En 2000 elle publie l’ouvrage : "Violette Leduc : la mise en scène du Je" chez Rodopi, à Amsterdam. Elle participe à de nombreux colloques sur cette auteure ainsi que sur la création littéraire des femmes. Elle a créé le site français dédié à Violette Leduc. Depuis quelques années ses recherches et ses publications s’orientent ver le cinéma d’Agnès Varda, à partir de l’étude duquel elle propose de nouveaux concepts critiques.

Agnès Varda : Les chemins de la création (26 mars 2009)

Résumé : La création au féminin n’est pas seulement une idée militante des années 1970 : la réflexion critique autour d’auteures femmes méconnues, telle Violette Leduc, ou célèbres, telle Marguerite Duras est en pleine expansion. Une telle réflexion, qui s’appuie sur les divers courants critiques du 20e siècle ainsi que sur la notion de genre, s’étend à tous les domaines de la création artistique et en particulier au domaine du cinéma : Agnès Varda en est actuellement en France le meilleur exemple. Nous démontrons que les procédés spécifiques mis en œuvre par Varda demandent une nouvelle lecture critique. A l’instar de celle qui créa le concept de cinécriture, nous verrons que la critique doit se forger incidemment de nouveaux outils. Nous analyserons en détail les procédés stylistiques et esthétiques récurrents mis en œuvre par Varda tout au long de sa carrière, en incluant au parcours filmique un parcours à travers ses récentes expositions.
Mots-clés : Violette Leduc ; Agnès Varda ; Cinéma ; Autobiographie ; Cinécriture ; Genre ; femmes
Abstract : Women artistic creation is not so far an old idea from the seventies. Criticism has been developed in that way upon not well known authors, like Violette Leduc, or famous ones, like Marguerite Duras. Based upon recent literary criticism, including gender criticism, we must extend women creation to all fields such as movie making. Agnès Varda is in France one of the most famous example of such creation. But reading her specific manner of expression needs also specific words to identify them : such new concepts would fit the author who created the idea of “cinécriture”. The point is to analyse the various processes of making films throughout the impressive carrier of Varda, including those appearing in her last exhibitions.

 

Anne-Laure Brisac

Un livre d’aujourd’hui : "Petit journal de bord des frontières", de Gazmend Kapllani (6 avril 2012)

Le 15 janvier 1991, nous entendons tous, à peine réveillés, l’annonce des premières frappes de la coalition occidentale contre l’Irak – la première guerre du Golfe. Pour Gazmend Kapllani, un Albanais, le 15 janvier 1991 marque un autre bouleversement décisif dans sa vie : après une marche éreintante dans la montagne, franchir la frontière qui sépare l’Albanie de la Grèce pour fuir le système communiste, sous la menace des kalachnikovs des gardes frontaliers. « C’était la première fois que je voyais la (...)

 

Geneviève Brisac

Normalienne et agrégée de lettres, Geneviève Brisac a rejoint les Éditions de l’Olivier en 1994, après trois livres publiés chez Gallimard. Elle est aussi éditrice pour les enfants et adolescents à l’École des Loisirs. Le Prix Femina lui a été attribué en 1996 pour "Week-end de chasse à la mère". Elle a écrit des essais comme "Loin du Paradis", "La Marche du cavalier", et "VW", sur Virginia Woolf, des recueils de nouvelles ou des contes, "Pour qui vous prenez-vous", "Les Sœurs Délicata". Son dernier roman, "Une année avec mon père", est paru en 2010.

Antonio Gramsci, un message venu des années trente (14 janvier 2013)

Cela commence par une phrase posée sur une table de librairie, cela commence par une image contenue dans le rectangle de la couverture d’un livre. C’est une silhouette d’homme qui rappelle un héros du cinéaste Aki Kaurismäki, dans L’Homme sans passé, ou peut-être Le Havre. La phrase, c’est : Pourquoi je hais l’indifférence. Il s’agit du titre d’un livre de Antonio Gramsci. Ou plutôt du titre d’un recueil de chroniques gramsciennes, rassemblées, commentées et subtilement préfacées par le philosophe (...)

 

Écrire une histoire (8 novembre 2011)

Pour écrire une histoire, disait la romancière Sylvia Townsend Warner – si chroniquement négligée que la citer systématiquement m’est un devoir moral –, pour écrire une histoire, donc, il faut un fil et une trame. Une histoire est toujours un tissage. Le fil : c’est celui que Laure Murat file, comme une métaphore, d’emblée, en abordant aux terres de son livre, L’homme qui se prenait pour Napoléon1, le fil des archives de la Salpêtrière, de Charenton et de Bicêtre, où l’on tenait enfermés les fous. (...)

 

Edna O’Brien, une immense romancière et nouvelliste à découvrir (16 mars 2012)

Edna O’Brien est née en 1930 dans le comté de Clare, en Irlande, dans une famille modeste et rurale. Son premier roman parut en 1960. Il s’intitulait Filles de la campagne. Sa force politique, sa limpidité littéraire, et son sujet, la vie amoureuse des jeunes filles de la campagne irlandaise, provoquèrent un tel scandale – on brûla son livre sur la place des villages – qu’elle dut quitter l’île et s’installer pour toujours à Londres où elle vit encore aujourd’hui. Comme Alice Munro, Paula Fox, Jean (...)

 

Isaac Babel, le poète juif assassiné (16 janvier 2012)

Le livre que publient les Éditions du Bruit du Temps, une maison toute neuve inventée par Antoine Jacottet, sont l’occasion de rétablir une injustice étrange. Aux États-Unis où il fut toujours défendu par les écrivains immigrés juifs russes ou ukrainiens, mais aussi par Raymond Carver par exemple, il est encensé, étudié, adulé et chéri. Chez nous, rien ou si peu. Voici donc 1300 pages d’œuvres incomplètes. Une partie de l’ œuvre de Isaac Babel a disparu dans les caves du NKVD, le 15 Mai 1939. Il fut (...)

 

Les séries télévisées au scalpel (16 décembre 2011)

La critique littéraire est dans une mauvaise passe. Comme il est loin le temps des Jean-Louis Bory, des Mathieu Galey. Les critiques sont considérés un peu partout comme de pauvres publicitaires mal payés, à qui l’on demande de collaborer dans la mesure de leurs flaibles forces à la vente trop menacée de romans et d’essais qui paraissent en trop grand nombre dans des librairies sinistrées. Il ne s’agit pas de donner leur avis. Ou pas trop. Et d’ailleurs qui s’en soucie ? Ils travaillent trop vite, (...)

 

Quel futur pour la littérature ? Entretien avec Geneviève Brisac (2 février 2011)

Résumé : Normalienne et agrégée de lettres, l’écrivain Geneviève Brisac a rejoint les Éditions de l’Olivier en 1994, après trois livres publiés chez Gallimard. Elle est aussi éditrice pour les enfants et adolescents à l’École des Loisirs. Le Prix Femina lui a été attribué en 1996 pour "Week-end de chasse à la mère". Elle a écrit des essais comme "Loin du Paradis", "La Marche du cavalier", et "VW", sur Virginia Woolf, des recueils de nouvelles ou des contes, "Pour qui vous prenez-vous", "Les Sœurs Délicata". Son dernier roman, "Une année avec mon père", est paru en 2010.
Dans cet entretien, Geneviève Brisac répond aux questions de Sens Public sur le futur de la littérature.
Abstract : A graduate of France’s Ecole Normale Supérieure, French writer Geneviève Brisac joinded the publishing group Éditions de l’Olivier in 1994, after the publication of three books at the Gallimard publishing company, and received the Femina price in 1996 for her novel, "Week-end de chasse à la mère". She also edits books for children and teenagers at the company L’Ecole des loisirs. Geneviève is the author of various short stories, fairytales and essays such as "Pour qui vous prenez-vous", "Les Sœurs Délicata", "Loin du Paradis", "La Marche du cavalier" and "VW" (about Virginia Woolf). Her last novel, "Une année avec mon père", was published in 2010. Her views on literature indeed derive from her unique position both as an author and as an editor.
In the following interview, she answers Sens Public’s questions about the future of literature.

 

Un livre qui m’a bouleversée... (20 novembre 2012)

Dans ce livre publié aux Editions Fario, François Mathieu a rassemblés et traduits de l’allemand, plusieurs écrivains et poètes juifs de Czernowits, la célèbre patrie de Paul Celan, située en Bucovine, une région destinée à changer de nationalité plusieurs fois par siècle, austro-hongroise, roumaine,soviétique, roumaine à nouveau… Leurs noms : Aaron Appelfeld, Ilana Shmueli, Edith Silbermann, Isak et Immanuel Weissglas, Bernhard Horowitz, Heinz Kehlmann, Selma Eisinger, Klara Blum, etc. Le livre, un (...)

 

Jean-Jacques Briu

Origine des langues, origine des peuples (3 février 2007)

Résumé : A partir du 17e siècle, la découverte de nombreuses langues hors d’Europe s’accompagne de la découverte d’autant de peuples barbares ou « sauvages ». Cette grande diversité pose alors le problème de l’unité du langage. Au recensement succède un effort de grammatisation des vernaculaires, puis le choix d’une langue nationale comme fondement d’une nation. La question de l’origine linguistique de la communauté suscite des essais théoriques sur l’origine du langage comme chez Herder (1770) ou des considérations sur l’identité singulière d’un peuple comme chez Fichte (1808). Enfin, en raison de leur rapport intime et ancien, la langue sert de critère de classification des peuples du monde, de Leibniz (1710) à Balbi (1826) qui prend en compte 700 langues. Le sanscrit fournit une nouvelle origine commune et une nouvelle taxinomie des langues indo-européennes, tandis que Pictet (1859-63) tente, d’après le lexique, de restituer le peuple primitif des Aryas.
Mots-clés : Arya, Barbare, Comparatisme, Ethnographie, Généalogie, Grammatisation, Identité, Indo-européen, Langage, Langue, Langue-mère, Nation(al), Origine(s), Paléontologie, Peuple, Primitif, Racine, Sanscrit, Scythie, « Stamm- », « Ur- », Volk.

 

Matt Browne

Des décisions difficiles attendent les progressistes européens (13 septembre 2014)

La couverture internationale des récents événements de remaniement ministériel d’urgence en France a présenté celui-ci, de manière erronée, selon le schéma d’une bataille entre les courants pro et anti-austérité au sein du Parti socialiste au pouvoir. Parmi les intellectuels, ce conflit est vu sous l’angle de l’opposition des « sociaux-libéraux » envers les « sociaux-démocrates » les plus traditionnels. A y regarder de plus près, et pour qui a de l’expérience en politique, la ligne de partage véritable semble (...)

 

L’Europe et l’Amérique réussiront mieux ensemble que séparément (12 juillet 2014)

Le voyage du Président Obama en Europe est une occasion de s’inspirer de la vision qu’il présentait le 28 mai 2014 dans son discours de West Point, et d’élaborer un plan pour renouveler les relations transatlantiques. Cette colonne vertébrale de l’alliance des démocraties libérales du monde entier, pierre angulaire de l’ordre d’après-guerre, fait face à de nouveaux défis aujourd’hui. Les réussites historiques de l’alliance transatlantique sont commémorées cette semaine à l’occasion du 70e anniversaire des (...)

 

La voie étroite de Romney pour accéder à la Maison-Blanche (8 octobre 2012)

Deux semaines après la Convention du parti démocrate, le rebond des sondages en faveur du président Obama semble à présent indiquer une tendance. La synthèse la plus récente du baromètre du Huffington Post, qui dessine les tendances nationales en agrégeant tous les sondages publiés, indique que le président Obama surclasse le gouverneur Romney avec 48.7% contre 44.5%, un écart de quatre points. À la veille des conventions de Tampa et Charlotte, il ne menait que d'un ou deux points. Cette tendance (...)

 

On Transatlantic Relationship (12 juillet 2014)

President Obama’s trip to Europe is an opportunity to build on the vision he outlined in his West Point speech last week, and to set out a plan to renew the transatlantic relationship. This backbone of an alliance of liberal democracies across the globe, and the foundation of the post-war order, faces fresh challenges today. The transatlantic alliance’s historical achievements will be commemorated this week at the 70th anniversary of the D-Day landings. We liberated the European continent (...)

 

Quelle sera la clé pour la Maison-Blanche : l’économie, l’argent ou la démographie ? (22 septembre 2012)

Au lancement de la Convention démocrate à Charlotte, une dispute a éclaté dans le parti à propos du bilan économique du président Obama et de son message. Pour paraphraser Ronald Reagan en 1980, la question centrale est de savoir si les Américains sont plus riches aujourd'hui qu'il y a quatre ans. Sur les plateaux télé du dimanche, David Plouffe, de la Maison Blanche, présentait une évaluation nuancée de la performance économique nationale, endossant l'opinion largement partagée qui affirme (...)

 

Tough Choices Now Face The Europe’s Progressives (13 septembre 2014)

International coverage of the Government’s emergency “cabinet reshuffle” last week has been mistakenly portrayed in terms of a battle between pro and anti-austerity forces within the governing Socialist Party. Among intellectuals, the contest is viewed as a battle between the “social liberals” and more traditional “social democrats”. On closer reflection, and for those with government experience, the true fault line actually seems to lie between those who take seriously the responsibility of (...)

 

Biancamaria Bruno

Biancamaria Bruno est rédactrice en chef de la Lettera Internazionale.

Communication entre les langues, communication des cultures (16 décembre 2007)

Résumé : Dans un numéro récent (n° 83, 2005) de Lettera Internazionale, édition italienne, nous avons dédié un dossier au problème de la traduction. Ce n’était pas la première fois : déjà en 1992 nous avons eu la nécessité de le faire. Une grande partie des textes que nous publions n’est pas d’abord écrite en Italien, et a donc besoin d’une traduction dans notre langue. Cela pose toujours un problème qui n’a pas seulement à faire avec la théorie de la traduction - de l’art de la traduction - mais surtout avec le problème de la communication : comment transmettre un message qui correspond à une culture qui n’est pas la nôtre, qui formule sa pensée d’une manière différente par rapport à notre culture ?
Abstract : In a recent issue (n° 83, 2005) of Lettera Internazionale, Italian publishing, a special report was dedicated to the issues of translation. It was not the first time : already in 1992 we had to do it. A large portion of the texts published in Lettera Internazionale are not originally written in Italian and thus need to be translated into our language. This, constantly poses a problem which has not only to do with the theory of translation – the art of translation – but especially with the problem of communication : how to transmit a message that corresponds with a culture that is not our own, and which formulates its thoughts differently in relation to our culture ?

 

Fanny Bugnon

Docteure en histoire, Fanny Bugnon travaille sur les représentations de la violence politique à l’époque contemporaine. Marqués par l’interdisciplinarité, ses travaux portent sur la conflictualité politique dans le dernier tiers du XXe siècle, du point de vue sexué, empruntant à l’histoire des femmes et du genre, à l’analyse des médias et à la science politique. Elle est secrétaire de rédaction de Musea, le musée virtuel d’histoire des femmes et du genre.

Quand le militantisme fait le choix des armes : les femmes d’Action directe et les médias (22 mai 2009)

Résumé : Cet article se penche sur les représentations de manifestations de violence politique commises par des femmes en France au cours de la décennie 80, à travers le cas du groupe Action directe (1979-1987). Dans une perspective d’analyse du discours médiatique, il s’agit d’interroger la réception de l’engagement politique violent des femmes, en soulignant les résistances à l’œuvre, à travers un double processus de relativisation et de stigmatisation. Interrogé sous l’angle du genre, cet engagement dans la lutte armée s’inscrit à l’encontre des stéréotypes sexués et contribue à la mise en lumière des dynamiques de régulation mobilisées pour répondre à la crainte du désordre et de l’anormalité.
Mots-clés : Violence politique – Déviance – Terrorisme – Action directe – Femmes – Féminisme – Représentations – Médias – Régulation sociale

 

Florent Bussy

Agrégé de philosophie et docteur en philosophie, Florent Bussy est actuellement chargé de cours à l’Université de Rouen.

Graduate teacher in philosophy, PhD, Florent Bussy teaches in high school and at University of Rouen.

Le totalitarisme ou le règne de l’inhumain (24 octobre 2009)

Résumé : Le totalitarisme nous interroge, parce qu’il met en question la croyance au progrès qui a animé toute la modernité. Mais l’a-t-on pensé avec justesse quand on l’a compris comme la résurgence, bientôt dépassée, de la barbarie dans le processus de civilisation ? Ne doit-on pas au contraire y voir « le règne de l’inhumain », qui remet en cause de manière radicale nos catégories morales et politiques, parce qu’il rend concevable que l’histoire puisse ne pas être orientée vers le triomphe du droit, de la démocratie et de la liberté et que l’inégalité, l’abandon du droit et la servitude volontaire soient des possibilités inscrites dans notre modernité ?
Mots-clés : Totalitarisme – Camps de concentration – La Loi – Mal absolu – Arendt – Orwell
Abstract : Totalitarianism questions us because it challenges the belief in progress that has driven modernity. Do we conceive of it with relevance when we understand it as the soon outdated resurgence of barbarism in the process of civilization ? Instead, shouldn’t we rather understand it as “the reign of inhumanity” which radically questions our moral and political categories as the fact that history may not head for the triumph of law, democracy and liberty and that inequality, the giving up of law and voluntary servitude may be part of our modern world would then become conceivable ?

 

Jean-Jacques Cadet

Jean-Jacques Cadet est doctorant en philosophie à l’Université Paris VIII.

C.L.R. James, pionnier du « marxisme noir » : une réponse à l’eurocentrisme ? (16 mars 2016)

« S'il fallait résumer la pensée et la pratique politique de James à un seul objet, ce serait à n’en pas douter le mouvement des masses », affirme Matthieu Renault, maître de conférences en philosophie à l’université Paris-8 Vincennes-Saint-Denis, dans son dernier ouvrage, C.L.R. James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir », nous invitant à découvrir un auteur méconnu en France. Dans son enquête biographique, Matthieu Renault insiste sur le projet d’émancipation, axé sur une critique de (...)

 

Comment définir le marxisme ? (22 décembre 2016)

Résumé : Cette lecture met en discussion la définition du marxisme proposée par Alain Badiou. L’objectif est d’étudier la place de cette théorie dans son système philosophique, et la manière dont il l’a différenciée du communisme. En définissant le marxisme comme une pensée, Alain Badiou nous offre une délimitation conceptuelle dont l’interdisciplinarité est centrale.

Mots-clés : Philosophie, marxisme.

 

¿Cómo definir el marxismo ? (25 juillet 2017)

Résumen : Esta lectura examina la definición de marxismo propuesta por Alain Badiou. El objetivo es estudiar el lugar de esta teoría en su sistema filosófico, y la manera en que la diferencia del comunismo. Al definir el marxismo como un pensamiento, Alain Badiou nos ofrece una delimitación conceptual en donde la interdisciplinariedad resulta central.

Palabras clave : Filosofía, marxismo.

Résumé : Cette lecture met en discussion la définition du marxisme proposée par Alain Badiou. L’objectif est d’étudier la place de cette théorie dans son système philosophique, et la manière dont il l’a différenciée du communisme. En définissant le marxisme comme une pensée, Alain Badiou nous offre une délimitation conceptuelle dont l’interdisciplinarité est centrale.

Mots-clés : Philosophie, marxisme.

 

Raphaël Cahen

Attaché temporaire d’enseignement et de recherche en histoire du droit à la Faculté de Droit et de Science Politique de l’Université de La Rochelle, Raphaël Cahen enseigne l’histoire du droit de la famille. Il rédige présentement une thèse dans le cadre d’une "cotutelle" entre la LMU à Munich et l’Université Aix-Marseille III sur "Frédéric de Gentz (1764-1832) : penseur et acteur de la contre-révolution européenne". Plusieurs de ses travaux présentés dans des conférences en Europe seront publiés fin 2010 : "The correspondence of Frederick von Gentz : Receiving Du pape in the German-speaking World", in Richard Lebrun/Carolina Armenteros, Joseph de Maistre and his European Readers : Receiving Early Conservatism in the Nineteenth and Twentieth Centuries, Leiden, New-York, Köln, Brill, 2010 ; "Frédéric Gentz et les publicistes Français, le droit de la mer en débat (1795-1815)", in Philippe Sturmel/Jacques Bouineau, Actes du colloque "Navires et Gens de mer", L’Harmattan, Coll. « Méditerranées », 2010.

De Johann Gottfried Herder à Benedict Anderson : retour sur quelques conceptions savantes de la nation (30 novembre 2010)

Résumé : Outre le fait que les conceptions « allemande » et « française » de la nation ne sont pas aussi antagonistes que le laisse supposer leur ordinaire réduction à deux traditions résolument distinctes, l’une ethno-culturelle, l’autre politico-élective, elles présentent de surcroît la particularité d’être toutes deux issues de productions idéologico-politiques visant à définir et légitimer un État existant ou revendiqué. Dépeignant les nations sous les traits d’entités essentialisées, ces conceptions mobilisées à plusieurs reprises dans le cadre du récent débat sur l’identité nationale française ont été déconstruites depuis trois décennies par des historiens et sociologues dits « modernistes », lesquels ont développé des théories anti-objectivistes destinées à remettre en cause le primordialisme a-scientifique des discours du 19e siècle. Présentant la nation comme une communauté imaginée née de la croyance partagée en sa réalité et ne pouvant être définie que de manière subjective, ces productions « modernistes » sont les seules à être aujourd’hui acceptées dans le champ des sciences humaines en matière de réflexion sur le fait national.
Mots-clés : nation – nationalisme – identité nationale – primordialisme – ethno-nationalisme, anti-objectivisme – Johann Gottfried Herder – Ernest Renan – Benedict Anderson – Eric Hobsbawm
Abstract : The “German” and “French” conceptions of nation, that are ordinary reduced to two resolutely opposed traditions (an ethno-cultural one and a political-elective one), are not so antagonistic as would at first appear. Moreover, they have the particularity of proceeding from ideological-political productions aiming to define and legitimate an existing or a claimed state. These conceptions, that represent nations as essentialised entities, have both been deconstructed since three decades by “modernist” historians and sociologists, who have forged anti-objectivist theories in reaction to the non-scientific primordialism of the 19th century. These “modernist” productions, that regard the nation as a community socially constructed, imagined by people who hold subjectively in their minds a mental image of their affinity, are the only ones prevailing today in the field of the social sciences. This article emphasizes this point, in order to enlighten the recent debate on the French national identity, during which the scientists conceptualizing the national fact didn’t really have a say in the matter.

 

Mireille Calle-Gruber

Mireille Calle-Gruber est Professeur à La Sorbonne Nouvelle - Paris III en Littérature française, et directrice de l’Equipe de Recherche « Etudes Féminines » (Paris VIII - Paris III). Elle a publié aussi sur Claude Cahun : « Folies du jour photographique » dans Guyonne Leduc (dir.), Travestissement féminin et libertés, 2006, pp. 379-385 ; et « Retrait de l’art en jeunes femmes : les portraits et autoportraits des créatrices surréalistes » dans Guyonne Leduc (dir.), Nouvelles sources et nouvelles méthodologies, 2004, pp. 259-272, [version italienne dans Germana Orlandi-Cerenza (a cura di) Traiettorie della Modernità, Lindau editore, Torino, 2003, pp. 281-300]. Ecrivain, Mireille Calle-Gruber vient de publier son quatrième roman aux éditions La Différence, Paris, 2006 : Tombeau d’Akhnaton.

Claude Simon. "Complément d’informations" (29 janvier 2009)

Résumé : Suite à un article intitulé « Claude Simon et Sartre : les premiers romans » par Jean-François Louette, paru dans Cahiers Claude Simon n°3, Mireille Calle-Gruber fait une mise au point « Complément d’informations ».
Mireille Calle-Gruber prépare la Biographie de Claude Simon et travaille, avec une équipe de la Sorbonne Nouvelle, au Fonds Claude Simon.
Elle vient de publier aux Presses Sorbonne Nouvelle Les Triptyques de Claude Simon ou l’art du montage présentant des inédits : scenarii, découpages techniques, correspondances, textes, manuscrits, plans de montage, entretiens, films, photographies (DVD).

 

Créer à la proue de soi-même (23 mars 2007)

Résumé : Cette étude sur Claude Cahun est la trace de séminaires sur « Les Créatrices surréalistes » et « Qu’est-ce qu’une œuvre ? » qui ont eu lieu à l’Université Paris VIII - Vincennes à St Denis en 2002-2003.

 

Il faut que ça cloche ou Comment ne pas nommer (3 mars 2011)

Résumé : « Comment ne pas nommer » est un principe méthodologique à double tranchant : comment pourrait-on se passer de noms, autrement dit de définitions, de désignations, d’enseignes, de signatures ? et cependant, comment pourrait-on tenter d’éviter de définir, d’assigner, d’identifier, de catégoriser ? Sarah Kofman et Maria Zambrano proposent des approches philosophiques qui n’oublient pas le travail de la langue, telles une pensée qui « cloche » ou une « raison poétique ».
Mots-clés : philosophie – littérature – études féminines et de genres – méthode – pensée poétique – Sarah Kofman – Jacques Derrida – Maria Zambrano
Abstract : “How not to name” is a double-edged methodological principle : how to dispense with nouns–not to mention definitions, designations, signs, signatures ? And yet how to avoid defining, assigning, identifying, categorizing ? Sarah Kofman and Maria Zambrano suggest a philosophical approach which does not leave out the language question, like a thought “ringing false” or “poetic reasoning”.

 

Tombeau d’Akhnaton. Sur un roman de Mireille Calle-Gruber (7 mai 2008)

C’est dans le cadre d’un séminaire en Sorbonne intitulé « Hospitalité de la littérature, Passage des arts » que les textes de ce dossier ont été présentés. Quatre lectures, chacune singulière, d’un même livre Tombeau d’Akhnaton, roman de Mireille Calle-Gruber publié à La Différence en 2006.

 

… pour qu’il arrive des genres de tous bords (3 octobre 2008)

Résumé : Il y a là plus qu’une adresse aux signataires des études présentées dans le séminaire de doctorat qui se tient chaque année en Sorbonne sous ma responsabilité et s’intitule : « Diversités culturelles, Différences sexuelles ». Plus qu’une adresse aux doctorants Anaïs Frantz, Sarah-Anaïs Crevier-Goulet, Abdereman Mohamed Saïd, Mélina Balcazar, Sirkka Remes, Elsa Polverel, Audrey Szebesta, ces pages entendent donner une réception à des travaux en tous points remarquables et y apposer comme une contre-signature.
Elles entendent dire qu’elles entendent. Et qu’il y a à continuer. À faire.
Ces pages, et toutes celles qui les précèdent et les ont suscitées, constituent une forme de correspondance – au sens plénier du mot.

 

David Calleo

Dean Acheson Professor and Director of European Studies Program, Nitze School for Advanced International Studies, Johns Hopkins University. Professor Calleo is recognized as one of America’s leading proponents of European unity. His areas of expertise are extensive and include Western Europe, diplomatic history, international economic issues, international political economy, military power and strategy, strategic and security issues, and NATO. A former Rockefeller, Guggenheim, and Fulbright fellow, David Calleo has served as a consultant to the U.S. Undersecretary of State for Political Affairs, and as an associate at the Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (CERI/Sciences-Po).

Hegemony and decline : Reflections on recent American experience (28 février 2005)

This article reflects on the case for American "declinism" at the end of the Reagan administration, the apparent rejuvenation of American power in the Bush I and Clinton administrations, and the significance of developments under Bush II. How much continuity links these administrations ?

 

Micheline Cambron

Micheline Cambron est professeure titulaire au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et membre du CRILCQ.

Presse et ondes radiophoniques (21 juillet 2016)

Résumé : La radio est, au Québec, marquée par les circonstances de sa naissance. En effet, les premiers postes de radio commerciaux sont la propriété d’entreprises de presse et rapidement, une forme de synergie émerge de la relation entre ces deux médias, d’autant que la radiophonie est associée à des représentations fortement utopiques de la vie collective. La page consacrée à la programmation radiophonique remplit deux fonctions : d’une part populariser et rendre accessible la technologie radiophonique auprès d’un public déjà gagné aux médias de masse que sont les journaux, d’autre part inciter les auditeurs à effectuer des choix judicieux par la consultation du détail des programmations proposées par les postes canadiens et américains, tout en mettant plus particulièrement en valeur les émissions locales auxquelles les journaux sont associés. Comme nous ne disposons pas d’archives sonores pour l’entre-deux guerres, ces pages radiophoniques sont précieuses. Les travaux de Marie-Thérèse Lefebvre permettent de recomposer la programmation et de saisir quelle fut la contribution de la radio à la vie culturelle de l’époque. Parallèlement, la recherche dans la presse peut permettre de retrouver les traces de pièces jouées, de conférences, de poèmes lus, mais aussi de saisir le statut de la radiophonie, à travers la publicité et les articles savants, et l’usage qui en est fait dans l’information journalistique. Bref, les travaux qui croisent presse et radio invitent à organiser autrement les archives dont nous disposons et même, à imaginer la création d’archives radiophoniques sans la présence du son.

Mots-clés : CKAC ; La Presse ; CHLP ; La Patrie ; radio ; presse ; années 1920-1930 ; archives ; média sonore ; poésie québécoise ; Robert Choquette ; utopie radiophonique.

Abstract : Radio, in Quebec, is marked by the circumstances of its birth. Indeed, the first commercial radio stations are owned by media companies and rapidly, a form of synergy emerges from the relationship between the two media, especially as radio is associated with strongly utopian representations of collective life. The page devoted to radio programming serves two purposes : on one hand, to popularize radio technology and render it accessible to an audience already won to mass media such as newspapers ; on the other hand, to encourage listeners to make wise choices by consulting the details of the programming offered by Canadian and American stations, while specifically highlighting local programs with which the newspapers are associated. As we do not have sound archives for the period between the wars, radio pages are valuable. The work of Marie-Thérèse Lefebvre allows us to reconstruct the programming and seize what was the contribution of radio to the cultural life of the time. At the same time, research in the press can help in finding traces of staged plays, of conferences, of read poems, but also to grasp the status of radio broadcasting through advertising and scholarly articles, and the use made of them in journalistic information. In short, the research that crosses press and radio invites to organize otherwise existing archives and even to imagine creating inaudible radio archives.

Keywords : CKAC ; La Presse ; CHLP ; La Patrie ; radio ; press ; years 1920-1930 ; archives ; sound media ; Quebec poetry ; Robert Choquette ; radio utopia.

 

Hélène Campaignolle

Le Livre à l’ombre du Journal : deux représentations de la littérature à la fin du 19e siècle (28 mai 2010)

Résumé : Cet article compare les réflexions de Maupassant et Mallarmé sur la situation de la littérature face au journal à la fin du 19e siècle. Le choix de faire dialoguer ces deux écrivains, contemporains mais rarement associés, se fonde à la fois sur la connaissance mutuelle qu’ils avaient de leurs œuvres et sur les attitudes divergentes qu’ils ont adoptées – en discours et en acte – face au développement des médias écrits. Reconnus dans le champ littéraire de l’époque, appartenant à des pôles esthétiques opposés, ils interrogent, chacun à leur manière, l’évolution des conditions du champ de production (concurrence des écrits journalistiques, surproduction quantitative de l’écrit littéraire et dévalorisation symbolique, pouvoirs des instances légitimes) et de réception (alphabétisation, démocratisation de la lecture et massification des publics). Face à l’évolution du contexte, ils réfléchissent différemment dans leurs écrits, littéraires, critiques et journalistiques, à des configurations matérielles spécifiques, à des figures de lecture et à des fonctions repensées pour le livre. A travers un échange discret mais attentif, ils projettent l’image d’une littérature qui doit désormais composer avec l’ombre du journal.
Abstract : This article analyses the critical thoughts of Maupassant and Mallarmé on the situation of literature in opposition with the newspaper industry at the end of the 19th century. The decision to compare these writers, contemporary but rarely associated, is determined both by their knowledge of each other’s works, and by the different choices they made facing the growing field of the press. Both well known in the literary field at the time, opposite in style and aesthetic choices, they questioned the evolving conditions of creation, both on the production side (competition of the press, quantitative overproduction and devaluation of literary writings, significant power of the legitimate institutions such as the Academy) and the reception side (alphabetization, increase of reading people). In view of this context, their positions, as they appear in their literary, critical and journalistic works, diverged not only for the choice of specific material configurations but also for reading patterns and functions of the book. Maintaining a discrete but thoughtful dialog, they tried to imagine the future of literature by taking into account the growing shade of the newspaper.

 

Sylvie Capitant

A-t-on enterré l’espace public ? Enquête sur les avatars récents d’un concept (23 octobre 2014)

Pour certains, la fécondité heuristique du concept d’espace public semble s’étioler : dans les sociétés occidentales contemporaines, des notions voisines mais alternatives prétendent s’y substituer, conduisant à une sorte de disqualification ou d’épuisement. Les analyses ont-elles dû s’adapter aux changements de nos sociétés ? Les grilles analytiques se sont-elles révélées insuffisantes pour rendre compte d’objets qui eux-mêmes n’auraient pas fondamentalement changé ? D’autres, à l’inverse, prenant appui sur (...)

 

Fabio Caprio Leite de Castro

Nascido em Porto Alegre. Formado em Direito e Filosofia. Mestre em Filosofia. Doutor em Filosofia pela Université de Liège (bolsa CAPES/Brazil). Advogado. Professor da PUCRS e da Uniritter.

Born in Porto Alegre. Graduated in Law and Philosophy. Master of Philosophy. Ph.D in Philosophy at University of Liège (scholarship of CAPES/Brazil). Lawyer. Professor at PUCRS and Uniritter.

Le postmoderne ou l’hémorragie du discours (25 octobre 2007)

Resumé : En nous interrogeant sur le sens du postmodernisme, nous avons pénétré dans un champ de significations qui nous a permis de cerner trois paradoxes : hétérogénéité – homogénéité ; vitesse – inertie ; relativisme du sens – sens du relativisme (volonté de non-sens). Le chaos postmoderne ne se soutient pas lui-même. Il faut qu’un impératif soit à la base de ce désordre rangé, ce qui va déterminer la raison des paradoxes et les conséquences éthiques et esthétiques du postmodernisme. C’est un impératif qui dissimule sa propre vérité et la vérité elle-même. Le postmoderne tombe dans une métaphysique renversée, une nouvelle manière de fixation au présent. L’hémorragie du discours se présente comme l’essai de distorsion du signe, c’est-à-dire du rapport entre signifiant et signifié, là où il se fonde lui-même. Ce qui s’impose maintenant c’est de trouver le chemin qui nous conduira à une nouvelle idée, à un dépassement du postmoderne avec la reprise du discours et la conscience du monde à venir.
Abstract : By questioning us on the direction of the postmodernism, we penetrated in a significant layer which allowed us to see and understand three paradoxes : heterogeneity - homogeneity ; speed - inertia ; relativism of the direction - direction of the relativism (will of nonsense). We saw that postmodern chaos does not support itself. It is necessary that a requirement is at the base of this arranged disorder, which will determine the reason of the paradoxes and the ethical and aesthetic consequences of the postmodernism. It is a command which dissimulates its own truth and the truth itself. The postmodern fall into a reversed metaphysics, a new manner of fixing at the present. The haemorrhage of the speech is presented in the form of a test of distortion of the sign, relationship between meaning and meant, where it is based itself. What is essential now is to find the way which will lead us to a new idea, the going beyond of postmodern with the resumption of the speech, the conscience of the world to come.

 

Por uma nova compreensão existencial do Direito (12 décembre 2007)

Resumo : Considerando as contradições da globalização contemporânea, mostra-se essencial a renovação da questão sobre a viabilidade e sobre o sentido do direito. Enfrentamos atualmente uma crise dos paradigmas jurídicos e já não há mais um modo claro e definido de pensar o direito. Qual o sentido do direito ? A essa pergunta, nem o jusnaturalismo clássico nem o positivismo jurídico nos respondem satisfatoriamente. Não podemos adotar tais perspectivas sem recorrermos a uma metafísica normativa ou à idéia de sistema jurídico. As demais teorias também não nos parecem satisfatórias pelo fato de tomarem o direito como uma coisa, ou por pensá-lo de modo simplesmente krono-lógico e não kairo-lógico, O direito não é. O direito é o sentido jurídico que se dá aos objetos no mundo. Assim sendo, nós podemos compreende o sentido do direito na e pela temporalidade existencial, a sua dimensão construtiva, no diálogo com a alteridade.
Palavras-chave : Direito ; Jusnaturalismo ; Positivismo ; Temporalidade ; Existência ; Alteridade
Résumé : Considérant les contradictions de la mondialisation contemporaine, il est essentiel de renouveler la question de la viabilité et du sens du droit. Nous nous affrontons actuellement à une crise des paradigmes juridiques et il n’y a plus une manière claire et définie de penser le droit. Quel est le sens du droit ? À cette question, ni le jusnaturalisme classique ni le positivisme juridique ne répondent de façon satisfaisante. Nous ne pouvons pas adopter telles perspectives sans faire appel à une métaphysique normative ou à l’idée de système juridique. Les autres théories ne nous semblent pas non plus satisfaisantes puisqu’elles prennent aussi le droit comme une chose, ou le pensent de manière simplement krono-logique et non kairo-logique. Le droit n’est pas. Le droit est le sens juridique qui se donne aux objets dans le monde. Ainsi, nous pouvons comprendre le sens du droit dans et par la temporalité existentielle, sa dimension constructive, dans le dialogue avec altérité.
Mots-clés : Droit ; Jusnaturalisme ; Positivisme ; Temporalité ; Existence ; Altérité
Abstract : By considering contradictions of contemporary globalization, a renewal of the question about the viability and the sense of the right is essential. Currently we clash into a crisis of the right paradigms and there isn’t anymore just one clear and definite way to think about the right. What is the sense of the right ? With this question, neither the traditional jusnaturalism nor legal positivism answer us in a satisfactory way. We cannot adopt such prospects without calling upon a normative metaphysics or the idea of legal system. The other theories do not seem satisfactory either, since they also take the right as a thing, always thinking in a krono-logic way and never kairo-logic. The right is not. The right is the legal sense which is given to the objects in the world. Thus, we can understand the sense of right, in and by, existential temporality, it’s constructive dimension, in the dialogue with otherness.
Keywords : Right ; Jusnaturalism ; Positivism ; Temporality ; Existence ; Otherness

 

Substância, liberdade e existência - impasses metafisicos em Spinoza (5 décembre 2006)

Resumo : A proposta do artigo consiste em problematizar o sentido de liberdade ética em Spinoza segundo a existência, mantendo-se o fundamento do conatus. Inicialmente, retoma-se o conceito de substância em Spinoza, mostrando em que medida ele supera a substância das concepções aristotélica e cartesiana. Em seguida, tomando-se a definição de liberdade que o conceito de substância nos permite referir, questiona-se a importância do conatus e o afastamento da contingência no racionalismo spinozista, relativamente ao posicionamento existencialista.
Palavras-chave : Substância, Conatus, Liberdade, Contingência.
Abstract : The proposal of the article consists on putting in evidence the sense of ethical freedom in Spinoza according to existence, remaining itself the bedding of conatus. Initially, the substance concept is retaken in Spinoza, showing where measured it surpasses the substance of the conceptions aristotelian and cartesian. After that, being overcome it definition of freedom that the substance concept in allows them to relate, questions it importance of conatus and the removal of the contingency in the spinozista rationalism, relatively to the existencialist positioning.
Keywords : Substance, Conatus, Freedom, Contingency.

 

Daniel J.L. Carlier

Maintenant retraité, Daniel Jean-louis Carlier, titulaire d’une Maîtrise de Philosophie – Université d’Amiens, 1973 –, a enseigné le français au Portugal et la philosophie au Portugal et à Macao. Après des études de chinois à Macao, à Shanghai et en France, il a également enseigné à Macao le mandarin aux lusophones et le portugais dans un lycée luso-chinois. Il a publié à Macao (Publication bilingue chinois/portugais) une sélection des Entretiens de Confucius : Ditos de Confúcio/ 话说孔子, 2008. Éditeur : Jornal Tribuna de Macau.

L’universalité de la morale des ’Entretiens’ de Confucius (29 mars 2012)

Résumé : Ce qui rend possible l’universalité de la morale de Confucius, c’est qu’elle n’exige la croyance en aucun dogme religieux et qu’elle part de l’observation objective des comportements humains. Reconnaissance de l’ignorance humaine, respect des croyances et ambivalence de la nature humaine sont les racines de la morale de Confucius, morale qui indique la voie pour devenir vraiment humain.
Mots-clés : Confucius – morale – ignorance – normes – vertu
Resumo : O que torna possível a universalidade da moral de Confúcio é o facto de não exigir a crença num dogma religioso e o facto de se basear na observação objectiva dos comportamentos humanos. Reconhecimento da ignorância humana, respeito pelas crenças e ambivalência da natureza humana são as raízes da moral de Confúcio, moral que indica a via para o ser humano se tornar um ser verdadeiramente humano.

 

Un regard sur Confucius (17 juin 2011)

Résumé : « Un regard sur Confucius » est une sélection des Entretiens de Confucius, sélection établie en fonction de leur valeur universelle, c’est à dire de ce qui semble être leur validité à n’importe quelle époque. Dans cette sélection sont surtout mis en évidence les qualités d’un esprit noble, symbole de l’être humain idéal ou être vraiment humain, et les défauts des êtres humains réels avec leurs tendances naturelles peu humanistes. Ces pensées philosophiques de Confucius déterminent un réseau de concepts qui met en relation deux catégories fondamentales, celle de vertu d’humanité et celle de noblesse d’esprit et constitue à ce titre une éthique sous la forme d’un système non formalisé de pensées philosophiques.
Mots-clés : Esprit noble – esprit vil – vertu – vertu d’humanité – rituel – savoir – éducation – règles de conduite.

 

Daniela Carpisassi

Née en 1973, Daniela Carpisassi vit entre Rome et Paris. Docteur de recherche en "Histoire des Écritures féminines" et "Langue, littérature et civilisation française", elle est chercheuse en littérature, essayiste, conférencière, enseignante au lycée et chargée de cours à l’Université. Ses recherches se situent au croisement entre les Études de genre et les Études sur l’humour - ironie. Elle aime la danse : du corps, de la pensée, du/dans le texte.

Sur le bout de la langue qui fourche : l’ironie « féminine » et l’art du conflit dans « Schiave » de Clelia Pellicano (3 mars 2011)

Résumé : L’ironie peut-elle prendre à cœur ses cibles ? Dans la nouvelle « Schiave » de Clelia Pellicano, jouée en présence de l’autre l’ironie est un art du conflit, parfumé de complicité, de légèreté, d’ambiguïté. Le texte vibre d’oscillations entre empathie et distanciation. Il nous emporte dans un corps à corps différé par le sourire avec le système dominant dans l’Italie du sud au début du 20e siècle, sa langue et ses valeurs, le canon vériste, la critique littéraire, mais aussi la stigmatisation – l’interdit de l’ironie des femmes. Un tel art requiert un dispositif interprétatif interdisciplinaire et excentrique, une approche en biais, au croisement des études de genres et des études sur l’humour. Il permet d’explorer avec pudeur les interstices entre espace public et privé, de mettre en mouvement des catégories cristallisées et liées à la représentation des genres et de leur relation.
Mots-clés : Clelia Pellicano – Ironie – Ironie féminine – Women comedy – Conflit – Études féminines et Études de genre – Différence sexuelle – Rire et sourire – Bizarre – Pseudonyme
Riassunto : Può l’ironia avere a cuore i propri bersagli ? Nella novella « Schiave » di Clelia Pellicano essa è giocata in presenza dell’altro/a, è arte del conflitto profumata di complicità, leggerezza, ambiguità. Il testo vibra di oscillazioni tra empatia e presa di distanza. Ci trasporta in un corpo a corpo differito dal sorriso con il sistema dominante agli inizi del XX secolo nel sud Italia, la sua lingua e i suoi valori, il canone verista, la critica letteraria, la stigmatizzazione – l’interdetto dell’ironia delle donne. Tale arte richiede un dispositivo d’interpretazione interdisciplinare ed eccentrico, un approccio obliquo, all’intersezione tra gli studi di genere e gli studi sul’umorismo. Permette di stare sulla soglia, di esplorare con pudore gli interstizi tra spazio pubblico e privato, di mettere in movimento categorie cristallizzate legate alla rappresentazione dei generi e della loro relazione.

 

Françoise Carraud

Sur les traces de l’enfance (5 décembre 2011)

Enfance obscure. Sombre, indiscernable, inintelligible. Pierre Péju nous conduit sur les traces de cette obscure et insaisissable enfance comme on se promène avec un enfant : lui tenant la main ou restant seulement à côté de lui, silencieux, ajustant le pas ou le pressant pour suivre notre rythme, le laissant courir devant ou traîner derrière, le portant parfois, en parlant à voix basse ou en criant et chantant avec lui… Les traces de l’enfance, ce qu’il nomme l’Enfantin, ne sont pas des (...)

 

Véronique Carrière

Véronique Carrière est Docteur en Sciences du langage à l’Université Montpellier 3, elle s’intéresse aux situations d’apprentissage des déficients visuels en milieu scolaire et universitaire. Dans une approche interdisciplinaire, elle s’intéresse aux apprentissages médiés par les TICE mais aussi aux dimensions interactionnelles et communicationnelles qui œuvrent dans les processus d’apprentissage. Ces interactions concernent enseignant/déficient visuel, étudiant déficient visuel/pair ainsi que déficient visuel/assistant pédagogique.

La pédagogie différenciée : un processus coopératif entre enseignant et étudiant déficient visuel ? (26 mars 2013)

Résumé : Cette recherche s’intéresse à la mise en œuvre d’une pédagogie différenciée dans le cadre d’un cursus de licence sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication suivi par un étudiant non-voyant. Comment les enseignants qui ne sont pas informés des adaptations nécessaires à ce profil étudiant font-ils face à cette situation inédite ? Nous avons mis en place une méthodologie d’observation participante en tant que tuteur pédagogique auprès d’un étudiant non-voyant afin de recueillir des données nous permettant d’analyser les stratégies adaptatives des enseignants. Les premiers résultats nous permettent d’envisager la coopération enseignant/étudiant non-voyant comme principal facteur de réussite d’une pédagogie différenciée.
Mots-clés : enseignement individualisé – coopération – étudiant – apprentissage scolaire – enseignant
Keywords : individualized teaching – cooperation – student – academic learning – teacher

 

Carlos Castán Andolz

Nacido en Barcelona, 1960, Carlos Castán es licenciado en Filosofía por la Universidad Autónoma de Madrid. En la actualidad vive en Huesca donde trabaja como profesor de filosofía.
Né à Barcelone en 1960, Carlos Castán est licencié en Philosophie (Université Autonome de Madrid). Il vit actuellement à Huesca où il travaille en qualité de Professeur de Philosophie. Livres publiés : Frío de vivir (Barcelona, Salamandra, 1997) Traduit en allemand sous le titre de Gern ein Rebell (Zurich, Nagel & Kimche, 2000 / Munich, Piper, 2002). Museo de la soledad (Madrid, Espasa Calpe, 2000 / Barcelona, Círculo de Lectores, 2001) El aire que me espía (Huesca, IEA, 2005) Il a participé dans les antologies et textes collectifs suivants : Los hijos del cierzo (Zaragoza, Prames, 1998), Desde aquí (Zaragoza, Prames, 1999), Lo del amor es un cuento. Antología de relatos de amor (Madrid, Opera Prima, 1999), Las palabras de nuestra tribu (Zaragoza, Ámbito Cultural, 2000), Vidas sobre raíles : Cuentos de trenes (Madrid, Páginas de Espuma, 2000), Historias de curas en el Pirineo aragonés (Jaca, Pirineum, 2000), Lo que cuentan los cuentos. Cuentos españoles contemporáneos (Veracruz, México, Universidad Veracruzana, 2001), Cuentos Contemporáneos (Madrid, Aguilar, 2001), Pequeñas Resistencias. Antología del nuevo cuento español (Madrid, Páginas de Espuma, 2002), El sueño de la libertad (Zaragoza, Diputación Provincial de Zaragoza, 2002), Zaragoza-z : Zaragoza de la A a la Z (Zaragoza, Diputación Provincial de Zaragoza, 2002), Viajeros. Los mejores relatos de viajes (Barcelona, Quinteto, 2003), Antología del cuento español (Atenas, Ekemea, 2004, traducido al griego) Orwell en Aragón (Grañén, Huesca, Comarca de Monegros, 2004), Maestras (Zaragoza, Prames, 2004), Historias de Loarre (Barcelona, March Ed., 2005), Molinos de viento (Málaga, Diputación Provincial de Málaga, 2005), Cuentos para catar (Barcelona, March Ed., 2005), Daniel Gil, nuestras mejores portadas (Madrid, Aldeasa, 2005), Qué me cuentas (Antología de cuentos y guía de lectura) (Madrid, Páginas de Espuma, 2006) Il a publié des récits et des textes dans les revues spécialisées Letras Libres, El Extramundi, Turia, Sin Embargo, Prima Littera, Libre Pensamiento, ainsi que dans le supplément “Artes & Letras” du journal Heraldo de Aragón.

El huérfano/ L’orphelin (14 juillet 2007)

Relato extraído de "Frío de vivir", Barcelona, Salamandra, 1997, reedición 2004. Fragmento traducido por Odile Bouchet.
Récit extrait de "Frío de vivir", Barcelone, Salamandra, 1997, réédition 2004. Fragment traduit par Odile Bouchet.

 

Christine Castelain-Meunier

sociologue au CNRS, à l’origine du congé de paternité, de la proposition et de la création du livret de paternité mise en place en 2002. Elle a publié en 2005 "Les métamorphose du masculin".

A Father, What for ? (12 octobre 2014)

Abstract : Can the young man of today visualize the impossible dialogue of Kafka with his father ? The evolution of the society has questioned the father’s long time role of supervision and authority. However, does that not open up a restructuring of his figure ? The depth of the father’s influence is far-reaching. The English paediatrician and psychoanalyst Donald W. Winnicott said, “He can become a maternal substitute for infants, providing child care from the ages of birth to two years as is maternity care”. Paternal love and everyday father/child relationship has a critical role in the development of early childhood. However, is this structuring enough ? Does this not open up an era lacking references ? Today, what is the father’s place at a time of contemporary changes in family life ?

 

Un Père pourquoi faire ? (21 mars 2013)

Résumé : Un jeune homme aujourd’hui peut-il se figurer l’impossible dialogue de Kafka avec son père ? Longtemps cantonné dans un rôle de contrôle et d’autorité, le père, avec l’évolution de la société, a vu son statut mis en question par l’évolution de la société. Mais cela n’ouvre t-il pas sur une recomposition de sa figure ? Le registre d’influence du père est large. "Il peut se proposer comme substitut maternel auprès de nourrisson, tous les soins donnés à un enfant de zéro à deux ans étant des soins maternels", disait le pédiatre et psychanalyste anglais Donald W. Winnicot. L’amour paternel et la quotidienneté des relations pères/enfants ont, en effet, un rôle dans le développement du jeune enfant. Mais cela est-il assez structurant ? Cela n’ouvre-t-il pas une époque en mal de références ? Face aux transformations contemporaines de la vie familiale, quelle est la place du père aujourd’hui ?

 

Justine Castonguay-Payant

Le choix de l’école lors de la transition primaire-secondaire par les parents non-migrants à Montréal (9 mars 2017)

Résumé : Cette contribution a pour objectif d’émettre des propositions théoriques et conceptuelles entrant dans la réalisation d’un projet d’études doctorales. L’objet de la recherche se concentre sur la pratique du choix de l’école secondaire par les parents non-migrants résidant dans la région de Montréal. Prenant appui essentiellement sur les travaux de Bourdieu, nous espérons comprendre le rôle que tiennent les capitaux dans l’élaboration des choix scolaires lors de la transition primaire-secondaire.

Mots-clés : Politiques éducatives, choix scolaires, marché scolaire, éducation, transition, famille, parents.

Abstract : This contribution aims to introduce a theoretical and conceptual framework on which focuses a PhD project. The research emphasizes on high school choices from non-migrant parents living in the Montreal area. Relying primarily on the work of Bourdieu, this project aims to identify the role of cultural capital in school choice during the primary-secondary transition.

Keywords : Educational policies, school choice, education, educational market, transition, mothers.

 

Antón Castro

Nacido en Santa Mariña de Lañas, Arteixo, A Coruña, 1959, Antón Castro es escritor y periodista. Actualmente dirige el suplemento “Artes & Letras” de Heraldo de Aragón, y el programa cultural Borradores de Aragón Televisión. Ha publicado una veintena de libros, en gallego y castellano. Entre otros, es autor de los siguientes volúmenes de narrativa : El testamento de amor de Patricio Julve (Destino, 1995, 2000), Los seres imposibles (Destino, 1998), El álbum del solitario (Destino, 1999) y Golpes de mar (Destino, 2006). También ha traducido textos del gallego y del portugués : Miguel Torga, José Saramago, José Agostinho Baptista y Xosé María Álvarez Blázquez, entre otros.
Né à Santa Mariña de Lañas, Arteixo, A La Coruña, 1959, Anton Castro est écrivain et journaliste. Il dirige actuellement le supplément « Arts et Lettres » de l’Heraldo de Aragón et l’émission culturelle Borradores à la télévision aragonaise. Il a publié une vingtaine de livres, en gallego et en castillan. Il est l’auteur, entre autres, des volumes suivants : El testamento de amor de Patricio Julve (Destino, 1995, 2000), Los seres imposibles (Destino, 1998), El álbum del solitario (Destino, 1999) y Golpes de mar (Destino, 2006). Il a également traduit des textes du gallego et du portugais : Miguel Torga, José Saramago, José Agostinho Baptista y Xosé María Álvarez Blázquez, entre autres.

Urco, el perro del mar / Urco, chien de mer (14 juillet 2007)

Resumen : Urco, el perro del mar tiene algo de cuento de terror. Aborda una figura compleja de la mitología popular gallega que ha sido observado de mil formas posibles. El texto ha sido presentado en forma de reportaje o de investigación, en una suerte de inventario de casos que se acercan mucho a los documentados por los estudiosos. En Galicia se perciben los aparecidos, los fantasmas, estos perros al acecho, y el mar es como un arsenal de misterios. El relato tiene algo de historia de terror. Debía formar parte de mi último libro,” Golpes de mar” (Destino, 2006), pero al final me pareció que, en realidad, debe figurar en un libro diferente, en uno de zoología fantástica, que escribiré algún día.
Résumé : Urco, chien de mer a quelque chose du récit d’épouvante. Il traite d’un personnage complexe de la mythologie populaire de Gallicie, personnage qui a déjà été étudié de mille façons. Le récit se présente sous forme de reportage, d’investigation, d’une espèce d’inventaire des faits qui se rapproche beaucoup des protocoles pour chercheurs. En Gallicie, on voit des fantômes, des apparitions, des chiens à l’affût et la mer y est comme un arsenal de mystères. Le récit a quelque chose d’une histoire d’horreur. Il devait faire partie de mon dernier livre, « Golpes de mar » (Destino, 2006), mais finalement j’ai pensé qu il devait faire partie d’un autre livre, un livre de zoologie fantastique, livre que je vais écrire très prochainement.

 

Peppe Cavallari

Peppe Cavallari est philosophe et poète. Il travaille sur des questions d’identité et de numérique. Il est professeur de Culture numérique à HETIC (Hautes Études en Technologies de l’Information et de la Communication, Montreuil)

À quoi rêvent les algorithmes ? Le dernier ouvrage de Dominique Cardon (9 novembre 2015)

Pour ceux qui suivent les pistes de la recherche menée depuis plusieurs années autour des enjeux sociaux-politiques de la technologie par Dominique Cardon, ce dernier ouvrage était très attendu et marque l'achèvement temporaire d’une réflexion visant à déchiffrer la logique des algorithmes (en interprétant les rêves) qui s’annonçait dans les travaux précédents. En 2010, dans La démocratie Internet, le sociologue s'intéressait en effet à la politique des algorithmes, affirmant que Les (...)

 

Âme et iPad de Maurizio Ferraris (6 octobre 2014)

Je commencerais par un avertissement : Âme et iPad met celui qui s'essaye à une recension devant un choix embarrassant, celui entre sa version papier, traduction de l'ouvrage en italien1, et son inédite version numérique augmentée (disponible ici : http://www.parcoursnumeriques-pum.c...). L'édition augmentée fournit un texte « interactif » sollicitant l'implication et l'imagination du lecteur qui créé son propre parcours de lecture à l'aide d'un appareillage de contenus (...)

 

Après le dernier clic : que signifie mourir sur le web ? (22 janvier 2013)

Résumé : L’expérience de la mort sur le web révèle un paradoxe évident, celui de sites ou de profils abandonnés par leurs ’propriétaires’, des pages qui deviennent alors des cadavres numériques, leur définitive inactivité équivalant à la mort. Il s’agit cependant d’une mort qui ne correspond pas à une disparition. Au contraire, nous sommes devant une mort temporaire, qui continue à être visible même si tout processus d’écriture, l’écriture polymorphe au fondement de notre existence numérique, s’est arrêté.
Riassunto : L’esperienza della morte sul web rivela un evidente paradosso, quello dei siti o dei profili abbandonati dai loro corrrispettivi curatori, le pagine che diventano quindi i cadaveri del web dato che la loro inattività equivale a cio’ che per noi è la morte. Si tratta tuttavia di una morte che non significa scomparsa, abbiamo invece davanti a noi la morte temporanea di cio’ che continua a essere visibile anche se qualsiasi processo di scrittura, la polimorfa scrittura che si palesa fondamentale per la nostra esistenza digitale, s’è arrestato.
Mots-clés : numérique – mort – visible – oubli – écriture – surmourant

 

L’importance d’un avertissement (25 octobre 2015)

Tout profond changement comporte des aspects qui font surface, s’épanouissant dans leur évidence et leur actualité, attirant ainsi immédiatement l’attention et sollicitant facilement une série de réflexions et d’analyses, et d’autres aspects moins actuels ou plus hypothétiques, se déguisant dans une sorte de latence dont les facteurs fondamentaux sont déjà à l’œuvre mais d’une façon presque imperceptible et subreptice. C’est le cas de ce que certains auteurs ont appelé la « métamorphose numérique1 » ou (...)

 

Safety check : réseaux numériques et sentiment de sécurité (30 novembre 2015)

Résumé : La fonction de contrôle d’absence de danger (safety check) activée par Facebook lors des attentats terroristes à Paris, nous a permis d’acceder à un ultérieur niveau d’intimité, nous entrelaçant encore une fois de plus au réseau dont nous faisons partie et qui fait autant partie de nous. Le rôle assumé par la plateforme de Zuckerberg pendant cette nuit de terreur, pose autant de questions philosophiques sur la relation entre individuel et collectif que de problèmes politiques sur l’institutionnalisation d’une entreprise privée, forte d’une infrastructure transversale aux limites de l’appartenance nationale de tout en chacun et qui, aujourd’hui, hors du web n’a pas de compétiteurs dans une capacité de plus en plus cruciale : celle de nous saisir en tant que élément d’un réseau.

 

Safety Check : social network et sentimento di sicurezza (30 novembre 2015)

Résumé : La funzione di controllo di assenza di pericolo (Safety Check), attivata da Facebook in occasione degli attentati terroristici di Parigi, ci ha fatto accedere ad un ulteriore livello d’intimità che ci stringe ancora una volta di più al social network di cui facciamo parte, e che fa parte di noi. Il ruolo assunto dalla piattaforma di Zuckerberg in questa notte di terrore, pone delle riflessioni filosofiche sulla relazione tra dimensione individuale e dimensione collettiva e una serie di problemi politici a proposito dell’istituzionalizzazione di un’azienda privata, forte di una infrastruttura trasversale ai limiti dell’appartenenza nazionale ciascuno e che, oggi, al di fuori da web non ha avversari in una capacità sempre più cruciale : quella di configurare ognuno di noi in quanto parte di una rete.

 

Toujours en ligne sur Facebook (11 octobre 2012)

Aujourd'hui, Facebook est vraiment ennuyeux. Il n'y a rien, rien de rien, rien du tout. Une amie voyage seule en Écosse et publie les photos de ses repas : hier elle a pris du bacon au petit-déjeuner, aujourd'hui aussi. Un ami se marie après dix ans de fiançailles, les invités le congratulent en écrivant presque tous la même chose : félicitations, vous êtes merveilleux ! Il y a l'ami qui s'inquiète pour son chien malade, celui qui a acheté une nouvelle voiture et celui qui craint (...)

 

Une réflexion philosophique inédite sur le web (28 janvier 2014)

Personne n'avait dit peut-être, d'une façon aussi explicite et catégorique, ce que Stéphane Vial affirme à plusieurs reprises dans ce livre, comme au moment où, à propos de la révolution numérique, il écrit que celle-ci « n'est pas seulement un événement technique mais aussi philosophique » (p. 23) et que : « comme toutes les révolutions techniques précédentes, elle est une révolution phénoménologique, c'est-à-dire une révolution de la perception : elle ébranle nos habitudes perceptives de (...)

 

Pavel Cech

Les différences tolérables et intolérables dans la traduction tchèque des textes français : l’exemple des bibliophilies (1945-1953) (29 juin 2007)

Résumé : La caractéristique essentielle de la traduction tchèque des textes français, entre 1945 et 1953, tient à sa profonde modification. Les années 1948-49, lorsque les communistes s’emparent du pouvoir et commencent à appliquer leur politique culturelle, constitue une frontière entre la politique éditoriale (relativement) libre des années 1945-1948 et celle ultérieure pendant laquelle presque tous les projets éditoriaux sont soumis à des critères de compatibilité avec l’idéologie communiste dominante. Mais la traduction tchèque du français se poursuit dans des réseaux bibliophiliques.

 

Margarita Celma-Tafalla

Presidenta de “Corals del Matarranya”, Directora de la Coral Thymiaterion de Calaceite y del Coro de Cámara de Beceite.

Intermusicalidad (25 janvier 2007)

Partiremos del concepto de "intertextualidad" acuñado en los años 70 por la crítica literaria Julia Kristeva que demuestra como cualquier texto futuro no puede ser sino un diálogo con textos anteriores, una glosa. Todo texto es un intertexto, otros textos se encuentran insertos en un texto bajo formas más o menos reconocibles. Este movimiento literario se ha dado en todas las artes y ha propiciado en música el término intermusicalidad ; neologismo que en España se ha denominado "Música sobre músicas" cuando uno o varios textos musicales preexistentes se han reestructurado dándoles un nuevo sentido. Puede usarse la técnica del "collage" o entenderse la intermusicalidad como arte fónico y de sonidos de la naturaleza, así como fusión de culturas en los procesos interculturales. El término anglosajón utilizado es Borrowing : préstamo. Hertz en 1993 propuso para la música la palabra intertexturalidad en Angels of Reality. Ingrid Monson, etnomusicóloga y profesora asistente en el Departamento de Música de la Universidad de Chicago, introduce en 1996 el término de "intermusicalidad".

 

Intermusicalité (25 janvier 2007)

Nous partirons du concept d’ "intertextualité" élaboré dans les années 70 par la critique littéraire Julia Kristeva, qui a démontré que tout texte à venir ne peut exister sans un dialogue avec des textes préexistants, une glose. Tout texte est intertexte, car d’autres textes sont insérés dans un texte de base sous des formes plus ou moins reconnaissables. Ce mouvement littéraire s’est étendu à tous les autres arts et a pris le terme d’"intermusicalité" pour ce qui concerne la musique.

 

Brigitte Chamak

Brigitte Chamak est chercheur en sociologie et histoire des sciences à l’Université Paris Descartes au CERMES3 (INSERM U 988, CNRS UMR 8211). Docteur en neurosciences et en Epistémologie et Histoire des Sciences, elle a étudié l’histoire des sciences cognitives et des rapports entre sciences et politique. Elle explore actuellement les controverses sur l’autisme et le rôle des associations de parents et de patients

Brigitte Chamak is a researcher in sociology and history of sciences at Paris Descartes University (CERMES3). With a PhD in neurosciences and in Epistemology and History of Sciences, she has studied the History of Cognitive Sciences and the relationship between Sciences and Politics. Currently, she analysed the autism controversies and the role of the associations of parents and of patients

Sciences cognitives et modèles de la pensée (30 novembre 2004)

Résumé : Cette intervention a pour objet l’analyse des modèles de la pensée proposés par les chercheurs en sciences cognitives. Ces derniers expliquent qu’ils aspirent à regrouper diverses disciplines pour analyser les processus impliqués dans la formation et l’exploitation de la connaissance. Ils sont intéressés par l’étude du fonctionnement de l’esprit et cherchent à décrire, expliquer, simuler les fonctions cognitives telles que le langage, le raisonnement, la perception, la compréhension, la mémoire ou l’apprentissage. Ce type d’intérêt les conduit à proposer des théories de l’esprit qui ne sont pas sans conséquence puisque, en un sens, elles tentent de définir ce qui spécifie un être humain. L’interdisciplinarité prônée par les chercheurs en sciences cognitives est souvent mise à rude épreuve car, en fonction de leur discipline d’origine, ils produisent des discours différents et correspondant à des conceptions concurrentes. L’objectif est ici de comprendre dans quel univers culturel les acteurs des sciences cognitives évoluent, quelles positions philosophiques ils adoptent, quels types d’idéologie ils développent et comment leurs pratiques et leur formation influent sur leurs conceptions. Il m’a paru intéressant, dans un deuxième temps, d’analyser le processus d’institutionnalisation en France.

 

Jean­­-Baptiste Chantoiseau

Lavements de l’image et évaporation du sujet : Dead Man (1995) de Jim Jarmusch (7 mars 2005)

Cinéaste né près de Cleveland, dans l’Ohio, en 1953, Jim Jarmusch, adulé ici ou là en Europe et au Japon, est un inconnu, ou presque, dans son propre pays. Il faut dire que les huit films qu’il a réalisés en vingt-cinq ans de carrière tranchent, par leur esthétique raffinée, avec le lot commun des films d’action « made in Hollywood » propres à déplacer les foules. Cinéaste né près de Cleveland, dans l'Ohio, en 1953, Jim Jarmusch, adulé ici ou là en Europe et au Japon, est un inconnu, ou presque, dans (...)

 

Johann Chapoutot

Normalien, agrégé d’histoire, diplômé de l’I.E.P. de Paris (Sciences Po), Johann Chapoutot, né en 1978, est spécialiste d’histoire culturelle. Il est docteur de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne où il a soutenu, en 2006, une thèse portant sur « Le national-socialisme et l’Antiquité ». Enseignant-chercheur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, à l’Université Paris II Panthéon-Assas et à l’Ecole Polytechnique, il a publié des contributions à l’histoire des relations culturelles franco-allemandes et à celle du phénomène nazi. La pluridisciplinarité, le dialogue entre histoire et philosophie notamment, est une composante structurante de son travail.

Le jeune homme et la mort : nihilisme, logique de l’absurde et sens de l’amour dans le Caligula d’Albert Camus (25 novembre 2006)

Résumé : En 1945, Albert Camus fait représenter son Caligula, pièce dans laquelle il fait du monstre de l’historiographie romaine une incarnation de la révolte métaphysique causée par la conscience angoissée de l’absurde. Si les dieux ont fui, l’homme, libéré de la prescription et de la sanction, et abandonné à une radicale solitude, est libre. Face au néant qui néantise, il peut prendre le parti de l’essentielle équivalence des êtres et des choses et hâter cette mort qui, quoiqu’on en ait, vient (...)

 

Nazisme et guerre totale : entre mécanique et mystique (7 mars 2005)

Nous connaissons tous, je crois, la scène : nous sommes le 18 février 1943, dans le Palais des Sports de Berlin. Seize jours plus tôt, le feld-maréchal von Paulus et sa VIème armée ont capitulé à Stalingrad. Pour la première fois depuis 1939, la Wehrmacht est vaincue dans un combat majeur. Pour la première fois, elle amorce un recul. Ce soir-là, devant un auditoire soigneusement choisi, le Reichskulturminister et Gauleiter de Berlin, Joseph Goebbels, prononce un discours pour retremper l’ardeur belliciste du peuple allemand. L’ambiance est exaltée. Elle devient proprement extatique au moment où, lors de la péroraison, Goebbels lance à son auditoire cette question fameuse : "Voulez-vous la guerre totale ?". Et l’auditoire, dans un des plus furieux moments de transe jamais organisés par le régime, répond : Oui !

 

Nazisme et guerre totale : entre mécanique et mystique (7 mars 2005)

Résumé : Nous connaissons tous, je crois, la scène : nous sommes le 18 février 1943, dans le Palais des Sports de Berlin. Seize jours plus tôt, le feld-maréchal von Paulus et sa VIème armée ont capitulé à Stalingrad. Pour la première fois depuis 1939, la Wehrmacht est vaincue dans un combat majeur. Pour la première fois, elle amorce un recul. Ce soir-là, devant un auditoire soigneusement choisi, le Reichskulturminister et Gauleiter de Berlin, Joseph Goebbels, prononce un discours pour retremper l’ardeur belliciste du peuple allemand. L’ambiance est exaltée. Elle devient proprement extatique au moment où, lors de la péroraison, Goebbels lance à son auditoire cette question fameuse : « Voulez-vous la guerre totale ? » Et l’auditoire, dans un des plus furieux moments de transe jamais organisés par le régime, répond : « Oui ! »

 

Jean-Paul Chartier

Com’è possibile restare ragionevoli, nonostante tutto ? (10 mars 2010)

Abstract : Esiste una contraddizione fondamentale nella nostra epoca, mentre da un lato nega il pensiero magico, le credenze religiose e vuole sbarazzarsi dei miti, dall’altro ne ricostituisce di nuovi, come fa Yves Bonnefoi con Rimbaud o, come fece un tempo, Sartre con il comunismo. Eppure, queste nuove credenze, pur essendo implicite e celate, ci costano molto care, perché ci asserviscono, nostro malgrado, a dei nuovi precetti e a dei nuovi idoli che non dovremmo rimettere in discussione. Com’è possibile restare ragionevoli in una tale trama di contraddizioni ? A questo punto, risulta chiara la posizione cinica di Foucault : almeno sappiamo di cosa si tratta, il ragionevole viene collocato nella sua posizione più semplice, altresì la più ovvia. “Il meglio è nemico del bene” come affermava anche Ivan Illich.
Résumé : On trouve une contradiction essentielle de notre temps qui, d’un côté nie la pensée magique, les croyances religieuses et veut se débarrasser des mythes, et d’un autre côté ne fait que s’en reconstituer de nouveaux comme le fait Yves Bonnefoy avec Rimbaud ou, jadis, Sartre avec le communisme. Mais nos nouvelles croyances, aussi implicites et cachées qu’elles puissent être, nous coûtent très cher puisqu’elles nous assujettissent, que nous le voulions ou non, à de nouveaux préceptes et à de nouvelles idoles qu’il ne faut pas remettre en question. Comment est-il possible d’être raisonnable dans un tel tissus de contradictions ? On comprend finalement la position cynique de Michel Foucault : au moins sait-on de quoi il retourne, le raisonnable est réduit à sa position la plus simple et apparemment la plus évidente. « Le mieux est l’ennemi du bien » comme le disait également Ivan Illich.

 

Comment être raisonnable, malgré tout ? (23 octobre 2009)

Résumé : On trouve une contradiction essentielle de notre temps qui, d’un côté nie la pensée magique, les croyances religieuses et veut se débarrasser des mythes, et d’un autre côté ne fait que s’en reconstituer de nouveaux comme le fait Yves Bonnefoy avec Rimbaud ou, jadis, Sartre avec le communisme. Mais nos nouvelles croyances, aussi implicites et cachées qu’elles puissent être, nous coûtent très cher puisqu’elles nous assujettissent, que nous le voulions ou non, à de nouveaux préceptes et à de nouvelles idoles qu’il ne faut pas remettre en question. Comment est-il possible d’être raisonnable dans un tel tissus de contradictions ? On comprend finalement la position cynique de Michel Foucault : au moins sait-on de quoi il retourne, le raisonnable est réduit à sa position la plus simple et apparemment la plus évidente. « Le mieux est l’ennemi du bien » comme le disait également Ivan Illich.

 

L’intériorité : espace imaginaire ou duperie ? (20 septembre 2004)

Résumé : La conséquence immédiate de la célèbre affirmation l’existence précède l’essence fait de Sartre l’homme de la négation de l’intériorité psychique. Cette position développée par Gérard Wormser dans son livre Sartre (coll. Synthèse, Armand Colin, 1999) a pour le moins le mérite de soulever la question de cette intériorité qui paraît aller de soi alors que rien n’est moins sûr. Avec Sartre, nous devenons un champ de bataille où s’affrontent un certain nombre de forces qui, selon lui, restent extérieures à nous, même nos pulsions. Si elles se heurtent au monde, elles ne représentent en quelque sorte que le courant de la vie qui nous traverse mais qui nous resterait à jamais étranger. Quel rôle resterait-il à cette « conscience transcendante », à cette « praxis existentielle » qu’il appelle de ses vœux, si ce n’est, dès lors, d’échapper aux essences traditionnelles d’une nature humaine intangible ? Rien moins que la remise en cause de mythes qui tentent de résoudre à notre place nos contradictions, aliénation essentielle dont il est possible pour Sartre de se débarrasser, l’intériorité faisant partie intégrante de ces mythes dont il faut se défaire...

 

La raison est-elle folle ? (27 février 2011)

Résumé : « L’idée est plus réelle que le réel », voilà la constatation que fait Edgar Morin face à la sacralisation du sens et de la raison de notre univers contemporain, qui a tant de mal à regarder la complexité de la réalité telle qu’elle est. La réussite technologique, même remise en cause, continue d’exalter la magie de la raison beaucoup plus adorée qu’on ne le croit, au point qu’elle est mise à toutes les sauces et justifie tout. Puisqu’il faut absolument avoir des certitudes ! Tant pis si la vie psychique est laminée par cette logique infernale et n’a souvent d’autre issue que d’emboîter le pas de cette religion implicite. A moins d’esquisser une révolte plus ou moins maladroite (hystérie) que seuls les meilleurs artistes arrivent à transcender pour nous ouvrir à d’autres mondes.
Mots-clés : Edgar Morin – Sens et présence - Pulsion insatiable – Pensée magique - Raison, folie de la raison – Société toxicomane - Moi inexistant – Hystérie – Zouc

 

Paula Chaussenot

Le républicanisme anglais dans la seconde moitié du 17e siècle : l’exemple d’Algernon Sidney (22 avril 2013)

Résumé : Le repérage des idées républicaines chez les penseurs anglais de la deuxième moitié du 17e siècle est particulièrement difficile en raison d’ambiguïtés linguistiques propres à la langue anglaise et de prudence pratiquée par les auteurs face à la situation politique, mais également à cause de concepts flous dans leurs contenus politiques ou même partagés par des avocats de doctrines monarchistes, voire absolutistes. Une herméneutique d’un supposé langage commun devient alors inutile. La pensée d’Algernon Sidney en est peut-être un cas exemplaire.

 

Lee Chih-Te

李志德,1969年出生在台灣。 現職是台灣聯合報記者,主跑兩岸(台灣和中國大陸)關係和國防部門。 曾出版一本著作:《海風泱泱》(商周出版,2006),內容為台灣海軍自一九八○年代初至九○年代中的建軍備戰,包括對法採購拉法葉艦的歷史。 Lee, Chih-Te was born at Taiwan in 1969. Lee is a journalist of United Daily News, a Chinese newspaper, and interested in Taiwan-China relationship and national defense affairs. He is author of A High Wind At Sea (Business Weekly Publications, 2006) which is about the history of Taiwan Navy from 1980s to the middle of 1990s, including La Fayette frigate procurement commission corruption.

民主祭典─ 對台灣政黨輪替八年部分公共政策的總結評價 (28 mai 2008)

摘要 : 在一九四九年的中國內戰結束後,中國分裂為大陸(中華人民共和國)和台灣(中華民國),從冷戰時期對峙到今天。中國不放棄統一台灣,用非和平手段也在所不惜;台灣民眾則絕大多數主張維持兩岸分裂分治的現狀。
「統∕獨問題」,成為台灣政治的首要議題,但台海情勢牽連著美、日等國的國家利益,想要現在立刻解決統獨之爭,幾乎不可能,除非發動戰爭。但八年來,民進黨政府更多地將兩岸的敵我矛盾,轉用於國內政爭,只因為國民黨主張維持現狀,不需要立即宣告台獨。可以說,八年來的統獨之爭,根本是個假議題。
關键詞 : 台灣總統選舉 - 台海兩岸關係 - 統∕獨意向
Abstract : In 1949, at the end of Chinese civil war, China separated into “Mainland China” (People’s Republic of China) and “Taiwan” (Republic of China). Both sides of Taiwan Strait confront from Cold War till now. China won’t give up “China Unity”, even appeal to non-peace means. In Taiwan, majority people intent to keep staus quo. In Taiwan, unity/independent problem became dominant political issues. But situations of Taiwan Strait connected national interest of major powers, for example United States and Japan. It is impossible to solve this problem in the foreseeable future, except war. Democratic Progress Party(DPP) ruled in 2000. DPP had been used to accuse their competition, KMT (the Nationalist) traitor but political opponent. Because KMT advocate for keeping staus quo and no need to announce “Taiwan Independent ” right now. “Confrontation of unity/independent” lasted in the very eight years, but we may say that is indeed a “fake issue”.
Keywords : President election of Taiwan ; Taiwan-China relationship ; intention of unity/independent

 

Gabrielle Chomentowski

Gabrielle Chomentowski est doctorante à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Elle travaille sur le concept d’amitié des peuples et sur la question nationale à travers le prisme du cinéma soviétique. Titulaire d’un diplôme de russe à l’INALCO et d’un master de science politique à l’IEP, elle a auparavant effectué des recherches sur le cinéma géorgien, puis sur les Juifs dans le cinéma soviétique de Khrouchtchev à Brejnev.

Socialisme et judéité dans l’Empire russe (25 février 2005)

Le titre du livre de Claudie Weill est composé des trois mots-clés étayant la construction de cette étude : cosmopolite-socialisme-judeité. Concernant l’histoire de la Russie, de l’URSS et des Juifs de cette partie du monde, ces trois termes correspondent à trois domaines distincts et étroitement liés : le social, le politique et le culturel. Bien que le titre annonce des dates précises renvoyant d’une part à la création du Bund (Union générale des ouvriers juifs de Pologne, Russie et Lituanie) mais aussi à celle du POSDR (1897), et d’autre part à la Révolution bolchevique (1917), l’ouvrage couvre une plus large période allant de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à la moitié du XXe siècle. Ce livre, fruit de différentes réflexions de l’auteur, parues sur une longue période sous forme d’articles, retrace la situation dramatique des Juifs dans l’Empire russe de la fin du XVIIIe siècle et XIXe siècle, l’éveil de la conscience socialiste chez une grande partie de cette communauté juive, sa participation aux différents courants révolutionnaires ainsi que sa dispersion dans le monde entier, et cela à travers l’émigration des membres du Bund sous la pression du régime tsariste, puis sous la menace des bolcheviques.

 

Katarina Chovancova

Enseigner l’Europe / Teaching Europe (22 octobre 2009)

Résumé : Depuis quelques décennies et surtout les deux dernières, l’Europe est en pleine construction. Elle vise à créer un rapprochement entre ceux qui y vivent, un sentiment d’appartenance à une même communauté politique, sociale, économique, en préservant toutefois l’existence de cultures et d’identités multiples. Il n’existe pas un seul domaine dans lequel on pourrait éviter de se poser la question des façons de construire ensemble cette Europe. (...)
Abstract : For a few decades now, and mainly in the past twenty years, Europe has been under construction. The process aims at creating a bind between people who live in Europe, a feeling of belonging to a political, social, economic community. With a strong desire, however, to preserve the existence of multiple cultures and identites. The question of how Europe should be built emerges in each and every field of human existence and activity. (...)

 

Europe, espace d’une nouvelle communication (22 octobre 2009)

Résumé : Concernant l’éducation aux valeurs citoyennes et interculturelles européennes (sens critique, curiosité, respect, solidarité et autres), on cite souvent, parmi les valeurs à enseigner, la construction des savoir-faire communicatifs. Il s’agit notamment de permettre à l’apprenant de s’ouvrir l’accès à une pluralité des codes souvent contradictoires et de s’entraîner à leur lecture. L’éducation aux savoir-faire communicatifs doit cependant, dans ce sens, tenir compte des voies parallèles ou les savoir-faire communicatifs se forment chaque jour, spontanément et de façon particulière. Le travail montre quelques spécificités de la communication médiatisée par ordinateur, outil qui donne visage à la communication d’aujourd’hui, crée des habitudes communicatives relativement fortes et laissent une empreinte sur le comportement linguistique général des sujets parlants.
Mots-clés : communication – pluralité des codes – savoir-faire communicatifs – linguistique général – éducation
Abstract : When it comes to European citizenship and intercultural values education (critical thinking, curiosity, respect, solidarity and others), construction of communicative skills is often cited as a value that should be developed. It means to let students have access to a plurality of codes, often contradictory and to read them. However, developing of communicative skills at school should be aware of the existence of parallel ways in which these skills are being developed every day, spontaneously and often in a very particular way. The paper shows some of the specificities of computer-mediated communication, a tool which shapes communication in today’s world, created communicative habits which are relatively strong and and marks linguistic behaviour of speakers in general.
Keywords : ccommunications – plurality of codes – know-how in communications – general linguistics – education

 

Tolérance (des différences), purisme et politique linguistique en Slovaquie et en France (19 mars 2008)

Résumé : Notre article est divisé en deux parties. L’auteur de la première, Monika Zázrivcová, s’est proposée de réfléchir sur la tolérance en linguistique, en partant de la situation qui éveille actuellement en Slovaquie une vive discussion dans le milieu linguistique (elle est probablement inconnue au public francophone). L’auteur de la deuxième partie, Katarína Chovancová, a essayé de mettre en parallèle deux mesures législatives dans le domaine de la langue en Slovaquie et en France, la loi sur la langue et la loi Toubon, pour tenter une comparaison entre certains aspects des politiques linguistiques mises en place dans les deux pays. Au terme de l’analyse, elle nomme les institutions principales qui ont pour mission d’assurer la mise en place de ces politiques.

 

David Christoffel

Né à Tours, David Christoffel a commencé la musique à Sevran, la radio à Luçon, la philosophie à Nantes, une œuvre pour cordes à Clichy. Il a arrêté la chanson à l’adolescence et continué la radio. De ce fait, ses opéras parlés sont encore des performances poétiques. Sur ces interventions, il est donc notable que ses poèmes pour Action restreinte sont très différents de ses recensions pour Il Particolare.

Derushage mortel (16 novembre 2010)

Partant du principe que la réalité dépasse la fiction, il n’est pas question de se raconter des histoires sans y trouver quelques gages mortels. La vie ne peut pas sortir intacte du seul fait qu’elle doit toujours pouvoir se raconter. A considérer les formes qui pèsent sur le récit qui cadre l’existence, on devrait pouvoir s’en sortir avec un certain volontarisme. Maintenant, comment faire sans se laisser avoir par les bons vieux scénarios égocratiques ? "Dérushage mortel" est une création sonore qui met en jeu le principe de réalité comme surenchère conversationnelle de rendement vital, en plus d’une sympathique ballade narratologique. Avec l’aimable participation de Frédéric Dumond.

 

Christos Chryssopoulos

Christos Chrissopoulos (1968) is a novelist, essayist and translator. He was born in Athens and is among the most prolific young prose writers on the Greek literary scene. He has authored five novels, most recently The London Day Of Laura Jackson (2008), a volume of essays (The Language Box, 2006), and one collection of short stories (Napolean Delastos’ Recipes, 1997). Since 1999, he has collaborated with the visual artist Diane Neumaier on several art projects. Their artists’ book, The Black Dress, was published in the USA in 2002. Their exhibition Encounters was held at the Reykjavik Museum of Art in 2003 and the corresponding catalogue was published in 2004. Christos has been featured in many anthologies of contemporary Greek fiction and writes regularly on literary theory. His work appears in five languages. He has won a number of grants and has been invited to writers’ centres in Europe and America. He was an Iowa Fellow in 2007.

Livres / books :
The London Day Of Laura Jackson (2008)
The Language Box (2006)
The Black Dress (2002)
Napolean Delastos’ Recipes (1997)

The destruction of the Parthenon (15 mars 2013)

Abstract : The Greek novelist and essayist Christos Chryssopoulos was inspired by the surrealist poet Yorgos Makris magining, during World War II, the "total destruction of the classical monuments" starting with the most prestigious and symbolic of all, the Parthenon. He has built his novel The Destruction of the Parthenon upon this story, combining history with the contemporary nnd fiction with documentation. Since the economic, political and social crisis is ravaging the writer’s country, his novel’s impact seems to be notably amplified. The author’s interview by the Belgian journalist Pierre Jassogne, in the midst of 2012’s autumn, is based on such a point of view, asking him as well to cast his opinion about the role of the intellectuals in these times of crisis. The most recent book by Christos Chryssopoulos (Une lampe entre les dents. Chronique athénienne, released in February 2013) mingles a poetical meditation with fiction and a review of the present situation. Published by Actes Sud, those books have been translated by Anne-Laure Brisac.
Résumé : Romancier et essayiste grec, Christos Chryssopoulos s’est inspiré du poète surréaliste Yorgos Makris, qui, en pleine seconde guerre mondiale, imaginait la « destruction totale des monuments classiques », à commencer par le plus prestigieux et symboliques d’entre tous, le Parthénon. Il en a construit son roman La Destruction du Parthénon, qui mêle histoire et contemporain, fiction et documentation. Depuis que la crise – économique, politique, sociale – ravage le pays de l’écrivain, tout se passe comme si ce roman prenait une résonance plus vaste. C’est de ce point de vue que l’a interviewé le journaliste belge Pierre Jassogne, à l’automne 2012, lui demandant également de revenir sur la place de l’intellectuel en temps de crise. Le dernier texte de Christos Chryssopoulos vient de paraître (février 2013), qui associe méditation poétique, fiction et chronique du temps présent : Une lampe entre les dents. Chronique athénienne (tous ces ouvrages sont publiés par Actes sud et traduits par Anne-Laure Brisac).

 

Eduardo Cifuentes

Sens et importance de la Déclaration universelle des droits de l’homme dans ce nouveau siècle (17 juin 2009)

Résumé : Éduardo Cifuentes, éminent juriste colombien, retrace les temps forts et les revers auxquels fait face la DUDH “pierre angulaire de la Constitution mondiale”. Ce faisant, l’auteur montre en quoi le paradigme juridique qu’elle constitue redéfinit les limites de la souveraineté des États, en leur ôtant notamment leur droit historique à faire la guerre. Cependant, l’importance de ce moment dans le chemin vers une paix mondiale est minimisée par la réapparition sur la scène internationale de concepts tels que celui de Guerre Juste. Aussi, la mondialisation économique face à laquelle les États sont faibles et accommodants (alors qu’ils deviennent envahissants et forts envers leurs citoyens), transforme progressivement la DUDH en « artifice rhétorique et décoratif ». L’auteur plaide alors pour une refondation fédérale du système des institutions internationales afin que la DUDH prenne tout son sens. Cet article suit de près les thèses exposées par Luigi Ferrajoli sur la constitutionnalisation de l’ordre juridique global, amplement développées dans son oeuvre Principia Iuris. Teorîa del Diritto e delle democracia, ed Laertza, 2007.
Resumen : Eduardo Cifuentes, eminente jurista colombiano, muestra los avances y los obstáculos a los cuales se ha enfrentado la DUDH, “pieza vertebral de la Constitución del mundo”. Esta, siendo un nuevo paradigma jurídico, redefine los límites de la soberanía de los estados, que ya no podría comportar el histórico derecho a declarar la guerra. Sin embargo, tan importante avance en el camino hacia la paz mundial se ve cuestionado por la reaparición de conceptos como el de Guerra Justa. Además, la mundialización económica frente a la cual los estados son débiles y flexibles (mientras que con sus ciudadanos tienden a ser fuertes e invasivos), muta la Declaración en “artificio retórico y decorativo”. El autor hace entonces un llamado a la refundación federal del sistema de las instituciones internacionales afín que la Declaración adquiera todo su significado.

 

Blondin Cisse

L’espace public politique ou le lieu de la construction déconstructive (5 juin 2014)

« Elle [l’argumentation politique] est construction d’un monde paradoxal qui met ensemble des mondes séparés. La politique n’a pas ainsi de lieu propre ni de sujets naturels. Une manifestation est politique non parce qu’elle a tel lieu et porte sur tel objet mais parce que sa forme est celle d’un affrontement entre deux partages du sensible. » Jacques Rancière, Aux bords du politique, Paris, Gallimard, 1998 [1990], p. 245 Position du problème Je voudrais introduire cet article par deux (...)

 

Vincent Citot

L’UNESCO : paix savante ou politique ? (16 avril 2006)

Résumé : La paix doit être à la fois pensée et construite ; elle doit être savante et politique, pour reprendre l’expression de Weber ("Le Savant le Politique"). Si l’UNESCO ne faisait que penser la paix sans impliquer les politiques dans son Organisation, elle ne viserait qu’une paix idéelle. Inversement, une paix qui serait construite sans être pensée serait une paix de purs compromis politiques, un pragmatisme de la paix pour lequel les moyens justifieraient cette fin. Ce serait, surtout, prendre le risque d’une paix injuste, d’une paix qui serait une simple absence de guerre. Or, toute paix n’est pas bonne !
Abstract : Peace should be both a thinking process and a construction ; it must be both learned and politic, as says Max Weber in "Science As a Vocation, Politics As a Vocation". If UNESCO was to think about peace without including politicians in its organization, it would only aim at a mere concept of peace. On the opposite, should a peace be built without any thinking, it would only be peace by compromises, a pragmatic approach of peace in which means would justify the ends. More important, it would be risking an unfair peace, a peace that would be no more than a no-war situation, whereas all peaces are not necessarily good.

 

Bertrand Cochard

Bertrand Cochard, ancien élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, agrégé de philosophie, Doctorant Contractuel Chargé d’Enseignement (DCCE) à l’Université Nice Sophia-Antipolis. Il prépare actuellement une thèse intitulée « La production du séparé. Guy Debord et la philosophie », sous la direction de Pierre-Yves Quiviger et Arnaud Milanese.

L’espace urbain : un dispositif de la modernité ? (11 novembre 2017)

Résumé : À partir du XIXe siècle et essentiellement au XXe siècle, un grand nombre de théories sur l’espace urbain, son organisation et sa fonction, tendent à lui reconnaître la capacité de produire un certain type de sujets. Ces théories – que l’on trouvera formulées chez des auteurs comme Le Corbusier, Lewis Mumford, Henri Lefebvre ou encore Guy Debord – tracent ainsi un lien entre l’agencement urbain et les comportements et mentalités qui s’y déploient. En nous référant à la pensée urbaniste moderne et aux diverses critiques qui en ont été faites, nous nous demanderons à quelles conditions il est possible de reconnaître à la ville moderne le statut de dispositif, et ce que cette reconnaissance implique sur le plan de la forme que doit prendre l’action collective.

Mots-clés : espace urbain, dispositif, dérive, flânerie, psychogéographie, Urbanisme Unitaire, smart cities, Giorgio Agamben, Guy Debord, Henri Lefebvre.

Abstract : Since the 19th century, but especially during the 20th century, a lot of theories about urban space have emerged, recognizing the capacity of the latter to produce subjects. In other words, those theories – that one can find in the work of Le Corbusier, Lewis Mumford, Henri Lefebvre or Guy Debord – have tried to pinpoint a link between the organization of urban space and a specific type of mentality. Presenting those theories, this article aims to show that it is possible to consider the modern city itself as an apparatus, and to present the consequences of that consideration on the orientation of collective action.

Keywords : Urban space, Apparatus, Dérive, Flânerie, Psychogeography, Unitary Urbanism, Smart Cities, Giorgio Agamben, Guy Debord, Henri Lefebvre.

 

Federico Coen

Les nouvelles frontières de la gauche. Entretien avec l’écrivain Norberto Bobbio (27 juin 2014)

Résumé : Cette conversation avec Norberto Bobbio, publié en italien en 1991, prend source dans le cataclysme politique qui a bouleversé et déterminé l’effondrement du « communisme réel » ainsi que le processus de dissolution d’un grand empire multinational. Traduite dans nos colonnes un peu plus de vingt ans après sa parution en italien, elle permet de considérer avec le recul nécessaire les transformations intervenues depuis lors en Europe. Cette rétrospective sur un phénomène comme le mouvement communiste, qui a profondément marqué l’histoire du siècle dernier, s’inscrit dans le cadre de nos réflexions concernant les « gauches du monde ». Près de soixante-dix ans après la victoire de l’Armée rouge sur la Wehrmacht, il nous semble particulièrement utile de nous remémorer une époque dont les cadres mentaux structurent encore certains rapports de force internationaux, en revenant aux termes dans lesquels la transformation de ceux-ci pouvaient se présenter en 1991.
Nous remercions Biancamaria Bruno et la revue Lettera Internazionale de nous avoir autorisé à publier ce texte dans une traduction due à Vittoria Cavazzoni.

 

Marie-Thérèse Coenen

Historienne, CARHOP, Centre d’animation et de recherche en histoire ouvrière et populaire (Bruxelles, Belgique)

Et si on se passait des patrons ? (22 mai 2009)

Résumé : En Belgique, la concertation sociale comme mode de régulation des tensions sociales est, après 1945, institutionnalisée. Le mouvement syndical belge y occupe une position clé. Quel relais est-il pour les revendications des travailleuses ? Les années soixante connaissent à la fois une embellie économique et la mise en œuvre de l’Union économique européenne. A partir de 1973 commencent les années de récession et de fermetures d’entreprises surtout manufacturières, tandis qu’en 1980, la crise s’installe durablement. Répondant à ces trois temps, des Golden sixties aux années 80, trois conflits vont nous servir de modèle pour tenter d’expliquer les luttes menées par les travailleuses dans, avec ou contre le syndicat. Il s’agit de la grève des ouvrières de la Fabrique nationale d’armes de guerre à Herstal, en 1966, de l’expérience autogestionnaire Le Balai Libéré, en 1975 à Ottignies Louvain-La-Neuve et le conflit des 13 femmes de Bekaert-Cockerill, à Fontaine l’Evêque, en 1983. Nous montrons l’articulation entre le mouvement syndical et les grévistes, ainsi que l’interaction ou non de ces luttes avec les mouvements féminins et néo-féministes.
Mots-clés : Syndicalisme – Syndicats – Travailleuses – Grèves – Autogestion – Egalité salariale –Féminisme – Temps de travail – Temps partiel – Belgique – Grève de la F.N. à Herstal

 

Gérard Colavecchio

La francophonie, une notion dépassée ? Entretien avec Bienvenu Sene Mongaba (31 juillet 2012)

Résumé : L’entretien avec Bienvenu Sene Mongaba a eu lieu le 30 septembre 2010 à l´Institut français de Stockholm. Bienvenu Sene Mongaba avait participé au Salon du Livre de Göteborg (23-26 septembre 2010) consacré à l’Afrique. Il revient ici sur les notions de francophonie et de bilinguisme en s’appuyant sur le cas du Congo-Kinshasa.
Mots-clés : francophonie – bilinguisme – promotion du français – Congo-Kinshasa – lingala

 

Thierry Collet

Artiste au parcours singulier, Thierry Collet est devenu comédien-metteur en scène pour donner du sens à la magie, un art qui lui valut de nombreux lauriers. Sa double formation de comédien et de magicien lui permet de renouveler une esthétique et ses codes anciens pour mieux questionner les processus de perception et d’appréciation du réel.

L’information et sa manipulation (30 juin 2011)

Résumé : Le Musée des Confluences du département du Rhône a entrepris en 2009 un cycle de conférences publiques, avec la participation de Sens Public, en partenariat avec le Théâtre de la Renaissance d’Oullins, dont le directeur Jean Lacornerie développe un programme centré sur l’expression corporelle. La création d’un spectacle de Thierry Collet, Pensez, je ferai le reste, fut l’occasion d’un débat centré sur l’information et sa manipulation. Nous en proposons ici la retranscription.

 

Françoise Collin

Beauvoir et la douleur (8 mars 2010)

Résumé : L’œuvre de Simone de Beauvoir a fait l’objet de nombreux commentaires. Bon nombre de ceux-ci concernent le livre qui, revendiqué par une part importante du mouvement féministe dès les années 70, a assuré sa pérennité, et a servi d’introduction sinon de clé à tous les autres : Le deuxième sexe. Les analyses critiques de la situation des femmes qu’il développe, chapitre après chapitre, ont inspiré une partie importante de ce mouvement dans son entreprise de dépassement théorique et politique des injustices qui structurent les rapports entre les sexes. Rappeler l’excédent de la douleur sur l’injustice ou de l’altération sur l’aliénation dans l’œuvre de Beauvoir, ce n’est pas questionner la validité de l’analyse politique qu’elle développe mais resituer le politique sur le fond du philosophique.

 

Déconstruction/destruction des rapports de sexes (6 octobre 2003)

Françoise Collin s’attache à l’analyse critique de la notion même de « rapports sociaux de sexes » dans sa confrontation avec celle de « différence des sexes » mais aussi avec celle, plus récente, d’indifférence des sexes, et à leurs rapports respectifs avec la question de la domination. L’auteur traque ainsi la notion de naturalisme jusque dans la forme du « naturalisme achevé ».

 

Mouvement féministe, mouvement homosexuel : un dialogue (21 septembre 2003)

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de Françoise Collin, le 1er septembre 2012. Plusieurs membres de Sens Public avaient eu le bonheur de la rencontrer, notamment lors des rencontres Jan Hus dont l’article suivant fut une composition. Née en 1928, pionnière de la réflexion critique dans le domaine du genre, Françoise Collin, toujours à distance des institutions, est restée toute sa vie vigilante pour penser, en philosophe mais aussi en politique, la question de la différence des sexes et de sa construction. Spécialiste d’Hannah Arendt, de Maurice Blanchot, lectrice attentive et critique de Derrida, parmi d’autres travaux, elle a exercé en France et à l’étranger une grande influence.
Nous rappelons aux lecteurs que l’intégralité des Cahiers du Grif, grande revue féministe cofondée par Françoise Collin, est en ligne sur le site Persée.

 

Antoine Colombani

Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, titulaire d’une Licence et d’une Maîtrise de Philosophie (Paris-I) et d’un Master of Science de théorie politique (London School of Economics). Il a publié dans la revue La Vie des Idées (La République des Idées) et s’intéresse notamment au libéralisme et à l’articulation entre les héritages des Lumières et des contre-Lumières.

L’égoïsme nietzschéen face à la morale des "premiers" (9 juin 2006)

Dans Ecce Homo, Nietzsche met en avant une « casuistique de l’égoïsme » comme alternative aux règles de vie posées par la morale. Cet article commente le §10 du chapitre « Pourquoi je suis avisé », où l’enjeu philosophique de l’égoïsme est dévoilé. Au niveau individuel, l’égoïsme est conçu comme une cure contre la maladie morale, qui opère à trois niveaux : il rétablit le souci de soi contre le désintéressement, l’affirmation de soi face à l’autodestruction, et renoue enfin avec l’affirmation de la réalité face aux fantasmes des idéaux moraux. L’égoïsme a également une signification culturelle, car il est porteur de la création de nouvelles valeurs. L’importance accordée à l’égoïsme dans la réflexion du dernier Nietzsche doit être prise en compte dans l’interprétation de l’ensemble de l’oeuvre, et notamment de ses aspects politiques.

 

Stéphane Corcuff

Maître de conférences en science politique et sinologue, Stéphane Corcuff enseigne l’histoire, la société et la politique chinoise à l’Institut d’Études Politiques de Lyon. Il est chercheur à l’Institut d’Asie Orientale, à l’École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines.

Faut-il être fou pour être un homme juste ? (21 avril 2015)

Salim Bachi, Le consul, Gallimard, 2015. En juin 1940, épouvanté autant par une Europe qui perdait ses principes, que par son Salazar de maître qui n’en avait pas, un homme décidait de braver la circulaire n°14 du 11 novembre 1939, signée de l’homme fort de Lisbonne, et excluant les juifs de l’obtention de visa de réfugiés, aux motifs qu’ils auraient été « ennemis des Allemands », face auxquels Salazar voulait rester neutre. Le Consul portugais de Bordeaux délivra en masse, et même à un rythme (...)

 

L’Aigle et le Phénix (18 septembre 2008)

« Cathala avait raison ! ». C’est avec cette ligne de sujet que je reçus l’électrolettre d’un éditeur parisien m’envoyant un article d’un grand quotidien sur l’imposture des statues de terre cuite de Xi’an exposées à Hambourg. Les Chinois avaient envoyé de fausses statues ! De quoi relancer les débats les plus fous sur l’authenticité des soldats de l’armée en terre cuite de Qin Shi Huangdi, le premier Empereur de Chine, qui agite le monde des sinologues depuis leur découverte dans les années soixante-dix. L’une des plus fabuleuses trouvailles archéologiques que la Chine ait jamais faite ne serait-elle que mystification ? De cette hypothèse, Frédéric Cathala a fait un roman, truculent, extrêmement érudit, caustique, follement en prise avec la réalité d’une Chine qui fait, à nous sinologues, notre quotidien, et particulièrement ceux qui étudient le politique. Et, avant tout, pour parler du cadre de ce livre, le nationalisme chinois.

 

Le Kuomintang, parti nationaliste taiwanais ? (16 avril 2008)

Résumé : Dans cet article, Stéphane Corcuff analyse et interroge le sens du retour au pouvoir des Nationalistes chinois à Taiwan suite aux victoires du Kuomintang aux élections du 12 janvier et du 22 mars 2008, et les conséquences pour les relations de Taiwan avec la Chine.

 

Le temps des politistes. Une réponse par la Chine ? (3 novembre 2009)

Résumé : La science politique peine à voir dans le temps un objet digne d’étude pour sa discipline, et ce, en dépit du fait que nombre de phénomènes politiques sont inscrits dans la durée, voire dans une stratégie temporelle. De nombreuses disciplines du savoir ont étudié la question du temps : le plus proche de la science politique est la sociologie, qui l’a beaucoup travaillée. Les politistes aussi peuvent apporter quelque chose à la compréhension du temps, en y voyant, dans les phénomènes qu’ils étudient, un enjeu entre des acteurs engagés dans une compétition de pouvoir ou d’influence. S’il n’existe pas certainement une « perception occidentale » du temps, unique et qui n’ait pas varié dans les temps et dans l’espace, la culture chinoise traditionnelle a cependant insisté plus systématiquement que l’Occident sur la notion de moment opportun dans son approche du temps. De l’étude du sens profond du caractère 時 peut découler une incitation à voir le temps comme milieu d’action où l’acteur peut guetter le moment opportun pour agir, une approche qui peut être très féconde pour l’approche politique du temps.

 

Que pensent les Chinois des Européens ? (6 août 2008)

Cet article est le premier d’une série intitulée « Pour une psychanalyse de la modernité chinoise », tirée de conférences faites par l’auteur à l’Institut d’Études Politiques de Lyon et au café philo de Sens Public en 2005 et 2006. Elle se poursuivra avec d’autres cours et conférences de l’auteur et d’autres contributeurs. Ce premier texte date de 2005. Quelques ajouts ont été faits en note, l’année étant mentionnée, et le texte principal conservé en l’état.

 

Taiwan au-delà des élections : identification plurielle, mais citoyenneté taiwanaise (1er mars 2012)

Résumé : Cet article analyse brièvement les cultures politiques respectives des deux grands camps en présence dans le champ politique taiwanais après quatre années de recomposition idéologique à Taiwan depuis le retour du Kuomintang (KMT) à la Présidence en 2008. Répondant à l’article publié par le même auteur et dans les mêmes conditions post-électorales en 2008 sur ce même site, la présente analyse fait le point les différences réelles entre le parti tenté par l’unification future entre les deux rives, le Kuomintang, et le Parti Démocrate Progressiste (PDP).
Abstract : This article aims at clarifying the differences between the Kuomintang, the Chinese national party based on Taiwan, tempted by conditional unification with China, and the DPP, the indigenous pro-Taiwan party. After showing how these two parties share a basic common understanding of the Republic of China on Taiwan as being a sovereign entity, this paper shows where are the true lines of demarcation between the two political forces : on the ultimate goals on terms of nation building, on social policy and on the best way to negotiate with an ever growing China. The article questions the reasons behind the obvious diminished importance of the national identity debate in the 2012 elections, and shows that the vote for Ma Ying-jeou, in 2012 just as in 2008, is not equivalent to a vote for China, nor to a vote for unification. Last, it tries to understand what are the reasons that led swing voters, who hesitated until the last moment, to finally decide to give a second mandate to a President that is not anymore popular, and who is generally not considered by most of them as being very competent.

 

Paula Cossart

Paula Cossart, est maître de conférences en sociologie au Centre de Recherche ‘Individus, Épreuves, Sociétés’ (CeRIES), Université Lille III, et membre de l’Institut Universitaire de France. Ses recherches actuelles portent en particulier sur l’étude des phénomènes délibératifs dans une perspective de sociologie historique. Elle s’intéresse également à la question du mariage et de l’adultère aux 19e et 20e siècles. Ses travaux sur ce point ont consisté notamment en une enquête, poursuivie depuis plusieurs années, sur la longue liaison qu’ont entretenue, sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, deux amants adultères dont elle a édité et étudié la correspondance.

Les meetings du Front de Gauche au regard des meetings du passé (23 avril 2012)

Le score moins élevé obtenu par le Front de Gauche au premier tour des présidentielles par rapport aux dernières prévisions des sondeurs le rappelle d’une certaine façon : il existe diverses manières de concevoir l’opinion. Il y a bien sûr celle qui s’exprime dans les urnes : fondamentale. Il y a celle des sondages d’opinion, à laquelle on ne peut donc accorder une pleine confiance, s’il en fallait encore une preuve. Il y a, aussi, cette opinion exprimée dans et par les rassemblements collectifs : les (...)

 

Liberté de parole, ordre public, quelques leçons de l’histoire : à propos de « L’Affaire Dieudonné » (17 janvier 2014)

« Beaucoup de bruit pour rien » : une opinion assez répandue, l’idée que l’on ne devrait pas donner tant d’importance, en en parlant sans cesse, à ce qui ne serait que quelque chose de l’ordre de l’anecdotique ; cela ne conduirait qu’à faire de la publicité au polémiste, est-il régulièrement avancé. D’autres, considèrent au contraire qu’il y a une véritable « affaire Dieudonné », qu’elle est le symptôme de tensions importantes au sein de la société française. L’opinion se diviserait aussi sur la question de (...)

 

« La société m’ennuie » (23 octobre 2013)

Résumé : A partir de l’étude de la longue correspondance croisée de deux amants, Adèle Schunck et Aimé Guyet de Fernex, ayant entretenu dans le secret pendant une vingtaine d’années une liaison adultère, est étudiée ici la question de l’expérience et de l’expression de l’ennui. On voit en particulier qu’il y a dans leurs lettres une façon caractéristique de l’époque romantique de s’ennuyer et de le dire. L’analyse de la place de l’ennui dans leur écriture épistolaire m’amène à esquisser le tableau d’un ennui à deux faces, connoté à la fois négativement et positivement. Ennui négatif, tout d’abord : c’est le sentiment de vide et de désintérêt pour ce qui les entoure. Dans les lettres d’Adèle et d’Aimé, l’ennui prend en effet la forme, largement intemporelle, du sentiment de manque de l’être passionnément aimé. Mais cet ennui négativement connoté est aussi objet d’histoire, lorsqu’il se fait rejet romantique d’une société perçue comme superficielle, et conviction que seul l’amour vrai est digne d’intérêt. L’ennui est alors quelque chose qui s’imposerait à l’individu sensible.
Abstract : Through the study of the long epistolary correspondence of two lovers, Adèle Schunck and Aimé Guyet Fernex, who have kept in the secret during twenty years their adulterous affair, is studied here the question of the experience and the expression of boredom. One can find in the letters a characteristic way of the romantic time to get bored and to say it. The analysis of the role of boredom in their epistolary writing brings me to sketch a picture of a boredom which is connoted both negatively and positively. Negative boredom first : it is the feeling of emptiness and lack of interest for what surrounds them. In the letters of Adèle and Aimé, boredom takes the form of a – quite timeless – sense of lack of the one who is passionately loved. This negatively connoted boredom becomes historically marked when it is viewed as the romantic rejection of a society perceived as superficial, and the conviction that only true love is worthwhile. Boredom would then be a feeling which the sensitive individual could not avoid.

 

Nicholas Cotton

Du performatif à la performance (4 octobre 2016)

Résumé : Les concepts de « performatif », de « performativité » et de « performance » ont été interprétés de différentes façons dans un ensemble relativement vaste de théories s’inspirant les unes des autres. C’est à Austin qu’il revient d’avoir caractérisé en premier la notion d’énoncé performatif et de poser ainsi les jalons pour une étude des actes de langage. Après lui, Searle propose de considérer le langage dans son contexte d’énonciation et, parallèlement, Derrida réinterprète l’idée austinienne de performatif à l’aune du concept d’itérabilité, ce qui relance cette notion. Si Bourdieu veut réinscrire la performativité dans une logique plus « rituelle », Lyotard tente de la comprendre comme un jeu où les « joueurs » sont impliqués dans un calcul complexe d’interactions. Devenue incontournable avec Butler et du côté des Gender Studies, la performativité ne doit toutefois pas se réduire à une performance théâtrale du genre ni en être totalement exclue pour autant. Dans Excitable Speech, Butler soutient que son idée de la performativité se situe quelque part entre Bourdieu et Derrida et, selon Anne-Emmanuelle Berger, dans un chiasme entre « interprétation linguistique » et « interprétation théâtrale ». En outre, Parker et Sedgwick ont envisagé une nouvelle manière de penser ensemble performatif et performance qu’il faut mettre en parallèle avec certaines considérations récentes sur le rôle actif du spectateur.

Mots-clés : Performatif, performativité, performance, Austin, Searle, Derrida, Butler, Lyotard, Bourdieu, Parker, Sedgwick.

Abstract : The concepts of “performative”, “performativity” and “performance” have been interpreted in different ways in a wide set of theories inspired by each other. Austin first characterized the notion of performative utterance and thus opens the way for the study of speech acts. After Austin, Searle proposes to consider the performative in a more contextual way while Derrida reinterprets the idea of performative in terms of iterability, which renews the notion of performative. If Bourdieu aims to analyse performativity in terms of “ritual”, Lyotard tries to understand it as a game where “players” are involved in a complex calculation of interactions. Unavoidable with Butler and then with all the Gender Studies, performativity must not be reduced to a theatrical performance of gender nor be totally excluded from that field either. In Excitable Speech, Butler argues that his idea of performativity lies somewhere between Bourdieu and Derrida and, according to Anne Emmanuelle Berger, in a chiasmus between “linguistic interpretation” and “theatrical performance”. Moreover, Parker and Sedgwick propose a new way of thinking together performative and performance that need to be compared with some recent considerations on the active role of spectator.

Keywords : performative, performativity, performance, Austin, Searle, Derrida, Butler, Lyotard, Bourdieu, Parker, Sedgwick

 

Cyril Coulet

Ancien élève de l’IEP de Lyon et de Sciences-Po Paris, Cyril Coulet est chercheur spécialiste des pays nordiques. Il est à ce titre membre du comité de rédaction de la revue "Nordiques" et collabore régulièrement aux publications de la Documentation française. Il s’intéresse notamment aux politiques de l’emploi, aux relations entre les partenaires sociaux ainsi qu’aux modalités d’élaboration des politiques publiques.

Addressing cultural differences resulting from immigration : a comparison between French and Swedish public policies (4 octobre 2010)

Abstract : Most French scholars tend to oppose the swedish model of immigration to the french one as they are thought to handle the otherness of the other in opposite ways. These two distinct models are thought to call forth the well established distinction between the traditional communitarian approach to otherness and the individual universal one. The French model is therefore seen as stressing the right of the individual irrespective of the right of the groups whereas the Swedish model is depicted as promoting the rights of communities before those of individuals. This distinction is appealing at first sight since it provides an insight into the global frame of reference for Swedish and French policies handling the otherness of the others. It fails however to highlight the similarities between immigration and integration policies of the two countries as well as the increasing convergence that has been taking place since the 1980s. While Sweden mitigated its multiculturalism to promote an integration policy, France departed from its universalistic stance in order to better address the issue of cultural diversity. Hence, differences between the two countries have been dramatically reduced despite some enduring peculiarities. This investigation hence aims at paving the way for future fruitful comparisons between policies related to otherness in the two countries.

 

Après l’accord Google, le chantier de la fiscalité du numérique reste ouvert (18 février 2013)

Résumé : L’accord conclu le 1er février 2013 entre Google et l’État français – en la personne du Président de la République – est sans doute l’épilogue de la Lex Google dans notre pays. Les rares éléments de cet accord qui ont été divulgués font état d’une contribution de 60 millions d’euros à un fonds pluriannuel destiné à accompagner la « transition numérique » de la presse généraliste1. La contribution de la société américaine au financement des éditeurs de presse est en soi une bonne nouvelle. Elle indique notamment que Google a accepté le principe d’une remise en question de la gratuité des contenus qu’elle agrège.

 

Comparaison n’est pas déraison (15 mars 2011)

Alors que les formations politiques se préparent à entrer en compétition à l’occasion des élections présidentielles, les observateurs peuvent raisonnablement s’attendre à voir fleurir les comparaisons internationales. En effet, l’exercice de la comparaison est un élément essentiel dans la construction puis l’introduction dans l’agenda politique de problèmes sociaux. L'État lui-même ne procède pas autrement lorsqu’il confie au conseil d’analyse économique la tâche de s’essayer à l’art délicat de la (...)

 

La règle d’or ou le triomphe de l’irresponsabilité politique (15 octobre 2011)

À la faveur de la crise des dettes souveraines, le vocabulaire politique s’est enrichi d’une nouvelle expression jusqu’ici réservée aux seuls économistes : « la règle d’or ». Celle-ci consiste à inscrire dans la constitution une obligation de respecter des plafonds de dépense publique. L’Assemblée nationale a ainsi adopté le 12 juillet 2011 une proposition de loi visant à inscrire une telle disposition dans la constitution française. Sa vocation est de contraindre tant le pouvoir législatif que le pouvoir (...)

 

Lex Google : les enjeux de la fiscalité du numérique (2 novembre 2012)

Résumé : La Lex Google a le mérite d’attirer l’attention sur ces nouvelles entreprises qui génèrent des profits sur un territoire sans être assujetties à l’impôt. Le fait que les Allemands et les Italiens adoptent un positionnement proche de celui de la France est important car cela permettra de mesurer l’effet d’une action collective suite à l’échec d’une instauration de la Lex Google en Belgique. Le précédent Google sera aussi important pour déterminer la fiscalité d’autres géants de l’Internet dont Facebook, Apple via I-Tunes ou encore Amazon.

 

Tristes tropismes : Le vote en faveur de Marine Le Pen lors des élections présidentielles de 2012 (15 février 2012)

À en croire les sondages les plus récents, Marine Le Pen figurerait en troisième position pour l’élection présidentielle avec plus de 20% d’intentions de vote si elle venait à recueillir les 500 signatures nécessaires1. La candidate du Front national obtiendrait ainsi un score supérieur à celui de son père en 2002 lorsqu’il avait accédé au second tour avec 16,68% des suffrages exprimés. Le choc causé par la présence d’un candidat de l’extrême-droite au second tour de l’élection présidentielle s’était (...)

 

Une Europe sans moyens, une Europe sans ambition ? (23 mars 2013)

« Tous les citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée ». Article 14, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, 26 août 1789 La référence introductive à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen peut éclairer d’une manière inhabituelle l’accord des chefs d’État et de gouvernement du 8 février 2013 (...)

 

Simon Critchley

Simon Critchley is Hans Jonas professor of philosophy at the New School for Social Research in New York. He is the author of many books, most recently, “Faith of the Faithless : Experiments in Political Theology”.

Philip K. Dick, Philosophe S-F (24 avril 2013)

« Quand je crois, je suis fou. Quand je ne crois pas, je souffre de dépression psychotique. » Philip K. Dick 1ère Partie : Méditations sur un poisson radieux On peut raisonnablement affirmer que Philip K. Dick est l’auteur de science-fiction le plus influent de la seconde moitié du 20e siècle. Au cours de sa courte et fulgurante carrière, il écrivit 121 nouvelles et 45 romans. Son œuvre a connu le succès de son vivant mais son influence s’est accrue de façon exponentielle depuis sa mort en (...)

 

Michel Crozier

Sociologie des organisations. Entretien avec Michel Crozier (5 février 2008)

Résumé : L’entretien suivant a été réalisé avec Michel Crozier en décembre 2003. Ce chercheur de renommée internationale a introduit en France la sociologie des organisations, un champ d’études qu’il a importé des États-Unis et auquel il a formé plusieurs générations d’étudiants. Il a fondé à Paris en 1966 le Centre de sociologie des organisations. N’ayant cessé depuis quarante ans de dénoncer les maux d’une société qui s’enfonce dans des croyances abstraites et de plaider pour un pragmatisme éclairé, Michel Crozier nous a livré sans ambages son sentiment sur l’évolution de la société française avec une réflexion sur les relations de pouvoir, le mal bureaucratique, la décentralisation ainsi que sur les travaux de la Convention européenne.
Mots-clés : Sociologie des organisations ; Pragmatisme ; Décentralisation ; Culture délibérative ; Consensus ; Convention européenne.
Abstract : The following interview was made with Michel Crozier in December 2003. With a strong reputation in the academic world, he imported the sociology of organizations from the United States. He taught this field to numerous student generations. In 1966, he founded in Paris the Centre of sociology of organizations. Since forty years, he has been criticizing the irrelevant beliefs of the French society and has been calling for an enlightened pragmatism. Michel Crozier gave us his opinion on the evolution of French society with a focus on the relations of power, the bureaucratic illness, the decentralization as well as the work of the European Convention.
Keywords : Sociology of organizations ; Pragmatism ; Decentralization ; Deliberative culture ; Consensus ; European Convention.

 

Yves Cusset

Professeur de philosophie en IUFM, Yves Cusset est aussi auteur de théâtre et comédien. A côté d’ouvrages de philosophie politique, en particulier sur Habermas et Foucault, il s’est consacré à l’écriture et à l’interprétation sur scène de deux solos théâtraux d’humour philosophique : Le remplaçant et Rien ne sert d’exister (Le Jardin d’Essai, 2006). Un abécédaire comico-philosophique à jouer, La philosophie enseignée à ma chouette (Max Milo 2008), fut créé au théâtre en 2009 sous le titre « Pardon Platon ! ». Il organise depuis 2006 en Bourgogne le festival de théâtre « La philo en folie ».

Faut-il haïr la démocratie ? (30 janvier 2007)

Résumé : En même temps que la figure de Tocqueville est revenue en force dans la philosophie politique contemporaine en France et au-delà, s’est généralisé un discours politique et philosophique de défiance au moins implicite, voire de déni, du démocratique. Aux impulsions d’une opinion incontrôlée comme aux paroles plus ou moins spontanées ou informelles qui se saisissent sporadiquement de l’espace public on préfère le pédagogisme de la raison politique, au contrôle démocratique du pouvoir on préfère l’ordre républicain ; retour d’une haine bienséante de la démocratie qui pose d’en haut les critères de l’action publique raisonnable et que Jacques Rancière a analysé avec acuité dans son récent ouvrage La haine de la démocratie. Nous préférons appeler cette haine incivilité lorsqu’elle se drape des oripeaux de la légitimité comme de l’autorité politiques. Comprendre en quoi une telle incivilité procède d’un refus de répondre des apories de la démocratie est le but des quelques lignes qui suivent.
Abstract : Tocqueville has made a come-back in today political philosophy in France and beyond, and in the same time a new distrust of democracy has appeared in politics and philosophy. Political rationality is identified with pedagogical governance rather than with the autonomy of public sphere, republican order is preferred to democratic control of power. This means for Jacques Rancière the return of a well-meaning hatred of democracy by imposing from above the criteria of reasonable public action, as sharply analysed in his recent Hatred for democracy. I prefer to talk about incivility when this hatred is dressed with political legitimacy. In the following lines, I will associate this incivility with an irresponsible refusal of the paradox of democracy.

 

Un clown et un philosophe (12 novembre 2009)

Résumé : Cette forme théâtrale populaire dans laquelle un clown solitaire découvre le monde en même temps que nous et nous le présente depuis sa naïveté, on aurait tort de l’appeler, comme le veut l’anglicisme télécratique, « one man show ». D’abord parce que ce n’est pas un show, une performance démonstrative où il s’agit de faire étalage par quelques effets bien sentis de sa capacité à faire rigoler le monde ; et parce que ce qui le caractérise n’est pas qu’il y ait un seul homme sur la scène, mais que le comédien s’adresse au public, qu’on ne sait plus trop s’il joue un texte ou nous parle. Appelons plutôt cela solo de clown à texte, ou de clown de théâtre.
Mots-clés : clown – théâtre – étonnement – rire – one man show – philosophie – mort

 

Valeur et limites de la distinction entre discussion et négociation (18 mars 2013)

Résumé : L’usage ordinaire, sous l’influence de la novlangue politico-médiatique, distingue de moins en moins discussion et négociation. Pourtant, la distinction entre les deux n’est pas qu’une affaire procédurale de différence entre régimes de la parole publique, elle est aussi fondamentale d’un point de vue éthique, puisqu’elle rend pensable un univers moral laïc et post-métaphysique fondé sur des valeurs possiblement universelles, dans l’horizon de rapports sociaux modernes où les perspectives individuelles restent profondément hétérogènes, voire conflictuelles. Le but de ce texte est tout simplement, à travers l’analyse critique de cette distinction, de se demander jusqu’où cet univers moral peut encore être le nôtre…
Mots-clés : Habermas ; Éthique de la discussion ; Négociation ; Discussion ; Kohlberg ; Développement moral ; Démocratie ; Communication
Abstract : The distinction between discussion and negotiation tends to fade, in ordinary use as well as in political discourse. But this distinction is not only a grammatical matter of different language uses, it deals with the foundation of ethics, in so far as it is a condition for the constitution of a secular and postmetaphysical moral world founded on universal values, in a modern society where relations are agonistic and values heterogeneous. Can this world still be ours ? This is the core question of the following text.
Keywords : Habermas ; Discourse ethics ; Negotiation ; Discussion ; Kohlberg ; Moral ; Development ; Democracy ; Communication

 

Franco D'Ippolito

Docente di Organizzazione Aziendale dello Spettacolo all’Università di Lecce

Le politiche per il nuovo teatro (20 mars 2008)

Perché a vent’anni si è giovani davvero... Quale scenario istituzionale e politico si presenta davanti alle nuove generazioni del teatro italiano e con quali meccanismi produttivi dovranno misurarsi i nuovi gruppi che volessero trasformare la propria spontaneità in organizzazione ? Il teatro italiano si presenta all’inizio del terzo millennio incerto, confuso, vitale per irrequietezza, forte di passione e debole di Maestri. Ma cosa significa essere giovane nel teatro italiano ?

 

André Dalpicolo

Philosophe et économiste, specialiste de Sartre et auteur d’une thèse sur le lien entre l’Etre et le néant et la Critique de la raison dialectique. Parmi ses articles : O em-si da práxis-processo - limitação interior da exterioridade e limitação exterior da interioridade (L’être-en-soi de la praxis-processus - limitation extérieure de l’intériorité et limitation intérieure de l’exteriorité) (Abralic, 2005), O historiador que tenta suprimir à sua historicidade (L’historien qui cherche à supprimer son historicité) (Rencontre, 2005). Il est membre du groupe d’études J.-J.Rousseau de l’UNESP-Araraquara.

A antropologia estrutural e histórica de Jean-Paul Sartre (5 mars 2005)

Resumo : O objetivo do artigo é compreender os limites da antropologia estrutural e histórica de J.-P. Sartre, porque significa o húmus do seu pensamento maduro. Noutros termos, esse artigo deseja compreender a antropologia estrutural e histórica enquanto Ciência. Para tanto, é preciso compará-la à ideologia (razão analítica) que procura suprimir o princípio da não-conformidade entre o Ser e o Saber através do exame da estrutura teleológica do inorgânico. Assim, a antropologia estrutural e histórica revela que essa ideologia significa a alienação do conhecimento, porque dificulta o desenvolvimento do autêntico materialismo histórico na História ; porém, é importante salientar que essa alienação do conhecimento é um dado fundamental na composição da antropologia estrutural e histórica, uma vez que mostra os seus limites. Convém observar que esses limites configuram a antropologia estrutura e histórica enquanto método científico baseado no conhecimento da alienação.
Palavras-chaves : Antropologia estrutural e histórica, alienação do conhecimento e conhecimento da alienação.
Abstract : The objective of the article is to comprehend the limits of J.-P. Sartre’s structural and historical anthropology, because it means the apogee of his mature thought. In other words, this article tries to understand the structural and historical anthropology as a Science. Then, it is necessary to compare it to the ideology (analytical reason) that tries to suppress the principle of nonconformity between the Being and the Wisdom through the examination of the teleological structure of the inorganic. In this manner, the structural and historical anthropology reveals that this ideology means the alienation of knowledge, because it hinders the development of the authentic historical materialism in History ; however, it is important to point out that this alienation of knowledge is a fundamental aspect in the composition of the structural and historical anthropology, once it shows its limits. It is convenient to observe that these limits form the structural and historical anthropology as scientific method based on the knowledge of alienation.
Key-words : Structural e historical anthropology, alienation of knowledge and knowledge of alienation.
Mots-clés : Anthropologie structurelle et historique, aliénation de la connaissance et connaissance de l’aliénation.

 

A genealogia da moral no segundo Discurso de Jean-Jacques Rousseau (17 avril 2006)

Resumo : O objetivo deste artigo é a compreensão da antítese entre natureza e cultura ressaltada por J.-J. Rousseau no segundo Discurso, uma vez que revela como o homem distanciou-se do seu elemento harmônico. Para tanto, é preciso remontar ao “tempo” em que a natureza reinava soberana, pois a condição humana desempenhava apenas as suas funções vitais. Além disso, é necessário também destacar a passagem desse “tempo” para um outro onde ocorre um desengate entre o homem e o mundo ; porém, é equivocado assinalar que esse fato esteja à margem da natureza essencial do homem, apesar de consolidar-se como a sua “desnaturalização”, devido a impossibilidade dos termos liberdade e alienação se excluírem mutuamente dentro da filosofia rousseauniana.
Palavras-chaves : Liberdade ; Razão ; Natureza ; Cultura
Abstract : The objective of this article is the comprehension of the antithesis between nature and culture highlighted by J.-J.Rousseau on the second Discourse, once it reveals how the man kept away from his harmonic element. Therefore, it’s essential to return to the “time” when nature was sovereign, because the human condition performed only its vital functions. Besides, it’s also necessary to point out the transition of this “time” to another where a separation between the man and the world occurs ; however, it’s wrong to say that this fact is apart from the essential nature of man, although it’s consolidated as his “denaturalisation”, due to the impossibility of the terms freedom and alienation to mutually exclude inside the rousseaunian philosophy.
Key-words : Freedom ; Reason ; Nature ; Culture

 

Reflexões sobre o prefácio de Thérèse Raquin (7 décembre 2007)

Resumo : O objetivo do artigo é destacar os paradigmas essenciais da literatura naturalista exposta por Émile Zola no romance Thérèse Raquin. Para tanto, é preciso entender a revolta do escritor francês face as objeções que lhe foram endereçadas pela crítica especializada que jamais admitiu a amoralidade na literatura. A indignação de Zola consiste na incompreensão desses críticos perante o método científico usado na literatura, uma vez que este assinala a exclusão da liberdade através da universalidade da relação causa-efeito ; porém, é necessário ficar atento para o fato da Ciência ressaltar que o problema da criação do homem representa na verdade a “criação do problema”. Palavras-Chaves :
Palavras-chaves : Amoralidade ; Liberdade ; Ciência
Abstract : On the preface of Thérèse Raquin – The objective of the article is to highlight the essential paradigms of the naturalist literature exposed by Émile Zola in the novel Thérèse Raquin. Therefore, it is necessary to understand the resentment of the French writer in view of the objections that were addressed to him by the specialized criticism that has never admitted the amorality in the literature. Zola’s indignation consists of these critics’ incomprehension of the scientific method used in the literature, as this method points out the exclusion of freedom through the universality of the cause-effect relation ; however, it is necessary to be aware of the fact that Science emphasizes that the problem of the human creation is in fact the “creation of the problem”.
Key-words : Amorality ; Freedom ; Science
Résumé : Sur la préface de Thérèse Raquin – Cet article vise à ressaisir les tendances propres à la littérature naturaliste selon l’exposé d’Émile Zola dans Thérèse Raquin. Il est nécessaire de comprendre la révolte de l’écrivain français face aux critiques de son roman qui rejettent toute présence de l’amoralité dans la littérature. L´indignation d’Émile Zola porte contre l’incompréhension par ces critiques de l’usage littéraire de la méthode scientifique. Zola témoigne de l´absurdité de tout sentiment de liberté en raison de l’universalité de la relation cause-effet. Cependant, il convient de prendre en considération le fait que la Science expose en détail de quelle manière le problème de la création de l’homme est en vérité la « création du problème ».
Mots-clés : Amoralité ; Liberté ; Science

 

Resposta a Juliette Simont (14 novembre 2006)

Resumo : O objetivo deste trabalho é revelar a forma pela qual a pesquisadora belga Juliette Simont conferiu uma interpretação diferenciada em relação ao entendimento do fenômeno da alienação no corpus sartrianum [Cf. Sartrean ethics (In : Sartre). New York, Cambridge Universitaires Presses, 1992, pp. 178-210], uma vez que o relacionou somente com uma espécie de “obrigação” que a condição humana deve aceitar no seu desenvolvimento temporal. Melhor : ela identifica esse fenômeno com a exterioridade produzida na tentativa do homem de superar a finitude que o cerca. Assim, Juliette conclui que a questão ética permanece em aberto no pensamento de Sartre, pois não há como imaginar o desenvolvimento da liberdade humana à margem da alienação enquanto “determinismo”. A nosso ver, a origem dessa interpretação diferenciada baseia-se na falta de explicação referente à influência exercida por Hegel sobre Sartre, apesar deste assinalar o caráter hipotético da redução do Ser ao Saber. - Abstract : (Answer at Juliette Simont. Reflections about the phenomenom of alienation in Jean-Paul Sartre). The objective of this work is to reveal how the Belgian researcher Juliette Simont confered a different interpretation in respect to the undestanding of the alienation phenomenon in the corpus sartrianum, once she related it to a kind of “obligation” that the human condition must accept in its temporal development. Better : she identifies this phenomenon with the exteriority produced in the man’s attempt to surpass the finity that surrounds him. Therefore, Juliette concludes that the ethical issue remains unsolved in Sartre’s thought, because it is impossible to imagine the development of human freedom apart from the alienation as “determinism”. In our view, the origin of this different interpretation is based on the explanation related to the influence practiced by Hegel on Sartre, although the latter points out the hypothetical character of the reduction of “Being”.

 

Julya David

Julya David est docteure en science politique de l’université Paris I Sorbonne. Elle est chargée de cours à l’ICP et à l’IEP Paris. Elle est rattachée au CERSES-CNRS depuis 2008.

L’Université comme théologie défunte chez George Steiner : du temple au mausolée (2 mars 2006)

Adepte des métaphores de Kafka ou connaisseur de l’univers hassidique, maître de lecture, comme il se plaît à se nommer, pour lequel l’enseignement se veut récitet commentaire mais aussi filiation, estimé de Scholem qui proposait en conclusion de son livre sur Les Grands courants de la mystique juive cette légende racontée par Agnon, George Steiner, professeur honoraire de littérature à Cambridge, habitué des cénacles et des rituels universitaires, officiant des savoirs consacrés, pourrait bien assurer à son tour la relève de ces wonder rabbis dont l’histoire juive est volontiers prodigue.

 

Sylvain David

Sylvain David est professeur agrégé au Département d’études françaises de l’Université Concordia, où il enseigne la littérature du 20e siècle et contemporaine. Il est membre de Figura (Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire) et du CRIST (Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes). Ses travaux récents portent sur l’imaginaire de l’« après » dans le roman et l’essai français depuis l’après-guerre, et sur le mouvement punk comme esthétique et éthique.

(Re)constituer l’archive (21 juillet 2016)

Résumé : L’émergence des archives en ligne, dont l’ordonnancement repose sur une logique singulière, indépendante des modalités traditionnelles d’inventorisation des documents, oblige à poser un tout autre regard sur la nature de l’archive et sa finalité, ainsi que sur les conditions de son éventuelle diffusion. Qu’advient-il alors du caractère mythique du document jauni, de la photo et de l’objet décolorés ou des pistes sonores abîmées par le passage du temps, conservés dans des lieux pratiquement abandonnés et inaccessibles ? Quelle importance accorde-t-on aujourd’hui au travail méticuleux et patient de l’archiviste ? Ne devient-on pas tous, en cette ère technologique, archivistes du quotidien, par tout ce qu’on consigne, sans véritable filtrage ou hiérarchisation des contenus, via les plateformes des nouveaux médias et des réseaux sociaux ? C’est pour alimenter la réflexion entourant ces vastes interrogations sur l’archive et les nouvelles représentations qui en émergent dans le contexte médiatique et à l’ère du numérique qu’ont été rassemblés les six articles de ce dossier, qui abordent l’objet à la fois dans une perspective théorique et d’un point de vue pratique.

Mots-clés : Monde numérique, archive, arts et lettres,

Abstract : The emergence of online archives forces a new outlook both on archive’s nature and purpose and on the terms of its diffusion, because its schedueling is based on a singular logic, independant from traditional modalities of document inventory. What befalls then to the yellowed document’s mythical quality, to the faded photograph and to the old sound tracks, damaged by time, kept in deserted and inaccessible locations ? How important is now considered the patient and painstaking archivist’s work ? In this technological era, aren’t we all archiving the daily life on social networks and new social platforms without filters and hierarchy ? This dossier gathers six articles, facing the subject both from a theoric and practical perspective : they fuel the reflexion on the question of the archive and of its new emerging representations in the digital age’s mediatic context.

Keywords : Digital world, archive, arts and literature

 

(Re)constituer l’archive (21 juillet 2016)

Résumé : L’émergence des archives en ligne, dont l’ordonnancement repose sur une logique singulière, indépendante des modalités traditionnelles d’inventorisation des documents, oblige à poser un tout autre regard sur la nature de l’archive et sa finalité, ainsi que sur les conditions de son éventuelle diffusion. Qu’advient-il alors du caractère mythique du document jauni, de la photo et de l’objet décolorés ou des pistes sonores abîmées par le passage du temps, conservés dans des lieux pratiquement abandonnés et inaccessibles ? Quelle importance accorde-t-on aujourd’hui au travail méticuleux et patient de l’archiviste ? Ne devient-on pas tous, en cette ère technologique, archivistes du quotidien, par tout ce qu’on consigne, sans véritable filtrage ou hiérarchisation des contenus, via les plateformes des nouveaux médias et des réseaux sociaux ? C’est pour alimenter la réflexion entourant ces vastes interrogations sur l’archive et les nouvelles représentations qui en émergent dans le contexte médiatique et à l’ère du numérique qu’ont été rassemblés les six articles de ce dossier, qui abordent l’objet à la fois dans une perspective théorique et d’un point de vue pratique.

 

« Archive-it-yourself » La Fugazi Live Series (21 juillet 2016)

Résumé : Fugazi, l’un des groupes les plus reconnus de la scène indépendante américaine, a récemment mis en ligne la quasi-totalité de ses prestations « live », soit plus de 800 enregistrements réalisés entre 1987 et 2003. Un tel projet se distingue à la fois par son ampleur, les formations rock se contentant généralement de produire un ou deux disques en concert au cours de leur carrière, et par sa perspective, le label alternatif Dischord se lançant ainsi dans des activités curatoriales habituellement prises en charge par les institutions officielles de la culture comme les musées, les bibliothèques ou les universités. On réfléchira ici à cette démarche à la fois du point de vue du document, les variations infinies des concerts s’opposant aux versions arrêtées des albums studio, et de celui du canon, Fugazi souhaitant manifestement, par la constitution de cette archive numérique, contribuer à une histoire parallèle du rock.

Mots clés : Fugazi ; « Live Series » ; archive numérique ; enregistrements en concert ; patrimonialisation ; canon rock ; scène indépendante ; « do-it-yourself ».

Abstract : Fugazi, one of the most respected bands of the American independent music scene, recently posted almost all of its live performances online, releasing over 800 recordings made between 1987 and 2003. Such a project is atypical both by its size, rock groups being usually content to produce one or two live albums during the scope of their career, and by its perspective, Dischord Records, an independent label, thus undertaking curatorial activities usually supported by official cultural institutions such as museums, libraries and universities. This approach will be considered here both in terms of documentation, the infinite variations of the concerts contrasting with the arrested versions of the studio albums, and of the musical canon, Fugazi obviously wishing, by the constitution of this digital archive, to contribute to a parallel rock history.

Keywords : Fugazi ; « Live Series » ; digital archive ; live recordings ; heritage (« heritagization ») ; rock canon ; independent music scene ; « do-it-yourself ».

 

Églantine de Boissieu

Née en 1981 à Paris, Eglantine de Boissieu s’est spécialisée, après des études d’histoire (Paris IV) et de management culturel (Lille III), dans la coopération artistique internationale. Elle a vécu et travaillé en France, Indonésie, Vietnam, Philippines, Norvège et Suède, dans le cadre de missions de diplomatie culturelle ou de développement artistique.

"Nevermind" de Nirvana : comment l’underground est devenu mainstream (14 novembre 2011)

Nirvana est né en 1987 à Aberdeen (État de Washington), ville grise, humide, célèbre au 19e siècle pour ses bordels pour marins et sa criminalité, et qui ne s’est jamais vraiment remise de la Grande Dépression. Intimement liée à la morosité de la ville, la musique du groupe parle aux jeunes de la région qui se reconnaissent dans la colère exprimée par leurs paroles et leur musique. Rien ne prédispose apparemment ces trois marginaux à devenir les vedettes que l’on sait. Pourtant, quelques mois à peine après (...)

 

Astérix, un héros de la littérature populaire. Entretien avec Nicolas Rouvière (14 octobre 2010)

Résumé : Nicolas Rouvière, spécialiste de l’œuvre d’Astérix (de René Goscinny et Albert Uderzo), a donné une conférence le 22 octobre 2009 à la Maison de la Culture de Stockholm dans le cadre du cinquantième anniversaire d’Astérix.
Abstract : Nicolas Rouvière, specialist of Asterix’s comic strips (by René Goscinny and Albert Uderzo), gave a conference on October 22nd 2009, in the Culture Center of Stockholm and in the context of the fiftieth birthday of Asterix.

 

Musique et valeurs dans les sous-cultures : le cas du grindcore (10 avril 2011)

Apparues dans les années 60, les sous-cultures sont d’emblée constituées autour de genres musicaux : le psychédélisme est lié aux utopies des hippies, de même que le satanisme est associé au black metal. Pourquoi associer des idées et des valeurs à certains sons ? Peut-on envisager la musique comme la source de valeurs morales ? L’exemple du grindcore, réputé pour être l’une des musiques extrêmes les plus violentes, permet de s’interroger sur le lien entre les caractéristiques formelles d’une œuvre et (...)

 

Que cache le succès mondial de la pop suédoise ? (20 juillet 2012)

Peter Von Poehl, Frida Hyvönen, I’m From Barcelona, Nina Kinert, The Hives… A parcourir les rayons de disques pop indépendante ou la presse spécialisée, on est frappé par l’omniprésence d’artistes suédois qui, en plus d’infiltrer nos playlists, obtiennent la plupart du temps un succès critique et public considérable (pour ne citer que lui, The Tallest Man On Earth est ainsi comparé au jeune Bob Dylan dans Magic, revue pop moderne). Autre indice de cet essor, le festival ÅÄÖ – créé en 2009 par l’Institut (...)

 

Quelles politiques culturelles pour la musique de demain ? (19 mars 2012)

L’annonce de la création d’un Centre National de la Musique en janvier dernier par Frédéric Mitterrand, lors de la dernière édition du MIDEM (Marché International De l’Édition Musicale), a été suivie d’un certain nombre de débats et de contestations chez les acteurs de la scène musicale française. Ces débats nous ont paru particulièrement intéressants, en ce qu’ils mettent en jeu des positions plus fondamentales concernant la définition de l’art, la distinction entre différents genres de musiques, et la (...)

 

Un manifeste pour le black metal : quand les musiques populaires se théorisent (9 janvier 2012)

Une violente controverse a récemment secoué la scène déjà tumultueuse du black metal1, suite à la parution d’un manifeste, Transcendental Black Metal. Son auteur, Hunter Hunt-Hendrix, compositeur et chanteur d’un groupe brooklynien (Liturgy) y redéfinissait les contours, la nature et la destinée de cette musique, en des termes clairement philosophiques, et à grands renforts d’emprunts à Nietzsche et à Hegel. Plus précisément, il y décrivait deux moments dans l’histoire de cette musique, en théorisant (...)

 

Pierre-Gilles de Gennes

Né en 1932, diplômé de l’école Normale Supérieure, ingénieur de recherche au Commissariat à l’Energie Atomique, enseignant à la Faculté des sciences d’Orsay, professeur au Collège de France en 1971, directeur de l’École de Physique et Chimie (Paris) de 1976 à 2002, puis travaillant à l’Institut Curie, Pierre Gilles de Gennes a reçu en 1991 le Prix Nobel de physique pour ses travaux sur les cristaux liquides et les polymères. Chercheur passionné, Pierre Gilles de Gennes a principalement réalisé des travaux sur les phénomènes d’ordre dans les milieux complexes, la physico-chimie de la « matière molle ». À côté de cette activité de recherche de haut niveau, il a consacré une part importante de son temps à la diffusion de la culture scientifique auprès des jeunes dans de nombreuses écoles et lycées. Il est décédé le 18 Mai 2007.

Nature des objets de mémoire : le cas de l’olfaction (16 février 2008)

Conférence de Pierre-Gilles de Gennes, présentée à Marseille le 24 novembre 2006 dans le cadre du colloque pluridisciplinaire « La Vie et le Temps », organisé par RezoDoc, à l’initiative de Jean-Yves Heurtebise et des Écoles doctorales d’Aix-Marseille Université.

 

Alexandra de Hoop Scheffer

Alexandra de Hoop Scheffer est docteure en science politique, maître de conférences en relations internationales à Sciences Po Paris. Son expertise concerne : la politique étrangère américaine, les relations transatlantiques, la reconstruction après-conflit. Elle est conseillère, États-Unis et relations transatlantiques, direction de la Prospective, Ministère des affaires étrangères et conseillère auprès du SACEUR et Commandant du EUCOM l’Amiral J. Stavridis (NGAP).

Alexandra de Hoop Scheffer is a political scientist, Assistant Professor in international relations at Sciences Po Paris. Areas of expertise : U.S. foreign policy, transatlantic relations, post-conflict reconstruction. Advisor, U.S. foreign policy and transatlantic relations, Policy Planning Department, French Ministry of Foreign Affairs and Advisor to the SACEUR and EUCOM Commander, Admiral J. Stavridis (Next Generation Advisory Panel).

La Grande Guerre a-t-elle brutalisée les sociétés européennes ? (6 mars 2005)

Résumé : "La guerre brutalise les hommes, au double sens du terme : elle les atteint dans leur chair et dans leur âme, elle les rend brutaux aussi". Cette phrase résume en elle-même l’approche historiographique récente de la Grande Guerre proposée, depuis plus d’une dizaine d’années, par les historiens européens du Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, créé en 1989. Elle réside avant tout dans la volonté commune de ces historiens de s’extraire de l’historiographie de l’immédiat après-guerre et des années 1930 - "tu n’as rien vu dans les années vingt et trente" - car elle a procédé, selon eux, à une histoire victimisante de la guerre, une histoire-bataille "vue d’en haut", où la violence de guerre est aseptisée, posant un "écran conceptuel" qui rend la Première Guerre mondiale et ses conséquences sur les sociétés belligérantes incompréhensibles. Les années 1970 et 1980, marquées par l’ouverture progressive des archives, correspondent au renouveau historiographique de la Première Guerre mondiale, avec notamment les thèses de J. J. Becker sur les Français dans la Grande Guerre et celle d’A. Prost sur les anciens combattants.

 

Philosophy in a Time of Terror : Dialogues with Jürgen Habermas and Jacques Derrida (22 octobre 2004)

Abstract : Philosopher Giovanna Borradori’s most recent project is an endeavour to forge a new understanding, a philosophical reflection on "terrorism" in the post-9/11 context. Indeed, in the months following September 11th, 2001, G. Borradori conducted a series of interviews with two of Europe’s foremost philosophers, Jurgen Habermas and Jacques Derrida in Manhattan, questioning them on the meaning and significance of September 11. The fruit of this exchange appear in her recent book Philosophy in a Time of Terror : Dialogues with Jurgen Habermas and Jacques Derrida (Giovanna Borradori, Philosophy in a Time of Terror, Dialogues with Jürgen Habermas and Jacques Derrida, Chicago University Press, 2003).
Keywords : Septembre 11th ; Terrorism ; Deconstruction ; Religion ; War
Résumé : Dans son plus récent travail, la philosophe Giovanna Borradori s’est s’efforcée d’apporter une nouvelle compréhension, une réflexion philosophique du terrorisme dans l’après-11 septembre. Dans les mois qui ont suivi le 11 septembre 2001, G. Borradori a en effet dirigé à Manhattan une série d’entretiens entre deux célèbres philosophes européens, Jürgen Habermas et Jacques Derrida, les interrogeant sur le sens et la signification du 11 septembre. Le fruit de ces échanges a été publié dans son livre : Philosophy in a Time of Terror : Dialogues with Jürgen Habermas and Jacques Derrida (2003).
Mots-clés : 11 septembre : Terrorisme ; Déconstruction ; Religion ; Guerre

 

Romain de Mesmay

La paléontologie moléculaire - Comment les molécules des sédiments nous renseignent sur le passé ? (16 février 2008)

Résumé : Les sédiments sont des véritables archives du passé, certains sont vieux de plusieurs centaines de millions d’années. Pour avoir des informations sur les organismes vivants on peut soit rechercher des fossiles, (c’est le travail des paléontologues), soit chercher des molécules issues de ces organismes qui peuvent se conserver dans les sédiments (on parle alors de molécules fossiles). Ces molécules composées d’atomes de carbone, d’hydrogène, d’oxygène et d’azote peuvent être conservées intactes ou bien peuvent se transformer lentement dans le sédiment par des processus physiques, chimiques ou même sous l’action de bactéries. Pour savoir d’où viennent ces molécules, également appelées biomarqueurs, il est nécessaire de faire de très nombreuses études sur les écosystèmes et les organismes actuels. C’est ce travail de recensement des molécules dans les écosystèmes présents qui nous permet de “faire parler” les molécules dans les sédiments anciens.

 

Gaëlle Debeaux

L’Hypertexte et ses prédécesseurs : cartographier un jardin aux sentiers qui bifurquent (23 février 2015)

Résumé : Ce travail interroge l’activité de lecture d’œuvres traditionnelles et numériques pratiquant la multiplication des récits à partir de la présence de cartes et schémas représentant la fiction. Ces œuvres, en particulier les hypertextes de fiction, offrent souvent des graphiques de leur propre construction, permettant une nouvelle appréhension de l’histoire. Elles ouvrent sur une nouvelle forme de lecture, crayon à la main, afin de bâtir un plan permettant de comprendre la succession et les enchâssements de l’histoire. Ainsi, ces textes multipliant les récits invitent le lecteur à figurer une carte, et postulent une appréhension de l’histoire inscrite dans un espace plutôt que dans une continuité temporelle.

 

Régis Debray

Conversation avec Régis Debray (10 octobre 2003)

Ce texte est la transcription d’une rencontre entre Michèle Narvaez, Gérard Wormser, Paul Zawadzki de Sens Public et Régis Debray, après la parution de son livre "Le Feu sacré, fonctions du religieux". Dans la zone de tempête que constitue notre civilisation occidentale, on peut opter soit pour la méditation solitaire, soit pour une volonté de comprendre ensemble les phénomènes de ce « malaise de la temporalité », pour reprendre le titre du livre de Paul Zawadzki. Trois problèmes sont abordés dans cette rencontre : les questions liées au religieux, à la transcendance ; celles qui concernent le devenir historique, la trajectoire de l’occident et sa place dans le monde d’aujourd’hui ; enfin d’autres plus actuelles autour du débat sur la laïcité.

 

Alexis Dedieu

Lecture de Pierre Dockès (17 avril 2009)

Entre crise de l’autorité et crise économique, quelles sont les leçons contemporaines à tirer, pour sauvegarder l’esprit des pactes civils ? En reprenant le fil de la pensée hobbesienne, Pierre Dockès nous invite à une analyse des enjeux de ces relations, entre économie, terreur et politique.

 

Michel Deguy

Poète, philosophe, professeur émérite de littérature à l’Université de Paris-VIII, Michel Deguy est né en 1930 à Paris. Il est rédacteur en chef de la revue Po&sie depuis 1977, et participe aux revues Critique et Les Temps modernes. Il a présidé de 1990 à 1992 le Collège international de philosophie, la Maison des Écrivains de 1992 à 1998. En 1989, il a reçu le Grand Prix National de poésie et en 2004 le Grand Prix de poésie de l’Académie française. Parmi ses plus récentes publications figurent Gisants, Poèmes III 1980-1995, Gallimard, 1999 ; L’impair, Farrago, Tours, 2000 ; La Raison poétique, Galilée, 2000 ; Spleen de paris, Galilée, 2001 ; Un homme de peu de foi, Bayard, 2002 ; Sans retour, Galilée, 2004 ; Au Jugé, Galilée, 2004 ; Donnant Donnant, poèmes 1960-1980, Poésie / Gallimard, 2006 ; Le sens de la visite, Stock, 2006.

La poésie fait mal ? (5 février 2007)

Michel Deguy, poète et philosophe, délivre ses réflexions au sujet du faire-mal de la poésie, "occupation la plus innocente" selon la citation de Hölderlin, et nous offre une mise en voix de son texte, enregistrée chez lui en mars 2007 (format mp3).

 

Ouverture sur le mono/plurilinguisme (29 septembre 2008)

Ce texte fut prononcé par Michel Deguy à l’Hôtel de Ville de Paris, lors de la soirée d’inauguration du Congrès Eurozine ’Crosswords X Mots-croisés’ qui s’est tenu entre le 26 et le 29 septembre 2008 à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. En présence de Ruth Wodak, Clarisse Herrenschmidt, Barbara Cassin, Gérard Wormser, Geert Lovink, Daho Djerbal, Edouard Glissant... le thème discuté et débattu lors du congrès qui réunissait environ 80 éditeurs venus de toute l’Europe était le multilinguisme et le travail en réseau.
Nous n’avons pu malheureusement publier le texte d’inauguration en son entier dans la version papier du journal du Congrès Crosswords. Nous le publions ici intégralement.

 

Sous bénéfice d’inventaire et d’invention... (18 juin 2008)

Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’.

Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias.
Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène...

Polémoscope 1 – "Si l’on pose que certaines innovations techniques et/ou formelles ont pu modifier au 20e siècle l’écriture du poème (de la typographie mallarméenne du Coup de dés aux mots en liberté des futuristes italiens, de l’enregistrement de la Ursonate de Schwitters au montage cut-up de W.S. Burroughs, des symphonies lettristes à la poésie concrète et sonore, etc.), envisagez-vous que l’outil informatique puisse à sa manière influencer, sinon votre conception, du moins le devenir de l’écriture du poème ?"

Nous avons invité cinq auteurs à répondre - Michel Deguy, Patrick Beurard-Valdoye, François Rannou, Pascale Auger, Daniel Pozner - en deux temps, par une réflexion d’une part et une création ouverte d’autre part.

Olivier Apert et Carole Dely

 

Sergio Del Molino

Sergio del Molino (Madrid, 1979) is a writer and a journalist who works on Heraldo de Aragón newspaper. He had made hundreds of in-depth reports and interviews for the Sunday edition. He also writes two weekly culture and arts articles, Del revés (Backhand) y La ciudad pixelada (The pixelated city). He had wrote Malas influencias (Bad influences), a short-stories book in wich Calle Velarde (Velarde Street) is included. In 2005, he won the Aragón Young Narrative prize and the next autumn he will publish the essay Soldados en el jardín de la paz (Soldiers on the peace garden). /// Sergio del Molino (Madrid, 1979) est journaliste au quotidien Heraldo de Aragón. Il a écrit des centaines de reportages et d’entretiens dans l’édition du dimanche, et il s’occupe aussi de deux rubriques hebdomadaires sur l’art et la culture : Del revés (À l’envers) et La ciudad pixelada (La ville pixélisée). Il vient de publier Malas influencias (Mauvaises influences), un livre de récits dont Calle Velarde (Rue Velarde) fait partie. En 2005 il a obtenu le Prix des Jeunes Narrateurs de l’Aragon. En automne il publiera Soldados en el jardín de la paz (Soldats dans le jardin de la paix).

Calle Velarde (4 juillet 2009)

Abstract : Calle Velarde is a short fiction inspired on the tragic figure of Michi Panero (who is named as Archi Escario), the youngest son of a Spanish poets saga who spent his last years sick and lonely in the middle of Madrid. The story told the relationship between Escario and a young woman who is obsessed with the bohemian life-style. She is looking for the last bohemian till she found Richi. Calle Velarde would be a reflection about success and loose in modern times and about the fascination for the outsiders which used to be typical in middle-class intellectuals.
Résumé : Calle Velarde est un récit inspiré de la figure de Michi Panero (ici, Archi Escario), le benjamin d’une saga de poètes espagnols. Il a vécu ses derniers jours malade et solitaire à Madrid. Le récit évoque la relation d’Escario et d’une jeune fille obsédée par la vie de bohème. Elle part à la recherche du dernier artiste bohème, et elle finit par rencontrer Archi. Calle Velarde est une méditation d’actualité sur le succès et l’échec, et sur la fascination que les intellectuels de la classe moyenne exercent sur les outsiders.

 

Rue Velarde (23 octobre 2009)

Résumé : Calle Velarde est un récit inspiré de la figure de Michi Panero (ici, Archi Escario), le benjamin d’une saga de poètes espagnols. Il a vécu ses derniers jours malade et solitaire à Madrid. Le récit évoque la relation d’Escario et d’une jeune fille obsédée par la vie de bohème. Elle part à la recherche du dernier artiste bohème, et elle finit par rencontrer Archi. Calle Velarde est une méditation d’actualité sur le succès et l’échec, et sur la fascination que les intellectuels de la classe moyenne exercent sur les outsiders.
Abstract : Calle Velarde is a short fiction inspired on the tragic figure of Michi Panero (who is named as Archi Escario), the youngest son of a Spanish poets saga who spent his last years sick and lonely in the middle of Madrid. The story told the relationship between Escario and a young woman who is obsessed with the bohemian life-style. She is looking for the last bohemian till she found Richi. Calle Velarde would be a reflection about success and loose in modern times and about the fascination for the outsiders which used to be typical in middle-class intellectuals.

 

Jean-Jacques Delfour

Jean-Jacques Delfour est professeur de philosophie en Classes préparatoires. Il est un ancien élève de l’École Normale Supérieure de St.-Cloud.

Football vs prostitution (20 septembre 2006)

Football et prostitution, en tant que pratiques, n’ont rien à faire ensemble. Le jeu de balle, coeme mythe et comme symbole, est radicalement étranger à la réalité ordurière de la prostitution. De même, le supporter de football est aussi sportif que le consommateur de prostitué-e-s ou de vidéos pornographiques est amoureux. Mais leur conversion en spectacles et en marchandises produit une analogie psycho-politique instructive. Ces deux dispositifs spectatoriels ont, au-delà de leurs différences, des fonctionnements pulsionnels communs et des effets politiques complémentaires. Efficaces pour une fascisation douce et invisible des masses - du moins apparemment. Car ces dispositifs servent peut-être un but plus discret : assurer une domination iconique aussi universelle qu’invisible.

 

Humiliation prométhéenne (4 avril 2016)

« Il est en réalité peu à craindre de voir les machines à cerveau supplanter l’homme sur la terre, les risques sont à l’intérieur de l’espèce zoologique proprement dite et non directement dans les organes extériorisés : l’image de robots chassant l’homme à courre dans une forêt de tuyauteries ne vaudra que dans la mesure où l’automatisme aura été réglé par un autre homme. » André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, vol. 2, La mémoire et les rythmes, Albin Michel, 1964, p. 52. La partie de Go entre un être (...)

 

L’École malgré la République (13 février 2008)

L’École n’est pas une institution destinée à promouvoir des « valeurs » mais à faire exister des principes ; c’est vrai aussi de l’École dite « républicaine ». En effet, les valeurs sont des idéaux susceptibles d’une définition assez vague ; elles sont souvent tenues pour des suppléments idéologiques. Par exemple, il est tout à fait possible d’exiger une professionnalisation des études – exigence qui nuit à la mission fondamentale de l’École – tout en débitant, l’air débonnaire, le bon vieux discours des valeurs. Le souci de ces dernières peut fort bien voisiner avec l’abandon des principes. Tandis que, à l’inverse, l’établissement et le maintien des principes emportent avec eux la conservation des valeurs.

 

La commémoration de la lettre de Guy Môquet : un révisionnisme subtil (14 janvier 2008)

Résumé : L’article analyse la commémoration, scolaire et médiatique, de la lettre de Guy Môquet, qui donne lieu à une réécriture de l’histoire laquelle consiste, sur fond de rejet de la repentance, à substituer la « victime résistante », elle-même dépouillée de toute identité politique, à la « victime juive », dont le souvenir ne peut éviter de se rappeler la détestable mais réelle collaboration. Révisionnisme subtil et indirect en vue d’une représentation sacrificielle mais aimable de la patrie.

 

La guerre séculaire contre l’environnement (1er décembre 2014)

La mort de Rémi Fraisse est le révélateur d’une violence d’État qui traduit la dictature de l’industrialisation. Tuer à la grenade offensive, une arme de guerre datant de 1914, un jeune bénévole écologiste, symbolise le rapport de l’État français à l’environnement et à tous ceux qui cherchent à le protéger. Le parallèle avec Vital Michalon, tué lors des manifestations anti-nucléaires de Creys-Malville, en 1977, est pertinent : dans les deux cas, l’État voulait imposer à n’importe quel prix un projet (...)

 

La laïcité institutrice de libertés (6 mars 2009)

Résumé : Cet article vise à penser ensemble la laïcité comme principe social (juridique et politique), comme principe historique (inscrit dans l’histoire certes mais surtout faisant histoire ou contribuant à « faire époque »), comme principe psychique (ferment de souveraineté utilisable par l’individu face aux institutions cléricales), enfin comme principe de liberté (comprise comme négativité). Essayant l’hypothèse d’une structure psycho-politique dialectique, l’article tente de régler le problème de l’apparente ambivalence de la laïcité, oscillant entre tolérance et anti-religion. Il examine donc la laïcité en tant que principe de rupture des rapports religieux de domination ; la nature démocratique de la laïcité ; son fonctionnement comme obligation intérieure de liberté, c’est-à-dire comme exigence d’un pouvoir sur soi-même ; enfin, les conditions de possibilité métaphysiques de la laïcité : que doit être le sujet humain pour que la laïcité soit possible ?
Mots-clés : Laïcité – Liberté – Religiosité – Phénoménologie de la conscience religieuse – Politique de la laïcité – Laïcité et démocratie – Négativité – Conflit – Loi de séparation des Églises et de l’État – Sujet

 

Le théâtre judiciaire de la commission parlementaire "Outreau" ou l’illusion comique (22 mai 2006)

Les parlementaires ont, semble-t-il, deux intentions. D'un côté, réformer l'institution judiciaire en général, empêcher en particulier une deuxième affaire Outreau. De l'autre, montrer qu'ils le font réellement, qu'ils désirent bien cette amélioration. Ces deux projets ne sont ni clairs, ni cohérents ; et le second a visiblement pris le pas sur le premier. L'exhibition de ce désir de réforme a pris la forme d'un spectacle télévisuel qui a tourné, malgré les bonnes intentions, (...)

 

Parti Socialiste français : la politique comme religion (26 novembre 2007)

L’auteur développe l’hypothèse d’une dérive pseudo-religieuse dans la campagne électorale du Parti Socialiste français.

 

William Delisle

Il ne suffit que de regarder (1er mai 2017)

Résumé : En raison de la tournée de Georges Didi-Huberman et de l’exposition Soulèvement, présentée par le Jeu de Paume, à travers le monde (Paris, Barcelone, Buenos Aires, México et Montréal), cet article fait un retour sur un ouvrage marquant du philosophe et historien de l’art français, Images malgré tout (2003, Éditions de Minuit). Dans un monde constamment submergé d’images, de représentations, comment pouvons-nous interpréter les images d’Auschwitz ? Sont-elles encore regardables ou demandent-elles trop d’engagement émotionnel ou intellectuel de celui ou celle qui les regarde ? Comment nous plaçons-nous dans l’imagerie de l’horreur ? Cet article propose un ajointement entre les pistes conceptuelles et éthiques de l’image que Georges Didi-Huberman propose dans son essai et les éléments élaborés par Sigmund Freud sur le désir et la pulsion scopique ainsi que ceux élaborés par Jacques Lacan sur le regard. À travers les exemples de Georges Didi-Huberman et l’apport de la psychanalyse, cet article laisse la place à une proposition éthique que l’on obtient grâce au compromis des multiples éléments qui composent l’image (ontologie, esthétisme, technique) et du regard, de son domaine subjectif et unique ; une éthique du malgré tout, du risque, basée sur les moyens de percer le réel, ce terrible réel des camps de concentration, de la machine-à-mort qu’était Auschwitz.

Mots-clés : Images, regard, éthique, objet-regard, Georges Didi-Huberman, psychanalyse, philosophie, Jacques Lacan, Sigmund Freud, Auschwitz, photographie.

Abstract : Owing to Georges Didi-Huberman’s tour and his exhibition Soulèvement (Uprising), curated by Jeu de Paume and presented across the world (Paris, Barcelona, Buenos Aires, México and Montreal), this article examines the French philosopher and art historian’s remarkable book Images malgré tout (Images despite it all) (2003, Éditions de Minuit). In a world that is so overwhelmingly saturated with images and representations, how can we look back on Auschwitz’s images and interpret them ? Are they watchable ? Or do they demand an unbearable emotional and intellectual labour from the viewer ? How do we position ourselves when faced with the imagery of horror ? This article offers a combination of Didi-Huberman’s conceptual and ethical lines of thought developed in his essay, some elements of Sigmund Freud’s ideas concerning desire and the scopic drive as well as Jacques Lacan’s comments on the gaze. Between examples of Didi-Huberman and psychoanalysis’ contribution, this article allows for an ethical product, obtained through the compromise of the image’s various elements (ontology, aesthetics, technique) and the unique, subjective gaze falling upon it ; an ethic of the despite it all, an ethic of risk, based on the means to pierce through the Real, the terrible Real of concentration camps – of the deadly machine we call Auschwitz.

Keywords : Image, Gaze, Ethic, Objet-regard, Georges Didi-Huberman, Psychoanalysis, Philosophy, Jacques Lacan, Sigmund Freud, Auschwitz, Photography.

 

Pasolini, à la mesure du réel (15 février 2016)

Pulsions pasoliniennes1 se présente comme une réflexion sur le contemporain, dans une lutte continuelle du corps et de la parole. Fabrice Bourlez nous livre l’exercice deleuzien d’une critique de la psychanalyse et des théories du genre à travers l’œuvre de Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Marqué par l’assassinat du poète, par l’héritage « intempestif » qu’il nous a laissé, par « l’inactualité » de sa pensée et de ses actes, Fabrice Bourlez réhabilite la parole de Pasolini qui forme la diversité inhérente à (...)

 

Magali Della Sudda

Docteure en histoire avec une formation de sciences sociales, Magali Della Sudda mène actuellement des recherches sur les mobilisations de femmes catholiques en France et en Italie sous le pontificat de Pie XI (1922-1939) dans le cadre d’un post-doctorat à l’Ecole française de Rome et d’une bourse Marie Curie à l’Institut universitaire européen de Florence. Elle co-organise depuis plusieurs années le séminaire « genre, féminismes et mobilisations collectives » à l’ENS (Jourdan) et le séminaire d’Histoire du genre de l’EHESS. Son travail de thèse paraîtra prochainement sous le titre « La citoyenneté sans le vote » et porte sur les formes de l’activité politique féminine conservatrice en France et en Italie.

"Le temps des élues" (22 mai 2009)

Résumé : Cet article tiré d’une enquête menée à l’issue des élections municipales de 2001 interroge les effets du genre dans le militantisme municipal des nouvelles élues. Il met au jour l’importance du genre dans la façon dont les élus articulent les différentes temporalités – professionnelle, familiale, politique. Il examine ainsi l’idée selon laquelle la « disponibilité » est élément fondamental dans le cumul de ressources politiques pour les femmes qui cumulent ces différentes activités. Cependant, le genre n’est pas la seule variable qui entre en jeu pour expliquer la façon dont les élues se situent dans l’arène politique municipale : le fait d’être novice ou expérimentée joue un rôle tout aussi déterminant. Mots-clés : Femme – Militantisme – Parité – Genre – Temps sociaux

 

Carole Dely

Ancienne éditrice de la revue internationale Sens Public, Carole Dely a été co-animatrice du séminaire ‘Ecritures numériques et éditorialisation’ qui se tient mensuellement au Centre Pompidou. Elle est aussi musicienne, saxophoniste de jazz et musiques improvisées.

Diplômée d’un Master 2 en philosophie et d’un Premier Prix de Conservatoire, elle a également suivi une formation universitaire en édition et en musicologie.

En philosophie, elle a publié un essai sur Descartes, travaillé autour de Jacques Derrida et de la déconstruction, poursuivi un travail de réflexion sur les genres pendant une dizaine d’années ; elle enseigne à ce titre à l’Université de Tanger (Maroc) dans un séminaire portant sur la problématique du genre et les droits des femmes. Elle a présenté plusieurs conférences en France et à l’étranger sur ces différentes thématiques (Slovaquie, Brésil, Colombie…) et coorganisé des colloques internationaux à Paris, notamment le “Congrès Eurozine”, CNHI, 2008 et le colloque “Le numérique éditorial et sa gouvernance : entre savoirs et pouvoirs”, INHA, 2010.

Carole Dely is a philosopher and a musician, editor in the Web Journal Sens Public.

"I don’t think there is any particular music which is a direct model for what I do". Interview with Ellery Eskelin (21 novembre 2010)

Abstract : Born in 1959 in the States, the composer and tenor saxophonist Ellery Eskelin settled in New York in the early 80’s. Gifted with expressiveness and resourcefulness like no-one else, his lyrical and eruptive style has made him an important figure on the world jazz scene. He has recorded dozens of albums with different formations, and regularly tours Europe. How did he become a musician ? how does he work and conceive jazz ? How does he create his music in collaboration with the other musicians ? In this interview with Carole Dely for Sens Public, Ellery Eskelin give us some answers.
Résumé : Né en 1959 aux États-Unis, le saxophoniste tenor et compositeur Ellery Eskelin est installé à New York depuis le début des années 80. Doué d’une expressivité libre et inventive à nulle autre pareille, son style lyrique et éruptif a fait de lui une figure incontournable de la scène mondiale du jazz. Il a enregistré plusieurs dizaines d’albums, avec diverses formations, et tourne régulièrement en Europe. Comment est-il devenu musicien, de quelles manières travaille-t-il et conçoit-il le jazz ? Comment se crée sa musique en complicité avec les autres musiciens ? Dans cet entretien avec Carole Dely pour Sens Public, Ellery Eskelin nous donne quelques réponses.

 

"Je ne pense pas qu’il y ait aucune musique particulière qui soit un modèle direct pour ce que je fais". Entretien avec Ellery Eskelin (21 novembre 2010)

Résumé : Né en 1959 aux États-Unis, le saxophoniste tenor et compositeur Ellery Eskelin est installé à New York depuis le début des années 80. Doué d’une expressivité libre et inventive à nulle autre pareille, son style lyrique et éruptif a fait de lui une figure incontournable de la scène mondiale du jazz. Il a enregistré plusieurs dizaines d’albums, avec diverses formations, et tourne régulièrement en Europe. Comment est-il devenu musicien, de quelles manières travaille-t-il et conçoit-il le jazz ? Comment se crée sa musique en complicité avec les autres musiciens ? Dans cet entretien avec Carole Dely pour Sens Public, Ellery Eskelin nous donne quelques réponses.
Abstract : Born in 1959 in the States, the composer and tenor saxophonist Ellery Eskelin settled in New York in the early 80’s. Gifted with expressiveness and resourcefulness like no-one else, his lyrical and eruptive style has made him an important figure on the world jazz scene. He has recorded dozens of albums with different formations, and regularly tours Europe. How did he become a musician ? how does he work and conceive jazz ? How does he create his music in collaboration with the other musicians ? In this interview with Carole Dely for Sens Public, Ellery Eskelin give us some answers.

 

68, sans fin. Echanges avec Jean-Luc Nancy (9 janvier 2009)

Partant de son expérience vécue, le philosophe Jean-Luc Nancy livre dans cet entretien son témoignage et ses réflexions sur l’étonnant phénomène de 68, dans le prolongement de son livre paru chez Galilée en 2008, Vérité de la démocratie. « 68 a été métaphysique ou spirituel bien plus que social, politique, culturel ou comme on voudra. Certes, il a été tout cela aussi : mais le fond de l’affaire, l’incandescence propre à ce moment, c’était cette mutation, la mise en suspens d’une visée du sens qui ne définissait rien de moins que la civilisation occidentale. »

 

A Conversation with David Liebman in Paris (20 décembre 2011)

David Liebman was born in Brooklyn, New York on September 4, 1946. He began classical piano lessons at the age of nine and saxophone by twelve. His interest in jazz was sparked by seeing John Coltrane perform live in New York City clubs such as Birdland, Village Vanguard and Half Note. He is considered a renaissance man in contemporary music with a career stretching over forty years. He has played with many of the masters including Miles Davis, Elvin Jones, Chick Corea, John McLaughlin, McCoy Tyner and others.

The day after a concert in duet with Marc Copland at the Sunset Jazz Club in Paris (6 December 2011), David Liebman and Carole Dely, a saxophone player and a philosopher, met to speak about jazz.

 

De la philosophie, et derechef qu’elle fait ma.â.l.e ? (11 décembre 2008)

Résumé : Le courant évolutif des relations sociales entre les sexes dans les dernières décennies du 20e siècle a donné lieu à une remise en question fondamentale de la philosophie. Tandis que Jacques Derrida entreprenait de déconstruire une puissante assise phallocentrique structurelle de la tradition philosophique (cf. Jacques Derrida, la déconstruction du phallogocentrisme du duel au duo, Sens Public), Michèle Le Doeuff décelait en elle un particularisme sexiste hostile aux femmes en général, étrangement exempté de rigueur théorique tout en n’hésitant pas à reléguer « la » femme dans un imaginaire métaphorique. Nul n’entre ici s’il n’est homme, quand bien même une femme serait géomètre... Voilà qui a pu et peut encore faire mal, voici qui continue aujourd’hui de poser question en philosophie.
Mots-clés : Philosophie ; Égalité des sexes ; Sexisme ; Mixité ; Genres ; Différence sexuelle ; Kierkegaard ; Comte ; Condorcet ; Voltaire.

 

Depuis le temps où Beauvoir nous écrit (4 novembre 2010)

Résumé : Comment devrions-nous lire aujourd’hui "Le Deuxième Sexe" de Simone de Beauvoir, soixante ans après sa parution ? En remettant la pensée beauvoirienne en perspective avec le présent, le texte proposé par Carole Dely nous permet de mesurer le chemin parcouru depuis l’après seconde guerre mondiale et d’identifier certaines évolutions positives. Il nous apporte un nouvel éclairage sur le devenir-femme, le devenir-homme, les valeurs sociales, le corps féminin, la liberté.
Abstract : How should we read today "The Second Sex" by Simone de Beauvoir, a book published sixty years ago ? By offering an evaluation of the gap between the end ot the Second World War and today, this essay allows us to have a clearer idea of a work in progress and to identify some positive developments. Along thoses lines, we are able to have a new point of view on the thinking of Simone de Beauvoir concerning the evolution of women and of men as such, the social values, the female body, the freedom.

 

Descartes et la recherche de la Sagesse dans les Règles pour la direction de l’esprit (27 décembre 2006)

Cet essai présente une lecture interne des "Règles pour la direction de l’esprit", premier ouvrage philosophique de Descartes. On y montre que la recherche de la Sagesse universelle décrite par le philosophe dans la Règle VIII est mise en abyme dans le livre. Elle commande sa construction. L’analyse conduit à déceler la présence d’une difficulté métaphysique non résolue au sujet de l’universalité de la méthode et de la science, qui peut rendre compte de l’inachèvement de cette première oeuvre, ou avant-oeuvre (Texte joint en PDF, 110 pages).

 

Desde el tiempo en el que nos escribe Beauvoir (5 septembre 2010)

Resumo : De paso por Lyon, queriendo trabajar en este artículo sobre "El Segundo Sexo" pero sin tener el texto a la mano, encontré en una tiendita de dos mujeres una edición de 1949, el año de su publicación. Una edición sin un valor bibliófilo particular : no estaba ni numerada ni firmada por la autora. De todos modos, en su banal materialidad, el papel ordinario, y ya para ese entonces amarillento, suscitaba una emoción, devolvía el libro a su tiempo, hace sesenta años.
Résumé : De passage à Lyon, voulant travailler à ce texte sur "le Deuxième Sexe" mais n’ayant pas le livre sous la main, je trouvai dans une boutique tenue par deux femmes une édition de 1949, l’année de sa publication. Une édition sans valeur bibliophile particulière, elle n’était ni numérotée ni signée de l’auteur. Toutefois, dans sa matérialité banale, le papier ordinaire et à présent jauni suscitait une émotion, il resituait le livre dans son temps, il y a soixante ans.

 

Jacques Derrida : le "peut-être" d’une venue de l’autre-femme (31 juillet 2006)

Résumé : Si les questions sur la femme et le genre féminin se sont trouvées au cœur des pensées de Jacques Derrida, c’est en ce qu’elles constituent un point d’achoppement dans la réflexion sur la tradition, donc dans la tradition elle-même. Sans opposer un dedans de « la bibliothèque » à un dehors du monde hétérogènes, séparés, la déconstruction du modèle phallogocentrique est une réflexion sur le monde et la vie – dans la triple temporalité du passé, du présent et de l’avenir. Partant du constat que la tradition s’est construite et bâtie en partie sur une exclusion des femmes, et déconstruisant cette histoire, Derrida ouvre un espace propice à la venue de l’autre. En en appelant à la voix de l’autre, il engage le « peut-être » d’une réorientation du discours, de l’histoire et de sa tradition.
Abstract : That the questions surrounding woman, women, gender, or even sexual difference may be found at the heart of Jacques Derrida’s deconstructive work is already quite significant. In itself it is the signal that they constitute an obstacle within thought concerning the tradition, and hence within the tradition itself, in other words within our history. Let’s recall that without opposing an indoors of the "library" to an outdoors of the world that would be heterogeneous, separate, deconstruction as practiced by Jacques Derrida beginning with great texts of the tradition is a reflection upon the world and upon life, within the threefold temporality of past, present, and time to come. By appealing to the voice of the other, he thus engages the perchance of a reorientation of discourse, history, and the tradition.

 

Jacques Derrida : the ’perchance’ of a coming of the otherwoman (31 octobre 2007)

Abstract : That the questions surrounding woman, women, gender, or even sexual difference may be found at the heart of Jacques Derrida’s deconstructive work is already quite significant. In itself it is the signal that they constitute an obstacle within thought concerning the tradition, and hence within the tradition itself, in other words within our history. Let’s recall that without opposing an indoors of the "library" to an outdoors of the world that would be heterogeneous, separate, deconstruction as practiced by Jacques Derrida beginning with great texts of the tradition is a reflection upon the world and upon life, within the threefold temporality of past, present, and time to come. By appealing to the voice of the other, he thus engages the perchance of a reorientation of discourse, history, and the tradition.
Résumé : Si les questions sur la femme et le genre féminin se sont trouvées au cœur des pensées de Jacques Derrida, c’est en ce qu’elles constituent un point d’achoppement dans la réflexion sur la tradition, donc dans la tradition elle-même. Sans opposer un dedans de « la bibliothèque » à un dehors du monde hétérogènes, séparés, la déconstruction du modèle phallogocentrique est une réflexion sur le monde et la vie – dans la triple temporalité du passé, du présent et de l’avenir. Partant du constat que la tradition s’est construite et bâtie en partie sur une exclusion des femmes, et déconstruisant cette histoire, Derrida ouvre un espace propice à la venue de l’autre. En en appelant à la voix de l’autre, il engage le « peut-être » d’une réorientation du discours, de l’histoire et de sa tradition.

 

La parole au commencement (8 février 2006)

La parole, qu’est-ce que c’est ? Quoi ? Qui de la parole ? C’est la première question posée. Au commencement. Faire de la parole agissante pensée en pensant en écrivant comme en marchant... l’acheminement a lieu et trouve son rythme à la saison de l’hiver : le sol blanc craque sous chacun des pas.

 

La tradition entre fidélité et trahison (27 octobre 2007)

Résumé : Si la tradition impose des idées et des valeurs au nom d’une autorité que l’on ne doit pas discuter par principe, il pourra sembler légitime de la remettre en question, voire de la rejeter. Mais en tant que la tradition est mémoire vivante du passé pour ceux qui la reçoivent, n’est-elle pas la condition de tout progrès, et digne de respect en ce sens ? Si la tradition est reçue, si elle est un héritage transmis, ce n’est qu’individuellement que l’on peut véritablement répondre d’un héritage. Répondre de, c’est répondre librement, en son nom et pour soi-même. A cette condition logée dans le cœur de l’individu, la tradition pourrait apparaître sous une figure autre que l’autorité pure et simple. Ceci mènerait à reconnaître que toute tradition dépend d’abord de l’écoute de ceux à qui elle est transmise.
Mots-clés : Tradition ; Héritage ; Descartes ; Kant ; Pascal ; Alain ; Lumières ; Tolérance ; Encyclopédie

 

Les héritages de Mai 68 ? (16 février 2009)

Le contraste est frappant, dans les événements de Mai 1968, entre leur rapidité et la manière ambiguë avec laquelle ils ont marqué à long terme la mémoire contemporaine. Mai 68 ayant jadis opéré une transformation de valeurs et un changement de génération, son quarantième anniversaire s’est trouvé pris dans les filets d’une commémoration à double face, départageant ceux qui s’en revendiquent et ceux qui s’y opposent, qu’ils ou elles aient vécu ou non la période. Récemment, en France, la campagne des élections présidentielles de 2007 a vu les deux protagonistes du second tour s’affronter au nom des valeurs et de l’héritage de Mai 68. Alors que pour les un(e)s, l’année 68 a heureusement permis une évolution des mœurs et des mentalités indéniablement féconde pour l’avenir, i.e. jusqu’à notre présent, pour les autres elle reste avant tout le signe caractéristique d’une volonté de jouissance irréfléchie et sans bornes. Voici, bien sommairement orchestré, le clivage, certainement en partie générationnel, à dix ans près (avoir dix, vingt, trente ou quarante ans en 68... était-ce la même chose ?). Par ailleurs, évoquer en 2008 « un héritage » aura pu sembler contestable, cocasse, parfois comique, puisque la génération active des acteurs de 68 est loin d’avoir disparu du champ social et politique, fût-ce pour se prononcer pour ou contre Mai 68. Affaire de mémoire, donc, particulière et collective, partagée dans plusieurs régions du monde, qui appelle le témoignage, l’analyse et l’interprétation.

 

Polémoscope (18 juin 2008)

Une invitation d’Olivier Apert et Carole Dely.
Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’.
’Polémoscope’ : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias. ’Polémoscope’ : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène...

 

Pour une créativité présente : si ’Elles’, donc ’Ils’, et alors ? (28 mai 2011)

Le genre sexué (oui, sexué) d’un individu, femme ou homme, a-t-il une importance dans l’acte créateur, artistique ? Cette question, une fois posée sur le papier ou à l’écran, est à écouter de deux façons : il y a d’une part à considérer la dimension du corps pensant vivant au monde (ce sera la ligne mélodique) et il y a d’autre part la dimension historique et sociale (ce sera la ligne de basse). J’essaie de visualiser et entendre mon propos au-travers d’une partition à deux voix, mais en réalité, bien (...)

 

Réflexions sous le vieux plafond de verre et au-delà (4 septembre 2015)

Je souhaite présenter ici le résultat de mes réflexions entamées depuis vingt ans, peut-être toute ma vie mais au départ de façon plus spontanée que réfléchie (ma vie a commencé par les tournois du club de foot à 6 ans et peut-être la gloire d'avoir marqué un but au premier match d'entraînement), sur la situation des femmes dans les domaines de la création et de la production intellectuelle. Depuis vingt ans : je repense à cet épisode très solitaire de ma vie, déjà mentionné ailleurs, assise (...)

 

The dramatisation of violence from Montesquieu to Lars Norén (4 octobre 2010)

This text has not yet been published.

 

Lise Demailly

Éléments de débat sur la politique de la psychanalyse. (31 mars 2016)

Résumé : La psychanalyse a des implications sociétales. Autrement dit, elle a une certaine responsabilité historique dans l’évolution des sociétés dans lesquelles elle s’est développée. Elle est elle-même influencée par les sociétés et les cadres politiques dans lesquels elle se déploie. La théorie psychanalytique peut s’emparer de cette influence réciproque, d’une part pour la penser, d’autre part pour en tirer des enseignements pour sa propre politique, mais cela ne saurait se faire aujourd’hui dans un isolement théorique ou pratique, notamment vis-à-vis des sciences sociales ou des innovations sociales.

Mots-clés : psychanalyse, inconscient, société, politique, Histoire, sciences sociales, Sigmund Freud.

Abstract : Psychoanalysis has societal implications. In other words, it has an historical responsibility regarding the evolution of societies in which it has developed. It is also influenced by the societies and political systems in which it unfolds. Psychoanalytic theory may integrate this reciprocal influence in order to reflect on it and learn from it for its own politic. However, in the current context, this cannot be achieved in a theoretical or practical isolation, especially in regards to social sciences and social innovations.

Keywords : psychoanalysis, unconscious, society, politic, History, social sciences, Sigmund Freud.

 

Lynda Dematteo

Lynda Dematteo est l’auteur d’une thèse sur la Ligue du Nord réalisée sous la direction de Marc Abélès. En 2004, elle obtient une bourse du Centre d’Études et de Recherches Internationales de Montréal pour effectuer un stage post-doctoral sous la direction de Mariella Pandolfi. Parallèlement, elle participe à un projet de recherche pluridisciplinaire sur le droit de la clémence en Europe coordonné par Sophie Wahnich et financé par le Ministère de la Justice français (2003-2005). Sa contribution sur les usages de la mémoire des « années de plomb » dans les débats contemporains italiens est publiée dans Une histoire politique de l’amnistie (PUF, 2007). Dans son livre, L’idiotie en politique, issu de sa thèse, elle développe une réflexion sur l’indépendantisme nordiste des militants de la Ligue du Nord qui repose sur les analyses anthropologiques des rites d’inversion. Elle poursuit aujourd’hui des recherches sur les pratiques et les représentations politiques qui sortent des cadres institutionnels dans l’Europe contemporaine. Dans la continuité de ses travaux sur le Nord de l’Italie, elle vient de réaliser pour le think tank Notre Europe une étude ethnographique sur les délocalisations dans l’Europe élargie où elle se penche sur les représentations politiques du monde des affaires. Elle collabore actuellement au projet de recherche international coordonné par Marc Abélès, Anthropologie de l’Organisation Mondiale du Commerce.

Principales publications :

- La Ruée vers la Roumanie des entrepreneurs italiens, étude n°69, coll. « Fabriques de l’Europe », Paris, Notre Europe, 2009.

- « Le "défense du territoire" en Italie du Nord ou le détournement des formes de la participation locale », Antropologica, Université Laval, Québec, n°50, 2008, pp. 303-321.

- « L’Amnistie des prisonniers politiques italiens entre révisionisme et imbroglio historique » in Sophie Wahnich (dir.), Une histoire politique de l’Amnistie. Études d’histoire, d’anthropologie et de droit, Paris, PUF, Droit et justice, 2007, pp. 120-142.

- L’idiotie en politique. Subversion et populisme en Italie, Paris, Éditions du CNRS, Collection « Chemins de l’ethnologie », 2007.

- « Autonomismo e leghismo dal 1945 ad oggi », en collaboration avec C. Bouillaud, in A. Castagnoli (dir.), Culture politiche e territorio, Milan, Franco Angeli, collana Istituto piemontese per la storia della resistenza e della società contemporanea, 2004.

- « La Sécession de la Padanie. Ethnographie d’une re-fondation nationale en négatif », Le Mouvement Social, n° 202, janvier-février 2003, pp. 53-67.

- « La Lega Nord : entre volonté de subversion et désir de légitimité », Ethnologie française, Vol. XXXI, n° 1, 2001, pp.143-152.

Le pouvoir, sa folie et sa théâtralisation (2 janvier 2012)

Résumé : Le Théâtre de la Renaissance d’Oullins organise depuis deux ans un cycle de débats de société, « Consonances », en partenariat avec le musée des Confluences. Ils reposent sur des thématiques traitées dans certaines de leurs productions ou coproductions. Ces rencontres répondent aussi à la vocation ancestrale du théâtre. Depuis Socrate, le théâtre est pensé comme un lieu d’expression et de confrontation d’idées centrées sur des thématiques contemporaines. Nous donnons ici la retranscription de la rencontre du 4 février 2010.

 

Marion Denizot

Marion Denizot est maître de conférences en Études théâtrales à l’Université de Haute-Bretagne-Rennes 2. Diplômée de l’Institut d’Études Politiques de Paris, ses travaux portent sur les héritages du théâtre populaire et sur l’histoire des politiques et le fonctionnement des institutions théâtrales.

1968, 1998, 2008 : le théâtre et ses fractures générationnelles (16 février 2009)

Résumé : Cet article se propose de revenir sur l’héritage de mai 1968 sur l’histoire du théâtre et des institutions théâtrales françaises, en questionnant les malentendus et les héritages méconnus. Délaissant la question proprement esthétique, il s’agit davantage d’interroger les usages de la Déclaration de Villeurbanne, texte issu de l’assemblée des directeurs de théâtres publics, tenue à Villeurbanne, au Théâtre de la Cité, dirigé par Roger Planchon, en mai-juin 1968. Encore présente dans la mémoire des hommes de théâtre pour avoir institué la notion contestée de « non-public », la Déclaration de Villeurbanne peut-elle être accusée d’avoir marqué le début d’un abandon de la préoccupation du public ? Quel rôle a-t-elle eu sur la création d’une identité collective au réseau du théâtre public ?
Mots-clés : Villeurbanne – théâtre public – décentralisation – politique théâtrale – non-public – action culturelle – Roger Planchon – Patrice Chéreau

 

Jean-Louis Déotte

Professeur de philosophie à l’Université Paris VIII, Saint-Denis, Jean-Louis Déotte est responsable du programme de recherche « arts, appareils, diffusion » de la MSH Paris Nord et dirige la collection Esthétiques chez L’Harmattan.

Quel sens peut avoir la lutte d’universitaires ? (31 mai 2009)

Résumé : La grève des universitaires a rendu visible le décalage entre le projet gouvernemental - former une "autonomie" par la montée en puissance de Conseils qui dépendent fortement d’injonctions administratives – et des enseignants-chercheurs au statut dévalorisé. Jean-Louis Déotte, professeur de philosophie à l’Université de Paris-8 et coordinateur de programme à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, expose les données centrales du débat actuel : comment intensifier les relations, les réseaux, les collectifs, et l’habitude du travail par projet ?
Abstract : The French university strike clearly exposed the gap which exists between the official project (to implement a new "autonomy" through the empowerment of Councils presumably submitted to the administration rather than to scientific criterias) and the professors, whose positions & status have been deeply weakened over the years. Jean-Louis Déotte, philosopher (aesthetics, Paris-8 university & program coordinator at the MSH-Paris-Nord) enlights the central questions : how to develop relations, networks, teamworking and project management into French universities ?

 

Marc Depaepe

Marc Depaepe (1953) est professeur à la Katholieke Universiteit Leuven où il enseigne l’histoire de l’éducation, l’histoire des sciences de l’éducation et l’histoire de la psychologie. Il est président de la faculté de la psychologie et des sciences de l’éducation au campus de Courtrai et coordinateur des Sciences Humaines au même campus. Il a publié plusieurs articles et livres concernant la théorie, la méthodologie et l’ historiographie de l’histoire de l’éducation ; l’histoire des sciences de l’éducation et du comportement ; l’histoire de l’éducation fondamentale en Belgique et l’histoire de l’éducation coloniale belge.

A different kind of activism : the position of catholic women teachers in their union (Belgium, 1950-1965) (22 mai 2009)

Abstract : In this article we would like to focus on the position of women in the Christian teachers union in Belgium in the years 1950-1965. In spite of their numerical dominance in the teaching occupation and in the union, women teachers never exercised real structural power in teacher unionism during this period. Yet, the union was alive to the fact that women teachers formed an important segment of their members. The marriage bar f.e. became a central issue in the debate concerning the legal statute of the catholic teachers in the years 1961-1963. Based on primary sources, interviews, national and international literature, we will focus on the apparent lack of female militantism by situating it in its social and historical context and by analysing the prevailing ideology concerning labour and the family.
Résumé : ("Un activisme différent. Les prises de position des institutrices catholiques au sein de leur syndicat. Belgique, 1950-1965") Dans cet article nous voudrions nous centrer sur la position des femmes appartenant au syndicat des enseignants chrétien en Belgique durant les années 1950-1965. Malgré leur prédominance numérique dans l’enseignement fondamental et dans l’union, les institutrices n’ont jamais exercé une vraie puissance structurelle dans leur syndicat d’enseignants pendant cette période. Cependant, l’union était très active du fait que les institutrices représentaient une section importante de leurs membres. Le bannissement du mariage, p.e., devint une question cruciale au cours de la discussion portant sur le statut légal des professeurs catholiques dans les années 1961-1963. Nous basant sur des sources primaires, des entrevues et l’historiographie nationale et internationale, nous nous concentrerons sur le manque apparent de militantisme féminin en le replaçant dans son contexte social et historique et en analysant l’idéologie dominante au sujet du travail et de la famille.

 

Laurent Depussay

L’encadrement juridique des élections présidentielles de 2007 (23 mars 2007)

Résumé : Cet article présente une analyse juridique et donne un état des lieux de l’organisation du contrôle de l’élection présidentielle en France après la révision des textes normatifs afférant en 2006.

 

Le « cavalier », cheval de Troie dans la procédure législative (26 mai 2006)

Résumé : L’auteur évoque les évolutions de la jurisprudence du Conseil constitutionnel au sujet du cavalier législatif. A propos du CPE 5contrat première embauche), ces évolutions lui semblent trop favoriser le Gouvernement par rapport au Parlement dans la fabrication de la loi.

 

Geneviève Dermenjian

Maîtresse de conférences à l’Université de Provence-iUFM. Coresponsable du groupe de recherches Femmes, pouvoirs, créativité féminine de l’UMR Telemme jusqu’à 2008. Elle est membre du CA de l’association « Mnémosyne, pour le développement de l’histoire des femmes et du genre », et membre du jury décernant chaque année le prix Mnémosyne. Elle a publié et coordonné (en collaboration) plusieurs ouvrages sur l’histoire des femmes et du genre, dont Femme, famille et action ouvrière. Pratiques et responsabilités féminines dans les mouvements familiaux populaires. Les cahiers du GRMF n°6, 1991, 326 pages ; La puissance maternelle, mythes et représentations. Paris, Actes sud, 2008, 168 pages.

Du droit au travail des époux au droit au travail personnel (22 mai 2009)

Résumé : A partir de 1945, des femmes au foyer, militantes d’associations catholiques-sociales, s’estiment partie prenante du syndicalisme, par le soutien apporté aux luttes des époux, et par celles menées sur les quartiers. Elles sont mobilisées comme épouses et mères. Or, ce militantisme complémentaire modifie leur rapport au monde, entraînant notamment la création du groupe “femmes chefs de famille” (vers 1965) : elles y revendiquent un droit au travail pour, non pas encore LES femmes, mais DES femmes vivant des situations particulières ; elles s’investissent pour une formation générale et professionnelle féminine, la garde des enfants, leurs analyses sur la place des femmes dans la famille et la société se modifient, provoquant chez les plus jeunes une pratique “aller au travail”. Cela vide nombre de groupes locaux de leurs forces vives, les militantes étant absorbées par leur activité salariée et leur engagement syndical. Engagement cette fois direct, et non plus par le biais du compagnon.
Mots-clés : Femmes – Travail – Militantisme – Catholicisme-social – APF/CSCV : Association populaire familiale/Confédération syndicale du cadre de vie – CSF : Confédération syndicale des familles – MPF : Mouvement populaire des familles

 

William Desmond

William Olivier Desmond, traducteur littéraire, est l’auteur de plus de deux cents traductions (romans, essais, livres d’art). Ès qualité, il a participé à la création du premier DESS de Traduction littéraire à Paris VII en 1990. Également auteur, il a publié trois romans (Voyage à Bangor, J. Corti, l’Encombrant, le Seuil, Bouillie bordelaise, Pleine Page), un recueil de nouvelles (Icare à Babel, JCLattes) et deux essais (Chevaucher le vide, La Fontaine secrète, Parole de Traducteur, PU de Louvain). Après avoir vécu au Canada et dans la région parisienne, il habite actuellement en Gironde.

Pougne-Hérisson et le patrimoine mondial (20 septembre 2010)

Résumé : L’auteur, sur un mode humoristique, pose la question du bien-fondé du classement au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Il fait remarquer que si le classement de certains sites peut paraître évident et ne fait pas débat, la difficulté viendra quand se posera la question du classement des sites moins prestigieux : où mettra-t-on la limite ? Qui en décidera ? Vu les intérêts économiques en jeu, on peut comprendre que la question est légitime. Il conclut en faisant remarquer que l’idéal serait de classer toute la planète d’un coup, pour que nous nous occupions mieux d’elle que nous le faisons actuellement.
Abstract : Using humour, the author asks the question of the validity of the World Heritage program set by UNESCO. He points out that if the classification of numerous places and sites is obvious and prompts no argument, things won’t be so easy when less prestigious sites will ask to be included in the World Heritage : where should we stop ? Who will decide ? Considering the economical impact such a classification may have, those questions seem legitimate. He concludes with the idea that the best should be, perhaps, to put the whole planet under the protection of the World Heritage Committee, for it is certainly in need of being protected.

 

Dominic Desroches

Après avoir complété des études en philosophie à l’Université de Montréal (Québec, Canada), Dominic Desroches a fait un stage postdoctoral au Center for Etik og Ret (Copenhague, Danemark). Il a publié sa thèse intitulée Expressions éthiques de l’intériorité (Presses de l’Université Laval, Québec) en 2008. Il a été invité au CNRS (Paris, France) en 2009 et à l’Université de Lausanne (Suisse) en 2010. Il étudie actuellement le temps politique avec Daniel Innerarity (Institut pour la gouvernance démocratique, Espagne). S’il publie encore des articles sur Kierkegaard, sa cherche principale vise à élaborer une « climatologie politique », c’est-à-dire une étude de la politique comprise comme horizon temporel, ambiance et atmosphère.

After completing a BA, MA and Ph. D. (2003) in philosophy at the Université de Montréal (Québec, Canada), I did a postdoctoral fellowship at the Center for Etik og Ret (Copenhagen, Danmark). I published then my thesis on Kierkegaard’s Ethics, Expressions éthiques de l’intériorité (Presses de l’Université Laval, 2008). I was invited in 2009 at the CNRS (Paris, France) and the Université de Lausanne (Switzerland). Now I am studying the political time with Daniel Innerarity (Institute for Democratic Governance, Spain). I’m still working on Kierkegaard’s thought, but my research focus mainly on the establishment of a « political climatology », i.e. the study of politics broadly understood as time horizon, atmospheres and cultural climate.

Gouverner après une décennie libérale… (21 novembre 2012)

Les dernières élections provinciales québécoises, celles de septembre 2012, se sont soldées par une courte victoire du Parti québécois, un parti souverainiste, dirigé par Pauline Marois. Le PQ a en effet obtenu 54 sièges, alors que le Parti libéral du Québec, après neuf années au pouvoir, en a obtenu 50, la Coalition Avenir Québec 19 et Québec solidaire 2. Ces résultats sont étonnants : le gouvernement libéral, qui n’avait plus l’autorité morale pour gouverner lors de la crise étudiante, s’est lancé dans une (...)

 

L’hiver de force (30 janvier 2012)

« Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver. » 
Gilles Vigneault L’hiver s’est installé sur le Québec. Le temps froid est revenu et la neige s’est subitement mêlée à une pluie verglaçante qui fait craindre le pire pour ceux qui veulent du changement, car ce cocktail météorologique rend toutes les routes impraticables. Et comme la longue période de gel n’est pas propice aux changements politiques, la situation du Québec est et demeura inquiétante. Si la tradition veut que, l’hiver venu, l’on reste à la (...)

 

La "vague orange" au Québec (26 mai 2011)

« La société, c’est l’imitation et l’imitation, c’est une espèce de somnambulisme. » « Il en est d’un journal de la veille ou de l’avant-veille, comparé à celui du jour, comme d’un discours lu chez soi comparé à un discours entendu au milieu d’une immense foule. » Gabriel Tarde Quand on veut illustrer la place qu’occupe l’émotion dans la météorologie politique, on trouve dans le phénomène de la vague politique un thème riche. Une vague politique, comme celle vécue au Québec lors des dernières élections (...)

 

La droite canadienne installée sur un trône (27 février 2012)

« Les fantômes existent. Ce sont des parasites de la mémoire. Ils viennent tantôt du monde, tantôt du plus profond de notre être. Qui peut les conjurer ? » Andrée Maillet (écrivaine québécoise) Le parti conservateur, qui ne s’est pas noyé dans la « vague orange » de protestation qui a déferlé sur le Québec lors des élections fédérales de 20111, s’est donné un gouvernement majoritaire à Ottawa et se montre déterminé, plus que jamais, à revoir l’image du Canada. Face à des partis politiques fragilisés, (...)

 

La Loi spéciale 78 : un pas de plus vers un État québécois antidémocratique (21 mai 2012)

En ligne : "Pétition d'appui à la requête en nullité du Projet de loi spéciale 78" « Il est plus désirable de cultiver le respect du bien que le respect de la loi. » Henry David Thoreau, De la désobéissance civile L’heure est grave. La démocratie québécoise est mise à mal depuis trop longtemps déjà par un gouvernement libéral dépassé par sa propre arrogance. Ce soir, il franchit un point de non-retour. La grève étudiante, au centre du printemps québécois, dure depuis treize semaines, ce (...)

 

La place du marché et la mondialisation (2 décembre 2010)

Résumé : Dans un cycle de rencontres ouvert, l’ENS et le Grand Lyon invitent des intellectuels et des acteurs politiques ou économiques à confronter leurs visions. Ces rencontres à plusieurs voix visent à débattre des nouvelles régulations sociales à l’ère de la mondialisation. Ils ont invité, le 14 octobre dernier, Daniel Innerarity et Dominic Desroches qui étudient les nouveaux défis de la gouvernance mondiale. Ces derniers se sont penchés sur la dernière crise économique et ils ont questionné le fonctionnement de l’économie ainsi que la tâche revenant à la politique après la crise de 2008. La « place du marché », qui est aujourd’hui une scène mondiale, exige une nouvelle conceptualisation car son développement menace notre futur commun. Sens Public présente ici un extrait de cette discussion.
Abstract : ENS and the Grand-Lyon occasionally invite intellectuals and political thinkers to share their points of view. These meetings aim to discuss new social regulations in the globalization. They invited, the Octobre 14, Daniel Innerarity and Dominic Desroches. The debate between them focused on the latest economic crisis and questioned the functioning of the economy and the politics after the crisis. The "marketplace", according to them, requires a new conceptualization because its development threatens our future. We present here a part of this interesting debate.

 

Le printemps politique des étudiants québécois (22 mars 2012)

« Ils peuvent tuer toutes les hirondelles, ils n'empêcheront pas la venue du printemps. » Proverbe afghan. Après un hiver plus chaud que d’habitude, voilà la société québécoise qui se met en mouvement. Ce mouvement en effet est l’œuvre des associations étudiantes qui organisent, depuis plusieurs semaines déjà, des activités originales et créatives contre le gouvernement libéral du Québec qui veut poursuivre le « dégel » des frais de scolarité commencé en 2006. Si le gel permettait à la majorité (...)

 

Le temps de la rénovation politique (19 juin 2011)

« L'architecture actuelle s'occupe de la maison, de la maison ordinaire et courante pour hommes normaux et courants. Elle laisse tomber les palais. Voilà un signe des temps. » Le Corbusier Le temps politique actuel se reconnaît à son instabilité. On sent que le climat général se réchauffe, que les phénomènes extrêmes se multiplient et que les gouvernances (locale, nationale ou mondiale) éprouvent une période d'incertitude. La mondialisation numérique veut que les populations du globe (...)

 

Les passagers clandestins (28 août 2012)

« Les hommes ne sauraient jouir de la liberté politique sans l’acheter par quelques sacrifices, et ils ne s’en emparent jamais qu’avec beaucoup d’efforts. » Alexis de Tocqueville Qui marchaient à Montréal en mars, en avril et en mai ? Qui participaient à ce mouvement social historique baptisé « le printemps québécois » ? Qui manifestaient le 22 juillet dernier sous le chaud soleil de la ville, loin de la plage ? Ceux qui profitent des meilleures conditions ou ceux qui veulent améliorer un système (...)

 

Marcher encore pour que rien ne change ? (24 avril 2012)

« Et si l’indignation agissait au profit de ceux qui se satisfont ou même qui sont responsables de l’état de fait contre lequel nous nous indignons ? Il n’est pas impossible que ces explosions de mécontentement irrité soient moins transformatrices de la réalité qu’un travail soutenu visant à formuler de bonnes analyses et à tenter patiemment d’introduire quelques améliorations. » Daniel Innerarity Ce qui devait arriver arriva. À force de négligence et d’arrogance, à force de mépris et de dénis de (...)

 

Quand le vent se lève. Petites leçons de météorologie politique (20 mars 2011)

« Une petite rébellion de temps en temps, 
c’est comme un orage qui purifie l’atmosphère. » Thomas Jefferson. On a beaucoup parlé du printemps arabe. Les médias du monde entier se sont penchés sur les bouleversements politiques en Tunisie, en Égypte, en Libye, au Yémen et au Bahreïn. La rue arabe veut changer l’air politique et s’offre un printemps. On a pu laisser entendre que ces mutations – imperceptibles avant décembre – étaient portées par le numérique, qu’elles résultaient des réseaux sociaux (...)

 

Qui a le goût de la politique ? (27 avril 2011)

Décadence, gastronomie privée et désengagement citoyen « La gastronomie considère aussi l’action des aliments sur le moral de l’homme, sur son imagination, son esprit, son jugement, son courage et ses perceptions, soit qu’il veille, soit qu’il dorme, soit qu’il agisse, soit qu’il se repose. C’est la gastronomie qui fixe le point d’esculence de chaque substance alimentaire, car toutes ne sont pas présentables dans les mêmes circonstances. » Brillat Savarin L’homme entre dans la vie par le corps. Ce (...)

 

Un gouvernement qui nous fait marcher (14 juin 2012)

« Avec de nouvelles technologies, ne sommes-nous pas train d’assister
 à la disparition inéluctable de l’auteur ou du créateur au profit d’une marque. » Paul Virilio Nous proposons l’idée que le gouvernement ne craint plus les marches pacifiques, et même les casseurs qui s’infiltrent dans les manifestations, car les marches, quand elles ne sont pas déstabilisantes, en viennent à justifier le pouvoir en place. Elles favorisent la constitution d’otages par images. Il convient dès lors pour les (...)

 

Une éthique de l’étrange... ou apprendre à accueillir le visiteur de minuit (2 novembre 2009)

Résumé : La postmodernité, constate Innerarity, ne va pas sans provoquer un sentiment d’insécurité et d’étrangeté au monde qu’ignorait nos parents. De l’urgence à la crise, de l’erreur à la catastrophe, nous sommes bousculés par les rythmes sociaux et par là confrontés à une fragilité croissante. Anthropologico-tragique, l’éthique de l’hospitalité d’Innerarity est d’une grande actualité, car elle a le mérite de défendre la solidarité sans renoncer aux défis posés par le monde en mouvement. Elle nous invite finalement à recevoir les autres dans un monde dont la fragilité apparaît toujours plus saisissante et plus déconcertante.

 

Christine Detrez

La mixité sociale à travers les relations filles / garçons (13 février 2012)

Résumé : En avril 2010, le théâtre de la Renaissance, en partenariat avec le Musée des Confluences et Sens Public organisait une conférence en lien avec le spectacle Les Ogres, spectacle mis en scène par Christine Véricel. La discussion s’articule autour de la mixité sociale à travers le comportement des jeunes et en particulier les relations filles / garçons (violences sexistes, inégalités).

 

Julien Dewoghélaëre

Julien Dewoghélaëre enseigne à l’IEP de Bordeaux.

Le profil des maires urbains en 2006 (25 mars 2008)

Résumé : Sachant que les enjeux nationaux ne sont jamais absents des élections municipales dans les villes françaises, l’objectif de cet article est de déterminer le profil des maires urbains en 2006 à partir des résultats d’une enquête empirique menée sur l’ensemble des communes de plus de 5 000 habitants afin de pouvoir apprécier le changement survenu lors des élections de mars 2008.
Abstract : The municipal elections in French cities always have a national dimension. The objective of this article is to draw the portrait of the urban mayor in 2006 thanks to the results of an empirical investigation made on all the communes above 5 000 inhabitants in order to appreciate the change that occurred after the municipal elections of March 2008.

 

Gyslain Di Caro

Gyslain DI CARO est directeur-rédacteur en chef de la revue "Des Lois et des Hommes", membre du comité de rédaction du magazine "Culture Droit" et Avocat à la Cour de Paris.

Theodor Herzl sur le divan de Gilles Deleuze (5 décembre 2006)

Résumé : Il peut paraître singulier de vouloir mettre Theodor Herzl, inventeur du sionisme politique, sur le divan de Gilles Deleuze. Pourtant, le lent cheminement qui va pousser Herzl à accomplir l’œuvre de sa vie procède d’une quête remarquablement mise en évidence par Deleuze. La recherche de la vérité chez Deleuze n’est pas mue par un amour de la sagesse - philo-sophie - mais est au contraire le fruit d’une anti-sophie, d’un tourment qui fait tendre vers la vérité, au gré des signes de la vie qui nous force à penser. Theodor Herzl n’est en rien un philosémite ; c’est dans les tourments antisémites de son siècle que lui est apparu l’évidence d’Israël.
Abstract : It might seem awkward to try and lay Theodor Herzl, inventor of political Zionism, on Gilles Deleuze’s couch. However, the slow pace of Herzl’s endeavour towards his life’s achievement outlines a search intrinsically related to Deleuze. Indeed, the search for truth in Deleuze is not driven by love of wisdom - philo-sophy - but on the contrary results from an anti-sophy, a torment which makes us tend towards truth according to the signs of our lives and the drive that forces us into thinking. Theodor Herzl is nothing of a philo-semite, for it is in the anti-semitic torments of his century that he envisioned the obviousness of Israel.

 

Sophie Djigo

Agrégée de philosophie, Sophie Djigo poursuit en 2010 un travail de doctorat sur le « Rationalisme satirique et perfectionnisme moral chez Robert Musil » à l’UPJV d’Amiens sous la direction de Sandra Laugier.

Robert Musil, un apolitisme de l’aversion (24 octobre 2009)

Résumé : Robert Musil est bien connu pour son apolitisme revendiqué à travers plusieurs textes et par le personnage principal de son roman, L’Homme sans qualités. Son désintérêt pour la politique s’accompagne de l’élaboration d’une réflexion éthique centrée sur la quête de soi, l’aspiration à l’authenticité et la réalisation d’un moi meilleur, c’est-à-dire une éthique perfectionniste. Cependant, alors que le perfectionnisme moral se développe à partir de l’individualisme d’Ulrich et de son aversion pour la société, Musil réintroduit la question sociale, marquant à la fois son importance et l’urgence d’une réévaluation. Cet article analyse les rapports entre perfectionnisme moral et question sociale autour de trois difficultés principales : la défense d’une démocratie participative, la critique de l’élitisme et les conditions économiques de l’abondance.
Mots-clés : Perfectionnisme moral – Robert Musil – démocratie – élitisme – abondance
Abstract : Robert Musil’s claim to be apolitical is well-known and appears in his essays and as a feature of the main character of his novel, The Man without qualities. His lack of interest in politics goes with an ethical reflection centered on the wish to reach a better self and become more authentic, two elements of his moral perfectionism. However, whereas moral perfectionism is fed by Ulrich’s individualism and his aversion toward society, Musil thinks that it is urgent and important to introduce and to reevaluate the social issue. In this paper, I shall analyze the links between moral perfectionism and the social issue, focusing on three major difficulties : the defense of a participative democracy, the criticism of elitism and the economical conditions of abundance.
Keywords : moral perfectionism – Robert Musil – elitism – democracy – abundance

 

Mattei Dogan

La classe politique prise de panique en mai 1968 : comment la guerre civile fut évitée ? (16 février 2009)

Résumé : En mai 1968 la France fut plongée dans une convulsion politico-culturelle qui est restée dans la mémoire collective. Sont traités successivement les points suivants : l’éclipse de la légitimité de Charles de Gaulle ; la détermination du Premier Ministre ; le comportement des leaders communistes et des chefs syndicalistes ; le rôle des leaders de la gauche démocratique ; l’action des protestataires ; la mission des chefs militaires ; le rôle de la police parisienne ; l’attitude passive de la majorité de la population. Le comportement hypothétique des diverses catégories sociales dans l’éventualité d’un soulèvement populaire ou d’une intervention militaire est analysé à partir des résultats d’une enquête effectuée immédiatement après les événements. La guerre civile fut évitée par l’appel de la majorité silencieuse aux urnes.
Mots-clés : Mai 68 – Minorités agissantes – Majorité silencieuse – Soulèvement populaire – Guerre civile – Légitimité – De Gaulle – Classe politique – Révolte d’étudiant
Abstract : In May 1968 France was plunged into a polito-cultural convulsion that has remained engraved in the country’s collective memory. The author was an eye-witness of all the events that unfolded between May 26-30. In this paper, the following points are analyzed : crisis of legitimacy of Charles de Gaulle ; the Prime Minister as a rock in the storm ; behavior of communist leaders and union leaders ; role of leaders of the democratic left ; action of protestors ; role of military leaders ; role of the Parisian police ; passive attitude of the majority of the population. The potential behavior of various social categories in the event of a popular uprising or military intervention is analysed using results of a survey carried out immediately after the crisis. Civil war was avoided by calling the silent majorities to express their voices in elections.
Keywords : May 68 – Active minorities – Silent majority – Popular uprising – Civil war – Legitimacy – De Gaulle – Political class – Student revolt

 

Edelyn Dorismond

Creolization of politics, Politics of Creolization : thinking of an “unthought” in the work of Edouard Glissant (21 octobre 2014)

Résumé : Cet article cherche à montrer en quoi la créolisation laisse pendante la question de l’organisation politique d’une société créole ou du monde créole à venir. C’est dire qu’il y a là quelque chose d’heuristique que suscite la pensée de Glissant. Nous ne ferons qu’esquisser les problèmes d’ordre politique que fait naître la créolisation. Nous ne nous préoccuperons pas de répondre aux questions qui seront formulées. L’intérêt de ce travail est dans le fait unique de souligner l’impasse politique à laquelle nous conduit la pensée glissantienne de la créolisation au regard de certains concepts de la politique qui, quoiqu’on dise, ne cesse d’être opérationnelle : ceux de l’Etat, de l’Etat-Nation, de la Terre ou de la Patrie, ceux de la Culture et de l’identité. Quant à cette dernière, on dit qu’elle ne se commande pas ; c’est dire aussi que sa vie est dure, sa durée est vitale.

 

La créolisation de la politique, la politique de la créolisation : penser un « im-pensé » dans l’œuvre d’Edouard Glissant (7 juin 2014)

Résumé : Cet article cherche à montrer en quoi la créolisation laisse pendante la question de l’organisation politique d’une société créole ou du monde créole à venir. C’est dire qu’il y a là quelque chose d’heuristique que suscite la pensée de Glissant. Nous ne ferons qu’esquisser les problèmes d’ordre politique que fait naître la créolisation. Nous ne nous préoccuperons pas de répondre aux questions qui seront formulées. L’intérêt de ce travail est dans le fait unique de souligner l’impasse politique à laquelle nous conduit la pensée glissantienne de la créolisation au regard de certains concepts de la politique qui, quoiqu’on dise, ne cesse d’être opérationnelle : ceux de l’Etat, de l’Etat-Nation, de la Terre ou de la Patrie, ceux de la Culture et de l’identité. Quant à cette dernière, on dit qu’elle ne se commande pas ; c’est dire aussi que sa vie est dure, sa durée est vitale.

 

Gérard Doublet

Pourquoi le Medef veut-il la disparition des CHSCT ? (17 février 2015)

Les négociations de janvier 2015 entre les syndicats et le Medef ont échoué, elles se sont interrompues sur le constat d’un désaccord profond à propos de la fusion des CHSCT dans les CE, ce qui aurait constitué une disparition de l’instance paritaire que constitue le CHSCT. Le projet du Medef sous les apparences du modernisme, de la facilitation des procédures des relations sociales avait bien pour objectif de faire disparaître cette instance. Le rôle du CHSCT est défini par différents articles du (...)

 

Milad Doueihi

Autochtonie et tolérance dans le monde arabe (4 avril 2011)

Depuis les premiers signes triomphants du printemps arabe, l’histoire semble se ralentir, et ce malgré l’accélération souvent associée à l’essor de la culture numérique, ses effets sur nos institutions et notre quotidien. Ce ralentissement, dans le cas du monde arabe, répond à des spécificités locales, des enjeux régionaux et des choix stratégiques. Une sorte de géographie politique de ce contemporain en quête de changement s’est mis en place : des hommes forts, des dictateurs, des princes et des rois, (...)

 

Clôtures (11 mai 2011)

La fin du printemps approche et les mutations au monde arabe suivent leur cours. La répression reprend la main et les violences sectaires resurgissent. Une sorte de retour à la normale malheureusement trop familière. Même en Tunisie et en Égypte, les manifestants retrouvent la rue. En Libye, une situation de partition de facto semble s’imposer. En Syrie, les chars imposent leur loi. Et au Yemen, une sorte de tragicomédie de négociations et de lutte prolonge le pouvoir de Saleh. Au Bahrein, avec (...)

 

La troisième voie (14 février 2011)

Le monde arabe est comme une bête endormie, longtemps sous l’influence d’un dosage expert de stabilité et de répression… Et quand la belle se réveille, l’Occident est comme sourd et muet. Les politiques ne comprennent pas et cherchent à soutenir et sauver leurs amis. C’est bien le discours de la transition légitime. La presse non plus, elle qui attend, dans sa grande majorité, l’émergence d’un islamisme longtemps annoncé qui viendra conforter nos idées reçues. Aux États-Unis, on est toujours en train de (...)

 

Le printemps arabe, entre guerre et révolte (7 mars 2011)

Le printemps arabe ne fait que commencer. Après la Tunisie et l’Égypte, c’est presque toute la région qui fait écho au désir de changement profond. Chemin faisant, les spécificités locales retrouvent leur position décisive : en Libye, c’est une guerre civile sanglante qui s’annonce, au Bahrein, c’est le spectre d’un conflit sectaire à haut risque, au Yemen, c’est une forme de négociation indécise entre le pouvoir et les opposants, en Arabie Saoudite, les premiers signes d’une vraie contestation du pouvoir (...)

 

Roxane Drainville

Intégration de l’évaluation de l’émergence de l’écrit au jeu symbolique en milieu préscolaire (25 mars 2017)

Résumé : Actuellement, l’utilisation de tests standardisés est répandue dans le milieu préscolaire au Canada et aux États Unis, notamment pour évaluer le développement des habiletés en lecture et en écriture. Cette pratique évaluative serait toutefois inappropriée au soutien des jeunes enfants dans leurs apprentissages. En s’appuyant sur l’approche vygotskienne, il apparaîtrait que l’intégration de l’évaluation au jeu symbolique serait plus appropriée. Dans la littérature recensée, peu d’études empiriques montrent des pratiques effectives de l’évaluation de l’émergence de l’écrit combinée au jeu symbolique dans les classes préscolaires. Cet article présente donc l’étude de cas que nous réaliserons afin de décrire ces pratiques évaluatives telles qu’elles sont présentement appliquées par des enseignants. Cette recherche pourrait avoir des retombées dans le milieu scolaire en offrant aux enseignants du préscolaire des modèles où l’évaluation de l’émergence de l’écrit a été intégrée au jeu symbolique.

Mots clés : Étude de cas, évaluation intégrée à l’apprentissage, émergence de l’écrit, jeu symbolique, éducation préscolaire.

Abstract : Currently, the use of standardized tests in Canada and the United States is widespread in preschool education, especially for assessing early literacy skills. However, this assessment practice seems to be inappropriate when it comes to the support of young children in their learning process. According to the vygotskian approach, usual assessment practice incorporated into symbolic play would be more adequate. In literature, few empirical studies document assessment practices of early literacy integrated into symbolic play in preschool classes. Thus, this article will present the case study we will conduct in order to describe these assessment practices as currently applied by teachers. This research could have an impact on the education area by offering models to preschool teachers where early literacy assessment has been incorporated into symbolic play.

Keywords : Case study, assessment for learning, early literacy, pretend play, preschool education

 

David Drake

David Drake, Emeritus Reader, Université de Middlesex, Londres ; Maître de conférences associé, Institut d’études européennes, Université Paris VIII ; Président de l’UK Society for Sartean Studies, (UKSSS).

Sartre et le parti communiste français (PCF) après la libération (1944-1948) (2 mars 2006)

Résumé : Dans cette analyse des rapports politiques entre Sartre et le PCF entre 1944 et 1948, je vais d’abord situer le PCF dans le paysage politique français tout de suite après la Libération. Ensuite j’examinerai les principales critiques lancées contre Sartre et l’existentialisme par le Parti et ses sympathisants. En conclusion j’évoquerai brièvement l’existence de différends entre le PCF et Sartre sur quelques questions politiques précises pendant cette période.
Abstract : In this analysis of the political relationships between Sartre and the PCF (French Communist Party), I’ll try, first, to show what was the place of PCF in the French political context during the months following the "Libération". Then I’ll discuss the main critics against Sartre and Existentialism launched by the Parti Comunniste and its followers. As a conclusion, I’ll describe several disagreements between the PCF and Sartre on particular political points during that time.

 

Sartre y el Partido Comunista Francés (PCF) tras la Liberación (1044-1948) (18 février 2013)

Resumen : En primer lugar, en éste análisis sobre las relaciones políticas entre Sastre y el PCF entre el 1944 y 1948, voy a situar al PCF dentro del paisaje político francés justo después de la Liberación. A continuación, examinaré las principales críticas lanzadas contra Sartre y el existencialismo por parte del Partido y sus simpatizantes. En conclusión, evocaré brevemente la existencia de algunas diferencias entre el PCF y Sartre sobre ciertas cuestiones políticas durante este período.
Abstract : In this analysis of the political relationships between Sartre and the PCF (French Communist Party), I’ll try, first, to show what was the place of PCF in the French political context during the months following the "Libération". Then I’ll discuss the main critics against Sartre and Existentialism launched by the Parti Comunniste and its followers. As a conclusion, I’ll describe several disagreements between the PCF and Sartre on particular political points during that time.

 

Jan Drengubiak

La communication littéraire (6 octobre 2003)

Résumé : J’ai décidé de traiter de la communication littéraire. Il y a des écrivains femmes et hommes : peut-on parler d’une différence au sein de la communication ? Cela constitue le but de mon exposé. On se demandera aussi si l’on peut parler de thèmes, formes, styles, motifs, vocabulaire qui soient purement féminins ? Je me suis posé ces questions en lisant le roman Presque un frère.

 

Sylvain Dreyer

ATER, Université Paris 7 - Denis Diderot.

Rhétorique de l’engagement critique (28 février 2007)

Résumé : L’étiquette « œuvre engagée » recouvre une grande diversité de pratiques et de formes. Au cours des années 1960, des œuvres d’un genre nouveau apparaissent, œuvres qui s’interrogent sur la possibilité, la légitimité et le fonctionnement de l’engagement artistique : œuvres réflexives, œuvres critiques, œuvres de déconstruction. L’exemple de films français consacrés à la révolution cubaine permet de voir comment l’actualité ou les revendications politiques sont concurrencées par des questions de représentation, d’idéologie, de guerre des images. Nous nous proposons d’analyser en quoi ces « œuvres engagées critiques » sont travaillées par un double souci rhétorique : la critique de la rhétorique politique, considérée comme idéologique, et la rhétorique de l’engagement critique. Cet article a fait l’objet d’une communication au Congrès de l’AFECCAV (Aix, 14-15-16 septembre 2006). Photo : le cinéaste Chris Marker.

 

Viviane du Castel

L’Union européenne, entre indépendance énergétique et vulnérabilités stratégiques (7 décembre 2011)

Résumé : L’Union européenne a fait de la sécurisation de ses approvisionnements énergétiques, une priorité stratégique afin de conserver son indépendance, tout en réduisant ses vulnérabilités. Cependant, Bruxelles est à la recherche de ses marques et d’une politique énergétique commune, pragmatique et équitable. Actuellement, le nouvel équilibre géoénergétique en construction, découlant des récents bouleversements géostratégiques, représente une formidable opportunité pour l’Union européenne de s’imposer sur la scène internationale comme un acteur incontournable.
Mots-clés : Énergie – Sécurité énergétique – Approvisionnements énergétiques – Union européenne – Politique commune – Diversification énergétique – Gaz – gaz de schiste – nucléaire – Terres rares
Abstract : The European Union has made the security of energy supply, as a strategic priority to maintain its independence, while reducing vulnerabilities. However, Brussels is looking for its brands and a common energy policy, pragmatic and fair. Currently, new geoenenergetic balance under construction, arising from the recent turmoil geostrategic, represents a tremendous opportunity for the EU to impose on the world stage as a key player.
Keywords : Energy – Energy Security – Energy supplies – European Union – Common policy – Energy diversification – Gas – Shale Gas – Nuclear – Rare Earth Elements

 

Sandra Duarte

Mai 68 dans la presse catholique portugaise (16 février 2009)

Résumé : En 1968, le Portugal était encore aux prises avec la dictature. Toutefois, depuis la fin des années 50, le régime faisait l’objet de contestations de plus en plus vives, notamment de la part de certains catholiques. En plus de remettre en question la politique de l’État Nouveau, ces derniers critiquaient l’attitude collaborante de la hiérarchie catholique portugaise vis-à-vis de l’État Nouveau. C’est donc à la lumière de ce contexte politico-religieux si particulier que cet article analyse le regard porté par la presse catholique portugaise sur les événements de mai 68. Les quotidiens, en constante syntonie avec le régime, dénigraient l’action des grévistes alors que les journaux dissidents, publiés dans la clandestinité pour échapper à la censure, étaient les porte-voix des libertés de Mai dont la principale conséquence fut l’intensification de la lutte politique des catholiques dits “progressistes”.
Abstract : In 1968, Portugal was still with the catches with dictatorship. However, since end of the year 50, the regime was the subject of disputes more and more sharp, in particular on behalf of certain Catholics. In addition to calling in question the policy of the New State, the latter criticized the collaborating attitude of the Portuguese catholic hierarchy with respect to the State Nouveau. It is thus in the light of this context politico-religious so particular that this article analyzes the glance related by the Portuguese catholic press to the events of May 68. Daily newspapers, in constant syntony with the political mode, disparaged the action of the strikers whereas the dissenting newspapers, published clandestinely to escape the censure, were the speaking pipe of freedoms of May whose principal consequence was the intensification of the political struggle of the Catholics known as “progressists”.

 

Thibaut Dubarry

Qui sont les transhumanistes ? (17 juin 2011)

Résumé : Nous avons ici tenté de décrypter la nature, la structure et les modalités d’actions d’une minorité active contemporaine au sein des pays développés. Les individus qui composent le mouvement transhumaniste reflètent admirablement bien, à des degrés divers et variés, la situation conflictuelle qui est celle de l’espèce humaine en ce début de 3ème millénaire confrontée à l’importance croissante prise par les sciences, les techniques et la technologie dans nos vies quotidiennes. Discutant de l’avenir de l’humanité, les transhumanistes questionnent des problématiques essentielles qui mettent progressivement en valeur une nouvelle identité idéale posthumaine où la technique, mise au service de l’humain, restaure la légitimité sociale et cosmologique de celui-ci.
Mots-clés : transhumanisme, posthumain, utopie, futurologie, Ray Kurzweil, progrès, technoscience, intelligence économique.
Abstract : In this article, we tried to decrypt the nature, the structure and the ways of actions of an active minority within developped countries. Individuals who belong to the transhumanist movement reflect to some extent the conflictual situation which is the own case of our Mankind in this beginning of 3rd millenary which has to cope with the growing importance of Sciences, Techniques and Technology in our daily lives. Discussing about the future of Mankind, Transhumanists interrogate burning core questions which put forward a new ideal posthuman identity where technique, helping human beings, restores their social and cosmological legitimacy.
Keywords : Transhumanism, posthuman, utopia, futurology, Ray Kurzweil, progress, technoscience, economic intelligency.

 

Mathilde Dubesset

Genre et fait religieux (6 octobre 2003)

Résumé : Il est important d’interroger le fait religieux, les cultures religieuses, sur leur manière de penser la différence des sexes car nos sociétés sont encore largement héritières de normes et de valeurs produites par ces cultures. L’ouverture d’un champ – ici la recherche historique avec la rencontre devenue possible entre histoire des femmes et du genre et histoire religieuse – et le dialogue avec les sciences sociales – les outils de l’anthropologie, de la sociologie, mais aussi de la philosophie sont précieux – s’avèrent indispensables et d’autant plus nécessaires quand il s’agit d’aborder un sujet aussi ample et passionnant que celui de la différence des sexes.


 

Catherine Duchesneau

Imaginer les chorégraphies technicisées présentes et à venir (11 novembre 2017)

Résumé : Les programmes des nouvelles machines du quotidien, comme le téléphone intelligent, la tablette et l’ordinateur portable, contribuent à écrire nos gestes, mouvements et interactions quotidiennes, engendrant une incorporation de la technique. Par l’analyse de l’œuvre chorégraphique de Julien Prévieux, What Shall We Do Next ?, c’est l’influence de ces écritures technologiques du corps sur les gestes et interactions sociales à venir, tel qu’imaginé par l’artiste, que notre article vise à aborder.

Mots-clés : Chorégraphie, geste, danse contemporaine, quotidien, corporéité, incorporation, interactions sociales.

Abstract : The various software of the new everyday machines, such as smartphones, tablets and laptops, contribute to the writing of our daily gestures, movements and interactions, and thus produce an “incorporation” of the technique. By analyzing Julien Prévieux’s choreographic work, What Shall We Do Next ?, our article seeks to address the influence of these “technological writings” of the body on the gestures and social interactions to come, as imagined by the artist.

Keywords : Choreography, gesture, contemporary dance, everyday life, corporeity, incorporation, social interactions.

 

François Duchesneau

Philosophe et historien des sciences, vice-doyen de l’université de Montréal, François Duchesneau a écrit récemment Philosophie de la biologie (1997), Les modèles du vivant de Descartes à Leibniz (1998) et Leibniz et la méthode en science (2000).

L’organisation du vivant : émergence ou survenance (3 septembre 2004)

Dans cet article François Duchesnau, philosophe et historien des sciences, présente les conceptions qui se partagent le champ des connaissances sur le vivant, de l’époque moderne jusqu’à nos jours. Plutôt que d’antinomie des stratégies d’analyse, il conviendrait souvent, pour traduire adéquatement la perspective historique, de parler de tensions, d’alternances et en dernier ressort de complémentarité relative entre les modes de représentations dits mécanistes et vitalistes, holistes et réductionnistes.

 

L’organisation du vivant : émergence ou survenance (3 septembre 2004)

Résumé : Dans cet article François Duchesneau, philosophe et historien des sciences, présente les conceptions qui se partagent le champ des connaissances sur le vivant, de l’époque moderne jusqu’à nos jours. Plutôt que d’antinomie des stratégies d’analyse, il conviendrait souvent, pour traduire adéquatement la perspective historique, de parler de tensions, d’alternances et en dernier ressort de complémentarité relative entre les modes de représentations dits mécanistes et vitalistes, holistes et réductionnistes.

 

Annabelle Dufourcq

Professeur agrégé de philosophie, Docteur en philosophie, Annabelle Dufourcq a soutenu en 2008, à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, une thèse intitulée La dimension imaginaire du réel dans les philosophies de Husserl et de Merleau-Ponty. Enseignante en lycée et chargée de cours à l’Université Blaise Pascal de Clermont Ferrand (2008 - 2011), elle effectue actuellement un séjour postdoctoral à l’Université d’Oregon (USA).

Annabelle Dufourcq is a holder of the agrégation in philosophy (France). She earned her PhD at the University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne in 2008. Her dissertation focused on the issue of images, imagination, and the imaginary in phenomenology, especially in Husserl’s and Merleau-Ponty’s philosophies. She is a philosophy high-school teacher and worked as a part-time lecturer at the philosophy department of the Blaise Pascal University in Clermont-Ferrand in 2008-2011. She is currently following a postdoctoral stay at the Philosophy Department of the University of Oregon (USA).

La vie imaginaire : échec ou réussite ? "L’imaginaire" et "L’idiot de la famille" de Sartre (4 octobre 2010)

Résumé : Le problème de la place envahissante de l’imaginaire au sein même de l’existence est l’un des axes directeurs de la philosophie de Sartre. Peut-on parler de vie imaginaire ou bien les images sont-elles trop pauvres pour cela ? Si la conscience est néant et si toute existence comprend une dimension irréductible de comédie, la vie même n’est-elle pas imaginaire ? Mais alors, si tel est le cas, cette vie est-elle vaine quête d’être, « passion inutile », liberté flamboyante ou difficile libération luttant et coopérant avec un imaginaire ambigu ? Nous nous proposons dans cet article de poser les jalons d’une réflexion sur ce problème, parcourons l’œuvre de Sartre selon ce fil directeur et analysons quelques moments clefs de la réflexion sartrienne sur l’imagination : le quatrième chapitre de L’imaginaire, intitulé « la vie imaginaire », l’étude de l’existence comme néant et comédie dans L’être et le néant, la morale du jeu et, enfin, l’instruction, dans L’idiot de la famille, du « cas » Flaubert, néanmoins archétypal, choisi par Sartre précisément parce que cet auteur a voué sa vie à l’imaginaire.
Mots-clés : Sartre – Flaubert – imaginaire – imagination – image – morale – comédie – jeu – passivité – bêtise
Abstract : The problem of the invasion of life by the imaginary is one of the main avenues in Sartre’s philosophy. Does Sartre’s conception of images as essential paucity mean that genuine imaginary life is impossible ? Nonetheless if, according to Sartre, consciousness “is” nothingness and to exist is essentially play-acting, real life itself may be imaginary. In that case is life a vain quest for being, a useless passion, bold freedom or painful liberation which struggles against and cooperates with an ambiguous imaginary ? As a tentative examination of such a problem, our article maps a journey through Sartre’s works and lays stress on some key-moments of Sartre’s thought about imagination, such as the 4th chapter, entitled “the imaginary life”, in The Imaginary ; the definition of existence as nothingness and comedy in Being and Nothingness ; the conception of game as a principle of authentic life, and, in the end, the study of the singular but archetypal choice of Flaubert’s devoting his life to imagination, in The Family Idiot.

 

Philippe Dujardin

Le pouvoir, sa folie et sa théâtralisation (2 janvier 2012)

Résumé : Le Théâtre de la Renaissance d’Oullins organise depuis deux ans un cycle de débats de société, « Consonances », en partenariat avec le musée des Confluences. Ils reposent sur des thématiques traitées dans certaines de leurs productions ou coproductions. Ces rencontres répondent aussi à la vocation ancestrale du théâtre. Depuis Socrate, le théâtre est pensé comme un lieu d’expression et de confrontation d’idées centrées sur des thématiques contemporaines. Nous donnons ici la retranscription de la rencontre du 4 février 2010.

 

Jean-Claude Dupont

Maître de conférences en histoire des sciences à l’université d’Amiens, Jean-Claude Dupont est lauréat de l’Internat (1986), ainsi que du prix BEHRING (1987), et a publié Histoire de la neurotransmission (1999).

Neurosciences et mémoire (10 septembre 2004)

Comment la mémoire est-elle devenue objet de connaissance ? De la psychiatrie aux neurosciences cognitives, quelles ont été les stratégies expérimentales et cliniques visant à établir les bases de la mémoire ? Quelles conditions matérielles et conceptuelles exigeaient-elles ? Quel fondement épistémologique et quelle "philosophie de l’esprit" postulaient-elles ? Il s’agit de partir de quelques données de la clinique des amnésies et de l’expérimentation neurobiologique sur la mémoire, replacées dans leur contexte historique et philosophique, pour réfléchir sur la nature des procédés et concepts mobilisés, et aussi sur ce qu’ils nous apprennent vraiment et ce qu’ils n’apprennent pas encore.

 

Anna Durnova

"Et Dieu créa la femme..." La condition féminine chez Jean-Jacques Rousseau (20 septembre 2004)

Damnée par l'Église, admirée par les poètes : l'histoire humaine nous propose une image de la femme très contrastée, qui reflète toujours l'époque et l'idéologie sous l'influence desquelles elle a émergé. Qu'en est-il chez Jean-Jacques Rousseau, le philosophe peut-être le plus controversé ? C'est dans le cadre de l'œuvre Émile ou de l'éducation qu'il nous propose une définition de la condition féminine dans la société de l'époque. Ici, ce n'est pas le livre en (...)

 

Valentyna Dymytrova

L’Ukraine entre le passé et l’avenir. Entretien avec l’historien Andrii Portnov (24 février 2016)

Résumé : Historien ukrainien et ancien éditeur de la revue Ukraina Moderna, Andrii Portnov est directeur de l’Initiative Ukraine Berlin-Bradenburg, chercheur au Forum des Études transrégionales et professeur à l’Université Humboldt de Berlin. Dans le cadre d’une nouvelle édition du festival des idées Mode d’emploi (Lyon, 16-29 novembre 2015), Andrii Portnov a participé à deux débats : « La Russie de Vladimir Poutine » et « Dnipropetrovsk : histoire d’une ville secrète ». Dans l’entretien enregistré lors de son séjour à Lyon, Andrii Portnov observe et analyse de façon critique la situation politique de l’Ukraine, en fonction de son histoire et de sa situation actuelle.

Mots-clés : Histoire, guerres des mémoires, passé soviétique, décommunisation, Maïdan, Crimée, Donbass, Ukraine, Russie, Union européenne.

 

Україна між минулим і майбутнім. Бесіда з істориком Андрієм Портновим. (28 février 2016)

Résumé : Український історик та колишній редактор журналу Україна Модерна, Андрій Портнов очолює Ініціативу Україна Берлін-Бранденбург, є науковим співробітником Форуму Трансрегіональних Досліджень і викладачем Гумбольдтського університету Берліна. У рамках фестивалю ідей Mode d’emploi, що пройшов в Ліоні з 16 по 29 листопада 2015, Андрій Портнов взяв участь у двох круглих столах « Росія Володимира Путіна » та « Дніпропетровськ : історія секретного міста ». У бесіді, записаній під час перебування історика в Ліоні, Андрій Портнов критично аналізує політичну ситуацію України, беручи до уваги історію країни та її сьогодення.

 

Peter Dytrt

’Tel Quel’ et Nouveau Roman (23 mars 2007)

Résumé : En 1980, dans le numéro 85 de Tel Quel, Philippe Sollers affirme : « [...] nous avons revécu une vieille aventure à laquelle sans doute, nous avons nous-même mis fin, qui est l’aventure de toutes les avant-gardes occidentales au vingtième siècle : la contradiction entre l’art et l’engagement politique. » Sollers déclare ouvertement que Tel Quel est tombé lui-même dans ce dont il voulait se démarquer. L’engagement politique et, plus précisément, la voie marxiste, représente en ce sens l’impasse dans laquelle s’était engagé le Surréalisme et qui a également tenté le groupe tel queliste. Photo : les auteurs du Nouveau Roman en 1959, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon, Claude Mauriac, Jérôme Lindon, Robert Pinget, Samuel Beckett, Nathalie Sarraute.

 

Pedro Echeverría V.

(1999), Professeur, Université Autonome du Yucatán (Mérida, Mexique)

Mouvement étudiant mexicain de 1968 : que s’est-il passé au Yucatan et quelles furent les réactions de la presse ? (16 février 2009)

Resumen : Si se conocen los sucesos acaecidos en México en 1968 en vísperas de las Olimpiadas , el caso de Yucatán ha sido menos estudiado. Resulta por lo tanto útil volver sobre las causas internas y externas del movimiento, su cronología (entre julio y octubre de 1968) y comprensión según los periódicos de la época tanto como sobre sus consecuencias en la sociedad en términos de apertura y liberalización y sobre las organizaciones estudiantiles y su dificultad para construirse como fuerza constructiva de oposición.
Résumé : À la veille des jeux Olympiques, le Mexique connaît de juillet à début octobre 1968 une période de troubles violents qui ne se résument pas au seul massacre de Tlatelolco. Né dans un contexte d’injustice sociale et de répression des voix contestataires, le mouvement de mécontentement, influencé par des événements politiques et des courants de pensée provenant d’autres parties du monde, implique étudiants et ouvriers. Il marque durablement le Mexique, même si la presse et le pouvoir tentent de l’étouffer, en provoquant une nouvelle orientation du discours politique vers plus d’équité, une certaine libéralisation de la société et une prise en compte des minorités. Bien que le porrismo perdure et que l’organisation des étudiants en vue d’une opposition constructive soit encore insuffisante, comme le montre l’étude des événements au Yucatan.

 

Nicole Edelman

Nicole Edelman est Maîtresse de conférences à l’Université de Paris 10-Nanterre.

Discours médical et construction des catégories homme/femme, masculin/féminin (10 juin 2003)

Dans cet article, Nicole Edelman montre comment le discours médical a pu permettre au pouvoir politique de valider l’inégalité sociale et politique entre les hommes et les femmes.

 

Alain Roger Edou Mvelle

Alain Roger Edou Mvelle est spécialiste des politiques de sortie de crise et du post conflit. Il mène actuellement une étude doctorale sur le pardon et la justice post conflits en Afrique. Expert auprès du ROP/CERIUM en matière de paix et de sécurité, il est aussi consultant-chercheur en relations internationales et stratégiques, diplomate de carrière au Cameroun, et enfin enseignant associé au Centre international de formation appliquée en démocratie, développement, éthique et gouvernance.

Alain Roger Edou Mvelle is a specialist in conflict resolution and post conflict policies. He is currently undertaking a doctoral program on post conflict reconciliation and justice in Africa.On the other hand, he is jointly an Expert at the francophone research network on peace operations (ROP) and the center for international studies and research (CERIUM) on peace and safety issues while providing consultancy services as a researcher in international and strategic studies. He also serves as a career diplomat in Cameroon and as an associate lecturer with the International Training Center of Applied Democracy, Development, Ethics and Governance.

Côte d’Ivoire : La grande marche vers un processus électoral inachevé politiquement et parachevé militairement (26 avril 2011)

Le mandat constitutionnel de Laurent Gbagbo parvenait à son terme en 2005. Arrivé en tête face au général – père noël en uniforme – au cours de l’élection présidentielle de 2000, Laurent Gbagbo n’a pas un début de mandat de tout repos. Cinq années plus tard, la situation sécuritaire du pays ne permettait pas toujours l’organisation d’un scrutin conforme aux standards internationaux. L’armée ayant perdu le monopole d’usage de la violence légitime, les rebelles vont parasiter le pouvoir démocratique et forcer la (...)

 

L’économie des échanges juridico-politiques et stratégico-symboliques entre médiateurs africains : Le cas ivoirien (26 juin 2011)

Résumé : L’Afrique est l’un des continents qui connaissent le mieux le phénomène de la violence politique. Paradoxalement, les solutions aux crises, conflits, guerres civiles, ou génocides qui jonchent son quotidien, ont toujours été fortement imprégnées d’extranéité. Champ opérationnel des médiations africaines, la crise ivoirienne a été l’occasion pour la diplomatie intergouvernementale africaine de se déployer. Deux principales médiations vont traduire dans les faits ce constat : celle de l’Union Africaine et celle de la CEDEAO. La présente contribution vise à mettre en lumière les facteurs de leur insuccès de 2002 à 2006. En les typifiant et en procédant à une exégèse de leurs instrumentaux, leurs acquis, et leurs limites, nous tentons en outre de prolonger le débat relatif à la présence des médiateurs internationaux, comme adjuvants, ou a contrario, témoins de l’efficacité relative des médiations continentales.
Abstract : Political violence is common in Africa. Nevertheless, conflict resolution in this continent has been for long a matter of international actors. The Ivorian crisis appears as a challenge for African mediations, notably Ecowas and African Union. This paper emphasizes on their efficiency from 2002 to 2006. The author focuses on their classification, strategies and tactics, merits and limits. Furthermore, the presence of International mediations during the period considered is questioned in order to analyse their interactions with African mediations in the sense of complementarities or conflict.
Mots-clés : médiation – crise – Afrique – Côte d’Ivoire – Houphouët-Boigny – Laurent Gbagbo – Alassane Ouattara – Accord de Marcoussis – Accord de Ouagadougou – élection

 

David El Kenz

David El Kenz est Maître de Conférences en histoire moderne à l’Université de Bourgogne, spécialiste des troubles de religion dans l’Europe du XVIe siècle, il travaille actuellement sur les violences extrêmes, d’un point de vue historique et anthropologique. Il a publié notamment :
(Dir.), Le Massacre, objet d’histoire, Paris, Gallimard, 2005.
« Les usages subversifs du martyre dans la France des troubles de religion : de la parole au geste », Revue des Sciences Humaines, Martyrs et martyrologes, 269 1/2003.
(avec Claire Gantet), Guerres et paix de religion dans l’Europe des XVI et XVIIe siècles, Paris, Armand Colin, 2003.
Les Bûchers du roi. La culture protestante des martyrs (1523-1572), Paris, Champ Vallon, 1997.

La mise en scène médiatique du massacre des huguenots au temps des guerres de Religion : théologie ou politique ? (24 septembre 2006)

Lors des troubles de religion dans l’Europe du XVIe siècle, s’impose peu à peu en Confédération helvétique, dans le Saint Empire germanique, en Pologne-Lituanie et en France une coexistence confessionnelle au nom du bien public. La tolérance civile, désignée ainsi parce qu’elle répond au souci d’une paix politique, constitue une idée nouvelle ; elle se distingue de la tolérance religieuse condamnée par toutes les Églises et de la concorde religieuse irréalisable. Conférence prononcée au Colloque de (...)

 

La naissance de la tolérance au 16e siècle : l’« invention » du massacre (24 septembre 2006)

Résumé : Lors des troubles de religion dans l’Europe du 16e siècle, s’impose peu à peu en Confédération helvétique, dans le Saint Empire germanique, en Pologne-Lituanie et en France une coexistence confessionnelle au nom du bien public. La tolérance civile, désignée ainsi parce qu’elle répond au souci d’une paix politique, constitue une idée nouvelle ; elle se distingue de la tolérance religieuse condamnée par toutes les Églises et de la concorde religieuse irréalisable. Elle amorce la reconnaissance à la fois politique et juridique de minorités considérées pourtant comme hérétiques. L’une des manifestations de cette révolution institutionnelle est l’ « invention » du massacre, c’est-à-dire la destruction de civils sans défense condamnée comme telle. Bien que les crimes des conquistadores soient déjà dénoncés en vertu de la tradition thomiste, la répulsion face aux violences extrêmes s’affirme devant les exactions commises à l’endroit des minorités chrétiennes. Comment s’exprime cette nouvelle sensibilité ? Nous partirons de la justification des massacres de l’homme d’arme le baron des Adrets, symbole de l’ancien monde, pour montrer une nouvelle sensibilité, telle que l’expriment Michel de Montaigne et Étienne Pasquier. Chez ces derniers, l’idée de tolérance s’inscrit dans le refus pour le premier éthique, pour le second politique, de légitimer les horreurs des guerres de religion au nom de la primauté de la dignité humaine. Cette approche nous permettra d’évaluer le modèle historiographique de la « civilisation des mœurs », d’un point de vue politico-religieux.

 

Roy Elveton

Sartre, intentionality and praxis (30 janvier 2007)

In January, 1939, one year after the death of Edmund Husserl, Sartre published a short essay entitled “Husserl’s Central Idea.” In the space of a few paragraphs, Sartre rejects the epistemology of Descartes and the neo-Kantians and their view of consciousness’s relationship to the world. Consciousness is not related to the world by virtue of a set of mental representations and acts of mental synthesis that combine such representations to provide us with our knowledge the external world. Husserl’s intentional theory of consciousness provides the only acceptable alternative : “Consciousness and the world are immediately given together : the world, essentially external to consciousness, is essentially related to it.” The only appropriate image for intentionality and our knowing relationship to the world is that of an “explosion” : “to know is to ‘explode’ toward” an object in the world, an object “beyond oneself, over there...towards that which is not oneself...out of oneself.”

 

Ellery Eskelin

Né en 1959 aux Etats-Unis, le saxophoniste tenor et compositeur Ellery Eskelin est installé à New York depuis le début des années 80. Son style lyrique et éruptif a fait de lui une figure incontournable de la scène mondiale du jazz. Il a enregistré plusieurs dizaines d’albums, avec diverses formations, et tourne régulièrement en Europe. // Born in 1959 in the States, the composer and tenor saxophonist Ellery Eskelin settled in New York in the early 80’s. His lyrical and eruptive style has made him an important figure on the world jazz scene. He has recorded dozens of albums with different formations, and regularly tours Europe.

"I don’t think there is any particular music which is a direct model for what I do". Interview with Ellery Eskelin (21 novembre 2010)

Abstract : Born in 1959 in the States, the composer and tenor saxophonist Ellery Eskelin settled in New York in the early 80’s. Gifted with expressiveness and resourcefulness like no-one else, his lyrical and eruptive style has made him an important figure on the world jazz scene. He has recorded dozens of albums with different formations, and regularly tours Europe. How did he become a musician ? how does he work and conceive jazz ? How does he create his music in collaboration with the other musicians ? In this interview with Carole Dely for Sens Public, Ellery Eskelin give us some answers.
Résumé : Né en 1959 aux États-Unis, le saxophoniste tenor et compositeur Ellery Eskelin est installé à New York depuis le début des années 80. Doué d’une expressivité libre et inventive à nulle autre pareille, son style lyrique et éruptif a fait de lui une figure incontournable de la scène mondiale du jazz. Il a enregistré plusieurs dizaines d’albums, avec diverses formations, et tourne régulièrement en Europe. Comment est-il devenu musicien, de quelles manières travaille-t-il et conçoit-il le jazz ? Comment se crée sa musique en complicité avec les autres musiciens ? Dans cet entretien avec Carole Dely pour Sens Public, Ellery Eskelin nous donne quelques réponses.

 

"Je ne pense pas qu’il y ait aucune musique particulière qui soit un modèle direct pour ce que je fais". Entretien avec Ellery Eskelin (21 novembre 2010)

Résumé : Né en 1959 aux États-Unis, le saxophoniste tenor et compositeur Ellery Eskelin est installé à New York depuis le début des années 80. Doué d’une expressivité libre et inventive à nulle autre pareille, son style lyrique et éruptif a fait de lui une figure incontournable de la scène mondiale du jazz. Il a enregistré plusieurs dizaines d’albums, avec diverses formations, et tourne régulièrement en Europe. Comment est-il devenu musicien, de quelles manières travaille-t-il et conçoit-il le jazz ? Comment se crée sa musique en complicité avec les autres musiciens ? Dans cet entretien avec Carole Dely pour Sens Public, Ellery Eskelin nous donne quelques réponses.
Abstract : Born in 1959 in the States, the composer and tenor saxophonist Ellery Eskelin settled in New York in the early 80’s. Gifted with expressiveness and resourcefulness like no-one else, his lyrical and eruptive style has made him an important figure on the world jazz scene. He has recorded dozens of albums with different formations, and regularly tours Europe. How did he become a musician ? how does he work and conceive jazz ? How does he create his music in collaboration with the other musicians ? In this interview with Carole Dely for Sens Public, Ellery Eskelin give us some answers.

 

Debbie Evans

1945-2005, Existentialism and humanism sixty years on (30 janvier 2007)

Abstract : In his 1945 lecture, Jean-Paul Sartre defends Existentialism against the ‘charges’ of being a philosophy of pessimism, despair, nihilism, anarchy, vulgarity, baseness, ugliness and last but definitely not least the ‘charge’ of amorality since Sartre, restating the position of Dostoyevsky affirms the humanistic starting-point of Existentialism : ‘Si Dieu n’existe pas tout est permis.’ The alleged Sartrean ‘starting point’ of the Cartesian cogito, the maîtrise of the ‘je pense’ as the isolated presence of a pure subjectivity was considered by both Communist and Christian critic alike to preclude any form of concrete action in, or social solidarity with, the outside world.

 

Ariane Ewald

Psicóloga, professora do Instituto de Psicologia e do Programa de Pós-Graduação em Psicologia Social da UERJ. Doutora em Comunicação e Cultura - ECO/UFRJ.

Sartre, Simmel e uma "fenomenologia social" das crônicas folhetinescas (13 mars 2005)

Resumo : Pensar o passado no processo de formação da subjetividade é “situar” o sujeito no espaço e no tempo e, a partir do presente, reconstruir este passado em função de um projeto que se evidencia. A proposta deste texto, partindo dos direcionamentos metodológicos fornecidos por Jean-Paul Sartre e Georg Simmel, é discutir a entrada da idéia de modernidade no Brasil através de crônicas publicadas nos jornais do Rio de Janeiro nos meados do século XIX e como, neste contexto, a relação indivíduo e sociedade é crucial na formação da subjetividade moderna. O texto procura mostrar que a relação entre meios de comunicação e subjetividade pode ser compreendida através de uma “fenomenologia social da crônica” na tentativa de ampliar as possibilidades de compreensão do mundo em que vivemos e da vida que decidimos viver. O surgimento e a conseqüente entrada da cultura do consumo no Brasil no século XIX, produziu uma nova experiência existencial e, ao mesmo tempo, uma ruptura com o modo de viver e se relacionar até então.
Palavras-chave : Fenomenologia ; Subjetividade ; Crônicas ; Cultura do consumo.
Abstract : Sartre, Simmel and a social phenomenology of « pamphlet chronicles ». Thinking about the past in the process of subjectivity formation is “to place” the subject in space and in time and, from the present on, reconstruct that past in terms of a project that becomes evident. The proposal of this text, starting from the methodological directions provided by Jean-Paul Sartre and Georg Simmel, is to discuss the entrance of the idea of modernity in Brazil through the chronicles published on newspapers in Rio de Janeiro around the middle of the 19th century and how, in that context, individual-society relations are crucial to formation of modern subjectivity. The text attempts to show that the relation between means of communication and subjectivity can be understood through an “social phenomenology of the chronicle” in an attempt to expand the possibilities of understanding of the world we live in and of the life we decide to live. The entrance of the culture of consumption in Brasil in the 19th century, produced a new existential experience and, at the same time, a rupture with the mode of living and with the mode of relating until then.
Keywords : Phenomenology ; Subjectivity ; Chronicles ; Culture of consumption
Résumé : Sartre, Simmel et une phénoménologie sociale des « chroniques de feuilletons ». Penser le passé dans le procès de formation de la subjectivité, c’est "situer" le sujet dans l’espace et le temps et, à partir du présent, reconstruire ce passé par rapport à un projet qui se révèle. L´objectif de ce texte, dont le fil rouge est donné par les directions méthodologiques fournises par Jean-Paul Sartre et Georg Simmel, est de discuter l´entrée de la modernité au Brésil à travers des chroniques publiées dans des jounaux de Rio de Janeiro au milieu du 19e siècle et de voir comment, dans ce contexte, le rapport entre l´individu et la société est devenu crucial dans la formation de la subjectivité moderne. Le texte vise à montrer que le rapport entre les moyens de communication et la subjectivité peut être compris à partir d´une "phénoménologie sociale" qui essaie d’étendre les possibilités de compréhension du monde où l´ont vit et de la vie qu´on décide de vivre. L’entrée de la culture de consommation au Brésil au 19e siècle a produit une nouvelle expérience existentielle et en même temps, une rupture avec le mode de vie et relationnel.
Mots-clés : Phénomenologie ; Subjectivité ; Chroniques ; Culture de la consommation.

 

Sylvain Fabre

Expérience et normativité : penser les modalités éducatives des projets artistiques à partir de John Dewey (3 février 2015)

Résumé : La question examinée porte sur la nature et les règles de la gouvernance moderne. Il s’acquitte d’abord de clarifier le sens des termes fondamentaux. Le concept de modernité est ainsi décrit comme ayant pour corollaire celui de progrès ; et la gouvernance apparaît comme une manière nouvelle de nommer le gouvernement, au sens où ce terme désigne l’administration de la puissance publique ou de la souveraine puissance (MONTESQUIEU, ROUSSEAU). La gouvernance moderne ne renvoie donc à rien d’autre qu’à l’administration de la volonté générale, par opposition à la gouvernance archaïque, gouvernement monarchisant et de tendance despotique. Il s’ensuit que la république est, par excellence, la forme moderne de l’État : les droits de la critique étant consacrés (KANT), le gouvernant est déchu de son statut traditionnel de souverain, dignité à laquelle est désormais élevé le peuple. Mais comment une « gouvernance moderne » est-elle possible en Afrique dans l’actuel contexte géopolitique de la mondialisation ? Il est suggéré que seule une Afrique industrialisée et unie peut acculer à un « contrat international » équitable, analogue amphictyonique du « contrat social ».

 

Adriano Fabris

Twitter et la philosophie (31 janvier 2017)

Résumé : Peut-on faire de la philosophie sur Twitter ? 140 caractères suffisent-ils pour développer une communauté virtuelle basée sur la communication paritaire et le partage d’opinions ? C’est à ces questions que le présent article entend répondre, à partir de l’analyse de deux expériences conduites sur Twitter par l’auteur. Le but n’est pas seulement de faire émerger les potentialités et les limites, en partie déjà connues, de Twitter, mais aussi de vérifier la possibilité de conduire une investigation philosophique à la hauteur de l’époque dans laquelle elle est amorcée et des outils à travers lesquels elle peut s’exprimer. Il s’agit de comprendre cette époque et ces outils, de sortir de l’acquiescement au sens commun et à ses catégories, d’exercer ce droit de critique que la philosophie s’est toujours réservé, en particulier face à ce qui peut sembler inévitable. En retour, il s’agit de comprendre ce que la philosophie peut être aujourd’hui, à l’époque des nouvelles technologies, de se demander ce que philosopher peut vouloir dire par rapport et à travers elles, et surtout d’expliquer comment il est possible de philosopher vraiment, d’une façon juste et bonne.

Mots-clés : Philosophie, Twitter, réseaux sociaux, autorité, communautés virtuelles, éthique de l’information, éthique de la communication, post-vérité.

Abstract : Can we philosophize Twitter ? Is 140 characters enough to cultivate a virtual community based on representative communication and the sharing of opinions ? The present article seeks to address these questions through the analysis of two studies conducted on Twitter by the author. The objective is not only to highlight Twitter’s potentialities and limits, which are already partly known, but also to confirm the possibility of philosophical investigation as it pertains to the era in which it emerges and to the tools through which it is expressed. It is a question of understanding these times and these tools, to relinquish the acquiescence of common sense and its categorizations, to exercise the right to critique, which philosophy has always upheld, particularly when faced with that which may seem inevitable. In return, it is a question of understanding what philosophy can be today, in an era of new technologies, to ask oneself what philosophizing means with regards to and through these new technologies, and especially to explain how it is possible to truly philosophize, in a just and good way.

Keywords : Philosophy, Twitter, social networks, authority, virtual communities, ethics of information, ethics of communication, post-truth.

 

Agnesa Fanová

Bien connaître sa culture maternelle, un enjeu de la compétence interculturelle (22 octobre 2009)

Résumé : L’article porte sur l’importance de la connaissance que les étudiants ont de leur culture slovaque au cours de l’apprentissage de la langue française. Alors que la Slovaquie s’affirme sur le plan international comme pays membre de l’Union européenne, la communication interculturelle devient une nécessité. Cette situation inédite constitue un défi important que les écoles slovaques doivent relever : apprendre aux nouvelles générations à vivre dans un monde « sans frontières », les faire réfléchir sur leur identité culturelle pour parvenir à comprendre l’Autre dans sa différence. Le cours d’enseignement décrit dans cet article propose aux futurs enseignants de la langue française une orientation.
Mots-clés : culture nationale – apprentissage de la langue française – Union européenne – identité culturelle
Abstract : The present article talks of the importance of the the national culture of the students during the Learning/Teaching of the FLE. At the time when Slovakia affirms itself on the international plan as a member country of the European Union, the intercultural communication becomes a necessity for the Slovaks. This brand-new situation represents a tough challenge that the Slovak schools must take-on : to teach to the new generation how to live in the « without-limit » world : make them think about their cultural identity in the goal of achieving the competence to understand the Other in his difference. The course described in this article proposes and gives out the idea of a solution for the future French teachers.
Keywords : national culture – Learning/Teaching of the FLE – European Union – cultural identity

 

Eric Farges

"En devenant Foucault. Sociogenèse d’un grand philosophe" de Pestaña José Luis Moreno (6 février 2007)

Résumé : Peut-on expliquer scientifiquement comment l’on devient un penseur ? C’est à cette tâche que s’attelle José Luis Moreno Pestaña, sociologue et philosophe espagnol, qui propose de comprendre « comment Foucault est devenu Foucault » en retraçant le début de sa carrière et en analysant ses textes de jeunesse qui précédèrent l’Histoire de la folie à l’âge classique, sa première grande oeuvre parue en 1961.

 

Sandra Fayolle

Docteure en sciences politiques (Thèse : "L’Union des Femmes Françaises : une organisation féminine de masse du parti communiste français - 1945-1965", Université Paris I, octobre 2005). CRPS Paris I.

« Ne soyez pas le bras qui retient mais le bras qui soutient ! » (22 mai 2009)

Résumé : Dès le mouvement de grèves de 1947, le PCF a manifesté une réelle volonté d’encadrer les femmes ou mères de grévistes afin qu’elles les soutiennent pendant toute la durée du mouvement. Dans cette perspective, la direction du parti communiste a fait appel à son organisation féminine de masse : l’Union des Femmes Françaises. Toutefois, les dirigeants communistes ont hésité sur les formes de mobilisation à promouvoir et sur la visibilité à accorder à son organisation féminine. Deux types d’action ont été mis en place. Le premier consistait à organiser des actions de solidarité en direction des familles de grévistes et le second, à partir de 1953, avait pour ambition de rassembler les femmes dans des regroupements catégoriels : comité de femmes de mineurs, de femmes de cheminots, etc. L’étude de ces actions démontre que sur le terrain régnait en fait une certaine confusion notamment sur le rôle des différentes organisations (UFF, PCF ou CGT).

 

Maria Ferencuhova

His Acts, Her Words (21 janvier 2008)

Abstract : For a standard study of gender differences in the characters of modern cinema, the most evident possibility might be to examine the transformation of the typical heroes of the two most popular cinematic genres, that’s to say, in melodrama and action films. Choosing this course of action, however, would most certainly lead to a more or less rough generalization that, rather than reporting the progress of change in the cinematographic models of what we can call “a heroine” or “a hero,” would rather be just another contribution to the stereotyped images of contemporary women and men. It is for this reason that I chose – so as to show the inevitable differentiation of the two sexes - a cinematic concept that is completely different, that of Eric Rohmer. In his films, the representation of man and woman is not defined as the « politically correct » concept of the two sexes (that which has recently been very popular, especially in American cinema.) For Rohmer, rather, gender difference pertains to a repressed or barely discernable representation of masculine and feminine stereotypes, equally as far as discussion is concerned as is action, two of the most important elements in this director’s films.
Résumé : Si l’on veut réfléchir sur les différences de sexes de personnages au cinéma moderne, il s’offre la possibilité, la plus évidente peut-être, d’examiner les transformations des héros-types dans les genres les plus répandus au cinéma, c’est-à-dire dans le mélodrame et le film d’action. Or un pareil parcours mènerait sans doute à une généralisation plus ou moins grossière qui en effet risquerait d’être non pas un bilan de changement dans la conception de ce qu’on pourrait appeler « une héroïne » ou « un héros » cinématographique models, mais une autre contribution à l’image stéréotypée de la femme ou de l’homme contemporains. C’est pour cette raison que j’ai choisi – pour montrer l’inévitable différenciation des deux sexes – un concept cinématographique tout à fait différent, celui de Eric Rohmer, dans lequel la représentation de l’homme et de la femme ne passe pas par la définition « politiquement correcte » de deux sexes (ce qui était récemment très à la mode, surtout dans le cinéma américain). Chez Rohmer, il s’agit plutôt d’une représentation refoulée ou quasi-invisible des stéréotypes du féminin et du masculin, tant au niveau du discours qu’au celui de l’action – deux éléments les plus importants dans le cinéma de ce réalisateur.

 

L’acte-lui, la parole-elle (21 janvier 2008)

Résumé : Si l’on veut réfléchir sur les différences de sexes de personnages au cinéma moderne, il s’offre la possibilité, la plus évidente peut-être, d’examiner les transformations des héros-types dans les genres les plus répandus au cinéma, c’est-à-dire dans le mélodrame et le film d’action. Or un pareil parcours mènerait sans doute à une généralisation plus ou moins grossière qui en effet risquerait d’être non pas un bilan de changement dans la conception de ce qu’on pourrait appeler « une héroïne » ou « un héros » cinématographique modèle, mais une autre contribution à l’image stéréotypée de la femme ou de l’homme contemporains. C’est pour cette raison que j’ai choisi – pour montrer l’inévitable différenciation des deux sexes – un concept cinématographique tout à fait différent, celui de Eric Rohmer, dans lequel la représentation de l’homme et de la femme ne passe pas par la définition « politiquement correcte » de deux sexes (ce qui était récemment très à la mode, surtout dans le cinéma américain). Chez Rohmer, il s’agit plutôt d’une représentation refoulée ou quasi-invisible des stéréotypes du féminin et du masculin, tant au niveau du discours qu’au celui de l’action – deux éléments les plus importants dans le cinéma de ce réalisateur.
Abstract : For a standard study of gender differences in the characters of modern cinema, the most evident possibility might be to examine the transformation of the typical heroes of the two most popular cinematic genres, that’s to say, in melodrama and action films. Choosing this course of action, however, would most certainly lead to a more or less rough generalization that, rather than reporting the progress of change in the cinematographic models of what we can call « a heroine » or « a hero », would rather be just another contribution to the stereotyped images of contemporary women and men. It is for this reason that I chose – so as to show the inevitable differentiation of the two sexes - a cinematic concept that is completely different, that of Eric Rohmer. In his films, the representation of man and woman is not defined as the « politically correct » concept of the two sexes (that which has recently been very popular, especially in American cinema.) For Rohmer, rather, gender difference pertains to a repressed or barely discernable representation of masculine and feminine stereotypes, equally as far as discussion is concerned as is action, two of the most important elements in this director’s films.

 

Albert Fert

Goût de la recherche, saveur de la découverte. Entretien avec Albert Fert, Prix Nobel de physique en 2007 (26 mai 2008)

Monsieur Albert Fert est le dernier Prix Nobel de Physique. C’est le douzième prix Nobel de Physique Français, après ceux reçus par les Professeurs Pierre Gilles de Gennes, Georges Charpak, et Claude Cohen-Tannoudji. Cet entretien a été réalisé par Jean-Yves Heurtebise, docteur de Philosophie, à la suite d’une journée de colloque organisée à Marseille par [l’ASSOM->http://www.assom.fr/]. C’était la première fois que Fert intervenait en France pour parler de son prix Nobel. Témoignage.

 

Justine Feyereisen

Corps en captivité : Patrick Chamoiseau et J.M.G. Le Clézio (11 novembre 2017)

Résumé : C’est à travers l’analyse textuelle de trois récits contemporains que cette contribution entend explorer la manière dont leurs auteurs livrent des « poéthiques » (Pinson) du corps captif, témoin ou victime du joug colonial : La Quarantaine (1995) de J.M.G. Le Clézio, Guyane : Traces-mémoires du bagne de Patrick Chamoiseau (1994 ; photographies de Rodolphe Hammadi) et Un dimanche au cachot (2007) du même écrivain. Cachot de Maîtres-békés, île Plate en quarantaine, bagne guyanais, que racontent de tels univers concentrationnaires à ces « chiffonniers » (Benjamin) de l’Histoire ? Se peut-il qu’à leur contact, les traces contingentes au passé colonial soient non plus « chosifiées » (Ricœur), mais émotionnelles et synesthésiques ? Aussi oppressant que soit le lieu, pourrait-il s’avérer libérateur d’une conscience de soi et d’un esprit de communauté ? Quelles questions d’ordre esthétique et éthique la perception et la figuration du corps palimpsestique soulèvent-elles sur l’indescriptible de la condition humaine enchaînée ?

Mots-clés : Chamoiseau, Le Clézio, Corps, Espace, Captivité, Colonialisme, Trace-mémoires, Description, Polyphonie, Devenir-animal.

Abstract : This contribution intends to analyse textually three contemporary narratives : La Quarantaine (1995) by J.M.G. Le Clézio, Guyane : Traces-mémoires du bagne (1994 ; photographs by Rodolphe Hammadi) and Un dimanche au cachot (2007) by Patrick Chamoiseau. The aim is to explore the way these writers give a “poethic” (Pinson) of the captive body, witness or victim of the colonial yoke. Cell of the Maîtres-békés, Flat Island in quarantine, Guianese penal colony, what tell those concentration-camps to these “ragmen” (Benjamin) of the History ? Could the scars of the colonial past be – not “objectified” (Ricœur) – but emotional and synesthesic ? As oppressing as the prison is, could it turn to be liberating of self-consciousness and communalism ? Which aesthetic and ethical questions the perception and figuration of a palimpsestic body raise about the indescribable of the chained human condition ?

Keywords : Chamoiseau, Le Clézio, Body, Space, Captivity, Colonialism, Memory Traces, Description, Polyphony, Becoming-Animal.

 

Michaela Fiserova

Entretien avec le sociologue Michel Maffesoli (19 février 2006)

Dans cet entretien Michel Maffesoli, sociologue, aborde les valeurs du monde moderne : plaisir, image, initiation, nomadisme. Selon l’auteur, les systèmes et les institutions se sclérosent, et sont condamnés à disparaître afin qu’une culture nouvelle puisse voir le jour. Michel Maffesoli souligne l’importance de l’élan de la vie, du rêve et des formes spontanées de la production culturelle.

 

Image photographique : de la critique de l’art plastique à la conversation visuelle (2 mars 2006)

La société contemporaine subit le procès de l'informatisation. Peu à peu, les informations deviennent son capital le plus important, car la vitesse et la complexité de leur transmission sont supposées constituer les facteurs essentiels de la croissance économique. Grâce au réseau de terminaux d’ordinateurs commutés ensemble, le mode de communication change aussi : il devient dominé par les médias orientés vers le visuel et l'interactif. Il est évident que le nombre croissant d'images (...)

 

Image, sujet, pouvoir. Entretien avec Marie-José Mondzain (8 janvier 2008)

Résumé : L’entretien avec la philosophe française Marie-José Mondzain, directrice de recherche au CNRS et professeur à l’EHESS, a été réalisé à Paris en avril 2007. Il tend à mettre en évidence les principaux enjeux de son oeuvre et la particularité de son approche philosophique de la problématique de l’image dont elle est spécialiste et à laquelle elle a consacré plusieurs de ses livres, notamment Image, icône, économie, L’image peut-elle tuer ? et Le commerce des regards. Cet entretien a l’intention de repenser le problème de l’image plus particulièrement sous l’angle des relations qu’elle entretient avec le sujet et le pouvoir.
Mots-clés : Image ; Icône ; Idole ; Iconoclasme ; Économie ; Regard
Abstract : The interview with french philosopher Marie-José Mondzain, director of research in CNRS and professor in EHESS, has been realised in Paris in April 2007. It intends to present the most important points of her work and the particular aspects of her philosophic approach of the problematic of the image. As she is specialist of this topic, she devoted to it many of her books, especially Image, icône, économie, L’image peut-elle tuer ? and Le commerce des regards. This interview would like to think over the problem of the image mainly in the perspective of its relations with the subject and the power.
Keywords : Image ; Icon ; Idol ; Iconoclasm ; Economy ; Gaze

 

Albert Fishlow

Professor of International and Public Affairs, Albert Fishlow is director of the Columbia Institute of Latin American Studies, and director of the Center for the Study of Brazil, Columbia University. As a specialist in international economic history and development, Albert Fishlow is credited as the father of quantitative international economic history methodology. A pioneer in exploring the dynamics between central and peripheral countries, Professor Fishlow bridges the intellectual differences between globalists and alter-globalists. He was the founding President of the Latin American and Caribbean Economic Association (LACEA), and a Paul A. Volker Senior Fellow for International Economics at the Council of Foreign Relations.

After Cancun : the future of free trade (5 mars 2005)

Abstract : Globalization – and anti-globalization – have been at the center of discussions of international economic relations for the last 15 years. But a new North-South axis has recently emerged in the wake of the failed Cancun summit that goes to the heart of the current debate over the future of the free trade system that has defined the international environment for over a half-century. Agriculture is central, an ironic twist in view of the continuing much greater growth of industrial products. At the same time, multilateralism seemingly has yielded to a new surge of bilateralism. What will be the future of free trade, and with what consequences for the process of economic development ?

 

Alain Flajoliet

Ancien élève de l’Ecole Normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé et docteur en philosophie. Formé à la phénoménologie par J.-T Desanti, P. Ricœur et B. Besnier, il travaille sur les rapports entre phénoménologie, métaphysique et anthropologie. Il a publié un livre (La première philosophie de Sartre (Champion, 2008) et rédigé de nombreux articles et communications sur le mouvement phénoménologique. Membre de l’École française de Daseinsanalyse et du comité de rédaction des Études sartriennes.

Alain Flajoliet studied phenomenology in the mid-70s with Jean-Toussaint Desanti and Paul Ricœur and took his doctorate in 2000 with a thesis on Sartre’s first philosophy. He works on the relations between anthropology, phenomenology and metaphysics. He has published a book, La Première Philosophie de Sartre (Champion, 2008), as well as many articles and papers on the phenomenological movement. He is currently a Board member the French School of Daseinsanalyse and member of the Editorial Advisory Board of the journal of the Études sartriennes.

Esquisse d’une phénoménologie de l’œuvre littéraire (14 janvier 2008)

Avec les considérables travaux de P. Ricœur consacrés à l’œuvre littéraire — en particulier La métaphore vive (1975) et les trois volumes de Temps et récit (1982-1986), mais aussi les très nombreux articles et communications plus brèves —, l’élucidation de l’œuvre sous horizon herméneutique semble s’être imposée au détriment d’une approche plus strictement phénoménologique. En effet, la philosophie de Ricœur accomplit un tournant, au milieu des années soixante dix, d’une phénoménologie post-husserlienne (bien représentée par Le volontaire et l’involontaire ainsi que par de nombreux articles sur Husserl) à une herméneutique de l’existence humaine finie et facticielle qui allait interroger de manière constante la littérature. Ce tournant est antérieur aux travaux sur l’œuvre littéraire — il s’esquisse dans l’essai sur Freud de 1969 —, mais il a permis d’ouvrir la voie à une interprétation des textes assumant le point de vue herméneutique. Nous voudrions montrer ici qu’une élucidation plus purement phénoménologique était — et reste — possible. Cette voie, R. Ingarden l’avait ouverte dès 1931 dans son livre capital : L’œuvre d’art littéraire et cet ouvrage servira de fil conducteur à notre esquisse d’une possible phénoménologie de l’œuvre.

 

La récession à la chair et les difficultés de l’ontologie (20 septembre 2004)

Lorsqu'on lit les pages les plus élaborées du Visible et l'invisible de Merleau-Ponty consacrées à « l'interrogation philosophique », on est frappé par ce point : si l'on y voit assez clairement ce que la démarche de la nouvelle ontologie projetée ne doit pas être – ni une réflexion au sens cartésien, voire au sens husserlien de la réduction par la voie cartésienne ; ni une dialectique à la manière de L'Être et le Néant du premier Sartre ; ni une méthode intuitive à la manière de (...)

 

Literature and philosophy in Sartre’s early writings (25 janvier 2007)

Abstract : It has often been noticed that the philosophical analysis developed in L’être et le néant can be related to Sartre’s literature. As a consequence, Sartre’s early writings have often been criticized from two points of view. The philosophical works, it is said, are not sufficiently rigorous, and the novels, short stories, plays, are nothing but problem literature, too philosophical to arouse curiosity. Sartre’s phenomenological works are not taken seriously, especially in France (the situation is quite different with Merleau-Ponty’s phenomenology). The aim of this paper is to criticize the common opinion in this matter.

 

Fabrice Flipo

Fabrice Flipo est maître de conférences en philosophie à Telecom & Management SudParis, une grande école membre de l’Institut Telecom. Ses travaux portent sur l’écologie politique, le développement durable, la modernité, la décroissance ainsi que sur leurs relations avec les télécommunications et la « société de l’information ».

Fabrice Flipo is associate professor in philosophie at Telecom & Management SudParis, a “grande école” member of the Institut Telecom. His works are about political ecology, sustainable development, modernity, degrowth and their relations with telecommunications and “knowledge society”.

André Gorz, de l’existentialisme au salut par les TIC (12 mars 2017)

Résumé : A l’occasion des dix ans de sa disparition, cet article revient sur l’ensemble de l’œuvre d’André Gorz (1923‑2007), en proposant une périodisation en quatre volets : l’analytique existentialiste (1946/1955), la tentative de refonder le socialisme (1959/1969), puis de le dépasser (1973/1983) avant de revenir au marxisme au travers du motif des Grundrisse et des technologies de l’information (1983/2007). Nous montrons la cohérence et l’exigence d’un philosophe qui n’a jamais renoncé à évaluer les possibles offerts par son temps. Gorz a cependant laissé de côté ce que l’écologie impliquait de remise en cause à propos de la modernité.

Mots clés : Gorz, écologie, marxisme.

Abstract : On the ten years anniversary of his disappearance, this article reviews the entire work of André Gorz (1923‑2007), proposing a four-part periodization : analytical existentialism (1946/1955), an attempt to rebuild socialism (1959/1969), and then to move beyond it (1973/1983) before returning to Marxism on the grounds of the Grundrisse and information technology (1983/2007). We show the consistency of a philosopher who never renounced the assessment of the emancipatory potential offered by his time. However, Gorz left out what ecology involved questioning about modernity.

Keywords : Gorz, environmentalism, marxism.

 

Heidegger et les critiques de la technique : une clarification des enjeux (19 février 2014)

Résumé : Cet article a pour ambition de contribuer à dénouer les liens complexes qui unissent et séparent tout à la fois les critiques de la technique (Anders, Ellul, Illich, Charbonneau, Gras, Paquot etc.) et la philosophie de Heidegger, les deux ayant souvent été accusés de collusion avec le nazisme. Par la même occasion sont données quelques clés pour comprendre les débats autour de l’écologie politique. Le passage de l’un à l’autre se fait principalement au travers de Sartre, qui a aussi inspiré Gorz, de Whitehead (souvent cité par les critiques de la technique) et de Bloch, dont l’interprétation du vers de Hölderlin, qui clôt la Conférence sur la Technique, est fort différente de celle de Heidegger.

 

L’écologie politique est-elle réactionnaire ? (16 juin 2010)

Résumé : Les auteurs marxistes attribuent généralement les dégâts écologistes au capitalisme et considèrent que les mouvements écologistes sont au mieux « petits bourgeois », plus souvent « réactionnaires ». Les enjeux écologiques commencent toutefois à être l’objet de la pensée marxiste. John Bellamy Foster est l’un des auteurs qui œuvre à cette élaboration. Nous montrons ici que la démonstration n’est pas convaincante, elle ne théorise pas de praxis écologiste. L’échec peut être attribué à la divergence des rapports au « progrès technique ».
Mots-clés : Écologie – Marxisme – Technologie – Démocratie – Foster
Abstract : Marxists authors are usually attributing the ecological destruction to capitalism and they see ecological movements at best as « petty bourgeois », more often « reactionary ». But ecological issues are slowly coming on marxism’s agenda. John Bellamy Foster is one leading author here. Through a careful reading of his writings we demonstrate that this eco-marxist synthesis isn’t convincing as it doesn’t define an ecologist praxis. The failure comes from diverging relationship to « technological progress ».

 

La "deep ecology", un intégrisme menaçant ou un libéralisme non-moderne ? (30 août 2010)

Résumé : Cet article confronte "le Nouvel Ordre Écologique" de Luc Ferry, paru en 1992, avec "Écologie, communauté et style de vie", premier ouvrage traduit en français d’Arne Naess, le fondateur de la deep ecology, paru en 2009. La deep ecology de Naess est-elle cet intégrisme menaçant à propos duquel Ferry nous mettait en garde, voici près de 20 ans ? En fait ce que Naess pointe du doigt est la non-universalisabilité de la modernité, du fait de sa dépendance à des ressources étant dotées d’une « valeur intrinsèque » – non-substituables. Ferry ne prend pas cette possibilité au sérieux, il s’en tient à constater que Naess refuse le cadre de la modernité, qu’il juge synonyme de l’universel. En réalité, Arne Naess refuse un seul élément : l’auto-organisation économique. Naess cherche à penser une liberté non-moderne, qui soit véritablement universelle et en particulier respecte la « clause de Locke » dans sa version forte. Les risques de dérive pointés par Ferry sont donc réels mais ils ne sont pas portés par Naess – ni par la deep ecology.
Abstract : This article compares "the New Ecological Order" by Luc Ferry, published in 1992, and "Ecology, community and lifestyle", the first book translated into French by Arne Naess, founder of deep ecology, published in 2009. Is Arne Naess’s deep ecology this fundamentalist threat about which warned us Ferry, almost 20 years ago ? Actually what Naess points out is the non-universalizability of modernity, because of its dependence on non-substitutable – « intrinsic value » – resources. Ferry did not take this possibility seriously, he only makes with the fact that Naess rejects the framework of modernity, which he unproblematically considers as synonymous with the universal. In reality, Arne Naess rejects one element : economical self-organization. Naess tries to think a non-modern form of liberty, which could be truly universal and in particular respects the « clause of Locke » in its strong interpretation. The risks pointed by Ferry are real but they aren’t hold on by Naess - neither by deep ecology.

 

Un renouveau des utopies cosmopolitiques (9 mai 2008)

Résumé : Les risques générés jour après jour par la mondialisation économique conduisent aujourd’hui à l’émergence de nouvelles utopies « altermondialistes », « cosmopolitiques ». Chercher le chemin qui y mène implique donc de penser une mondialisation différente de la mondialisation actuelle, qui engendre inégalités et destruction des équilibres planétaires. Nous montrons ici que l’utopie écologiste s’ancre dans un cosmopolitisme d’un nouveau genre. Il ne repose ni sur la mobilité illimitée ni sur l’intégration mondiale dans une division du travail ayant la production maximale pour finalité mais sur la juste séparation.
Mots-clés : Écologie ; Cosmopolitisme ; Utopie ; Mondialisation
Abstract : The risks generated day after day by the economic globalization lead to the emergence of new "alter-globalization", "cosmopolitic" utopias. Look for the road which leads to it thus imply to think of a globalization different from the current globalization, which engenders disparities and destruction of the global balances. We show here that the ecologist utopia anchors in a new cosmopolitanism. It is based neither on the unlimited mobility nor on the world integration in a division of labour, having the maximal production for end, but on the just separation.
Keywords : Ecology ; Cosmopolitism ; Utopia ; Globalisation

 

Jean-Paul Flipo

Faire accepter l’inacceptable (25 octobre 2007)

Résumé : Phénomène de librairie de l’automne 2006, le roman-fleuve (900 pages) de Jonathan Littell Les Bienveillantes a été plébiscité pour ses qualités littéraires, ainsi que pour l’extrême précision d’un document qui se présente aussi comme une leçon d’Histoire concernant la seconde guerre mondiale, examinée du côté de l’agresseur nazi. Il en ressort une réflexion morale autour des agissements d’Hitler et des forces allemandes, et notamment la mise en oeuvre de la « solution finale ». L’auteur de l’article prend appui sur ces réflexions, dans lesquelles des comparaisons sont faites avec d’autres massacres ponctuels ayant eu lieu dans l’histoire mondiale, pour les appliquer à l’état du monde actuel, dont les malheurs massifs sont systématiquement sous-estimés ou ignorés par les propagateurs de l’idéologie dominante, qui porte sur l’économie d’abord, mais aussi par ricochet sur le politique et même le militaire. La science historique étant faite pour tirer des leçons positives pour aujourd’hui, l’auteur de l’article les explicite quant aux implications éthiques du comportement des acteurs économiques contemporains, surtout les plus puissants d’entre eux.
Abstract : The autumn 2006 French literature bestseller, Jonathan Littell’s long novel (900 pages) The benevolent was praised for its literary qualities and for the extreme accuracy with which this equally historical document presents the Second World War, as observed from the Nazi’s point of view. A far-reaching moral reflection stems from Hitler’s and the German forces’ actions, notably in relation to the implementation of the “final solution”. Based on these reflections the author makes comparisons to other massacres that took place within world history, connecting them to the present state of the world in which massive atrocities are systematically understated or ignored by supporters of dominant ideology, which is firstly concerned with economy, but also indirectly concerned with politics and even military issues. Since the study of history is meant to provide positive lessons for today, the author does so explicitly in relation to the ethical stakes of contemporary economic actors’ behavior and particularly that of the most powerful among them.

 

Dominic Forest

Lire à l’ère du numérique Le nénuphar et l’araignée de Claire Legendre (22 décembre 2016)

Résumé : Cet article se veut exploratoire en deux temps : une piste de réflexion sur l’impact du numérique sur les sciences humaines, et une lecture de l’essai Le nénuphar et l’araignée de Claire Legendre, publié le 4 février 2015 chez Les Allusifs. Notre hypothèse est qu’il est nécessaire de jeter les bases d’une théorie et d’une pensée du numérique, comme de poursuivre et de favoriser l’implémentation de nouveaux outils de recherche conçus par et pour les humanités, en lien direct avec les questions d’édition, de diffusion, d’encodage, de fouille, de curation, ou encore de visualisation et de représentation des données textuelles, sonores et visuelles. Cet article propose ainsi une première piste d’exploration de l’usage de ces nouvelles possibilités pour la littérature québécoise.

Mots-clés : Claire Legendre ; théorie de la lecture ; data mining ; close reading ; éditorialisation ; culture numérique

Abstract : This article is both a reflexion on the impact of digital culture on social sciences and humanities, and a theoretical reading of Claire Legendre’s essay Le nénuphar et l’araignée, published on 4 February 2015 by Les Allusifs. Our hypothesis is that it is important to think simultaneously about the theoretical aspect of digital culture along with the pragmatic implementation of new research tools developed for and by social sciences and humanities researchers. The latter are tied directly to a new generation of critical editions with new possibilities of data mining or representing an array of data, be it sound, visual, or text based. This article thus offers a preliminary case study for exploring these new possibilities within Quebec literature.

Keywords : Claire Legendre ; reader theory ; data mining ; close reading ; editorialization ; digital culture

 

Pascal Forget

Vers une meilleure compréhension de la résistance au changement des directeurs d’école (26 juin 2017)

Résumé : Cet article présente la problématique, le cadre théorique et la méthodologie d’un projet de thèse en cours. Ce projet s’intéresse à certaines caractéristiques personnelles (leadership, sentiment d’autoefficacité et solitude professionnelle) du directeur d’école québécois et à leur influence sur la résistance au changement. Les théories de la résistance au changement de Oreg (2003), du leadership de Bass (1990), du sentiment d’autoefficacité de Bandura (2007) et de la solitude de Peplau et Perlman (1982) sont les assises choisies pour identifier les relations entre le leadership, le sentiment d’autoefficacité, la solitude professionnelle des directeurs d’école et leur résistance au changement.

Mots-clés : Résistance au changement, leadership, sentiment d’autoefficacité, solitude professionnelle, directeurs d’école, administration scolaire.

Abstract : This article provides the statement of the problem, the theoretical framework and the methodology of a research project. This project focused on personal characteristic’s (leadership, self-efficacy and professional loneliness) that influence the resistance to change of school principals. The theoretical framework is based on Oreg’s resistance to change theory (2003), Bass’s leadership theory (1990), Bandura’s self-efficacy theory (2007) and Peplau and Perlman’s loneliness theory (1982). This research seeks to identify the relationships between the leadership, the self-efficacy, the professional loneliness of school principals and resistance to change.

Keywords : Resistance to Change, leadership, self-efficacy, professional loneliness, school principals, school administration.

 

Maxime Forrest

Les approches de la participation des femmes en Europe post-communiste : enjeux et débats (6 octobre 2003)

 

Eric Fourneret

Existe-il une structure de servitude volontaire dans les technologies de l’information et de la communication ? (7 juin 2016)

Résumé : Sans entrer dans une analyse évaluative et comparative des arguments en présence, nous voudrions examiner, dans cet article, la référence à la servitude volontaire lorsqu’elle sert à dénoncer une illusion d’accroissement de la liberté des individus au moyen des technologies d’information et de communication (TIC). En s’appuyant sur sa version originelle (16e siècle), cette référence est-elle justifiée ? Nous voudrions montrer que si une structure de servitude apparait effectivement, le débat opposant les défenseurs des TIC et leurs détracteurs appelle à penser, voire à re-penser le rapport entre l’homme et sa nature technicienne, plutôt que de faire des diatribes ou de faire l’apologie de la société numérique.

Mots-clés : Philosophie, liberté, servitude volontaire, technologies d’information et de communication, réseaux sociaux.

Abstract : Without making an evaluative and comparative analysis of the traditional arguments, we would want to examine the reference of the voluntary servitude when it is used to denounce an illusion of increase of the freedom of the individual, by means of information and communication technology. Basing on the original version (16e s.), is this reference justified ? In this paper, we would like to show that if there is a structure of the voluntary servitude, the debate between the defender of the information and communication technology and their opponents, involves thinking the relation between the humanity with the technology.

Keywords : philosophy, freedom, voluntary servitude, information and communication technologies.

 

Geneviève Fraisse

Touriste en démocratie (13 décembre 2007)

Résumé : Cinq années d’élue au Parlement européen (1999-2004) sont à l’origine de cette chronique, qui se veut aussi un témoignage. Ce récit est adossé aux représentations doublement négatives du travail politique de l’élu et de l’institution parlementaire européenne ; il s’attache à montrer quelques traits politiques de cet espace public, y compris dans la particularité des commissions (Culture et Droits des femmes) ; il tient, enfin, à restituer l’expérience d’une femme élue au titre du féminisme et de la société civile, chercheuse au CNRS.
Abstract : Tourism to democracy – The five years I spent as an elected member of the European Parliament have motivated this chronicle which is also intended as a testimony. This story rests on the equally negative descriptions of both the political work of the elected member and the European parliamentary institution ; it tries to share some of the political aspects of this public space, including the peculiarities of commissions, such as Culture and Women’s Rights ; it attempts to convey the experience of a woman who was elected on a programme of feminism and civil society and is a researcher with CNRS (French National Center for Scientific Research)

 

Vingt ans en 68 (16 février 2009)

Geneviève Fraisse, philosophe, témoigne dans ce récit de son expérience vécue en 68 autour du mouvement féministe et des études sur les femmes. « Sortir des coulisses parce que mai 68 ; avoir 20ans en 68 est la chance d’une génération, rédiger une maîtrise sur l’École de Francfort et la place des femmes dans la dialectique de l’Aufklärung, lire pour l’agrégation, avec une certaine stupeur, le rejet de Spinoza, hors de la raison, du délirant, de la bavarde et de l’enfant ; donc des femmes. »

 

Anaïs Frantz

Anaïs Frantz est docteure en littérature et civilisation françaises et chercheure associée à La Sorbonne Nouvelle Paris 3. Elle est chargée de cours au département de Cinéma et Audiovisuel à Paris 3 et enseigne les gender studies dans les Universités américaines de Paris. Sa thèse va paraître aux éditions Honoré Champion dans la collection « Bibliothèque de littérature générale et comparée ».

Anaïs Frantz graduated with a PhD in French Literature from the Sorbonne Nouvelle (Paris 3) where she is now a researcher. She also teaches for the Film and Audio-Visual department there, as well as in the Gender Studies department of American universities in Paris. Her doctorate thesis is soon to be published by Honoré Champion as part of its "Library of General and Comparative Literature" collection.

Du "genre" nu comme un ver et des genres en littérature (3 octobre 2008)

Résumé : Cet article vise à déployer l’éventail sémantique du « genre » que la tradition, dans son désir de « définir » et d’ « identifier », réduit trop souvent en parlant soit de genre biologique (humain/animal/végétal), soit de genre sexuel (féminin/masculin), soit de genre textuel (littéraire/philosophique/sociologique) et littéraire autobiographie/poésie/essai). Or « la loi du genre » que formule Jacques Derrida dans l’essai éponyme ouvre le mot à sa littéralité : où le genre génère du « sujet » à la lettre. Troublant infiniment l’ordre canonique du savoir et du s’avoir, et donnant à découvrir au lecteur un « propre » genre de génération – sous le couvert du voile apocalyptique de la langue en littérature.
Mots-clés : Genres ; Genèse du sujet ; Sujets de l’écriture ; Voile de la langue ; Génération du texte.
Abstract : This essay aims at unravelling a whole semantic spectrum of "gender", which tradition, in its desire to "define" and "identify", has all too often simplified down to either biological gender (human/vegetable/animal), or sexual gender (feminin/masculin), or textual gender (literary/philosophical/sociological), or literary gender (autobiography/poetry/essay). Jacques Derrida, however, in his essay entiled "la loi du genre" opens the word up to its literality : where gender literaly generates the "subject". Infinately disturbing the canonical ordering of knowledge and self-possession, and allowing the reader to discover a type of generation in itself - under the apocalyptic veil of language.

 

La pudeur et « la question de la femme », Nietzsche dans le texte (3 mars 2011)

Résumé : Dans "Changer de différence. Le féminin et la question philosophique" publié chez Galilée en 2009, Catherine Malabou déclare que la philosophie est le tombeau de la femme. Et Carole Dely lors d’une conférence en Sorbonne, en décembre 2008, posait la question : « De la philosophie, et derechef qu’elle fait ma-â-l-e ? ». Dans le cas de Nietzsche, il est difficile de dissocier le propos du style, et la « question de la femme » de celle de la pudeur. C’est ainsi qu’à son sujet, Jacques Derrida et Sarah Kofman parviennent à déplacer l’accusation de misogynie.
Mots-clés : Philosophie – misogynie – féminin – pudeur – texte – Nietzsche – Jacques Derrida – Sarah Kofman
Abstract : In "Changer de différence, Le féminin et la question philosophique" published by Galilée in 2009, Catherine Malabou declares that philosophy is a woman’s grave. And during a conference held at the Sorbonne in December 2008 these were Carole Dely’s words : "de la philosophie et derechef qu’elle fait ma-â-l-e" (a play on the French words mal : harm or pain, and mâle : male). In the case of Nietzsche, it is difficult to dissociate intention from style, and the "woman question" from pudeur (a term that has no direct equivalent in English, but is often translated as modesty or a sense of shame). Thus Jacques Derrida and Sarah Kofman manage to divert the accusation of misogyny that has been directed against him.

 

Les repentirs d’une bâtarde (10 février 2009)

Résumé : Née d’une union non reconnue entre un fils de bonne famille et une femme de chambre, Violette Leduc trouve dans l’écriture autobiographique le moyen d’exercer un autre genre d’autorité. C’est l’incroyable autorité d’une bâtarde dont la stratégie poétique prend la forme du repentir, au double sens du sentiment de culpabilité et de la correction apportée à un tableau. Expression d’un re-trait sur le vif, les repentirs de La Bâtarde donnent à lire la vitalité surprenante d’une existence fautive, maladroite, sous rature, dont la tissure du texte magnifie la complexité.
Mots-clés : maladresse autobiographique ; genres ; adresse poétique ; autorité littéraire ; bâtardise biographique
Abstract : Born spuriously from the union between the son of a well-to-do family and a chambermaid, Violette Leduc finds the means of exerting another kind of authority through autobiographical writing. It’s the incredible authority of a bastard whose poetic strategy takes the form of repentance – the French word “repentir” can both mean “a feeling of guilt” and “the visible modification applied to a painting”. What with its on-the-spot alterations, the repentance of “La Bâtarde” gives the reader a sense of the immense vitality of an existence presenting itself as being at once in-the-wrong, awkward, and adulterated. The interweaving layers of such a text magnify its complexity.
Keywords : autobiographical awkwardness ; genders ; poetic skill ; literary authority ; biographical illegitimacy

 

Recherches en Études Féminines et de Genres (1er octobre 2008)

Résumé : La « Profession de foi d’un Centre de Recherches en Études Féminines et de Genres » répond à la nécessité de suspendre, le temps d’un rêve d’utopie, l’enseignement généreux et dynamique que Mireille Calle-Gruber met à la disposition des étudiants-chercheurs de la Sorbonne Nouvelle, afin d’en saisir les enjeux et d’en cerner la spécificité. La « profession de foi » est à entendre à tous les sens de l’expression : au sens actif de la locution, il s’agit de faire (poiein) « profession » (confession) de la foi d’une doctorante en l’urgence de préserver un espace-temps à l’écriture et à la recherche en littérature dans une société qui vise à toujours gagner plus (de temps, d’argent) ; au sens littérale du syntagme, il s’agit de témoigner d’une « profession » différente mais vitale à la sauvegarde de l’« humain ». Où la « foi » tient lieu de richesse et l’hospitalité de loi.
Mots-clés : Études de genres ; Travail en séminaires ; Recherche en littérature ; Résistance au phallogocentrisme ; Utopie.
Abstract : The "profession of faith of a centre of research in Women and Gender Studies" is designed to suspend, in the span of a utopian dream, the dynamic and generous teaching which Mireille Calle-Gruber makes available to students and researchers at the Sorbonne Nouvelle, so that the specificity of what is at stake may be grasped. A "profession of faith" can be understood in various ways. In the active sense of the expression, meaning that a doctorate student makes (poiein) a "profession" (confession) of her faith in the urgency to preserve a spacio-temporal domain for writing and for literary research, in a society where monetary and temporal gain are the number one priority. And taking the expression in its literal sense : to vouch for a "profession" that is different but vital in preserving what is "human". Where faith stands for wealth and hospitality is the law.

 

Spectres et rejetons des Études Féminines et de Genres (3 mars 2011)

Résumé : Ce dossier est le deuxième volet de la réflexion entamée dans le dossier "Recherches en Études Féminines et de Genres" publié à Sens Public en octobre 2008. Son titre, "Spectres et rejetons des Études Féminines et de Genres", interroge ce qui serait une transmission universitaire, philosophique et littéraire au féminin, c’est-à-dire à contre-courant de la logique phallogocentrique de la tradition, inscrivant la réflexion dans la lignée d’Hélène Cixous, Monique Wittig, Sarah Kofman, Mireille Calle-Gruber, Judith Butler, Catherine Malabou, etc.
Mots-clés : Études féminines – féminin – femmes – genres – transmission – patriarcat – phallocentrisme – phallogocentrisme – littérature – corps
Abstract : The dossier entitled “Spectres and offspring in Women and Genders studies” is the second part of a discussion begun in the dossier “Research in Women and Gender Studies” published in Sens Public in October 2008. The dossier’s title questions what an academic, philosophical, or literary feminine transmission might be within a phallocentric, logical tradition, following in the footsteps of Hélène Cixous, Monique Wittig, Sarah Kofman, Mireille Calle-Gruber, Judith Butler, Catherine Malabou, etc.

 

The repentance of a bastard (20 décembre 2009)

Abstract : Born spuriously from the union between the son of a well-to-do family and a chambermaid, Violette Leduc finds the means of exerting another kind of authority through autobiographical writing. It’s the incredible authority of a bastard whose poetic strategy takes the form of repentance – the French word “repentir” can both mean “a feeling of guilt” and “the visible modification applied to a painting”. What with its on-the-spot alterations, the repentance of “La Bâtarde” gives the reader a sense of the immense vitality of an existence presenting itself as being at once in-the-wrong, awkward, and adulterated. The interweaving layers of such a text magnify its complexity.
Keywords : autobiographical awkwardness ; genders ; poetic skill ; literary authority ; biographical illegitimacy
Résumé : Née d’une union non reconnue entre un fils de bonne famille et une femme de chambre, Violette Leduc trouve dans l’écriture autobiographique le moyen d’exercer un autre genre d’autorité. C’est l’incroyable autorité d’une bâtarde dont la stratégie poétique prend la forme du repentir, au double sens du sentiment de culpabilité et de la correction apportée à un tableau. Expression d’un re-trait sur le vif, les repentirs de La Bâtarde donnent à lire la vitalité surprenante d’une existence fautive, maladroite, sous rature, dont la tissure du texte magnifie la complexité.
Mots-clés : maladresse autobiographique ; genres ; adresse poétique ; autorité littéraire ; bâtardise biographique

 

Tombeau d’Akhnaton : une pudeur impressionnante (7 mai 2008)

Résumé : Dans son article intitulé « Le cheval de Troie », Monique Wittig définit le travail de l’écrivain comme la recréation d’une vision, « mais il ne s’agit pas de celle des choses mais plutôt de la première vision des mots, dans sa puissance. […] Il faut en passer par un détour, et le choc des mots est produit par leur association, leur disposition, leur arrangement, aussi bien que par chacun d’eux dans son utilisation isolée. Le détour est le travail ». Plus loin, elle ajoute : « c’est dans ce détour que tient toute la littérature ». « Une pudeur impressionnante » s’attachera à mettre à nu ce « travail » des mots en littérature que le roman de Mireille Calle-Gruber intitulé Tombeau d’Akhnaton donne impudiquement à voir. Au point que se surimpressionne à la lecture l’intimité d’une écriture à l’œuvre au fil de la découverte du texte.
Mots-clés : Analyse poétique ; pudeur textuelle ; sujet de l’écriture ; réserve narrative ; genèse de l’humain.
Abstract : In her article entitled "The Trojan’s Horse" Monique Wittig defines the writer’s work as that of a vision recreated "but it is not here a question of things, but rather of a powerful initial vision of words. One approaches it in a roundabout way, and the collison of words is produced through their association, their disposition, their particular order, as well as through their individual use. The work is the detour." Later on she adds : "it’s in this detour that I hold all of literature." "Une pudeur impressionnante" (an awe-inspiring sense of shame) will set out to uncover this "working out" of words in literature, which Mireille Calle-Gruber’s novel, Tombeau d’Akhnaton, shamelessly makes the reader see. To the point where the reader is ovewhelmed upon reading the intimate self-revealing act of writing that develops as the text is being discovered.

 

Eric Frécon

Eric Frécon est post-doctorant à la RSIS (Rajaratnam School of International Studies) à Singapour. Il a déjà effectué de nombreux séjours en Asie du Sud-Est. Il a obtenu le prix « jeune journaliste » de la Fondation Hachette en 2001, a publié notamment "Pavillon noir sur l’Asie du Sud-Est. Histoire d’une résurgence de la piraterie maritime" (L’Harmattan, Coédition IRASEC, 2003).

Athéna au pays de Garuda… La démocratie, vainqueur des élections présidentielles indonésiennes (24 juillet 2009)

Résumé : Dix ans après l’élection de Gus Dur qui scellait l’entrée de l’Indonésie dans l’ère démocratique post-Suharto (1921-2008), le deuxième scrutin présidentiel, universel et direct s’est déroulé sans heurts. Pour la première fois, un mandat a pu être mené à son terme et le président est réélu. L’Indonésie se stabilise enfin, peu à peu. Certes, la gestion d’un archipel de 17.500 îles, dispersées sur une distance équivalent à Londres-Bagdad, abritant plus de 240 millions d’habitants, dont la plus grande population musulmane au monde ainsi que d’innombrables minorités ethniques et linguistiques, relève du défi quotidien.

 

Abol Froushan

Green Trilogy (1er juillet 2009)

Resurrection : Angel of Freedom
Bloodstains : Nedas
Forehead beaten in : Shooting Stars

 

Josef Fulka

Les politiques de la différence selon Derrida (27 septembre 2006)

Résumé : Les péripéties complexes de la réception du programme philosophique que Jacques Derrida mettait en oeuvre depuis la fin des années soixante, le programme connu sous le nom de la déconstruction, restent inséparable d’une certaine accusation, soulevée contre lui surtout dans le contexte anglo-saxon, à savoir l’accusation d’un relativisme et, par voie de conséquence, l’accusation d’irresponsabilité (érigée, prétend-on, en principe philosophique). Une telle accusation, tout en étant injustifiée (comme on va essayer de le démontrer), n’est pas, néanmoins, tout-à-fait illogique.

 

Pierre-Raphaël Gac

La Patagonia sin represas. Entrevista con Hernán Sandoval, cofundador de « Patagonia Sin Represas » (11 février 2014)

Resumen : Tras la fundación de Patagonia sin Represas en 2007, asociación creada por Hernán Sandoval (ex embajador en Francia, Presidente de la ONG Chile Ambiente y decano de la Universidad de las Américas) para oponerse a la devastación de la Patagonia chilena por las multinacionales de la electricidad, una verdadera conciencia ecológica se ha desarrollado en Chile. Gracias también al apoyo internacional, en el cual ha participado Sens Public, los chilenos han conseguido detener el proyecto HydroAysén, que implicaba la construcción de inmensas represas destinadas a rapiñar una de las reservas de agua dulce más importantes del planeta. El nuevo gobierno de Michelle Bachelet, quien acaba de derrotar por segunda vez a los neo-pinochetistas del ahora ex-presidente Piñera, afirma que el proyecto no es realizable en su estado actual ni viable políticamente. Sin embargo la lucha de los ecologistas continúa pues, como Hernán Sandoval previene, « el capital está preparado para esperar durante años para imponerse… ».
Résumé : Depuis la fondation de Patagonia sin Represas (Patagonie sans barrages) en 2007, association créée par Hernán Sandoval, Président de l’ONG Chile Ambiente, ancien Ambassadeur en France et actuel Doyen de l’Universidad de las Américas à Santiago, afin de s’opposer à la dévastation de la Patagonie par les multinationales de l’électricité, une véritable conscience écologiste s’est développée au Chili. Grâce aussi à l’appui international -dont celui de Sens Public- les Chiliens ont réussi à arrêter le projet HydroAysén qui prévoyait la construction d’immenses barrages destinés à piller l’un des réservoirs d’eau douce le plus important de la planète. Le nouveau gouvernement de Michelle Bachelet, récemment élue en battant pour la deuxième fois les néo-pinochétistes de l’ex-président Piñera, affirme que le projet HydroAysén n’est pas viable en l’état. La lutte des écologistes continue car, comme Hernán Sandoval le souligne dans notre entretien, « le capital est prêt à patienter pendant des années pour arriver à ses fins... ».

 

La Patagonie sans barrages. Entretien avec Hernán Sandoval, co-fondateur de « Patagonia sin Represas » (12 février 2014)

Résumé : Depuis la fondation de Patagonia sin Represas (Patagonie sans barrages) en 2007, association créée par Hernán Sandoval, Président de l’ONG Chile Ambiente, ancien Ambassadeur en France et actuel Doyen de l’Universidad de las Américas à Santiago, afin de s’opposer à la dévastation de la Patagonie par les multinationales de l’électricité, une véritable conscience écologiste s’est développée au Chili. Grâce aussi à l’appui international -dont celui de Sens Public- les Chiliens ont réussi à arrêter le projet HydroAysén qui prévoyait la construction d’immenses barrages destinés à piller l’un des réservoirs d’eau douce le plus important de la planète. Le nouveau gouvernement de Michelle Bachelet, récemment élue en battant pour la deuxième fois les néo-pinochétistes de l’ex-président Piñera, affirme que le projet HydroAysén n’est pas viable en l’état. La lutte des écologistes continue car, comme Hernán Sandoval le souligne dans notre entretien, « le capital est prêt à patienter pendant des années pour arriver à ses fins... ».
Resumen : Tras la fundación de Patagonia sin Represas en 2007, asociación creada por Hernán Sandoval (ex embajador en Francia, Presidente de la ONG Chile Ambiente y decano de la Universidad de las Américas) para oponerse a la devastación de la Patagonia chilena por las multinacionales de la electricidad, una verdadera conciencia ecológica se ha desarrollado en Chile. Gracias también al apoyo internacional, en el cual ha participado Sens Public, los chilenos han conseguido detener el proyecto HydroAysén, que implicaba la construcción de inmensas represas destinadas a rapiñar una de las reservas de agua dulce más importantes del planeta. El nuevo gobierno de Michelle Bachelet, quien acaba de derrotar por segunda vez a los neo-pinochetistas del ahora ex-presidente Piñera, afirma que el proyecto no es realizable en su estado actual ni viable políticamente. Sin embargo la lucha de los ecologistas continúa pues, como Hernán Sandoval previene, « el capital está preparado para esperar durante años para imponerse… ».

 

Roberto Gac

Roberto Gac est né en 1941 à Santiago du Chili. Après des études de Philosophie, de Médecine et une spécialisation en psychiatrie, il devient psychiatre au Chili et aux Etats-Unis avant d’abandonner sa profession en 1968. Ses premières publications sont en espagnol : une thèse sur le parricide, un essai sur Hegel, une pièce de théâtre "Oedipe Rouge". Son installation en France, en 1969, détermine progressivement l’adoption de la langue française et il prend la nationalité française en 1990. Il est l’auteur notamment d’une pentalogie, "Les Phases de la Guérison" comprenant cinq titres : "Le Baptême", "Le Rêve", "Portrait d’un psychiatre incinéré", "La Guérison", "La Société des Hommes Célestes".

"La Clameur de l’eau" (8 août 2012)

Peu de Français, d’Européens, y compris d’Espagnols des nouvelles générations, savent que la Guerre Civile déclenchée par l’assaut de Franco contre la République en 1936 ne s’arrêta pas après la bataille de l’Ebro et la débâcle de l’armée républicaine en Catalogne en 1939, mais beaucoup plus tard, au début des années 50. En effet, la fin de la guerre entre les armées régulières fut suivie de la « guerre des maquisards », aussi cruelle que souterraine et ténébreuse. Ce sont ces ténèbres que José Giménez Corbatón (...)

 

"Something is wrong" dijo el Indio Huenchuyán (24 novembre 2007)

Esta novela de Roberto Gac cuenta la historia del indio Huenchuyán, de la región austral de Chile.

 

"Something is wrong" dit l’Indien Huenchuyán (24 novembre 2007)

Cette nouvelle de Roberto Gac raconte l’histoire de l’Indien Huenchuyán, mapuche de la région australe du Chili.

 

A propos du Théâtre. Entretien avec José Valverde (8 mars 2006)

Résumé : José Valverde s’appuie sur une conception du théâtre populaire misant sur la communion des classes sociales rassemblées pour l’événement théâtral. Pour lui, la vocation première du théâtre est de provoquer le public à réfléchir en montrant les contradictions de la société et en réduisant les conflits sociaux à des « conflits de mots », cette réduction attestant la fonction unificatrice du théâtre. Le théâtre et les changements culturels sont les moteurs de l’évolution sociale, et, si le théâtre est un divertissement, le réduire à cette seule dimension constitue une dérive provoquée par « l’affaiblissement du sentiment d’appartenance collective à des valeurs ». Il insiste sur le rôle essentiel joué par « nous » les Européens « qui avons apporté tant de progrès à l’humanité, tout particulièrement dans notre conception des valeurs qui nous sont communes, mais qui avons aussi apporté tant de douleurs et de sang versé ». Il conclut sur « l’idéal de nos guerriers de la civilisation du 20e siècle qui doit être de conquérir un monde de paix et de fraternité ». Lady Europe est une mise en mots des différents points de vue sur la question de l’Europe, et a comme objectif de faire avancer le débat sur la question.
Mots clés : Europe – théâtre – citoyen – appartenance collective

 

A proposito de la Patagonia Chilena. Entrevista con Hernán Sandoval (23 février 2009)

Resumen : La Patagonia chilena, una de las regiones más bellas del hemisferio sur y donde se encuentran algunas de las más importantes reservas de agua dulce del mundo, está en peligro de verse progresivamente devastada por el apetito fraudulento de las compañías multinacionales de la producción eléctrica. Dos grandes ríos – el Baker y el Pascua – esenciales para el equilibrio hídrico de la región, serán desnaturalizados con gigantescas represas proyectadas por Endesa España y sus socios chilenos, quienes obtuvieron las concesiones de explotación poco antes del término del régimen de Pinochet. Contrariamente a lo que ellos afirman, Chile no necesita destruir la naturaleza para producir electricidad. En efecto, como nos lo señala el Dr. Hernán Sandoval, con un vasto y detallado análisis ecológico de la situación, los numerosos ríos cordilleranos de la zona central y norte del país permitirían – gracias al fuerte y rápido declive entre la cordillera de los Andes y el Océano Pacífico – la construcción de mini represas que, en conjunto, producirían tanta o más energía que las mega represas, pero sin devastación natural. Esto sin contar con otras fuentes de energía como la geotérmica, muy prometedora en un país que cuenta con 10% de los volcanes activos del planeta...
Résumé : La Patagonie chilienne, une des régions les plus belles de l’hémisphère sud, où l’on trouve quelques-unes des plus importantes réserves d’eau douce au monde, est en danger d’être progressivement dévastée par l’appétit frauduleux des compagnies multinationales de l’énergie électrique. Deux grands fleuves – le Baker et le Pascua – essentiels à l’équilibre hydrique de la région, seraient dénaturés par de gigantesques barrages prévus par Endesa-Espagne et ses associés chiliens qui, peu avant la fin du régime de Pinochet, avaient obtenu la concession de l’exploitation. Contrairement à ce qu’ils affirment, le Chili n’a pas besoin de détruire la nature pour produire de l’électricité. En effet, comme le démontre le docteur Hernán Sandoval avec son analyse environnementale approfondie et détaillée, les nombreux fleuves de la zone centrale et nord du pays permettraient – grâce à la forte déclivité qu’il y a entre les Andes et l’Océan Pacifique – la construction de mini-barrages qui, ensemble, produiraient autant d’énergie que les méga-barrages, mais sans aucun dommage pour la nature. Ceci, sans compter avec d’autres sources d’énergie comme la géothermie, très prometteuse dans un pays qui compte 10% des volcans actifs de la planète…

 

Au sujet de la Patagonie chilienne. Entretien avec Hernán Sandoval (23 février 2009)

Résumé : La Patagonie chilienne, une des régions les plus belles de l’hémisphère sud, où l’on trouve quelques-unes des plus importantes réserves d’eau douce au monde, est en danger d’être progressivement dévastée par l’appétit frauduleux des compagnies multinationales de l’énergie électrique. Deux grands fleuves – le Baker et le Pascua – essentiels à l’équilibre hydrique de la région, seraient dénaturés par de gigantesques barrages prévus par Endesa-Espagne et ses associés chiliens qui, peu avant la fin du régime de Pinochet, avaient obtenu la concession de l’exploitation. Contrairement à ce qu’ils affirment, le Chili n’a pas besoin de détruire la nature pour produire de l’électricité. En effet, comme le démontre le docteur Hernán Sandoval avec son analyse environnementale approfondie et détaillée, les nombreux fleuves de la zone centrale et nord du pays permettraient – grâce à la forte déclivité qu’il y a entre les Andes et l’Océan Pacifique – la construction de mini-barrages qui, ensemble, produiraient autant d’énergie que les méga-barrages, mais sans aucun dommage pour la nature. Ceci, sans compter avec d’autres sources d’énergie comme la géothermie, très prometteuse dans un pays qui compte 10% des volcans actifs de la planète…
Resumen : La Patagonia chilena, una de las regiones más bellas del hemisferio sur y donde se encuentran algunas de las más importantes reservas de agua dulce del mundo, está en peligro de verse progresivamente devastada por el apetito fraudulento de las compañías multinacionales de la producción eléctrica. Dos grandes ríos – el Baker y el Pascua – esenciales para el equilibrio hídrico de la región, serán desnaturalizados con gigantescas represas proyectadas por Endesa España y sus socios chilenos, quienes obtuvieron las concesiones de explotación poco antes del término del régimen de Pinochet. Contrariamente a lo que ellos afirman, Chile no necesita destruir la naturaleza para producir electricidad. En efecto, como nos lo señala el Dr. Hernán Sandoval, con un vasto y detallado análisis ecológico de la situación, los numerosos ríos cordilleranos de la zona central y norte del país permitirían – gracias al fuerte y rápido declive entre la cordillera de los Andes y el Océano Pacífico – la construcción de mini represas que, en conjunto, producirían tanta o más energía que las mega represas, pero sin devastación natural. Esto sin contar con otras fuentes de energía como la geotérmica, muy prometedora en un país que cuenta con 10% de los volcanes activos del planeta...

 

Bakhtine, le roman et l’intertexte (15 décembre 2012)

Résumé : La théorie du roman du savant russe Mikhaïl Bakhtine (1895 – 1975) représente, d’après la plupart des spécialistes, l’analyse la plus profonde jamais réalisée sur l’évolution du genre depuis sa naissance dans l’Antiquité (Bakhtine dixit) jusqu’à nos jours. Toutefois, la puissance de la pensée de Bakhtine et son extraordinaire érudition ne l’empêchèrent pas de tomber dans le proton pseudos qui fragilise sa théorie : l’amalgame entre "littérature narrative"et la forme "roman", celui-ci n’étant qu’un genre de la narrative, genre connu comme tel seulement à partir du 12e siècle. C’est ce proton pseudos (souvent présent au départ des grandes théories scientifiques et philosophiques, presque comme un témoin occulte de réfutabilité et donc, de scientificité), qui ouvre la voie à une autre vision de la littérature et à la définition d’un nouveau genre narratif post-romanesque – l’intertexte – dont la gestation est directement tributaire de la "révolution cybernétique".
Resumen : Los estudios sobre la novela del sabio ruso Mikhaïl Bakhtine (1895 – 1975) constituyen, según la mayoría de los especialistas, el análisis más profundo jamás realizado sobre la evolución del género desde su nacimiento en la Antigüedad (afirma Bakhtine) hasta nuestros días. Sin embargo, la potencia del pensamiento de Bakhtine y su extraordinaria erudición no le impidieron caer en el proton pseudos que fragiliza su teoría : la amalgama entre "literatura narrativa"y la forma "novela", simple género narrativo conocido en cuanto tal solamente a partir del siglo 12. Es este proton pseudos (a menudo presente en el comienzo de las grandes teorías científicas y filosóficas como un testigo oculto de refutabilidad y, por lo tanto, de cientificidad de las mismas) lo que abre una vía a otra visión de la literatura y a la definición de un nuevo género narrativo post-novelesco -el Intertexto- cuya gestación es directamente tributaria de la "revolución cibernética".

 

Braun-Vega, maître de l’interpicturalité (25 janvier 2007)

Si les mots "interpictural", "interpicturalité" n’existaient pas (comme les mots "intertextuel","intertextualité" n’existaient pas avant 1960), l’œuvre de Herman Braun-Vega, peintre né à Lima en 1933, serait là pour les rendre nécessaires. Deux expositions réunissant une partie importante de la production de cet artiste ont eu lieu à Paris en 2002 (Galerie du Centre et Maison de l’Amérique latine), suivies d’une troisième au début de l’année 2003 à l’Université Catholique de Lima et, récemment, d’une autre au Carrousel du Louvre (Art-Paris, septembre 2003). La série spectaculaire de ses tableaux peints à partir des années cinquante, confirme que la "beauté" - celle laissée en héritage par les grands maîtres de jadis - est encore présente dans l’art d’aujourd’hui et cela par la magie d’un peintre métis hors du commun.

 

Diez escritores españoles reunidos por José Giménez Corbaton (14 juillet 2007)

« Liminaris » : en latín popular, « relativo al umbral ». Este es uno de los términos que designan al grupo de diez escritores españoles reunidos por José Giménez Corbatón en el momento de franquear el umbral de Sens Public. Todos ellos, venidos de diversas regiones de España, pero con vínculos privilegiados con Aragón y su capital, Zaragoza, son ya conocidos o reconocidos, criticados y celebrados. Pero, más allá de sus carreras individuales, de sus éxitos personales, tienen una característica que les es (...)

 

Éditorialisation et littérature (18 mars 2016)

Résumé : Depuis sa création, Sens public est apparu dans le champ des médias comme une structure à l’avant-garde de changements décisifs pour l’évolution de la société contemporaine. Son fonctionnement a permis que des démarches culturelles synergiques puissent coïncider en son sein, donnant lieu à « un réseau d’intelligences » qui s’élève au-dessus des lourdeurs institutionnelles surannées. C’est ainsi que des phénomènes comme l’éditorialisation et l’intertexte, nettement avant-gardistes, ont pu se rejoindre tout en multipliant leur potentiel de développement, aussi bien dans le monde de la communication que dans celui de la littérature.

 

Gurdjieff, écrivain (6 octobre 2016)

Résumé : Gurdjieff, le fondateur de l’Institut pour le Développement Harmonique de l’Homme (1923), aujourd’hui remplacé par l’Institut Gurdjieff de Paris, arrêta toutes ses activités pour se consacrer pendant dix ans à une seule tâche : écrire. Cet article analyse son parcours et sa condition d’écrivain.

Mots-clés : Gurdjieff, spiritualisme, ésotérisme, littérature, autoédition.

Abstract : Gurdjieff, founder of the Institut pour le Développement Harmonique de l’Homme (1923), now replaced by the Institut Gurdjieff de Paris, stopped all his activities to dedicate himself to one task during ten years : write. This article analyses his career and his writer status.

Keywords : Gurdjieff, spiritualism, esotericism, literature, self-publishing.

 

L’Ecole anormale (18 mai 2006)

Résumé : En ces temps de manifestations estudiantines contre le CPE du premier ministre Villepin, la projection officielle du film La Cité des normaliens du jeune cinéaste Yann Kilborne, devient particulièrement illustrative des problèmes posés par l’éducation en France. Présenté comme un simple documentaire, le film offre une vision surprenante de ce que fut la mise en route de la nouvelle École Normale Supérieure à Lyon. (Photo extraite du film)

 

L’intertexte collectif de Belles Latinas 2004 (25 février 2005)

Résumé : "L’idée de départ était d’offrir au public de cette rencontre littéraire, la possibilité non seulement d’écouter les écrivains invités, mais aussi d’écrire. En effet, parmi le public qui assiste à ce type de rencontres, maints participants aiment la littérature au point de vouloir devenir écrivains eux-aussi. Ou, en tout cas, de pratiquer l’écriture en tant que moyen privilégié de la communication humaine (...)"

 

La dépression du sénior (12 février 2008)

Depuis l’Antiquité, la dépression est l’une des maladies de la psyché à la fois la plus connue et la plus redoutée pour l’être humain. Très étudiée par les médecins, les psychologues, les philosophes et même les écrivains (le « spleen » poétisé par Baudelaire est devenu célèbre), nous pouvons aborder la dépression sous de nombreux angles d’observation différents, notamment par le biais de la neurobiochimie et de la neurophysiologie. L’activité des neurotransmetteurs dans les synapses neuronales est aujourd’hui clairement identifiée et nous permet de mieux comprendre l’action, par exemple, des médicaments antidépresseurs. Or, ce n’est pas à partir de cet angle, purement chimique, ni non plus sous l’angle strictement clinicien que nous analyserons la dépression (la psychiatrie reconnaît une bonne dizaine de tableaux cliniques), mais nous parlerons spécifiquement de la « dépression du senior » et cela d’un point de vue plutôt « existentiel ». Comment cette maladie naît-elle et s’enracine-t-elle dans l’existence humaine ?

 

La Société des Hommes Célestes (17 février 2006)

Ce Faust d’un genre nouveau transgresse les limites du roman traditionnel. Cette expérience s’appuie sur le nouveau style d’écriture et d’édition développé par Sens Public. Fondée sur l’écriture électronique et sa transmission par Internet, l’édition papier constitue moins la source que le prolongement naturel de cette aventure. Roberto Gac livre ici un intertexte constellé de citations des innombrables Faust qui ont suivi la parution de la légende faustienne au XVIe siècle. Le volume s’enrichit d’une couverture originale composée par Herman Braun-Vega à partir de son tableau « A Quiet Sunday in Central Park ».

 

Les rentrées littéraires et Madame Filippetti, Ministre de la Culture et romancière (21 janvier 2014)

« On n’ose point dire les choses comme elles sont. Ni l’opposition ni le Ministère n’écrivent l’Histoire. » Balzac. Monographie de la Presse parisienne. Comme le veut la tradition, les nouvelles rentrées littéraires 2013-2014 ont ouvert les portes au déferlement de centaines de romans français et étrangers, sorte de tsunami romanesque relayé bruyamment par les médias. Un demi millier de titres en septembre 2013, autant en janvier 2014. La tradition veut aussi que les critiques s’étonnent du peu de (...)

 

Manifeste pour une nouvelle littérature (25 février 2005)

Chers amis, Le hasard, dont on dit qu'il est divin, m'a mis en rapport avec vous à Paris, au début de cette année 2005. De vous, je sais peu de choses, sauf que vous faites partie de ce que je considère comme l'élite de l'Université française. Jadis, lorsque j'étais moi-même étudiant au Chili -pays où je suis né- mon rêve, comme celui de tant d'autres étudiants à travers le monde, était de vivre et d'étudier à Paris, de suivre les cours de la légendaire Sorbonne ou des (...)

 

Réflexions sur Sartre et les chemins de la littérature (12 août 2017)

Résumé : Le rayonnement de la pensée de Sartre était déjà planétaire au milieu du 20e siècle et atteignait des pays aussi lointains de l’Europe que le Chili, à une époque ou les moyens de communication et les transports étaient encore précaires en comparaison à ce qu’ils sont devenus aujourd’hui. Cet essai, qui s’appuie surtout sur la pensée littéraire de celui qui est considéré en Amérique latine comme le plus grand penseur français contemporain, témoigne de l’influence sartrienne et de son résultat, parfois antithétique, dans Les Phases de la Guérison, œuvre qui débute et se développe grâce à des ouvrages qui vont de La Nausée jusqu’à L’Idiot de la famille, passant par les Carnets de Guerre, Les Chemins de la Liberté, L’Être et le Néant, Réflexions sur la question juive, etc. L’existentialisme n’est peut-être plus "à la mode", mais l’exemple de Sartre et de sa quête de liberté et d’authenticité est parfaitement vivant et plus nécessaire que jamais.

Mots clés : Sartre, La Nausée, Heidegger, existentialisme, roman, intertexte, drôle de guerre.

Resumen : La influencia del pensamiento de Sartre ya era mundial a mediados del siglo 20 y alcanzaba países tan lejanos de Europa como Chile en una época cuando los medios de comunicación y los transportes eran todavía precarios comparados con lo que son hoy día. Este ensayo, que se apoya sobre todo en el pensamiento literario de quien es considerado en América Latina como el más importante de los pensadores franceses contemporáneos, muestra la influencia sartriana y su resultado, a veces antitético, en Las Fases de la Curación, pentalogía que se inicia y desarrolla gracias a obras que van desde La Náusea hasta El idiota de la familia, pasando por los Carnets de guerra, Los Caminos de la libertad, El Ser y la Nada, Reflexiones sobre la cuestión judía, etc. El existencialismo ya no está "de moda", pero el ejemplo de Sartre y su búsqueda de libertad y de autenticidad sigue perfectamente vivo y más necesario que nunca.

Palabras claves : Sartre, La Náusea, Heidegger, existencialismo, novela, intertexto, guerra.

 

Rencontre entre Sens Public et le peintre Braun-Vega au château de Valderrobres (25 janvier 2007)

Les 14, 15 et 16 juillet 2006, une délégation de l’association Sens Public conduite par Gérard Wormser s’est rendue en Espagne pour assister à l’inauguration d’une importante rétrospective du peintre Herman Braun-Vega dans le château de Valderrobres, petite ville du Bajo Aragón située entre Teruel et Barcelone. Cette rencontre fut l’aboutissement d’une série de contacts établis à Paris entre Sens Public et l’artiste péruvien. Ingeburg Lachaussée, Madeleine Valette-Fondo, Yann Kilborne, faisaient partie du groupe, ainsi que le peintre français Maurice Matieu, dont quelques travaux illustrent les livres publiés par Sens Public, notamment ceux consacrés à Sartre.

 

René Daumal et l’enseignement de Gurdjieff (3 février 2016)

Résumé : René Daumal, auteur du célèbre Mont Analogue, suivit l’enseignement gurdjieffien entre 1932 et 1944, année de sa mort. Il fut emporté par la tuberculose à l’âge de 36 ans laissant son œuvre littéraire inachevée. Cette note de lecture sur l’ouvrage collectif rédigé par quelques élèves de l’Institut Gurdjieff de Paris, met en relief la recherche, à la fois poétique et spirituelle, de René Daumal. L’article n’étant pas un essai, mais une simple note de lecture, le lecteur trouvera en bas de page l’accès, dûment signalé, aux références sur l’œuvre et la vie de l’écrivain, répertoriées minutieusement dans le livre publié par « Le Bois d’Orion ».

Mots-clés : Gurdjieff, Daumal, Salzmann, Freud, Breton, surréalisme, théâtre, Peter Brook.

 

Une lecture de Riflessione e trascendenza. Itinerari a partire da Levinas (de Marcello Vitali Rosati) (2 novembre 2015)

Résumé : Dans un texte rédigé en italien, Marcello Vitali Rosati analyse la pensée d’Emmanuel Lévinas d’un point de vue logique. La distance prise par Lévinas face à l’ontologie et à la logique formelle contraint l’auteur à développer sa propre « logique de la transcendance », en s’appuyant, entre autres, sur la « logique de l’Inconscient », explorée dans la deuxième moitié du XXe siècle par le psychiatre et psychanalyste Ignacio Matte Blanco.

 

Ingrid Galster

Ingrid Galster est professeur des universités de littératures romanes à la retraite (Université de Paderborn, Allemagne). Elle a publié ou dirigé cinq livres sur Sartre (Seuil, La Découverte, PUR, L’Harmattan) et trois livres sur Beauvoir (Tallandier, PUPS, Champion) et collaboré à l’édition du théâtre de Sartre dans la Bibliothèque de la Pléiade.

Des femmes d’intellectuels et des femmes intellectuelles (17 octobre 2013)

Si, grâce à Michelle Perrot et d’autres historiennes, la perspective du genre a été introduite dans l’historiographie française, c’est encore très peu le cas pour l’histoire des intellectuels. La pionnière en cette matière est l’historienne Nicole Racine, auteure récemment décédée de nombreux travaux sur l’histoire politique, avec le collectif Intellectuelles. Du genre en l’histoire des intellectuels qu’elle a publié en 2004 avec Michel Trebitsch et qui couvre la période de la Renaissance jusqu’à nos jours. (...)

 

Gerassi, ventriloque de Sartre (27 mars 2013)

Quand ses parents voulaient s’entretenir avec Sartre et Beauvoir, ils l’attachaient au pied d'une table de café : cette anecdote, le politologue américain John Gerassi, né en 1931 en France, la raconte volontiers lors de colloques. Beauvoir avait fait la connaissance de sa mère d’origine ukrainienne au cours des années vingt dans la famille de son amie Zaza où elle travaillait comme jeune fille au pair. Avec le père, un peintre, elle eut l’un des rares one night stands qu’elle se permit. Sartre (...)

 

Relire Beauvoir. "Le Deuxième Sexe" soixante après (30 octobre 2013)

Résumé : La présente étude, issue d’un colloque sur « Feminisms Revisited » (Fribourg-en-Brisgau, 2010), fait le point sur l’importance et la fonction du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir 60 ans après sa parution. Après un aperçu de l’œuvre, beaucoup citée mais peu lue dans son intégralité, ainsi que de sa genèse, on expose ce qui était nouveau en 1949, on décrit sa réception par les féministes nordaméricaines et par Cixous, Irigaray et Kristeva, on précise comment Judith Butler et les féministes de l’ainsi-dite « Third Wave » l’ont lue et l’on prend position par rapport à la thèse d’une Beauvoir prétendument postmoderne et à un courant qui révendique, pour Beauvoir, une philosophie indépendante de celle de Sartre. Pour finir, on jette un regard sur Le Deuxième Sexe tel qu’il apparaît aujourd’hui dans le débat public en France.
Mots-clés : Le Deuxième Sexe – Simone de Beauvoir – Jean-Paul Sartre – Kate Millett – Hélène Cixous – Luce Irigaray – Julia Kristeva – Judith Butler – Third Wave – parité – Élisabeth Badinter – Sylviane Agacinski.
Abstract : The present study comes out of a conference, « Feminisms Revisited » (University of Freiburg im Breisgau, Germany, 2010), and provides an overview of the importance and function of Simone de Beauvoir’s Second Sex 60 years after it first appeared in Paris. Following a brief glance at what the book, often cited but rarely read in its entirety, is about and its genesis, the study looks at what was new in 1949 and its reception by North American feminists as well as by Cixous, Irigaray, and Kristeva. Then Judith Butler‘s and the so-called Third Wave feminists‘ analysis is discussed. The author comments on the argument of a supposedly postmodern Beauvoir as well as that of Beauvoir as the creator of a philosophy independent from Sartre’s, defended by some scholars. Lastly, the article sheds light on how The Second Sex is seen today in the French public debate.

 

Women of intellectuals and intellectual women (11 novembre 2014)

While Michelle Perrot and other historians introduced the gender perspective into the French historiography, this is hardly the case in the history of intellectuals. The pioneer in this area is the historian Nicole Racine, recently deceased author of numerous works on political history, with the collective Intellectuelles. Du genre en l’histoire des intellectuels that she published in 2004 with Michel Trebitsch and which covers the period from the Renaissance up to the present day. She also (...)

 

Gwen Garcia

Les Saules pleureurs (31 octobre 2007)

Résumé : À partir du mois d’octobre 2003, j’ai commencé un petit carnet dans lequel je consignais impressions et sensations suscitées par mon état de profond désespoir, ma grosse dépression - je ne vois pas pourquoi je m’interdirais d’user du terme médical -, ou le(s) caractérisant. Ce qui a motivé le commencement de ce carnet était notamment le texte de Clément Rosset, Route de nuit. Route de nuit est considéré, d’après ce que j’ai pu lire çà et là, comme remarquable en ce qu’il retranscrirait avec une acuité particulière l’état dépressif, en ce que Rosset y ferait montre d’une qualité d’auto-observation qui ne serait pas évidente au cœur de la dépression. Or je ne me suis pas du tout reconnu dans le texte de Rosset.

 

Marie-Carmen Garcia

Marie-Carmen Garcia est docteur en sociologie, maître de conferences à l’Université Lumière-Lyon 2. Elle est spécialiste du genre et des institutions. Elle mène actuellement une recherché sur les relations extra-conjugales durables et participe à une recherche sur les violences liées au genre en milieu scolaire.

Marie-Carmen Garcia has a doctorate in sociology, lecturer at the University Lumière-Lyon 2. She is a specialist of gender and institutions. She is currently conducting research on extramarital relationships sustainable and participating in research on gender violence in schools.

Sexualité et société (15 avril 2011)

Le Musée des Confluences du département du Rhône a entrepris en 2009 un cycle de conférences publiques, avec la participation de Sens Public, en partenariat avec le Théâtre de la Renaissance d’Oullins, dont le directeur Jean Lacornerie développe un programme centré sur l’expression musicale. La création en décembre 2010 d’un spectacle, "La Courtisane amoureuse et autres contes (grivois)", fut l’occasion d’un débat centré sur la provenance des multiples tabous entourant le corps et ses plaisirs, ainsi que sur l’importance de la part de l’héritage historique, de l’éducation et des troubles individuels . Nous en proposons ici la retranscription.

 

Hall Gardner

Hall Gardner is professor and chair of the Department of International Affairs and Politics at the American University of Paris. He completed both his M.A. (1982) and PhD. (1987) at the Johns Hopkins Paul H. Nitze School of Advanced International Studies (SAIS). He taught at the Johns Hopkins-SAIS-Nanjing University Center for Chinese and American Studies (1988-89) and at Johns Hopkins SAIS-Washington (1989-90) before coming to the American University of Paris in 1990.

With a focus on preventing major power conflict, his publications include, Dangerous Crossroads : Europe, Russia and the Future of NATO (Westport, CT : Praeger, 1997) ; Surviving the Millennium : American Global Strategy, the Collapse of the Soviet Empire, and the Question of Peace (Westport, CT : Praeger, 1994). He is editor of, and contributor to, NATO and the European Union : New World, New Europe, New Threats (Ashgate, 2004) ; The New Transatlantic Agenda : Facing the Challenges of Global Governance (London : Ashgate, September 2001) ; and Central and Southeastern Europe in Transition : Perspectives on Success and Failure (Westport, CT : Praeger, 2000)

He spoke at the NATO 50th Anniversary Academic Conference held in Brussels and Bonn in May 1999 and at the Atlantic Council conference held in Slovenia in October 2001. He organized (and spoke at) the conference NATO and the European Union : New World, New Europe, New Threats held at the French Senate in December 2001. He was invited by Mikhail Gorbachev to speak on the topic "Transcending the New Global Disequilibrium" at the World Political Forum (founded by Mikhail Gorbachev, Bill Clinton and the former president of Brazil, Fernando Henrique Cardoso) held in Torino, Italy, in October 2003. Excerpts from his speech appear in Agenda 2003, published by The World Political Forum and in the WPF documents area, http://www.theworldpoliticalforum.org /b1.php ?id=9. He organized the Second Annual Presidential Conference of the American University of Paris, held at UNESCO, May 26, 2004, and spoke on the topic, "From the Egyptian Crisis of 1882 to Iraq of 2003 : Alliance Ramification of the British and American Bids for World Hegemony."

From the Egyptian Crisis of 1882 to Iraq of 2003 (28 février 2005)

This article compares and contrasts the alliance ramifications of the U.S. decision to "go to Baghdad" in 2003 with both the British intervention/occupation of Egypt in 1882 and the British intervention/occupation of Iraq in 1920.

 

World Hegemony and its Aftermath (28 février 2005)

The basic concept of the conference, World Hegemony and its Aftermath, held at UNESCO on Wednesday May 26 2004, was to examine where the new American bid for hegemony might be leading, and what kinds of options are available to deal with the contemporary global crisis. The essential intent of the conference was to develop an interdisciplinary approach that would attempt to provide some linkage between the international political economic and global geo-strategic perspectives. The hope was to provide a long-term historical vision of where hegemony has been and where it might be going, hence the decision to include "aftermath" in the title, in the assumption that the American quest for "world hegemony" may ultimately, at some point, come to an end, as has that of previous empires in history.

 

Steve Garner

Steve Garner is a Sociologist working at Aston University (Birmingham), UK. He did his PhD at université Paris IV-Sorbonne, and has worked in France, Ireland and England. He has published articles on immigration, racism, class and white identities in Ireland, the Caribbean and Britain in Sociology, Patterns of Prejudice, Race-Ethnicity and Parliamentary Affairs, among others. His books include ’Whiteness : an introduction’ (Routledge), ’Racisms’ (Sage), and ’White Identities : a critical sociological approach’ (Pluto). Over the past six years, he has been carrying out a series of funded qualitative research projects about white identities in provincial England.

The entitled nation : how people make themselves white in contemporary England (1er mars 2010)

Abstract : The way ‘race’ shapes the lives of the ethnic majority (i.e. white Europeans) has not been a major focus of sociological research. Our findings, drawn from extensive interviews are that middle and working-class white Britons share concerns about resource allocation and perceived cultural threats, which express themselves in racialised discourse. However, the concerns are often articulated through classed experiences, and revolve around feelings of entitlement. These feelings link people who are socially and economically under-privileged to those who are much wealthier in economic and cultural capital. In the imaginary ‘hierarchy of entitlement’ people are sorted according to the contribution made, so those seen as newcomers (principally non-white immigrants) as well as those white locals who do not contribute are placed at the bottom.
Keywords : whiteness ; class ; England ; immigration ; attitudes ; race

 

Gérald Garutti

Normalien, agrégé de lettres modernes, Gérald Garutti est dramaturge et metteur en scène. Conseiller littéraire et dramaturge du Théâtre National Populaire, il dirige le département Arts et Humanités à l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT, ex-Rue Blanche). Après avoir enseigné aux Universités de Nanterre, Cambridge et Chicago, il est maître de conférences à Sciences Po Paris. Il a notamment publié Le Procès. Franz Kafka et Orson Welles. Il a mis en scène, en anglais, Roberto Zucco de Koltès, Richard III de Shakespeare, et The Fall of the House of Usher de Poe/Berkoff. Il est dramaturge du Par-dessus bord de Michel Vinaver mis en scène en 2008 par Christian Schiaretti au TNP et au Théâtre National de La Colline au printemps 2008.

Les élections locales de mai 2006 en Angleterre : un révélateur de l’échec du New Labour (25 mai 2006)

Résumé : Gérald Garutti propose ici un bilan de la gouvernance britannique de Tony Blair après analyse de l’élection locale de mai 2006, dont il fait un moment symbolique.

 

Sartre : écriture et engagement (15 décembre 2007)

Résumé : La question Sartre reste brûlante. Témoin, le passionnant colloque tenu cet été au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle. Sartre y faisait retour pour la troisième fois. En 1926, le jeune normalien nietzschéen y était invité à un débat sur la spiritualité ; dans le hall du château, sur une photo où il pose à genoux en une prière inversée, son ironie pointe encore. En 1979, un an avant sa mort, le contemporain capital s’y voyait consacrer une première décade, remarquable. Enfin, organisé en 2005 par Michel Rybalka et Michel Sicard, le colloque intitulé “Sartre : écriture et engagement” aura marqué par son excellence : nombre et qualité des participants (dont Michel Contat, Dominique Desanti, Maurice de Gandillac, Jacques Lecarme, Bernard-Henri Lévy, Olivier Todd, Pierre Verstraeten...), rayonnement international des meilleurs spécialistes (Allemagne, Belgique, Brésil, Canada, Corée, Etats-Unis, Italie, Japon, Royaume-Uni...), vitalité de la recherche (40 interventions), richesse des perspectives (historiques, politiques, philosophiques, littéraires, esthétiques...), intensité des débats... De ces échanges très denses, voici un compte-rendu forcément partiel (pardon aux absents) et délibérément subjectif (pardon aux présents), ne pouvant hélas citer ni tout ni tous, et n’engageant donc nul autre que son auteur.
Abstract : The question on Sartre remains heated. Témoin, the passionate symposium held this summer at the International Cultural Center of Cerisy-la-Salle, which was Sartre’s third visit there. In 1926, the young Nietzschien normalien (student of the École Normale Supérieure) had been invited for a debate on spirituality ; in the main hall of the castle, he posed for a photograph on his knees in an inverted prayer position, with his always-piercing irony. In 1979, one year before his death, the contemporary capital figure saw the publication of ten remarquable books dedicated to his work. At last, the symposium “Sartre : écriture et engagement” organized by Michel Rybalka and Michel Sicard, was marked by excellence : number and quality of the participants (amongst which Michel Contat, Dominique Desanti, Maurice de Gandillac, Jacques Lecarme, Bernard-Henri Lévy, Olivier Todd, Pierre Verstraeten…), international influence of the best specialists (Germany, Belgium, Brasil, Canada, Korea, the USA, Italy, Japan, Great Brittain…), vitality of research (40 interventions), richness of perspectives (historical, political, philosophical, literary, esthetic…), and intensity of debates. From these dense debates, here is a critical review, necessarily partial (my apologies to the absentees), and deliberately subjective (my apologies to those present) – having unfortunately been unable to mention everything and everyone, and engaging thus no one but the author himself.

 

Une épopée du capitalisme. "Par-dessus bord" de Michel Vinaver (2 juin 2008)

Somme théâtrale écrite entre 1967 et 1969, Par-dessus bord constitue l’envers de Mai 1968 : une épopée du capitalisme. Ce chef d’œuvre de Michel Vinaver est créé par Christian Schiaretti au TNP dans sa version intégrale pour la première fois en France. Il décrit la lutte d’une entreprise familiale française traditionnelle contre la concurrence agressive des États-Unis et sa transformation ultime en multinationale américaine dernier cri. Dans cette guerre des mondes se joue l’américanisation de notre société. S’y décident les fondements de notre monde moderne, de la libéralisation des mœurs à la mondialisation, du marketing à la société de consommation, du management à la civilisation des loisirs. À travers le prisme de l’entreprise, cette vaste fresque de trente comédiens et deux fois trois heures brasse les univers de notre révolution culturelle où se mêlent, dans une gigantesque comédie, dieux scandinaves et happenings new age, drame shakespearien et farce aristophanienne, free jazz et papier toilette.

 

Odile Gasquet

Odile Gasquet est historienne, enseignante, peintre, graveur. « L’équation de l’improbable » récit (Éditions Jacques André, 2011).

Dominique Desanti « In Memoriam » (4 mai 2011)

Résumé : Dominique Desanti (1920-2011), petite-fille d’un émigré russe, fut résistante, communiste, mais aussi historienne, enseignante, journaliste à « l’Humanité », collaboratrice du « Monde » et des « Temps Modernes » et écrivain de grand talent. Elle fut l’épouse du philosophe Jean-Toussaint Desanti rencontré en 1937. Elle est décédée à Paris le 8 avril 2011. Un de ses derniers grand texte « La sainte et l’incroyante » (Bayard, 2007) raconte la vie d’une sainte et martyre orthodoxe, Mère Marie Skobtsov, morte en chambre à gaz au camp de Ravensbrück le 31 mars 1945, canonisée en 2004. Dominique fit sa connaissance dans le Paris d’avant-guerre, elle raconte le stupéfiant récit de leur rencontre et de la vie de cette femme hors du commun qui semble avoir traversé tous les orages du siècle, y compris celui de la révolution russe. « Mère Marie est demeurée au fond de moi et me hantait » écrivait-elle.
Abstract : Dominique Desanti (1920-2011), whose grandfather was a Russian emigrate, was engaged in the French Résistance, then into the Communist Party. She dedicated her life to writing : an historian and a professor, she was also a journalist for « l’Humanité », collaborated with « Le Monde » and « Les Temps Modernes », and a talentuous writer. She shared her life with the philosopher Jean-Toussaint Desanti, whom she met in 1937. She died in Paris on April 8th, 2011. One of her last major book « La sainte et l’incroyante » Bayard 2007, tells the life of an orthodox saint and martyr, Mother Marie Skobtsov, who died in the Ravensbrück camp gaschamber, March 31st, 1945, and was sanctified in the year 2004. Dominique met her into the Paris of the « avant-guerre », she recalls the pathetic episodes of their encounters, and introduces us to the life of that outstanding woman, who crossed apparently all the storms marking her century, from the Russian revolution on. « Mother Marie remained into my bones, and haunted me », she wrote.
Mots clés : Jean-Toussaint Desanti, Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre, Résistance, Parti communiste français, philosophie, histoire, justice, vérité, combat, liberté des femmes, journaliste, historienne, biographe, clandestinité, Élisabeth Pilenko, mère Marie de Paris, moniale orthodoxe, martyre, Ravensbrück, foyer de Lourmel, père Gillet, père Dimitri Klepinine, émigration russe.

 

David Gauchard

Metteur en scène.

Le pouvoir, sa folie et sa théâtralisation (2 janvier 2012)

Résumé : Le Théâtre de la Renaissance d’Oullins organise depuis deux ans un cycle de débats de société, « Consonances », en partenariat avec le musée des Confluences. Ils reposent sur des thématiques traitées dans certaines de leurs productions ou coproductions. Ces rencontres répondent aussi à la vocation ancestrale du théâtre. Depuis Socrate, le théâtre est pensé comme un lieu d’expression et de confrontation d’idées centrées sur des thématiques contemporaines. Nous donnons ici la retranscription de la rencontre du 4 février 2010.

 

David Gaunt

Identity conflicts among Oriental Christian in Sweden (4 octobre 2010)

Abstract : This article deals with the Assyrian, Chaldean and Syrian Orthodox immigrants to Sweden. They form a large group coming mostly from Turkey, Syria, Lebanon and Iraq. From the start they have had complicated relations with the Swedish government and needed to navigate the country’s ever changing immigration and integration policies. The demands of living in diaspora has also aided in splitting the group into two rival sections. One calls itself “Assyrians” and is basically modernist and secular in orientation. The other calls itself “Syrian” and is basically traditionalist and religious in orientation. This bifurcation has had many consequences for the ability of the group to make an impact on the surrounding Swedish society.

 

Jean Gayon

Jean Gayon est professeur à l’Université Paris 7-Denis Diderot (chaire d’épistémologie et histoire des sciences de la vie et de la santé). Ses travaux portent essentiellement sur l’histoire et la philosophie des sciences de la vie à l’époque contemporaine, et, plus particulièrement, sur l’histoire et l’épistémologie de la théorie moderne de l’évolution et de la génétique. Il est l’auteur de Darwin et l’après Darwin (1991) et Bachelard dans le monde (2000).

De la biologie comme science historique (3 septembre 2004)

Résumé : Whewell, qui forgea l’expression « philosophie de la biologie » en 1840, voyait dans la biologie une authentique « science », c’est-à-dire une connaissance dégageant des relations constantes et universelles. De nombreux philosophes contemporains ont désormais une vision philosophique des sciences de la vie qui est exactement l’inverse de celle que soutenait Whewell. Il est devenu problématique d’interpréter les généralisations des sciences biologiques comme des lois. La plupart, sinon toutes les généralisations, apparaissent comme contingentes par rapport à des portions définies de l’espace-temps. Aussi la biologie est-elle alors qualifiée comme une science historique. L’objet de cette communication est d’examiner les arguments en faveur de cette thèse, et ses limites.

 

Bernard Gazier

Bernard Gazier, né en 1950, est professeur de sciences économiques à l’université Paris 1. Il effectue ses travaux de recherche dans le cadre du Centre d’Economie de la Sorbonne. Il est membre "senior" de l’Institut Universitaire de France. Il a écrit des rapports pour la Commission Européenne, le Commissariat Général du Plan, le BIT et la Région Rhône - Alpes. Il est spécialiste de l’emploi et du travail, mais il a aussi écrit sur la crise de 1929 et sur John Maynard Keynes. Actuellement il travaille sur la gestion des licenciements collectifs et sur la qualité de travail et de l’emploi.

Crise durable ou développement soutenable ? À propos de "The Tender Land" d’Aaron Copland (1er décembre 2010)

Résumé : Le Musée des Confluences du département du Rhône a entrepris en 2009 un cycle de conférences publiques, avec la participation de Sens Public, en partenariat avec le Théâtre de la Renaissance d’Oullins, dont le directeur Jean Lacornerie développe un programme centré sur l’expression musicale. La création en mars 2010 d’un opéra d’Aaron Copland, "The Tender Land", fut l’occasion d’un débat centré sur notre entrée dans une crise durable. Nous en proposons ici la retranscription.
Abstract : The Lyons’ Musée des Confluences successfully launched in 2009 a series of public debates in association with Oullins’ Théâtre de la Renaissance and Sens Public. As the theater’s director, Jean Lacornerie focuses his creation on a musical program. Aaron Copland’s opera The tender land emphasises the social distress of the Thirties, challenging our understanding of the current long term crisis we are facing.

 

Bertrand Gervais

Bertrand Gervais est professeur au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques et directeur du NT2, le Laboratoire de recherche sur les arts et les littératures hypermédiatiques. Il a publié des essais sur la lecture, la littérature américaine et l’imaginaire, de même que des romans, récits et nouvelles. Il s’intéresse au roman contemporain, aux nouvelles formes fictionnelles, de même qu’aux théories sur l’imaginaire et ses figures.

Archiver le présent : le quotidien et ses tentatives d’épuisement (21 juillet 2016)

Résumé : On assiste, depuis la deuxième moitié du vingtième siècle, à une accumulation étonnante de tentatives d’épuisement, qui témoigne de la très grande force symbolique de cette démarche. On y voit une véritable poétique, une façon d’aborder le réel et ses objets en tentant d’en épuiser le sens, la forme ou le matériau même. Ces tentatives d’épuisement ne sont pas nécessairement liées à des dispositifs numériques, mais elles prennent place aisément dans une culture de l’écran, puisque le numérique en surdétermine le principe, en multipliant de façon presque exponentielle les possibilités de réussite. L’idée même d’une tentative d’épuisement d’un lieu est apparue, en 1974, quand Georges Perec s’est installé place Saint-Sulpice à Paris et a entrepris de dresser la liste de tout ce qu’il voyait, les passants, les oiseaux, les camions, autos et autocars, les clients des cafés, les variations de température, tout ce qui pouvait être noté, les faits usuels de la vie quotidienne. Nourries par le numérique qui en exacerbe les principes et en surdétermine les possibilités de réalisation, les tentatives d’épuisement se déploient maintenant de façon tentaculaire. Elles ne touchent pas seulement le lieu, mais s’étendent aux autres données de l’agir humain : au temps, aux événements et aux situations, à des objets, des corps, des données, etc. On peut identifier d’emblée neuf types de tentatives, types qui balisent les multiples formes de l’agir humain. Dans le cadre de cet article, on entend expliciter le principe de ces tentatives d’épuisement et donner des exemples des divers types, en portant une attention particulière aux tentatives d’épuisement d’un lieu, qui donnent à la série son identité.

Mots clés : Épuisement ; description ; esthétiques numériques ; info-esthétiques ; exhaustivité ; Georges Perec ; poétique ; contemporain.

Abstract : Since the second half of the twentieth century, we have witnessed an incredible accumulation of attempts at an exhaustive representation of the world through a place, a time or a principle of some kind. This accumulation reflects the great symbolic power of such an artistic or literary endeavour. Such attempts at an exhaustive representation are not necessarily related to digital aesthetics, but they do take place in a screen culture, as opposed to a book culture, and they work with elements usually associated with databases and their systematic approach to description. The very idea of an attempt at an exhaustive representation of a place appeared, in 1974, when Georges Perec went to Place Saint-Sulpice in Paris and began to make a list of everything he saw, passers-by, birds, trucks, cars and buses, customers in cafes, temperature variations, the usual facts of daily life, and all the rest that could be noted. The book’s title was, quite literally, An Attempt at Exhausting a Place in Paris. Since then, systematic and exhaustive attempts at representation have become commonplace, defining even a new aesthetics, digital in its nature – an info-aesthetics, to use Lev Manovich’s notion. These attempts do not limit themselves to spaces, but address such topics as time, situations, events, objects, body, data, etc. We can easily identify nine types of attempts at an exhaustive representation, which encompass the multiple forms of human action. In this chapter, I will start by defining what such attempts imply ; I’ll continue by giving examples of the nine kinds identified ; and I will pay particular attention to attempts that try to exhaust a given place.

Keywords : Exhaustive ; description ; representation ; Georges Perec ; digital aesthetics ; info-aesthetics ; poetics ; contemporary ; digital art.

 

Albane Geslin

Plurilinguisme, traduction et droit international des peuples autochtones : en quête de reconnaissance (2 mars 2015)

Résumé : Si l’on reconnaît que ce sont moins les termes qui sont intraduisibles que les idées qu’ils véhiculent, il faut admettre que la traduction a moins pour objet de parvenir à une équivalence des termes qu’à un rapprochement des mondes, culturels et normatifs. Encore faut-il que cela soit possible. En effet, le droit, notamment international, est établi sur un arrière-plan topique occidental, peu comparable, voire compatible, avec celui des mondes autochtones, dans lesquels le juridique – généralement importé et imposé – n’est pas nécessairement la forme principale des modes de régulations sociétales. La traduction joue donc un rôle déterminant, tout à la fois dans les tentatives, nécessairement imparfaites, de rapprochement des mondes, mais également dans la reconnaissance – au sens d’acceptation à égale dignité et de respect – des diversités culturelles.

 

José Giménez Corbatón

Né à Saragosse en 1952, José Giménez Corbatón est Licencié en Philologie Française (Université de Saragosse). Il a enseigné le castillan à Bayonne (1976/77) et à l’Université de Poitiers (1977/80). Il a résidé en Catalogne entre 1981 et 2001. Il est actuellement Professeur de Littérature et d’Histoire dans le Secondaire, à Saragosse.
- LITTERATURE NARRATIVE :
1993 : El fragor del agua (récits). Madrid, Anaya & Mario Muchnik (finaliste du Prix Tigre Juan, octroyé à la première oeuvre d’un auteur)
1997 : Tampoco esta vez dirían nada (récits). Madrid, Anaya & Mario Muchnik
1999 : La fábrica de huesos (roman). Zaragoza, Las Tres Sorores. Editorial Prames.
2001 : El hongo de Durero (relatos). Madrid, Del Taller de Mario Muchnik / Alcira (Valencia). Centro UNED Francisco Tomás y Valiente (finalista en el Premio Saputo de las Letras aragonesas).
2003 : Sierra de Gúdar. Las huellas del hombre (carnets de voyages). Photographies de Florentino Azqueta, Kim Castells y Pedro Pérez Esteban. Barcelona, March Editor.
2005 : El fragor del agua (réédition). Zaragoza, Las Tres Sorores. Editorial Prames.
2006 : Cambriles. El reportaje. Introduction de José Luis Ledesma et Photographies de Pedro Pérez Esteban. Teruel, Grupo de Estudios Masinos / Zaragoza, Gobierno de Aragón, 2006.
A paraître : Licantropía (Itinerario para una novela).
- POESIE :
2004 : Diecinueve poemas. Zaragoza, Riff-Raff, Revista de Pensamiento y Cultura, nº 24, 2ª época. Invierno.
Il a participé à l’élaboration d’une douzaine d’ouvrages collectifs. Ses récits, articles, critiques littéraires, et articles d’opinion ont été publiés dans Quimera, Turia, Riff-Raff, Rolde, La Expedición, La Duda, Laberintos, Trébede, Viento Sur, Heraldo de Aragón, Diario de Teruel, La Magia de Aragón, etc. Il est critique littéraire du supplément littéraire “Artes & Letras” de Heraldo de Aragón depuis avril 2002.
- TRADUCTIONS :
1985 : Gustave D’ALAUX : Aragón visto por un francés durante la 1ª guerra carlista.
1988 : Jacques VALDOUR : El obrero español (Aragón) [cotraductor].
1986 : Tres textos de Petrus Borel [cotraductor].
2000 : VARIOS AUTORES : Pirineístas franceses [cotraductor].
2005 : Michel DEL CASTILLO : El crimen de los padres (traduction sélectionnée pour le Premio Nacional de Traducción 2006).

Licantropía (Itinerario para una novela) / Lycanthropie (Itinéraire pour un roman) (14 juillet 2007)

Resumen : Licantropía (Itinerario para una novela) es una larga narración hecha de documentos verdaderos y de falsos documentos. De voces de personajes, entra las que se cuenta la del propio novelista. De itinerarios vitales y de itinerarios literarios. De manuscritos reales y de manuscritos inventados. De cartas auténticas y de ficciones en forma de cartas. De cuentos, de confesiones, de exabruptos, de panfletos, de vodeviles, de fotos hechas de palabras y de fotos verídicas. El conjunto es un puzzle, un complejo artefacto que exige la complicidad del lector, y que el autor ha ideado para recrear la vida y la obra de otro autor maldito, Petrus Borel, y una época, y una ciudad, y un posicionamiento. Licantropía (Itinerario para una novela) tiene algo de manifiesto intelectual. En el fragmento elegido, Petrus, rodeado de amigos –Liszt, Victor Hugo, Théophile Gautier o Jean-Louis (personaje extraído de la obra de Petrus, que el autor de la novela hace pasar por real)-, evoca, mientras la peste sacude los cimientos de París, el suplicio de Damiens. La narración de los tormentos infligidos por Luis XV al ciudadano de Arras le sirve a Petrus (y al autor) para perpetrar un alegato contra la Monarquía.
Résumé : Lycanthropie (Itinéraire pour un roman) est une longue histoire faite de vrais et de faux documents. De voix de personnages dont celle du romancier lui-même. D’itinéraires réels et d’itinéraires littéraires. De vrais manuscrits et de manuscrits inventés. De lettres authentiques et de fictions en forme de lettres. De contes, de confessions, d’invectives, de pamphlets, de vaudevilles, de photographies faites de mots et de vraies photographies. L’ensemble est un puzzle, un artéfact complexe qui appelle la complicité du lecteur et que l’auteur a conçu pour recréer la vie et l’œuvre d’un auteur maudit, Petrus Borel, une époque, une ville et une situation. Lycanthropie (Itinéraire pour un roman) a quelque chose d’un manifeste intellectuel. Dans le fragment choisi, Petrus, entouré d’amis –Liszt, Victor Hugo, Théophile Gautier et Jean-Louis (personnage sorti de l’œuvre de Petrus, que l’auteur du roman fait passer pour réel)-, évoque, alors que la peste dévaste Paris, le supplice de Damiens. L’énumération des tourments infligés par Louis XV au bourgeois de Arras sert à Petrus (et à l’auteur) pour faire un plaidoyer contre la Monarchie.

 

Lycanthropie (Itinéraire pour un roman) / Licantropía (Itinerario para una novela) (24 novembre 2007)

Résumé : Lycanthropie (Itinéraire pour un roman) est une longue histoire faite de vrais et de faux documents. De voix de personnages dont celle du romancier lui-même. D’itinéraires réels et d’itinéraires littéraires. De vrais manuscrits et de manuscrits inventés. De lettres authentiques et de fictions en forme de lettres. De contes, de confessions, d’invectives, de pamphlets, de vaudevilles, de photographies faites de mots et de vraies photographies. L’ensemble est un puzzle, un artéfact complexe qui appelle la complicité du lecteur et que l’auteur a conçu pour recréer la vie et l’œuvre d’un auteur maudit, Petrus Borel, une époque, une ville et une situation. Lycanthropie (Itinéraire pour un roman) a quelque chose d’un manifeste intellectuel. Dans le fragment choisi, Petrus, entouré d’amis –Liszt, Victor Hugo, Théophile Gautier et Jean-Louis (personnage sorti de l’œuvre de Petrus, que l’auteur du roman fait passer pour réel)-, évoque, alors que la peste dévaste Paris, le supplice de Damiens. L’énumération des tourments infligés par Louis XV au bourgeois de Arras sert à Petrus (et à l’auteur) pour faire un plaidoyer contre la Monarchie.
Resumen : Licantropía (Itinerario para una novela) es una larga narración hecha de documentos verdaderos y de falsos documentos. De voces de personajes, entra las que se cuenta la del propio novelista. De itinerarios vitales y de itinerarios literarios. De manuscritos reales y de manuscritos inventados. De cartas auténticas y de ficciones en forma de cartas. De cuentos, de confesiones, de exabruptos, de panfletos, de vodeviles, de fotos hechas de palabras y de fotos verídicas. El conjunto es un puzzle, un complejo artefacto que exige la complicidad del lector, y que el autor ha ideado para recrear la vida y la obra de otro autor maldito, Petrus Borel, y una época, y una ciudad, y un posicionamiento. Licantropía (Itinerario para una novela) tiene algo de manifiesto intelectual. En el fragmento elegido, Petrus, rodeado de amigos –Liszt, Victor Hugo, Théophile Gautier o Jean-Louis (personaje extraído de la obra de Petrus, que el autor de la novela hace pasar por real)-, evoca, mientras la peste sacude los cimientos de París, el suplicio de Damiens. La narración de los tormentos infligidos por Luis XV al ciudadano de Arras le sirve a Petrus (y al autor) para perpetrar un alegato contra la Monarquía.

 

Fabien Girard

Prendre langue avec l’Étranger. La traduction : un modèle pour l’herméneutique juridique ? (2 mars 2015)

Résumé : La question de l’interprétation juridique occupe une place paradoxale. Elle est à la fois centrale et peu questionnée au-delà de quelques cercles de spécialistes souvent proches de la sociological jurisprudence ou du réalisme américain. Le résultat est une sorte de consensus (qui sert également de principe politique) de la communauté universitaire autour de cette idée d’un rôle subsidiaire de l’activité d’interprétation dans la production normative – production normative qui ressortit donc presque exclusivement au pouvoir législatif. Pourtant, cette idée que seul le législateur crée le droit est contredite par les faits et surtout par une série de travaux de la philosophie de la traduction qui, dans le prolongement du grand tournant herméneutique initié dans la seconde moitié du XXe, met en évidence un tout autre paradigme : l’interprète ne peut être étranger au texte et il faut combattre l’idée selon laquelle il n’ajouterait jamais à ce que l’auteur ou le premier lecteur aurait pu avoir en tête ; le texte doit être replacé au centre du débat de l’interprétation et on ne peut plus en faire un « prétexte » ou un élément secondaire dans la prise de décision du juge. Enfin, la théorie de la traduction condamne de manière ferme le recours à l’intention de l’auteur.

Mots clés : Interprétation, herméneutique juridique, théorie de la traduction, H.-G. Gadamer, P. Ricœur, G. Steiner.

Abstract : The status of legal construction may at first appear paradoxical. Although essential, matters of legal interpretation are seldom addressed, except by a few specialists often very close to the sociological jurisprudence or the American Realism movements. The result is a kind of general consensus (which equally serves as a political principle) of the academic community upon the subsidiary role of interpretation in the law-making process – whereby the law-making process is deemed to fall almost entirely into the realm of the legislative branch of government. Yet, this idea that the legislative branch is the sole source of law-making is somehow at odds with the facts. This idea is above all contradicted by a set of works drawn from the philosophy of translation which, in the wake of the “hermeneutic turn” dating from the second half of the twentieth century, has brought to light a different paradigm : the interpreter is not alien to the text, and the idea that he could never add to what the author or the first reader could have had in mind should be denounced ; the text is not a “pretext” or a secondary concern in the decision-making process and should be taken seriously by legal hermeneutics. Finally, the theory of translation firmly rejects the use of the author’s intention for interpretative purposes.

Keywords : Interpretation, legal hermeneutics, theory of translation, H.-G. Gadamer, P. Ricœur, G. Steiner.

 

Edith Girval

« Sur Sisters de Brian de Palma : Le double et le monstre » (18 mars 2015)

Résumé : Le film Sisters de Brian de Palma aborde d’abord la thématique du double et du dédoublement à travers la figure des sœurs siamoises, figure qui appartient au registre du monstrueux. Il s’agit de deux sœurs qui sont de vraies jumelles : apparemment, nous avons affaire à deux fois la même personne, les deux sœurs sont le double l’une de l’autre, mais en réalité, deux identités émergentes. En plus d’être jumelles, elles sont siamoises : ce sont deux corps inséparés qui communiquent. Ce qu’il y a de monstrueux chez elles, c’est qu’elles résultent d’un processus de dédoublement qui est demeuré inachevé. La reprise d’Hitchcock par De Palma se fait sur le mode de la démultiplication, mais elle s’opère aussi sur le mode de la littéralisation : la multiplication des images à travers les fenêtres de (RW ) est ainsi reprise par De Palma sous la forme du split screen, moment d’agilité technique qui deviendra la « marque » du réalisateur.

 

Julien Girval-Pallota

Dead ringers de Cronenberg, ou la gémellité monstreuse (18 mars 2015)

Résumé : Dead ringers, ou dans son titre français Faux semblants, est le treizième long-métrage de David Cronenberg, cinéaste canadien qui a jusque-là essentiellement œuvré dans les genres de l’horreur et du fantastique. S’il fallait isoler un thème récurrent dans son œuvre, ce serait sans doute la question du corps, et plus précisément de ses transformations, de ses métamorphoses. Dans ce long-métrage, Cronenberg, en mettant en scène la vie de deux frères jumeaux gynécologues, poursuit son interrogation sur le corps à travers la question de la gémellité : jusqu’à quel point un même esprit peut-il habiter deux corps ? C’est donc la question du double qui est traitée par ce film : le double compris comme un autre soi, ou autrement dit comme une parfaite duplication de soi. D’ailleurs l’expression dead ringer1 qui donne son titre au film signifie « An exact duplicate », c’est-à-dire « un double parfait », ou « une exacte duplication ». Le film nous pose la question de savoir jusqu’à quel point on peut vraiment adhérer à cette idée : jusqu’à quel point l’autre peut-il n’être que le même dupliqué ? jusqu’à quel point l’autre peut-il n’être que l’identique redoublé ?

Mots-clés : Dead Ringers, Faux semblants, David Cronenberg, corps, métamorphoses, gémellité, double

Abstract :Dead Ringers is a film produced by the canadian filmmaker David Cronenberg, mostly known for his horror movies. His work is characterized by a reflection on the Body, its metamorphosis and its transformations. In Dead Ringers, Cronenberg focuses on twins brothers who both are gyneclogists, in order to pursue this reflection : can a same spirit inhabits two different bodies ? This film investigates manifestation of the double – understood as an alter ego, or as a self-duplication (as the title implies). In this paper, I study how this movie questions those two concepts.

Keywords : Dead Ringers, David Cronenberg, body, metamorphosis, double, twins

 

Daniela Giusto

Progrès et civilisation, éducation et publicité dans les médias (22 octobre 2009)

Résumé : Le message publicitaire naît d’un procédé technique complexe et raisonné dans le but d’exercer une influence sur le consommateur. Mais, à la différence du message conçu pour faire de la réclame, le message publicitaire d’intérêt public relève d’une double nature, conative et rhétorique bien sûr, mais aussi artistique et culturelle. La démarche d’un texte pour éduquer au progrès est à raison celle d’un message illocutoire, parce qu’il s’agit d’un acte de langage influant sur les rapports entre émetteur et récepteur, mais elle est aussi destinée à prolonger ses effets dans le temps, créer des suggestions et inviter le destinataire à la réflexion. Or, puisque ce genre de pub véhicule des thématiques et des problèmes communs en Europe, elle peut devenir un instrument didactique unitaire précieux pour conduire les étudiants vers la prise de conscience que toute société civile en Europe a besoin de se donner des conduites morales cohérentes. La citoyenneté européenne, loin d’être un concept exclusif réservé au vieux continent en tant que culture dominante, doit se raccrocher aux valeurs impérissables de l’être universel : le respect de l’autre, la tolérance et la solidarité peuvent s’enseigner aussi à travers un langage multimédia, multilingue et multiculturel, afin que l’Europe devienne un modèle actif et concret de progrès.
Mots-clés : message publicitaire – didactique – problèmes européens – enseignement
Abstract : The advertising message has originated in a complex technical progress and aimed to influence a customer. However, in contrast to a message created just to make publicity, the advertising message of the public interest depends on double character – conative and rhetorical, but also artistic and cultural. The educational text necessarily proceeds in a form of illocutionary message, because it is an act of speech influencing relations between transmitter and recipient, but it is also intended to prolong its effects in time, make suggestions, and invite a recipient to reflection. So, since this advertising genre spreads common themes and issues in Europe, it can become a precious unitary didactic instrument aimed to lead the students towards knowledge that the whole civil society in Europe needs to be able to behave morally. The European citizenship, which does not concern exclusively the old continent as a dominant culture, should come back to eternal values of universal being : the respect for the others, the tolerance, and solidarity can be taught also through multimedia, multilingual and multicultural speech, so that Europe could become an active and definite model of progress.
Keywords : advertising message – didactics – european issues – teaching

 

Paula Glenadel

Le sourire de l’alligator (12 septembre 2006)

Résumé : À lire le Journal du voleur de Jean Genet, il est possible de penser l’étrange alliance entre ce que Jacques Derrida appelle dans Donner la mort “l’irresponsabilité orgiaque” et l’extrême responsabilité de l’individu face au secret qui le constitue en tant que promis à la mort, à sa mort. À propos de Genet, de son “cas”, ne pourrait-on pas penser à une paradoxale responsabilité orgiaque ? Une responsabilité tout autre que celle pensée par Sartre, justement. Une responsabilité liée au désir, à un certain désir. Cette responsabilité orgiaque consisterait ici d’abord et surtout à assumer son chant. C’est-à-dire à assumer le paradoxe de la propriété et de l’impropriété de ce chant, à prendre la source de ce chant comme quelque chose de très propre et de très étranger à “soi”, en assumant en même temps l’autonomie de ce chant par rapport aux choses chantées.
Mots-clés : Genet ; Autobiographie ; Poésie ; Philosophie
Abstract : Jean Genet in his Journal du voleur allows us to think the strange alliance between what Jacques Derrida calls the “orgiastic irresponsibility” in Donner la mort and the extreme responsibility of the individual in regard to the secret which constitutes him as promised to death, to his death. Concerning Genet, his “case”, couldn’t we think of a paradoxical orgiastic responsibility ? A responsability connected to desire, to a certain desire that would be quite different from Sartre’s vision of responsibility. This orgiastic responsibility consists here first and mainly in assuming one’s chant. That means to assume the paradox of the property and impropriety of this chant, to take the source of this chant as something very own and very stranger to “oneself“. 
Keywords : Genet ; Autobiography ; Poetry ; Philosophy

 

Édouard Glissant

Poète, philosophe et dramaturge martiniquais, Édouard Glissant est né au Lamentin en Martinique le 21 septembre 1928. À Paris, il fait ses débuts dans la revue Les Lettres Nouvelles dirigée par Maurice Nadeau et obtient le prix Renaudot, en 1958, avec le roman La Lézarde où il met en scène le réveil de la jeunesse martiniquaise. Son activité de militant en faveur de la cause antillo-guyanaise et contre le système colonial, lui vaut dans les années 60 d’être assigné à résidence en France métropolitaine. En 1965, il retourne en Martinique. Directeur du Courrier de l’Unesco (1982-1988), il se trouve à un poste d’observation idéal pour développer sa réflexion autour des thèmes de la Relation au monde et du métissage culturel. À l’Universalité, il oppose la Diversalité. Inspiré par les philosophes Gilles Deleuze et Félix Guattari, il établit une distinction fondamentale entre "l’identité à racine unique qui prend tout et tue autour d’elle" à "l’identité rhizome qui s’étend dans son rapport, dans sa Relation à l’autre". Édouard Glissant est le père spirituel des écrivains du mouvement de la Créolité, il est le premier à avoir théorisé le concept de créolisation perçue comme un processus imprévisible et comme "un métissage conscient de lui-même". De Mahagony en passant par Le Quatrième Siècle, La Case du Commandeur et Tout-Monde, il met en avant l’image du nègre marron et du marronnage. Edouard Glissant est actuellement Distinguished Professor au Graduate Center de CUNY (City University of New-York) et l’un des vice-présidents du Parlement international des écrivains. De nombreux colloques internationaux lui ont été consacrés.

J’écris en présence de toutes les langues du monde (10 novembre 2008)

Ce texte fut le point de départ d’une discussion collective en présence d’Edouard Glissant au Théâtre National de la Colline lors de la soirée de clôture du Congrès Eurozine ’Crosswords X Mots-croisés’, qui s’est tenu entre le 26 et le 29 septembre 2008 à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, avec Michel Deguy, Ruth Wodak, Barbara Cassin, Gérard Wormser, Daho Djerbal, Clarisse Herrenschmidt, Geert Lovink...
Le thème développé, discuté et débattu lors du congrès, qui réunissait environ 80 éditeurs venus de toute l’Europe, était le multilinguisme et le travail en réseau.

 

Norbert Godon

Norbert Godon est artiste multimédias, conférencier au Centre Georges Pompidou. Investissant les nouvelles technologies, il réalise de courtes vidéos et des installations interactives qui définissent des modes d’écriture liés au développement de la pensée en images. Chacune de ses vidéos est le résultat d’un décorticage méthodique des diverses formes discursives qui dominent la langue actuelle, tels que les modes de communication médiatique la définissent. Ces travaux d’écriture en images, diffusés par l’association d’art vidéo est-ce une bonne nouvelle et représentés à Paris par la galerie Vanhoecke, revêtent souvent la forme d’étranges machines à mots. A récemment publié le DVD Affinités Electriques aux éditions de poésie sonore Arts et Lectures. Il réalise également des œuvres d’installation qui investissent le langage et les matériaux du film documentaire, les dissociant et les redistribuant dans l’espace sous la forme d’installations participatives qui laissent la place au recul critique des spectateurs. Ces installations sont montrées à l’occasion de festivals d’art contemporain ou d’expositions thématiques au sein de musées liés aux sciences humaines.

Art vidéo, histoire d’une sectorisation (19 mai 2008)

Résumé : L’art vidéo est la première forme artistique à avoir eu une histoire avant même d’en avoir eu une. Cet article retrace l’histoire de la fabrication d’une catégorie par des institutions culturelles qui firent de l’outil le seul critère pour rassembler des travaux parfois sans rapport quant à leur nature. Il montre ainsi comment la raison de l’outil a progressivement pris le pas sur celle des intentions les plus subversives et comment les pratiques actuelles se trouvent fondamentalement redéfinies par cette histoire. Refermant le raisonnement historique sur la logique interne du champ de l’art contemporain, il est ici montré que les oeuvres se trouvent alors présentées comme appartenant à un enchaînement de ruptures et de continuités formelles, avec cette idée en perspective, que l’art est soucieux d’être toujours en phase avec les découvertes techniques de son époque. L’enjeu sera de comprendre comment, dans ce mouvement de fermeture d’un champ disciplinaire sur sa logique interne, une pensée historique en arrive à définir les modes d’appréciation des productions actuelles en les distinguant des autres domaines de production, comme le cinéma d’art et d’essai, la littérature, la philosophie… Ce faisant, la question de l’interdisciplinarité, impliquée par le support même de la vidéo, sera également abordée, en ce que l’histoire des pratiques artistiques contemporaines en a fait une valeur en soi, un critère de reconnaissance des pratiques contemporaines.
Mots-clés : Art Vidéo ; Vidéo d’Art ; Nouveaux Médias ; Images en Mouvement ; Cinéma Expérimental ; Art Engagé ; Avant-Garde ; Art Contemporain ; Écoles d’Art ; Transdisciplinarité ; Interdisciplinarité ; Portapack ; Synthétiseur Vidéo
Abstract : Video art, how it became a category. Video art is the first form of art that was given a history even before it actually had one. This paper counts the story of cultural institutions engaged in building a category based on technical devices, as if these devices were the only criterion to gather works that had little in common. Thus, it shows how technology has taken precedence over the most subversive messages, and, how, as a result, artistic experiences are currently being reshaped by this history. Since history defines the contemporary art field, we are confronted with works plainly reduced to their formal characteristics – the latter being supposed to continue a so-called tradition, or to be in a break with it, according to this idea that art has always kept in touch with the most recent technology. What is at stake is to understand how, while the field closes on its own logic, historic thinking will eventually classify videos according to criterions that separate them from other fields, such as independent cinema, literature, philosophy… Although it may seem obvious that video art is, in itself, interdisciplinary, this word calls for close reconsideration, since the latest developments of the arts made it a decisive factor of recognition.
Mots-clés : Vidéo Art ; New Technologies ; Expanded Cinema ; Independent Cinéma ; Political Art ; Contemporary ; Art School ; Art Category ; Portapack ; Video Synthesizer

 

COMPTE TENU DES DONNÉES (4 mai 2012)

Consacrés aux rapports entre écriture et compilation de données, les textes de ce recueil ont pour objet commun d’investir la forme de la liste en résonnance avec les pratiques computationnelles. Au-delà des questions purement formelles que soulèvent les rapports de l’écriture à la constitution d’inventaires, l’enjeu est ici de rassembler différents gestes littéraires qui rendent compte d’un certain état de la langue, travaillée de l’intérieur par les pratiques du traitement ou de la compulsion de (...)

 

Échonomie (création vidéo) (20 décembre 2009)

Réalisée pour Sens Public, cette vidéo de Norbert Godon propose un voyage au sein d’images produites par la vibration d’une courbe, activée par la voix même du commentaire. Renversant l’ordre habituel du montage en voix off, l’image suit la voix et tente de lui correspondre. Cette voix, une voix de bande annonce, nous raconte une version de la Genèse revue et corrigée à l’aire des grands mythes économiques. Relatant l’histoire de la disparition des lettres au profit des chiffres, ses interventions sont entrecoupées de formules chantées à la manière des polyphonies grégoriennes sur une composition originale de Benoît Gaspard.

Réalisation : Norbert Godon
Musique : Benoît Gaspard
Voix : Jean-Louis Cassarino
Chant : Anne Bissières, Valérie Lavallart, Phuong Mai Tran, Nicolas et Vincent Thibault

 

pures données (4 mai 2012)

Consacrés aux rapports entre écriture et compilation de données, les textes de ce recueil ont pour objet commun d’investir la forme de la liste en résonance avec les pratiques computationnelles.

Au-delà des questions purement formelles que soulèvent les rapports de l’écriture à la constitution d’inventaires, l’enjeu est ici de rassembler différents gestes littéraires qui rendent compte d’un certain état de la langue, travaillée de l’intérieur par les pratiques du traitement ou de la compulsion de données.

 

Jean-Yves Goffi

Professeur de philosophie et de logique à l’université Grenoble II, 2004), Jean-Yves Goffi est notamment l’auteur de Penser l’euthanasie (2004).

La dignité de l’homme et la bioéthique (10 novembre 2004)

Résumé : Le concept de sacralité de la vie a longtemps joué un rôle architectonique en biomédecine. Devant les difficultés et les apories qu’il entraîne, on a tendance à recourir de plus en plus au concept de "dignité", censée fonder la protection due aux êtres humains, tout en étant d’application moins rigide que le premier. On se propose donc ici d’interroger la notion de dignité. Ordinairement interprétée de façon kantienne, elle renvoie, par sa généalogie, à une institution religieuse de la réalité. On se demandera, dans ces conditions, si les critiques qui s’attachaient au concept de sacralité de la vie ne s’attachent pas également à celui de dignité de l’homme.

 

Marc Goldschmit

Cosmopolitique du marrane absolu (15 octobre 2007)

Résumé : Il s’agit d’une fable allégorique. Derrida en est venu à « se reconnaître » dans la figure de ces juifs aveugles et errants en eux-mêmes, simulacres de chrétiens, parjures malgré eux. C’est une figure du sans figure défiguré, qui ne parvient ni à se ressembler ni à se rassembler. L’impossibilité de compter les juifs qui en résulte fait signe vers une altérité infinie potentiellement universelle, et ouvre sur une idée à venir du cosmopolitique. Une telle « figure » renouvelle le droit international et la politique des nations, elle déstabilise tout nationalisme en obligeant à une hospitalité de visitation irréductible à toute invitation et toute tolérance. Il s’agit peut-être d’une nouvelle pensée des lumières, celles d’une justice disjointe de la vérité en tout sens.
Abstract : Cosmopolitcs of the absolute marrano. It is an allegoric fable, Derrida “ recognizes himself” in the figure of those Jews, blinded and wandering within themselves, fake Christians and forced perjuries. It is a “figureless figure” disfigured, unable to either look like himself or reassemble himself. The resulting impossibility of counting the Jews leads towards an infinite, potentially universal otherness, and opens the way to a future idea of cosmopolitics. Such a “figure” renews international law and nations politics, and destabilizes any nationalism, compelling nations to a visitation hospitality irreducible to any invitation and any tolerance. This is perhaps a re-thinking of the Enlightenment, that of a justice disconnected in any sense from truth.

 

L’apôtre Paul, un marrane absolu avant la lettre (4 octobre 2006)

Résumé : Que deviennent les lettres de Paul ? Comment ses lettres, en grec des épîtres, pensent-elles la lettre, l’écriture, les Écritures, l’inscription, y compris celle dans la chair, la circoncision ? Cette question, loin d’avoir une portée philosophique ou historico-politique restreinte, est peut-être la matrice ou le tissu général qui permet de comprendre l’apparition des chrétiens parmi les juifs et à l’intérieur d’un certain judaïsme. L’analyse de ce qu’on peut appeler « l’équivoque juive de Paul » - son « marranisme avant la lettre » - permet peut-être d’approcher la possibilité du christianisme ainsi que du destin des juifs en Europe comme ailleurs. Cette équivoque participe à l’envoi et au programme des dispositifs historico-politiques de la tolérance et des différences.

 

Nilüfer Göle

La visibilité disruptive de l’Islam dans l’espace public européen : enjeux politiques, questions théoriques (6 juin 2014)

Perspective antagonique de l’espace public L’apparition de l’Islam dans les débats publics européens depuis les trois dernières décennies nous invite à adopter une approche sociologique du religieux et de l’immigration recentrée sur la notion d’espace public[1]. Les analyses en termes de politiques étatiques ont contribué à notre compréhension du phénomène migratoire dans les différentes étapes du processus d’intégration (Noiriel : 2007, 2009 ; Weil : 2005a, 2005b ; Tripier et Richard, 2002 ; Aubert, (...)

 

Joël Gombin

Tout un cinéma ? Les jeunes chercheurs en représentation(s) (5 mai 2008)

Résumé : Cette communication propose une réflexion, fondée sur la métaphore cinématographique et plus largement scénique, sur le processus de représentation politique, en prenant l’exemple de la représentation des jeunes chercheurs. Elle s’interroge sur les conditions de réussite d’une « entreprise de représentation ».
Abstract : This paper proposes a reflection about the process of political representation, based on the cinematographic and scenic metaphor. The example given regards early-stage researchers’ representation. The paper looks for the conditions of success of a ‘representation enterprise’.

 

Elena Gómez Parra

"Cultural distance" among speakers of the same language (22 octobre 2009)

Abstract : According to Byram (1997), intercultural competence means to be able to interact efficiently with persons from various countries in a foreign language. The paper introduces a new concept, in a sensible disaccord with this definition, the concept od « cultural distance » that exists between persons speaking the same language but do not share the same cultural values. We will introduce examples to illustrate some cases of a large cultural distance between speakers of the same language (in this case, Spanish).
Keywords : intercultural competence – foreign language – cultural distance – cultural values – Spanish
Résumé : De acuerdo con Byram (1997) ser interculturalmente competente significa ser capaz de interactuar eficazmente entre personas de diferentes países en una lengua extranjera. Este artículo introduce un nuevo concepto al respecto que disiente sensiblemente de esta definición, el de la ‘distancia cultural’ que existe entre personas que hablan la misma lengua pero que no comparten sus valores culturales. Aduciremos ejemplos al respecto que ilustrarán casos concretos de una amplia distancia cultural entre hablantes de la misma lengua (español, en este caso).
Mots-clés : interculturalmente competente – lengue extranjera – distancia cultural – valores culturales – español

 

Christelle Gomis

Les troupes coloniales françaises et l’occupation de la Rhénanie (1918 - 1930)  (5 juin 2014)

Au mois de décembre 1918, sur une décision de Georges Clémenceau, alors président du Conseil, les premières troupes françaises arrivent sur la rive gauche du Rhin, dans le cadre d’une occupation par les Alliés prévue sur une durée de dix ans. Sur les 95 000 soldats français présents deux ans plus tard, 20 000 appartiennent aux régiments coloniaux et sont originaires pour la majorité d'Afrique du Nord[1]. Leur présence donne lieu à une campagne de propagande internationale, savamment orchestrée : Die (...)

 

Roland Gori

Psychanalyste, professeur de psychologie et de psychopathologies cliniques à l’Université d’Aix-Marseille 1, est l’auteur de « L’empire de coachs, une nouvelle forme de contrôle social « (2006). Très engagé dans les débats actuels, il s’oppose à l’instrumentalisation de l’humain. Pour cela il plaide pour « des sciences encore humaines ».

L’information et sa manipulation (30 juin 2011)

Résumé : Le Musée des Confluences du département du Rhône a entrepris en 2009 un cycle de conférences publiques, avec la participation de Sens Public, en partenariat avec le Théâtre de la Renaissance d’Oullins, dont le directeur Jean Lacornerie développe un programme centré sur l’expression corporelle. La création d’un spectacle de Thierry Collet, Pensez, je ferai le reste, fut l’occasion d’un débat centré sur l’information et sa manipulation. Nous en proposons ici la retranscription.

 

Shawn Gorman

Nietzschean Christianity, or, an American Foreign-Policy Paradox (24 septembre 2006)

In the dominant American political consensus at the beginning of the 21st century,the welfare state plays the same role Christianity plays within the Nietzschean genealogy of morals. That is, according to Reaganite economic theory, it is the welfare state, instead of Christianity, that is guilty of favoring the weak, thereby dampening the upsurge of primal forces associated with vigor and life.

 

Miroslava Grajciarova

L’art féminin ou l’art des femmes ? (6 octobre 2003)

Résumé : L’esthétique phénoménologique et herméneutique fournit quelques pistes de réflexion en cherchant à avancer une « vraie » définition de l’art tel qu’il est créé par les femmes. Je refuse le terme d’ « art féminin », mais je pense qu’il faut bien accepter l’existence de l’art des femmes qui constitue évidemment un champ spécifique de l’art. Je n’ose pas en exposer les critères puisque l’art n’a pas de règles et je ne veux risquer d’en imposer. Il semblait que le modernisme institutionnel ouvrirait aux femmes les portes du monde de la création artistique dans l’Empire des nouvelles libertés. Devenir femme artiste du modernisme signifiait avoir un espoir, cela signifiait être plus qu’une femme. Mais c’était une illusion puisque les femmes se sont retrouvées dans une position autre, quand bien même paradoxale. Quelque fut leur sensibilité esthétique, leurs prétentions au poste de vraies artistes furent immédiatement disqualifiées.

 

Ninon Grangé

Les conversions du politique en proie à la guerre civile (25 février 2005)

La guerre civile, division et danger de destruction immédiate pour l'unité politiquement constituée, est un état négatif qui frappe ce que nous appellerons génériquement la cité. Elle est souvent entendue comme le contraire de la guerre extérieure. Celle-ci peut alors tenir lieu de conjuration de la guerre civile. Il semble que dans le politique se joue une opposition entre guerres régulière et irrégulière, tolérable et intolérable. En ce sens la violence extérieure, affirmation de puissance qui ne (...)

 

Malte Griesse

Les mémoires de la Révolution russe en Union soviétique : espace guerrier ou espaces publics ? (5 juin 2014)

L’objectif de cet article est de retracer un conflit majeur, mais sous-jacent, sur la mémoire de la Révolution russe parmi ceux qui y ont pris une part active. Ce conflit non explicite oppose l’expérience de la camaraderie guerrière d’une part, et celle de l’agir-en-public, de l’autre : l’une marquée par un sentiment profond d’unanimité, l’autre par une perception de soi-même comme étant distinct par rapport aux autres. L’engagement dans des espaces publics n’a pas été restitué entièrement, de manière (...)

 

Nicolas Grimaldi

Professeur émérite à l’Université de Paris-Sorbonne, Nicolas Grimaldi y a occupé la chaire d’Histoire de la philosophie moderne, puis celle de Métaphysique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont "L’homme disloqué", "le Traité des solitudes", "Descartes et ses fables", "Socrate, le sorcier", "le Livre de Judas", "Une démence ordinaire".

L’individu au 21e siècle (16 février 2010)

Résumé : Individus réduits à l’état d’équations économiques, ballotés par l’usage des nouvelles technologies et incapables de penser le monde qui vient ou la vie qu’ils mènent : peut-être notre siècle naissant manque-t-il de philosophes, de ceux qui pourraient offrir aux uns et autres de se tracer un chemin dans un monde mondialisé qui semble nous faire perdre souvent le peu de raison que de grands penseurs ont jadis pu trouver en nous.
En ce sens, l’œuvre de Nicolas Grimaldi se parcourt comme une sente. Se singularisant par la maîtrise d’une prose dont il a le secret, le philosophe a, au fil des années, rédigé une somme aussi brillante que fabuleuse à explorer. Sa réflexion laboure le champ des idées : la liberté, la solitude, le mal, le sens de la vie, le désir, le temps, le moi…
Professeur émérite à la Sorbonne, il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, dont L’homme disloqué, le Traité des solitudes, Descartes et ses fables, Socrate, le sorcier, le Livre de Judas, et, récemment, Une démence ordinaire - une œuvre formidable qui éclaire l’humain en sondant le sens de la vie.
S’inscrivant dans le droit fil de ses réflexions, l’essai que voici offre une remarquable méditation sur la condition humaine telle qu’elle se présente à l’individu d’aujourd’hui et, certainement, de demain.

 

Catherine Guesde

Née en 1984, Catherine Guesde est une ancienne élève de l’Ecole Normale supérieure de Lyon. Elle a mené des recherches en philosophie de l’art, questionnant les rapports entre forme et pensée, philosophie et littérature. Elle contribue régulièrement en tant que journaliste à des revues culturelles (Beaux Arts magazine, Magic revue pop moderne).

"Nevermind" de Nirvana : comment l’underground est devenu mainstream (14 novembre 2011)

Nirvana est né en 1987 à Aberdeen (État de Washington), ville grise, humide, célèbre au 19e siècle pour ses bordels pour marins et sa criminalité, et qui ne s’est jamais vraiment remise de la Grande Dépression. Intimement liée à la morosité de la ville, la musique du groupe parle aux jeunes de la région qui se reconnaissent dans la colère exprimée par leurs paroles et leur musique. Rien ne prédispose apparemment ces trois marginaux à devenir les vedettes que l’on sait. Pourtant, quelques mois à peine après (...)

 

Musique et valeurs dans les sous-cultures : le cas du grindcore (10 avril 2011)

Apparues dans les années 60, les sous-cultures sont d’emblée constituées autour de genres musicaux : le psychédélisme est lié aux utopies des hippies, de même que le satanisme est associé au black metal. Pourquoi associer des idées et des valeurs à certains sons ? Peut-on envisager la musique comme la source de valeurs morales ? L’exemple du grindcore, réputé pour être l’une des musiques extrêmes les plus violentes, permet de s’interroger sur le lien entre les caractéristiques formelles d’une œuvre et (...)

 

Que cache le succès mondial de la pop suédoise ? (20 juillet 2012)

Peter Von Poehl, Frida Hyvönen, I’m From Barcelona, Nina Kinert, The Hives… A parcourir les rayons de disques pop indépendante ou la presse spécialisée, on est frappé par l’omniprésence d’artistes suédois qui, en plus d’infiltrer nos playlists, obtiennent la plupart du temps un succès critique et public considérable (pour ne citer que lui, The Tallest Man On Earth est ainsi comparé au jeune Bob Dylan dans Magic, revue pop moderne). Autre indice de cet essor, le festival ÅÄÖ – créé en 2009 par l’Institut (...)

 

Quelles politiques culturelles pour la musique de demain ? (19 mars 2012)

L’annonce de la création d’un Centre National de la Musique en janvier dernier par Frédéric Mitterrand, lors de la dernière édition du MIDEM (Marché International De l’Édition Musicale), a été suivie d’un certain nombre de débats et de contestations chez les acteurs de la scène musicale française. Ces débats nous ont paru particulièrement intéressants, en ce qu’ils mettent en jeu des positions plus fondamentales concernant la définition de l’art, la distinction entre différents genres de musiques, et la (...)

 

Un manifeste pour le black metal : quand les musiques populaires se théorisent (9 janvier 2012)

Une violente controverse a récemment secoué la scène déjà tumultueuse du black metal1, suite à la parution d’un manifeste, Transcendental Black Metal. Son auteur, Hunter Hunt-Hendrix, compositeur et chanteur d’un groupe brooklynien (Liturgy) y redéfinissait les contours, la nature et la destinée de cette musique, en des termes clairement philosophiques, et à grands renforts d’emprunts à Nietzsche et à Hegel. Plus précisément, il y décrivait deux moments dans l’histoire de cette musique, en théorisant (...)

 

Caroline Guibet Lafaye

Caroline Guibet Lafaye est directrice de recherche au CNRS (Centre Émile Durkheim – Sciences Po – Univ. de Bordeaux). Agrégée et docteur en philosophie de l’Université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, elle consacre ses recherches en sociologie et philosophie politique à l’analyse des représentations et des croyances relatives à la justice sociale et aux processus de radicalisation. Son dernier ouvrage portait sur Le juste et l’inacceptable. Les sentiments d’injustice contemporains et leurs raisons (PUPS, 2012).

Engagement radical, extrême ou violent (14 juillet 2017)

Résumé : L’interprétation de la violence politique est placée, de façon récurrente, par les media comme par le discours politique institutionnel sous le paradigme du « basculement ». Les sciences sociales y voient un engagement à « haut risque » (McAdam, 1986). Afin d’éprouver la validité de ces interprétations, nous avons mené une enquête par entretiens approfondis auprès de l’extrême gauche française. À partir de ces entretiens, nous proposons une détermination de l’engagement radical, nourrie de la parole des acteurs. Il s’avère alors présenter la double caractéristique d’être coextensif à la vie de l’individu et indissociable du fait d’être acteur de ses convictions politiques, en réponse à une injonction morale à l’action. Ces caractéristiques appellent une relecture critique de la thèse de l’entrée en radicalité comme « basculement », montrant que, concernant l’extrême gauche française au moins, il s’agit plutôt d’une prise de conscience, perçue par l’acteur comme irréversible, mais s’inscrivant cependant dans la continuité d’un parcours de vie. Une nouvelle détermination de l’engagement, décrit comme radical, émerge alors en référence à ces deux caractéristiques non psychologisantes mais de nature descriptive. Elle constitue une interprétation renouvelée de l’engagement radical, formulée par Doug McAdam (1986) et reprise jusqu’alors dans la littérature (Sommier, 2012), en termes de haut coût et de haut risque.

Mots-clés : Engagement, radicalisation, alternation, illusion rétrospective, extrême gauche, Action Directe.

Abstract : Political violence has previously been understood, by media and by politics, as a result of a subjective “swing”. Social sciences view this commitment as “high risk activism”. To test the validity of this interpretation, we carried out a sociological survey centered on the French extreme left wing. Based on these interviews, we propose a conception of radical commitment characterized by two properties : firstly, the fact of being an integral part of a life course, and secondly the fact of acting out one’s personal convictions and being driven by a moral duty. Therefore we propose a critic of the “swing” interpretation and show that, for the extreme left wing, the crucial point is an irreversible awareness which, nevertheless, is part and parcel of the continuity of a biographical trajectory. These two properties suggest a new characterisation of radical commitment as regards that proposed by Doug McAdam (1986), in terms of “high risk” and “high cost”, still referred to currently (Sommier, 2012).

Keywords : Commitment, alternation, radicalisation, retrospective illusion, extreme left wing, Action Directe.

 

Renato Silva Guimarães

Politique et poétique : une esthétique de la faim. Le cinéma politique selon Glauber Rocha (5 mai 2008)

Résumé : En Amérique Latine le discours esthétique se rapporte souvent au politique. Au Brésil, le Mouvement Anthropophage a représenté une maturation de ce discours aspirant à la transformation politique. La démarche de Glauber Rocha suivant la morale anthropophage n’incorporera pas seulement le poème en tant qu’acte de résistance mais également en tant que praxis révolutionnaire. Une praxis révolutionnaire révélant une idée de vérité comme mode d’existence.
Abstract : In Latin America, aesthetic views often refer to politics. For years in Brazil, the Anthropophagous Movement was the expression of the gestation of those views aspiring to some political change. According to the anthropophagous code, Glauber Rocha’s reasoning will not only consider the poem as an act of resistance but as a revolutionary praxis as well. A revolutionary praxis which confirms the concept of truth as a way of existence.

 

Hervé Guineret

Tocqueville : une pensée du peuple sans populisme ? (21 février 2006)

Résumé : Au lieu de concentrer l’analyse de la question politique sur les lois et leur fonctionnement, il est possible de mettre l’accent sur l’acte de gouvernement et ses conditions. En effet, de ce dernier dépend l’exercice effectif de la liberté des hommes, pour peu que nous admettions que de bonnes lois mal appliquées ne permettent pas son exercice réel. Cependant, dès lors que nous posons cette question du gouvernement, nous entrons dans une sorte de dialectique avec le peuple, en particulier parce que nous admettons que le premier doit entretenir un certain rapport – pour l’instant indéterminé – avec le second. Le rapport au peuple, ou la façon dont on le considère, permettrait de juger et de classer les différents types de gouvernements.

 

Bjorn Hacker

Wie globalisiert man soziale Gerechtigkeit ? (28 septembre 2004)

Zusammenfassung : Eingeklemmt zwischen Traditionsverrat und Neujustierung ihrer Grundwerte suchen die europäischen Sozialdemokratien nach Konzepten, wie den Interdependenzen der Weltwirtschaft begegnet werden kann. Die Sozialdemokratie hatte Erfolg bei der Beseitigung des Arbeiterelends in Europa. Es ist ebendieser historische Erfolg, der nun zu ihrem größtem Problem wird.
Résumé : Prises entre la trahison de la tradition et le réajustement de ses valeurs fondamentales, la social-démocratie européenne est à la recherche de concepts concernant les interdépendances de l’économie mondiale. La social-démocratie a réussi à éliminer la misère des travailleurs en Europe. C’est ce succès historique qui pose aujourd’hui le plus gros problème.

 

Hubert Haenel

Enraciner l’Europe (7 novembre 2007)

Résumé : Cette note traite d’un rapport réalisé par François Sicard et le sénateur Hubert Haenel, à la tête de la délégation du Sénat à la Convention Européenne.
Enraciner l’Europe, Paris, Seuil, 2003.

 

Bérénice Hamidi

Quelle place politique et culturelle pour le cadre de l’État-Nation dans le théâtre de gauche français ? (5 décembre 2006)

Les analystes politiques recourent de plus en plus au couple "mondialisation / implantation locale" pour penser notre monde en réseau contemporain, et tendent de ce fait à évacuer du débat voire à invalider le cadre de l’État-Nation. L’idéologie sous-jacente à cette ambition descriptive doit donc être interrogée, de même que ses conséquences théoriques mais aussi directement politiques. A partir d’un rappel historique sur les conditions d’existence de l’État-Nation dans ce cadre, nous étudierons les enjeux de la revendication grandissante de sortie de ce cadre. Les artistes de théâtre ont entretenu deux types de relation à l’État, corrélées à deux types de positionnement sur l’échiquier politique. C’est donc l’évolution parallèle de la conception de l’État et du théâtre que nous étudierons, à partir des cas du théâtre populaire et du théâtre d’intervention. Mots-clés : Mondialisation, Altermondialisme, Théâtre d’intervention, Théâtre populaire, Théâtre politique, Implantation locale, État-Nation, Jacques Copeau, Léon Chancerel, Manuel Castells, Henri Ingberg.

 

Yvonne Hammond

Beckett Spams Counter-Strike (21 juillet 2016)

Résumé : Ce qui suit décrit une « intervention » dans le jeu Counter-Strike : Global Offensive, intitulée Beckett Spams Counter-Strike - par « intervention », nous entendons une forme de performance artistique et d’action politique qui entre et occupe, ou « intervient » dans un environnement, une institution déjà existante, un espace ordonné. La description est interrompue ou fragmentée par des remarques « signées » des « joueurs » – les acteurs, les « gamers », les écrivains et les artistes qui participent au projet – alors que nous tentons de comprendre notre échec ou notre succès à mettre en scène la pièce de Beckett et (ou ?) à jouer à Counter-Strike, un échec que l’on pourrait décrire comme une faillite du théâtre et du jeu. En outre, la description est suspendue ou reléguée au second plan par des extraits de nos performances. Développée pendant plusieurs années par une équipe de la West Virginia University, l’intervention dans le jeu a mené à plusieurs performances traitant le jeu comme un site d’investigation philosophique et pédagogique sur l’intentionnalité et la violence. Nous utilisons le terme « intervention » d’une façon singulière pour qualifier des actions qui recoupent le « gameplay », le théâtre politique d’agitprop et la performance artistique.

Mots-clés : Samuel Beckett ; Fin de partie ; Counter-Strike : Global Offensive ; performance ; théâtre-guérilla ; « hacktivisme » ; absurde.

Abstract : The following describes an intervention in the game Counter-Strike : Global Offensive, entitled Beckett Spams Counter-Strike - by intervention we mean a form of artistic performance and political action that enters and occupies, or “intervenes,” in an already existing environment, institution, and ordered space. The description is interrupted or broken by “signed” remarks from the “players” – the actors, gamers, writers, and artists participating in the project – as we try to make sense of our failure or success at staging Beckett’s play and (or ?) playing Counter-Strike, a failure best described as the collapse of theater and game. Furthermore, the description is interrupted or upstaged by excerpts from our performances. Developed over multiple years by a team at West Virginia University, the intervention into the game led to several performances, treating the game as a site of philosophical and pedagogical investigation into purpose and violence. We use the term “intervention” in a particular way to classify actions that cross between gameplay, agitprop political theater, and artistic performance.

Keywords : Samuel Beckett ; Endgame ; Counter-Strike : Global Offensive ; performance ; guerilla theater ; hacktivism ; absurd.

 

Yona Hanhart-Marmor

Après deux années de classes préparatoires au lycée Fustel de Coulanges à Strasbourg, Yona Hanhart-Marmor a poursuivi des études de lettres modernes à l’université de la Sorbonne nouvelle. Elle prépare actuellement, en cotutelle avec la Sorbonne nouvelle et l’université de Tel-Aviv, une thèse sur le statut et les enjeux de l’ekphrasis dans l’œuvre simonienne. Elle s’intéresse également à Proust et à son influence sur a littérature moderne ainsi qu’aux rapports entre la littérature et les autres formes d’art, notamment la peinture.

Yona Hanhart-Marmor studied modern literature in University of Sorbonne nouvelle after two years of humanities in Strasbourg (lycée Fustel de Coulanges). She is currently achieving a PhD (cotutelle between Sorbonne nouvelle and Tel-Aviv University) about ekphrasis in Claude Simon’s novels. Her interest also encompasses Proust and his influence on modern writing as well as relationships between literature and painting.

"Le Vent" : Tentative de restitution d’un retable baroque ou un principe de transfigure (19 mars 2012)

Le lecteur du Vent, plus encore celui qui connaît d’autres œuvres de Claude Simon, ne peut que ressentir une certaine surprise tant devant le titre attribué par l’écrivain à son roman, Le Vent, puisque celui-ci ne semble absolument pas être le héros de l’histoire racontée, que devant ce que nous appellerons pour l’instant son sous-titre : Tentative de restitution d’un retable baroque. En effet, contrairement à la majorité des écrits simoniens, Le Vent ne contient, à quelques exceptions près, pas de (...)

 

Magali Hardouin

Enseigner l’Europe et l’Union européenne : quels problèmes et quels enjeux en géographie ? (22 octobre 2009)

Résumé : Cet article entre dans la catégorie liée à la formation initiale des futurs enseignants dans le monde contemporain. Quelle Europe ? Comment enseigner une matière en constante évolution ? Quelles sont les fins d’une telle éducation ?
Mots-clés : enseignement – Europe – Union européenne – enseignant de géographie – méthodes
Abstract : The communication fits into the category relative to the formation training of the teachers in the current world. What Europe ? How to teach a subject in constant evolution ? What are the ends of such an education ?
Keywords : education – Europe – European Union – geography teacher – methods

 

Geneviève Has

Le fantasme de la traduction automatique : esquisse d’un imaginaire frelaté (14 avril 2015)

Résumé : Cette contribution vise à explorer l’imaginaire qui entoure la traduction automatique (TA), notamment en ce qui concerne la recherche fondamentale et ses applications. Il s’agit de retracer les étapes importantes de l’histoire de la traduction automatique pour mettre en lumière certaines des attentes alimentées par l’imaginaire technologique et, en retour, montrer comment ces attentes ont teinté à la fois les directions qu’a emprunté la recherche, les applications qui en sont nées et l’accueil qu’on leur a réservées. Une fois ces tensions esquissées, nous proposons un recadrage de cet imaginaire, lequel pourrait s’incarner dans la figure du cyborg.

 

Riina Heikkilä

The language situation in Sweden : the relationship between the main language and the national minority languages (4 octobre 2010)

Abstract : This article is based on the presentation at the conference "Cultural Diversity, Multilingualism and Ethnic Minorities in Sweden" arranged by The French Institute the 2nd and 3rd of September. The aim of the article is to give a short presentation of the language situation in Sweden today and to make a presentation on the main language Swedish and the five national minority languages.

 

Laura Hengehold

Laura Hengehold is a philosopher. Director of the department of French-speaking studies of the Western University Case Reserve of Cleveland (United States). She is interested in the continental philosophy, in the postcolonial studies and women’s studies. She has published "The Body Problematic, Political Imagination in Kant and Foucault" (Penn State Press, on 2007). --- Laura Hengehold est philosophe. Directrice du département d’études francophones de l’Université Case Western Reserve de Cleveland (États-Unis), et elle s’intéresse tant à la philosophie continentale qu’aux postcolonial studies et aux women’s studies. Elle a publié "The Body Problematic, Political Imagination in Kant and Foucault" (Penn State Press, 2007).

Witchcraft, Subjectivation and Sovereignty : Foucault in Cameroon (17 juin 2009)

Abstract : What does the status of the occult in contemporary African politics have to tell us about the processes of subjectivation and sovereignty described in Foucault’s genealogy of Western biopolitics ? Ideas about the invisible that have become strikingly popular in African societies undergoing rapid economic transformation may allow African philosophers and anthropologists to situate European forms of subjectivation, sovereignty, knowledge, and visibility with respect to their own “invisible” or occult dimension. My goal is arrive at a better understanding of what philosophers, Northern or Southern, mean by political imagination and to explain how power involves the capture of an individual’s or community’s imagination as well as their visible, tangible bodies.
Résumé : La place occupée par l’occulte dans la politique africaine contemporaine peut-elle nous apprendre quelque chose sur les processus de subjectivation et de souveraineté décrits dans la généalogie foucaldienne ? Les philosophes africains et les africanistes éclairent-ils la généalogie des pratiques biopolitiques occidentales ? Cet article voudrait situer les différents types européens de subjectivation, de souveraineté, de savoir, et de visibilité en relation à leur propre dimension invisible ou occulte, en les comparant avec la notion d’invisible devenue étonnamment populaire dans les sociétés africaines, tout à la fois exposées à une brutale mutation économique et confrontées à d’innombrables conflits.

 

Clarisse Herrenschmidt

Anthropologue, Clarisse Herrenscgmidt, spécialiste de l’Iran perse et élamite, ainsi que de la Grèce ancienne, pratique l’anthropologie des sociétés anciennes et l’anthropologie des écritures. Sa formation de linguiste et de philologue l’ont amenée à problématiser l’écriture, non seulement selon le questionnement de la linguistique, c’est-à-dire du rapport que les signes entretiennent avec la langue écrite, mais selon l’axe de l’anthropologie, c’est-à-dire du rapport qu’indiquent les signes sur les idées, les usages et la symbolique de la langue, de la parole et de l’origine du langage, que toute écriture véhicule et dont toute société se soucie. Elle a publié en 2007 ’Les trois écritures. Langue, nombre, code’, Paris, Gallimard/NRF (col. « Sciences humaines »), 500 p. Cet ouvrage a reçu en 2008 le prix Prix Georges Dumézil, de l’Académie Française et le prix Georges Picot de l’Académie des Sciences Morales et Politiques.

La Tour de Babel n’existe pas (10 novembre 2008)

Une première version de ce texte fut prononcée par Clarisse Herrenschmidt lors du Congrès Eurozine ’Crosswords X Mots-croisés’ qui s’est tenu à Paris entre le 26 et le 29 septembre 2008 à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. En présence de Michel Deguy, Ruth Wodak, Barbara Cassin, Gérard Wormser, Geert Lovink, Daho Djerbal, Edouard Glissant...
Le thème développé, discuté et débattu lors du congrès, qui réunissait environ 80 éditeurs venus de toute l’Europe, était le multilinguisme et le travail en réseau.
Alors que l’on associe habituellement la Tour de Babel à la multiplicité des langues, Clarisse Herrenschmidt affirme qu’au contraire c’est l’unicité de la langue qui est la cause de la construction de la Tour, c’est la multiplicité des langues qui met fin à la Tour, inachevée pour l’éternité mythique.

 

Jean-Yves Heurtebise

Jean-Yves Heurtebise est Membre Statutaire du CRAL (EHESS) et membre associé du CEPERC (Université d’Aix-Marseille – anciennement Université de Provence). Il fait partie des membres actifs de l’association basée au KGC à l’Université de Stanford, dédiée à la création de liens nouveaux entre le monde académique et les régions en développement. Il fait aussi partie de diverses sociétés académiques : Société pour la phénoménologie des médias ; Institut international de communicology, Sens Public et Environnement Asie. II a fait partie des 30 chercheurs sélectionnés toutes disciplines confondues dans toute l’Europe pour participer au premier Programme Science et Technologie financée par la Commission Européenne : en tant que tel il a été chercheur invité au département de philosophie de l’Université Nationale de Taiwan. Depuis cette année, il participe comme Chercheur Marie Curie au programme IRSES en partenariat avec l’Université de TsingHua à Pékin. Ses aires de recherches sont la philosophie continentale et française contemporaine (notamment l’esthétique du cinéma chez Deleuze et la pensée biologique d’Henri Bergson) et les liens entre science, culture et société. Français, il parle aussi anglais, italien et chinois.

Jean-Yves Heurtebise is a Research Fellow Member of the Research Center for Art and Language (CRAL) at the EHESS in Paris. He is also an Associate Researcher of Center for Comparative Ergology and Epistemology (CEPERC) at the University of Provence. He is the member of numerous academic communities : He is among the members of the “Center for Everything” : an organization dedicated to the fostering of Sustainable Education in order to bridge the knowledge and economic gaps, based in the Kozmestky Global Collaboratory (KGC) at Stanford University. He is one of the Directors (Board Committee) of the Society for Phenomenology and Media, at National San Diego University and one of the reviewers of the SPM Publishing Committee. He is also in the Board Committee of Sens Public. He is a Fellow Member of the International Institute for Communicology based at Washington DC and Nanjing. And he is a Member of “Environment Asia” : a research-based French organization monitoring issues relative to Environment and Climate Change in East Asia. Recently, from 2009 to 2011, he has been awarded by the European Commission with the European Commission in Brussels and the EU Delegation in Beijing and was working as a Visiting Scholar in National Taiwan University Department of Philosophy (Taipei, Taiwan). From July 2011 on, Jean-Yves Heurtebise will be a Marie-Curie Research Fellow at Tsing Hua University (Beijing, China), in charge of the part of the IRSES program dedicated to the understanding of the socio-cultural implications of Environmental Global issues.

Après les élections à Taiwan : choses pensées et vécues des deux côtés du détroit (10 avril 2012)

Le contexte Les élections présidentielles et législatives de la République de Chine à Taiwan ont inauguré le 14 janvier 2012 une année riche en élections importantes (France, Russie, Etats-Unis) et en changements politiques majeurs (renouvellement des dirigeants du Parti Communiste Chinois). En lice, à Taiwan, trois principaux candidats : Ma Ying-jeou (KMT, Parti nationaliste 國民黨), Tsai Ing-wen (DPP, Parti Démocratique Progressiste 民主進步黨), Soong Chu-yu (FPP, Parti du peuple en premier 親民黨). Ma (...)

 

Après les élections en France : point de vue d’un apatride sur le concept de Nation (16 juin 2012)

Les élections se gagnent au centre dit-on en sciences politiques. Nous ajouterons : si les élections se gagnent au centre sur le plan politique, elles se gagnent sur les marges au niveau idéologique. Sur le plan politique, la gauche a gagné les élections : François Hollande a été élu septième président de la cinquième République, deuxième président socialiste, en totalisant 51,62 % des votes et rassemblant 18 000 438 des voix ; le président sortant Nicolas Sarkozy a recueilli 48,38 % des votes exprimés (...)

 

Double face : Temps et Espace dans Persona d’Ingmar Bergman et Le Miroir d’Andreï Tarkovski (18 mars 2015)

Résumé : Notre but dans cet article sera d’extraire de l’étude combinée du Miroir de Tarkovski et de Persona de Bergman, un nouveau cadre transcendantal de la perception sensible de l’espace et du temps. Nous verrons comment au temps linéaire et chronologique, Tarkovski substitue à travers son film un temps sédimentaire où le passé, le présent et le futur coexistent, et comment à l’espace fait de blocs indépendants et séparés, Bergman suggère à travers Persona, l’existence d’un espace fait de niveaux de réalités qui se chevauchent. Cette perception radicalement transformée de l’espace et du temps introduit dans le sujet une profonde mutation de la subjectivité que le spectateur expérimente à travers le cinéma.

Mots clés : temps, espace, miroir, double, Bergman, Tarkovski, cinéma.

Abstract : This paper aims at providing a comparative philosophical analysis of Bergman’s Persona and Tarkovski’s The Miror centered on the notions of space and time. This analysis of both movies proposes to better grasp visual meaning throught philosophical concepts, using this occasion to think anew our presence to the world now (time) and here (space). On the one hand, we demonstrate how Tarkovski’s work supersede a linear and chronological perception of time with a layered one, where past, present and future are intertwined ; on the other hand, we argue that Bergman’s Persona suggests the existence of a multileveled and overlappind reality of space, different from a conception of a space made out of separated blocks. This radically transformed perception of time and space introduces a fundamental change in the viewer’s subjectivity.

Keywords : time, space, mirror, double, look-alike, Bergman, Tarkovski, cinema.

 

Fugue du temps : Le "Miroir" d’Andreï Tarkovski (7 avril 2014)

Résumé : Dans ses livres sur le cinéma, Deleuze le définissait comme un art de la présentation visuelle indirecte (Image Mouvement) ou directe (Image Temps) du temps (Deleuze 1983, 1985). Alors que les écrits de Tarkovski sont une référence constante, Deleuze ne consacre pourtant pas d’étude spécifique sur les formes du temps dans le cinéma de Tarkovski. Pour pallier à cet oubli, la manière dont le Temps est mis en image dans Le Miroir sera analysée à la lumière de la manière dont le Temps est pensé par Tarkovski au niveau biographique, historique, et mystique. Nous verrons comment, dans son film Le Miroir, Tarkovski établit tout un circuit entre les souvenirs personnels, les images d’archives, les images du rêve et les symboles de l’inconscient afin de donner à voir/entendre une nouvelle forme/fugue du Temps.

 

Goût de la recherche, saveur de la découverte. Entretien avec Albert Fert, Prix Nobel de physique en 2007 (26 mai 2008)

Monsieur Albert Fert est le dernier Prix Nobel de Physique. C’est le douzième prix Nobel de Physique Français, après ceux reçus par les Professeurs Pierre Gilles de Gennes, Georges Charpak, et Claude Cohen-Tannoudji. Cet entretien a été réalisé par Jean-Yves Heurtebise, docteur de Philosophie, à la suite d’une journée de colloque organisée à Marseille par [l’ASSOM->http://www.assom.fr/]. C’était la première fois que Fert intervenait en France pour parler de son prix Nobel. Témoignage.

 

Gouverner la France à l’ère de la guerre froide 2.0 (11 septembre 2012)

Real Real Politik Le problème géopolitique majeur auquel chaque nation doit faire face est de savoir quelles alliances stratégiques nouer dans un monde en pleine guerre économique. La guerre économique mondiale signe l’émergence de ce qu’on pourrait nommer la Real Real Politik : le redoublement du terme Real dans l’expression « Real Politik » signifie son extension à l’ensemble des acteurs nationaux sans distinction. Une telle extension est permise par l’essor des économies émergentes (Brésil, (...)

 

Institutionnalisation du vide, vide des institutions : l’art du « ready-made » à l’ère démocratique (26 janvier 2015)

 

Je e(s)t un Autre - Philosophie et Esthétiques du dédoublement (18 mars 2015)

Résumé : Vouloir étudier les notions de double et de dédoublement, c’est tenter de repenser la notion d’identité. C’est chercher à saisir la constitution de la subjectivité et de la personne dans le rapport du Je et de l’autre, c’est chercher à penser leur rapport : pas simplement de l’autre en tant que autrui mais de l’autre en tant que autre du Je. Et cela à différents niveaux autant philosophique, que politique et psychologique. Au point de vue philosophique et plus encore épistémologique, notre intention serait de redéfinir la notion de « sujet » pour sortir du point de vue classique en s’aidant notamment des concepts propres au champ de la physique quantique. Il faudrait penser une figure de la subjectivité n’impliquant pas nécessairement l’identité à soi.

Mots clés : Double, identité, épistémologie, psychologie, philosophie, arts, représentation.

Abstract : Wanting to study the notions of double and duplication is an attempt to rethink the notion of identity. It is to seek to grasp the constitution of subjectivity and of the person in the relation of the I and the other, it is to seek to think their relation : not simply of the other as other but of the other as another of the I. And this at different levels as much philosophical as political and psychological. From the philosophical point of view and even more epistemologically, our intention would be to redefine the notion of "subject" in order to escape from the classical point of view, using in particular the concepts specific to the field of quantum physics. One should think of a figure of subjectivity that does not necessarily imply identity to oneself.

Keywords : Double, identity, epistemology, psychology, philosophy, arts, representation.

 

La démocratie comme fin de l’histoire et après (26 mars 2011)

Le philosophe Michel Foucault montrait dans Les Mots et les Choses que la perception humaine de l’Histoire comme mouvement de progrès était une invention récente. Au dix-septième siècle, la notion d’Ordre fondait l’épistémologie, comme elle fondait la politique (la classification des espèces fixes répondant à la stratification sociale des castes et des ordres). A la fin du dix-huitième siècle se dégage l’idée que les formes figées sont le produit d’une évolution réelle et constante – idée qui va peu à peu (...)

 

La Muraille de Signe (31 octobre 2011)

Résumé : L’idéal serait de faire avec la Chine ce que Barthes avait fait pour le Japon. Partir d’expériences singulières parce que quelconques pour réverbérer un sentiment vague mais insistant. Avec les mots de la langue dont on part introduire une brèche dans la muraille des signes. Ce ne serait pas un article académique. Ce ne serait pas un livre de voyage. Ce ne serait pas une thèse de sinologie. Ce serait un objet bancal : une tentative de traduire des intuitions qui couvent dans notre sang et se précipitent, à l’occasion de rencontres anodines, en idées que l’on souhaiterait caractéristiques. Comme une esquisse pour un tableau qui, de toute façon, ne viendra jamais.
Mots-clés : Signes (Caractères) – Chine – Taiwan – Culture – Temps – Différence
Abstract : We would like to do for China what Barthes did for Japan. From ordinarily singular outcomes sketching out a faint but somewhat pervasive vision. With the usual words of our own mother language filing down the Great Wall of Signs until opening a vent. It won’t be something for the Academia, neither a Guide Book, nor a Dissertation on Chinese Linguistics. But a wonky guy, to whom you won’t give a dime, but will nevertheless carefully listen to for it will be nothing but the translation into words of a bundle of encounters, reminiscences and intuitions erupting from the swinging lava flowing in his neural vessels and pointing out to a crystallizing notion of It. Like the refined construction of a dainty jetty for a boat that will whatever never come.

 

La Terre comme fin de l’histoire et après (18 mai 2011)

Raymond Ruyer se moquait doucement des philosophies de l’Histoire à la Hegel ou à la Marx. Selon lui, la philosophie de l’histoire à la Spielberg & Lucas, avec Star Wars, avait une envergure philosophique beaucoup plus importante. Est-ce qu’il est possible d’envisager philosophiquement cet horizon-là ? Comment penser l’évolution du rapport de l’Homme à la Terre ? S’il est vrai que la philosophie, comme l’indiquait (semble-t-il) Gilles Deleuze, ce n’est pas simplement l’empirisme ordinaire du (...)

 

La Vie et le Temps (16 février 2008)

Le vendredi 24 novembre 2006 s’est tenu à Marseille, à l’amphithéâtre des Sciences Naturelles de la Faculté des Sciences de Saint-Charles (Université de Provence Aix-Marseille I), le colloque pluridisciplinaire « la Vie et le Temps » organisé par l’association RezoDoc, association des docteurs et doctorants des Universités d’Aix-Marseilles, avec la participation des Professeurs Pierre-Gilles de Gennes, de l’Institut Curie, prix Nobel de physique 1991, et Dominique Lecourt, de l’Université Paris VII Denis Diderot, prix Gegner de l’Académie des sciences morales et politiques en 2000.

 

Le capitalisme comme fin de l’histoire et après (16 avril 2011)

Affirmer que la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 et l’effondrement du bloc soviétique subséquente sont la preuve formelle et définitive que la philosophie de Marx est fausse, c’est un peu comme dire que la défaite nazie de Stalingrad en 1943 et le suicide d’Hitler le 30 avril 1945 sont la preuve formelle et définitive que la philosophie de la Volonté de Puissance de Nietzsche est fausse : c’est tout à fait idiot. Pour au moins deux raisons : 1. Identifier une philosophie à une forme (...)

 

Philosophies du cinéma politique (5 mai 2008)

**L’objet de ce colloque, qui s’est tenu au Collège international de philosophie le 26 novembre 2007, c’est la question du cinéma politique. De sa philosophie. De ses philosophies. Le cinéma politique permet de penser le rapport entre la « vérité » recherchée par la pensée, la « réalité » produite par la politique, la « beauté » évoquée par l’art.
**This colloquium (2007/26/11, Collège international de philosophie, Paris) addresses the topic of political movies through the lens of philosophical concerns. Political movies allow us to raise the issue of the link between truth, reality and beauty, between philosophy, politics and arts.
**Il colloquio (2007/26/11, Collège international de philosophie, Paris) si propone di studiare, dal punto di vista filosofico, i diversi aspetti del cinema politico. Attraverso l’esempio del cinema politico si puo trattare il problema dei rapporti fra l’estetico et la politica.

 

Philosophies du cinéma politique : Conclusion (5 mai 2008)

Résumé : L’étude du cinéma politique nous permet de repenser le rapport entre philosophie, politique et esthétique : la vérité implique un effort sur soi qui permet de se dégager d’habitudes empêchant de voir la beauté du monde et suscite le désir d’une construction collective de la réalité.
Abstract : By studying political movies we are able to outline the link between philosophy, politics and art : the training on your own subjectivity, implied by the effort of knowing, induces a refreshing capacity of perceiving things outer us and a strong desire to collaborate in a social purpose.
Abstract : Studiare i filmi politici ci permette di studiare il problemo dei rapporti fra l’estetico, la politica e la filosfia : la construzione della verità necessita la costruzione di se stesso, un processo individuale e collettivo, intelletuale e affettivo.

 

Pourquoi tant de FN en France ? Genèse d’un néo-radicalisme majoritaire (12 mai 2014)

Front National est le premier parti de France aux élections européennes de 2014 avec 24,85% des voix exprimées. Depuis trente ans exactement, soit depuis 1984 et le bond soudain du Front National à presque 11% des suffrages exprimés aux élections européennes (il totalisera 9,6% des suffrages aux législatives de 1984 et 14,3% aux présidentielles de 1988), c’est toujours finalement un peu la même question qui revient à chaque élection : Pourquoi tant de FN en France ? Quelques rappels historiques (...)

 

Science et Politique (9 novembre 2007)

Résumé : Les définitions classiques de l’homme à la fois comme animal politique et sujet de raison renvoient à une profonde unité : la politique comme mode d’organisation sociale des corps et la science comme mode d’organisation expérimentale des faits se définissent à travers un processus de coévolution. De fait, la raison comme puissance « transcendantale » d’organisation du divers opère moins à partir de catégories abstraites que par une stratégie de gestion des données du monde. Inversement, le social se constitue comme un essai de rationalisation des rapports entre ses membres. La conséquence épistémologique de cette hypothèse est que s’il y a bien une vérité produite par la science, elle ne relève ni de la découverte du réel comme tel ni de la révélation de l’esprit humain mais elle est l’expression du mode d’organisation des esprits et des corps. La conséquence éthique de cette hypothèse est que si l’homme, pour connaître le monde, agit sur le monde, la limite de son pouvoir de connaître n’est pas celle de son entendement, ni celle de son pouvoir technique d’agir, mais celle de sa capacité à survivre aux changements induits, à la fois sur lui-même (biologiques) et sur le monde (environnementaux), par sa pratique connaissante. La raison est l’instrument du jeu dangereux par lequel la nature se teste elle-même à travers l’homme.
Abstract : The classical definitions of man as a political animal and a reasonable subject reflect a deep unity : politics as social organization of bodies and science as experimental organization of facts are both defined through a process of coevolution. In fact, reasoning as a "transcendantal" potential for organizing variety does not so much operate through abstract categories as it constitutes a strategical way to manage the world data. Conversely, the social field results from an attempt to rationalize the relationships between its members. The epistemological outcome of this assumption is that, if we admit there is a truth produced by science, it is neither brought about by the discovery of reality as such nor by a revelation of the human mind ; it rather manifests how bodies and minds get organized. The ethical outcome of this assumption is that, if man affects the world in order to know it, his power to know is not limited by his understanding or by his technical skills but by its ability to survive the changes produced by his quest, both in himself (biologically) and on the world (environmentally). Reason is the dangerous tool by which nature tests itself through man.

 

Sidney Lumet ou Le dialogue socratique au cinéma (5 mai 2008)

Résumé : Le film de Sidney Lumet, Douze hommes en colère, sera analysé comme l’exemple type d’une définition constructiviste et interactionniste de la vérité propre au cinéma politique.
Abstract : The aim of the following study of Sidney Lumet’s movie Twelve angry men is to propose a dynamic and interactive definition of truth, actually implied by main political movies.
Abstract : Il filmo La parola ai giurati diratto da Sidney Lumet sembra un paragone del filmo politico nel suo modo di definire la verita come il prodotto dell’interazione tra diversi protagonisti.

 

Vie et temps : dialectiques de l’ordre et du désordre (16 février 2008)

Résumé : Le problème philosophique est de savoir comment définir cette notion de Désordre : est-ce que, par Désordre, il faut entendre, de façon négative, la fin de l’ordre naturel supposé universel, éternel et nécessaire remplacé par un mouvement de décomposition thermodynamique de toutes choses ou est-ce que, par Désordre, on pourrait entendre le fait vital et positif de l’absence d’un ordre figé et l’incessante variation au sein d’un milieu métastable et fluent ? Plutôt que de penser le Désordre comme une caractéristique universelle de la matière à laquelle devrait s’opposer l’Ordre, ne peut-on pas penser le désordre, de façon positive, comme cette puissance de hasard et ce goût du possible qui fait la vie du temps ?

 

Mathieu Hilgers

Espaces publics liminaires en contexte semi-autoritaire (6 juin 2014)

Peut-il exister des espaces publics dans des contextes semi-autoritaires ? Dans l’affirmative, comment prennent-ils forme, que signifient-ils, quelles sont leur utilité et leur portée ? Le continent africain est sans doute l’une des régions du monde où ces questions se posent avec le plus d’acuité. Pour tenter d’y répondre et d’identifier l’originalité des processus politiques et cognitifs en cours, cet article revient sur les principales transformations qui ont conduit, depuis les années 1990, à la (...)

 

Kira Hoareau

Juriste de formation, ayant vécu plusieurs années en Russie, Kira Hoareau est diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris.

La notion d’erreur médicale en droit Russe (29 novembre 2004)

Résumé : Le médecin doit pouvoir prendre connaissance de ce que l’on attend de sa pratique et savoir quels sont les comportements qui feront, ou non, de son activité une réalisation correcte des soins. Actuellement, se pose très fortement la question de l’évaluation des soins médicaux en Russie. La reflexion juridique et médicale russe, sur ce thème, est très vive car les textes de droit très récents. En effet, l’irruption du droit dans la médecine a fait de ce qui n’était que querelles doctrinales, une nécessité. Désormais, le corpus de règles juridiques russe, ainsi que la foisonnante doctrine, permettent de définir plus précisement ce qu’est un défaut dans les soins médicaux. Les règles d’expertise médico-légale viennent appuyer ce mouvement. Et demeure une question très discutée parmi les médecins et les juristes, ce qui n’est pas une particularité russe, celle de l’erreur médicale.

 

Gilles Holder

Enjeux démocratiques et (re)conquête du politique en Afrique (6 juin 2014)

Depuis une vingtaine d’années, les travaux sur la redéfinition d’une sphère islamique au sein des espaces publics ouestafricains partent d’un double constat. Premièrement, les processus de démocratisation issus des conférences nationales des années 1990 ont conduit à une libéralisation juridique des médias et des associations, parallèlement à une décentralisation des institutions, de l’aide au développement, et à une urbanisation sans précédent. Deuxièmement, cette période est marquée par une accélération (...)

 

Jérémy Hornung

Qui sont les transhumanistes ? (17 juin 2011)

Résumé : Nous avons ici tenté de décrypter la nature, la structure et les modalités d’actions d’une minorité active contemporaine au sein des pays développés. Les individus qui composent le mouvement transhumaniste reflètent admirablement bien, à des degrés divers et variés, la situation conflictuelle qui est celle de l’espèce humaine en ce début de 3ème millénaire confrontée à l’importance croissante prise par les sciences, les techniques et la technologie dans nos vies quotidiennes. Discutant de l’avenir de l’humanité, les transhumanistes questionnent des problématiques essentielles qui mettent progressivement en valeur une nouvelle identité idéale posthumaine où la technique, mise au service de l’humain, restaure la légitimité sociale et cosmologique de celui-ci.
Mots-clés : transhumanisme, posthumain, utopie, futurologie, Ray Kurzweil, progrès, technoscience, intelligence économique.
Abstract : In this article, we tried to decrypt the nature, the structure and the ways of actions of an active minority within developped countries. Individuals who belong to the transhumanist movement reflect to some extent the conflictual situation which is the own case of our Mankind in this beginning of 3rd millenary which has to cope with the growing importance of Sciences, Techniques and Technology in our daily lives. Discussing about the future of Mankind, Transhumanists interrogate burning core questions which put forward a new ideal posthuman identity where technique, helping human beings, restores their social and cosmological legitimacy.
Keywords : Transhumanism, posthuman, utopia, futurology, Ray Kurzweil, progress, technoscience, economic intelligency.

 

Ágnes Horváth

Europe in teaching practice – national and international experiences (22 octobre 2009)

Abstract : During the past six years I was fortunate to teach European Studies to Hungarian and foreign students within teacher training and further education as well. The lecture tries to summarize the most important features and approaches used in teacher training programmes, special programmes for in-service teachers and international seminars. The key questions of the approach are : How to define Europe as historical, geographical and cultural phenomena ; How to motivate participants to get acquainted with European issues ; How to promote European identity and citizenship ; How to balance national and international features of European values, movements and relations ; How to develop critical thinking and intercultural communication within European studies ? Conclusion : teaching Europe would be much more efficient if we used concrete and up to date information to obtain personal interest and individual participation in different debates, projects, presentations and later on independent actions as well.
Keywords : foreign students – methods – teacher training programmes – Europe – European identity – european citizienship
Résumé : Az elmúlt hat évben lehetőségem volt arra, hogy “Európa-tanulmányok” címmel a tanítóképzés és továbbképzés keretében kurzusokat vezessek magyar és külföldi hallgatók számára. Az előadás megpróbálja összefoglalni a a tanítóképzés, a pedagógus továbbképzés, valamint a nemzetközi szemináriumok programjában alkalmazott legfontosabb elemeket és megközelítéseket. Az összegzés tartalmazza a tartalom, a tananyag, a módszerek és a hallgatói aktivitás tekintetében felmerült problematikus pontokat. A feldolgozás központi kérdései : Hogyan határozzuk meg Európát történeti, földrajzi és kulturális jelenségként ? Hogyan motiváljuk a résztvevőket az európai ügyek iránti érdeklődés tekintetében ? Hogyan fejlesszük az európai identitást és állampolgárságot ? Hogyan teremtsünk egyensúlyt az európai értékek, megmozdulások és kapcsolatok nemzeti és nemzetközi vonatkozásaiban ? Hogyan fejlesszük a kritikai gondolkodást és az interkulturális kommunikációt az Európa-stúdiumok keretében ? Következtetés : Európáról tanítani sokkal hatékonyabb a konkrét és naprakész információk felhasználásával, mivel így lehetővé válik a személyes érdeklődés és az egyéni részvétel biztosítása a vitákban, projektekben és prezentációkban, a későbbiekben pedig az önálló tevékenységekben.
Mots-clés : külföldi diákok – módszerek – oktatói képzés-programok – Európa – Európai identitás – európai tagság

 

Christina Howells

Professor of French, University of Oxford. Fellow of Wadham College.

Sartre et Derrida : les promesses du sujet (5 mars 2005)

Résumé : Dans cet article issu d’une conférence tenue en juin 1999 lors du Colloque du Groupe d’études sartriennes en présence de Jacques Derrida, Christina Howells confronte les conceptions du sujet chez Sartre et Derrida tout en relisant, à la lumière de Sartre, la lecture critique de Sartre faite par Derrida. En 1962, Sartre représentait, selon Derrida, une force déstabilisante, une trouée dans le paysage phénoménologique, bouleversant les certitudes husserliennes, comme Derrida le fera bientôt lui-même. Mais quelques années plus tard, dans la conférence « Les fins de l’homme », que Derrida a prononcée à New York en 1968, Sartre devenait le métaphysicien humaniste, auteur d’une ontologie phénoménologique censée être une anthropologie philosophique...

 

Hsu Hsiu-Hui

徐秀慧 1970年出生於台灣。國立清華大學文學博士。國立彰化師範大學國文學系助理教授。研究領域為台灣文學、中國現當代文學。/ Hsu, Hsiu-Hui was born in Taiwan at 1970. Literature doctor of the National Ting Hua University. Chinese Department and the Taiwan literature institute assistant professor of the National Changhua University of Education. Research area for Taiwan literature and Chinese modern literature.

跨国界与跨语际的鲁迅翻译 (1925 1949) / A Theory of the Translations of Lu Xun’s works (28 avril 2008)


摘要 : 鲁迅的作品1928年被介绍到日本,1930年前后因《阿Q正传》的日译,鲁迅在日本逐渐受到敬重,开启了日本的「鲁迅学」的序幕。在东亚反法西斯的文化阵线上,作为中国的作家,鲁迅率先登上日本文坛,开辟了「弱小民族」在日本的文化阵地,让日本普罗文学界开始注意台湾与朝鲜、「满州」的作家,也打开了日本人关注「弱小民族文学」的视野。本文将以「翻译鲁迅」的现象说明中、日「地下火」之一脉相连,描述二战前国际主义的普罗文学运动的文化场域之一隅。同时从光复初期台湾文化界再生产「鲁迅的战斗精神」的文化资本,以抗议国共内战的爆发与国民党的法西斯统治,说明台湾与二、三O年代以来中、日文化界传布鲁迅战斗精神的反法西斯运动的「地下火」连成一脉的历史意义。
关键词 : 鲁迅、普罗文学、反法西斯运动、台湾光复初期、反内战、地下运动
Abstract : The works of Lu Xun were introduced into Japan in 1928. About 1930, with the translation of “The true story of Ah Q”, Lu Xun’s notoriety in Japan made considerable progress and works like the “Lu Xun’s Studies” were published about him. In the antifascist context, they present in East Asia, Lu Xun was the first Chinese writer to appear on the Japanese cultural scene. By introducing the literature of “small weak nations” he drew the attention of the pro-proletarian literary milieu to the writers in Taiwan, Korea and Mandchuria and thus introduced new ideas in Japan. During the Restoration period in Taiwan (1945), in protest against the civil war opposing the nationalist and communist parties, and also against the fascist domination, the combative spirit of Lu Xun was re-invested by the Taiwanese cultural milieu, following a first wave of influence in the 20’s and the ’30s amid the Sino-Japanese cultural circles. In this article, on the basis of translations of Lu Xun’s works, I would like to show that the “Underground Fire” in China and in Japan can be traced to the same origin. I shall also examine a few elements of the proletarian literature at the time of internationalism before the Second World War.
Keywords : Lu Xun ; Proletarian ; Anti-Fascism ; Restoration ; Anti-civil war ; Underground activity

 

Hungju Hsu

Sens et valeurs en éducation de ’l’affrontement’ : entre l’Europe et la Chine (3 décembre 2012)

Résumé : Ce texte écrit à deux mains (l’une taïwanaise, l’autre européenne) se propose d’étudier la notion d’affrontement d’un point de vue moral : est-ce ou non une valeur d’accepter ou de vouloir l’affrontement ?
Abstract : Written by two philosophers of education, one is from Taiwan and the other from Europe, this study investigates the notion of confrontation by using the point of view of moral : is the confrontation a value deserved to be recognized or be required ?
摘要 : 本文由兩位分屬於東西方(華人與歐洲)的學者,共同從道德的角度,針對:「是否應該接受甚或需要『對抗』此一價值」所進行的分析與研究。

 

Katie Hubbard

Beckett Spams Counter-Strike (21 juillet 2016)

Résumé : Ce qui suit décrit une « intervention » dans le jeu Counter-Strike : Global Offensive, intitulée Beckett Spams Counter-Strike - par « intervention », nous entendons une forme de performance artistique et d’action politique qui entre et occupe, ou « intervient » dans un environnement, une institution déjà existante, un espace ordonné. La description est interrompue ou fragmentée par des remarques « signées » des « joueurs » – les acteurs, les « gamers », les écrivains et les artistes qui participent au projet – alors que nous tentons de comprendre notre échec ou notre succès à mettre en scène la pièce de Beckett et (ou ?) à jouer à Counter-Strike, un échec que l’on pourrait décrire comme une faillite du théâtre et du jeu. En outre, la description est suspendue ou reléguée au second plan par des extraits de nos performances. Développée pendant plusieurs années par une équipe de la West Virginia University, l’intervention dans le jeu a mené à plusieurs performances traitant le jeu comme un site d’investigation philosophique et pédagogique sur l’intentionnalité et la violence. Nous utilisons le terme « intervention » d’une façon singulière pour qualifier des actions qui recoupent le « gameplay », le théâtre politique d’agitprop et la performance artistique.

Mots-clés : Samuel Beckett ; Fin de partie ; Counter-Strike : Global Offensive ; performance ; théâtre-guérilla ; « hacktivisme » ; absurde.

Abstract : The following describes an intervention in the game Counter-Strike : Global Offensive, entitled Beckett Spams Counter-Strike - by intervention we mean a form of artistic performance and political action that enters and occupies, or “intervenes,” in an already existing environment, institution, and ordered space. The description is interrupted or broken by “signed” remarks from the “players” – the actors, gamers, writers, and artists participating in the project – as we try to make sense of our failure or success at staging Beckett’s play and (or ?) playing Counter-Strike, a failure best described as the collapse of theater and game. Furthermore, the description is interrupted or upstaged by excerpts from our performances. Developed over multiple years by a team at West Virginia University, the intervention into the game led to several performances, treating the game as a site of philosophical and pedagogical investigation into purpose and violence. We use the term “intervention” in a particular way to classify actions that cross between gameplay, agitprop political theater, and artistic performance.

Keywords : Samuel Beckett ; Endgame ; Counter-Strike : Global Offensive ; performance ; guerilla theater ; hacktivism ; absurd.

 

Anne-Claire Huby

Spécialiste de littérature comparée et de traduction, spécialiste des contes et des mythes, particulièrement de ceux d’Amérique latine

Appel à la traduction (11 mai 2011)

Nous proposons à nos lecteurs la possibilité de soumettre une traduction des textes qu’ils estimeraient utile voire nécessaire de voir circuler dans une autre langue que celle de sa rédaction première... Lire la suite

 

Charte éditoriale pour la traduction (28 mai 2010)

Conditions générales de publication Tout texte traduit proposé à la Revue Sens Public doit faire au préalable l'objet d'une relecture ou révision scrupuleuse sur la plate-forme de traduction collaborative Babel (http://babel.sens-public.org) et avoir été approuvée par l'auteur qui sera associé à l'élaboration de la traduction le cas échéant. Le traducteur doit fournir une biographie d'environ 5 lignes éventuellement suivie d'une bibliographie personnelle (...)

 

Psychanalyse, mythes et contes : la sagesse ne jaillit pas d’elle-même ? (23 janvier 2012)

Résumé : Le Théâtre de la Renaissance d’Oullins organise pour la troisième saison un cycle de débats de société, « Consonances », en partenariat avec le musée des Confluences. En lien avec le spectacle Orfeo et Cendrillon, des questions se posent. Mythes et contes appartiennent à un patrimoine sans âge et sans pays. En traitant des mystères de la vie humaine en termes cosmologiques pour les mythes ou de la psyché individuelle ; pour les contes, ils nous laissent entrevoir un scénario commun universel : celui de la quête du héros qui ouvre un espace d’expression aux angoisses humaines.

 

Victor Hugo

Discours d’ouverture du Congrès littéraire international (27 mars 2009)

"La propriété littéraire est d’utilité générale. Toutes les vieilles législations monarchiques ont nié et nient encore la propriété littéraire. Dans quel but ? Dans un but d’asservissement. L’écrivain propriétaire, c’est l’écrivain libre. Lui ôter la propriété, c’est lui ôter l’indépendance. On l’espère du moins. De là ce sophisme singulier, qui serait puéril s’il n’était perfide : la pensée appartient à tous, donc elle ne peut être propriété, donc la propriété littéraire n’existe pas. Confusion étrange, d’abord, de la faculté de penser, qui est générale, avec la pensée, qui est individuelle ; la pensée, c’est le moi ; ensuite, confusion de la pensée, chose abstraite, avec le livre, chose matérielle. La pensée de l’écrivain, en tant que pensée, échappe à toute main qui voudrait la saisir ; elle s’envole d’âme en âme ; elle a ce don et cette force, — virum volitare per ora — ; mais le livre est distinct de la pensée ; comme livre, il est saisissable, tellement saisissable qu’il est quelquefois saisi. (On rit) Le livre, produit de l’imprimerie, appartient à l’industrie et détermine, sous toutes ses formes, un vaste mouvement commercial ; il se vend et s’achète ; il est une propriété, valeur créée et non acquise, richesse ajoutée par l’écrivain à la richesse nationale, et certes, à tous les points de vue, la plus incontestable des propriétés." (...)

 

Gwenaëlle Iarmarcovai

Mutagenèse et cancérogenèse (16 février 2008)

Résumé : La relation entre mutagenèse et cancérogenèse est admise mais sa démonstration demeure malaisée en raison de l’intrication de facteurs héréditaires et de phénomènes acquis. La molécule d’ADN est une structure dynamique sujette à de constants changements (erreurs spontanées ou secondaires à des agents génotoxiques). La plupart de ces dommages génétiques sont réparés et sans conséquence. Cependant, des agressions répétées sur le génome augmentent la probabilité de survenue de lésions irréversibles (mutations) et peuvent être à l’origine de l’initiation d’un processus cancérogène. Les agents mutagènes/cancérogènes subissent plusieurs transformations métaboliques dans l’organisme, conduisant soit à leur élimination soit à la formation de composés pouvant altérer les macromolécules cellulaires et faire l’objet d’une réparation fautive. Ces mécanismes de réparation deviennent moins efficaces avec l’âge, d’où l’accroissement vraisemblable de la sensibilité aux agents mutagènes/cancérogènes avec le temps.

 

Daniel Innerarity

Né à Bilbao en 1959, Daniel Innerarity est un philosophe espagnol original dont l’œuvre connaît, depuis quelques années, un écho important. Il est chercheur Ikerbasque et membre fondateur de l’Institut de gouvernance démocratique, basé à San Sebastian (Espagne), dont le mandat est de réfléchir aux nouvelles exigences de la gouvernance mondiale. S’il propose une interprétation stimulante des transformations de la politique, il s’est aussi intéressé à la Théorie critique, à la sociologie des systèmes, au Romantisme allemand, ainsi qu’à certaines questions relevant de l’éthique, de l’esthétique et de la théorie littéraire. Il a publié une dizaine d’ouvrages, une somme importante d’articles scientifiques et publie encore, sur une base régulière, des analyses politiques dans deux quotidiens espagnols.

La place du marché et la mondialisation (2 décembre 2010)

Résumé : Dans un cycle de rencontres ouvert, l’ENS et le Grand Lyon invitent des intellectuels et des acteurs politiques ou économiques à confronter leurs visions. Ces rencontres à plusieurs voix visent à débattre des nouvelles régulations sociales à l’ère de la mondialisation. Ils ont invité, le 14 octobre dernier, Daniel Innerarity et Dominic Desroches qui étudient les nouveaux défis de la gouvernance mondiale. Ces derniers se sont penchés sur la dernière crise économique et ils ont questionné le fonctionnement de l’économie ainsi que la tâche revenant à la politique après la crise de 2008. La « place du marché », qui est aujourd’hui une scène mondiale, exige une nouvelle conceptualisation car son développement menace notre futur commun. Sens Public présente ici un extrait de cette discussion.
Abstract : ENS and the Grand-Lyon occasionally invite intellectuals and political thinkers to share their points of view. These meetings aim to discuss new social regulations in the globalization. They invited, the Octobre 14, Daniel Innerarity and Dominic Desroches. The debate between them focused on the latest economic crisis and questioned the functioning of the economy and the politics after the crisis. The "marketplace", according to them, requires a new conceptualization because its development threatens our future. We present here a part of this interesting debate.

 

Naoki Inose

Naoki Inose a structuré ses travaux autour d’un thème majeur : la modernité nippone, décrochant le prestigieux Prix Ôya en 1987 pour son œuvre "Le Portrait du Mikado". En 1996, il se voit décerner le Prix des lecteurs du mensuel Bungei Shunju pour son essai "Recherches sur le pays de Japon". Devenu conseiller du premier ministre Junichirō Koizumi en matière de réformes structurelles, il a été membre du Comité de privatisation des autoroutes nippones de 2002 jusqu’à la mise en œuvre de la réforme, à l’automne 2005. En 2006, il participe à la rédaction d’un rapport qui a servi pour la mise en œuvre de politiques décentralisatrices. En 2007, il est invité à prolonger ses réflexions en devenant membre du Comité des réformes de la décentralisation. Enfin, il a été nommé vice-gouverneur de Tōkyō en juin 2007. // 作家。1946年、長野県生まれ。87年『ミカドの肖像』で第18回大宅壮一ノンフィクション賞を受賞。『日本国の研究』で96年度文藝春秋読者賞受賞。以降、特殊法人等の廃止・民営化に取り組み、2002年6月末、小泉首相より道路関係四公団民営化推進委員会委員に任命される。その戦いを描いた『道路の権力』(文春文庫)に続き『道路の決着』(文春文庫)が刊行された。06年10月、東京工業大学特任教授、07年6月、東京都副知事に任命される。

Le futur du Japon face à l’histoire du monde (17 décembre 2012)

Naoki Inose a été élu gouverneur de Tokyo le 16 décembre 2012. Connu au Japon pour être un auteur prolifique touchant à de nombreux domaines, de la littérature à l’investigation en passant par l’économie ou la politique, Naoki Inose a structuré ses travaux autour d’un thème majeur : la modernité nippone, décrochant le prestigieux Prix Ôya en 1987 pour son œuvre Le Portrait du Mikado. En 1996, il se voit décerner le Prix des lecteurs du mensuel Bungei Shunju pour son essai Recherches sur le pays de Japon. Devenu conseiller du premier ministre Junichirō Koizumi en matière de réformes structurelles, il a été membre du Comité de privatisation des autoroutes nippones de 2002 jusqu’à la mise en œuvre de la réforme, à l’automne 2005. En 2006, il participe à la rédaction d’un rapport qui a servi pour la mise en œuvre de politiques décentralisatrices. En 2007, il est invité à prolonger ses réflexions en devenant membre du Comité des réformes de la décentralisation. Enfin, il a été nommé vice-gouverneur de Tōkyō en juin 2007.
Pour Sens Public, méditant le passé du Japon, Naoki Inose esquisse la voie que pourrait arpenter ce pays qui se veut décidément bien à part.

 

世界史の中の日本の将来 (24 avril 2010)

作家。1946年、長野県生まれ。87年『ミカドの肖像』で第18回大宅壮一ノンフィクション賞を受賞。『日本国の研究』で96年度文藝春秋読者賞受賞。以降、特殊法人等の廃止・民営化に取り組み、2002年6月末、小泉首相より道路関係四公団民営化推進委員会委員に任命される。その戦いを描いた『道路の権力』(文春文庫)に続き『道路の決着』(文春文庫)が刊行された。06年10月、東京工業大学特任教授、07年6月、東京都副知事に任命される。

 

Catherine Jacques

Chercheuse associée du CRHIDI aux Facultés universitaires Saint Louis, Catherine Jacques est historienne. Sa thèse de doctorat porte sur « Les féministes et le changement social en Belgique (1918-1968). Programmes, stratégies et réseaux. », dont la parution est prévue prochainement dans les Mémoires de l’ARB. Elle a co-dirigé Le Siècle des féminismes (2004) ainsi que le Dictionnaire des femmes belges (2006).

Émilienne Brunfaut (1908-1986) : du syndicalisme au féminisme ? (22 mai 2009)

Résumé : Le militantisme peut-il se conjuguer au pluriel ? La vie d’Emilienne Brunfaut suscite d’emblée cette question car elle se décline sur trois registres : syndicalisme, féminisme, pacifisme. S’y ajoute encore en toile de fond son engagement politique, oscillant entre socialisme et communisme. Faut-il interpréter ces engagements multiples en terme de stratégie, révélant une hiérarchie parmi les causes, voire une instrumentalisation d’une cause au profit d’une autre ? Le féminisme sert ici de pierre de touche à l’analyse : Emilienne Brunfaut tente-t-elle de sensibiliser le monde syndical de gauche au féminisme ou au contraire utilise-t-elle les associations féministes au profit de son combat syndical ? Son parcours est en effet singulier car, à la différence de la France, les féministes belges n’ont eu pratiquement aucun lien avec les syndicats, dont elles critiquent le peu d’intérêt pour les femmes et qu’elles accusent d’être « un véritable Etat dans l’Etat » mais « sans responsabilité politique » et par conséquent inaccessibles (Lettre d’Adèle Hauwel à Germaine Hannevart, 6/10/1951 : Carhif, F. GBPO, 179). En outre, l’adhésion d’Emilienne Brunfaut à des associations féministes « bourgeoises » renforce le décalage avec son parcours syndical et tranche sur la segmentation politique très forte d’une société où il est rare de voir des personnalités pénétrer des milieux aussi divers que ceux qu’elle a fréquentés.

 

Sarah Jagodzinski

Sarah Jagodzinski est née en 1987. Après un an passé à l’université Marc Bloch de Strasbourg, elle poursuit ses études de lettres à l’université Paris III, Sorbonne Nouvelle, où elle a soutenu son mémoire de Master 1 ("La subversion des identités sexuelles dans Orlando et Une chambre à soi de Virginia Woolf") sous la direction de Mireille Calle-Gruber. Elle prépare en 2011 son mémoire de Master 2, qui traite des genres dans les œuvres d’Arthur Rimbaud et de Monique Wittig, avec la même directrice.

« L’œuvre inouïe » et le « corps merveilleux » : nouveau corps, nouvel amour, nouvelle langue chez Rimbaud (3 mars 2011)

Résumé : Comment le travail poétique peut-il penser le corps ? L’écriture peut-elle « changer la vie » ? Ce sont là des questions auxquelles a tenté de répondre Monique Wittig à travers son travail d’écrivain, indissociable des luttes féministes et lesbiennes dont elle a été une ardente représentante dans les années 1970. Un siècle auparavant, Arthur Rimbaud commençait à secouer dans sa poésie les figements identitaires et la subjectivité occidentale. Sans jamais instrumentaliser la littérature à une cause politique, les deux écrivains présentent la même capacité à dynamiter les structures de pensées les plus ancrées dans les consciences pour faire advenir du « nouveau ». A travers l’étude de quelques extraits des œuvres de Rimbaud, nous tentons de montrer ici comment le poète « voleur de feu » a essayé, par l’aventure poétique, d’échapper à une pensée binaire et simplificatrice.
Abstract : How can poetic work think about the body ? Can writing “change life ?” Those are questions that Monique Wittig has tried to answer through her work. They can’t be examined separately from her political commitment in feminist and lesbian struggles during the 1970’. One century ago, Arthur Rimbaud, in his poems started to take issue over the stiffness of the occidental identity and over its subjectivity. Without ever exploiting literature as a subordinate to a political cause, the two writers demonstrate the same capacity to explode thinking structures in order to make something “new” happen. Through studying some extract of Rimbaud’s work, we attempt to demonstrate here how the “voleur de feu” poet has tried, through poetic adventure, to escape from a binary and simplistic way of thinking.

 

Lena Jakubcakova

’La prière’ de Francis Jammes : deux traductions différentes ? (31 mars 2007)

Résumé : L’objet de cette communication est d’étudier les différences entre deux traductions tchèque et slovaque d’un même poème de Francis Jammes, Prière pour aller au paradis avec les ânes. Chaque oeuvre littéraire est singulière et originale, tout comme l’est chaque traduction. Mais les traductions différentes d’un même texte peuvent cependant avoir des traits communs.

 

Anne-Caroline Jambaud

Journaliste et rédactrice en chef à Lyon Capital.

L’information et sa manipulation (30 juin 2011)

Résumé : Le Musée des Confluences du département du Rhône a entrepris en 2009 un cycle de conférences publiques, avec la participation de Sens Public, en partenariat avec le Théâtre de la Renaissance d’Oullins, dont le directeur Jean Lacornerie développe un programme centré sur l’expression corporelle. La création d’un spectacle de Thierry Collet, Pensez, je ferai le reste, fut l’occasion d’un débat centré sur l’information et sa manipulation. Nous en proposons ici la retranscription.

 

Pierre Jassogne

The destruction of the Parthenon (15 mars 2013)

Abstract : The Greek novelist and essayist Christos Chryssopoulos was inspired by the surrealist poet Yorgos Makris magining, during World War II, the "total destruction of the classical monuments" starting with the most prestigious and symbolic of all, the Parthenon. He has built his novel The Destruction of the Parthenon upon this story, combining history with the contemporary nnd fiction with documentation. Since the economic, political and social crisis is ravaging the writer’s country, his novel’s impact seems to be notably amplified. The author’s interview by the Belgian journalist Pierre Jassogne, in the midst of 2012’s autumn, is based on such a point of view, asking him as well to cast his opinion about the role of the intellectuals in these times of crisis. The most recent book by Christos Chryssopoulos (Une lampe entre les dents. Chronique athénienne, released in February 2013) mingles a poetical meditation with fiction and a review of the present situation. Published by Actes Sud, those books have been translated by Anne-Laure Brisac.
Résumé : Romancier et essayiste grec, Christos Chryssopoulos s’est inspiré du poète surréaliste Yorgos Makris, qui, en pleine seconde guerre mondiale, imaginait la « destruction totale des monuments classiques », à commencer par le plus prestigieux et symboliques d’entre tous, le Parthénon. Il en a construit son roman La Destruction du Parthénon, qui mêle histoire et contemporain, fiction et documentation. Depuis que la crise – économique, politique, sociale – ravage le pays de l’écrivain, tout se passe comme si ce roman prenait une résonance plus vaste. C’est de ce point de vue que l’a interviewé le journaliste belge Pierre Jassogne, à l’automne 2012, lui demandant également de revenir sur la place de l’intellectuel en temps de crise. Le dernier texte de Christos Chryssopoulos vient de paraître (février 2013), qui associe méditation poétique, fiction et chronique du temps présent : Une lampe entre les dents. Chronique athénienne (tous ces ouvrages sont publiés par Actes sud et traduits par Anne-Laure Brisac).

 

Marc Jeannerod

Neurophysiologiste, Marc Jeannerod a centré son activité sur les relations entre le cerveau et l’action et sur les bases physiologiques de la cognition motrice. Professeur de physiologie à l’université Claude Bernard de Lyon, il a été nommé Doctor Honoris Causa aux universités de Lausanne et de Buenos Aires, et a publié de nombreux ouvrages, dont Le cerveau-machine. Physiologie de la volonté (1983, traduction pour la Harvard University Press en 1985), et plus récemment La nature de l’esprit : sciences cognitives et cerveau (2002).

Neurosciences et psychiatrie. Attirance ou répulsion ? (29 novembre 2004)

Résumé : Le propos de cet article est d’examiner les conditions d’une mise en commun des idées du psychiatre clinicien sur la genèse de la maladie mentale et de celles du chercheur en neurosciences sur le rôle du cerveau dans le déterminisme du comportement et de l’activité mentale. Une telle entreprise n’est ni nouvelle, si l’on considère les nombreuses tentatives de rapprochement, anciennes ou récentes, entre les deux domaines, ni facile, si l’on considère les obstacles à un voisinage trop proche entre neurosciences et psychiatrie.

 

Servanne Jollivet

L’épreuve de guerre dans la pensée de Heidegger (25 février 2005)

Si Heidegger a tant pensé la guerre (Krieg) sous les formes que sont le combat (Kampf), la lutte (Streit) ou encore la confrontation (Auseinandersetzung), notion forclose comme nous le verrons dans la reprise de la notion héraclitéenne de Polemos, c’est qu’en celle-ci se manifeste cette tension primordiale de l’homme vers son pouvoir-être, cette capacité qu’il a à être cet « au-delà de soi » qui est aussi le mouvement même de sa propre transcendance. Existant en cette transcendance, c’est-à-dire tendu et en projet vers ce à dessein de quoi, ce qui pour lui fait monde, l’homme ouvre ainsi place en lui à ce « transcendens pur et simple » qu’est l’être.

 

L’épreuve de guerre dans la pensée de Heidegger (25 février 2005)

Résumé : Si Heidegger a tant pensé la guerre (Krieg) sous les formes que sont le combat (Kampf), la lutte (Streit) ou encore la confrontation (Auseinandersetzung), notion forclose comme nous le verrons dans la reprise de la notion héraclitéenne de Polemos, c’est qu’en celle-ci se manifeste cette tension primordiale de l’homme vers son pouvoir-être, cette capacité qu’il a à être cet « au-delà de soi » qui est aussi le mouvement même de sa propre transcendance. Existant en cette transcendance, c’est-à-dire tendu et en projet vers ce à dessein de quoi, ce qui pour lui fait monde, l’homme ouvre ainsi place en lui à ce « transcendens pur et simple » qu’est l’être.

 

Jean-François Julliard

Jean-François Julliard est secrétaire général du journal Reporters Sans Frontières (Reporters without Borders).

Liberté, égalité, proximité. L’ingérence politique dans les médias français (20 janvier 2011)

Résumé : Le gouvernement français actuel entretient une relation profondément ambivalente avec les journalistes et la presse. Le président Nicolas Sarkozy a encouragé le public à considérer les journalistes avec méfiance, tandis que les relations qu’il entretient avec les propriétaires de la presse sont très étroites, dit le secrétaire général de Reporters Sans Frontières.
Abstract : The present French government has a profoundly ambivalent relationship with journalists and the press. President Nicolas Sarkozy has encouraged the public to treat journalists with mistrust ; at the same time, his relationship with those who own the press is far too close, says the secretary-general of Reporters Sans Frontières.

 

Patricia K. Woolf

Patricia K. Woolf est biologiste à l’université de Princeton.

Responsible Conduct of Research : A View from America (3 septembre 2004)

 

Danielle Kadje

Danielle MinteuKadje a enseigné la science politique à l’Université catholique d’Afrique centrale avant d’être promue doyen de la faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université Catholique de Bertoua. Diplômée de Sciences Po Bordeaux, ses recherches doctorales portaient sur « L’action publique internationale du codévelopement ; trajectoires franco-malienne et franco-sénégalaise ». Elle a publié « De l’action publique du co-développement France-Mali-Vin nouveau dans outres anciennes ? », Polis, Vol.16, Numéros 1 & 2, 2009. Elle prépare actuellement un article qui s’intitule : « " The Winds of Change : Transnational Migration and Development between Germany and Cameroon. " » et un ouvrage qui se propose d’apporter des réponses empiriques dans une perspective comparative sur l’action publique internationale franco-africaine.

Acteurs et instruments dans la lutte contre Boko-Haram (30 septembre 2016)

Résumé : Dans ce monde en mutation, un terrorisme massif, mutant, asymétrique et islamisé a pris progressivement racine : la menace islamiste radicale, illustrée notamment par la nébuleuse Al-Qaida, figure de proue du Djihadisme est aujourd’hui concurrencée par des groupes africains de création récente à l’instar de Boko Haram (Pérouse de Montclos, 2012 ; Guibbaud 2014 ; Koungou, 2014 ; Saibou, 2014 ; Pommerolle, 2015). Ce phénomène transnational désormais au cœur de la vie socio-politique camerounaise et nigériane interpelle à plus d’un titre. Cette nouvelle dynamique belliciste, objet d’une action publique multi-niveaux analyse les déclinaisons d’un pan des assauts de cette secte islamiste. (Apard, 2015 : 135). Cette étude interroge tour à tour, l’imbrication d’acteurs multiples aux registres différents qui participent à la mise en œuvre de cette action publique spécifique et les instruments de cette dynamique multi-niveaux et asymétrique au Cameroun et au Nigéria.

Mots-clés : Boko Haram, Cameroun, Nigéria, politique internationale, terrorisme, Djihadisme.

Abstract : In this changing world, a massive, mutative, asymmetrical and Islamized terrorism has gradually been implanted : the radical Islamist threat, illustrated notably by the Al-Qaeda nebula, figurehead of Jihadism and today rivaled by African groups recently created such as Boko Haram (Pérouse de Montclos, 2012 ; Guibaud 2014 ; Kongou, 2014 ; Saibou, 2014 ; Pommerolle, 2015).This transnational phenomenon henceforth at the heart of socio-political life of Cameroon is challenging in many ways. Our analysis focuses on this new belligerent dynamics which is linked to the sovereignty of states and to the international political games. This will help us understand the variations of a flap of assaults perpetrated by this Islamic sect. Through an analysis of the actors and their instruments, this paper highlights the paradigm of international policy making.

Keywords : Boko Haram, Cameroon, Nigeria, terrorism, Djihadism.

 

Penser le codéveloppement : la dynamique franco-malienne (22 janvier 2015)

Résumé : Notre contribution se propose d’apporter des réponses induites par des interrogations légitimes soulevées par l’émergence d’un concept novateur, le codéveloppement. Le présent travail de recherche entend analyser plusieurs variables révélatrices d’un État en mutations. Ainsi, penser l’action publique internationale du codéveloppement sous le prisme des trajectoires franco-malienne implique de relever ce qui en constitue l’essence (mise en sens) et les conditions d’existence (mise en action). Il en résulte que cette Policy comme processus a des conséquences intellectuelles et pratiques majeures qui induisent un autre modèle d’action publique. Notre étude se pose en contrepoint aux trajectoires habituelles du développement et de la migration et permet de saisir le codéveloppement, non comme une vue de l’esprit réductible à une rhétorique instrumentale qui émerge lors des échéances électorales, mais comme le produit d’acteurs et d’institutions spécifiques sur le double espace France-Mali.

Mots-clés : Mali, France, codéveloppement, action publique internationale

Abstract : This study aims at re-thinking international policy-making, with reference to " codevelopment " under the prism of the French-Malian trajectory. The study seeks to explore " codevelopment " by looking into its essence (meaning setting) and its conditions of existence (action setting). The findings of this study show that this policy, as a process, is facing major intellectual and practical challenges ; there by there is a need for another model of public action. This new object of research opposes the usual trajectories of development and migration ; it therefore displays " Codevelopment ", not as a rhetoric instrument, but as a product of specific institutions on the France-Mali " double setting ".

Keywords : Mali, France, codevelopment, international policy-making

 

Michel Kail

Le masculin et le féminin : Sartre et Beauvoir, regards croisés (29 avril 2007)

Résumé : Les catégories du masculin et du féminin ont, dans le discours philosophique, un statut pour le moins problématique, puisqu’elles y interviennent à titre d’arguments tout en étant fortement investies par les préjugés qui résultent de la domination masculine et servent à l’entériner. Comme si, au moment d’user de ces catégories, la vigilance critique, constitutive du projet philosophique, se relâchait et perdait sa raison d’être. Pour rendre compte de cet affaiblissement (coupable) de la veille critique, un argument sociologique peut être avancé : les philosophes étant massivement des « hommes », ils tirent profit de la domination masculine et aident à sa légitimation en véhiculant, sous des formes plus ou moins raffinées, les préjugés qui la confortent. Cette explication ne manque jamais d’être, à la fois, valide et insuffisante. Elle ne permet pas de comprendre pourquoi le discours philosophique refoule son acuité critique à propos des catégories du masculin et du féminin, tout en l’exerçant à l’occasion, par exemple, des notions du bien et du mal, tout aussi susceptibles d’être partie prenante d’une idéologie de la domination.

 

Brian Katulis

L’Europe et l’Amérique réussiront mieux ensemble que séparément (12 juillet 2014)

Le voyage du Président Obama en Europe est une occasion de s’inspirer de la vision qu’il présentait le 28 mai 2014 dans son discours de West Point, et d’élaborer un plan pour renouveler les relations transatlantiques. Cette colonne vertébrale de l’alliance des démocraties libérales du monde entier, pierre angulaire de l’ordre d’après-guerre, fait face à de nouveaux défis aujourd’hui. Les réussites historiques de l’alliance transatlantique sont commémorées cette semaine à l’occasion du 70e anniversaire des (...)

 

On Transatlantic Relationship (12 juillet 2014)

President Obama’s trip to Europe is an opportunity to build on the vision he outlined in his West Point speech last week, and to set out a plan to renew the transatlantic relationship. This backbone of an alliance of liberal democracies across the globe, and the foundation of the post-war order, faces fresh challenges today. The transatlantic alliance’s historical achievements will be commemorated this week at the 70th anniversary of the D-Day landings. We liberated the European continent (...)

 

Anne Kawala

Background divers, scientifique & beaux-arts, Anne Kawala pense (aussi) les livres comme des objets ("F.aire L.a F.eui||e", éditions Le clou dans le fer, 2008), les lectures (aussi) comme performées. Elle écrit pour le théâtre ("La terreur du boomerang", La comédie de Reims, 2010). L’écriture se constitue par des rencontres et des confrontations : la question du montage est centrale. Anne Kawala et Christophe Marchand-Kiss forment depuis 2009 le duo s[ChMAK]s.

Kes-ce... (Kon-di) ? (25 janvier 2010)

Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’.

Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias.
Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène...

Polémoscope 2 – "Si certains mots, certaines expressions, que nous pourrions pourtant aimer, sont devenus impraticables par leur surcharge médiatique, socio-historique etc., qui les piège, au point de les déposséder de tout contenu, tandis qu’il en est d’autres, usés jusqu’au cliché, que nous prenons garde d’éviter à tout prix, pensez-vous qu’il en soit de même sur le terrain de la poésie ? Comment vous arrangez-vous avec ces mots et que pourriez-vous en faire ?"

C’est au duo s[ChMAK]s, composé d’Anne Kawala et Christophe Marchand-Kiss, que nous avons adressé cette question...

Olivier Apert et Carole Dely

 

Cédric Kayser

Essai sur le temps à l’état pur (5 mars 2017)

Résumé : Proust était-il cinéaste à son insu ? L’invasion de la pensée par l’audiovisuel peut-elle nous éclairer sur l’unité esthétique de la Recherche ? Reprenant certains des thèmes abordés par les grands penseurs de l’image en mouvement, l’enquête de Thomas Carrier-Lafleur se présente à la manière d’une sérigraphie, interrogeant le récit proustien par l’intermédiaire des données immédiates de la conscience. Si, historiquement, tout laisse à penser que le cinématographe représentait pour Proust un moyen inexact pour rendre compte de la réalité, la fiction d’un Proust cinéaste nous procure de rares éclaircissements sur son traitement du temps à l’état pur.

Mots-clés : Proust, cinéma, littérature

 

Sidonie Kellerer

Envoûtement : Emmanuel Faye et la réaction allemande (24 mai 2014)

La discussion autour du rôle du nazisme et en particulier de l’antisémitisme dans la pensée de Martin Heidegger connaît un nouvel élan depuis décembre 2013 lorsque commencèrent à circuler dans la presse française des citations antisémites extraites des Cahiers Noirs de Martin Heidegger1. La recension présente est le premier volet d’une synthèse des récents débats menés en France et en Allemagne autour de l’importance de l’idéologie national socialiste dans la pensée de Heidegger. Une comparaison est faite (...)

 

Gaston Kelman

Une certaine idée de la discrimination positive (5 mars 2005)

Quand on crée des quotas pour les personnes handicapés, quand on légifère pour que 50% des femmes se trouvent sur les listes aux élections, quand on crée des zones franches ou des zones d'éducation prioritaire, qu'est-ce qu'on fait si ce n'est de la discrimination positive ? C'est en ces termes que cite Gwénaële Calvès dans le « Que sais-je ? » qu'elle a consacré à ce sujet, que Monsieur Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l'intérieur, lançait le débat sur la Discrimination (...)

 

Alain Kerlan

Alain Kerlan est philosophe, directeur de l’Institut des Sciences et des Pratiques d’ Education et de Formation (ISPEF). Son travail se situe aux carrefours de la philosophie et de la pédagogie, de l’art et de l’éducation. Membre du laboratoire Education Culture et Politiques (Lyon2/IFE/ENS), il y conduit des travaux consacrés aux pratiques artistiques, aux rencontres et aux intersections de l’art et de l’école.

Alain Kerlan is a philosopher, director of the Institute of Science and Practice of Education and Training (ISPEF). His work lies at the crossroads of philosophy and pedagogy, art and education. Member of the “Education Cultures and Policies” Laboratory (Lyon2/IFE/ENS), he conducts researches devoted to artistic practices,and to the place of art and artists in the school and the education.

’L’art, à La Source, aujourd’hui, encore et toujours’… Deux entretiens avec Gérard et Élisabeth Garouste (1er juin 2012)

« Elle s’appelle La Source, c’est le bruit de l’eau à la campagne, la musique des mots anciens que j’aime lire, c’est là que tout commence ». L’homme, l’artiste qui écrit ces lignes s’appelle Gérard Garouste. Elles se trouvent dans l’avant-dernier chapitre de L’intranquille, une autobiographie sans masque ni fard, et pourtant empreinte de pudeur, et dont le sous-titre dit d’emblée presque tout : Autoportrait d’un fils, d’un peintre, d’un fou. Mais de quoi parle ici le peintre, et qu’est-ce que cette (...)

 

L’atelier de l’artiste, laboratoire démocratique d’une nouvelle normativité ? (6 décembre 2011)

À la lecture de l’intitulé et de l’argumentaire de ce colloque « Normes et discours »1, je dois avouer avoir connu quelque hésitation avant de me décider à proposer cette communication. Certes, et j’espère que vous me l’accorderez, il y sera bien question de la norme et de la normativité. Toutefois la problématique y est étudiée à partir d’un lieu qui n’est pas le discours, mais l’atelier de l’artiste, essentiellement de l’artiste plasticien, même si le discours de l’artiste y a sa place ; et il s’agit de (...)

 

Recherche "POLEART" (5 décembre 2011)

Présentation (POLEART) La reconnaissance de l’enfance comme identité et différence – qu’expriment de façon trop imparfaite les thèmes de « l’enfant citoyen » et de « l’enfant artiste » – constitue l’un des principaux problèmes que doivent affronter les politiques de l’enfance dans les sociétés démocratiques contemporaines. Comme l’ont montré notamment les travaux de Marcel Gauchet et d’Alain Renaut, ces problèmes s’expriment dans les ébranlements et les mutations qui affectent la relation éducative, les (...)

 

Souad Kherbi

Souad Kherbi est actuellement doctorante en littérature française à l’Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle et à Emory University. Ses recherches se concentrent sur les rapports que l’extrême contemporain entretient avec les littératures du passé (plus particulièrement l’époque médiévale et le Baroque), ainsi qu’avec certains champs disciplinaires tels que la philosophie, l’anthropologie ou la psychanalyse.

De la retraite au ravissement : "elles" à la question, "elle" pour question (3 mars 2011)

Résumé : Partant d’une lecture rapprochée du Ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Duras, centrée sur l’usage qui y est fait du pronom elle, ce texte se propose de mener une réflexion sur la manière dont la littérature parvient ou non à représenter le féminin. En fait, ce qui est assez frappant, de la littérature médiévale à la littérature contemporaine, c’est la récurrence d’un personnage de femme faisant le choix de se retirer « du monde », soit dans une retraite religieuse, soit dans une espèce d’effacement de soi, très proche par moments de la folie. Ces figures féminines fuyant le monde questionnent directement le lieu du féminin : où se trouve ce lieu ? Est-ce qu’un tel lieu existe ? Le féminin peut-il être tenu en un lieu et donc confiné/défini ? Ou appartient-il au « lieu de l’autre » ?
Mots-clés : Marguerite Duras – elle – ravissement – « le lieu de l’autre » – le féminin – Monique Wittig – Michel de Certeau – figure – figurabilité – retraite 
Abstract : Starting from a close reading of Marguerite Duras’ Le Ravissement de Lol V. Stein which focuses on the particular use of the French pronoun elle (“she” in English), the aim of this text is to reflect on how literature manages to represent – or not – the feminine. Actually, what is quite striking, from Medieval to Contemporary literature, is the recurrence of a female character choosing to retire from “the world”, either in a religious retreat, or in a sort of self-effacement which sometimes can be very close to madness. These feminine figures escaping the world question directly the place of the feminine : where is that place ? Does such a place exist ? Can the feminine be held in a place and therefore confined/defined ? Or does it belong to “the place of the other” ?
Mots-clés : Marguerite Duras – She/elle – rapture – the place of the other – the feminin – Monique Wittig – Michel de Certeau – figure – figurability – retreat

 

Benjamin Kilborne

Psychanalyste et anthropologue, résidant à West Cambridge (Etats-Unis), Benjamin Kilborne est le co-auteur, en français, de Culture en nature humaine (1995).

L’Apparence et L’Identité (29 novembre 2004)

Résumé : L’habit peut soit faire, soit défaire, le moine (he can be either frocked or defrocked). De quoi dépend l’apparence ? Dans quelle mesure peut-il y avoir (et doit-il y avoir) un rapport entre l’apparence et l’identité ? Enlever l’habit du moine est-ce l’équivalent d’enlever un piano à un pianiste ? Si le piano reste silencieux, est-ce que le pianiste existe toujours ? Ces questions suggèrent qu’il existe des rapports extrêmement importants et complexes entre l’apparence et l’identité. Je m’appuie ici sur mes travaux sur la honte et les fantasmes de disparition. Si nous nous trouvons tous pris dans des conflits entre le désir d’être reconnu et la peur ou l’angoisse d’être vu (et mal vu), il n’existe pas, face à ces conflits, de défense qui ne passe pas par l’apparence. Il semblerait donc que l’apparence se trouve munie des fonctions médiatrices entre les perceptions du monde extérieur et nos sentiments les plus intimes et les plus intérieurs.

 

Yann Kilborne

Yann Kilborne est Maître de conférences à l’Université Bordeaux-Montaigne, et consacre ses recherches et ses enseignements à l’esthétique et à la sociologie du cinéma. Il dirige le Master Professionnel “Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia”, formation polyvalente centrée sur la production de films à destination des nouveaux médias.

Yann Kilborne is "Maitre de conferences" (Associate Professor) at the University Bordeaux-Montaigne. His teaching and research bridges aesthetics and the sociology of cinema. He is currently director of "Creation, Production, Images : Cinema interactif et transmedia," a multi-faceted educational approach to media studies which educates and trains students in the use of new mediums.

De l’amour de l’art à l’art de l’amour (20 septembre 2004)

Résumé : La série « Palettes » d’Alain Jaubert, consacre chacun de ses films documentaires à l’analyse d’un grand tableau de l’histoire de l’art occidental. Cette démarche soulève la question de la méthode employée pour résoudre le problème commun à tous les films pédagogiques à destination du grand public : comment est réalisée la nécessaire conciliation entre la traduction cinématographique d’un savoir complexe, et l’impératif sinon du divertissement, du moins du plaisir du spectateur ? Cet article cherche à mettre en lumière les principes de réalisation, à comprendre la structure-type de chaque épisode, et à saisir ce qui fait le style de la série. L’analyse s’appuie sur le documentaire consacré au Verrou de Fragonard, intitulé L’Amour dans les plis.

 

La Cité des normaliens (30 mars 2006)

L’installation à Lyon de la prestigieuse Ecole Normale Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud n’est pas encore achevée lorsque débute la rentrée. Au milieu des pelleteuses et dans la boue, élèves, professeurs, et personnel, affrontent un désordre inhabituel. Se faufilant partout, la caméra surprend, discrète et attentive, les espoirs et les enthousiasmes, les angoisses et les doutes, d’une communauté en quête de nouveaux repères. Ce film raconte, sur le ton de la comédie, le démarrage de la vie sociale de l’Ecole, et les modes d’adaptation au nouvel environnement.

 

Le cinéma à la frontière du réel (12 février 2006)

Résumé : Les films documentaires, ou films ayant vocation à révéler le réel, sont communément considérés comme n’appartenant pas au champ des films de fiction. Ce sont là deux formes de cinéma, aux fonctions distinctes : le premier se réclame de la raison, le second se réfère à l’imagination, l’un sert à approfondir notre compréhension du réel, l’autre sert à s’en évader. Ce système binaire est d’ailleurs renforcé par l’existence de deux régimes de financement et de distribution. Mais à bien y réfléchir, cette distinction résiste-t-elle à la critique ? Sur quels critères repose cette opposition entre un cinéma de réalité et un cinéma narratif ? En quoi y a-t-il une limite, et où tracer la frontière ? Et que faire de tous les films qui se jouent de cette distinction commode ? Interrogation sur la limite entre deux formes de cinéma, notre réflexion devra en passer par une interrogation connexe sur le sens même de la limite.

 

Yannis Kiourtsakis

Yannis Kiourtsakis, essayiste, romancier et traducteur, né à Athènes en 1941, a fait des études de droit à Paris où il a vécu une dizaine d’années. ’Le Dicôlon’ (1995), a obtenu le Prix du meilleur roman. La traduction française est parue aux éditions Verdier en 2011.

Patrie, exil, nostos (3 mars 2012)

Commençons par la terminologie : en grec, le sens intime, existentiel que revêt en français le mot exil, lorsqu’il désigne l’éloignement, la séparation, voire la vie terrestre pour le chrétien aspirant à la vie céleste, n’est pas entièrement rendu par le mot correspondant ἐξoρία, qui signifie surtout l’exil politique en tant qu’expulsion hors des frontières, bannissement, déportation. Il est davantage lié au mot ancien ξενιτεία, devenu en grec moderne (...)

 

Marc Kober

La poésie proche d’Andrée Chédid (4 avril 2011)

J’ai rencontré Andrée Chédid lors des préparatifs et de la tenue d’un colloque international à l’Université de Paris 13 qui a été publié dans la revue Itinéraires et contacts de culture (L’Harmattan, 2002), ainsi que pour un dialogue filmé avec Jacques Giraud et Bernard Lecherbonnier. Son accueil fut des plus chaleureux, et sa présence très forte. L'œuvre d'Andrée Chédid était un élément important qui manquait dans un livre sur les écrivains d’expression française en Égypte entre 1920 et 19601, que (...)

 

Lieux poétiques, espaces d’accueil d’Andrée Chedid (6 juin 2011)

Résumé : Une conscience poétique se manifeste, celle de l’être-là, de l’être-au-monde, proche de celle d’un Philippe Jaccottet, ou d’un Pierre-Albert Jourdan, conscience de l’éphémère de notre nature de « locataire », qui sera aussi l’occasion d’une élaboration narrative, avec le thème fantastique du passage d’une peau à une autre.

 

György Konrád

Soixante-huitards (Fleurs d’utopie sur l’asphalte des grandes villes) (16 février 2009)

Résumé : "La moitié est de l’Europe aussi a eu ses soixante-huitards, pas moins importants que ceux de l’Ouest, les uns et les autres se sont d’ailleurs mutuellement inspirés. Les soixante-huitards d’Europe de l’Est ont été les éléments moteurs de la dissidence alors que nous, cinquante-sixards plus âgés n’y étions entrés qu’avec une certaine circonspection, parce que nous savions mieux qu’eux ce qu’était la défaite." L’écrivain György Konrád porte ici un regard ironique sur les soixante-huitards depuis la perspective de sa participation à la Révolution hongroise de 1956.
Abstract : "The eastern European ’68ers formed the backbone of the democratic opposition and dissidents, whereas we, the somewhat older ’56ers, only joined in with certain reservations, because we had a closer acquaintance with defeat." The writer György Konrád takes an ironic look at the ’68ers from the perspective of a participant in the Hungarian Revolution of 1956.

 

Uwe Krause

Atlas of European values – Making DATA accessible for educational use (22 octobre 2009)

Zusammenfassung : Die European Values Study, ein langjähriges Forschungsprojekt in Bezug auf menschliche Werte und Normen resultierte in einem Atlas, der von der Universität Tilburg herausgegeben wurde. Zusammen mit der Fachhochschule in Tilburg werden die Ergebnisse des Forschungsprojekt in einem Pilotprojekt didaktisiert und einer breiten Öffentlichkeit zur Verfügung gestellt : www.atlasofeuropeanvalues.eu
Abstract : The European Values Study is a longitudinal research project about human values and resulted in an atlas published by the University of Tilburg. Fontys University of Applied Sciences Tilburg is responsible to make the scientific data accessible for educational use and develop teaching materials for secondary schools and higher education. At the moment European and world maps as well as assignments are available in four languages : Slovak, English, German and Dutch. See also www.atlasofeuropeanvalues.eu
Keywords : human values – educational use – teaching materials – secondary schools – higher education

 

Alena Križková

Conditions de vie des femmes cadres tchèques (6 octobre 2003)

Résumé : Au cours de l’automne 2001, j’ai réalisé, dans le cadre d’une étude de cas sur les conditions de la vie des femmes cadres, 15 entretiens non standardisés avec des femmes occupant des fonctions de cadres moyens et supérieurs dans une entreprise multinationale qui exerce ses activités dans le domaine des services financiers en République tchèque. La plupart des femmes interrogées avaient entre 28 et 35 ans et travaillaient à la gestion d’un groupe de dix subalternes jusqu’aux positions les plus élevées de cette entreprise.

 

Brigitte Krulic

’Peuple’ et ’Volk’ : réalité de fait, postulat juridique (2 février 2007)

La présente publication reprend, pour l’essentiel, les communications présentées lors d’une journée d’études organisée à l’Université de Paris X-Nanterre le 10 décembre 2005. Elle a été réalisée grâce au soutien de l’UFR des Langues, du Centre de recherches sur le monde germanique et de l’Ecole Doctorale Lettres, Langues et Arts du spectacle de l’université de Paris X-Nanterre.

 

Fascination du roman historique. Intrigues, héros et femmes fatales (29 juin 2007)

Duels à répétition, enlèvements et chevauchées où la ruse et l'adresse du héros-spadassin déjouent complots et manigances : le roman historique a ses rites, rituels et ingrédients résumés par la formule « sexe, sang et sabots » ... Il se nourrit aussi de stéréotypes : l'ingénue amoureuse, le héros sans peur et sans reproche, le conseiller du prince ou son âme damnée, ainsi que cette variation sur le thème de la « femme fatale » qu'est la Reine, dans sa version séductrice - Marie-Antoinette - ou (...)

 

Le peuple français chez Maurice Barrès : une entité insaisissable entre unité et diversité (2 février 2007)

Résumé : Le Barrès nationaliste a beaucoup été étudié ; l’idée est de déplacer la perspective vers Barrès penseur du fondement du lien social qui s’interroge sur les modalités de formation et de survie d’un peuple, en l’occurrence le peuple français. Conscient de l’hétérogénéité anthropologique et sociologique d’une communauté humaine, Barrès remet en question la logique rousseauiste du contrat et la capacité autoconstituante dévolue au peuple rassemblé autour de principes partagés. Dans la mouvance de Taine ou de Burke, il définit le peuple comme l’aboutissement d’un processus d’assignation héréditaire qui assemblent les diversités en complémentarités et solidarités (vision organiciste). Barrès prend place dans la lignée des penseurs du XIXe siècle qui s’efforcent de refonder le lien social dans les sociétés démocratiques menacées d’atomisation.
Mots-clés : Peuple français, Lien social, Diversité des conditions, Tradition versus contrat, Détermination objective versus capacité auto-instituante.

 

Joseph Krulic

L’idée de peuple dans la tradition constitutionnelle française (2 février 2007)

Résumé : L’idée de peuple joue un rôle fondamental dans la tradition constitutionnelle française. Mais il s’agit d’un rôle ambivalent. La notion de peuple français revêt un caractère de droit positif dont les conséquences juridiques semblent paradoxales. On peut résumer schématiquement le problème : comment articuler souveraineté nationale et souveraineté populaire, le peuple dans sa dimension holiste et sa dimension individualiste ? Le concept de la souveraineté nationale, dominant dans la doctrine juridique entre 1830 et 1962, résulte d’un « bricolage » conceptuel en réaction au défi individualiste de la souveraineté populaire. Dans une évolution récente, les effets de l’unicité du peuple sur l’organisation territoriale de la République française ne sont plus uniformes.
Mots-clés : Souveraineté nationale et Souveraineté populaire, Individualisme et Holisme, Principe d’unicité, Doctrines juridiques.

 

Simon Labrecque

Pouvoirs et impouvoirs du secret (14 octobre 2016)

Résumé : L’article se propose de questionner les aprioris de la « société de surveillance » contemporaine, notion popularisée par Michel Foucault, et de réfléchir sur le « secret ». L’image actuelle de la politique de la surveillance se pense en fonction de l’opposition visibilité/invisibilité : les puissants demandent la visibilité du petit peuple, chacun de ses gestes devant pouvoir être enregistré pour contrer toute manifestation de résistance. On remarque trop peu souvent que le contre-pouvoir démocratique propose exactement la même idée : que le pouvoir se rende toujours plus transparent. Entre le pouvoir et le contrepouvoir de la vision, nous proposons une réflexion sur l’ouïe à partir des quelques propositions de Jacques Derrida sur le secret. Les indécidables derridiens comme différance et schibboleth, ainsi que la figure du marrane, sont réarticulés pour repenser un certain impouvoir du secret, un secret sans code pour notre temps.

Mots-clés : Jacques Derrida, société de surveillance, secret, code, visibilité et invisibilité, transparence

Abstract : The article enacts a questioning of the aprioris of contemporary “surveillance society”, a notion made famous by Michel Foucault, and a reflection on “secrecy”. The present image of the politics of surveillance is conceived as a function of the opposition visibility/invisibility : the powerful demand the visibility of the people, so that every gesture on its part can be registered to counter any manifestation of resistance. We seldom notice that the democratic counter-power proposes the very same idea : that power makes itself ever more transparent. Between the power and counter-power of vision, we propose a reflection on hearing, taking as our point of departure the propositions of Jacques Derrida on the secret or secrecy. Derridean undecidables like différance and shibboleth, as well as the figure of the Marrano, are rearticulated to rethink a certain unpower of secrecy, a secret without a code for our time.

Keywords : Jacques Derrida, surveillance society, secrecy, code, visibility and invisibility, transparency

 

Traduire un au-delà en un déjà-là : les ressorts charismatiques de la voix politologique de Jacques Rancière (15 novembre 2015)

Résumé :Cet article interprète le succès des écrits de Jacques Rancière dans le champ de la théorie politique en travaillant les notions de voix théorique et d’emprise charismatique. En reprenant à Jean-Luc Évard la problématisation du charisme comme effet d’une traduction d’un au-delà en un déjà-là, il devient possible de lire les interventions de Rancière comme des redescriptions captivantes de l’égalité des intelligences. La formulation de l’égalité comme point de départ plutôt que comme fin politique est également sensible dans la voix parlée de Rancière et c’est cette séduisante traduction conceptuelle que ses traducteurs anglophones cherchent à rendre dans leur langue.

Mots-clés : Jacques Rancière ; charisme ; traduction ; voix ; Jean-Luc Évard ; égalité ; émancipation ; portrait oratoire ; masque acoustique

Abstract :This article interprets the success of Jacques Rancière’s writings in the field of political theory by working through the notions of theoretical voice and charismatic hold. By drawing on Jean-Luc Évard’s problematization of charisma as the effect of a translation of a beyond into an already-there, it becomes possible to read Rancière’s interventions as captivating redescriptions of the equality of intelligences. The formulation of equality as a starting point rather than as a political endpoint is also sensible in the spoken voice of Rancière, and it is this seductive conceptual translation that his English-speaking translators seek to render in their language.

Keywords : Jacques Rancière, charisma, translation, voice, Jean-Luc Évard, equality, emancipation, oratory portrait, sound masking

 

Louise Lachapelle

Professeure et chercheure-créateure, département d’Arts et lettres, Collège de Maisonneuve Membre régulier, Centre de recherche Figura sur le texte et l’imaginaire, Université du Québec à Montréal Coresponsable du collectif Mamu minu-tutamutau avec Shan dak Puana

Louise Lachapelle développe depuis plusieurs années une réflexion critique sur le don et les enjeux éthiques du processus créateur dans les pratiques artistiques et culturelles contemporaines. Elle enseigne la création multidisciplinaire, la littérature et la culture contemporaines. Sa pratique de recherche et de création emprunte des formes diversifiées parmi lesquelles des activités de formation et d’échange en arts communautaires et sur l’éthique de la collaboration dans des contextes interculturels et en milieux autochtones. Elle termine l’écriture d’un livre sur sa relation à la création, LE COIN ROUGE ESSAI_MAQUETTE , qui fait retour sur un cycle de travaux sur la maison, l’habiter et la coexistence. Elle poursuit ces travaux en s’intéressant à la performativité éthique et poétique de la recherche-création dans l’imaginaire contemporain.

How can a place enter our skin down to the very verb of us (11 novembre 2017)

Résumé : Du point de vue de la création, c’est-à-dire du point de vue de ce qui relie la diversité de ce que je fais, il y a une relation au vivant, à l’imaginaire et au contemporain qui passe par l’expérience terrain. Cette performativité de la création, du vivre et de l’habiter rapproche la distance critique (la négativité) de la nécessité d’imaginer (la création) ouvrant ainsi un espace de résistance et d’imagination éthique que je désigne parfois par l’expression l’atelier fait terrain. Cet article prend forme depuis l’atelier d’un petit livre en cours de réalisation et se tourne vers l’un des terrains de proximité de cette expérience performative : la maison expropriée que Patricia de Burgh Paré déplace de Sainte-Scholastique vers une forêt laurentienne à proximité d’un village de colonisation et d’une réserve indienne. Une maison-laboratoire où je vis et que je débâtis, bâtis, rebâtis depuis plus d’une dizaine d’années. Vivre avec cette maison, c’est éprouver dans mon corps certaines violences propres à une culture humaine de l’espace dans leur relation avec une posture de création. Une méditation anthropologique et un dialogue avec la création comme question décisive – la question du vivre et du vivant.

Mots-clés : Création ; imagination ; performativité ; éthique ; contemporain ; habiter ; vivant ; maison ; atelier ; présence.

Abstract : From the point of view of creation, that is to say, from the point of view of what connects the diversity of what I do, there is a relationship to the living, the imaginary and the contemporary, which comes from the field experience. This performativity of creation, of dwelling and of living, brings the critical distance (negativity) closer to the necessity of imagining (creation) thus opening up a space of resistance and ethical imagination that I sometimes designate by a reciprocal expression that could be translated as The workshoped field/The workshop as field. This article takes shape from within the workshop of a small book in process and it turns its attention towards one of the terrains of proximity of this performative experience : the expropriated house that Patricia de Burgh Paré moves from Sainte-Scholastique to a Laurentian forest near a settlement village and an Indian reserve. A laboratory-house where I live and wich I have unbuilt, built, rebuilt for more than a decade. To live with this house means experiencing with my body some of the violence specific to a human culture of space in its relationship with a posture of creation. An anthropological meditation and dialogue with creation as a decisive question about life and the living.

Keywords : Creation ; imagination ; performativity ; ethics ; contemporary ; to dwell ; the living ; house ; workshop/studio ; presence.

 

Ingeburg Lachaussée

professeur en classes préparatoires à Paris Maître de conférence à l’IEP

Communauté et société : un ré-examen du modèle de Tönnies (20 mai 2008)

Aujourd’hui, Ferdinand Tönnies, philosophe et sociologue allemand tombé dans l’oubli, suscite à nouveau notre intérêt. L’œuvre principale de Tönnies, Communauté et société, fut publiée en Allemagne en 1887. En 1944 la première traduction française du germaniste Joseph Leif fut disponible. Malgré sa réédition (Retz) en 1977 l’ouvrage est épuisé à l’heure actuelle. A la lumière de l’opposition entre la communauté et la société la réflexion actuelle sur le communautarisme trouvera une assise conceptuelle plus nette. De façon générale, pour Tönnies l’opposition de la communauté et de la société repose sur l’idée que le tissu social ne se résume pas à de simples rapports contractuels entre les individus. D’autres liens, notamment familiaux, préexistent et perdurent. Ils ont leur raison d’être et demandent à être pris en compte. Tönnies se fait ainsi théoricien de la rupture qui caractérise la société allemande à la fin du 19e siècle. Pour lui, la modernité économique et sociale est essentiellement caractérisée par l’avènement de l’individu autonome.

 

Pourquoi l’intertextualité ? (25 janvier 2007)

La littérature européenne a traversé les époques, elle s’est forgée une histoire dont nous sommes les héritiers. L’écrivain a toujours été un passeur d’idées. Sa manière de ré-pondre à son temps est d’être son porte-parole. Certes « le style, c’est l’homme », mais le texte crée une autre dimension de l’être de l’écrivain. Il le transcende. Ainsi la subjectivité de l’écrivain, qu’il le veuille ou non, est toujours déjà dépassée par la langue dans laquelle il s’exprime, sans parler du sens dont il n’est pas l’unique détenteur. De ce fait, toute œuvre littéraire est traduction et se situe au carrefour de plusieurs mondes. En d’autres termes, l’intertextualité est à l’origine de tout texte.

 

Jean Lacornerie

Né en 1963 à Strasbourg, Jean Lacornerie est formé par Jacques Lassalle dont il est l’assistant au Théâtre National de Strasbourg. En 1990, Jacques Lassalle le nomme, à 26 ans, Secrétaire Général de la Comédie-Française. Il y mène à bien l’ouverture du Théâtre du Vieux Colombier où il met en scène une année plus tard La Glycine de Serge Rezvani (1993). Jean Lacornerie fonde la Compagnie Ecuador à Lyon en 1992. À partir de 1994, il confie la direction musicale de la compagnie à Bernard Yannotta, et explore avec lui toutes les formes du théâtre musical, en résidence à l’Espace Malraux, Scène nationale de Chambéry : L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau de Michael Nyman, Trouble in Tahiti de Leonard Bernstein, Mahagony de Kurt Weill et Bertolt Brecht, Happy End de Kurt Weill et Bertolt Brecht. En octobre 2002, il est nommé avec Etienne Paoli au Théâtre de la Renaissance (Oullins Grand Lyon) pour mener un projet original dédié au croisement du théâtre et de la musique, de l’opéra de chambre à la comédie musicale. C’est là qu’il crée pour la première fois en France deux œuvres américaines de Kurt Weill en coproduction avec l’Opéra le Lyon.

Crise durable ou développement soutenable ? À propos de "The Tender Land" d’Aaron Copland (1er décembre 2010)

Résumé : Le Musée des Confluences du département du Rhône a entrepris en 2009 un cycle de conférences publiques, avec la participation de Sens Public, en partenariat avec le Théâtre de la Renaissance d’Oullins, dont le directeur Jean Lacornerie développe un programme centré sur l’expression musicale. La création en mars 2010 d’un opéra d’Aaron Copland, "The Tender Land", fut l’occasion d’un débat centré sur notre entrée dans une crise durable. Nous en proposons ici la retranscription.
Abstract : The Lyons’ Musée des Confluences successfully launched in 2009 a series of public debates in association with Oullins’ Théâtre de la Renaissance and Sens Public. As the theater’s director, Jean Lacornerie focuses his creation on a musical program. Aaron Copland’s opera The tender land emphasises the social distress of the Thirties, challenging our understanding of the current long term crisis we are facing.

 

Le rôle des femmes dans les situations de conflit (13 novembre 2011)

Résumé : Dans les situations de conflit, de guerre ou de reconstruction, pourquoi les hommes et les femmes vivent-ils des expériences différentes dans l’accès aux ressources, au pouvoir et à la prise de décision ? Ce sujet a donné lieu à un débat dans le cadre du cycle de conférences publiques entrepris par le Musée des Confluences du département du Rhône, avec la participation de Sens Public, en partenariat avec le Théâtre de la Renaissance d’Oullins. En voici la retranscription.

 

Sofiane Laghouati

Doctorant en Littérature française à L’université de La Sorbonne Nouvelle (Paris III), il prépare une thèse sous la direction de Mireille Calle-Gruber, sur les œuvres de Claude Ollier et d’Assia Djebar, problématisant l’énonciation d’une « Diglossie littéraire ». Auteur d’un livret pour le Centre Nationale de Documentation Pédagogique sur l’œuvre de Michel Butor, il est aussi chercheur dans le cadre d’une revalorisation patrimoniale de ses manuscrits.

A l’ombre de quel Tombeau écrire ? (7 mai 2008)

Résumé : La lecture suivante présente le dernier roman de Mireille Calle-Gruber Tombeau d’Akhnaton. Il s’agit d’y exhausser les fils de trame qui composent le texte. La narratrice à filer le temps le recompose, le reconsidère, interrogeant tour à tour : son histoire personnelle par sa généalogie féminine, l’histoire du film impossible du cinéaste Chadi Abdel Salam, ou encore la sidérante histoire d’Akhenaton. Ce mobile, que nous interrogeons autant qu’il nous interroge, pose des questions simples et pourtant essentielles, sur le temps, l’amour et la mort en ce qu’elles ont toujours à voir avec l’art : à commencer par l’écriture qui toujours nous précède.
Resumen : Esta lectura presenta la última novela de Mireille Calle-Gruber Tombeau d’Akhnaton (Tumba de Akenatón). Se intentará aquí retomar los hilos de la trama que componen el texto. La narradora al hilar el tiempo lo recompone, lo reconsidera, cuestionándose a su vez : su historia personal a través de su genealogía femenina, la historia de la película imposible del cineasta Chadi Abdel Salam, o aún la asombrosa historia de Akenatón. Este móvil, que interrogamos tanto como nos interroga, plantea cuestiones sencillas y sin embargo esenciales, sobre el tiempo, el amor y la muerte en su relación necesaria con el arte, comenzando por la escritura que siempre nos precede.
Mots-clés : Écriture ; Lumière ; Art ; Mort ; Amour ; Noir ; Obscur ; Création ; Cinéma ; Photographie ; Temps ; Calcul ; Généalogie ; Féminin ; Egypte ; Derrida ; Blanchot ; Ollier ; Djebar ; Simon

 

Jacqueline Lagrée

Professeur de philosophie à l’Université de Rennes 1, membre du Comité de réflexion bioéthique de Rennes, Jacqueline Lagrée a récemment publié Erasme, Humanisme et langage (1996) et Le médecin, le malade et le philosophe (2002).

Le proche ou le tiers médiateur (3 septembre 2004)

Résumé : La récente loi du 4 mars 2002 relative aux droits du malade prévoit à l’article 11 la désignation d’une « personne de confiance » pour exprimer la volonté et recevoir l’information nécessaire au cas où la personne malade en serait incapable. Alors même que se pluralise la relation thérapeutique par la multiplicité des soignants, que devient le colloque singulier du médecin et du malade ? Quel rôle est appelé à jouer le proche ? Entre justice et amitié, comment pratiquer justement la sollicitude ?
Abstract : The bill of March 4th 2002, devoted to the rights of sick persons, states in its Article 11 that a "trusted person" should be appointed to express the will of the sick and be handed the necessary information whenever the sick person cannot be informed himself or herself. With more and more intervening therapist and specialists playing their part in the treatment, how should evolve the special relationship between the sick person andi his doctor ? What part is going to play the next of kin ? Between justice and friendship, how the next of kin shoud express his concern ?

 

Bernard Lahire

Bernard Lahire est né à Lyon en 1963. Actuellement Professeur de sociologie à l’École Normale Supérieure de Lyon (depuis 2000), responsable de l’Équipe « Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations » au sein du Centre Max Weber (UMR 5283 CNRS), il a été membre de l’Institut Universitaire de France (1995-2000). Il dirige la collection « Laboratoire des sciences sociales » aux Éditions La Découverte depuis 2002.

Bernard Lahire is born in Lyon (1963). Actually Professor of sociology at the École Normale Supérieure de Lyon (since 2000), director of the scientific team « Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations » inside the Centre Max Weber (UMR 5283 CNRS), he has been member of the Institut Universitaire de France (1995-2000). He is the editor of the serie titled « Laboratoire des sciences sociales » at the Éditions La Découverte since 2002.

A Father, What for ? (12 octobre 2014)

Abstract : Can the young man of today visualize the impossible dialogue of Kafka with his father ? The evolution of the society has questioned the father’s long time role of supervision and authority. However, does that not open up a restructuring of his figure ? The depth of the father’s influence is far-reaching. The English paediatrician and psychoanalyst Donald W. Winnicott said, “He can become a maternal substitute for infants, providing child care from the ages of birth to two years as is maternity care”. Paternal love and everyday father/child relationship has a critical role in the development of early childhood. However, is this structuring enough ? Does this not open up an era lacking references ? Today, what is the father’s place at a time of contemporary changes in family life ?

 

La double vie des écrivains (11 octobre 2006)

On connaît mal les écrivains, qui ils sont, comment ils travaillent et comment ils vivent. C’est ce constat qui a précédé la commande passée en 2003 par la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes, à l’initiative de l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation, au sociologue Bernard Lahire : réaliser une enquête sur cette population singulière qui se distingue par sa « double vie » - professionnelle et littéraire. Trois ans plus tard, et après la remise des résultats de l’étude de Bernard Lahire, le sociologue lyonnais publie aux éditions La Découverte un livre qui fait grand bruit : "La Condition littéraire - la double vie des écrivains". Il y étudie, à partir d’une enquête réalisée auprès d’environ cinq cents auteurs vivant en Rhône-Alpes ou ayant de fortes attaches dans cette région, les conditions matérielles d’existence de celles et ceux qui, entre jeu littéraire et vie professionnelle, entre élan créateur et second métier, s’inscrivent dans un monde souvent fait d’incertitudes et parfois de précarité.

 

Bernard Lahire

sociologue, médaille d’argent 2012 au CNRS.

Un Père pourquoi faire ? (21 mars 2013)

Résumé : Un jeune homme aujourd’hui peut-il se figurer l’impossible dialogue de Kafka avec son père ? Longtemps cantonné dans un rôle de contrôle et d’autorité, le père, avec l’évolution de la société, a vu son statut mis en question par l’évolution de la société. Mais cela n’ouvre t-il pas sur une recomposition de sa figure ? Le registre d’influence du père est large. "Il peut se proposer comme substitut maternel auprès de nourrisson, tous les soins donnés à un enfant de zéro à deux ans étant des soins maternels", disait le pédiatre et psychanalyste anglais Donald W. Winnicot. L’amour paternel et la quotidienneté des relations pères/enfants ont, en effet, un rôle dans le développement du jeune enfant. Mais cela est-il assez structurant ? Cela n’ouvre-t-il pas une époque en mal de références ? Face aux transformations contemporaines de la vie familiale, quelle est la place du père aujourd’hui ?

 

Yi-lin Lai

Yi-lin Lai termine une thèse de doctorat à La Sorbonne Nouvelle - Paris III sur les liens entre littérature, esthétique et critique. Son Master portait sur l’œuvre de Claude Cahun : Les auto-photo-portraits de Claude Cahun. Pour une théorie de l’image en photographe médusé(e). Elle a travaillé sur l’œuvre cinématographique et littéraire de Marguerite Duras, notamment sur Le Ravissement de Lol V. Stein.

Les impossibles autoportraits de Claude Cahun (23 mars 2007)

Résumé : Si nous feuilletons un album d’autoportraits, qu’ils soient peints ou photographiés, nous remarquons que le miroir est un élément fréquent, puisqu’il est l’instrument qui nous permet de nous voir, donc l’élément primordial d’« auto ». Un peintre se peint grâce à un miroir, un peintre en train de se peindre « à travers » le miroir est donc une scène assez typique de l’autoportrait. Mais ne soyons pas dupes : il s’agit d’une scène, donc d’une mise en scène. Un tableau montrant le peintre en train de se peindre à l’aide d’un miroir n’est point la garantie de l’auto-portrait. Il est toujours possible que ce soit une autre personne qui l’ait peint. L’identification ne peut que rester probable. Dans le cas d’autoportrait, il faut toujours l’élément extrinsèque - le titre - qui le désigne. « Le statut de l’autoportrait de l’autoportraitiste gardera toujours un caractère d’hypothèse. [...] on doit toujours dire de l’autoportrait : "s’il y en avait...", "s’il en restait". »

 

Thomas Landwehrlen

Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon, Thomas Landwehrlen enseigne la science politique comparative et la méthodologie des sciences sociales. Ses principaux travaux portent sur la vie partisane de l’Allemagne fédérale et des pays de langue allemande, les mouvements régionalistes, ainsi que la dimension politique du travail symbolique à l’œuvre lors des fêtes populaires. Il a récemment publié : "Les partis de défense paysanne dans les pays de l’Europe germanique – Etude politologique historique et comparative", Barcelone, Institut de Ciències Polítiques i Socials, WP n°276, 2009 ; "L’Oktoberfest de Munich : portée sociale et politique – Monographie socio-anthropologique", Paris, L’Harmattan, Coll. « Les mondes germaniques », 2009.

De Johann Gottfried Herder à Benedict Anderson : retour sur quelques conceptions savantes de la nation (30 novembre 2010)

Résumé : Outre le fait que les conceptions « allemande » et « française » de la nation ne sont pas aussi antagonistes que le laisse supposer leur ordinaire réduction à deux traditions résolument distinctes, l’une ethno-culturelle, l’autre politico-élective, elles présentent de surcroît la particularité d’être toutes deux issues de productions idéologico-politiques visant à définir et légitimer un État existant ou revendiqué. Dépeignant les nations sous les traits d’entités essentialisées, ces conceptions mobilisées à plusieurs reprises dans le cadre du récent débat sur l’identité nationale française ont été déconstruites depuis trois décennies par des historiens et sociologues dits « modernistes », lesquels ont développé des théories anti-objectivistes destinées à remettre en cause le primordialisme a-scientifique des discours du 19e siècle. Présentant la nation comme une communauté imaginée née de la croyance partagée en sa réalité et ne pouvant être définie que de manière subjective, ces productions « modernistes » sont les seules à être aujourd’hui acceptées dans le champ des sciences humaines en matière de réflexion sur le fait national.
Mots-clés : nation – nationalisme – identité nationale – primordialisme – ethno-nationalisme, anti-objectivisme – Johann Gottfried Herder – Ernest Renan – Benedict Anderson – Eric Hobsbawm
Abstract : The “German” and “French” conceptions of nation, that are ordinary reduced to two resolutely opposed traditions (an ethno-cultural one and a political-elective one), are not so antagonistic as would at first appear. Moreover, they have the particularity of proceeding from ideological-political productions aiming to define and legitimate an existing or a claimed state. These conceptions, that represent nations as essentialised entities, have both been deconstructed since three decades by “modernist” historians and sociologists, who have forged anti-objectivist theories in reaction to the non-scientific primordialism of the 19th century. These “modernist” productions, that regard the nation as a community socially constructed, imagined by people who hold subjectively in their minds a mental image of their affinity, are the only ones prevailing today in the field of the social sciences. This article emphasizes this point, in order to enlighten the recent debate on the French national identity, during which the scientists conceptualizing the national fact didn’t really have a say in the matter.

 

Júlia Lángh

A la recherche de 68 (16 février 2009)

Résumé : Dix ans après 68, une Hongroise débarque à Paris avec ses deux enfants, elle s’installe dans une communauté. Elle a quitté une dictature refermée sur elle-même, tout est nouveau. Paradis artificiels, tentatives d’entrebâiller les portes de la perception, effluves d’encens indiens, robes afghanes, musiques psychédéliques, ex-soixante-huitards et leurs histoires sur les débuts de la fac de Vincennes, femmes en conversations avec les chats et la lune, ésotérisme et psychothérapie, chorégraphies de la coexistence dans la communauté, joies d’une école alternative, la découverte du corps – avec les yeux d’une femme est-européenne à la recherche de sa liberté.
Abstract : Ten years after 1968, a Hungarian woman arrives in Paris with her two children and goes to live in a commune. She left behind a dictatorship, a country closed on itself, everything is new for her. Artificial paradises, attempts to open the doors of perception, the smell of Indian incenses, Afghan dresses, psychedelic music, former “soixante-huitards” and their stories about the founding of the Vincennes University, women conversing with cats and the moon, esoterism and psychotherapy, the complicated art of leaving together in a commune, the joys of an alternative school, the discovery of the body – with the eyes of an East-European woman searching for her freedom.

 

Christopher Lapierre

De l’objectivation à l’ouverture : la critique du désir sartrien chez Merleau-Ponty et Grimaldi (9 octobre 2014)

Résumé : Cette étude vise à montrer qu’à la différence de Sartre, Merleau-Ponty et Grimaldi pensent le caractère médiatisant de l’être compris comme désir et théorisent un décentrement radical de la subjectivité qui culmine pour l’un dans une pensée de l’intercorporéité, pour l’autre dans une éthique du don de soi. L’un et l’autre enracinent ainsi le niveau dissociant de la représentation, dont L’être et le néant se fait l’écho, dans une unité ontologique plus radicale.
Mots-clés : altérité, conscience, désir, ego, illusion, négativité, ontologie, phénoménologie, représentation, subjectivité.
Abstract : Unlike Sartre, Merleau-Ponty and Grimaldi study the radically mediatizing character of being understood as desire, and they theorize about a radical decentring of subjectivity culminating for Merleau-Ponty in a thought of intercorporeity and for Grimaldi in an ethics of self-sacrifice. Both of them thus root the dissociating level of representation–echoed in Being and Nothingness–in a more radical ontological unity.
Keywords : alterity, consciousness, desire, ego, illusion, negativity, ontology, phenomenology, representation, subjectivity.

 

Bruno Laprade

Sémiologie des insultes : le conflit d’interprétation de termes homophobes (14 octobre 2016)

Résumé : Les insultes homophobes portent dans leurs connotations des significations explicitement négatives. Mais si celles-ci ne sont pas toujours lues comme telles, alors l’homophobie, qui n’est théoriquement (ou juridiquement) pas tolérée socialement, ne peut alors être contrée. Comment le signe annihile-t-il cette lecture tout en produisant un effet d’oppression sur l’entourage ? Ce qui est en jeu, c’est ce qui arrive ou pas à entrer dans la définition d’homophobie et comment cela confère un pouvoir au langage. En nous basant sur les propos de Bastien-Charlebois, nous proposons dans un premier temps de voir les possibilités d’analyse permises par le concept d’homophobie. Dans un deuxième temps, nous regarderons le fonctionnement de la langue à partir d’une situation où l’interprétation a échoué à identifier le caractère négatif des propos. Nous en tirerons finalement des conclusions sur le pouvoir des mots et le sens à donner à ces différentes interprétations à partir de des travaux de Barthes sur le mythe et de Butler sur la performativité.

Mots-clés : homophobie, insulte, interprétation, performativité, mythe, homosexualité, sémiologie.

Abstract : The connotations of homophobic insults have explicit negative meanings. Though, if those insults are not read or perceived as homophobic, then the discrimination they spread – although comdemned by actual society’s (legal) standards - can not be counter. How does the sign avoid this reading while still producing oppression ? At stake here is what gets in the definition of homophobia and how this confers power to the language. Summering up the work of Bastien-Charlebois, we first see the limits of the term “homophobia” itself. Secondly, we look at a situation where the interpretation failed to identify the negative aspects of the meaning. Then we use Barthes’s concept of myth and Butler’s performativity to extrapolate on the power of the words.

Keywords : homophobia, insults, interpretation, performativity, myth, homosexuality, semiology.

 

Catherine Larrère

Catherine Larrère est professeur à l’Université Michel Montaigne, Bordeaux III (détachée à l’INRA). Elle a notamment écrit : Du bon usage de la nature : pour une philosophie de l’environnement (1998) et actualité de Montesquieu (1999).

Actualité de l’animal-machine ? (20 septembre 2004)

Résumé : On a pu croire que la théorie cartésienne de l’animal-machine avait perdu toute vertu heuristique, et que l’animal était, depuis lors, considéré comme un être sensible doté d’états mentaux. Or, on assiste avec le développement des techno-sciences, à une nouvelle réification de l’animal. Déjà la zootechnie moderne considère l’animal comme une « machine vivante à aptitude multiple ». Certes, il ne s’agit plus de l’automate cartésien : l’animal de la zootechnie est une machine thermodynamique dotée de mécanismes d’autorégulation, un engin cybernétique. On tente d’en améliorer le rendement énergétique, on tend à maximiser l’efficacité de toutes ses fonctions (nutrition, croissance, reproduction). La génétique contemporaine travaille sur une autre analogie : l’animal n’est plus une machine thermodynamique, mais un programme d’ordinateur, que l’on peut à loisir enrichir d’informations nouvelles... Si les vaches peuvent devenir « folles », c’est peut-être que ce ne sont pas que des machines thermodynamiques. Et peut-être les animaux (comme les végétaux d’ailleurs) ne sont-ils pas réductibles à leur « programme génétique ».

 

Raphaël Larrère

Directeur de recherche à l’INRA, Raphael Larrère a publié Des hommes et des forêts (1993) et Du bon usage de la nature : Pour une philosophie de l’environnement (1998).

Actualité de l’animal-machine ? (20 septembre 2004)

Résumé : On a pu croire que la théorie cartésienne de l’animal-machine avait perdu toute vertu heuristique, et que l’animal était, depuis lors, considéré comme un être sensible doté d’états mentaux. Or, on assiste avec le développement des techno-sciences, à une nouvelle réification de l’animal. Déjà la zootechnie moderne considère l’animal comme une « machine vivante à aptitude multiple ». Certes, il ne s’agit plus de l’automate cartésien : l’animal de la zootechnie est une machine thermodynamique dotée de mécanismes d’autorégulation, un engin cybernétique. On tente d’en améliorer le rendement énergétique, on tend à maximiser l’efficacité de toutes ses fonctions (nutrition, croissance, reproduction). La génétique contemporaine travaille sur une autre analogie : l’animal n’est plus une machine thermodynamique, mais un programme d’ordinateur, que l’on peut à loisir enrichir d’informations nouvelles... Si les vaches peuvent devenir « folles », c’est peut-être que ce ne sont pas que des machines thermodynamiques. Et peut-être les animaux (comme les végétaux d’ailleurs) ne sont-ils pas réductibles à leur « programme génétique ».

 

Alejandro Laserna Botero

Asistencia humanitaria en Colombia (5 mars 2005)

Cuando se quiere entrar a analizar el tema de la asistencia humanitaria en determinado país, es necesario que desde un comienzo se piense en las características del conflicto en cada uno de los distintos territorios, ya que la aplicabilidad de un modelo de asistencia debe estar totalmente acorde con las condiciones específicas del conflicto y con las verdaderas necesidades que la población afectada necesita solucionar. En este sentido, es pertinente anotar que un modelo de asistencia (...)

 

El Partisano del Tercer Mundo (5 mars 2005)

Lenin en sí mismo, no es importante para este ensayo ; lo que dijo, sin embargo, expresa un radicalismo a ultranza propio del régimen soviético en cuanto a la conformación y el accionar de las guerrillas en la lucha contra la invasión alemana. Lo que se debe resaltar en el trasfondo de esa frase, es la muerte y la aniquilación que se incorpora en el discurso guerrillero con en el transcurrir de la Segunda Guerra Mundial. ¿Es la muerte y la aniquilación, lo que mueve al partisano del tercer mundo ? o ¿Trasciende la lucha guerrillera este plano y se encamina realmente por un proceso de liberación ?

 

Sabine Lavorel

La revitalisation des langues amérindiennes en Amérique latine (2 mars 2015)

Résumé : Ces dernières années, différentes évolutions en faveur des langues amérindiennes se sont fait jour dans les législations latino-américaines. Ces réformes sont révélatrices de l’attention portée par les États latino-américains à la préservation des langues parlées par une part significative de leur population, mais désormais menacées de disparition. L’objet de cette contribution est donc d’analyser la portée effective de ces évolutions juridiques récentes et de s’interroger sur la nature et l’étendue des droits reconnus aux peuples amérindiens en matière linguistique. À l’évidence, ces législations linguistiques reflètent la volonté politique d’inscrire l’identité (les identités) des sociétés latino-américaines dans le droit. Émerge ainsi un « droit démotique » révélateur d’une redéfinition du pacte social fondé sur une meilleure reconnaissance des différences culturelles et identitaires qui traversent les populations nationales. Ces évolutions traduisent également une meilleure mise en œuvre des textes internationaux relatifs aux droits des peuples autochtones. Pour autant, force est de constater que parmi les mesures étudiées, rares sont celles accordant de véritables droits linguistiques substantiels.

Mots clés : Langues amérindiennes, revitalisation linguistique, législations linguistiques, droit démotique, Amérindiens, Amérique latine.

Abstract : In recent years, various changes in favor of Amerindian languages have emerged in Latin American legislations. These reforms are indicative of the attention paid by the Latin American states to the preservation of languages spoken by a significant part of their population, but now endangered. In this context, this contribution aims to analyze the scope of these recent legal developments and to examine the nature and the extent of the linguistic rights of Native Americans. Obviously, these language legislations express the political will to reflect in the law the multiculturalism of Latin American societies. However, few legal measures give substantial linguistic rights to Amerindians. Most of them aim to enable native speakers to access information through translations or media in their own languages. This should be linked to the issue, very controversial in Latin America these last years, concerning the right of indigenous peoples to be informed and consulted on all matters affecting them.

Keywords : Amerindian languages, language revitalization, language legislations, Amerindians, Native Americans, Latin America.

 

Pascale Le Brouster

Pascale Le Brouster est doctorante en histoire contemporaine à l’Université Paris VII-Denis Diderot, membre du laboratoire Identités, Cultures, Territoires (ICT). Travaillant sur la place des femmes dans les organisations syndicales et les relations entre syndicalisme et féminisme, elle prépare, sous la direction de Françoise Thébaud, une thèse sur la Confédération française démocratique du travail (CFDT) et la question des femmes de 1961 à 1982. Publications : « La CFDT et les associations féministes de 1970 à nos jours », in Danielle Tartakowsky et Françoise Tétard dir., Syndicats et associations : concurrence ou complémentarité ?, Rennes, PUR, 2006, p. 409-418 ; « Contribution à l’histoire du Planning familial : le partenariat CFDT-MFPF au cours des années soixante-dix ». GENRE & HISTOIRE, N°2 - Printemps 2008 (revue en ligne) ; « Le rôle des sessions de formation "travailleuses" dans l’élaboration et la diffusion d’une stratégie syndicale pour les femmes : le cas de la CFDT (1961-1982) », in Actes du colloque « Syndicalisme et formations » organisé par le GEFHA et l’Université Jules Vernes, Amiens, 15-18 janvier 2008, L’Harmattan, à paraître.

Le débat sur la mixité des structures au sein de la CFDT (1976-1982) (22 mai 2009)

Résumé : En 1976, lors de son 37e congrès, la CFDT s’engage à réunir les conditions nécessaires pour une insertion réelle des travailleuses dans toutes ses instances de décision. S’élabore alors, non sans résistances, une politique de promotion de parité qui n’est pas sans lien avec la politique de recentrage en cours dans la CFDT. En effet, la question de la mixité s’inscrit au cœur de la réflexion engagée depuis 1977 sur l’adaptation du syndicalisme cédétiste. Celle-ci aboutit en 1982 au congrès de Metz où la CFDT, constatant l’échec des mesures d’incitation, vote une résolution imposant la mixité des structures de l’organisation. Avec ce congrès, la CFDT devient alors la première organisation syndicale à opter pour des mesures volontaristes par l’instauration de quotas. Toutefois, si l’élaboration de la mixité des structures de la CFDT participe d’une stratégie syndicale pour les femmes, le débat qu’elle a suscité est révélateur de la difficulté que connaît la CFDT, et plus généralement le syndicalisme, à dépasser un fonctionnement qui emprunte à un modèle largement masculin.
Mots-clés : Femmes et syndicalisme – CFDT – Mixité – Parité – Jeannette Laot - Quotas

 

Michèle Le Doeuff

Souvenirs singuliers des années 68, etc. (16 février 2009)

Michèle Le Doeuff, philosophe (auteure notamment du Sexe du savoir, Paris, Aubier, 1998, réédition : mars 2000 chez Champs Flammarion ; L’étude et le rouet. Des femmes, de la philosophie, etc., in, Paris : Éd. du Seuil, 1989, 2008) témoigne dans ce texte des années 68 qu’elle vécut, alors qu’elle était professeure de philosophie en lycée, entre Bretagne natale et Quartier Latin, en particulier comme actrice dans le mouvement féministe naissant.

 

Yannick Le Quentrec

Sociologue à l’Université de Toulouse le Mirail, Yannick Le Quentrec est membre du CERTOP, UMR CNRS n°5044, pôle Simone/SAGESSE. Elle travaille en tant que professeure associée à l’Institut Régional du Travail de Midi-Pyrénées. Alliant la réflexion théorique avec une longue expérience de salariée dans le travail social et de syndicaliste, elle effectue des recherches nationales et internationales sur les employé-es de bureau, groupe professionnel fortement féminisé, sur la participation politique et syndicale des femmes ainsi que sur les hommes syndicalistes dans leurs rapports à l’égalité des sexes. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages et articles autour de ces questions, dont Le Quentrec, Yannick, Benson Stéphanie, "Un job pour la vie. La lutte des salariés de JOB" (1995-2001), Paris, Syllepse, 2005 ; Le Quentrec, Yannick, Welzer-Lang, Daniel, Corbière, Martine, Meidani Anita, "Les hommes entre résistances et changements", Lyon : Editions Aleas, 2005 ; Le Quentrec, Yannick, Rieu, Annie, "Femmes : engagements publics et vie privée, Paris, Syllepse, Coll. « Présent-Avenir »", 2003.

Militantes syndicales : une égalité à faire vivre (22 mai 2009)

Résumé : Les militantes dans les organisations syndicales sont loin d’évoluer dans des milieux neutres sur le plan des rapports sociaux de sexe. Elles sont d’une part en situation de minorité, d’autre part les syndicats sont encore largement imprégnés d’une culture masculine. Face à cela, les militantes ne restent pas passives. En tension entre contraintes et changements, elles développent un certain nombre de pratiques et de stratégies alternatives pour faire vivre l’égalité.
Mots-clés : Femmes – Militantes – Hommes – Syndicalisme – Rapports sociaux de sexe – Égalité – Domination – Changements

 

Emmanuelle Le Texier

Gender, social capital and political participation in the barrio (1er mars 2006)

Abstract : American barrios and ghettos have been overlooked because of their low capacity for mobilization. In particular, barrio residents have been considered to be either culturally or structurally unable to participate. The use of such concepts as the culture of poverty, the underclass or the internal colony has maintained a vision of these segregated spaces as non-political. Indeed, low voter registration and turnout, the lack of party campaigning, and a large proportion of disenfranchised Latino origin individuals may characterize the barrio (high proportion of undocumented migrants, low rate of naturalization, low socioeconomic attainment). However, extensive qualitative fieldwork in the San Diego’s inner-city barrio (California) shows that although the barrio is not at the core of conventional politics, unorthodox forms of participation are present. In fact, Mexican origin residents use symbolic resources such as territorial identity and gender solidarity to build social capital and help politicize a marginal and socially isolated urban space. Not only are forms of participation and informal mobilization present within the Barrio, but they emerge without external leaders or resources. The barrio is a political space per se, which provides the conditions for claiming citizenship rights and for articulating a self-definition of the common good.

 

Marc Leandri

Chercheur en économie de l’environnement, ex-bénévole blueEnergy.

Un partenariat de developpement entre acteurs locaux et internationaux (28 mars 2006)

Dans le cadre d’une ONG (blueEnergy) un groupe de jeunes ingénieurs français a mis en place une aide au développement efficace. Ils ont également créé l’association blueEnergy-ER&DE. Cet article a pour but de présenter la démarche originale, tant sur le plan organisationnel que sur le plan technologique, du projet de développement lancé par l’organisation non-gouvernementale (ONG) blueEnergy au Nicaragua au printemps 2004. Ce projet vise à développer des solutions locales aux besoins en énergie des populations indigènes défavorisées de la côte Caraïbe du Nicaragua. BlueEnergy inscrit son action dans un développement véritablement durable fondé sur un transfert de technologie et de compétences, notamment à travers des efforts soutenus de formation pratique et théorique, et sur la valorisation des matériaux et des savoirs locaux. Conçue et portée à l’origine principalement par des étudiants, cette initiative, qui a déjà reçu de nombreux soutiens institutionnels, a été reconnue comme exemple d’une bonne pratique de développement par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)[1]. Après une description du contexte dans lequel s’inscrit cette action (section 1), ce texte s’attache à présenter les principes directeurs du projet (section 2) issus d’une réflexion sur les défis de l’électrification rurale et les échecs des solutions traditionnelles (section 3). Ces principes sont illustrés par les réalisations du projet pilote (section 4).

 

Audrey Leblanc

Audrey LEBLANC prépare un doctorat sur « L’image de Mai 68 », au Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine, EHESS (Paris) sous la direction d’André Gunthert et de Michel Poivert. Elle anime l’atelier des doctorants « Questions méthodologiques d’histoire visuelle » au Lhivic/EHESS. Membre du comité éditorial du média social d’enseignement et de recherche Culture visuelle, elle enseigne l’histoire du photojournalisme à l’université Paris III.

Audrey LEBLANC is currently preparing her doctoral dissertation on ‘L’image de Mai 68’ (The Image of May ’68) at the Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic) at the École des hautes études en sciences sociales (EHESS) under the direction of André Gunthert and Michel Poivert. She leads the doctoral workshop Questions méthodologiques d’histoire visuelle (Methodological Issues in Visual History) at Lhivic/EHESS and is a member of the editorial board of the teaching – and research – oriented social networking platform Culture visuelle. She teaches history of photojournalism in the Cultural Mediation Department at the Université Paris 3.

L’iconographie de Mai 68 : un usage intentionnel du photoreportage noir et blanc ou couleur (16 février 2009)

Résumé : Quel(s) rôle(s) peuvent jouer les représentations visuelles dans la compréhension et l’écriture d’un événement historique ? Cet article se propose de revenir sur le traitement historiographique des événements de Mai 68 du point de vue de l’image. Décrire et analyser le rôle des photographies publiées dans la presse française d’alors – et plus particulièrement dans Paris Match –, permet de montrer comment ce magazine fait usage de ces photographies pour construire trois récits différents et intentionnels des mêmes événements.
Mots-clés : Général de Gaulle – iconographie – image – Mai 68 – Paris Match – photographie, photoreportage en noir et blanc – photographie en couleur – récit – représentation – insurrection

 

Michèle Leclerc-Olive

A-t-on enterré l’espace public ? Enquête sur les avatars récents d’un concept (23 octobre 2014)

Pour certains, la fécondité heuristique du concept d’espace public semble s’étioler : dans les sociétés occidentales contemporaines, des notions voisines mais alternatives prétendent s’y substituer, conduisant à une sorte de disqualification ou d’épuisement. Les analyses ont-elles dû s’adapter aux changements de nos sociétés ? Les grilles analytiques se sont-elles révélées insuffisantes pour rendre compte d’objets qui eux-mêmes n’auraient pas fondamentalement changé ? D’autres, à l’inverse, prenant appui sur (...)

 

Qu’a « fait » la notion de société civile ? Quelques réflexions suggérées par la crise malienne (6 juin 2014)

« Au lieu d’avoir des croyances, nous avons des intérêts[1]. » Balzac, 1833 « (…) when regularity itself proves ephemeral, we are reminded that our world was always capable of infinitely varied interpretation. At such moments theories abound, interpretive constructs sell for a quarter on every corner, while contingency and change seem like the only constants. Our world inverts and the rainbow seems realer than the laws of optics[2]. » Binder, 1993 Le Mali occupe (a occupé ?) durant (...)

 

Dominique Lecourt

La technique et la vie (16 février 2008)

Conférence de Dominique Lecourt, présentée à Marseille le 24 novembre 2006 dans le cadre du colloque pluridisciplinaire « La Vie et le Temps », organisé par RezoDoc, à l’initiative de Jean-Yves Heurtebise et des Écoles doctorales d’Aix-Marseille Université.

 

Claus Leggewie

Claus Leggewie is Professor for Political Science and Director of the Kulturwissenschaftliches Institut / Institute for Advanced Study in the Humanities (KWI) in Essen and member of the German Advisory Council on Global Change (WBGU). He is co-author, together with Harald Welzer, of "Das Ende der Welt, wie wir sie kannten. Klima, Zukunft und die Chancen der Demokratie" [The end of the world as we know it. Climate, the future and chances for democracy] (2009). Claus Leggewie is a member of the Eurozine Advisory Board.

La citoyenneté transnationale (1er juin 2013)

Résumé : Claus Leggewie rassemble les conditions préalables à la transnationalité – les communautés de migrants, le pluralisme religieux et de la culture de masse populaire hybride – en faisant passer au premier plan le défi qu’elle présente : entre les cultures locales et les marchés mondiaux, comment un demos transfrontalier peut-il se construire ?
Abstract : Claus Leggewie pieces together the preconditions of transnationality – migrant communities, religious pluralism and hybrid popular mass culture – with a view to foregrounding the challenge that it presents : between local cultures and global markets, how can a cross-border demos be constructed ?

 

René Lemieux

Entre l’Europe et l’Amérique, un roman pour traduire la perte (30 octobre 2016)

Résumé : Traduit récemment en français, le roman De pertes en fils de Howard Roiter, une traduction par Pier-Pascale Boulanger de Here comes Hymie publié en 1990, décrit le parcours parfois tordu d’immigrants de la première moitié du vingtième siècle à Montréal. Entre le père et le fils, tous deux originaires de Hongrie, et les gens gravitant autour d’eux, l’aventure « américaine » sera différente pour chacun, mais le résultat est souvent le même : le récit d’une perte. D’un humour parfois très noir, ce roman en traduction permet de réfléchir à la perte qui n’est jamais entière tant que son récit peut être raconté.

Mots-clés : traduction ; traduction littéraire ; roman ; littérature ; Montréal ; immigration

Abstract : Recently translated in French, the novel De pertes en fils by Howard Roiter, a translation by Pier-Pascale Boulanger of Here comes Hymie published in 1990, describes the sometimes twisted journeys of newcomers in Montreal in the first half of the twentieth century. Between father and son, both from Hungary, and people surrounding them, the “American” adventure will be different for everyone of them, but the result is often the same : the story of a loss. With black humor, this novel in translation allows us to reflect on the loss that is never complete as long as the story of this loss can still be told.

Keywords : translation ; literary translation ; novel ; literature ; Montreal ; immigration

 

Pouvoirs et impouvoirs du secret (14 octobre 2016)

Résumé : L’article se propose de questionner les aprioris de la « société de surveillance » contemporaine, notion popularisée par Michel Foucault, et de réfléchir sur le « secret ». L’image actuelle de la politique de la surveillance se pense en fonction de l’opposition visibilité/invisibilité : les puissants demandent la visibilité du petit peuple, chacun de ses gestes devant pouvoir être enregistré pour contrer toute manifestation de résistance. On remarque trop peu souvent que le contre-pouvoir démocratique propose exactement la même idée : que le pouvoir se rende toujours plus transparent. Entre le pouvoir et le contrepouvoir de la vision, nous proposons une réflexion sur l’ouïe à partir des quelques propositions de Jacques Derrida sur le secret. Les indécidables derridiens comme différance et schibboleth, ainsi que la figure du marrane, sont réarticulés pour repenser un certain impouvoir du secret, un secret sans code pour notre temps.

Mots-clés : Jacques Derrida, société de surveillance, secret, code, visibilité et invisibilité, transparence

Abstract : The article enacts a questioning of the aprioris of contemporary “surveillance society”, a notion made famous by Michel Foucault, and a reflection on “secrecy”. The present image of the politics of surveillance is conceived as a function of the opposition visibility/invisibility : the powerful demand the visibility of the people, so that every gesture on its part can be registered to counter any manifestation of resistance. We seldom notice that the democratic counter-power proposes the very same idea : that power makes itself ever more transparent. Between the power and counter-power of vision, we propose a reflection on hearing, taking as our point of departure the propositions of Jacques Derrida on the secret or secrecy. Derridean undecidables like différance and shibboleth, as well as the figure of the Marrano, are rearticulated to rethink a certain unpower of secrecy, a secret without a code for our time.

Keywords : Jacques Derrida, surveillance society, secrecy, code, visibility and invisibility, transparency

 

Ivica Lencová

Märchen interkulturell (22 octobre 2009)

Zusammenfassung : Der Beitrag beschäftigt sich mit der Rolle des literarischen Textes in der interkulturellen Fremdsprachendidaktik. Dabei wird auf die Einsatzmöglichkeiten des Märchens mit seinen regionalen Varianten in Deutsch als Fremdsprache eingegangen.
Stichworte : literarischen Textes – interkulturell – didaktik – Märchen
Abstract : The article deals with the role of literary texts in intercultural foreign language didactics. It focuses on methods of how fairy tales and their regional varieties can be taught in German as a foreign language.
Keywords : literary text – intercultural – didactics – tales

 

Jean-Louis Léonhardt

Contact : jean-louis.leonhardt484@orange.fr

Raison scientifique et philosophie du langage (1er avril 2008)

Résumé : La philosophie grecque a proposé une première théorie de la science, considérée comme apte à produire un savoir certain ou épistémè. Cette théorie contient un modèle de la raison de l’homme de science (la logique dite formelle) qui permet de reconnaître les raisonnements rationnels. Le principe de contradiction est le pilier central du système. Pour être vraie, une théorie scientifique doit satisfaire les conditions d’universalité, de nécessité (déterminisme) et d’intelligibilité de la cause. La science classique a renoncé à deux de ces critères : Newton admet qu’il ne connaît pas la cause matérielle de l’attraction de deux corps à distance ; par ailleurs, l’usage des probabilités impose d’abandonner le déterminisme absolu des phénomènes. Et cependant, la science classique garde la signification aristotélicienne de la vérité. L’invention des géométries non-euclidiennes a bouleversé notre conception de la logique : il est admis que deux axiomes contradictoires peuvent être pensés vrais simultanément. Un autre modèle de la raison émerge (les logiques dites symboliques) qui impose de redéfinir la notion de vérité : la relativité et la physique quantique sont des exemples de cette nouvelle manière de penser le monde.
Abstract : Abstract : Greek philosophy proposed a first theory about science, as being able to produce secure knowledge, i.e. epistémé. This theory includes a model of the way of reasoning of a man of science (the so-called formal logic) which permits him to recognize rational reasoning. The contradiction principle is the central pillar on which this system rests. In order to be true, a scientific theory must fill the conditions of universality, necessity (determinism) and intelligibility of the cause. Classical science has forsaken two of these criteria : Newton admits that he does not know the material cause of the attraction between two bodies at a distance ; on the other hand, the use of probabilities brings the scientist to renounce the absolute determinism of phenomenons. However, classical science retains the Aristotelian sense of truth. The invention of non-euclidean geometries has upset our conception of logic : it is admitted that two contradictory axioms can be simultaneously thought true. Another model of reason is emerging (the so-called symbolic logics) which makes it necessary to redefine the notion of truth : relativity and quantic physics are examples of this new way of thinking the world.

 

Robert Levy

Né le 10 juillet 1952 à Safi (Maroc) ; études au Lycée Louis-le Grand et à l’ENS-ULM ; agrégation de philosophie en 1976 ; professeur de Philosophie en Classes Préparatoires, au Lycée Fénelon ( Paris) depuis septembre 2000. Père de trois enfants ; cofondateur avec Jean-Pascal Léger de la revue et de la Galerie Clivages, avec Louis Cordesse du mensuel Raisons

Sur la passade pétainiste de Paul Ricoeur : un bref épisode ? (26 mars 2008)

Résumé : Il y a eu un épisode pétainiste dans la vie de Paul Ricoeur. Combien de temps a-t-il duré exactement ? Il est vrai que le philosophe en a reconnu l’existence, lorsqu’en 1994 l’auteur de cet article lui a fait parvenir des textes publiés sous son nom au printemps 1941 dans une revue vichyssoise, l’Unité Française ; mais il est vrai aussi qu’il l’a présenté comme un bref épisode de désarroi ne durant que les premiers mois de sa captivité en Oflag. N’en a-t-il pas minimisé la longueur puisqu’il fut conférencier du "Cercle Pétain" de son camp de prisonniers et que ce cercle n’a commencé d’exister qu’en décembre 1941 ? A cette interrogation s’en joint une autre : la lecture attentive d’un article de Paul Ricoeur de mars 1939 – comme sa présence à l’université de Münich au cours de l’été 1939 ? – conduit à se demander quelle fut la nature de ce désarroi, bien antérieur donc à la défaite de juin 1940.
Abstract : There has been a Petainiste period in Paul Ricoeur’s life. How long did it last precisely ? It is true that the philosopher acknowledged its existence,when in 1994 the author of this article sent him texts which were published under his own name, in the spring of 1941 in a Vichy review called "l’Unité Française". But it is also true that Paul Ricoeur characterized that Petainiste episode as a brief period of disarray, only lasting for the first few months of his captivity in Oflag. Hasn’t he rather minimized the duration of that Pétainiste period, considering that he was one of the speakers within the "Cercle Pétain" at his prison camp, and that this "Cercle" only began to exist in December 1941 ? Another question is added to this first : the careful reading of a Paul Ricoeur’s article of March 1939 – such as the reference to his attendance at Munich University during summer 1939 ? – leads one to ask what was the nature of this so-called disarray, therefore so long before the defeat of June 1940.

 

Li Ang

李昂,本名施淑端,台湾鹿港人。当代最重要的华文作家之一,十六岁即开始写作,三十岁以《杀夫》震惊文坛。2004年获法国文化部颁赠最高等级「艺术文学骑士勋章」。 着有小说《花季》、《爱情试验》、《她们的眼泪》、《杀夫》、《暗夜》、《一封未寄的情书》、《迷园》、《北港香炉人人插》、《禁色的暗夜》、《自传の小说》、《看得见的鬼》、《花间迷情》。散文《猫咪与情人》、《漂流之旅》、《爱吃鬼》,社会纪实作品《外遇》,以及人物传记《施明德前传》。 其小说《杀夫》已有美、英、法、德、日、荷兰、瑞典、义大利、韩国等国版本。《迷园》有日、法文版。《自传の小说》在日本,《暗夜》在法国,《看得见的鬼》在德国出版。 其作品曾由《纽约时报》、《洛杉矶时报》、《旧金山记事报》、《读卖新闻》、《每日新闻》、法国《世界报》、英国《卫报》等评介。
Li Ang est née à Lukang, Taïwan. Seule femme écrivain qui écrit en langue chinoise et qui a reçu l’insigne de Chevalier des Arts et Lettres de la part du gouvernement français. Décrivant la vie des femmes taïwanaises au travers de l’évolution de la société moderne et sous l’influence de la culture traditionnelle, ses écrits s’attaquent aux tabous de la société, notamment les domaines de la politique (indépendance de Taïwan, par exemple) et de la sexualité. Suscitant sans cesse des polémiques depuis plusieurs décennies, elle représente un modèle pour les femmes écrivains asiatiques. Elle a déjà publié une quinzaine de livres en langue chinoise. Ses œuvres ont remporté des prix à Taiwan et ont été présentées dans les journaux du monde entier. Plusieurs ouvrages ont été traduits et publiés à l’étranger : "Tuer son mari aux USA", Allemagne, Japon, Pays-Bas, Suisse, Italie, Corée du Sud, Suède ; "Le jardin des égarements" et "Autobiographie & roman" au Japon, "Fantôme visible" en Allemagne. Livres traduits et publiés en France : "La femme du boucher", Seuil, 1980, (Flammarion, 2007), repris sous le titre "Tuer son mari", Denoël, 2004. "Le jardin des égarements", Editions Philippe Picquier, 2003. "Nuit obscure", Actes Sud, 2004.

牛肉面 / Nouilles au boeuf (14 novembre 2008)

牛肉面,通常作成汤面的一种,以其主要用牛肉作料而得名。以牛肉块和卤包熬煮成整锅带肉汤汁,适量盛入大碗,再加上水煮过的面条,几枝青菜,洒上葱花,便成一碗热腾腾、香喷喷的牛肉面。浓郁的黑褐色汤汁上通常会飘着一层牛肉煮出的油,晶亮亮的油水不至全然蒙盖住里面的热气......
他一直记得,这政治犯难友,每当他吃面时,趴在对面牢房的铁栏杆上,看着他的那种极度渇欲的神情。每回都是看他把最后一口面汤喝完,那难友也才喉头一阵颤动、呑下最后一口口水。
Extrait : "Le bouillon produit par la cuisson à l’étuvée a tendance à prendre une couleur brun clair aux reflets mordorés, tandis que la viande se dore d’un ton plus foncé. Si l’on y ajoute de la sauce de piments, une merveilleuse vague rouge vif s’étend sur la surface du bouillon, au point de recouvrir parfois complètement la vapeur chaude qui ne peut s’élever : c’est un coucher du soleil sur l’eau étale qui s’offre à vous. Alors, allez-y ! Prenez-en une bonne gorgée sans criante ! Ah ! Épicé et chaud, quelles délices... A se pâmer !" (traduction André Lévy)

 

Pour un bol de nouilles au boeuf (10 juin 2009)

Le bouillon produit par la cuisson à l’étuvée a tendance à prendre une couleur brun clair aux reflets mordorés, tandis que la viande se dore d’un ton plus foncé. Si l’on y ajoute de la sauce de piments, une merveilleuse vague rouge vif s’étend sur la surface du bouillon, au point de recouvrir parfois complètement la vapeur chaude qui ne peut s’élever : c’est un coucher du soleil sur l’eau étale qui s’offre à vous. Alors, allez-y ! Prenez-en une bonne gorgée sans criante ! Ah ! Épicé et chaud, quelles délices... A se pâmer !
牛肉面,通常作成汤面的一种,以其主要用牛肉作料而得名。以牛肉块和卤包熬 煮成整锅带肉汤汁,适量盛入大碗,再加上水煮过的面条,几枝青菜,洒上葱花, 便成一碗热腾腾、香喷喷的牛肉面。浓郁的黑褐色汤汁上通常会飘着一层牛肉煮出 的油,晶亮亮的油水不至全然蒙盖住里面的热气...... 他一直记得,这政治犯难友,每当他吃面时,趴在对面牢房的铁栏杆上,看着他 的那种极度渇欲的神情。每回都是看他把最后一口面汤喝完,那难友也才喉头一阵 颤动、呑下最后一口口水。

 

Chang-Lin Li

Né le 29 septembre 1956 à Taiwan, politologue, historien et professeur de politique publique à l’Université nationale Chung Hsing, à Taichung, Taiwan, spécialiste de l’histoire des systèmes politiques chinois, docteur en science politique à l’Université Paris-Nanterre en France en 1981, ancien étudiant de Maurice Duverger.

Histoire de la géopolitique entre la Chine continentale et Taiwan au 20e siècle (24 mars 2009)

Résumé : La fin des années du 20e siècle a vu s’effondrer tout l’édifice des démocraties populaires de l’Europe de l’Est. Dans ce contexte agité, la Chine populaire fournit l’image d’un navire apparemment insubmersible, peu affecté par l’agitation populaire – à l’exception de la révolte étudiante du printemps 1989 à Pékin. Doit-on en conclure que l’appareil communiste chinois sera le seul à échapper à la déconfiture ? L’opposition des systèmes tant politiques qu’économiques régnant dans les différentes « Chines » (Chine continentale et Taiwan) font penser que l’avenir d’une Chine réunifiée est incertain.
Mots-clés : « un pays, deux systèmes » ; réunification de la Chine ; Chine continentale et Taiwan
Abstract : The end of the years of the 20th century saw collapse all the structures of the people’s democracies of the Eastern Europe. In this context agitated, the people’s China provided the image of the unsinkable ship apparently, little affected through the people’s agitation – particularly the student’s – of 1989 in Peking. Shall we therefore conclude that the Chinese communist apparatus will be the only one to escape to the failure ? The opposition of the political as well as economic systems reigning in the different « Chinas » (mainland China and Taiwan) remind that the future of the one reunified China is uncertain.
Keywords : « one country, two systems » ; reunification of the China ; mainland China and Taiwan

 

La gouvernance chinoise à l’époque impériale et le nationalisme chinois : Retour sur la mission Macartney (9 septembre 2008)

Résumé : La théorie politique nous enseigne que l’empire chinois est celui du despotisme théocratique. L’État patriarcal en constitue le fondement ; à sa tête, le tyran dirige, à travers une multitude d’échelons hiérarchiques, un gouvernement systématiquement organisé. L’individu est moralement dépourvu de personnalité propre. L’histoire de l’empire n’est que la répétition d’une même ruine majestueuse. Dans la réalité, les groupes intermédiaires – corporations, ordres, classes, castes – ne sont là que pour consolider l’architecture d’ensemble. La société ainsi bâtie se reproduit l’infini. Le tout commande les parties.
Mots-clés : Gouvernance de l’empire chinois ; Empire de Mao Zedong ; Mission Macartney
Abstract : The political theory teaches us that the Chinese empire belongs to the theocratic despotism. The patriarchal State constitutes the base ; on the top, the tyrant manage, through a multitude of the hierarchic echelons, one government systematically organized. The individual is morally lacking in its own personality. The history of the empire is only the repetition of the even majestic ruin. In the reality, the intermediary groups- corporations, orders, states, castes- are only for reinforcing the entire architecture. The society thus built reproduce to the infinite. The whole commands the parts.
Keywords : Chinese empire ; Mao Zedong’s empire ; the Macartney Mission

 

David Liebman

David Liebman was born in Brooklyn, New York on September 4, 1946. He began classical piano lessons at the age of nine and saxophone by twelve. His interest in jazz was sparked by seeing John Coltrane perform live in New York City clubs such as Birdland, Village Vanguard and Half Note. He is considered a renaissance man in contemporary music with a career stretching over forty years. He has played with many of the masters including Miles Davis, Elvin Jones, Chick Corea, John McLaughlin, McCoy Tyner and others.

A Conversation with David Liebman in Paris (20 décembre 2011)

David Liebman was born in Brooklyn, New York on September 4, 1946. He began classical piano lessons at the age of nine and saxophone by twelve. His interest in jazz was sparked by seeing John Coltrane perform live in New York City clubs such as Birdland, Village Vanguard and Half Note. He is considered a renaissance man in contemporary music with a career stretching over forty years. He has played with many of the masters including Miles Davis, Elvin Jones, Chick Corea, John McLaughlin, McCoy Tyner and others.

The day after a concert in duet with Marc Copland at the Sunset Jazz Club in Paris (6 December 2011), David Liebman and Carole Dely, a saxophone player and a philosopher, met to speak about jazz.

 

Antonin Liehm

Enzyklopädist des Internationalen (26 novembre 2007)

Zusammenfassung : Antonin J. Liehm, 1924 in Prag geboren, hat sein Leben der Überwindung der intellektuellen Teilung Europas verschrieben. In Westeuropa machte ihn sein 1984 gegründetes Zeitschriftennetzwerk Lettre internationale bekannt, doch der kosmopolitische Publizist und Cinéast hat in seinem Leben zwischen Prag, Philadelphia, New York und Paris zahlreiche weitere Angriffe auf den „Provinzialismus der großen Kulturen“ geführt. Sie sind in diesem Gespräch ebenso Thema wie die Enzyklopädisten, Karl Marx und Antonin Liehms Großmutter. Im Grunde aber geht es immer um das Eine : die Idee einer internationalen Zeitschrift.
Résumé : Antonin J. Liehm, né en 1924 à Prague, est un véritable encyclopédiste de l’international. Entre Prague, Philadelphia, New York et Paris, il a œuvré pour surmonter la division intellectuelle de l’Europe. Surtout connu en Europe occidentale pour avoir fondé en 1984 le réseau de revues "Lettre internationale", Antonin Liehm, publiciste et cinéaste cosmopolite, se trouve également à l’origine d’autres nombreuses attaques contre le « provincialisme des grandes cultures ». Il en parle dans cet entretien, en évoquant les Encyclopédistes, Karl Marx et sa grand-mère. En fin de compte, tout se rejoint dans cette grande idée qu’est une revue internationale.
Keywords : Lettre internationale, Liehm, internationalism, intellectual, Europe, cold war, communism, cultural journal, Litérarní noviny, L76, Liber, Revue internationale.

 

Fanny Lignon

La mixité sociale à travers les relations filles / garçons (13 février 2012)

Résumé : En avril 2010, le théâtre de la Renaissance, en partenariat avec le Musée des Confluences et Sens Public organisait une conférence en lien avec le spectacle Les Ogres, spectacle mis en scène par Christine Véricel. La discussion s’articule autour de la mixité sociale à travers le comportement des jeunes et en particulier les relations filles / garçons (violences sexistes, inégalités).

 

Felipe Lins

A hiperfenomenologia : espectros de Husserl em Derrida (25 novembre 2006)

A partir da noção alargada de escrita que atravessa todo o pensamento derridiano - segundo a qual os predicados a ela comumente associados, tais como exterioridade, repetição, ausência deixam de figurar (através do duplo gesto desconstrutor que consiste em inverter e deslocar as oposições binárias inerentes à metafísica) como secundários e derivados em relação à primordialidade da presença ideal para adquirir um valor essencial e irredutível, a ponto de Derrida afirmar que já existe uma (arqui)escrita habitando originariamente o interior da própria fala, inscrevendo-se assim como uma heterogeneidade, uma alteridade radical que divide, que fissura desde sempre a pretensa homogeneidade pura, plena e idêntica a si dessa substância fônica de expressão tradicionalmente concebida como mais próxima da idealidade da presença -, pretendo mostrar que sua possibilidade se deve à radicalização, operada por Derrida, das reduções fenomenológicas - já que Husserl, embora tenha reduzido a escrita em favor do princípio intuitivo que governa a fenomenologia enquanto metafísica da presença, acabou por reconhecer a escrita como necessária à constituição dos objetos ideais, injungindo Derrida a redimensioná-la em seu valor constituinte -, o que permite visualizar a inexorabilidade do rastro intencional de Husserl em Derrida, configurando-se, assim, a desconstrução como uma hiperfenomenologia.

 

Christophe Litwin

Ancien élève de l’École Normale Supérieure, Christophe Litwin enseigne la philosophie. On peut consulter la page d’un séminaire qu’il avait organisé à l’Ecole Normale en 2002-2003, sur le thème : « La mort du philosophe ». Il rédige actuellement une thèse en cotutelle sous les directions de Pierre Manent (EHESS) et Denis Hollier (NYU). L’intitulé de son mémoire est « L’amour de soi et ses généalogies. De Montaigne à Rousseau ».

Dialectique et amour de soi chez Rousseau (14 novembre 2007)

Le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes (1755) est sans doute, avec le Contrat social (1762) et l'Émile (1762), le texte qui a conduit la pensée de Rousseau a être considérée comme proprement philosophique. Cette reconnaissance du statut proprement philosophique de l'œuvre de Rousseau, aussi indiscutable qu'elle paraisse aujourd'hui, n'a pas été immédiate. Le ton polémique et paranoïaque du genevois, ses polissonneries et sa vie (...)

 

Le discours de l’humaine condition. Descartes imitateur ironique de Montaigne (1er mars 2006)

Lire aussi : Le fourgon et la pelle. Discours sur les femmes et discours du féminin dans les Essais de Montaigne Madeleine Valette-Fondo Descartes et la recherche de la Sagesse dans les Règles pour la direction de l'esprit Carole Dely A M. François Rigolot, Il est difficile de mettre en rapport les pensées de Descartes et de Montaigne sans être saisi à la fois par la force de leur opposition, et par les échos manifestes de leurs pensées. La première partie du Discours de la méthode de (...)

 

Livres

Heidegger et le sens de l’histoire (10 février 2006)

Résumé : Heidegger et son temps : voici l’enjeu de l’étude mise en œuvre par J. A. Barash. Prenant appui sur des textes rares et des correspondances inédites, J. A. Barash propose une interprétation de l’œuvre de Heidegger, à partir d’une reconstruction du paysage philosophique du début du XXe siècle, puis de l’entre-deux-guerres. Ainsi le lecteur trouvera-t-il un exposé remarquablement articulé du grand débat suscité en Allemagne, avant et après la Première Guerre mondiale, par le problème du sens de l’histoire. Cette reconstruction vise à établir des continuités souterraines entre l’œuvre de Heidegger et son environnement intellectuel. Rappelons que ce philosophe, dont la lecture est particulièrement difficile, fut l’objet d’une intense polémique en raison de ses relations ambiguës avec le nazisme. Il n’en est pas moins l’un des penseurs les plus importants du XXe siècle.

 

Hans Lödén

Hans Lödén är docent i statsvetenskap vid Karlstads universitet. Hans första forskningsintresse ligger i skärningspunkten internationella relationer-Europastudier med fokus på regionalt agerande inom EU, hur och varför regioner utvecklar ett självständigt agerande gentemot EU och andra aktörer website

Statsvetenskaplig och samhällsvetenskaplig ämnesdidaktik är andra forskningsspåret med fokus på samhällskunskapsämnets (i lärarutbildning och ungdomsskola) betydelse för medborgarskap website

Hans Lödén is Associate Professor in political science, Karlstad University. His first research interest represents an intersection between International Relations and European Studies. Here the focus is on regional action within the European Union, the how and why of independent regional action towards the EU and other actors website

Political science and social science education is his second research field. Here the focus is on the role of the civics/citizenship education/social science subject (in teacher training and in secondary schools) related to conceptions of content and meaning of citizenship website

National identity, inclusion and exclusion. An empirical investigation (4 octobre 2010)

Abstract : Results from a research project conducted among 1000 secondary school students in Sweden are used for discussing superordinate national identity as a means for immigrants’ integration into democratic politics and the challenges this may present for social science education. The theoretical point of departure is taken within social identity theory, with emphasis on its findings concerning relationships between superordinate and subgroup identities. It is suggested that a superordinate national identity perceived as inclusive, by immigrants and the native population, would be conducive to integration into democratic nation-states. Such states are seen as the dominant organizational form for democratic politics in the foreseeable future. It is argued that command of the dominant language of society is most important of the inclusive criteria. Other such criteria are respect of the state’s political institutions and feelings of belonging to the country where you live. The argument is supported by data, showing a majority of secondary school students – of self-identified ’Swedish’ or non-’Swedish’ backgrounds – in favour of inclusive criteria for a ’Swedish’ national identity.
Keywords : superordinate national identity – youth – inclusion – exclusion – immigration – democratic state – Sweden

 

Maude Loi Zedda

Vers une meilleure compréhension de la résistance au changement des directeurs d’école (26 juin 2017)

Résumé : Cet article présente la problématique, le cadre théorique et la méthodologie d’un projet de thèse en cours. Ce projet s’intéresse à certaines caractéristiques personnelles (leadership, sentiment d’autoefficacité et solitude professionnelle) du directeur d’école québécois et à leur influence sur la résistance au changement. Les théories de la résistance au changement de Oreg (2003), du leadership de Bass (1990), du sentiment d’autoefficacité de Bandura (2007) et de la solitude de Peplau et Perlman (1982) sont les assises choisies pour identifier les relations entre le leadership, le sentiment d’autoefficacité, la solitude professionnelle des directeurs d’école et leur résistance au changement.

Mots-clés : Résistance au changement, leadership, sentiment d’autoefficacité, solitude professionnelle, directeurs d’école, administration scolaire.

Abstract : This article provides the statement of the problem, the theoretical framework and the methodology of a research project. This project focused on personal characteristic’s (leadership, self-efficacy and professional loneliness) that influence the resistance to change of school principals. The theoretical framework is based on Oreg’s resistance to change theory (2003), Bass’s leadership theory (1990), Bandura’s self-efficacy theory (2007) and Peplau and Perlman’s loneliness theory (1982). This research seeks to identify the relationships between the leadership, the self-efficacy, the professional loneliness of school principals and resistance to change.

Keywords : Resistance to Change, leadership, self-efficacy, professional loneliness, school principals, school administration.

 

Dominique Loiseau

Enseignante retraitée du secondaire, a été chargée de cours à l’université de Nantes, et membre du laboratoire LERSCO puis LESTAMP. Elle était jusqu’en 2009 membre du CA de l’association « Mnémosyne, pour le développement de l’histoire des femmes et du genre ». Elle est membre du jury décernant chaque année le prix Mnémosyne. Elle a par exemple publié : Marre d’être sages, « textes vagabonds » à partir de photographies sur le mouvement ouvrier et les femmes, éditions du Centre d’histoire du travail, Nantes, 2008 ; « Quelle gestion des ressources humaines dans l’économie sociale ? Entre bénévolat et professionnalisation ; la place du travail dans les associations », avec Annie Dussuet et Erika Flahault, rapport DIEES, programme de recherche-développement 2006-2007, coordination GREGUM-ESO UMR 6590, octobre 2007 ; “Les sources orales et l’histoire des femmes et du genre”, avec Geneviève Dermenjian, Les sources orales et l’histoire, dir. Florence Descamps, Bréal, 2006 ; Femmes et militantismes, L’Harmattan, 1996.

Du droit au travail des époux au droit au travail personnel (22 mai 2009)

Résumé : A partir de 1945, des femmes au foyer, militantes d’associations catholiques-sociales, s’estiment partie prenante du syndicalisme, par le soutien apporté aux luttes des époux, et par celles menées sur les quartiers. Elles sont mobilisées comme épouses et mères. Or, ce militantisme complémentaire modifie leur rapport au monde, entraînant notamment la création du groupe “femmes chefs de famille” (vers 1965) : elles y revendiquent un droit au travail pour, non pas encore LES femmes, mais DES femmes vivant des situations particulières ; elles s’investissent pour une formation générale et professionnelle féminine, la garde des enfants, leurs analyses sur la place des femmes dans la famille et la société se modifient, provoquant chez les plus jeunes une pratique “aller au travail”. Cela vide nombre de groupes locaux de leurs forces vives, les militantes étant absorbées par leur activité salariée et leur engagement syndical. Engagement cette fois direct, et non plus par le biais du compagnon.
Mots-clés : Femmes – Travail – Militantisme – Catholicisme-social – APF/CSCV : Association populaire familiale/Confédération syndicale du cadre de vie – CSF : Confédération syndicale des familles – MPF : Mouvement populaire des familles

 

Sébastien Loisel

Mécanismes guerriers et fondation de l’État dans la pensée politique de Thomas Hobbes (28 février 2005)

Résumé : Nous nous proposons d’analyser le phénomène guerrier à partir des mécanismes qui en conditionnent l’existence (l’éclatement de la guerre), plutôt que d’en décrire les logiques internes (la conduite des hostilités). Une telle approche, politique en son essence, implique que l’on néglige des considérations proprement stratégiques au profit d’une interrogation sur le type de nécessité que la guerre met en œuvre.

 

Helena Lopez

Helena López is Lecturer in Spanish Studies at the University of Bath (UK). Her main research areas are modern and contemporary Spanish literature and cultural studies. She is the author of Vanguardia y exilio : sus representaciones en el ensayo de Juan Larrea (2002), and has published various articles on Spanish republican exile in relation to issues concerning literature, women’s writing, cinema, the Transition and the industrialisation of memory. She is currently working on a research project on modernity, women’s writing and exile.

Mujer, violencia, espectáculo : la guerra civil española en ’Libertarias’ (1996) de Vicente Aranda (11 mars 2005)

"The war has made me suspicious of any metaphors." Semezdin Mehmedinoviæ De 1992 a 1995, durante más de 1400 días, los habitantes de Sarajevo vivieron el horror de un asedio a manos de los nacionalistas serbios. Los Chetniks, liderados por el mediocre poeta Radovan Karadžić,1 habían decidido someter a su delirio de limpieza étnica a la población de la ciudad bosnia. Tras el colapso del estado yugoslavo en 1990, el sitio de Sarajevo constituyó uno de los más estremecedores episodios (...)

 

Arthur Lord

A War Without End (12 avril 2006)

Many wars are surely winnable only if and when you are fully committed. The public is likely going to start to question whether Washington is actually committed to ending the war at all, or if the Middle East could become the next Korean peninsula.

 

Moving forward on US-China relations (21 mai 2006)

Abstract : Although few were surprised by the lack of progress in the recent Bush-Hu summit in Washington, both the US and China need to start reconciling their definitions of "responsible stakeholder" before misperceptions and missed opportunities lead to a heightened chance of conflict.

 

Soft Power is not an oxymoron (12 avril 2006)

Abstract : The rising anti-American sentiment is for the most part not yet directed at American culture or values or citizens, but rather, at American policies. As the World Public Opinion organization reports, a recent BBC World Service poll found that out of 33 countries surveyed, Iran was the only country with more negative ratings than the US. The rising anti-American sentiment is for the most part not yet directed at American culture or values or citizens, but rather, at American policies, which have seemed to follow the unilateralist, arrogant, hypocritical, and moralistic maverick cowboy image over the world leader.

 

The Terrorists (25 juin 2006)

Abstract : The debates surrounding American national security following September 11 have created a charged and polarizing environment. Unfortunately, they have also almost uniformly misframed the issue by defining the war as one against "terrorism" or "the terrorists" instead of an identifiable enemy, which itself poses a much greater threat to America than terrorist attacks.

 

Seloua Luste Boulbina

Seloua Luste Boulbina est agrégée de philosophie et docteur d’Etat en sciences politiques. Elle est responsable de séminaire au Collège international de philosophie.

1954, Pierre Mendès France et les indépendances : Indochine, Tunisie, Algérie (2 mars 2006)

Résumé : Cet article propose de réfléchir sur la perception française des colonies à la moitié du 20e siècle, à partir de la position politique de Pierre Mendès France. C’est à lui, en effet, que l’on doit l’indépendance de l’Indochine, l’autonomie de la Tunisie. C’est lui qui, le premier, a cherché à mettre fin au recours constant à la torture en Algérie. C’est sans doute l’homme politique qui a envisagé la situation coloniale de la façon la plus républicaine, sous la IVe République. Or l’analyse de la position qu’adopte PMF, qui est, en un sens, la meilleure position de gouvernement, montre une cécité constitutive de sa vision de l’Algérie. Il ne s’agit pas ici de faire œuvre d’histoire mais d’analyser, philosophiquement, un cadre structurel qui a rendu les hommes politiques français incapables, au sens fort du terme, de faire face à de nouvelles conjonctures politiques et à un nouveau contexte historique. Ce cadre n’a pas disparu. Il est au contraire parfaitement pérenne, comme le montrent les évènements récents, et la « politique » appliquée aux « insurgés ».
Abstract : The subject is the French perception on the colonies half way through the 20th century, starting with the political position of Pierre Mendès France. Effectively We owe to him the independence of Indochina and the autonomy of Tunesia. He was the first to try to put an end to the use of torture in Algeria. He is without a doubt the man who contemplated colonialism in the most republican manner under the IVth Republic. Yet the analysis on the position that PMF adopts, which is, in a way the best position of government, shows a constitutive blindness in his vision of Algeria. The point here is not to perform a historical work, but rather to make a philosophical analysis of a structural framework which has rendered the political men of France incapable, in the strongest sense of the term, of facing new political circumstances and a new historical context. Such a framework has not disappeared. It is on the contrary perfectly perennial, as recent events have shown and the “policy” applied to “insurgents”, have shown.

 

La colonie : une conjugaison kafkaïenne (4 mars 2007)

Résumé : Lorsque Michaël Walzer rédigea, en 1997, son Traité sur la tolérance, il commença par un « envoi » très intéressant, écrivant : « En tant que juif américain, j’ai d’abord grandi en me considérant comme objet de tolérance. Ce n’est que bien plus tard que j’ai également reconnu en moi le sujet, l’agent ayant lui-même vocation à en tolérer d’autres, y compris certains de mes coreligionnaires juifs qui se faisaient de la judéité une idée radicalement différente de la mienne. » Michaël Walzer insiste sur la position subjective : le fait d’être sujet. Il souligne, ce faisant, que celui qui peut n’être pas toléré n’est pas passif, s’il demeure impuissant. Car s’il ne peut influer sur la perception d’autrui, il n’est pas, pour sa part personnelle, une chose, mais un sujet qui, à son tour, tolère ou non certains plutôt que d’autres. Il insiste donc sur le fait que la tolérance est, dans le fond, quand elle est abordée sous l’angle individuel, affaire non pas seulement de rapport (objectif) mais de position (subjective).

 

Tocqueville et les colonies : Amérique, Antilles, Algérie (2 mars 2006)

Alexis de Tocqueville devient célèbre quand, le 23 janvier 1835, il publie la première partie de La Démocratie en Amérique. Le livre rencontra un franc succès et suscita de vives polémiques. Un journal légitimiste, la Gazette de France, fit paraître un article anonyme contenant ces lignes : « Monsieur de Tocqueville est avocat et, comme tel, il plaide la cause de la démocratie en Amérique ; c’est avec une prédilection toute particulière que cet auteur offre à l’admiration des peuples de l’Europe (...) un pays d’humanité tricolore où des hommes rouges qui en sont les naturels se voient exterminés par les hommes blancs qui en sont les usurpateurs ; où les hommes noirs se vendent pêle-mêle avec les bestiaux sur la place publique. »1 Tocqueville ne l’a pas ignoré. Mais il n’en a pas fait l’objet central de son enquête, la démocratie. Il a consacré une grande partie de son étude à l’analyse de cette « humanité tricolore » et des rapports que ses composantes colorées entretiennent. Les analyses de Tocqueville y sont pénétrantes. On peut dès lors s’étonner, à lire les rapports que Tocqueville a dressés de l’Algérie des débuts de la colonie, en 1841 et en 1847, qu’il ne manifeste pas à l’égard des Arabes l’humanité dont il a gratifié, en Amérique, les Noirs et les Indiens. S’il paraît sensible, en effet, aux questions d’égalité entre Noirs et Blancs - car ce n’est pas en termes d’égalité mais de relégation que la question se pose pour les Indiens -, il demeure totalement indifférent au sort de toute cette population bigarrée - Kabyles, Arabes, Maures - qui peuple le territoire de l’Algérie.

 

Oksana Lychkovska

Docteur en sociologie, Professeure associée du département de sociologie, Sous-directrice scientifique de l’Institut des sciences sociales de l’Université nationale d’Odessa d’I.I. Metchnikov (Ukraine), responsable et secrétaire des publications de la Revue « Vestnik » en Sociologie et en Sciences Politiques, Oksana Lychkovska est auteur de plus de 60 articles scientifiques (1996-2013) et du livre « Les pratiques communicationnelles de la société contemporaine ; aspects théoriques et empiriques » (2010). Ses intérêts scientifiques : les pratiques communicatives, les pratiques sociales, l’ontologie des medias sociaux, la sociologie des choses, l’opinion publique, l’inconscience collective, la communication interculturelle. Elle est par ailleurs présidente du département sud-ukrainien de l’Association sociologique d’Ukraine, membre du bureau du comité scientifique (CS) 14 « Communication, culture et connaissance » de l’Association sociologique internationale (ASI), membre de l’Association sociologique européenne (l’ASE) et de l’Association internationale des études des médias et de la communication (l’AIEMC).

L’automne ukrainien de 2013 : Y aura-t-il de la lumière au bout du tunnel ? (16 décembre 2013)

Mots-clés : Maydan – Kiev – Ukraine – pacifisme – révolution – Europe
Résumé : Il se joue à Kiev en cette fin d’année l’un des drames les plus importants depuis la fin de l’Union soviétique. Le gouvernement ukrainien, lié aux affairistes russes et étranglé par des dettes colossales qui donnent à Moscou un immense pouvoir sur ce pays, a renoncé à signer un accord d’association avec l’Union européenne aux effets limités à court-terme, mais qui indispose la Russie. L’improbable soulèvement de la population de Kiev au nom de l’Europe est venu gripper le scénario écrit d’avance qui aurait vu l’Ukraine rejoindre une Union douanière proposée par Moscou pour renforcer les liens avec ses anciennes dépendances. Dès lors que les manifestants ont tenu et ont évité les excès de violence qui eussent fait le jeu du pouvoir, la crise ukrainienne devient une crise européenne : l’Union européenne devrait assumer les conséquences d’une répression menée à Kiev contre un peuple se réclamant de ses engagements envers lui. Face à l’Europessimisme dominant à l’Ouest, cet appel ne peut rester sans réponse de notre part, à présent que les manifestations de Kiev ont pris le tour d’une guerre de siège dont les protagonistes ne peuvent accepter de perdre la face sans combattre. Sens Public a rendu compte des événements survenus en 2011 en Tunisie et en Égypte sous la plume de Milad Doueihi, puis chroniqué ceux de Montréal l’année suivante grâce à Dominic Desroches. Nous accueillons ici la première chronique écrite directement en français par Oksana Lychkovska, notre collègue d’Odessa, qui dresse le portrait de cet événement.

Gérard Wormser

 

Tenir tête au revanchisme en Ukraine et en Europe (21 mars 2014)

Mes amis, vous souvenez-vous des mots de l’héroïne du film russe connu Une esclave d’amour de Nikita Mikhalkov ? Une simple comédienne (incarnée par Vera Kholodnaya) absolument apolitique s’exclamait, hors d’elle : « Vous êtes si bêtes – Messieurs ! Quelles bêtes vous êtes ! » en voyant les fruits de la haine mutuelle pendant la révolution russe de 1917. La rhétorique quotidienne, pas seulement celle des médias russes, mais aussi bien celle de simples citoyens russes, habitants ordinaires de Facebook, m’а (...)

 

Tina Maalouf

Tina Maalouf graduated from law school and then specialized in political science at IEP. She has been since providing legal, political and communication-related services for both the private and public sectors. She is the author of a novel, which was selected for the France-Liban Prize (2006). Tina is referenced at the Bibliothèque Nationale de France and is member of the Association Des Ecrivains de Langue Française.

Le Martyr : du religieux au politique (14 février 2005)

Résumé : La modernité est vue comme une grande rupture dans l’histoire de l’humanité, qui est venue bouleverser le paysage aussi bien politique que religieux. Selon Max Weber, le monde moderne subirait un processus de « désenchantement ». Le sens magique disparaîtrait. En outre la modernité instaurerait une signification de l’être humain saisi hors de tout conditionnement culturel et l’image d’une autorité, ou d’un pouvoir, toujours en quête de sa légitimité. Une modernité « à l’état pur » supposerait ainsi l’évacuation totale de toute croyance de nature religieuse, l’élimination de toute référence à une force transcendante pourvoyeuse de certitudes.
Mots-clés : Martyr ; Modernité ; Politique ; Religieux ; Religion ; Sacré ; Violence ; Weber.
Abstract : Modernity is seen as a great rupture in the history of humanity, which came to disrupt the landscapes in both the religious and political settings. According to Max Weber, the modern world would be undergoing a process of “disenchantment”. The sense of magic would be disappearing. Furthermore, modernity would set a significance of the human being that does not entail cultural conditioning, and the image of an authority or a power, always in quest of its own legitimacy. Modernity in its “pure state” would also suppose the total evacuation of any religious-related belief, the elimination of all references to a transcendental force providing certainty.
Keywords : Martyr ; Modernity ; Politics ; Religious ; Religion ; Sacred ; Violence ; Weber.

 

William Mac Bride

William Mac Bride, philosophe américain, a été président de l’American Philosophical Association. Il est professeur à l’université de Purdue (Indiana).

Globalization and inter-culturel dialogue (5 mars 2005)

"The basic challenge is that what is called globalization is really another name for the dominant role of the United States." Henry Kissinger1 Globalization, always a difficult word to define and one with many meanings, has acquired yet another significance of late. If one looks at a globe and focuses on the westernmost part of the American State of Alaska and the easternmost part of the newest partner in the North Atlantic Treaty Organization, one sees that only a few (...)

 

Kant’s moral philosophy and the question of pre-emptive war (24 mars 2005)

Roger Scruton is a British philosopher equally well known for a number of studies of historical figures in philosophy, such as Spinoza, and for his ultra-conservative political views. (He gave advice to Margaret Thatcher, for example.) A graduate student of mine, Mr. Michael Michau, recently sent me a copy of a brief essay by Professor Scruton that appeared in a journal called Open Democracy and that bears directly on the simultaneously au courant themes of political philosophy confronting the contemporary situation and the bicentenary of Kant’s death ; it is entitled "Kant and the Iraq War."

 

L’expérience américaine des relations entre l’économie, la société et l’Etat (25 février 2005)

Le Président Coolidge, de l'État voisin de Vermont, a exprimé avec autant de lucidité que possible un point de vue très répandu dans les années 20, quand il a dit : "The chief business of the American people is business" (l'affaire principale du peuple américain, c'est les affaires). C'est ce que l'on pourrait croire aujourd'hui encore quand on regarde la télévision américaine, avec tant de programmes et d'émissions dédiés aux affaires. Mais ce n'est rien par (...)

 

La société presque juste et le mal du début du siècle (6 mars 2005)

Résumé : L’une des vedettes de la philosophie sociale et politique de la fin du siècle passé – quelques-uns diraient la plus grande – était mon compatriote lamenté, John Rawls. Une brève méditation sur un seul terme utilisé par le maître de la justice (comme on parle, par exemple, en tapisserie, du maître du feuillage), dans son œuvre principale, permet de poser le problème de la justice dans le contexte de notre nouveau siècle. Le terme dont il s’agit, c’est « presque juste ».

 

Sartre et l’avenir de la démocratie libérale (5 mars 2005)

Résumé : Depuis l’aube de sa pensée proprement politique jusqu’à la fin de sa vie, Jean-Paul Sartre a toujours considéré que le système électoral dominé soit par deux soit par plusieurs « partis », typique des pays occidentaux et qui se proclame le sommet de la démocratie réelle (à la différence des pays de l’Est, du « socialisme réellement existant », qui s’appelaient en même temps socialistes et démocratiques – par exemple, la Deutsche Demokratische Republik) était profondément mystificateur. Au moment du centenaire de sa naissance, ne lui doit-on pas un respect renouvelé pour ses idées dans ce domaine ? Voilà ma thèse. Sans examiner l’évolution de la pensée politique de Sartre, y compris ses opinions à propos des pays de l’Est, dont le socialisme n’était guère plus réel que la démocratie, ainsi qu’il le réalisa lui-même, je me bornerai plutôt à rappeler aux lecteurs certains aspects, et en particulier certains aspects iconoclastes, de cette pensée, dans l’espoir de pouvoir jeter un regard plus clair vers un avenir possible dans lequel ces icônes-là auront disparu.

 

Michel Maffesoli

Michel Maffesoli (1944) est professeur de sociologie à la Sorbonne, Université Paris V - René Descartes, où il a établi et dirige le Centre d’Etudes sur l’Actuel et le Quotidien (CEAQ). Il est également directeur du "Centre de Recherche de l’Imaginaire" (CRI) à Paris, vice-président de l’Institut sociologique international établi en 1893, et il est membre du Prix européen pour les sciences sociales. Il rédige les revues "Société" et "Cahiers de l’imaginaire". Avec Jean Baudrillard et Gilles Lipovetsky, Michel Maffesoli fait partie du noyau élémentaire des théoriciens de la société postmoderne en sociologie française contemporaine. Auprès de l’approche sceptique de Baudrillard et celle de l’individualisme réservé de Lipovetsky, on peut considérer l’approche de Michel Maffesoli comme celle du partisan optimiste et méthodologiquement holiste de l’actualité. Il est l’auteur de 26 livres, dont l’un, "Du nomadisme. Vagabondage initiatique", est paru en 2002 en traduction tchèque.

Entretien avec le sociologue Michel Maffesoli (19 février 2006)

Dans cet entretien Michel Maffesoli, sociologue, aborde les valeurs du monde moderne : plaisir, image, initiation, nomadisme. Selon l’auteur, les systèmes et les institutions se sclérosent, et sont condamnés à disparaître afin qu’une culture nouvelle puisse voir le jour. Michel Maffesoli souligne l’importance de l’élan de la vie, du rêve et des formes spontanées de la production culturelle.

 

Yannick Maignien

Philosophe et ingénieur de recherche CNRS (de 2007 à 2011), Yannick Maignien a collaboré à plusieurs projets culturels de réalisation numérique : Gallica à la BNF de 1992 à 1997, et récemment directeur de la réalisation d’ISIDORE, plateforme numérique pour les sciences humaines et sociales (http://rechercheisidore.fr). Cette réalisation du TGE ADONIS, avec les sociétés Mondeca et Antidot, est l’un des exemples les plus probants de l’efficience du Web sémantique et de la problématique d’interopérabilité et d’ouverture des données. En parallèle, l’auteur a tenté de comprendre l’évolution croissante des relations entre culture et techniques numériques.

Data.gouv.fr : de l’ouverture des données à l’ouverture des possibles ? (10 janvier 2012)

ETALAB… Données publiques et laboratoire d’État… Le 5 décembre 2011, le Gouvernement a ouvert le portail data.gouv.fr préparé depuis 9 mois par la mission ETALAB dirigée par Séverin Naudet. Ce portail d’ouverture des données publiques réunit à son inauguration environ 330 000 jeux de données1, c’est-à-dire des fichiers ou base de données administratives de l’État, des collectivités territoriales2 ou d’établissements publics, et même d’entreprises de l’État (SNCF…) ou EPIC (non inclus a priori dans cette (...)

 

Fuente y fugas : del sentido de los flujos de datos digitales (30 janvier 2013)

“Soy militante, periodista, programador informático, experto en criptografía, especializado en los sistemas concebidos para proteger a los defensores de los Derechos Humanos”. Julien Assange “En la iglesias bizantinas el iconostasio cerca el santuario. En una sociedad atea esta es la función del secreto de Estado”. Régis Debray, Loués soient nos seigneurs. Une éducation politique, p. 585. Citado en exergo de Secrets d’États, Olivier Forcade y Sébastien Laurent, Armand Colin, 2005 “No hay secretos (...)

 

Notre dette à l’égard des Grecs ! (15 mai 2012)

Depuis quatre ans, l’Europe (et le monde) découvrent l’abîme de l’endettement grec. Mais a-t-on seulement mesuré l’énormité de notre dette à l’égard de la Grèce ? Depuis presque trois mille ans, nous utilisons gratuitement, sans licence ni brevet, l’invention de la démocratie, nous usons sans royalties de milliers de termes scientifiques et techniques, mais aussi indispensables à l’esthétique, à l’éthique, à la philosophie, et ce dans toutes les langues du monde, directement, ou par l’intermédiaire des (...)

 

Ouverture des données et protection des sources (15 avril 2013)

L'éditorial du Monde du 11 avril : « OffshoreLeaks : le Monde ne livrera pas ses fichiers » ne manque pas d'interpeller, dans ces temps d'exigence de transparence absolue : en refusant de communiquer les fichiers de l'enquête internationale « OffshoreLeaks », le Monde ne confond-il pas protection des sources, verrouillage des données... et finalement protection des délinquants ? Des autorités politiques, en l’occurrence en France, B. Cazeneuve Ministre du Budget (… qui assure la (...)

 

Source et fuites : du sens des flux de données numériques (3 octobre 2012)

« Je suis militant, journaliste, programmeur de logiciels, expert en cryptographie, spécialisé dans les systèmes conçus pour protéger les défenseurs des droits de l’homme ». Julian Assange « Dans les églises byzantines, le sanctuaire est clos par l’iconostase. Dans une société athée, par le secret d’État ». Régis Debray, Loués soient nos seigneurs. Une éducation politique. p. 585. Cité en exergue de « Secrets d’États » d’Olivier Forcade et Sébastien Laurent, Armand Colin, 2005 « Il n’y a pas de secret (...)

 

Marie-France Mailhos

Apprendre à enseigner l’Europe : un jeu de piste dans les champs disciplinaires (22 octobre 2009)

Résumé : Après un bref aperçu de ce que peut signifier « enseigner l’Europe » aujourd’hui en termes de savoir, savoir-faire et attitudes, le travail montre comment cet enseignement utilise tous les domaines disciplinaires dans leurs contenus, leurs méthodologies et leurs approches. L’exposé si situe dans le cadre du projet Istepec : « Études interculturelles dans la formation des enseignants pour promouvoir la citoyenneté européennes ».
Mots-clés : enseignement – citoyenneté européen – Union éuropéenne – éducation – méthodologie– champs disciplinaire
Abstract : After a quick survey of what it might mean to “Teach Europe” today, in terms of knowledge, skills and attitudes, this paper shows how this teaching draws upon all subject areas, in their contents, methodologies and approaches. This exposé is contextualized within the framework the Istepec project : ‘Intercultural Studies in Teacher Education to Promote Citizenship’.
Keywords : teaching – european citizenship – European Union – education – methodology – sphere of science

 

Zuzana Malinovska-Salamonova

Franchir les frontières avec "Elán" (19 avril 2006)

Histoire de la revue La revue Elán est fondée par Ján Èietek, jeune Slovaque, plus connu sous son nom de poète Ján Smrek, responsable, au moment de la création d'Elán, de la Collection des jeunes auteurs slovaques (EMSA) chez l'éditeur pragois Leopold Mazáè. C'est donc à Prague et associée à la maison d'édition tchèque, qu'en septembre 1930 la première revue en slovaque de dimension européenne voit le jour. Elán paraît dans la capitale de la jeune république tchécoslovaque (...)

 

Lauve le pur, un masculin pur ou féminimasculin ? (6 mars 2005)

Voir le sommaire du DOSSIER "La différence des sexes : enjeux et débats contemporains" Entre les hommes et les femmes, il y a « l'éternelle, l'irréductible distance »1, explicite la voix narrative au début du roman Lauve le pur, publié en 2000. La condition masculine, telle que la voit le romancier, serait-elle donc complétement différente de la condition féminine ? « La grande division des sexes », comme affirme le protagoniste Thomas Lauve, « est-elle pire qu'une ligne de (...)

 

Portrait de femme chez Richard Millet (6 mars 2005)

Résumé : Inspiré par le vécu corrézien et parisien, mais phénomène de pure création et résultat de l’imagination d’un artiste sensible, inquiet et provocateur, le portrait de femme, fait par l’écrivain français contemporain Richard Millet, signifie plus que ce qu’il montre au premier regard hâtif ou naif. Il nous semble que toute la pensée de cet auteur - qui suscite en France des réactions opposées, mais qui commence à être traduit à l’étranger - est inscrite également dans ses portraits de femme. Après une brève présentation de portraits de femme dans "Lauve le pur", troisième volume de la trilogie siomoise, l’article donne à voir les sens cachés dans les portraits de femme.

 

Marie-Louise Mallet

Penser, avec Jacques Derrida, au péril de l’aporie (21 mai 2008)

« Je ne saurais parler d’autrui », donc, seulement lui parler, « l’appeler au vocatif », lisons-nous. Mais lorsque il n’est plus possible de « lui parler », lorsque la mort rend l’adresse impossible ou tragiquement vaine, que peut-on faire ? Que faire, que dire quand vient, « chaque fois unique, la fin du monde » ? – Hommage de Marie-Louise Mallet à Jacques Derrida prononcé au Colloque Jan Hus de La Rochelle, juillet 2005.

 

Tina Mamatsashvili

La Symbolique du Jaune : le temps délimité et la vie précaire (16 février 2008)

Résumé : Le but du présent exposé est de penser le rapport entre la notion de temporalité et celle de la vitalité, en se basant sur l’interprétation chromatique. En effet, la couleur jaune semble constituer un code univoque auquel les concepts du temps et de la vie s’avèrent inhérent. Dans l’histoire littéraire, le jaune traduit la notion du temps restreint, induit le concept de la temporalité délimitée et conduit à l’idée de vitalité démarquée. Si cette couleur persiste dans le temps, elle peut en fin de compte amener la cessation de la vie – autrement dit, conduire à la mort. Cette corrélation binaire entre le temps et la vie se poursuit à travers les siècles.

 

Lâl Marandin

Ingénieur X-Supaéro, membre du Conseil d’administration de blueEnergy, président de blueEnergy-ER&DE

Un partenariat de developpement entre acteurs locaux et internationaux (28 mars 2006)

Dans le cadre d’une ONG (blueEnergy) un groupe de jeunes ingénieurs français a mis en place une aide au développement efficace. Ils ont également créé l’association blueEnergy-ER&DE. Cet article a pour but de présenter la démarche originale, tant sur le plan organisationnel que sur le plan technologique, du projet de développement lancé par l’organisation non-gouvernementale (ONG) blueEnergy au Nicaragua au printemps 2004. Ce projet vise à développer des solutions locales aux besoins en énergie des populations indigènes défavorisées de la côte Caraïbe du Nicaragua. BlueEnergy inscrit son action dans un développement véritablement durable fondé sur un transfert de technologie et de compétences, notamment à travers des efforts soutenus de formation pratique et théorique, et sur la valorisation des matériaux et des savoirs locaux. Conçue et portée à l’origine principalement par des étudiants, cette initiative, qui a déjà reçu de nombreux soutiens institutionnels, a été reconnue comme exemple d’une bonne pratique de développement par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)[1]. Après une description du contexte dans lequel s’inscrit cette action (section 1), ce texte s’attache à présenter les principes directeurs du projet (section 2) issus d’une réflexion sur les défis de l’électrification rurale et les échecs des solutions traditionnelles (section 3). Ces principes sont illustrés par les réalisations du projet pilote (section 4).

 

Stephane G. Marceau

Le mouvement autochtone mexicain à l’heure du dixième anniversaire des Accords de San Andrés (24 septembre 2006)

Résumé : Le 16 février 2006, le Mexique célébrait le 10e anniversaire de la signature des « Accords de San Andrés », ou Accords sur les droits et la culture autochtones. Ces accords historiques, qui visaient essentiellement à obtenir la reconnaissance légale des cultures autochtones et du droit à l’autodétermination, demeurent toutefois non respectés à ce jour.

 

Christophe Marchand-Kiss

Christophe Marchand-Kiss est poète et traducteur (de l’anglais : Herman Melville, Edgar Poe, Gertrude Stein, John Cage, Yoko Ono… ; de l’allemand : Ernst Jandl…). Ses derniers livres parus : "alter ego" (Textuel, 2005), "Gainsbourg, le génie sinon rien" (Textuel, 2005), aléas (Le bleu du ciel, 2007), "Moins quelque chosE" (Idp éditeur, 2007), "Situation sans évolution semblable" (Publie.net, 2009). A paraître : "Hiver" (Le clou dans le fer, 2010). Il a été directeur de la collection L’œil du poète aux éditions Textuel de 1999 à 2006. Christophe Marchand-Kiss et Anne Kawala forment depuis 2009 le duo s[ChMAK]s.

(Kes-ce...) Kon-di ? (25 janvier 2010)

Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’.

Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias.
Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène...

Polémoscope 2 – "Si certains mots, certaines expressions, que nous pourrions pourtant aimer, sont devenus impraticables par leur surcharge médiatique, socio-historique etc., qui les piège, au point de les déposséder de tout contenu, tandis qu’il en est d’autres, usés jusqu’au cliché, que nous prenons garde d’éviter à tout prix, pensez-vous qu’il en soit de même sur le terrain de la poésie ? Comment vous arrangez-vous avec ces mots et que pourriez-vous en faire ?"

C’est au duo s[ChMAK]s, composé d’Anne Kawala et Christophe Marchand-Kiss, que nous avons adressé cette question...

Olivier Apert et Carole Dely

 

Sophie Marcotte

Sophie Marcotte est professeure titulaire au Département d’études françaises de l’Université Concordia, où elle enseigne la littérature québécoise. Elle est la directrice du Laboratoire NT2-Concordia et membre de Figura (Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire). Elle est la responsable du projet HyperRoy : manuscrits et inédits dans les archives de Gabrielle Roy (CRSH 2012-2016). Outre ses travaux d’édition électronique, ses recherches les plus récentes portent sur l’inscription des textualités numériques dans le roman québécois contemporain.

(Re)constituer l’archive (21 juillet 2016)

Résumé : L’émergence des archives en ligne, dont l’ordonnancement repose sur une logique singulière, indépendante des modalités traditionnelles d’inventorisation des documents, oblige à poser un tout autre regard sur la nature de l’archive et sa finalité, ainsi que sur les conditions de son éventuelle diffusion. Qu’advient-il alors du caractère mythique du document jauni, de la photo et de l’objet décolorés ou des pistes sonores abîmées par le passage du temps, conservés dans des lieux pratiquement abandonnés et inaccessibles ? Quelle importance accorde-t-on aujourd’hui au travail méticuleux et patient de l’archiviste ? Ne devient-on pas tous, en cette ère technologique, archivistes du quotidien, par tout ce qu’on consigne, sans véritable filtrage ou hiérarchisation des contenus, via les plateformes des nouveaux médias et des réseaux sociaux ? C’est pour alimenter la réflexion entourant ces vastes interrogations sur l’archive et les nouvelles représentations qui en émergent dans le contexte médiatique et à l’ère du numérique qu’ont été rassemblés les six articles de ce dossier, qui abordent l’objet à la fois dans une perspective théorique et d’un point de vue pratique.

Mots-clés : Monde numérique, archive, arts et lettres,

Abstract : The emergence of online archives forces a new outlook both on archive’s nature and purpose and on the terms of its diffusion, because its schedueling is based on a singular logic, independant from traditional modalities of document inventory. What befalls then to the yellowed document’s mythical quality, to the faded photograph and to the old sound tracks, damaged by time, kept in deserted and inaccessible locations ? How important is now considered the patient and painstaking archivist’s work ? In this technological era, aren’t we all archiving the daily life on social networks and new social platforms without filters and hierarchy ? This dossier gathers six articles, facing the subject both from a theoric and practical perspective : they fuel the reflexion on the question of the archive and of its new emerging representations in the digital age’s mediatic context.

Keywords : Digital world, archive, arts and literature

 

(Re)constituer l’archive (21 juillet 2016)

Résumé : L’émergence des archives en ligne, dont l’ordonnancement repose sur une logique singulière, indépendante des modalités traditionnelles d’inventorisation des documents, oblige à poser un tout autre regard sur la nature de l’archive et sa finalité, ainsi que sur les conditions de son éventuelle diffusion. Qu’advient-il alors du caractère mythique du document jauni, de la photo et de l’objet décolorés ou des pistes sonores abîmées par le passage du temps, conservés dans des lieux pratiquement abandonnés et inaccessibles ? Quelle importance accorde-t-on aujourd’hui au travail méticuleux et patient de l’archiviste ? Ne devient-on pas tous, en cette ère technologique, archivistes du quotidien, par tout ce qu’on consigne, sans véritable filtrage ou hiérarchisation des contenus, via les plateformes des nouveaux médias et des réseaux sociaux ? C’est pour alimenter la réflexion entourant ces vastes interrogations sur l’archive et les nouvelles représentations qui en émergent dans le contexte médiatique et à l’ère du numérique qu’ont été rassemblés les six articles de ce dossier, qui abordent l’objet à la fois dans une perspective théorique et d’un point de vue pratique.

 

(Re)construire les marges (21 juillet 2016)

Résumé : Cet article porte sur trois projets exploitant l’archive de la romancière d’origine franco-manitobaine Gabrielle Roy : une exposition commémorative à Bibliothèque et archives Canada, un album et un site web fondé sur le modèle de la communauté virtuelle. On remarque que selon la finalité du projet (politique et institutionnelle, incitation à relire l’œuvre, dialogue entre chercheurs et lecteurs), l’archive est convoquée et reconstruite de manière singulière. La mise en réseau de l’archive, si elle donne lieu à l’élaboration de nouveaux modèles de collaboration fondés sur une logique participative, entraîne par ailleurs des questionnements liés à la pérennité des publications électroniques.

Mots-clés : Gabrielle Roy ; archive ; manuscrits ; édition électronique ; communauté virtuelle ; document.

Abstract : This paper focuses on three projects centered on Franco-Manitoban novelist Gabrielle Roy’s archive : an exhibition at Library and Archives Canada, an album, and a web site based on the virtual community concept. Depending on the overall purpose of the project (political or institutional, encouragement to read or reread the novels, dialogue between researchers and readers), the archive is in each case used, and reconstructed, with a unique approach. The networking of Roy’s archive certainly results in the development of new collaborative models based upon a participatory process, but it brings up questions about the sustainability of digital publications.

Keywords : Gabrielle Roy ; archive ; manuscripts ; digital edition ; virtual community ; document.

 

La sociabilité numérique comme ressort de la fiction (22 décembre 2016)

Résumé : Cet article interroge la manière dont le roman contemporain intègre les nouvelles formes de sociabilités découlant de l’usage des dispositifs numériques permettant des échanges textuels (courriels et textos, par exemple). Les représentations des nouvelles habitudes d’interaction avec autrui, examinées dans Scrapbook de Nadine Bismuth et dans Les Charmes de l’impossible de Karine Glorieux, montrent que l’utilisation des dispositifs technologiques comme le téléphone cellulaire, la tablette et l’ordinateur ne contribuent pas à créer de la proximité, comme on pourrait le supposer de prime abord, mais bien de la distance et du vide. On remarque que si ces dispositifs agissent comme des médiateurs dans l’établissement et l’évolution des liens sociaux et affectifs entre les personnages, ils représentent aussi des éléments perturbateurs qui empêchent ces relations de se développer de manière harmonieuse et de durer.

Mots clés : Sociabilité ; numérique ; liens sociaux ; interaction ; Scrapbook ; Les Charmes de l’impossible.

Abstract : This article questions the way in which contemporary novels integrate the new forms of sociability arising from the use of digital devices allowing textual exchanges (e-mails and text messages, for example). Representations of the new ways of interacting with others, examined in Nadine Bismuth’s Scrapbook and Karine Glorieux’s Les Charmes de l’impossible, show that the use of technological devices such as cell phones, tablets and computers do not contribute to create proximity, as one might suppose at first sight, but rather create distance and emptiness. It is noted that while these devices act as mediators in the establishment and evolution of social and emotional bonds between characters, they also represent disruptive elements that prevent these relationships from developing harmoniously and lasting.

Keywords : Sociability ; digital ; social bonds ; interaction ; Scrapbook ; Les Charmes de l’impossible.

 

Jean-Paul Maréchal

Ethical economics and sustainable development (22 janvier 2008)

Abstract : The law of the jungle – is this all the future holds for us ? Unfortunately, reading some opinion articles we might believe that this is inevitably the case. In 1984, the year in which Gérard Debreu was awarded the Nobel Prize in Economics, he said in le Figaro Magazine that the superiority of liberalism had been proven mathematically, bearing in mind, that just as a few decades earlier, the brilliants minds of the time had also given “scientific” socialism the stamp of approval. Closer to our time, in 2003, the then [French] Finance Minster, Francis Mer, argued on a television programme that a person’s salary was proportional to his value in society. Taken literally, his statement implies that a Managing Director with a salary of 38.8million euros is by far more useful to society than either, a carer, teacher or judge. The facts show that, two decades down the line, the economist and ex-business leader’s comments mirror the current situation to the point that we might believe that market law can harmonize economic efficiency and social justice perfectly.
Résumé : La loi de la jungle serait-elle devenue l’indépassable horizon de notre époque ? On pourrait malheureusement le croire à la lecture de certaines affirmations. Ainsi, en 1984, année où il fut couronné par le prix Nobel d’économie, Gérard Debreu déclara dans le Figaro Magazine que la supériorité du libéralisme est mathématiquement démontrée… sans doute comme l’était — assuraient d’autres brillants esprits quelques décennies plus tôt — celle du socialisme « scientifique »… Plus près de nous, en 2003, alors qu’il était encore ministre de l’Économie et des Finances, Francis Mer asséna lors d’une émission de télévision que les revenus d’une personne sont proportionnels à son utilité sociale. Prise au sérieux, une telle affirmation signifie qu’un PDG évincé avec une enveloppe de 38,8 millions d’euros est incomparablement plus utile à la collectivité qu’une aide-soignante, qu’un professeur ou qu’un magistrat. En fait, à deux décennies de distance, le discours de l’économiste et celui de l’ex grand patron s’emboîtent à merveille pour nous convaincre que la loi du marché combine à la perfection efficience économique et justice sociale.

 

Éthique économique et développement durable (22 mars 2006)

Résumé : La loi de la jungle serait-elle devenue l’indépassable horizon de notre époque ? On pourrait malheureusement le croire à la lecture de certaines affirmations. Ainsi, en 1984, année où il fut couronné par le prix Nobel d’économie, Gérard Debreu déclara dans le Figaro Magazine que la supériorité du libéralisme est mathématiquement démontrée… sans doute comme l’était — assuraient d’autres brillants esprits quelques décennies plus tôt — celle du socialisme « scientifique »… Plus près de nous, en 2003, alors qu’il était encore ministre de l’Économie et des Finances, Francis Mer asséna lors d’une émission de télévision que les revenus d’une personne sont proportionnels à son utilité sociale. Prise au sérieux, une telle affirmation signifie qu’un PDG évincé avec une enveloppe de 38,8 millions d’euros est incomparablement plus utile à la collectivité qu’une aide-soignante, qu’un professeur ou qu’un magistrat. En fait, à deux décennies de distance, le discours de l’économiste et celui de l’ex grand patron s’emboîtent à merveille pour nous convaincre que la loi du marché combine à la perfection efficience économique et justice sociale.
Abstract : The law of the jungle – is this all the future holds for us ? Unfortunately, reading some opinion articles we might believe that this is inevitably the case. In 1984, the year in which Gérard Debreu was awarded the Nobel Prize in Economics, he said in le Figaro Magazine that the superiority of liberalism had been proven mathematically, bearing in mind, that just as a few decades earlier, the brilliants minds of the time had also given “scientific” socialism the stamp of approval. Closer to our time, in 2003, the then [French] Finance Minster, Francis Mer, argued on a television programme that a person’s salary was proportional to his value in society. Taken literally, his statement implies that a Managing Director with a salary of 38.8million euros is by far more useful to society than either, a carer, teacher or judge. The facts show that, two decades down the line, the economist and ex-business leader’s comments mirror the current situation to the point that we might believe that market law can harmonize economic efficiency and social justice perfectly.

 

Salvatore Marfella

Il Baudelaire di Sartre : un uomo in fuga dalla libertà (26 octobre 2007)

Rassiunto : Il Baudelaire costituisce la prima delle grandi monografie (seguite poi da quelle su Jean Genet e da quelle incompiute su Gustave Flaubert e Stéphane Mallarmé) dedicate da Sartre ad alcuni grandi autori della letteratura francese. Quest’opera, pur nella sua brevità ed asciuttezza, ci ha consentito di affrontare alcuni temi cruciali del primo pensiero sartriano, tra cui i concetti di mauvaise foi, ossia di malafede, e quello di progetto, oltre al tema della libertà, che è in qualche modo l’asse portante di tutto il pensiero di Sartre. Dopo una breve disamina de L’existentialisme est un humanisme, utile per richiamare i temi summenzionati, ci siamo posti l’obiettivo di sviluppare una riflessione sulla soggettività e sulla creazione dei valori attraverso l’analisi delle opere e del pensiero di alcuni scrittori e filosofi che, nella nostra ipotesi, hanno profondamente influenzato, in un modo o nell’altro, la speculazione filosofica sartriana. In particolare, la citazione e l’esplorazione delle opere di autori come Sade, Dostoevskij, Nietzsche, Camus, ci ha permesso di evidenziare quanto il tema dell’angoscia religiosa, connesso con la relatività, l’arbitrarietà e la fragilità dei valori morali e riportato alla dimensione esistenziale, costituisca un aspetto centrale nella creazione letteraria e nel pensiero filosofico di Sartre. Attenzione è stata data, infine, all’analisi del vissuto di Baudelaire nella descrizione compiuta da Sartre del rapporto del grande poeta delle Fleurs du Mal con i suoi familiari.
Keywords : Esistenzialismo ; Mauvaise foi ; Morte di Dio/Ateismo ; Superuomo e Superomismo ; Libertà ; Cristianesimo ; Nichilismo ; Baudelaire ; Dostoevskij
Abstract : The Baudelaire is the first of the essays (followed by the one on Jean Genet and the unfinished works on Gustave Flaubert and Stéphane Mallarmé) which Sartre devoted to some great French literature authors. Although short and condensed, the Baudelaire enabled us to deal with some crucial aspects of Sartre’s early thought, such as the concept of mauvaise foi (bad faith), the issue of fundamental project, together with the concept of freedom, which probably represents the hinge of Sartre’s philosophy. After a brief analysis of the work L’existentialisme est un humanisme, useful to recall the above-mentioned issues, our study aimed at developing a reflection on subjectivity and the creation of values through the analysis of some works and authors who, in our hypothesis, in some way or other, deeply influenced Sartre’s philosophical speculation. In particular, the quotation and the survey of works by important authors such as Sade, Dostoevskij, Nietzsche, Camus, enabled us to stress how the concept of religious anguish, connected to the one of relativity, arbitrariness, frailty of moral values and referred to existential dimension, represents one of the crucial aspects of Sartre’s literary creation and philosophical thought. Finally, we drew attention to Baudelaire’s experience analysing how Sartre depicts the stormy relationship of the great poet of Fleurs du Mal with his family.
Keywords : Existentialism ; Bad Faith ; Death of God/Atheism ; Superman and Doctrine of the superman ; Freedom ; Christianity ; Nihilism ; Baudelaire ; Dostoevskij

 

La critica letteraria di Jean-Paul Sartre dall’engagement all’Idiot de la famille (30 janvier 2007)

Abstract : Questo contributo si pone l’obiettivo di studiare l’evoluzione di alcuni concetti-chiave del pensiero di Jean-Paul Sartre mettendo a confronto i suoi scritti di critica letteraria del secondo dopoguerra (in particolare, il Baudelaire e i cosiddetti articoli programmatici) con L’Idiot de la famille, l’ultima delle sue grandi biografie. Nello specifico, vengono presentati ed analizzati tre aspetti del pensiero sartriano che mostrano il radicale mutamento di prospettiva compiuto dal filosofo. In primo luogo, viene mostrato come muta, nell’ottica di Sartre, la funzione della letteratura. Negli scritti degli anni ’40, la letteratura è, per Sartre, engagement, cioè un modo per lo scrittore di aggredire la realtà sociale e di far sentire la sua voce sugli avvenimenti. Al contrario, nell’Idiot de la famille la letteratura viene presentata da Sartre come una fuga dalla Storia e un tuffo nell’immaginario. In secondo luogo, viene profondamente rivisto, da Sartre, il concetto di libertà. Mentre gli scritti degli anni ’40 esaltano la libertà totale ed assoluta dell’individuo, a prescindere dalle sue condizioni materiali, nell’Idiot de la famille Sartre presenta un’analisi più approfondita della libertà, affermando che essa è condizionata a priori e fortemente limitata da fattori storico-politici, sociali e psicologici. Infine, nel testo su Flaubert, Sartre allarga in maniera consistente la prospettiva storica passando da una visione soggettiva e circostanziata, ad un’ampia trattazione degli aspetti politici e sociologici combinando, in un originale sincretismo, il pensiero marxista e la psicanalisi.
Abstract : The aim of this article is to analyse the development of some crucial concepts in Jean-Paul Sartre’s thought by comparing his works of literary criticism written in the second postwar period (in particular, Baudelaire and the so-called programmatic articles) to L’Idiot de la famille, his last biographical essay. In particular, this paper presents and comments three important aspects of Sartre’s thought. Firstly, it is stressed the changed role of literature in Sartre’s point of view. In his works of the 40s, Sartre asserts that literature is engagement, that is commitment, the way in which a writer observes, considers and intervenes in society giving voice to his ideas and to social expectations. On the contrary, in L’Idiot de la famille, Sartre states that literature is an escape from reality and, all things considered, it is nothing but imagination. Secondly, Sartre deeply revises his idea of freedom. Whereas in his works of the 40s he exalts the total and absolute freedom of the individual, regardless of his social and psychological conditioning, in L’Idiot de la famille Sartre examines more closely this issue and he affirms that freedom is not absolute but restricted and that the individual is always conditioned a priori by historical, social and psychological factors. Finally, in his work on Flaubert, Sartre broadens the domain of History by passing from an analysis limited to the individual to a wide discussion involving several political and sociological issues and carrying out an original syncretism between Marxism and psychoanalysis.

 

Gaël Martin

DEA études cinématographiques

Battle Royale, Elephant et Zéro de conduite : comment survivre en milieu inhospitalier ? (2 mars 2006)

Résumé : Dans cet article, Gaël Martin propose une réflexion sur les discriminations qui se banaliseraient à l’école et sur le système scolaire, à travers trois films : Battle Royale de Kinji Fukazaku, Elephant de Gus Van Sant ainsi que Zéro de Conduite de Jean Vigo.
Abstract : In this article, Gael Martin discusses the issue of discrimination which has become commonplace in schools and the school system, through three movies : Battle Royale Kinji Fukazaku, Elephant by Gus Van Sant and Zero Driving Jean Vigo.

 

Nicolas Martin-Breteau

Nicolas Martin-Breteau est maître de conférences à l’université Lille-3, membre du CECILLE, et spécialiste d’histoire des États-Unis. Ses travaux portent principalement sur l’histoire et la théorie de la race et du corps, de la démocratie et des droits civiques, de l’identité et de la reconnaissance. Il a soutenu sa thèse de doctorat à l’EHESS, où il est également associé au CENA. Contact : njsmartin@live.fr. Twitter : @NMartinBreteau

Du particulier à l’universel : la fondation de la cité humaine chez Rousseau (19 décembre 2007)

Résumé : Au 18e siècle, Rousseau engage un débat polémique avec ses contemporains philosophes sur la tension entre particulier et universel à travers les figures antithétiques de la patrie et de l’humanité, présentées comme irréductibles l’une à l’autre. D’après Rousseau, on ne pourrait faire d’un individu un homme et un citoyen à la fois. Si Rousseau exagère volontairement cette opposition, c’est pour se donner les moyens de démontrer que l’amour de la patrie est la condition première de l’amour de l’humanité. Seul le vrai citoyen fera un homme véritable. Pour y arriver, il faut instituer une vraie société civile libre des chaînes du « despotisme ».
Mots-clés : Rousseau ; Universel ; Universalisme ; Particulier ; Particularisme ; Citoyen ; Citoyenneté ; Patrie ; Humanité ; Cosmopolitisme ; Christianisme ; Société civile
Abstract : In the 18th century, Rousseau engages in a polemical debate with the philosophers of his time about the tension between particularism and universalism as seen through the opposite figures of the homeland and humanity presented as irreducible to one another. According to Rousseau, one cannot make both a citizen and a man out of one individual. Rousseau exaggerates deliberately such an opposition to demonstrate that the love for one’s homeland is the first and foremost condition of the love of humanity. Only a real citizen can become a real man. To succeed, a civil society free from the chains of tyranny has to be instituted.
Keywords : Rousseau ; Universalism ; Particularism ; Citizen ; Citizenship ; Homeland ; Humanity ; Cosmopolitism ; Christianism ; Civil society

 

Politique de la pitié chez Rousseau (14 février 2006)

Résumé : L’œuvre de Rousseau est à la fois et indissociablement une anthropologie, une morale et une politique. Son anthropologie, fondée sur la description de l’homme « à l’état naturel », fait comprendre que c’est l’état de société qui est à l’origine du mal sur la terre. Pour Rousseau, le mal social se présente quotidiennement à nos yeux sous les espèces de la misère, de la violence et de l’oppression. Son anthropologie est pour le moins désespérante : depuis la nuit des temps, quelques puissants, à l’abri des lois, exploitent l’immense majorité sans défense. Pourtant l’œuvre de Rousseau ne se borne pas à une simple dénonciation, si brillante soit-elle, de la réalité sociale. Et c’est précisément ce qui en fait tout son intérêt. Comme le démontrent sa politique et sa morale, le règne universel de l’injustice n’est pas une fatalité. Car si Rousseau refuse d’admettre une quelconque « nature humaine » pouvant éventuellement fonder en raison une communauté d’hommes, c’est pour se donner les moyens de penser une communauté politique affective fondée sur un sentiment naturel : la pitié.

 

Charles Martin-Freville

L’extériorité : sanglante ou seyante ? (13 juin 2007)

Résumé : Ce texte est une réaction à celui de Jean-Paul Chartier, publié sur Sens Public (septembre 2004), qui demande dès son titre : [« L’intériorité : espace imaginaire ou duperie ? »->http://www.sens-public.org/spip.php...] Nous voudrions montrer que si la question a le mérite d’être posée, elle n’est finalement pas traitée, essentiellement par une foi inconditionnelle dans la notion d’intériorité. Nous insisterons seulement sur la manière dont l’argumentation est mise au service de cette notion pour nous persuader de sa nécessité théorique et pratique. D’où vient cette nécessité, ce besoin d’intériorité ?

 

Logique de l’intérieur (18 mai 2007)

Résumé : Cet article interroge la notion d’intérieur proposée par Alain Badiou au livre VI de Logiques des mondes. Sa justification floue au terme du développement conduit à soupçonner qu’il s’agisse moins d’une conséquence logique que d’un préjugé dont l’enracinement serait tantôt esthétique, tantôt théologique. Néanmoins, en proposant de déplacer cette formalisation de l’intérieur du monde vers le sujet, elle constitue un fondement solide pour prolonger la réflexion structuraliste sur un sujet au-delà de l’humain, c’est-à-dire effet de structure et opérateur sans intériorité. Photo d’Augusto Areal.

 

Ontologie et anti-humanisme (5 décembre 2006)

Résumé : Nous nous proposons d’établir que la notion d’homme est incompatible avec l’ontologie, en partant d’une opposition entre Sartre et Heidegger. En effet, d’un côté nous trouvons une démarche qui se dit ouvertement humaniste, de l’autre une défiance à l’égard de cette tendance. Mais d’où vient cette méfiance pour la notion d’homme et l’humanisme qui s’en fait le défenseur ? Faut-il se contenter d’invoquer une question d’affinités électives ? Ou au contraire, restreindre cette opposition à un différend lexical, l’un parlant d’homme et l’autre de Dasein ? Nous pensons bien plutôt que le montage heideggérien exclut fondamentalement les valeurs humanistes. Voire : tout discours sur l’être, fondé sur des principes touchant exclusivement à l’être, serait incompossible avec un discours l’anthropologique, au sens large d’un discours qui tiendrait l’homme comme point d’absolu d’un dispositif théorique.

 

Structure de la différence ontologique (22 avril 2006)

Résumé : Le pathos qui semble s’être emparé de l’exégèse heideggérienne nous pousse à poser la question : la différence ontologique est-elle une expérience limite de la pensée, où celle-ci achopperait nécessairement du fait de sa finitude ? L’ontologie ne peut-elle donc rien énoncer sur cet « événement fondamental » ? Nous pouvons en douter : entre son évocation − dans les "Problèmes fondamentaux de la phénoménologie" − puis sa thématisation − dans les "Concepts fondamentaux de la métaphysique" − et le désaveu de l’ontologie à en rendre compte, emblématisé par le style poétique et aphoristique de "L’Expérience de la pensée", Heidegger ne semble pas renoncer à penser la différence ontologique.

 

Frédéric Martinez

Maître de conférences en psychologie sociale Université Lumière, Lyon2 .Son domaine de recherche principal examine les rapports entre l’illusion de contrôle, la prise de risque et la connaissance du résultat d’autrui dans un jeu de hasard et d’argent. Plus récemment il s’intéresse au comportement de santé pour améliorer la prévention et l’éducation pour la santé (alcool et stupéfiants).

L’information et sa manipulation (30 juin 2011)

Résumé : Le Musée des Confluences du département du Rhône a entrepris en 2009 un cycle de conférences publiques, avec la participation de Sens Public, en partenariat avec le Théâtre de la Renaissance d’Oullins, dont le directeur Jean Lacornerie développe un programme centré sur l’expression corporelle. La création d’un spectacle de Thierry Collet, Pensez, je ferai le reste, fut l’occasion d’un débat centré sur l’information et sa manipulation. Nous en proposons ici la retranscription.

 

Eva Martonyi

Tolérance et différence dans le roman libanais de Charif Majdalani, L’histoire de la Grande Maison (20 mai 2007)

Résumé : Tolérance et différence, ces deux notions si importantes au sein de toutes les relations humaines peuvent être aussi bien analysées dans le domaine de la littérature en général que dans celui des littératures francophones en particulier. Nous allons ainsi entreprendre une analyse succincte, en partie historique, en partie thématique, de l’inscription de ces deux attitudes dans le texte littéraire, tout en nous bornant à quelques exemples choisis. Si notre choix se limite présentement au domaine des littératures francophones, c’est parce qu’elles nous semblent particulièrement propices à une telle analyse. Car, non seulement les textes eux-mêmes, mais aussi de nombreux discours critiques voire politiques témoignent de la présence incontournable de certaines oppositions en rapport étroit avec la tolérance et la différence, désignées par toute une série de dénominations telles que « dominants et dominés », « le même et l’autre », pour ne citer que ces deux couramment usitées.

 

Joana Masó

Joana Masó enseigne à l’Université de Barcelone. Elle a traduit en espagnol des ouvrages critiques de pensée française contemporaine d’Hélène Cixous, Jacques Derrida, Catherine Malabou, Jean-Luc Marion et Jean-Luc Nancy. Elle a notamment traduit "La ville parjure ou le réveil des Érynies" d’Hélène Cixous (Ellago, 2008), co-dirigé la collection "Ensayo" dans la maison d’édition espagnole Ellago ediciones et préparé l’édition du volume collectif "Escrituras de la sexualidad" (Icaria, 2008).

Quand l’œil n’aura pas vu : Tombeau d’Akhnaton (7 mai 2008)

Résumé : Comment lire l’histoire face à l’absence de traces ? Tombeau d’Akhnaton de Mireille Calle-Gruber fait le récit de cette illisibilité où littérature et cinéma tournent autour d’une même et impossible représentation du regard. Ici, la lettre, le dessin et la photographie seront des inscriptions qui rendront problématique toute tentative de séparer ce qu’on appelle l’esthétique ou les arts d’une prétendue Histoire au sens strict.
Abstract : This paper explores the unstable relationship between History and its traces. Mireille Calle-Gruber’s Tombeau d’Akhnaton raises the problem of the representation : how can literature and cinema represent the impossibility to represent past ? Letter, drawing and photography will be inscriptions that question the academic distinction between aesthetics and History.
Mot-clés : Vision ; Forme ; Savoir ; Irreprésentable ; Jacques Derrida ; Jean-Luc Nancy ; tombeau

 

Paul Mathias

Professeur de Philosophie au Lycée Henri IV (Paris). Directeur de programme au Collège international de Philosophie (Paris). Maître de conférences à L’Institut d’Études Politiques de Paris (de 1990 à 2001)

Internet et philosophie : la question de la normativité (30 novembre 2006)

Résumé : Nos pratiques intellectuelles et sociales, économiques ou politiques, sont adossées à des systèmes normatifs qui ne sont sans doute pas infaillibles, mais dont l’exigence n’est dans son fond nullement remise en question. Or l’Internet et les logiques conflictuelles dont il est animé ébranle notablement la certitude d’un rapport inquestionnable de nos pratiques aux normes qui les régissent. Nous posons dans le texte suivant la question de la normativité en elle-même, c’est-à-dire la question de la relation que nous sommes supposés entretenir, dans le contexte d’une expérience absolument singulière des réseaux, avec les normes, lois, règles morales ou déontologiques, qui sont supposées garantir l’ordre de nos interactions dans le « cyberespace ».
Abstract : Our intellectual and social, economical and political practices are based on normative systems which may be not infallible but whose core requirements can in no way be questioned. Nevertheless, the Internet and its conflicting logics significantly affect the certainty of an unquestionable relation of our practices with the standards that rule them. This paper addresses the issue of normativity itself, i.e. the relation that we are meant to maintain, in the context of an absolutely unique networking experience, with standards, laws, ethical and deontological rules, supposed to ensure the properness of our interactions in the "cyberspace.
Photo : addicted eyes sous licence cc by-nc. 

 

Philosophy and the Internet : a question of norms (9 juillet 2007)

Abstract : Our intellectual and social, economical and political practices are based on normative systems which may be not infallible but whose core requirements can in no way be questioned. Nevertheless, the Internet and its conflicting logics significantly affect the certainty of an unquestionable relation of our practices with the standards that rule them. This paper addresses the issue of normativity itself, i.e. the relation that we are meant to maintain, in the context of an absolutely unique networking experience, with standards, laws, ethical and deontological rules, supposed to ensure the properness of our interactions in the "cyberspace.
Résumé : Nos pratiques intellectuelles et sociales, économiques ou politiques, sont adossées à des systèmes normatifs qui ne sont sans doute pas infaillibles, mais dont l’exigence n’est dans son fond nullement remise en question. Or l’Internet et les logiques conflictuelles dont il est animé ébranle notablement la certitude d’un rapport inquestionnable de nos pratiques aux normes qui les régissent. Nous posons dans le texte suivant la question de la normativité en elle-même, c’est-à-dire la question de la relation que nous sommes supposés entretenir, dans le contexte d’une expérience absolument singulière des réseaux, avec les normes, lois, règles morales ou déontologiques, qui sont supposées garantir l’ordre de nos interactions dans le « cyberespace ».

 

Pour un concept de l’ "e-citoyenneté" (25 février 2005)

À la fois interactif et communautaire, l’espace de l’Internet inspire assez naturellement une réflexion sur le concept de la citoyenneté, dans les domaines des études sociologiques aussi bien que de la théorie politique proprement dite et du droit. (Texte d’une conférence prononcée le 27 mai 2004 dans le cadre du séminaire international : « De l’administration au gouvernement électronique : États et citoyens à l’heure des réseaux numériques »).

 

Ariane Maugery

L’être aux aguets : une esthétique de la distraction (18 mars 2015)

Résumé : La danse et les pratiques plastiques contemporaines, relevant d’une esthétique de la présentation, invitent à ne pas ajouter, enfler le flux de la vie et ainsi à ne pas freiner ni doubler le réel d’un autre réel fait de conscience et de représentations forcément différées. Dans ces pratiques de l’intensité, la notion d’expérimentation est importante et donne tout son sens à des pratiques qui ne privilégient pas le résultat, la résolution de l’œuvre dans sa formalité, mais plutôt la dynamique d’une proposition en acte. Expérimenter ne consiste pas ainsi à composer des objets morts mais à mettre en œuvre, dans l’immédiateté de l’instant, la sobriété d’un contact direct avec la réalité brute. La duplication qui est une réalité de fait, tend à se constituer comme refus de la singularité du réel.

Mots clés : Danse, miroir, duplication, représentation, réel.

Abstract : Contemporary dance and plastic practices, which belong to an aesthetic of presentation, invite us not to add, to inflate the flow of life and thus not to slow down or to double the reality of another real fact of consciousness and representations necessarily different. In these practices of intensity, the notion of experimentation is important and gives full meaning to practices that do not favor results, the formal resolution of the work, but rather the dynamics of a proposition in action. Experimenting does not consist in composing dead objects but in implementing, in the immediacy of the moment, the sobriety of a direct contact with the raw reality. Duplication, which is a factual reality, tends to constitute itself as a rejection of the singularity of reality.

Keywords : Dance, mirror, duplication, representation, real.

 

Lucie Maurel Petetin

Étudiante en traduction, Lucie Maurel Petetin a été formée en classe préparatoire littéraire au lycée Louis le Grand (Paris) avant de réaliser son master à la Sorbonne en Littérature Comparée. Ses objets d’étude privilégiés sont les littératures anglophones et hispanophones mais son intérêt s’étend à toutes les sciences humaines.

Les philosophes meurent aussi (28 janvier 2013)

« Je vais vous dire quelque chose de brutal, mais la mort est une réalité qu’il faut accepter. » Sourires et rires gênés parcourent l’assistance de la Maison du Livre, de l’Image et du Son de Villeurbanne1. Cela paraît tellement évident. Mais est-ce vraiment le cas ? Par exemple, vous êtes-vous déjà demandé comment vous préféreriez mourir ? Probablement. Et la réponse est traditionnellement la même chez la plupart des gens : « dans mon sommeil, sans m’en rendre compte. » C’est que la mort nous apparaît (...)

 

Jean Maurel

Dans le feu de la conversation (14 février 2008)

N’y a-t-il pas dans l’expérience de la conversation, quelque chose qui résiste à toutes ses formes vulgaires ou trop banales, qui "murmure" comme une retenue jamais épuisée, une force en attente ? Le feu de la conversation, n’est-ce pas le pur intervalle même de l’homme à l’homme, l’expérience limite de la distance à l’autre, de cette étrangeté dans la proximité qui s’indique et s’esquisse dans l’élan du converser ? Le premier sens du verbe ne donne-t-il pas à entendre un geste, un mouvement pour se tourner non pas simplement verbalement mais tout entier, en corps sensible, vers quelqu’un ?

 

Paul Maurice

Ancien étudiant en histoire et philologie de l’Université Paris-IV-Sorbonne et de la Freie Universität zu Berlin, Paul Maurice enseigne actuellement en classes européennes allemand au Lycée Honoré de Balzac de Mitry-Mory (Seine-et-Marne).

Alumnus of the University Paris-IV-Sorbonne, and of the Freie University Berlin (History and Philology), now teatching History and Geography in a German European Class in the High School of Mitry-Mory (Seine-et-Marne).

Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, un mythe paradoxal en RDA (5 décembre 2006)

Résumé : La RDA était un État nouveau en 1949, il lui a fallu se créer un passé et une histoire. Pour cela, les dirigeants et les historiens ont utilisé le mythe des acteurs de la Révolution de janvier 1919, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Leur mort dans l’acte révolutionnaire leur a conféré un statut de héros dans la mythologie de la RDA. Par l’utilisation de la rhétorique marxiste, cette glorification est semblable à celle d’une hagiographie laïque. Cependant, même s’ils sont associés et glorifiés comme un couple, Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg sont traités différemment dans l’historiographie est-allemande. Rosa Luxemburg n’avait pas le même statut, pour des raisons idéologiques – son opposition à Lénine – et dues à sa condition féminine. À la différence, Karl Liebknecht était considéré comme le meneur actif de la « Révolution de Novembre. » Celle-ci ayant été considérée comme l’acte de naissance symbolique de la RDA, il fut par extension considéré comme le père symbolique de l’État est-allemand.
Mots-clés : Rosa Luxemburg ; Karl Liebknecht ; Historiographie est-allemande ; « Révolution de Novembre » ; Groupe Spartacus ; République Démocratique Allemande ; République de Weimar ; Communisme
Abstract : The GDR was a totally new State in 1949, it had to create for itself a past and a history. For this purpose, leaders and historians used the myth of the actors of the Revolution of January 1919, Rosa Luxemburg and Karl Liebknecht. Their death during a revolutionary act conferred to them the status of heroes in the mythology of the GDR. Due to the use of Marxist rhetoric, this glorification is similar to a secular hagiography. Meanwhile, even if they are glorified as a couple, Karl Liebknecht and Rosa Luxemburg are treated differently from the East German historiographic perspective. Rosa Luxemburg did not have the same status due to ideological factors – namely her opposition to Lenin – and also to her female condition. On the contrary, Karl Liebknecht was considered an active and key player in the “November Revolution”. As this event was considered the symbolic act of the birth of the GDR, he was thus also considered the symbolic father of the East German State.
Keywords : Rosa Luxemburg ; Karl Liebknecht ; East German Historiography ; “November Revolution” ; Spartacus Group ; German Democratic Republic ; Weimar Republic ; Communism

 

Rosa Luxemburgo y Karl Liebknecht, un mito paradoxal en RDA (7 novembre 2012)

Resumen : La RDA era un Estado nuevo en 1949, ha tenido que crearse un pasado y una historia. Para ello, los dirigentes e historiadores han utilizado el mito de los actores de la Revolución de Enero de 1919, Rosa Luxemburgo y Kart Liebknecht. Su muerte en el acto revolucionario les ha conferido un estatus de héroes en la mitología de la RDA. Para la retórica marxista, esta glorificación es comparable a la de una hagiografía laica. Sin embargo, aunque son asociados y glorificados como pareja, Kart Liebknecht y Rosa Luxemburgo son tratados de manera diferente dentro de la historiografía de la Alemania del Este. Rosa Luxemburgo no tenía el mismo estatuto, por razones ideológicas —su oposición a Lenin— y debido a su condición femenina. Por el contrario, Kart Liebknecht era considerado como el cabecilla de la “Revolución de Noviembre.” Siendo ésta considerada como el acto de nacimiento de la Alemania del Este.
Palabras clave : Rosa Luxemburgo ; Kart Liebknechet ; Historiografía de la Alemania del Este ; “Revolución de Noviembre” ; Grupo Espartaco ; República Democrática Alemana ; República de Weimar ; Comunismo
Résumé : La RDA était un État nouveau en 1949, il lui a fallu se créer un passé et une histoire. Pour cela, les dirigeants et les historiens ont utilisé le mythe des acteurs de la Révolution de janvier 1919, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Leur mort dans l’acte révolutionnaire leur a conféré un statut de héros dans la mythologie de la RDA. Par l’utilisation de la rhétorique marxiste, cette glorification est semblable à celle d’une hagiographie laïque. Cependant, même s’ils sont associés et glorifiés comme un couple, Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg sont traités différemment dans l’historiographie est-allemande. Rosa Luxemburg n’avait pas le même statut, pour des raisons idéologiques – son opposition à Lénine – et dues à sa condition féminine. À la différence, Karl Liebknecht était considéré comme le meneur actif de la « Révolution de Novembre. » Celle-ci ayant été considérée comme l’acte de naissance symbolique de la RDA, il fut par extension considéré comme le père symbolique de l’État est-allemand.
Mots-clés : Rosa Luxemburg ; Karl Liebknecht ; Historiographie est-allemande ; « Révolution de Novembre » ; Groupe Spartacus ; République Démocratique Allemande ; République de Weimar ; Communisme

 

John F. May

Surpeuplée ? Vieillissante ? Entretien avec John F. May sur l’avenir démographique de la planète (10 septembre 2012)

Résumé : Comptant aujourd’hui parmi les grands spécialistes des politiques et des programmes de population sur la scène internationale, le Belge John F. May a été Lead Demographer à la Banque mondiale de 1997 à 2012. Avant d’entamer sa carrière dans l’institution de Washington, il a travaillé pour des organismes aussi divers que l’UNPFA, l’UNICEF, l’USAID et l’Union internationale pour l’étude scientifique de la population. Il collabore désormais avec le Center for Global Development, un « think-tank » de Washington, tout en enseignant la démographie à Georgetown University. Il a récemment publié un ouvrage, World Population Policies : "Their Origin, Evolution, and Impact" (édition Springer, non traduit), le fruit de plus d’une décennie de réflexions, de voyages et d’expérience, qui s’est déjà imposé comme une référence dans le domaine. John May a accepté de répondre aux questions de Sens Public.
Abstract : Among the world top experts on population policies, John F. May, a Belgian citizen, has been a Lead Demographer at the World Bank from 1997 to 2012. Before joining the Washington-based institution, John has worked for various organizations such as UNFPA, UNICEF, USAID and the International Union for the Scientific Study of Population. He now collaborates with the Center for Global Development (CGD), a think-tank in Washington, while also teaching demography at Georgetown University. He has recently published a major volume, "World Population Policies : Their Origin, Evolution, and Impact" (Springer, 2012), the result of more than a decade of research, travels and experience. The book is already considered a reference in the field. John May has agreed to answer the questions of Sens Public.

 

Ariane Mayer

Ariane Mayer est agrégée de philosophie, diplômée de HEC Paris et titulaire d’un Master en esthétique à la Sorbonne. Actuellement en thèse sur les métamorphoses numériques de la lecture, elle a effectué un stage doctoral à NT2-Figura en 2015.

Hermeneutica, une expérience numérique de l’interprétation (8 mars 2017)

Résumé : Avec Hermeneutica. Computer-assisted interpretation in the humanities (MIT Press, 2016), Geoffrey Rockwell et Stéfan Sinclair s’interrogent sur les transformations de l’interprétation de textes dans le milieu numérique. En particulier, au travers d’une méthodologie hybride faisant dialoguer réflexions et exemples, théorie et pratique de l’interprétation, ils réfléchissent à ce que les outils d’analyse textuelle assistée par ordinateur révèlent et infléchissent dans l’activité herméneutique. Au cœur de l’essai se trouve l’outil Voyant, espace numérique de quantification et de visualisation textuelle développé par les coauteurs, qui leur sert de matériau pour aborder les mutations contemporaines de la lecture dans les sciences humaines.

 

Les ordres du monde : enjeux des systèmes d’indexation des bibliothèques numériques (21 juillet 2016)

Résumé : Avec le développement spectaculaire des bibliothèques virtuelles depuis les années 2000, se sont aussi multipliés les modes d’indexation de ces archives livresques. Si l’on envisage la pensée de l’organisation des bibliothèques à travers les âges, on constate que l’histoire a longtemps été dominée par une tentative de classification documentaire unique, traduisant une conception du monde héritée de la philosophie aristotélicienne. Dans cet article, il s’agit de mettre en lumière cette relation multiséculaire entre la vision du monde ou de l’esprit d’une part, et de l’autre la manière dont l’indexation des archives est censée la refléter dans l’espace. Ordre du monde et ordre des livres se répondent, promis à l’heure du numérique à un éclatement et à une recomposition.

Mots-clés : Bibliothèque numérique ; Google ; indexation ; Aristote ; Alberto Manguel ; Robert Darnton ; imaginaire ; Babel.

Abstract : With the spectacular development of digital libraries since the 2000s, the modes of indexation of these archives have also gotten diversified. Considering the thought of library organization across ages, one observes that history has for a long time been dominated by the attempt of a unique documentary classification, correlated to a world outlook inherited from Aristotelian philosophy. In this paper, I try to bring to light this multi-secular relationship between a vision of the world or of the human mind, and the way indexation of archives is supposed to reflect it into space. World order and books order are echoing each other, destined for a bursting and re-composition at the digital era.

Keywords : Digital library ; Google ; indexation ; Aristotle ; Alberto Manguel ; Robert Darnton ; imaginary ; Babel.

 

David Mayor

Nacido en Zaragoza, 1972, David Mayor es licenciado en Filosofía y Letras, estudió en las universidades de Zaragoza y en la italiana de Pisa, donde cursó doctorado con Remo Bodei, Valerio Magrelli y Lorenzo Cuccu. Incluido en la antología Veinticinco poetas españoles jóvenes (Hiperión, 2003), ha publicado una biografía de Jules Verne (Edimat, 2004) y el libro de poemas En otra parte (Pre-textos, 2005). Es miembro del consejo de redacción de la revista de pensamiento y cultura Riff Raff y ha hecho crítica literaria, cinematográfica y musical en publicaciones diversas –entre otras, el suplemento “Arte & Letras” de Heraldo de Aragón, Turia, Zonas de obras o la ya extinta Ciclo. Recibió sendas becas de creación de la Diputación Provincial de Zaragoza y del Ayuntamiento de Madrid para la Residencia de Estudiantes, donde, posteriormente, trabajó como redactor. Actualmente, es librero en la zaragozana Librería Cálamo y realiza colaboraciones editoriales.
Né à Saragosse en 1972, David Mayor est Licencié de Philosophie et de Lettres de l’Université de Saragosse et de l’université italienne de Pise, où il a obtenu son doctorat avec les professeurs Remo Bodei, Valerio Magrelli y Lorenzo Cuccu.. Il est dans l’anthologie "Veinticinco poetas españoles jóvenes" (Hiperión, 2003), il a publié une biographie de Jules Verne (Edimat, 2004) et un livre de poèmes "En otra parte" (Pre-textos, 2005). Il est membre du conseil de rédaction de la revue de réflexion et de culture Riff Raff et a fait des critiques littéraires, cinématographiques et musicales dans des publications diverses –entre autres, le supplément “Arte & Letras” de Heraldo de Aragón, Turia, Zonas de obras ou la revue Ciclo, aujourd’hui disparue. Il a reçu des bourses de création de la Diputación Provincial de Zaragoza et de la Ville de Madrid pour la Résidence des Etudiants, où, plus tard, il travailla en qualité de rédacteur. Aujourd’hui, il est libraire à Saragosse dans la Librería Cálamo et il participe à des collaborations éditoriales.

Enrique Vila-Matas pierde pie / Enrique Vila-Matas perd pied (14 juillet 2007)

Resumen : En el artículo que remito, reflexiono sobre la evolución de la carrera literaria del escritor catalán Enrique Vila-Matas. Su compromiso con la literatura como artefacto ficcional que incide en los límites de la representación de la realidad, que son también los límites de la imaginación, me sirve para enmarcar a Vila-Matas en un horizonte postmoderno e indicar cómo ha pasado de la impostura necesaria del estilo - “Historia de la literatura portáti” - a un ensimismamiento literario proclive a modas y mercantilismos - “Bartleby y compañía”-. También adjunto dos poemas, independientes del artículo, que pertenecen al libro “En otra parte”.
Résumé : Dans cet article, je réfléchis sur l’évolution de la carrière littéraire de l’écrivain Enrique Vila-Matas. Son engagement dans la littérature comme artéfact fictionnel qui touche aux limites de la représentation de la réalité, qui sont également les limites de l’imagination, me sert pour positionner Vila-Matas dans un horizon post-moderne et montrer comment il est passé de l’imposture nécessaire du style - « Historia de la literatura portátil » - à un repliement littéraire sur soi-même tendant vers la mode et le commercial - « Bartleby y compañia » -. J’ajoute également deux poèmes, indépendants de l’article, qui font partie du livre « En otra parte ».

 

Kirsten Amiko McAllister

Kirsten Emiko McAllister is an Associate Professor in the School of Communication at Simon Fraser University in Canada. Her research interests include cultural memory, political violence, visual culture and she has conducted research on Second World War Japanese Canadian internment camps and more recently, asylum seekers in the United Kingdom. Her publications include, "Terrain of Memory : A Japanese Canadian Memorial Project" (2010), the co-edited volume, "Locating Memory : Photographic Acts" (2006) and has various published and forthcoming book chapters as well as articles on archival photographs, memorials and films in Space and Culture, the Canadian Journal of Communication, Visual Culture, Cultural Values and West Coast Line.

“Politics of memory”. Interview with Kirsten Emiko McAllister (13 décembre 2010)

Abstract : For communities who have been the target of political violence, the damaging after-effects can haunt what remains of their families, their communities, and the societies in which they live. This interview with Kirsten Emiko McAllister conducted at the Författarhuset in Stockholm in November 2009 deals with the case of Japanese Canadians in the province of British Columbia. The goal of the interview is to present the work of Kirsten Emiko McAllister : facing painful memories can help to rebuild social and intergenerational links.
Keywords : Memory, Japanese Canadians, recognition, memorial
Résumé : Pour des communautés qui ont été la cible de violences politiques, les effets traumatiques peuvent se ressentir au fil des générations. Cet entretien avec Kirsten Emiko McAllister s’est déroulé à la maison des écrivains de Stockholm en novembre 2009. Il porte sur le cas des Canadiens-Japonais de le province de la Colombie Britannique. L’objectif est de présenter les travaux scientifiques de Kirsten Emiko McAllister et sa thèse principale : l’affrontement de la mémoire douloureuse contribue à restaurer des liens sociaux et intergénérationnels.
Mots-clés : Mémoire, Canadiens-Japonais, reconnaissance, mémorial

 

Åsbjørn Melkevik

La question du fondement discursif des discours nationalistes : le problème de Münchhausen (14 octobre 2016)

Résumé : Le présent article examine la question des fondements du nationalisme par rapport au trilemme de Münchhausen, en tentant d’établir la dimension discursive du nationalisme qui se réalise idéalement dans un espace public ouvert. Nous critiquons le « nationalisme ontologique » et sa fâcheuse tendance à proclamer la « déjà-nation », soit une nation sans possibilité de connaissance pour les sujets, les discours individuels sur la nation étant alors immédiatement bloqués par une interprétation déjà-vraie de la nation. Une telle interprétation de la déjà-nation fait fi de la distinction entre le cadre interprétatif général qu’est le nationalisme et les propositions qui en découlent, ces propositions étant de la seule responsabilité des individus. La nation est en fait la représentation même du pouvoir du langage, n’existant qu’à l’intérieur d’un filet de sens créé par les discours nationalistes dans la sphère publique. 

Mots-clés : Épistémologie, Langage, Nationalisme, Nation ontologique, Trilemme de Münchhausen

Abstract : This article addresses the question of nationalism’s founding principles in relation with the Münchhausen’s trilemma, in the purpose of establishing the nationalism’s discursive dimension, which takes place, ideally, in an open public space. We criticize ’’ontological nationalism’’ and its regrettable tendency to proclaim the “already-nation”, namely, a nation without a possibility of knowledge for the subjects, and where individual discourses about the nation are thus immediately blocked by an already-true interpretation of the nation. Such an interpretation of the already-nation ignores the differentiation between nationalism as a general interpretative setting, and the statements coming out of it, since these statements are the individuals’ sole responsibility. The nation is in fact the representation of the power of language itself, which only exists within the thread of meaning created by the nationalist discourses of the public sphere.

Keywords : Epistemology, Language, Nationalism, Ontological nation, Münchhausen trilemma

 

Jean-Guy Meunier

Humanités numériques ou computationnelles : Enjeux herméneutiques (5 décembre 2014)

Résumé : S’inscrivant dans l’univers des technologies informatiques, les humanités dites numériques se présentent comme un nouveau programme de recherche. Le vrai défi de ce programme de recherche ne sera cependant pas dans le traitement numérique qu’il veut appliquer aux objets et opérations des humanités mais dans la modélisation computationnelle qu’il doit leur appliquer. Malheureusement l’utilisation du concept de numérique masque la grand complexité de cette tâche de modélisation qui, elle, devra marier des fonctions computationnelles avec des fonctions interprétatives.

 

Johann Michel

Professeur de science politique à l’Université de Poitiers et à l’IEP de Paris (cycle ibéro-américain), Johann Michel est chercheur rattaché à l’Institut Marcel Mauss (EHESS). Ses recherches portent sur la philosophie morale et politique contemporaine, sur les politiques publiques de la mémoire, sur la mémoire de la guerre d’Algérie. Il est notamment l’auteur de "Paul Ricoeur, une philosophie de l’agir humain", Paris, Cerf, coll. "Passages" 2006, de "Mémoires et histoires. Des identités personnelles aux politiques de reconnaissance" (dir.), PUR, 2005, "Dictionnaire de la pensée politique" (avec O. Nay et A. Roger), Paris, A. Colin, 2005, "Gouverner les mémoires. Les politiques mémorielles en France" Paris, PUF, janvier 2010.

Du centralisme à la gouvernance des mémoires publiques (11 février 2013)

Résumé : L’article de Johann Michel cherche à étudier les relations entre les acteurs impliqués dans la fabrique des politiques publiques de la mémoire en France depuis le début de la troisième République. Sur un premier niveau d’analyse (la configuration des acteurs institutionnels), l’auteur montre que le pouvoir législatif dispose de l’essentiel des compétences mémorielles jusqu’en 1958. Le rapport entre les pouvoirs s’inverse à partir de 1959 au bénéfice de l’exécutif. Il faut attendre le début des années 1990 (adoption de la loi Gayssot) pour assister à un rééquilibrage institutionnel entre les deux pouvoirs. Sur un second niveau d’analyse (rapport entre l’État et les acteurs non-étatiques), Johann Michel montre que jusqu’à la fin de la première Guerre mondiale, l’État reste le grand ordonnateur des politiques de la mémoire (phase du centralisme mémoriel), même s’il n’agit pas seul. Depuis lors, l’État a perdu une part importante de son pouvoir d’offre, d’initiative et d’orientation des politiques mémorielles au profit de nouveaux acteurs (entrepreneurs de mémoire, collectivités locales, institutions internationales). Les pressions toujours plus grandes de la société civile et la montée en puissance de nouveaux acteurs publics, l’interdépendance croissante des acteurs entre eux obligent les représentants de l’État à davantage de négociations et de concertation dans la fabrique des politiques de la mémoire (phase de la gouvernance mémorielle).
Mots-clés : politiques de la mémoire – entrepreneurs de mémoire – gouvernance – centralisme

 

Peut-on parler d’un tournant néo-libéral en France ? (22 mai 2008)

Résumé : Au confluent de l’histoire des idées et de l’analyse des politiques publiques, cet article s’interroge sur la justification de l’hypothèse d’un tournant néo-libéral clairement daté qui aurait affecté l’orientation des politiques publiques en France depuis l’après-guerre. L’auteur préfère qualifier les changements qui ont marqué la gouvernementalité française de suites d’inflexions néo-libérales (1957-1958, 1976, 1983) – avec des mouvements de retour en direction du consensus socialo-keynésien d’après-guerre – qui s’opèrent selon des contextes à chaque fois particuliers. L’orientation progressive et discontinue, et non brutale et continue, de l’action publique vers le néo-libéralisme s’explique en raison de la persistance dans les structures mentales (des acteurs publics, des acteurs sociaux, de la société elle-même) d’un fort attachement au système de protection sociale mis en place après-guerre.
Mots-clés : Néo-libéralisme – Gouvernementalité – Politiques économiques et sociales – Analyse des politiques publiques – Fenêtres d’opportunité – Histoire des idées – Politique française – État-Providence – Europe

 

Branko Milanovic

Le Gini hors de la bouteille. Entretien avec Branko Milanovic (23 novembre 2011)

Résumé : Branko Milanovic compte sans doute parmi les spécialistes des inégalités les plus importants sur la scène internationale. Économiste à la Banque mondiale, il se penche sur les questions des disparités depuis plusieurs décennies. Dans son livre paru cette année, The Haves and the Have-Nots (Les nantis et les indigents), il réussit le tour de force de rendre accessibles au plus grand nombre des idées complexes sur les inégalités entre les individus, entre les pays, et entre les citoyens du monde dans un style attrayant. Pour ce faire, l’auteur illustre ses propos au travers de petites histoires (des « vignettes ») audacieuses et d’une incroyable originalité, dans lesquelles il répond à des questions fascinantes : les Romains prospères étaient-ils comp