Revue Web - Rubrique

CRÉATIONS

Cet espace présente des textes d’écrivains, ainsi que des travaux d’artistes engagés dans les évolutions créatives produites par les nouveaux outils numérique.

A l'intérieur des articles, la colonne de droite opère un croisement thématique avec d’autres publications du site, donnant des éclairages différents, selon divers modes d’expression et de réflexion, sur un même sujet.   

Diez escritores españoles reunidos por José Giménez Corbaton

Roberto Gac


« Liminaris » : en latín popular, « relativo al umbral ». Este es uno de los términos que designan al grupo de diez escritores españoles reunidos por José Giménez Corbatón en el momento de franquear el umbral de Sens Public. Todos ellos, venidos de diversas regiones de España, pero con vínculos privilegiados con Aragón y su capital, Zaragoza, son ya conocidos o reconocidos, criticados y celebrados. Pero, más allá de sus carreras individuales, de sus éxitos personales, tienen una característica que les es (...)

Risk of Poetry

Parham Shahrjerdi


Risquer la poésie est un texte qui se tisse dans le poème. Se voulant écriture, il met en danger la science de la littérature ainsi que la littérature scientifique. Ici aucune formule du passé ou dépassée ne s’écrit ni ne fait loi. Ce texte, ne s’épuise pas dans l’immédiateté d’une interprétation, dans la passion ou le bavardage d’une explication de texte, au contraire, il donne à patienter (dans) le poème, il s’ouvre au poème, ouvre le poème et enfin, il reste ouvert, et laisse ouvert le poème ouvert en soi. Il se montre ouvrant ouvertement, se rendant oreille, s’avance ouïement. Risquer la poésie tente de parler sans parler en trois langues (français, anglais, persan). Ici chaque langue cherche sa propre langue : absente, perdue, mutilée. Aucune langue ne cherche à traduire l’autre. Trois textes donc, déliés, affranchis. Un texte s’écrit maintes fois. On en garde quelques traces. Leur ressemblance ? Une absence de ressemblance les rassemble. Et tout cela accompagnant une littérature qui vient. Que cette (...)

CLASSER CALCULER

Marcello Vitali Rosati


Le rêve d’un savoir total, de l’information à la donnée brute Un rêve, plus ou moins explicite, hante nos esprits depuis plusieurs millénaires. On le retrouve ci et là dans les listes égyptiennes, dans les catalogues aristotéliciens, dans le règles mnémotechniques des néoplatoniciens florentins de la renaissance, dans les constructions mathématiques de Leibniz, dans les affirmations des grands noms du web : le monde est constitué d’une masse énorme d’informations, dont la connaissance et (...)

L’avenir du saltimbanque

James Tanabe


Résumé : Un titre, même si c’est celui de directeur artistique du Cirque du Soleil, aurait du mal à cerner toutes les facettes de James Tanabe. Diplômé du Massachusetts Institute of Technology (MIT) en physique, biologie et planétologie, ses études devaient le mener à la NASA ou à la prestigieuse Mayo Clinic. Au lieu de cela, il laisse tout tomber pour apprendre, à partir de 2001, le métier d’acrobate à l’École Nationale du Cirque de Montréal. Après en être sorti en 2004 et s’être produit dans plusieurs spectacles à travers le monde, il cofonde New Circus Asia en 2007 et monte ses propres productions dans la plupart des pays situés entre Istanbul et Tokyo. Le Cirque du Soleil le repère et l’embauche en 2009 comme directeur artistique, le plus jeune de l’histoire de la légendaire compagnie. Polyglotte, à l’aise partout, l’homme poursuit son errance à travers le monde, et ceux qui ont eu le privilège de lire ses écrits sur ses vagabondages savent qu’il est également parmi les écrivains les plus doués de sa (...)

L’Œ

Gladys Brégeon


L’Œ est un texte poétique. Il met en scène un personnage fictionnel habitant le globe oculaire. L’Œ repose sur une mise en doute de la matérialité de l’image et de la réalité des corps présents devant et dans l’image. Surface d’apparition et de disparition, la rétine constitue l’écran devant lequel le personnage de L’Œ sonde l’origine et l’issue des images qui s’incarnent furtivement dans la chair. Depuis le récit poétique dont il procède, traité comme image vectorielle, L’Œ poursuit ses méditations dans l’espace numérique pour se mettre à l’épreuve de lui-même, pris au piège de ce qu’il questionne, se métamorphosant au gré de son introspection. Le texte se décline en différentes variations de mise en page et de typographies allant du texte brut à la composition purement graphique. Entre matière et représentation, objet et sujet, le texte devient image, matière en mouvement. « L’Œ » se prononce [lø], il est la combinaison du « L » — l’un des noms donné au personnage du récit — et du digramme soudé des lettres e et o. (...)

Ombre e luci - Chet en noir et blanc




C’est en 1979, à l’âge de 23 ans, que le contrebassiste Riccardo Del Fra, actuellement directeur de la Classe de jazz du CNSM de Paris, a rencontré Chet Baker. Dans les années 80, s’installant à Paris, il continua de jouer avec Chet (et Michel Graillier) pendant neuf ans. Il s’ensuivra douze disques et plusieurs films – et ici, ce poème de souvenir et d’amitiés.

En guise de machine à continuer le temps

Daniel Pozner


Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’. Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias. Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène... Polémoscope 1 – "Si l’on pose que certaines innovations techniques et/ou formelles ont pu modifier au 20e siècle l’écriture du poème (de la typographie mallarméenne du Coup de dés aux mots en liberté des futuristes italiens, de (...)

Poemas / Poèmes

Antonio Ansón


Pertenecientes al volumen Este mensaje es para ti que tienes mucha soledad como yo, Madrid, Huerga y Fierro, 2000. Próximamente aparecerá la edición francesa en edición bilingüe en esta misma editorial de Toulouse, Le Grand Os, en traducción de Aurelio Diaz-Ronda. Ces poèmes appartiennent au volume "Ce message est pour toi dont la solitude est aussi grande que la mienne", Madrid, Huerga y Fierro, 2000. L’édition française bilingue paraîtra chez "Le Grand Os" (Toulouse). Traduction Aurelio Diaz-Ronda.

Le numérique c’est pas sorcier

Patrick Beurard-Valdoye


Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’. Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias. Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène... Polémoscope 1 – "Si l’on pose que certaines innovations techniques et/ou formelles ont pu modifier au 20e siècle l’écriture du poème (de la typographie mallarméenne du Coup de dés aux mots en liberté des futuristes italiens, de (...)

Enrique Vila-Matas pierde pie / Enrique Vila-Matas perd pied

David Mayor


Resumen : En el artículo que remito, reflexiono sobre la evolución de la carrera literaria del escritor catalán Enrique Vila-Matas. Su compromiso con la literatura como artefacto ficcional que incide en los límites de la representación de la realidad, que son también los límites de la imaginación, me sirve para enmarcar a Vila-Matas en un horizonte postmoderno e indicar cómo ha pasado de la impostura necesaria del estilo - “Historia de la literatura portáti” - a un ensimismamiento literario proclive a modas y mercantilismos - “Bartleby y compañía”-. También adjunto dos poemas, independientes del artículo, que pertenecen al libro “En otra parte”. Résumé : Dans cet article, je réfléchis sur l’évolution de la carrière littéraire de l’écrivain Enrique Vila-Matas. Son engagement dans la littérature comme artéfact fictionnel qui touche aux limites de la représentation de la réalité, qui sont également les limites de l’imagination, me sert pour positionner Vila-Matas dans un horizon post-moderne et montrer comment il (...)

On ne lit jamais deux fois le même poème, suivi de ’poésies’

Pascale Auger


Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’. Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias. Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène... Polémoscope 1 – "Si l’on pose que certaines innovations techniques et/ou formelles ont pu modifier au 20e siècle l’écriture du poème (de la typographie mallarméenne du Coup de dés aux mots en liberté des futuristes italiens, de (...)

Toujours en ligne sur Facebook

Peppe Cavallari


Aujourd'hui, Facebook est vraiment ennuyeux. Il n'y a rien, rien de rien, rien du tout. Une amie voyage seule en Écosse et publie les photos de ses repas : hier elle a pris du bacon au petit-déjeuner, aujourd'hui aussi. Un ami se marie après dix ans de fiançailles, les invités le congratulent en écrivant presque tous la même chose : félicitations, vous êtes merveilleux ! Il y a l'ami qui s'inquiète pour son chien malade, celui qui a acheté une nouvelle voiture et celui qui craint (...)

牛肉面 / Nouilles au boeuf

Li Ang


牛肉面,通常作成汤面的一种,以其主要用牛肉作料而得名。以牛肉块和卤包熬煮成整锅带肉汤汁,适量盛入大碗,再加上水煮过的面条,几枝青菜,洒上葱花,便成一碗热腾腾、香喷喷的牛肉面。浓郁的黑褐色汤汁上通常会飘着一层牛肉煮出的油,晶亮亮的油水不至全然蒙盖住里面的热气...... 他一直记得,这政治犯难友,每当他吃面时,趴在对面牢房的铁栏杆上,看着他的那种极度渇欲的神情。每回都是看他把最后一口面汤喝完,那难友也才喉头一阵颤动、呑下最后一口口水。 Extrait : "Le bouillon produit par la cuisson à l’étuvée a tendance à prendre une couleur brun clair aux reflets mordorés, tandis que la viande se dore d’un ton plus foncé. Si l’on y ajoute de la sauce de piments, une merveilleuse vague rouge vif s’étend sur la surface du bouillon, au point de recouvrir parfois complètement la vapeur chaude qui ne peut s’élever : c’est un coucher du soleil sur l’eau étale qui s’offre à vous. Alors, allez-y ! Prenez-en une bonne gorgée sans criante ! Ah ! Épicé et chaud, quelles délices... A se pâmer !" (traduction André Lévy)

De Raíces y Fugas/ Des racines et des fugues

Pilar Nasarre


Resumen : Jesús regresa a sus raíces, sumidas en un pueblo recóndito del Maestrazgo castellonense o turolense. Deja atrás una ciudad vertiginosa, Barcelona, y una situación anímica y familiar de la que necesita huir al menos durante un largo puente. Va al reencuentro de una casa ancestral que desconoce, de unos parientes olvidados, de un pasado. Desea sumirse en lo que él llama un “proceso de criba”, de “desprendimiento”, la “desnudez”. Porque es “al borde de la muerte donde se condensa el valor de la vida”. La muerte, el silencio, y, por el momento, las palabras justas, que caen como versos sueltos, como rémoras de vida. Pero la realidad que ha dejado atrás no deja de perseguirle e irrumpe al final de este capítulo como un puñetazo urdido de tumultos. Résumé : Jesús retourne à ses racines, enfouies dans un village du fin fond du Maestrazgo de Castellón ou de Teruel. Il laisse derrière lui une ville vertigineuse, Barcelone, une situation psychique et familiale qu’il a besoin de fuir au moins pendant un (...)

Rue Velarde

Sergio Del Molino


Résumé : Calle Velarde est un récit inspiré de la figure de Michi Panero (ici, Archi Escario), le benjamin d’une saga de poètes espagnols. Il a vécu ses derniers jours malade et solitaire à Madrid. Le récit évoque la relation d’Escario et d’une jeune fille obsédée par la vie de bohème. Elle part à la recherche du dernier artiste bohème, et elle finit par rencontrer Archi. Calle Velarde est une méditation d’actualité sur le succès et l’échec, et sur la fascination que les intellectuels de la classe moyenne exercent sur les outsiders. Abstract : Calle Velarde is a short fiction inspired on the tragic figure of Michi Panero (who is named as Archi Escario), the youngest son of a Spanish poets saga who spent his last years sick and lonely in the middle of Madrid. The story told the relationship between Escario and a young woman who is obsessed with the bohemian life-style. She is looking for the last bohemian till she found Richi. Calle Velarde would be a reflection about success and loose in modern times (...)

(Kes-ce...) Kon-di ?

Christophe Marchand-Kiss


Forts de la conviction qu’il est une pensée au poème, en poème, nous avons proposé que la poésie dans sa présence de réflexion et de création trouve à Sens public une place originale, en ouvrant cette page ’Polémoscope’. Polémoscope : l’étymon, ici, devrait parler. Il s’agit bien d’entretenir un rapport batailleur de la pensée du poète avec l’événement & de donner à lire sa vision propre, autre, d’une actualité à long terme dont s’emparent en paroles spécialistes et médias. Polémoscope : il s’agit aussi d’une petite lunette de théâtre de la fin du 18e siècle, laquelle, par un jeu subtil de miroir interne, permettait de visionner ce qui se passait sur les côtés, dans les loges voisines, tout en faisant croire que l’attention était rivée à l’action se déroulant sur la scène... Polémoscope 2 – "Si certains mots, certaines expressions, que nous pourrions pourtant aimer, sont devenus impraticables par leur surcharge médiatique, socio-historique etc., qui les piège, au point de les déposséder de tout contenu, (...)

’Le Conte de deux cités’ – La transition du secteur de l’électricité

Ralph Sims


Résumé : Incontestablement, l’enjeu de l’environnement s’est imposé comme l’un des plus importants de notre génération : que l’on défende avec force les méthodes les plus radicales pour préserver la planète ou que l’on conteste avec véhémence le réchauffement climatique, le sujet suscite des débats passionnés et ne laisse, des citoyens aux dirigeants, personne indifférent. Après avoir passé près de quatre ans à l’Agence internationale de l’énergie à Paris, Ralph E. H. Sims a retrouvé récemment son poste de professeur spécialiste des énergies renouvelables et directeur du Centre pour la Recherche sur l’énergie à l’université Massey de Nouvelle-Zélande. Il est également un auteur/coordonateur de plusieurs rapports pour le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Dans un essai-fiction reposant sur une connaissance précise des enjeux et écrit avec une dose d’imagination et un zeste d’humour, il offre ses perspectives sur le futur auquel sembleraient se condamner les partisans du statu quo et le (...)

Une nouvelle de Normandie

Mounia Mostefaoui


Et Boule de Suif pleurait toujours ; et parfois un sanglot qu’elle n’avait pu retenir passait, entre deux couplets, dans les ténèbres. Cependant, on arrivait à Dieppe. La nuit avancée recouvrait déjà la nature glacée lorsque la diligence s’arrêta enfin. Le refrain cinglant du socialiste laissait dans toutes les oreilles un bourdonnement oppressant, et on sortit précipitamment de cette voiture à l’air vicié, avec de grands soupirs de nageurs reprenant respiration après une longue apnée. Il y eut (...)

Pour un bol de nouilles au boeuf

Li Ang


Le bouillon produit par la cuisson à l’étuvée a tendance à prendre une couleur brun clair aux reflets mordorés, tandis que la viande se dore d’un ton plus foncé. Si l’on y ajoute de la sauce de piments, une merveilleuse vague rouge vif s’étend sur la surface du bouillon, au point de recouvrir parfois complètement la vapeur chaude qui ne peut s’élever : c’est un coucher du soleil sur l’eau étale qui s’offre à vous. Alors, allez-y ! Prenez-en une bonne gorgée sans criante ! Ah ! Épicé et chaud, quelles délices... A se pâmer ! 牛肉面,通常作成汤面的一种,以其主要用牛肉作料而得名。以牛肉块和卤包熬 煮成整锅带肉汤汁,适量盛入大碗,再加上水煮过的面条,几枝青菜,洒上葱花, 便成一碗热腾腾、香喷喷的牛肉面。浓郁的黑褐色汤汁上通常会飘着一层牛肉煮出 的油,晶亮亮的油水不至全然蒙盖住里面的热气...... 他一直记得,这政治犯难友,每当他吃面时,趴在对面牢房的铁栏杆上,看着他 的那种极度渇欲的神情。每回都是看他把最后一口面汤喝完,那难友也才喉头一阵 颤动、呑下最后一口口水。

Nembrot

José María Pérez Álavrez


Resumen : Fragmento de la novela Nembrot, Barcelona, DVD Ediciones, 2002. José María Pérez Álvarez rompe en Nembrot la frontera entre la primera y la tercera persona narrativas, elabora un riquísimo puzzle de textos de toda índole, borradores confesionales convertidos en bolas de papel que los personajes rescatan subrepticiamente de la destrucción... La novela contiene tramos que se leen como espléndidas joyas del género corto : “La pasión según Bralt”, por ejemplo, o el divertido homenaje a Álvaro Cunqueiro y a ese Mondoñedo al que sólo la invención literaria de su autor y la de sus lectores confieren realidad. No es frecuente leer hoy una novela que arriesgue tanto, que hunda las manos en los grandes maestros contemporáneos (Joyce, Beckett o Nabokov, citados de modo más o menos explícito en el texto), y que obtenga un material narrativo tan rico [José Giménez Corbatón : Nembrot : Ficción de ficciones, Literatura, en Artes y Letras, 22, Suplemento literario de Heraldo de Aragón, 14 de noviembre de (...)

Maths

Andrew Sutcliffe

Retour de Kiev

Emmanuel Ruben

COMPTE TENU DES DONNÉES

Norbert Godon

pures données

Norbert Godon

L’appel des Syrts

Emmanuel Ruben

Derushage mortel

David Christoffel

A Gypsy Future

James Tanabe

Uruguay, la nostalgie a de l’avenir

Eric Sarner

Kes-ce... (Kon-di) ?

Anne Kawala

Échonomie (création vidéo)

Norbert Godon

Risquer la Poésie

Parham Shahrjerdi

Calle Velarde

Sergio Del Molino

Green Trilogy

Abol Froushan

Censure / Censorship

Ali Abdolrezaei

Terror and Other Poems

Ali Abdolrezaei

A la recherche de 68

Júlia Lángh

Polémoscope

Olivier Apert, Carole Dely

Sous bénéfice d’inventaire et d’invention...

Michel Deguy

Baptême

François Rannou

Neun Gedichte von neun zeitgenössischen Iranischen Dichtern

Parham Shahrjerdi

Somontano 36

Ramón Acin Fanlo

Lycanthropie (Itinéraire pour un roman) / Licantropía (Itinerario para una novela)

José Giménez Corbatón

"Something is wrong" dijo el Indio Huenchuyán

Roberto Gac

"Something is wrong" dit l’Indien Huenchuyán

Roberto Gac

Les Saules pleureurs

Gwen Garcia

Somontano 36

Ramón Acin Fanlo

Poemas / Poèmes

Manuel Vilas

Relatos / Récits

José Luis Rodríguez García

Licantropía (Itinerario para una novela) / Lycanthropie (Itinéraire pour un roman)

José Giménez Corbatón

El veneno de la risa / Le venin du rire

Félix Teira Cubel

El huérfano/ L’orphelin

Carlos Castán Andolz

Urco, el perro del mar / Urco, chien de mer

Antón Castro

La poésie fait mal ?

Michel Deguy

La Cité des normaliens

Yann Kilborne

La parole au commencement

Carole Dely



|